Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes de conscience

 | 
Daniel Royot
, 
Susan Goodman

Victoria Woodhull ou le libre échange amoureux

Ronald Creagh

Texte intégral

1Tous les matins à 10 heures, au cœur du secteur financier de Wall Street, dans la ville de New York, passants et badauds pouvaient apercevoir, tiré par deux chevaux blancs, un landau ouvert mené par un cocher en livrée écarlate, qui transportait deux femmes élégantes aux cheveux roux et bouclés, qu’elles portaient très court, ce qui pour l’époque était insolite.

  • 1 Emanie Louise (Nahm) Sachs, The Terrible Siren, New York : Harper and Brothers, 1928, reste la bio (...)

2Elles étaient deux sœurs, Mrs. Victoria Woodhull et Miss Tennessee Claflin. L’aînée, surtout, frappait par son élégance discrète. Les curieux remarquaient la cape négligemment jetée sur l’épaule, la bague de diamant au pouce droit ; une rose thé ornait ses cheveux. Sa cadette était plus en chair ; elle gardait un perpétuel sourire et un air de fausse ingénue1.

  • 2 New York Herald, Jan.21, 1870.

3Toutes deux descendaient à l’élégant hôtel Hoffman House où était situé leur agence de change. Le hall d’accueil de cette « banque » — on appelait ainsi les bureaux de courtage, — étincelait de ses comptoirs de marbre noir, avec ses coffres énormes, que complétait un mobilier de noyer sombre et de châtaignier ; de riches tapis couvraient le sol. Le petit salon, meublé d’un canapé et de chaises, agrémenté d’un piano et de statues diverses, décoré par une profusion de peintures à l’huile, évoquait plutôt un boudoir »2.

4Depuis le 19 janvier 1870, elles étaient les premières femmes de l’histoire américaine à exercer la profession de courtier en bourse. L’homme le plus riche du pays ou presque, « Commodore » Cornelius Vanderbilt, avait pris les deux sœurs sous sa protection. Ce vieil excentrique de soixante-seize ans avait recours aux dons extralucides de ces jeunes femmes au charme troublant.

5Pour Victoria, en particulier, le choix d’un métier proche de la haute finance ne serait pas la seule innovation dans la vie politique et sociale des États-Unis. Elle allait contraindre les suffragettes les plus prudes à lui céder une place d’honneur parce qu’elle serait la première personne de son sexe à être officiellement reçue au Congrès pour présenter une pétition sur la reconnaissance du droit de vote des femmes. Elle fut aussi la première à postuler la présidence des États-Unis et, avec un courage rare, elle prit pour coéquipier à la vice présidence Frederick Douglass, un candidat noir.

  • 3 Voir Woodhull & Claflin’s Weekly, New York, du 26 août au 30 décembre 1871.
  • 4 Woodhull & Claflin’s Weekly (July 22, 1871). Cf. Ronald Creagh, L’anarchisme aux États-Unis, Paris  (...)
  • 5 V. C. Woodhull, The Ethics of Sexual Equality, New York: Woodhull & Claflin Co., 1872, p. 10.

6Dans le journal de cette « banquière » parut le Manifeste du Parti communiste3. Elle finança et publia la première traduction anglaise de La Guerre civile en France de Karl Marx, en imprima plusieurs tirages d’un millier d’exemplaires chacun et distribua gratuitement l’une de ces éditions. Cette publication lui valut une lettre fort courtoise de son auteur qui proposa même ses services de journaliste4. Elle fut également l’une des premières à partir en croisade contre les inégalités économiques entre les hommes et les femmes, n’hésitant pas à s’en prendre au New York Times qui adoptait des pratiques discriminatoires contre ses employées ou à s’en prendre à certains magnats pour leur pratique capitaliste5.

7Victoria Woodhull recueillit ainsi les feux de l’actualité de 1870 à l’hiver de 1875-1876. Son éloquence, sa beauté rare contraignirent même ses détracteurs à reconnaître en elle une « sirène », une « ensorceleuse ». Mais c’était un combat dur, sacrificiel, dont on ne voyait pas le résultat, comme dans tout engagement social. Fatiguée, désillusionnée par les suffragettes, accablée par les difficultés financières, poursuivie par des créanciers, malade, elle annula ses tournées de conférences et s’embarqua pour l’Angleterre. Ses heures de gloire et d’infamie étaient révolues. Elle se maria à un aristocrate anglais des plus traditionalistes et sombra dans le conformisme.

8Sa réputation aux États-Unis avait été exécrable. Sa vie, et notamment sa conduite sexuelle, occupèrent les chroniques de presse durant ces années d’activité militante. Selon Henry James, cette femme « devait avoir répudié plus de maris qu’elle n’en avait épousé ».

  • 6 New York : J. B. Ford, 1871. Cette comédie parut d’abord en plusieurs épisodes dans le journal de (...)
  • 7 Henry James, The Siege of London; The Pension Beaurepas and The Point of View, Boston: Houghton, M (...)

9Pourtant, la licence de ses mœurs n’avait rien de si exceptionnel. Lillian Russell, autre collectionneuse de maris, et nouveau canon de beauté qui allait supplanter Victoria dans les conversations, offrait pareillement une image de sensualité, mais on lui accordait plus facilement cet air de distinction que l’on contestait à « l’ensorceleuse banquière », et l’on commentait avec bonne humeur les fluctuations de ses amours. En revanche, Mrs. Woodhull était un personnage voyant, mais embarrassant par son passé douteux, par sa conduite scandaleuse, par ses procès retentissants. Archétype d’une femme différente, son impact fut tel que son personnage fut mis en fiction : elle devint Audacia Dangyereyes dans My Wife and I de Harriet Beecher Stowe6 et Mrs. Nancy Headway dans The Siege of London de Henry James7.

  • 8 Par référence à la reine Victoria d’Angleterre, cette ère est caractérisée par un certain type d’a (...)

10À l’écart de toute institution sans être vraiment marginale, conférencière à l’éloquence remarquable, Mrs. Woodhull pratiquait une stratégie de l’escalade qui culmina dans un coup de foudre. Elle révéla que le célèbre pasteur Henry Ward Beecher s’adonnait, comme elle, à l’amour libre. Le séisme religieux qu’elle provoqua secoua toute l’Amérique pendant des années et fit éclater au grand jour les contradictions de l’ère victorienne8. Bref, l’impact de Victoria Woodhull est bien plus profond que le caractère piquant des biographies ne le laisse entrevoir.

  • 9 La censure avait existé durant la Guerre civile, mais elle n’avait pas été sanctionnée par une lég (...)

11Au-delà de l’anecdote et de l’hagiographie, sa vie et ses discours s’éclairent par les mutations de la société américaine. Au dix-neuvième siècle, le bouleversement causé par l’essor industriel provoque une régression de l’affectivité collective tandis que les classes moyennes édifient une culture de la respectabilité et que les chiens de garde de la moralité rétablissent dans le système démocratique une forme ancienne d’inquisition, la censure du courrier9. En revanche, un survol de l’existence, haute en rebondissements, de Victoria Woodhull révèle la présence de multiples courants insurrectionnels sous-jacents, notamment les milieux libres et le spiritisme. On ne peut donc imaginer l’histoire des femmes en général et celle de la sexualité en particulier comme celle d’une émancipation progressive qui aboutirait aux libertés d’aujourd’hui.

12Dans cette perspective, on ne proposera pas ici un récit biographique respectueux de la chronologie, une vision intimiste susceptible de créer une cohérence qui, au demeurant, serait factice et illusoire. Il s’agit plutôt de repenser les critères par lesquels Victoria Woodhull est jaugée, quitte à rappeler au lecteur, à l’occasion, certains aspects plus pertinents de cette vie. Nous examinerons donc tour à tour l’imaginaire collectif de l’époque, les instances sociales sur lesquelles notre personnage s’appuie et enfin quelques effets de ses années de présence sur la scène nationale américaine.

1. De la sexualité puritaine à la pureté victorienne

Un univers en mutation

13La vision puritaine du monde, vision qui se prolongerait jusqu’à Jonathan Edwards, dépeignait une humanité qui portait dans son corps et dans son âme les effets du péché originel ; elle ne pourrait jamais se départir de cette condition. Mais elle pouvait dominer ses instincts, y compris sa sexualité, en gagnant son pain à la sueur de son front. Au rang des vertus, la chasteté n’occupait pas une place éminente. La licence sexuelle n’était qu’un péché parmi les autres.

  • 10 Pratique de la Nouvelle-Angleterre qui consistait à autoriser deux personnes, en principe de sexe (...)
  • 11 Daniel Scott Smith et Michael Hindus, « Premarital Pregnancy in America, 1640-1971: An Overview an (...)

14Au cours de la période d’économie artisanale, les individus participaient aux activités agricoles ou commerciales en s’associant à une famille de type élargi qui incluait les grands-parents, les enfants, les apprentis et les employés, parfois aussi des oncles, des tantes ou des cousins. La surveillance de cette vie domestique par les autres paroissiens, sous le biais des rituels et des coutumes locales, assurait les contrôles religieux et social. Les fréquentations et même les relations entre les fiancés étaient régis par ces institutions plus ou moins complémentaires. Ainsi, la pratique du bundling10 et les autres formes d’exploration sexuelle prémaritale devaient offrir une certaine liberté puisque, à la fin du dix-huitième siècle, un tiers des femmes qui convolaient en justes noces étaient enceintes11.

15Les débuts de la révolution industrielle et l’expansion vers l’Ouest introduisirent une mobilité sociale qui bouleversa les communautés de voisinage ; leurs traditions qui réglaient l’ordre moral s’écroulèrent. Depuis la fin du XVIIIe siècle, les hommes des nouvelles classes moyennes quittaient la campagne pour la ville, où ils étaient pris par les affaires. Ils s’intéressaient moins à leurs épouses et plus du tout à la culture. Dans les milieux ruraux émergeaient des spéculateurs de tous ordres, politiciens, affairistes, avocats, colporteurs et guérisseurs universels. C’est dans de tels milieux qu’il faut situer les origines de Victoria.

  • 12 Septième si l’on compte deux enfants qui ne survécurent pas.
  • 13 Faut-il rappeler qu’à la même époque les religieux catholiques distribuaient des médailles miracul (...)

16Née en 1838, elle est la cinquième12 des sept enfants d’une famille qui séjournait alors dans la petite ville de Homer, Ohio ; son père, Reuben Buckman Claflin, menait une existence de bohème, gagnant sa vie par divers petits métiers, mais surtout par ses compétences en poker, en chevaux et dans la vente de médecines miraculeuses et en changeant fréquemment de résidence quand la justice ou les voisins étaient à ses trousses13. Lorsque le spiritisme prit son essor, il entreprit des tournées avec deux de ses filles, Victoria et Tennessee, pour dire la bonne aventure ou vendre quelque élixir de vie. Leur don de voyance était, soutenait-il, exceptionnel.

17Dès sa puberté « Vicky » fut mariée à un médecin, qui avait le double de son âge, le docteur Canning Woodhull ; celui-ci s’administrait de la morphine quand il n’était pas entre deux vins. À vingt-cinq ans elle divorçait, se remariait avec James Harvey, dit Blood, colonel auto-proclamé, mais conservait son premier mari chez elle, pour le soigner disait-elle.

18Cependant, les Woodhull vivaient en tribu : le père (quand il était là), la mère, les nombreux enfants et leurs maris logeaient tous ensemble. Ils se déplaçaient d’une ville à une autre au hasard des circonstances (ou des plaintes de quelques victimes). On assurait qu’avant de venir à New York, sous l’égide de Blood, ce caravanage évoquait plutôt le bordel ambulant. Par la suite, en tout cas, ce serait surtout Victoria qui assurerait la subsistance du clan. Mais ne peut-on pas y voir un exemple de survivance de la famille élargie de l’époque antérieure ?

19Mrs. Woodhull pratiquait, peut-être, le chantage et s’imaginait des besoins financiers énormes, mais elle était aussi généreuse, donnait sans compter, comme devait le raconter, beaucoup d’années plus tard, Benjamin R. Tucker, l’un de ses amants.

20Cette tribu aux limites fluctuantes et floues constituait un univers spécifique qui, à lui seul, mériterait une étude. Son décalage, ses échos si dissonants pour les observateurs externes de l’époque, répercutaient les implosions et les indicibles fusions d’un écosystème affectif, un milieu en soi et pour soi qui ne s’ajustait à la société ambiante qu’avec un certain retard. Ses mœurs révélaient le caractère insolite d’un micro-groupe qui maintenait à une époque ultérieure les habitudes obsolescentes d’un passé révolu.

21En effet, le monde avait changé. La phase préindustrielle, qui apparut lorsque l’économie de marché dépassa le cadre du village pour adopter des dimensions plus larges, transforma la forme et la fonction du cadre domestique. Si la famille restreinte n’était pas une création de l’ère victorienne, car elle existait déjà à l’époque antérieure, la vie familiale s’étriqua : apprentis et employés ne vécurent plus en son sein ; ils prirent leurs loisirs et leurs fréquentations à l’extérieur. L’exiguïté des nouveaux logements et le coût de la vie, notamment dans les métropoles, ne permettaient plus d’accommoder autant de personnes. De tels changements devaient s’accompagner d’une importante mutation dans les mentalités.

Culture de la sexualité et discours de la domesticité

22La dissolution du lien social traditionnel menaçait le système patriarcal. Celui-ci se restructura par un discours nouveau qui avait pour objet la symbolique des sexes.

  • 14 Ellen Dubois, « Beyond the Victorian Syndrome: Feminist Interpretations of the History of Sexualit (...)
  • 15 Kathleen Verduin, « ‘Our Cursed Natures’ : Sexuality and the Puritan Conscience », New England Qua (...)

23À la différence de l’époque précédente, le nouvel enseignement tint pour acquis que le désir sexuel résidait dans le mâle, tandis que la femme était relativement sans passion. L’épouse sans désir constitua le modèle social supérieur14. La nature quasi angélique de la femme était en opposition avec le caractère bestial du mâle. On était loin des XVIIe et XVIIIe siècles, qui avaient considéré la fille d’Ève comme étant plus asservie que l’homme à la luxure, et de l’idéal puritain d’un consensus social fondé sur le mariage15.

  • 16 Stephen Nissenbaum, Sex, Diet, and Debility in Jacksonian America: Sylvester Graham and Health Ref (...)

24Le débat sur le sexe perdit donc son ancrage religieux. Les lois de la nature régissaient le corps humain, dont tous les organes étaient interdépendants. Le péché ne fixa plus, comme jadis, le statut définitif de l’humanité ; en présence de cet obstacle surmontable, il appartenait désormais au mâle de maîtriser sa sexualité. Celle-ci fut alors perçue comme une force indépendante, qu’il fallait contrôler, car en s’y abandonnant l’homme troublait la société. Il s’agissait d’éviter tous les excès, l’alimentation trop riche par exemple, comme l’expliquait le célèbre réformateur Sylvester Graham16.

  • 17 Carrol Smith-Rosenbert, « Sex as Symbol in Victorian Purity: An Ethnohistorical Analysis of Jackso (...)

25Les rôles nouveaux, encouragés notamment par les revivais religieux, affirmèrent cette nouvelle indépendance de l’homme tandis que la vocation de la femme était déterminée par son sexe et non par ses désirs. Ainsi le couple se répartissait les tâches avec l’apparition de « sphères » séparées17.

  • 18 Voir Ann Douglas, The Feminization of American Culture, New York: Avon, 1978.

26Les femmes devenaient majoritaires dans les assemblées religieuses évangéliques, seul lieu de sociabilité qui leur restait avec les tea parties ; la culture publique se féminisait18. Le clergé prêchait un idéal de pureté qui représentait, pour « le beau sexe », l’abolition de toute sexualité.

  • 19 Laurence, Kathleen Ann, The Domestic Idiom: Rhetorical Appeals of Four Influential Women in Ninete (...)

27Sous le contrôle exclusif d’hommes qui écartaient toutes les femmes disposant d’un savoir en ce domaine, la médecine devenait la seule spécialité scientifique admise à tenir un discours sur la sexualité féminine. En échange, la société offrait généreusement à la femme un « royaume », celui de la domesticité19.

  • 20 Nous ne pouvons ici trancher la question de savoir si les classes moyennes sont apparues dans les (...)

28Au sein de la nouvelle classe moyenne, la famille devint un relais spécifique, distinct et complémentaire des autres lieux de production idéologique20. Elle devait être à la fois l’infirmerie où l’on panserait les blessures d’une société de plus en plus instable et concurrentielle, mais aussi et surtout l’atelier où l’on forgerait un nouveau type de personnalité. Il s’agissait de former des « caractères », c’est-à-dire des individus capables de contrôler leurs pulsions et de maîtriser leur destinée propre.

  • 21 E. Anthony Rotundo, « Body and Soul: Changing Ideals of American Middle-class Manhood, 1770-1920,  (...)
  • 22 Moins toutefois que nos contemporaines, cf. Nancy S. Landale and Avery M. Guest, « Ideology and Se (...)

29Cette idéologie de la responsabilité, de la respectabilité — qui donnerait naissance aux mouvements en faveur de la tempérance ou pour la répression du vice21 — devait inciter les épouses à exiger une même « pureté » de la part de leurs conjoints. L’abstinence sexuelle permettrait de contrôler les relations du couple22.

  • 23 Anne Braude, Radical Spirits: Spiritualism and Women’s Rights in Nineteenth Century America, Bosto (...)

30Ainsi au début du XIXe siècle, la proportion de femmes enceintes au moment de leur mariage tomba à dix pour cent. Le taux moyen des naissances déclinerait tout au long de ce siècle. Notons, en passant, que la décennie après 1840, qui donna l’essor aux spirites et au mouvement pour l’amour libre, connut la plus grande chute du siècle23. La régulation volontaire ne dépendait peut-être pas, après tout, de la « pureté » des conjoints.

31Tout comme la famille, le domaine affectif se rétrécit. La gamme des sensualités et des imaginations qui auraient pu présider aux relations entre les conjoints se réduisit à la vision masculine d’un rapport sexuel génital, séparé des autres aspects de la vie, privé de toute érotisation, et finalement utilitaire parce que visant à la procréation.

32Une vie sexuelle libre était particulièrement dangereuse, notamment la masturbation ; c’était la fin du contrôle de soi, indispensable à la manipulation du consensus social au sein d’une société qui s’appuyait de plus en plus sur les mécanismes de la démocratie représentative.

  • 24 Carroll Smith-Rosenberg, « Sex as Symbol in Victorian America », Prospects [Grande-Bretagne] 5 (19 (...)

33Naturellement, on ne percevait pas l’objectif sous cette forme. Le mouvement pour la pureté sexuelle fut, à l’origine, un courant réformiste mené par des hommes, qui donnait libre cours à la crainte de l’orgasme24.

34On retrouve certains échos de cette idéologie dans le discours de Woodhull mais avec d’importantes ruptures sémantiques. Par exemple, elle dénonce la lubricité des hommes:

  • 25 Victoria Woodhull, A Speech on The Principles of Social Freedom, New York: Woodhull Claflin Co., 1 (...)

What can be more terrible than for a delicate, sensitively organized woman to be compelled to endure the presence of a beast in the shape of a man who knows nothing beyond the blind passion with which he is filled, and to which is often added the delirium of intoxication 25.

35Mais, nuance importante, elle n’affirme pas que toute femme est, en soi, « delicate, sensitively organized ». Et surtout elle considère que c’est surtout l’autonomie de la femme qui est menacée.

  • 26 V. Woodhull, Tried as by Fire; or The True and The False, Socially. New York: Woodhull & Claflin, (...)

36Avec la majorité, Woodhull estime aussi que l’activité sexuelle est salubre, parce que nécessaire à la santé26 :

A man or woman, married or single, old or young, professional prostitute or roué, or a professed nun or celibate, who has bad general health — and suffers from any chronic disease — has unnatural and unhealthy sensual conditions.

37Jugement extraordinaire pour l’époque, elle estime que la femme, tout autant que l’homme, doit connaître la jouissance de l’orgasme :

  • 27 V.C. Woodhull, The Scarecrows of Sexual Freedom, New York: Woodhull, Claflin & Co., 1872, p. 7. Vo (...)

Nothing is so destructive as intercourse carried on habitually without perfect and reciprocal consummation 27

38Ainsi, au lieu de l’abstinence, elle proposait le contrôle par « l’amour ».

2. Du suffragisme au libre-échange amoureux

39Ces divers traits caractérisent l’ère victorienne, telle qu’elle est généralement présentée par les historiens. À la recherche de contre-pouvoirs, ils ont naturellement été amenés à compléter leur vision du féminisme par l’étude des suffragettes. La National Suffrage Association et ses émules offraient d’ailleurs les avantages d’un groupe organisé, à la structure transparente, avec un nombre défini d’adhérents, des rapports visibles avec l’appareil politique. Mais le mouvement des suffragettes exprimait-il la totalité des aspirations féminines de la période ?

  • 28 Aileen S. Kraditor, The Ideas of the Woman Suffrage Movement, 1890-1920, New York: Columbia Univer (...)

40D’une part, il faut noter que les dirigeantes indiquent des chiffres plutôt modestes : 13.150 membres en 1893, 17.000 en 190528. D’autre part, si les premières féministes de ce siècle englobèrent la réforme sexuelle dans leurs objectifs, le mouvement des suffragettes se concentra sur la question politique. Son souci croissant de respectabilité le paralysa lorsque fut votée, en 1873, une loi qui interdisait l’obscénité sans la définir et prohibait l’expédition par la poste de contraceptifs et même de toute forme d’information sur le contrôle des naissances.

  • 29 Luisa Cetti, « Feminism and Free Love in Mid-Ninteenth Century America, » Storia Nordamericana, 5 (...)
  • 30 Madson, p. 6.

41En revanche, si les premières militantes en faveur du vote féminin se consacrèrent au service de multiples causes, leurs filles participèrent au spiritisme, aux médecines alternatives, voire à la réforme vestimentaire, indépendamment du mouvement des suffragettes. En limitant la stratégie à l’obtention du droit de vote pour les femmes, ce mouvement introduisit inévitablement une coupure qui, par la suite, entraîna un débat acharné avec d’autres courants sur des points de doctrine et de stratégie : fallait-il réduire à un seul objectif un rassemblement qui groupait diverses familles d’esprit, y compris des Quakers, et se concentrer d’abord sur le droit de vote ? ou bien devait-on donner la priorité aux autres questions propres aux femmes29 ? C’est précisément sur ces enjeux qu’allait se risquer Woodhull et que sa vie nous éclaire sur les limites du modèle victorien et les résistances qu’il suscita. Car en dépit de l’oubli relatif des historiens, qui donnèrent la préférence à l’étude des suffragettes, Victoria fut en son temps beaucoup plus connue que des femmes aussi respectables que Susan B. Anthony, Lucretia Mott, Elizabeth Cady Stanton ou Lucretia Mott30.

42Court-circuitant le mouvement organisé des suffragettes, Victoria s’engagea en franc-tireur dans le politique en donnant elle-même l’exemple de l’action directe. Le matin du 11 janvier 1871, elle se rendit au Congrès à Washington pour présenter un Mémorial, une pétition demandant le droit de vote des femmes. Elle apportait un argument nouveau : au lieu de proposer un nouvel amendement, elle posait le problème en termes constitutionnels, affirmant que ce droit était déjà inscrit dans la Constitution américaine. Le sénateur Harris de Louisiane introduisit ce Mémorial au Sénat, le député Julian de l’Indiana à la Chambre des Représentants. Elle vint le lire en personne, devant la commission juridique, étant ainsi la première femme à paraître devant une Commission du Congrès. Elle entama timidement la lecture de sa pétition. Elle avait en face d’elle quatre juges des plus connus, notamment le général Benjamin F. Butler du Massachusetts. Soutenue par les applaudissements des suffragettes et par l’attention des reporters, elle exposa avec feu ses vues sur les droits de la femme. Sa performance fut un grand succès.

  • 31 Pour les relations de Victoria Woodhull avec le mouvement des suffragettes, voir Basch, op. cit.

43L’après-midi s’ouvrait le congrès des suffragettes. L’entrée de Victoria et de sa sœur Tennessee, en robes sombres et cravates bleues, fit sensation. Elles seraient longuement applaudies. Mais les liens de Victoria Woodhull avec la National Suffrage Association furent de courte durée. Malgré la sympathie à son égard d’Isabella Beecher Hooker, qui l’appelait « sa reine chérie », ou celle d’Elizabeth Cady Stanton, qui s’efforça de lui tailler une place au sein du mouvement, la majorité des dirigeantes étaient pour le moins réticentes et, après cette heure de gloire où elle avait déposé sa pétition au Congrès, le groupe s’avéra plutôt hostile31.

  • 32 Marberry, op. cit. p. 61.

44Quelques temps plus tard, un congrès qui groupait des membres de l’Association internationale des travailleurs, des spirites et des militants ouvriers lui offrait la nomination pour la Présidence des États-Unis. Elle publia bientôt son livre Origins, Tendencies and Principles of Government, ouvrage qui se vendit très bien malgré son prix élevé32.

  • 33 Steven R. Boyd, « Five Alternative Constitutions for the United States, » This Constitution 1986 ( (...)

45La dimension politique ne pouvait, pour Victoria, se limiter aux États-Unis ; elle proposerait plus tard un projet de Constitution des États-Unis du monde33. Mais il ne s’agissait pas d’accorder la priorité au suffrage des femmes ou à la politique par rapport aux autres questions féminines, mais de traiter tous ces enjeux à la fois.

46Sur un plan personnel, cette femme qui avait vécu dans le Middle-West et même en Californie devait s’adapter à une culture nouvelle pour elle. Son sens aigu de ce qu’on appellerait aujourd’hui les opérations médiatiques a sans doute occulté, chez ses biographes, cet aspect important de son comportement new-yorkais. En fait, ces actions spectaculaires révélaient à la fois ses ambitions et son souci d’être acceptée par ces suffragettes qui, comme elle, défendaient la cause des femmes.

  • 34 Marberry, op. cit. p. 176.

47Ambitions légitimes, au demeurant. Elle tentait de se faire accepter au sein des classes moyennes et de l’élite. À l’instar de certaines intellectuelles parisiennes, Mrs. Woodhull tenait à New York un salon, que fréquentait une brochette de présidents de grandes entreprises telles que la Western Union ; des journalistes, par exemple Jacob Whitelaw Reid, rédacteur d’un important journal d’avant-garde, la Tribune de New York ; le directeur de cabinet du Président Ulysses S. Grant, des réformateurs nationalement connus comme le fouriériste Albert Brisbane, voire des ecclésiastiques tels que le Révérend Octavius B. Frothingham ou, plus modestement, le réformateur anarchiste Josiah Warren34. Personnalité remarquablement intelligente, l’hôtesse était rapide à comprendre et assimiler la pensée de ses interlocuteurs et, lorsque celle-ci la séduisait, à la propager avec fougue.

48Victoria Woodhull fut aussi une des plus grandes oratrices de son temps. Elle prit la parole dans cet important centre intellectuel populaire new-yorkais qu’était Cooper Union, où avaient défilé ou défileraient, entre autres, Abraham Lincoln, Ulysses S. Grant, Mark Twain et Thomas Huxley.

49Avec sa sœur Tennessee elle lança aussi un journal, le Woodhull & Claflin’s Weekly, qui défendait tout-à-la-fois l’amour libre, le spiritisme, le mouvement féministe et les idées de l’Association internationale des travailleurs. Victoria vivait ainsi les contradictions et les ajustements provoqués par sa rencontre avec les suffragettes à un moment où elle était à la confluence de deux autres courants féministes, celui des milieux libres, c’est-à-dire d’expériences communautaires fondées sur une adhésion volontaire, et celui des spirites.

Les milieux libres

  • 35 Jesse Frank Battan, « The Politics of Eros’: Sexual Radicalism and Social Reform in Nineteenth-cen (...)

50Avec le décollage industriel apparut en effet la contestation du mariage. En une période qui ne reconnaissait guère le divorce, où les États poursuivaient en justice les unions libres — pratique qui devait durer au moins jusque dans les années 1880, — et où le mariage religieux était requis dans certains de ces États, des esprits forts, libre penseurs notamment, reniant et repoussant le christianisme orthodoxe, réclamèrent l’abolition du mariage légal35.

  • 36 Whitney R. Cross, Burned-Over District; The Social and Intellectual History of Enthusiastic Religi (...)

51Le phénomène était particulièrement remarquable dans cette région ardente, vers le nord de l’État de New York qu’on a surnommée le « burned-over district »36. Il prit des formes diverses, et d’abord religieuses, ce qui n’est pas surprenant, car les systèmes de croyance accordent toujours une grande place à la sexualité. Comme l’écrivait John Humphrey Noyes, fondateur de la communauté d’Oneida :

  • 37 Cité in Sears, pp. 3-4.

Religious love is very near neighbor to sexual love and they always get mixed in the intimacies and social excitements of Revivais. The next thing a man wants, after he has found the salvation of his soul, is to find his Eve and his paradise 37.

52Ainsi les Shakers rejetaient tout mariage et demandaient un célibat complet, les Mormons pratiquaient la polygamie, tandis que les disciples de John H. Noyes, à Oneida, interdisaient les amours exclusives et pratiquaient le communisme sexuel.

  • 38 Il faudrait d’ailleurs aussi ajouter que beaucoup étaient partisans de la phrénologie et de l’hydr (...)

53Dans l’ensemble du pays, dénoncés par les autorités morales, les partisans de l’amour libre rejoignaient les autres contestataires. Les « free lovers » d’avant 1850 étaient des abolitionnistes, des radicaux, des non résistants et des féministes38.

54Le terme lui-même était fort équivoque, tantôt brandi par dérision et tantôt utilisé comme argument contre le mariage. Les spirites des années 1840 n’imaginaient rien de permissif en matière sexuelle. Ils affirmaient seulement que l’institution légale du mariage ne justifiait rien : seul l’amour pouvait fonder le couple. Beaucoup acceptaient le label de free lover sans pour autant rejeter le mariage, et cette situation durait jusque dans les années 1850. Mary Gove Nichols, future légataire d’Edgar Poe, Lois Waisbrooker, remarquable oratrice qui s’était engagée dans l’enseignement dans une école de noirs américains, — tâche considérée comme infamante avant la Guerre de Sécession, — bien d’autres encore, réclamaient un mariage fondé sur l’amour libre et non sur un simple acte légal, justifié par l’État. Mais ils s’opposaient au libre-échangisme par la crainte de voir les femmes sacrifiées dans des unions transitoires qui les priveraient de leurs enfants ou les laisseraient seules pour assurer la subsistance et l’éducation de ces derniers.

55Au mariage légal, effet de la pression sociale ou parentale, on opposait les affinités spirituelles, à l’instar des « attractions passionnelles » de Fourier. Cette nouvelle doctrine déclarait qu’il existait dans l’ordre naturel un vrai compagnon pour chaque individu ; quand les affinités étaient authentiques, et non purement charnelles, l’union demeurait pour l'éternité ; dans le cas contraire, l’individu ne trouverait son compagnon ou sa compagne qu’au ciel.

56Mais une autre tendance de ce mouvement préconisait carrément le libre échangisme. Leur philosophie n’était pas toujours très élaborée, du fait de la répression générale dont ils étaient l’objet, mais il est probable que le Colonel Blood et surtout Stephen Pearl Andrews, qui allaient participer à la rédaction des conférences de Victoria, en acceptaient le principe et peut-être le pratiquaient. Ils se référaient aux divers milieux libres qui pouvaient exister à l’époque et Woodhull elle-même invoquerait l’exemple d’Oneida.

  • 39 Luisa Cetti, Un falansterio a New York: l’Unitary Household, 1858-1860, e il riformismo americano, (...)

57Dans certaines communautés, comme celle de John Murray Spear à Kiantone, dans le nord de l’État de New York, de John Humphrey Noyes, à Oneida (N. Y.), de Josiah Warren à Modem Times, Long Island (N.Y.) les têtes pensantes rejetaient le mariage. Le mouvement avait ses journaux, dont certains incluaient même des petites annonces pour les personnes qui cherchaient leur âme sœur. Dans le Massachusetts s’était créée la New England Free Love League. À New York même, dans l'Unitarian Home, se retrouvaient Stephen Pearl Andrews et ses amis, dont l’apôtre fouriériste Albert Brisbane, qui manifestaient la plus grande tolérance des différences et des variations39. Si Victoria Woodhull n’avait pas déjà connu et sans doute pratiqué une très grande liberté sexuelle, elle aurait pu s’instruire auprès d’Andrews. Ce que celui-ci lui fit découvrir, sans doute, serait la pensée de Fourier : l’amour se fondait avant tout sur une attraction passionnelle, inconsciente, réciproque, fondée dans la nature, sur laquelle la loi ne pouvait rien. Des amours variées ou monogames pouvaient tout autant se justifier. En revanche, contrairement à la coutume et au système légal qui accordaient à l’homme une certaine licence sexuelle, contrairement aussi à certaines féministes qui voulaient supprimer cette licence afin de rehausser le niveau de « pureté » de la nation, Woodhull réclamait ces mêmes droits et cette même permissivité pour les femmes. Elle ne confondait pas amour libre et licence sexuelle, car la liaison ne pouvait se justifier sans amour et sans l’égalité des droits pour la partenaire féminine.

58Woodhull, cependant, se montrait réaliste. Elle estimait que ce pouvoir de la femme ne pouvait s’exprimer tant que celle-ci n’aurait pas acquis son indépendance économique :

  • 40 Woodhull, Tried as By Fire, op. cit. p. 43.

Sexual freedom, then, means the abolition of prostitution both in and out of marriage; means the emancipation of woman from sexual slavery and her coming into ownership and control of her own body; means the end of her pecuniary dependence upon man, so that she may never even seemingly, have to procure whatever she may desire or need by sexual favors... 40

  • 41 Sears, op. cit. p. 24.

59Ainsi pour l’ensemble de ces radicaux sexuels, l’enjeu ne se situait pas dans les urnes, mais dans les lits41. Cependant, à la fin du siècle, leur rejet par les suffragettes aboutit à isoler et à masquer leur mouvement.

60Plus radicale même que bien des partisans de l’amour libre, qui voulaient « élever » le niveau moral des hommes au niveau de celui des femmes, c’est-à-dire réprimer leur désir sexuel, Victoria au contraire cherchait à éliminer le double langage et les deux poids et deux mesures qui marquaient le discours masculin et la différence des traitements accordés aux deux sexes. Elle devait aussi hardiment suggérer le recours à l’action directe, faisant appel à la solidarité féminine pour entreprendre la « grève des ventres » :

  • 42 Woodhull & Claflin’s Weekly, Oct. 18, 1873, p. 12..

The women of this country have the power in their own hands, in spite of the law and the government being altogether of the male order. Let the women issue a declaration of independence sexually and absolutely refuse to cohabit with men until they are acknowledged as equals in everything and the victory would be won in a single week. 42.

  • 43 Tried as by Fire, in Stem op. cit., p. 39.

61Le jour où les femmes régleront sur leur désir le moment des relations sexuelles, « men will have to take the back seat and be content to be servants where they have been masters so long »43.

62L’intervention de Woodhull en faveur du libre-échange amoureux atteignit un nouveau sommet lorsqu’elle revendiqua le droit, dans une conférence qui fit date, d’aimer qui elle voulait, comme elle voulait, et autant de personnes qu’elle le décidait.

De la voyance au féminisme

63Dès l’âge le plus tendre, Victoria fut imbibée de spiritisme que sa mère, Roxanna née Hummel, pratiquait déjà. Ce don et cette expérience lui assurerait le parrainage du richissime Vanderbilt.

  • 44 Il n’adoptera ce nom qu’en 1852.
  • 45 Sears, p. 8.
  • 46 Irving Zaretsky and Cythia Shambaugh, Spirit Possession and Spirit Mediumship in Africa and Afro-A (...)

64Comment un homme d’affaires pouvait-il fonder sa stratégie boursière sur les oracles des spirites et l’interrogation des morts ? Les esprits rationalistes peuvent sourire d’une telle attitude ; pourtant, aujourd’hui encore, d’importants dirigeants d’entreprise et même des chefs d’État consultent les astrologues et autres devins avant toute décision d’importance. Quoi qu’il en soit, pour expliquer cette période antérieure à la Guerre de Sécession, il faut tenir pour acquis l’existence d’un au-delà, tout comme il faut croire au diable pour comprendre les procès de Salem. Le spiritisme, né aux États-Unis en 184844 recruterait deux millions d’adeptes, chiffre considérable pour une population de 25 millions45. Il s’étendrait en Angleterre, en Europe et dans les colonies britanniques où, dans bien des cas, il fusionnerait avec des pratiques d’origine africaine46.

  • 47 La période pré-darwinienne est encore marquée par la croyance en la compatibilité de la religion e (...)

65Le spiritisme se présentait alors comme une « science », susceptible de confirmer les dogmes de la religion47 ou de s’y substituer ; il offrait, en prime, la consolation de l’éternité de l’âme, ce qui induisit Abraham Lincoln, par exemple, à participer à des séances pour entrer en communication avec son fils défunt. La nouvelle pratique avait aussi de quoi séduire les esprits forts, et beaucoup de libres penseurs aux idées avancées, tels Robert Dale Owen, fils du célèbre réformateur gallois, ou Stephen Pearl Andrews, philosophe et ami de Victoria, en étaient des défenseurs convaincus. De fait, les discours publiés de Woodhull n’invoquent pas l’autorité des esprits mais font appel à des arguments rationnels ; lorsqu’elle fait allusion à son expérience de médium, c’est pour parler des problèmes de ses client(e)s.

66Beaucoup de spirites sympathisaient avec les modes nouvelles et les idées contestataires. Ils encourageaient les pratiques végétariennes, propageaient la réforme vestimentaire, appuyaient les sociétés de tempérance et luttaient pour la suppression du sabbat. Ils firent également campagne pour le « socialisme », la réforme du travail, les droits de l’enfant, le vote des femmes et l’abolition de l’esclavage.

67Le mouvement des spirites publia une centaine de périodiques de 1840 à 1890 et tirait chaque année quelque cinquante mille brochures et autant de livres. L’institution se dispensait de toute hiérarchie. L’existence de médiums résultait de contacts individuels directs ou d’une expérience immédiate, non d’une promotion ou d’une formation organisée. Les spirites mettaient sur pied des congrès mais ne constituaient pas une église ; ils n’avaient pas de canon d’orthodoxie parce qu’ils n’étaient gouvernés par aucune institution. Ils étaient proches du transcendantalisme d’Emerson et de Thoreau qui les détestaient cordialement.

68Comme avocate du spiritisme, Victoria Woodhull vint redonner de l’élan à un mouvement qui n’avait jamais réussi ou voulu se doter d’une puissante organisation nationale. Elle prit la parole au Congrès de 1871 de l’American Association of Spiritualists, devant un auditoire qu’elle enthousiasma au point qu’il l’élut comme présidente, à la surprise générale et au mécontentement des anciens dirigeants. Elle fut réélue présidente l’année suivante, déclina le titre, mais son refus ne fut pas accepté. Lorsque Woodhull démissionna de la présidence en 1875, l’institution n’existait guère plus. Sa mauvaise réputation n’était pas seule en cause : la société des spirites avait, en fait, promu fort peu de femmes parmi ses dirigeants.

69Depuis longtemps déjà le spiritisme était devenu un porte parole des femmes. Parmi les arguments qui circulaient dans ces milieux, comme dans le mouvement féministe en général, figurait en bonne place la dénonciation d’une société qui dépouillait la femme de son enfant, de sa propriété, de son nom et de son individualité. Plus ou moins semblable à l’esclave, l’épouse n’avait aucun droit légal qui lui permettait de contrôler souverainement son corps ou de refuser d’être enceinte.

70Le lien entre le spiritisme et la défense des femmes n’avait rien de surprenant. Si toutes les « féministes » n’adhérèrent pas au spiritisme, la réciproque était vraie tant dans la pratique que dans l’idéologie. Alors que sectes et confessions religieuses rejetaient l’ordination des femmes, les milieux de la voyance offraient aux deux sexes les mêmes opportunités de devenir des médiums. Les spirites américains étaient donc le seul groupe « religieux » à reconnaître l’égalité des hommes et des femmes et, pendant les trente-sept années de leur histoire, à leur accorder le même droit à la tribune des orateurs.

71Les spirites élargirent leur critique jusqu’à remettre en question le pouvoir patriarcal :

  • 48 Banner of Progress, (Feb. 1, 1868) p. 3.

Wives are brutalized by their husbands husbands'passions, until threatened with death from physical drain or repeated pregnancy. Unwanted maternity turns mothers into murderers and abortionists... Nothing short of giving woman the right to control her own person, and to say when and under what circumstances she is willing to take upon herself the maternal relation, will remedy this great evil 48.

72Ils blâmaient les hommes pour les maternités involontaires : « Il n’y a pas un enfant sur cent qui soit conçu avec le consentement de la mère » déclarait le Dr. Juliet Stillman Severance.

73Tous les spirites n’étaient pas partisans de l’amour libre, bien que l’inverse fût vrai. Et parmi les adeptes de l’amour libre, une minorité récusait même le mariage. Au cours des années 1850, profitant du droit de libre expression au sein du mouvement, elle adopta une position anarchiste qui réclamait le libre échangisme, l’abolition de l’esclavage et la suppression du pouvoir oppresseur de l’État au nom de la souveraineté individuelle. Mrs. Julia Branch, qui était médium, déclarait:

  • 49 Cité in Braude, op. cit. p. 132.

It is a woman’s privilege to accept or refuse any love that comes to her and when her love has died out, she is no longer a fit partner for the man who has taken her to his heart 49.

74Spirites et partisans de l’amour libre montrent la variété des problèmes et des objectifs auxquelles se trouvaient confrontées les femmes du dix-neuvième siècle. Ainsi le mouvement des femmes ne se bornait-il pas au seul combat féminin pour participer aux élections.

3. Le phénomène Woodhull comme détonateur idéologique

75A priori, le « scandale Woodhull » provenait d’une conduite dissonante par rapport aux normes de l’époque. Sa présentation vestimentaire était celle d’une personne de la bonne société. Aucune faute de goût, rien de criard ou de choquant n’apparut dans ses démarches. Les expressions de son visage traduisaient la respectabilité. Comment cette femme pouvait-elle être un imposteur ?

Le risque des apparences

76La nouvelle classe moyenne ne se différenciait guère des couches subalternes que par son nouvel objectif de contrôle de soi et de respectabilité ; elle était ainsi soumise au risque d’être prise au piège des apparences. Il lui fallait être à l’affût des escrocs en tout genre et des tartuffes prêt à s’infiltrer dans un milieu désormais soucieux d’affirmer « sa classe ». Le mariage, en particulier, supposait une connaissance en profondeur de l’autre tout autant qu’une intelligence et un contrôle de soi-même. Or Victoria bouleversait toutes les données. Pour elle, la transparence n’était pas dans le regard sur soi ou sur l’autre, mais dans l’absence d’un double langage. En ce qui la concernait, pourtant, une brume épaisse entourait les faits essentiels de sa vie.

77De son passé obscur, on disait beaucoup de mal, malgré les dénégations désespérées d’une intéressée assez mythomane. Les historiens n’ont guère réussi à clarifier cette biographie.

78Il faut se souvenir que, depuis son plus jeune âge, elle entretenait son entourage et ses visiteurs de ses diverses visions. Démosthène, les anges, les conjoints décédés de ses clients lui intimaient leurs messages et leurs confidences. Il devait être difficile, dans ces conditions, d’établir une franche ligne de démarcation entre la fiction et la réalité. Nous sommes dans les franges obscures des croyances et d’une mythomanie socialement conditionnées.

79Ses narrations sont peu fiables. On ne peut jamais vérifier si ce qu’elle dit est vrai ou faux et même les historiens ne voient pas clair dans un passé à tout le moins douteux. On n’est jamais certain même qu’elle soit l’auteur de ses textes, sauf quand elle se livre à de brillantes improvisations ; il semble assez probable que beaucoup de ses écrits américains soient le résultat du travail d’une collectivité vivant sous la forme fouriériste d’un mariage complexe ou, à tout le moins, polyandrique.

  • 50 On n’a toujours pas retrouvé un contrat de mariage authentifié entre Victoria Woodhull et James Ha (...)
  • 51 Altina L. Waller, « The Beecher-Tilton Adultery Scandai: Family, Religion and Politics in Brooklyn (...)
  • 52 Robert M. Ireland, « The Libertine Must Die: Sexual Dishonor and the Unwritten Law in the Nineteen (...)

80Si donc Woodhull, contrairement à Lillian Russell, a tant scandalisé, ce n’était pas à cause de son libertinage, mais parce qu’elle remettait en cause l’honorabilité de l’ordre bourgeois ; les esprits chagrins trouvaient d’autant plus choquant ce ménage à trois qu’on parlait aussi d’amants réels ou prétendus50. Dans cette société en changement, qui passait du rêve jeffersonien de stabilité agraire à l’idéologie darwinienne du capitalisme concurrentiel et industriel, l’adultère des hommes était, en fait, profondément ancré dans les valeurs institutionnelles et culturelles51. En revanche, le cocuage menaçait la restructuration du pouvoir patriarcal. De nouvelles habitudes s’étaient instaurées. Contrairement aux époques précédentes, le XIXe siècle admettait qu’un époux ou un père puisse tuer les hommes qui avaient été sexuellement intimes avec son épouse, sa fille ou sa sœur : les jurys se montrèrent favorables aux accusés, traduisant ainsi l’idée que cette action était justifiée parce qu’elle protégeait et défendait les vertus de la femme52.

La propagande « libertine »

81Victoria affectait les démarches extérieures de la bourgeoise tout en camouflant sa vie privée, mais elle poussait le jeu jusqu’aux extrêmes limites de l’imposture. En outre, elle dénonçait aussi cette idéologie de la domesticité, qui assignait à la femme une sphère propre, quasi angélique, l’enfermant ainsi dans une prison.

  • 53 A. Cheree Carlson, « The Role of Character in Public Moral Argument: Henry Ward Beecher and the Br (...)

82Quand Mrs. Woodhull écrivait, ce qui à la rigueur était concevable pour une personne de son sexe qui se restreindrait à des sujets conformes à sa vocation, elle dépassait les limites de la bienséance. On ne lui demandait pas d’être chaste, mais pure, c’est-à-dire innocente, ignorante des manières du monde ; elle n’avait même pas besoin de penser53.

83De plus, une femme de la bonne société se devait de ne pas exercer de métier. Son choix d’une profession ne correspondait même pas à un travail traditionnellement réservé à l’univers féminin ; elle pénétrait dans un monde masculin particulièrement impropre, dans tous les sens du terme, celui des affaires.

  • 54 Madson, p. 9.

84Elle prenait aussi la parole en public, ce qui était peu convenable pour une personne de son sexe. Quelques décennies plus tôt, dans l’Amérique jacksonienne, Frances Wright, cette précurseur du mouvement féministe, avait été considérée comme une femme de petite vertu pour s’être ainsi affichée devant tous. Comme elle, Victoria abordait des sujets tabous : l’amour libre, la prostitution, l’émancipation économique. Néanmoins, son retentissement fut énorme si on considère que presque tous ses discours majeurs furent commentés par la presse new-yorkaise et reproduits par celle-ci le lendemain54.

Les garants de la morale

85Au moment de l’élection présidentielle, Mrs. Woodhull était en prison. Elle venait, en effet, de susciter un nouvel adversaire, Anthony Comstock.

86Défenseur acharné du capitalisme le plus impitoyable et fanatique religieux qui s’était mis au service de la Young Men’s Christian Association, qu’il ne manquait pas de consulter avant chaque cas, ce Postmaster General s’était proclamé juge de la moralité et, au nom de celle-ci, il allait susciter en 1873 la New York Society for the Suppression of Vice, ainsi que la loi qui porterait son nom et établirait une censure officielle ; celle-ci s’exercerait pendant quelques décennies par ses bons soins et il persécuterait toute une série d’intellectuels et d’artistes, y compris même George Bernard Shaw.

  • 55 Voir la thèse d’Anna Louise Bates, « Comstock’s Life and Laws », Ph. D. thesis, State University o (...)

87La croisade de Comstock contre le vice a généralement été présentée comme un combat contre la pornographie. En fait, défenseur du système patriarcal et d’un ordre familial où la femme restait à la maison et s’occupait des enfants, il s’était installé comme gendarme des organes génitaux de la femme américaine. Tout discours ou matériel qui remettait en cause le mariage ou discutait ouvertement des questions sexuelles était considéré comme pornographique55. Ainsi était-il interdit à la femme de s’informer sur la menstruation, le contrôle des naissances, et plus encore à l’adolescente de découvrir son corps.

88Le défi se devait d’être relevé. Des free-lovers anarchistes entreprirent de publier systématiquement des informations et des termes prohibés par Comstock. Les plus hardis d’entre eux virent leur journal confisqué et furent emprisonnés à plusieurs reprises, y perdant parfois la santé.

  • 56 Quelques années plus tard, Victoria Woodhull se trouverait aussi indirectement confrontée au probl (...)

89Ainsi apparaissait un nouveau gardien de l’intimité conjugale, l’État. Le contrôle religieux de la sexualité était progressivement relayé, au XIXe siècle, par celui des médecins. Les divers États n’intervenaient que lorsque la moralité publique était menacée et la législation était souvent floue ou peu respectée. Le combat pour le suffrage féminin se révélait comme une arme à double tranchant, car s’il affirmait le droit à l’égalité d’un groupe jusque là écarté du pouvoir, il accordait au secteur public un droit de regard sur un aspect de l’éthique que certains citoyens considéraient comme relevant de la vie privée56.

  • 57 Austin Abbott, Official Report of the Trial of Henry Ward Beecher, New York, 1875. 2 vols.; (anony (...)

90La propagande du libre échange amoureux devait aussi avoir un impact sur les groupes religieux. Lors du congrès des spirites de 1872, Victoria devait révéler l’aventure extra conjugale du pasteur le plus populaire de son temps, Henry Ward Beecher. Ce prédicateur, quintessence de la moralité victorienne, drainait tous les dimanches des foules de trois mille personnes. L’accusation lancée par Victoria Woodhull, si elle était ad hominem, visait à dénoncer l’hypocrisie des institutions. Elle suscita une crise insupportable, car si le clergé lui-même succombait à la licence des mœurs, sur qui pouvait-on encore s’appuyer ? La série de procès qui s’en suivirent reçut plus d’attention que la destitution du Président Andrew Johnson57.

  • 58 A. Cheree Carlson, « The Role of Character in Public Moral Argument: Henry Ward Beecher and the Br (...)

91Le Dieu d’amour que prêchait Beecher, au lieu du Dieu en colère des Calvinistes, apparaissait aux traditionalistes comme une apologie du déclin des autorités ecclésiales, politiques et familiales. La popularité croissante du pasteur s’accompagna d’une opposition grandissante à ses positions. Avant même ce procès, Beecher était perçu comme un danger pour l’ordre social, une cause de dégradation de la religion dans l’ordre du profane. L’accusation d’adultère fut étalée devant le grand public comme un exemple de ses doctrines destructrices. Notons en passant que dans les procès qui s’en suivirent, au sein des églises et devant les tribunaux civils, tandis que l’accusation présenta le ministre de Dieu comme un homme qui avait failli aux principes, la défense lui attribua un ensemble de traits féminins, de sorte qu’il apparût incapable de séduire. En effet, son caractère fut défini par ses relations familiales, qui étaient marquées par trois vertus essentielles des femmes : la piété, la pureté et la soumission. Un homme était coupable, mais Beecher n’était pas un homme au sens traditionnel : la faute retombait sur ses accusateurs58. Le pasteur fut acquitté.

92Ainsi triomphait la figure victorienne de la féminisation, mais se révélait aussi la fragilité de la domination ecclésiastique sur les mœurs, fragilité qui désormais, en ce domaine aussi, céderait la place à la régence du politique.

93Le conflit de Mrs. Woodhull avec la société américaine ne peut être interprété comme un phénomène atypique. Les libertés sexuelles de toute sa famille et de leurs amis témoignent que la morale victorienne n’était pas aussi générale, notamment dans les classes populaires, telle que celle d’où provenait Victoria. En fait, cette idéologie était utilisée contre ces couches sociales par crainte d’une sexualité prémaritale qui risquait de voir augmenter la naissance d’enfants illégitimes.

94Il était clair que le combat pour le droit de vote ne suffirait pas à remettre en cause le pouvoir patriarcal mais, au contraire, pouvait contribuer à le restructurer à partir du moment où la femme « libérée » se sentirait obligée d’imiter la culture masculine, y compris dans son discours sur la domesticité.

95C’est le mérite de Victoria Woodhull d’avoir insisté auprès de ses contemporaines sur les méfaits auxquels pouvaient conduire le silence des éducateurs sur les problèmes sexuels, sur la nécessité d’une autonomie économique de la femme, sur l’importance d’une relation égalitaire, fondée sur les mêmes règles, permettant aux deux sexes d’affirmer le droit au plaisir charnel, et sur la nécessité de l’amour. Si l’ironie voulut qu’elle termina dans la respectabilité en Angleterre, reniant ses écrits postérieurs, ne faut-il pas y voir encore un exemple de la pression sociale ? Mais on ne saurait en conclure au triomphe de la morale victorienne. L’abandon de ses principes était le prix à payer pour être accepté dans la haute société. Tout le monde n’était pas dans ce cas. D’autres, comme Emma Goldman, devaient bientôt prendre le relais.

Notes

1 Emanie Louise (Nahm) Sachs, The Terrible Siren, New York : Harper and Brothers, 1928, reste la biographie la plus sérieuse ; M. M. Marberry, Vicky. A Biography of Victoria C. Woodhull, New York : Funk & Wagnalls, 1967, est fort plaisant mais peu fiable car les sources ne sont jamais indiquées ; Johanna Johnston, Mrs. Satan. The Incredible Saga of Victoria C. Woodhull, New York : G. P. Putnam’s Sons, 1967, partage les mêmes défauts et qualités, mais est plus solide ; Lynda Phillips Madson, « The Rhetoric, Strategy, and Style of a Liberationist : Victoria C. Woodhull 1838-1927 », Ph. D. Diss., Graduate School of Interpersonal Communication, Ohio University, 1974, 192 p. est la seule thèse consacrée à Woodhull et elle se propose d’étudier la rhétorique de celle-ci. Nous n’avons malheureusement pas pu consulter Marion Meade Free-Woman ; the Life and Times of Victoria Woodhull, New York : Knopf, 1976, xiii, 174 p., ni James Brough, The Vixens : A Biography of Victoria and Tennessee Claflin, New York : Simon and Schuster, 1980, 288 p. Ont été publiés en français les deux ouvrages suivants : Jean-Pierre Feuillebois et Nicole Blondeau, avec la collaboration d’Anne-France Dautheville, Victoria la scandaleuse : la vie extraordinaire de Victoria Woodhull, 1838-1927, Paris : Editions Menges, 1979, et Françoise Basch, Rebelles américaines au XIXe siècle : mariage, amour libre et politique ; préface de Madeleine Reberioux. Paris : Méridiens Klincksieck, 1990, 224 p. Sauf indication contraire, les oeuvres citées de V. C. Woodhull se trouvent dans Madeleine B. Stern, ed., The Victoria Woodhull Reader, Weston, Mass. : M. & S. Press, 1974.

2 New York Herald, Jan.21, 1870.

3 Voir Woodhull & Claflin’s Weekly, New York, du 26 août au 30 décembre 1871.

4 Woodhull & Claflin’s Weekly (July 22, 1871). Cf. Ronald Creagh, L’anarchisme aux États-Unis, Paris : Didier érudition, 1986.

5 V. C. Woodhull, The Ethics of Sexual Equality, New York: Woodhull & Claflin Co., 1872, p. 10.

6 New York : J. B. Ford, 1871. Cette comédie parut d’abord en plusieurs épisodes dans le journal de son père, Christian Union, qui doubla ainsi son tirage.

7 Henry James, The Siege of London; The Pension Beaurepas and The Point of View, Boston: Houghton, Mifflin, 1882.

8 Par référence à la reine Victoria d’Angleterre, cette ère est caractérisée par un certain type d’attitudes et de mœurs qui seront décrites plus loin.

9 La censure avait existé durant la Guerre civile, mais elle n’avait pas été sanctionnée par une législation.

10 Pratique de la Nouvelle-Angleterre qui consistait à autoriser deux personnes, en principe de sexe opposé, et notamment les fiancés, à dormir dans un même lit avec tous leurs vêtements.

11 Daniel Scott Smith et Michael Hindus, « Premarital Pregnancy in America, 1640-1971: An Overview and Interpretation, » The Journal of Interdisciplinary History 5 (Spring 1975) 551.

12 Septième si l’on compte deux enfants qui ne survécurent pas.

13 Faut-il rappeler qu’à la même époque les religieux catholiques distribuaient des médailles miraculeuses ?

14 Ellen Dubois, « Beyond the Victorian Syndrome: Feminist Interpretations of the History of Sexuality, » Radical America, 16 (1982) 1-2: 149-153.

15 Kathleen Verduin, « ‘Our Cursed Natures’ : Sexuality and the Puritan Conscience », New England Quarterly 56 (1983) 2 : 220 - 237 rappelle opportunément que si certains anciens stéréotypes concernant les puritains doivent être abandonnés, comme l’ont montré Samul Eliot Morrison et Perry Miller, il n’en est pas moins vrai que le clergé, gardien attitré de la moralité, considère la sexualité comme « a Virtual invitation to damnation ». La discussion des fautes sexuelles est marquée par la peur d’une punition ; les excès sexuels sont considérés comme un signe de désordre de ce monde et les péchés de la chair doivent être contrôlés par l’autorité parentale, les magistrats ou par l’individu lui-même. Néanmoins, les pratiques varièrent beaucoup en Nouvelle-Angleterre au cours du XVIIe siècle cf. Bruce C. Daniels, « Did the Puritans Have Fun ? Leisure, Recreation and the Concept of Pleasure in Early New England », Journal of American Studies 25 (1991) 1: 7-22.

16 Stephen Nissenbaum, Sex, Diet, and Debility in Jacksonian America: Sylvester Graham and Health Reform, Westport, Conn.: Greenwood Press, 1980.

17 Carrol Smith-Rosenbert, « Sex as Symbol in Victorian Purity: An Ethnohistorical Analysis of Jacksonian America, » American Journal of Sociology 84 (suppl.-217-220, 227, 237, 243; Thomas L. Haskell, « Capitalism and the Origins of the Humanitarian Sensibility, » American Historical Review 90 (April/June 1985) 339-361, 547-566; Norbert Elias, The Civilizing Process: The History of Manners, vol. I, trans. Edmund Jephcott (New York: Urizen Books, 1978); Warren Susman, « ‘Personality’ and the Making of Twentieth-century Culture, » in Culture as History: The Transformation of American Society in the Twentieth Century, New York: Pantheon, 271-285.

18 Voir Ann Douglas, The Feminization of American Culture, New York: Avon, 1978.

19 Laurence, Kathleen Ann, The Domestic Idiom: Rhetorical Appeals of Four Influential Women in Nineteenth Century America, Ph. D., University of Indiana, 1989. 322 p.

20 Nous ne pouvons ici trancher la question de savoir si les classes moyennes sont apparues dans les années 1840 ou 1880. Il suffit pour notre propos de noter que cette nouvelle mentalité commence à poindre dans les années 40, même si la classe ne s’est pas encore constituée.

21 E. Anthony Rotundo, « Body and Soul: Changing Ideals of American Middle-class Manhood, 1770-1920, » Journal of American History 15 (Fall 1982) 23-38.

22 Moins toutefois que nos contemporaines, cf. Nancy S. Landale and Avery M. Guest, « Ideology and Sexuality among Victorian Women », Social Science History 10 (1986) 2 : 147-170, qui montrent que les femmes de cette époque contrôlaient moins qu’aujourd’hui les relations conjugales, avaient des rapports sexuels moins fréquents et moins satisfaisants qu’à l’époque contemporaine et d’ailleurs justifiaient moins ces actes par le plaisir qu’il pouvait procurer. Sur le débat avec les historiens « révisionnistes » au sujet de la sexualité victorienne, voir Steven Seidman « Sexual Attitudes of Victorian and Post-Victorian Women : Another Look at the Mosher Survey », Journal of American Studies (1989) 1 : 68-71 et, du même auteur, « The Power of Desire and the Danger of Pleasure : Victorian Sexuality Reconsidered », Journal of Social History 24(1990) 1 :47-67.

23 Anne Braude, Radical Spirits: Spiritualism and Women’s Rights in Nineteenth Century America, Boston: Beacon Press, 1989 p. 126.

24 Carroll Smith-Rosenberg, « Sex as Symbol in Victorian America », Prospects [Grande-Bretagne] 5 (1980) 5: 51-70.

25 Victoria Woodhull, A Speech on The Principles of Social Freedom, New York: Woodhull Claflin Co., 1871, p. 36 in Stern, op. cit.

26 V. Woodhull, Tried as by Fire; or The True and The False, Socially. New York: Woodhull & Claflin, 1874, p. 15, in Stern, op. cit.

27 V.C. Woodhull, The Scarecrows of Sexual Freedom, New York: Woodhull, Claflin & Co., 1872, p. 7. Voir aussi id., The Elixir of Life, or Why Do We Die? New York: Woodhull, Claflin & Co., 1873, p. 7.

28 Aileen S. Kraditor, The Ideas of the Woman Suffrage Movement, 1890-1920, New York: Columbia University Press, 1965, p. 7.

29 Luisa Cetti, « Feminism and Free Love in Mid-Ninteenth Century America, » Storia Nordamericana, 5 (1988) 2: 9-22.

30 Madson, p. 6.

31 Pour les relations de Victoria Woodhull avec le mouvement des suffragettes, voir Basch, op. cit.

32 Marberry, op. cit. p. 61.

33 Steven R. Boyd, « Five Alternative Constitutions for the United States, » This Constitution 1986 (10) 27-34.

34 Marberry, op. cit. p. 176.

35 Jesse Frank Battan, « The Politics of Eros’: Sexual Radicalism and Social Reform in Nineteenth-century America, » Ph. D. diss., University of California, Los Angeles, 1988; Martin Henry Blatt, Free Love and Anarchism: The Biography of Ezra Heywood, Urbana: University of Illinois Press, 1989, 207 p.; Estelle B. Freedman, « Sexuality in Nineteenth-century America: Behavior, Ideology and Politics, » Review in American History 10 (1982) 4: 196-215; Peter Gay, « The Discreet Pleasures of the Bourgeoisie », American Scholar 53 (1983-1984) 1: 91-99; John C. Spurlock, Free Love and Middle-Class Radicalism in America, 1825-1860 (American Social Experience Series) New York: New York University Press, 1988, 277 p.; Carol Z. Stearns and Peter N. Stearns, « Victorian Sexuality: Can Historians Do It Better? » Journal of Social History 18 (1985) 4: 624-634. Sur les intellectuelles noires des années 1890-1900, voir Hazel V. Carby, « ‘On the Threshold of Woman’s Era’: Lynching, Empire, and Sexuality in Black Feminist Theory, » Critical Inquiry 12 (1985) 1: 262-277.

36 Whitney R. Cross, Burned-Over District; The Social and Intellectual History of Enthusiastic Religion in Western New York, 1800-1850, New York: Harper & Row (Harper Torchbooks), 1965

37 Cité in Sears, pp. 3-4.

38 Il faudrait d’ailleurs aussi ajouter que beaucoup étaient partisans de la phrénologie et de l’hydrothérapie.

39 Luisa Cetti, Un falansterio a New York: l’Unitary Household, 1858-1860, e il riformismo americano, Palermo: Sellerio, 1922, 123 p.

40 Woodhull, Tried as By Fire, op. cit. p. 43.

41 Sears, op. cit. p. 24.

42 Woodhull & Claflin’s Weekly, Oct. 18, 1873, p. 12..

43 Tried as by Fire, in Stem op. cit., p. 39.

44 Il n’adoptera ce nom qu’en 1852.

45 Sears, p. 8.

46 Irving Zaretsky and Cythia Shambaugh, Spirit Possession and Spirit Mediumship in Africa and Afro-America: An Annotated Bibliography, New York: Garland Publications, 1978.

47 La période pré-darwinienne est encore marquée par la croyance en la compatibilité de la religion et de la science.

48 Banner of Progress, (Feb. 1, 1868) p. 3.

49 Cité in Braude, op. cit. p. 132.

50 On n’a toujours pas retrouvé un contrat de mariage authentifié entre Victoria Woodhull et James Harvey, dit « colonel Blood ».

51 Altina L. Waller, « The Beecher-Tilton Adultery Scandai: Family, Religion and Politics in Brooklyn, 1865-1875 », Ph. D. diss., University of Massachusetts, 1980.

52 Robert M. Ireland, « The Libertine Must Die: Sexual Dishonor and the Unwritten Law in the Nineteenth-century United States », Journal of Social History 23 (1989) 1: 27-44.

53 A. Cheree Carlson, « The Role of Character in Public Moral Argument: Henry Ward Beecher and the Brooklyn Scandai », Quarterly Journal of Speech, 77 (1991) 38-52, p. 46.

54 Madson, p. 9.

55 Voir la thèse d’Anna Louise Bates, « Comstock’s Life and Laws », Ph. D. thesis, State University of New York at Binghamton, 1991 p. 1050)

56 Quelques années plus tard, Victoria Woodhull se trouverait aussi indirectement confrontée au problème de la censure en Angleterre. Dans les années 1890, diverses personnes exigèrent que la bibliothèque du British Museum retire ses écrits de la circulation, mais le conservateur, Richard Garnett, réussit à obtenir des solutions de compromis. Barbara McCrimmon, « Richard Garnett as Censor », British Library Journal 12 (1986) 1: 64-75.

57 Austin Abbott, Official Report of the Trial of Henry Ward Beecher, New York, 1875. 2 vols.; (anonyme) The Beecher-Tilton Scandai, A Complete History of The Case, with Mrs. Woodhull’s Original Statement, Brooklyn, 1874.

58 A. Cheree Carlson, « The Role of Character in Public Moral Argument: Henry Ward Beecher and the Brooklyn Scandai », Quarterly Journal of Speech, 77 (1991) 38-52.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540