Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes de conscience

 | 
Daniel Royot
, 
Susan Goodman

Le corps du délit. Les féministes américaines et le corps de la femme

Anne-Marie Bonifas

Texte intégral

Has a woman a right to herself? ‘Tis very little to me to have the right to vote, to own property, etc., if I may not keep my body, and its uses, in my absolute right. Not one wife in a thousand can do that now.
Lucy Stone à Susan Anthony.

  • 1 Philippe Perrot, Le travail des apparences (Paris : Seuil, 1984), p. 10.

1Dire que le corps humain est significatif d’un point de vue social, culturel ou politique n’est pas une nouveauté. Pas plus que penser qu’il le reste jusque dans les tentatives faites pour l’oblitérer. « Réceptacle de signes et réservoir de valeurs » comme l’écrit Philippe Perrot, toute société le façonne selon l’image qu’elle souhaite lui voir prendre en une opération permanente de la culture sur la nature1. Mais ces constatations revêtent un caractère peut-être encore plus évident au dix-neuvième siècle où le corps apparaît comme un aspect problématique de la personne, tombant sous le coup de tentatives de réforme — tentatives pour le rendre plus beau, plus sain, bref plus proche de la perfection, et qui témoignent de cette foi dans le progrès, dans l’homme individuel qui informe le siècle. Pour bien des gens alors, la régénération du monde commence par la régénération de la constitution physique de l’homme et de la femme. En même temps, il est clair que l’entreprise ne se teinte pas seulement d’idéalisme et que, en raison de profonds changements socioéconomiques, l’on tente d’amener le corps sous contrôle afin de le plier aux contraintes nouvelles de la société. Considéré comme potentiellement dangereux, en particulier dans l’expression de sa sexualité, il est donc, contrairement à ce que l’on pourrait attendre d’un Victorianisme vu souvent comme essentiellement prude, l’objet d’analyses multiples dans ses différents aspects et fonctions. La prolifération des écrits, livres, tracts, pamphlets est à cet égard frappante.

2Les avocates des droits des femmes, moins limitées lors de la première génération à des considérations sur l’obtention du suffrage, élaborèrent au moins un début de réflexion sur le corps. Le lien qu’elles établissent entre l’esclavage et leur propre situation de femme commence par une considération très concrète d’une servitude qui est présentée comme étant d’abord physique. La plupart prennent conscience alors que leur corps détermine leur identité et leur statut en société. Si elles le placent si souvent au centre même de leur discours, c’est qu’elles comprennent que c’est lui, dans sa différence des normes culturelles édictées par les hommes, qui fait obstacle à la reconnaissance de la personne de la femme. Une mise en garde cependant s’impose. S’attacher à l’étude du corps peut suggérer que l’on considère l’expérience physique comme primordiale. Or, ce n’est sans doute pas l’optique d’un siècle où s’épanouit l’idée de la femme guide moral de l’homme, réformatrice des mœurs, émissaire du divin, et ce n’est pas celle non plus des premières féministes américaines qui, pour la majorité d’entre elles, n’ont que défiance vis-à-vis du Free Love Movement par exemple, et se montrent fort éloignées des thèmes de la libération sexuelle du siècle suivant. Pourtant, de manière plus ou moins ouverte, le féminisme à ses débuts s’attacha à une réévaluation du corps féminin, depuis son apparence matérielle jusqu’à son rôle et aux rapports qu’il entretient avec le corps social et politique.

3Au dix-neuvième siècle, la représentation de la femme passe d’abord et inévitablement par le corps, même si l’on soutient que la femme est aussi, et avant tout, une belle âme et une vertu. De multiples raisons peuvent être suggérées pour expliquer cette préoccupation, comme la foi dans le développement du moi individuel liée au romantisme et au renouveau religieux, ainsi que l’influence du mouvement réformiste. En particulier il faut souligner cette idée souvent formulée au sein de celui-ci qu’il existait un rapport étroit entre le physique et le spirituel, et qu’une conduite morale ne pouvait se concevoir si le corps était déformé, livré aux excès ou enchaîné. Cette corrélation, traditionnelle depuis le dix-septième siècle, recevait alors une accentuation nouvelle. Or la plupart des féministes étaient actives dans une ou plusieurs branches du réformisme, en particulier dans les sociétés de tempérance, expérience qui fit beaucoup pour les rendre conscientes des dégradations subies par les femmes, victimes des brutalités d’alcooliques jusque dans leur corps même.

4Surtout, peut-être, faut-il voir dans cette attention portée à l’être physique l’impact du développement des sciences à partir du milieu du siècle, notamment de la médecine dont le discours déplace celui qui jusque là avait été hégémonique — c’est-à-dire celui de l’évangélisme protestant où le corps figure le plus souvent à titre d’ennemi. On perçoit alors une insistance renouvelée mise sur la théorie de la différence sexuelle ancrée dans la biologie, fondant scientifiquement le dualisme mâle/femelle, qui se traduit sur le plan social par toute une série d’autres dualités (extérieur/intérieur, espace privé du foyer, espace public du monde des affaires, de la politique, de l’action en général) qui structurent ce que l’on a appelé le culte de la sphère domestique — discours dominant dès les années 1830, reflétant la transition de l’Amérique vers une société moderne.

5Puisque, comme on le pense alors, la détermination physique scelle le destin des êtres, il n’est peut-être pas inutile de rappeler brièvement comment figure le corps de la femme au sein de ce discours et d’en esquisser les caractéristiques.

  • 2 Bien qu’il y ait ambiguïté, et que cette caractéristique ne s’applique en fait qu’aux blanches de (...)

6La première, et sans doute la principale, est sa différence d’avec le corps masculin, mais c’est une différence qui entraîne du côté de l’infériorité. L’existence d’un sexe « fort » implique celle d’un sexe « faible ». Plus que jamais, la fragilité est affirmée comme une marque essentielle du corps de la femme2. Le squelette est plus petit, les chairs sont plus molles, les fibres plus fines, les muscles ne sont guère développés. Tout au long de son existence la femme, le plus souvent, n’est qu’un corps souffrant, car il est alors courant de confondre le normal et le pathologique. Ce corps perpétuellement affligé, les médecins en soulignent la débilité, confrontés qu’ils sont à de nombreux cas de chloroses, migraines, et autres dyspepsies. Sans parler bien sûr de cette maladie particulière à la femme que l’on nomme hystérie et dont l’étymologie marque bien le lien avec le corps sexué. Plus sensible aux influences extérieures, réagissant vivement, le corps féminin est fait pour le calme, l’intérieur, et la débilité physique qui le définit a pour conséquence l’invalidation sociale. Dans le procès à peine voilé qui lui est intenté, il est l’argument favori de l’accusation, et il fonctionne comme la justification essentielle de la soumission générale de la femme, et plus spécifiquement de son exclusion du domaine politique.

  • 3 Barbara Welter, Dimity Convictions (Athens: Ohio UP, 1976), p. 63.
  • 4 E.B. Duffey, No Sex in Education — Or, An Equal Chance for Both Girls and Boys. Being a Review of (...)

7En fait, sa seule raison d’être est la propagation de l’espèce : « the greatest end and object of woman’s existence is, evidently, to perpetuate the species » assure le docteur Morill3. Dans cette optique, les médecins se joignent parfois au mouvement de réforme afin de rendre les femmes plus fortes, qui feront ensuite des mères fécondes donnant naissance à des enfants plus beaux et plus vigoureux. Mais en même temps, ces mêmes médecins demandent souvent, et dans un but identique, que des limites strictes leur soient imposées. Développer les matrices, oui, développer les cerveaux, certainement pas. Ainsi pour le docteur Edward Clarke d’Harvard, contre lequel s’élève Mrs Duffey, une hygiéniste qui avait des sympathies féministes4, le corps de la femme se résume à un utérus, et il convient de s’opposer à l’éducation supérieure des filles car le sang nécessaire au bon fonctionnement de cet organe et des ovaires serait alors dévoyé vers le cerveau...

  • 5 William Acton, Functions and Disorders of the Reproductive Organs, cité par Carl Degler, At Odds. (...)

8Mais même si le corps de la femme apparaît de plus en plus dans le discours médical, ou dans celui du culte du foyer, comme celui de la Mère, celui d’Eve tentatrice n’est pas oublié. Or ce corps séduisant est dangereux, et il est donc indispensable de le plier à d’étroites contraintes. En particulier, il importe de l’enfermer dans un domaine spécifique où les contacts avec sa féminité potentiellement corruptrice seront limités. D’où la nécessité du mariage au sein duquel la sexualité tendra à la reproduction, dissociée de l’Eros. D’ailleurs de nombreux médecins vers le milieu du siècle affirment que la femme est dénuée d’instinct sexuel. D’après le docteur William Acton, « the majority of women (happily for them) are not very much troubled with sexual feelings of any kind. What men are habitually, women are only exceptionnally »5. Mais ce corps asexué est de toute évidence un corps idéologique (tous les médecins ne s’accordent d’ailleurs pas pour refuser la sexualité à la femme) dont les traits commencent à être fixés dans les années 1830-1840 et qui s’inscrit dans un discours normatif mais souvent intériorisé, en particulier dans les classes supérieures. Ce n’est pas tant que la femme est asexuée, mais qu’elle doit l’être pour le bon ordre de la société. Cette nouvelle idéologie sexuelle est liée à des bouleversements sociaux considérables : le contrôle de la sexualité s’applique aussi à l’homme et n’est pas sans rapport avec la business ethic de la classe moyenne qui fixait les normes. En même temps pourtant, l’image du self-made man, ou celle du pionnier, évoquant une sorte de rude masculinité, continue à dominer. C’est alors le rôle nouveau attribué à la femme, désormais glorifiée comme étant moralement et spirituellement supérieure, que d’amener l’homme à son niveau de pureté.

9Vers le milieu du siècle, le corps de la femme est donc l’objet de perceptions contradictoires. A la fois célébré dans la maternité et méprisé pour sa faiblesse, dévoilé et oblitéré, il est nanti de deux fonctions principales de représentation et de reproduction. De représentation lorsqu’il s’affiche comme un corps à vendre, ou plus tard quand il figure à titre d’« ornement du foyer », corps gracieux que l’on pare de vêtements et de bijoux, objet-signe du statut de l’homme bourgeois. Et de reproduction lorsqu’il n’est qu’un corps fertile qui proclame la virilité du mâle et perpétue son nom par l’intermédiaire d’une progéniture abondante. Confiné dans le cercle du foyer, il est le corps de l’épouse soumise aux désirs de l’homme, et celui de la mère soumise aux besoins des enfants. C’est donc, dans le discours féministe, un corps qui appelle les métaphores de la servitude.

  • 6 Elizabeth Cady Stanton, Susan B. Anthony & Matilda Gage eds, History of Woman Suffrage (New York: (...)

10Déjà Mary Wollstonecraft en avait popularisé quelques-unes, telle celle de la Chinoise aux pieds bandés que l’on retrouve dans quantité d’écrits de la période, féministes ou non, et celle de la femme du harem, être tout entier voué à la corporalité et livré aux caprices masculins. Mais bien sûr l’image favorite demeure celle de l’esclave. Une bonne partie de la rhétorique féministe s’appuie sur le parallèle entre les conditions féminine et servile. A History of Woman Suffrage affirme dès l’introduction que « the prolonged slavery of woman is the darkest page in human history »6.

11Le corps de la femme est ainsi présenté comme un corps contraint, assailli, enfermé le plus souvent, puni pour un délit indéterminé — peut-être pour le péché d’Eve, à moins que ce ne soit celui d’être une défaillance par rapport à une norme, un ratage en quelque sorte.

12L’une des revendications majeures des premières féministes sera donc le droit à leur corps, à sa dignité, à sa liberté et à son autonomie. Puisant des arguments dans le mouvement hygiéniste, elles vont adopter — en particulier avant la guerre civile — une stratégie qui va tenter de modifier, voire d’inverser parfois, l’interprétation masculine et sa représentation du corps féminin. Car, ainsi que le dit Stanton, jusque là c’est « man, the sculptor (who) carved out his ideal...He has made a woman that from his low stand-point looks fair and beautiful » (HWS, 684). Enfin, l’un de leurs buts sera de transformer le corps d’objet passif et silencieux de l’oppression en instrument actif d’affirmation, voire de conquête.

Un corps libre et sain

  • 7 « Wanted: A Healthy Wife », Harper’s New Monthly Magazine, 13, 1856.

13Dans un livre de réminiscences, celle que l’on considère comme la tête pensante parmi les premières féministes, Elizabeth Cady Stanton, affirmait que nombre de femmes souffraient de « répression », mot qui reviendra fréquemment sous la plume des féministes, terme étonnamment moderne, annonciateur de Freud. A la répression, Stanton et les autres féministes entendent substituer l’expression et l’épanouissement individuels. Et il s’agit bien d’abord pour elles de dénoncer la répression du corps qui se traduit par cette constitution chétive, cette pâleur si souvent observée par les voyageurs et les commentateurs. En 1856, Harper’s New Monthly Magazine par exemple publiait un article au titre caractéristique : « Wanted : A Healthy Wife »7. Mais loin de voir dans cette mauvaise santé un fait de nature dû à la faiblesse essentielle de la femme, l’auteur blâmait le conditionnement social imposé par l’homme, accepté par la femme.

  • 8 Elizabeth Cady Stanton, Eighty years and More. Reminiscences 1815-1897 (New York: Schocken Books 1 (...)
  • 9 Theodore Stanton & Harriot Stanton Blatch eds, Elizabeth Cady Stanton. As Revealed in her Letters, (...)

14Cette répression, Stanton la lie pour sa part à l’influence du calvinisme et du puritanisme, et elle a quelques paroles amères sur son enfance bardée d’interdits. Elle lui oppose la joie du corps, l’exubérance, en particulier celle du corps jeune qui s’exprime « in dancing, all kinds of games, and practical jokes carried beyond all bounds of propriety »8 — comme c’était le cas lorsqu’elle passait des vacances chez son cousin Gerrit Miller. A plusieurs reprises, et avec une satisfaction évidente, Stanton note qu’elle possède une constitution vigoureuse dans laquelle elle voit le gage non seulement, et prosaïquement, d’une vie heureuse, mais aussi celui d’un développement équilibré de l’individu. Ainsi conseillait-elle à ses fils de choisir pour épouses des jeunes filles aux dents et à la colonne vertébrale solides (R, 331) ! Dans son portrait de Susan Anthony, elle indique que, tout enfant, celle-ci donnait des signes d’un sérieux excessif, presque morbide. Ce qui l’a sauvé du fanatisme religieux selon elle, c’est, typiquement, « a strong well-balanced body » d’abord, et ensuite « a simple family life » (R, 159). L’on remarque d’ailleurs souvent chez Stanton quelque chose qui rappelle Whitman et sa célébration du corps « in perfect health ». Avec orgueil, elle raconte comment elle a donné naissance à une fille, un gros bébé de six kilos, avec une amie et une infirmière pour toute aide, et s’est changée seule un quart d’heure après, alors que la coutume voulait que la parturiente restât plusieurs semaines au lit. On peut noter au passage une transformation caractéristique du discours traditionnel. On disait généralement alors d’une femme qu’elle était « délivrée » d’un bébé, évocation du corps passif et souffrant. Il n’est pas innocent que Stanton décrive l’événement en termes tout autres, puisque c’est elle qui devient l’acteur fondamental : « I (...) brought forth this big girl » écrit-elle9. Mrs Stanton s’opposait ainsi à l’idée d’un corps artificiellement rendu maladif par de sottes coutumes, des superstitions, par la mode, et surtout par le décret des hommes.

15Les féministes se préoccupent donc de libérer le corps de la femme de la tyrannie de la débilité, mais aussi de l’opprobre qui s’attache à la chair. Les plus radicales d’entre elles refusent de déceler la présence du Mal dans le monde physique. Le corps humain est, naturellement, sans défaut et il le resterait si seulement on lui permettait de fonctionner de façon également naturelle. L’idée est courante chez les hygiénistes comme Sylvester Graham et les féministes comme Stanton que la maladie est la conséquence d’une violation d’une loi naturelle — l’équivalent en somme du péché en termes physiologiques. D’après l’hygiéniste Mary Gove Nichols, l’une des premières à faire des conférences sur la physiologie et la santé, co-fondatrice avec son époux de The American Hydropathic Institute (1853), mais discréditée pour ses sympathies pour le Free Love Movement :

  • 10 Cité par Regina Markell Morantz, « Making Women Modem: Middle-Class Women and Health Reform in Nin (...)

Many people seem to think that all diseases are immediate visitations from the Almighty, arising from no cause but his immediate dispensation... Many seem to have no idea that there are established laws with respect to life and health, and that the transgression of these laws is followed by disease. 10

  • 11 William Leach, True Love and Perfect Union. The Feminist Reform of Sex and Society (Londres: Routl (...)

16On retrouve la même idée chez Stanton qui déclarait que « sickness is a crime since it is an evidence of a violation of some physical law »11.

17On voit ici la filiation avec le rationalisme des Lumières, et la croyance que la maladie peut être évitée si l’on possède une bonne connaissance des lois de la physiologie. Cette insistance, comme il a été suggéré, était en partie une réaction à une situation très réelle de mauvaise santé à laquelle non seulement les hygiénistes et les féministes, mais aussi les conservateurs et les chantres de l’idéologie domestique comme Catharine Beecher, demandaient des remèdes. C’est que le corps souffrant est incompatible avec une nouvelle vision de la femme, mère éducatrice jouant un rôle fondamental dans le développement des enfants et dans l’équilibre moral de la société. Il est un obstacle constant au bon ordre social pour les uns, au progrès pour les autres. Mais il y a aussi chez les féministes un intérêt pour la femme elle-même qui est en rapport avec les thèses de la libération. Quand l'American Physiological Society est fondée à Boston en 1837, presque un tiers de ses membres sont des femmes et le pays voit bientôt fleurir les Ladies’ Physiological Societies. Les féministes adoptent avec enthousiasme les théories hygiénistes qui couvrent un champ très large, depuis le sérieux scientifique jusqu’au bizarre, en passant par les recommandations de simple bon sens. Elles se font les avocates de l’air pur (voir les démêlés de Stanton avec la nurse de ses enfants, ou avec ses compagnons de voyage dans des trains surchauffés), de la lumière du jour et du soleil, d’une vie simple. Il faut aussi que le corps puisse s’exprimer librement au lieu d’être contraint dans ses moindres mouvements. En filigrane se dessine l’opposition entre deux espaces : celui, revendiqué, d’un espace naturel, sans limites, et celui, réduit, artificiel, du salon, ou même de la sphère domestique tout entière. D’où l’accent mis sur la nécessité de l’exercice physique. Les féministes sont souvent d’infatigables marcheuses. Stanton déclare que dans sa jeunesse elle avait été entraînée à faire de longues promenades par son beau-frère. Au cours de son voyage de noces elle fait avec son mari l’escalade du Ben Nevis (R, 101), ce qui se révèle plus périlleux qu’elle ne le supposait. Il convient aussi d’entraîner ce corps systématiquement, et les féministes furent souvent attirées par la vogue, venue d’Allemagne, des gymnases. Lorsqu’elle résida à Seneca Falls, Stanton en fit installer un dans la grange de sa maison pour les enfants du voisinage. L’histoire, cependant, ne dit pas si elle en faisait elle-même usage !

18Pour que le corps fût sain, il fallait aussi qu’il fût nourri correctement, or, de l’aveu des Américains eux-mêmes, leur régime alimentaire avait grand besoin d’être amélioré. Graisses, fritures, surabondance des viandes et des sucreries le caractérisaient. Par contraste, les médecins hygiénistes, et les féministes à leur suite, préconisaient un régime fondé sur la consommation de légumes (The American Vegetarian Society fut fondée en 1850), de fibres et d’eau claire. Exclus en étaient les excitants comme le tabac, l’alcool, le thé ou le café pour tous les émules de Sylvester Graham, ce fils de pasteur dont on a donné le nom à de petits biscuits. La plupart des féministes suivaient un régime plus ou moins adapté des thèses de Graham, mais il serait caricatural de voir en elles des êtres qui se nourrissaient exclusivement de salade et de pain au son ! Une gourmande comme Stanton ne pouvait s’accommoder d’un tel régime, comme en témoigne sa description d’un repas chez les Grimké, adeptes rigides des théories hygiénistes (HWS, 392).

  • 12 Morantz, p. 497.

19Une autre libération envisagée concernait l’emprise de la médecine et des médecins sur le corps féminin. Nombre de féministes, en effet, estimaient qu’ils ne faisaient que le rendre davantage débile et qu’ils concouraient à réduire la femme à une seule fonction : la reproduction. Elles étaient souvent attirées par les possibilités d’une médecine non allopathique, « douce », car elles étaient conscientes des abus de certaines drogues prescrites (de l’opium en particulier). Le docteur Russell Trall, qui préconisait cet autre type de médecine, écrivait: « pregnant females are regarded as invalids and are bled, paregorc’d, magnesia’d, stimulated, mineralized and poisoned, just as though they were going through a regular course of fever »12. Trall avait d’ailleurs créé des établissements mixtes, mais qui attiraient une majorité de femmes. Stanton, pour sa part, était favorable à l’homéopathie.

  • 13 E.B Duffey, p. 23.

20Par ailleurs, de plus en plus de demandes apparaissaient en faveur de médecins de sexe féminin, ce qui imposait de leur ouvrir les portes des facultés de médecine. Cette réaction peut cependant avoir quelque chose d’ambigu, car il s’agissait pour beaucoup d’obéir aux injonctions de pudeur qui leur étaient en fait imposées — une honnête femme préférait souffrir et même mourir plutôt que se faire examiner par un homme — mais l’on trouve aussi l’idée plus féministe que seules des femmes peuvent comprendre et soigner les symptômes de leurs sœurs malades. Typiquement, Mrs Duffey critique Clarke parce que, fondamentalement, il ne comprend pas la femme (« he does not understand her as a woman at all ») puisqu’il n’arrête pas de la comparer à l’homme13. Harriot Hunt, l’une des toutes premières à pratiquer la médecine, et elle aussi sympathisante du mouvement, découvre souvent des raisons psychosomatiques aux troubles qu’elle rencontre chez ses patientes — au premier chef la répression dont elles sont l’objet — et au lieu de prescrire des potions, elle adopte une démarche qui ressemble à celle de la psychothérapie. Stanton dans ses mémoires règle aussi ses comptes avec des médecins masculins (à Seneca Falls, elle faisait parfois office de docteur auprès de ses voisines, ainsi que de sage-femme). Lorsque les médecins de son entourage se révèlent incapables de soigner son nouveau-né, elle prend les choses en main — avec succès. Ils la félicitent en invoquant l’instinct maternel, « a mother’s instinct is better than a man’s reason », ce que réfute Stanton : c’est l’intelligence du cas et une analyse correcte de la situation qui a produit un résultat bénéfique (R, 120). C’est, en somme, le cerveau de la femme qu’elle sauve des accusations d’infériorité. En même temps, l’on remarque que son attitude va davantage ici dans le sens d’une revendication de l’égalité des sexes que dans l’affirmation d’une différence de nature, ce qui n’est pas toujours le cas ni chez elle, ni chez les autres féministes.

21Enfin, l’un des symboles les plus impopulaires à la fois des protestations contre la représentation de la femme par l’homme et des aspirations féministes, fut leur opposition aux robes longues, qui n’était en fait qu’un aspect de leur rejet de la mode.

Bloomers contre crinolines

Long skirts are worn not for clothing, but for the purpose of hiding the limbs (Tennessee Claflin).

  • 14 Roland Barthes, Système de la Mode (Paris : Seuil, 1967), p. 261.

22Pour les féministes — dans la période d’avant la guerre de Sécession surtout — la mode avait pour fonction de transformer la femme en objet sexuel. L’érotisme du vêtement victorien n’en était qu’un exemple. Il est une bonne illustration de ce passage « du sensible au sens » qu’a exploré Barthes14. Il participait en effet de la création de la « doll », qui occupe une place prééminente dans la rhétorique de l’époque. Si la « doll » est aguichante, bien qu’innocente, ses variantes, « toy », « plaything » ont, elles, des connotations plus ouvertement sexuelles. Le corps signifié par ce vêtement est un corps que l’on voile (toute la partie inférieure, de la taille au pieds) et que l’on dévoile en même temps (la partie supérieure), corps amputé mettant en évidence bras, gorge, taille, devenus objets d’un véritable fétichisme. Répondant aux critiques de la réforme vestimentaire proposée par les féministes, Stanton demandait pourquoi on vilipendait des femmes « plainly dressed on a platform », et l’on ne trouvait rien à redire à des femmes « gorgeously arrayed, with bare arms and shoulders, (waltzing) in the arms of strange gentlemen » (R, 196), soulignant ainsi clairement la fonction érotique du costume. De plus, avec sa multiplication de jupons (le poids peut atteindre jusqu’à huit kilos), sa jupe tramant jusqu’au sol et, bien sûr, le carcan du corset, le vêtement féminin est aussi un symbole évident de l’emprisonnement du corps et de la dépendance de la femme. Il le fut encore plus lorsque la crinoline fit son apparition vers le milieu du siècle. Il suscite donc lui aussi les métaphores liées à la servitude. Le droit à son corps passe en conséquence pour certaines féministes par l’adoption d’un vêtement qui le libère et lui ouvre des perspectives nouvelles. Il est intéressant de noter d’ailleurs que les réactions aux premières conventions mettent en avant des oppositions implicites ou explicites d’ordre vestimentaire, révélant la fonction de signe du vêtement. Au lendemain de Seneca Falls, les journaux parurent avec des titres du style « The Reign of Petticoats » ou avec des connotations sexuelles plus claires : « Petticoats vs. Boots ».

23Le bloomer, costume qui apparut en 1851, est la manifestation la plus connue de cette réforme et de l’opposition à la fois des hygiénistes et des féministes à la sophistication de la mode et à la tyrannie de l’ornementation, qui atteignit des sommets au milieu du siècle, avec ses amoncellements de rubans, de dentelles, de plumes, de fleurs vraies ou fausses, ses chapeaux extravagants et ses bijoux rutilants. Les critiques étaient fondées sur des raisons diverses mais qui se rejoignaient : religieuses, car il y avait nombre de Quakeresses parmi les féministes (Lucretia Mott portait toujours le costume quaker de même qu’Abby Kelley Foster), or c’était un péché que de masquer l’œuvre du Créateur. Philosophiques également, car l’héritage des Lumières soulignait la nécessité de l’équilibre, le rationalisme, la conformité à la nature aussi, dont l’ornement ou le maquillage troublent l’ordre. Par ailleurs, de nombreuses femmes étaient tout simplement peu satisfaites de ces encombrantes robes longues qui ramassaient la poussière des rues et les saletés. Les revendications de simple bon sens s’ajoutaient ainsi aux arguments hygiénistes du corps sain. Or le costume victorien, et cet accessoire important qu’était le corset, étaient pour beaucoup des absurdités dangereuses, provoquant maladies et troubles multiples, allant de la dyspepsie à la stérilité, en passant par la tuberculose. Mais il s’agissait surtout pour les féministes de signifier leur refus de la femme-objet et d’une division sexuelle qui imposait à la femme d’être belle, et à l’homme d’être utile. Typiquement, Stanton compare Susan Anthony à « the Doric column in Grecian architecture, so simply and so grandly she stands, free from any extraneous ornament » (R, 184). Tennessee Claflin retournait l’argument d’indécence des anti-féministes contre le bloomer en affirmant que le costume victorien était impudique car il proclamait que la jeune fille était un objet à vendre, faisant d’elle un article de consommation.

24Le bloomer était fait d’une robe écourtée (on l’appelait souvent « the shorts », par opposition à « the longs »), ce qui déjà fit scandale, car il laissait réapparaître des parties tabou d’un corps dangereux, et d’un pantalon bouffant, ce qui fit encore plus crier au scandale, car la masculinisation de la femme était un interdit encore plus infranchissable. Or le bloomer était lié à l’idée de porter le pantalon, responsabilité masculine. La première à l’adopter fut Elizabeth Miller, la fille du philanthrope Gerrit Smith, mais son nom lui vint d’Amelia Jenks Bloomer, rédactrice du journal The Lily favorable d’abord aux sociétés de tempérance puis au féminisme sous l’influence de Stanton. On lui attribue des précédents divers comme les culottes bouffantes des Orientales, ou même les pantalettes des petites filles, ou encore un costume de montagne comme celui que portait l’actrice Fanny Kemble. Mrs Stanton, au cours de ses randonnées en Écosse avec son mari, « (wore) a short dress, reaching just below the knee, of dark-blue cloth, a military cap of the same material that shaded my eyes, and a pair of long boots, made on the masculine pattern then generally worn » (R, 101). Dans un pays aussi épris d’associations que les États-Unis, il y eut rapidement des organisations spécialement consacrées à la réforme du vêtement féminin. Le centre de la réforme se déplaça des petites aux grandes villes, puis celle-ci s’étendit à toute l’union, jusqu’en Californie où l’on pensait que le bloomer était particulièrement adapté à la vie dans des régions de frontière. Considéré depuis la perspective d’un vingtième siècle finissant, le bloomer apparaît comme une réforme bien modeste. Peu de féministes allèrent jusqu’à adopter un costume totalement masculin, comme le fit le docteur Mary Walker qui faisait grincer Stanton des dents quand elle la voyait arriver sur l’estrade en smoking et haut de forme, ou la française Helène Marie Weber avec qui les Américaines étaient en contact — lesquelles prêtaient le flanc aux accusations de travestisme.

25Certaines féministes étaient également opposées au port du bonnet, vu parfois comme un signe d’oppression car il était censé cacher cet attribut essentiel de la féminité qu’est la chevelure, ou bien comme une décoration superflue. A la Convention Nationale tenue à Philadelphie le 18 octobre 1854, « the press remarked that the officers of the convention were all without bonnets » (HWS, 375). Quand quelqu’un cria à Lucy Stone de parler plus fort, celle-ci fit remarquer vertement: « if ladies would keep their bonnets tied down over their ears, they must not ask others to find lungs of sufficient power to penetrate the heavy pasteboard and millinery over them » (HWS, 378).

26On peut lire dans cet incident, mineur à première vue, un bon exemple de l’opposition à une mode qui cantonne la femme dans l’apparence et le superficiel, contribuant ainsi à son aliénation, et son rejet qui permet d’accéder à l’essentiel et à la vérité...par l’intermédiaire de Lucy Stone. Cependant, la réforme vestimentaire perdit de sa vigueur — sans toutefois disparaître — après la guerre, et s’orienta plutôt vers la critique des excès de la mode. Le bloomer lui-même n’eut qu’une vie assez brève en dehors des cercles de gymnastique. La réforme du vêtement ne provoqua pas le changement social, et l’on peut dire que ce fut plutôt l’évolution sociale qui provoqua la réforme vestimentaire.

27Une exigence plus fondamentale et plus durable des féministes eut pour thème le droit à leur propre corps, et à la conduite de sa sexualité grâce à la liberté de reproduction, revendiquée contre le désir masculin, grâce aussi à la condamnation de la violence sexuelle. C’est dans ce cadre privilégié que se développa le parallèle entre le corps de la femme et celui de l’esclave.

Corps de femme, corps d’esclave

28Alors que le siècle témoigne d’une peur du corps, d’une honte de la physicalité sous prétexte de « delicacy », l’un des rôles des féministes fut de dédramatiser, de déculpabiliser le corps féminin. Et d’abord, de le faire apparaître publiquement, et en entier, sans fétichisme amputateur, en révélant sa constitution et les lois de son fonctionnement. Paulina Davis fut la première à utiliser un petit mannequin pour illustrer ses conférences sur la physiologie de la femme. L’effet était saisissant: « Some trembled with fear, the delicacy of others was shocked, but their weaknesses were overcome as their scientific curiosity was awakened » (HWS, 285).

  • 15 Antoinette Brown Blackwell in Alice Rossi, The Feminist Papers: From Adams to de Beauvoir (New Yor (...)
  • 16 Theodore Stanton & Harriot Stanton Blatch, eds, p. 210.
  • 17 Lois Banner, Elizabeth Cady Stanton. A Radical for Woman’s Rights (Boston: Little, Brown & Co, 198 (...)
  • 18 Cité par John Spurlock, Free Love. Marriage and Middle-Class Radicalism in America, 1825-1860 (New (...)
  • 19 Cité par Elisabeth Griffith, In Her Own Right. The Life of Elizabeth Cady Stanton (New York: Oxfor (...)

29En particulier, certaines féministes osèrent rendre à la femme la sexualité que l’idéologie lui déniait sans trop se préoccuper de la contradiction qui existait d’une part entre la glorification de la « womanly woman », et les accusations proférées contre les féministes d’être « unsexed », et d’autre part, l’affirmation que la femme n’avait pas de désir sexuel. Même si toutes les féministes n’avaient pas la franchise de Stanton, ou l’audace de Woodhull ou Claflin, elles ne voyaient pas dans l’activité sexuelle quelque chose de vil : ce qui était répréhensible, c’était l’excès d’une activité, ou la tyrannie d’un organe sur les autres. Car « The disturbance of one is the disturbance of all » comme le disait Antoinette Brown Blackwell15. Le désir était naturel, et donc acceptable ; seul l’excès était condamnable. Stanton osait affirmer sans détour qu’une femme en bonne santé avait autant de passion qu’un homme — et elle critiquait Whitman qui faisait d’elle un être passif16. Elle approuvait sans fausse honte l’analyse d’un spécialiste de phrénologie qui avait estimé qu’elle était « able to enjoy the connubial relationship in a high degree »17. Il est à noter d’ailleurs que contrairement à la représentation caricaturale des féministes en vieilles filles frustrées, la plupart étaient mariées. Pour Mary Nichols dans Marnage: Its History, Character and Results; Its Sanctities and Its Profanities; Its Sciences and Its Facts (1854), « the apathy of the sexual instinct in women is caused by the enslaved and unhealthy condition in which she lives »18. Même Susan Anthony, la seule célibataire parmi les principales féministes, admet l’existence de la sexualité féminine, même si c’est pour s’en plaindre lorsque, par exemple, elle s’emporte contre Elizabeth Stanton, enceinte de son septième enfant: « I only scold now that for a moment’s pleasure to herself or her husband, she could thus increase the load of cares under which she already groans »19. Il est peut-être significatif d’ailleurs qu’elle commence par parler du plaisir d’Elizabeth.

  • 20 Cité par John Spurlock, p. 212.

30Une revendication se faisait donc jour pour la libération du corps féminin contre les interdits. Mais contrairement aux accusations, les avocates des droits des femmes ne réclamaient pas une liberté totale. Certes, les sœurs Woodhull et Claflin, de beaucoup les plus hardies et les plus scandaleuses, prônaient l’amour libre dans lequel elles voyaient une libération des tabous imposés par la société. Woodhull avait été jusqu’à affirmer publiquement: « I have an inalienable, constitutional and natural right to love whom I may, to love as long or as short a period as as I can, to change that love every day if I please, and with that right neither you nor any law you can frame has any right to interfere »20. Cependant, c’était là un terrain particulièrement dangereux et la plupart des féministes étaient trop lady-like pour s’aventurer sur ces terres interdites. En majorité, elles restèrent dans le cadre du mariage, et n’envisagèrent pas d’autre forme d’alliance avec l’autre sexe, souhaitant réformer l’institution, et non pas l’abolir. A plus forte raison, elles ne considérèrent pas d’autre forme d’expression sexuelle. Elles rejetèrent les radicales, et les tinrent à distance quand elles se rendirent compte du danger qu’elles constituaient pour leur mouvement. L’attitude était certes plus ambiguë chez Stanton, visiblement fascinée par Woodhull. Mais déjà en 1870, avant même l’entrée de Woodhull dans le mouvement, Stanton s’était, en privé, prononcée en faveur du « free love », qu’elle prenait soin toutefois de distinguer de la licence :

  • 21 Ellen DuBois, « On Labor and Free Love: Two Unpublished Speeches of Elizabeth Cady Stanton », Sign (...)

It is indeed of the essence of freedom that it does not prescribe what the results shall be, trusting to the laws of Nature and to the enlightenment, good conscience, and culture, or good taste of the parties to be affected by it. And if I mistake not, this and just this is what is meant and all that is meant by the intelligent advocates of free love. 21

31Mais Susan Anthony, plus politique que Stanton, finit par éliminer Woodhull (allant jusqu’à lui interdire de parler au cours d’une réunion et éteignant les lumières pour la faire taire !).

  • 22 Elizabeth Cady Stanton, « Address on the Divorce Bill », in Daniel J. Boorstin, ed, An American Pr (...)

32Par contre, ce qui est un thème récurrent et unificateur des féministes dans la relation à leur corps est la théorie du « self-ownership », dans laquelle s’exprime clairement le droit à son propre corps et qui est le point central de la comparaison avec l’esclave. La femme, dans la rhétorique féministe, est un corps à vendre car elle n’a pas d’autre possibilité si elle ne veut pas mourir de faim. C’est l’un des thèmes du discours de Lucy Stone, « Disappointment is the lot of woman », et de celui sur « Social Purity » de Susan Anthony, ainsi que la base du droit au travail réclamé pour la femme. Sans ce droit, le mariage n’est qu’un esclavage ou une prostitution légale comme l’affirment Stanton dans son Address on Divorce22 ou Anthony lorsqu’elle dénonce le fait que l’épouse n’est que « a piece of property, to be disposed of at the will and pleasure of man », « the slave of the man she marries » (R, 220).

  • 23 Theodore Stanton & Harriot Stanton Blatch, eds, p. 82.
  • 24 Elizabeth Cady Stanton, « Address on the Divorce Bill », in Daniel J. Boorstin ed, p. 371.
  • 25 Cité par Françoise Basch, « Women’s Rights and the Wrongs of Marriage in Mid-Nineteenth-Century Am (...)

33De plus, une interprétation spécifique et maintes fois soulignée du droit à son corps est le refus d’être un objet soumis au désir masculin. « Woman’s degradation is in man’s idea of his sexual rights », écrit Stanton à Anthony en 186023. Sous-entendue est l’idée de la supériorité du corps féminin par rapport à la physicalité brutale et lascive de l’homme. Ainsi Stanton dans son Address on the Divorce Bill oppose « the lost man, in all his grossness and deformity » à « the mother of the race », et sa « high and holy destiny »24. Le discours fait apparaître un nombre significatif de termes négatifs tels que « deformity », « gross », « bloated drunkard » qui font, certes, partie de la rhétorique du mouvement de la Tempérance, mais il est significatif que Stanton adopte un point de vue qui fait de l’homme un être physiquement répugnant. « I have no desire to sit in council with vulgar, rum-drinking, wine-bibbing, tobacco-chewing men, with thick-lipped voluptuaries, gourmands and licentiates... who resort to fist-cuffing, drinking and duelling... to State nice questions of honor and statesmanship », écrit-elle aussi25. De plus, la violence implicite de l’homme fait que le corps sans pouvoir de la femme, comme celui de l’esclave, devient un corps-victime. Fréquemment, les féministes font allusion au viol de la femme au sein du mariage :

  • 26 Elizabeth Cady Stanton, « Address on the Divorce Bill », in Daniel J. Boorstin ed, p. 371.

What father could rest at his home by night, knowing that his lovely daughter was at the mercy of a strong man, drunk with wine and passion, and that, do what he might, he was backed up by law and public sentiment? 26

34Il y a, bien sûr, de l’habileté rhétorique de la part de quelqu’un qui plaide en faveur du divorce, mais l’argument traduit aussi une crainte bien réelle vis-à-vis de la brutalité masculine, que ce soit au sein du mariage ou non. Le contexte de la violence urbaine, la progression de la criminalité ne faisaient que l’aiguiser. Stanton recommandait même aux femmes d’acheter un gros chien ou un fusil pour se protéger ! Sous la pression des féministes, les assemblées des États relevèrent l’âge du consentement dans les relations sexuelles, qui n’était parfois que de dix ans pour la fille (et de sept dans le Delaware). Ce fut le Kansas qui prit l’initiative en le faisant passer à dix-huit ans, et les autres États firent progressivement de même.

  • 27 Cité par William Leach, p. 81.
  • 28 Cité par Françoise Basch, p. 25.

35Tout aussi fondamentale dans la théorie de « self-ownership » est l’idée que la procréation n’est pas le seul but du mariage, et que le seul rôle du corps féminin n’est pas d’être un instrument à produire des enfants, transformant ainsi la femme en « breeder » ainsi que l’on appelait, dans le Sud, certaines esclaves dont c’était là la fonction essentielle. Les féministes exigent donc tout particulièrement de pouvoir décider quand les enfants seront conçus, et d’en déterminer le nombre. En cela, bien évidemment, elles minaient l’autorité du père patriarche: « Woman must have the courage to assert the right to her own body as the instrument of reason and conscience, and the fulfilment of the function of motherhood subject to no authority but the voice of God in her soul » disait Lucinda Chandler, féministe dévouée à la cause du contrôle des naissances27. Des sympathisants masculins comme Henry Blackwell acceptaient cette idée, puisque Blackwell assurait à Lucy Stone qu’elle seule déciderait « where and how often you shall become a mother », mais il est probable qu’il était une exception28.

36Le refus de soumettre son corps au désir masculin impliquait l’utilisation de techniques de contrôle des naissances, lesquelles faisaient scandale car bien des hommes y voyaient la fin de leur domination. Le fait est, pourtant, que le taux des naissances aux États-Unis avait commencé à décliner dès la fin du dix-huitième siècle et qu’il continua sa descente au cours du suivant. Le contrôle des naissances était l’objet de discussions avant la Guerre Civile — en particulier chez les avocates radicales de l’amour libre, mais pas seulement. En dépit des interdits qui se multiplièrent à partir des années 70 — la loi Comstock de 1873 par exemple défendit d’utiliser la poste pour envoyer des informations sur le sujet — les féministes firent figurer les thèmes du « self-ownership », et de l’« enlightened motherhood » au programme de leurs réunions destinées à un public exclusivement féminin. Stanton ne manquait pas dans ses tournées à travers le pays après la guerre d’organiser systématiquement sur ces thèmes des réunions toujours très suivies, y compris en pays mormon.

  • 29 Theodore Stanton & Harriot Stanton Blatch eds, p. 114.

37L’attitude des féministes n’était cependant pas ouvertement favorable à la contraception. En fait, la plupart d’entre elles la condamnaient, y compris des radicales comme Tennessee Claflin, y compris Stanton qui ne semble pas l’avoir pratiquée. Elle remarque ainsi dans ses mémoires qu’elle avait été assez ignorante pour avoir eu sept enfants « in quick succession »29, et Ton peut lire son désarroi quand elle se retrouve enceinte pour la sixième fois, alors qu’elle avait de nombreux projets, dans une lettre à Susan Anthony :

  • 30 Cité par Elisabeth Griffith, p. 88.

I have got the sixth edition of my admirable work, another female child is born into the world!... I am happy that the terrible ordeal is over and that the result is another daughter. But I feel disappointed and sad at the same time at this grievous interruption of my plans. I might have been born an orator before spring, you acting as midwife... My whole thought for the present must center on bread and babies. 30

  • 31 Ibid., p. 88.
  • 32 Page Smith, Daughters of the Promised Land (Boston: Little, Brown & Co, 1970), p. 149.

38On sent, alors qu’elle atteint l’âge mûr, un refus de ce corps procréateur qui la ramène à des activités animales (d’autant que l’acte de donner naissance n’est plus vu comme un triomphe, et du corps naturel, et du contrôle sur ce corps, mais bien comme « a dreadful, never-to-be-forgotten ordeal », c’est-à-dire le symbole traditionnel de la victimisation de la femme). Bien contente d’être « in the land of the living », elle se sent néanmoins comme « a caged lion », ajoutant: « I have other work at hand »31. Pourquoi alors cette résistance à la contraception ? Une première explication a trait à l’idéologie même du féminisme, et à son idéal d’une relation harmonieuse fondée sur la nature. Les pratiques de contraception apparaissaient à beaucoup « dégoûtantes ». On peut ainsi lire dans le Woodhull and Claflin’s Weekly : « The means (women) resort to for... prevention is sufficient to disgust every natural man »32. Une autre serait aussi une méfiance persistante envers l’homme qui pourrait ainsi laisser libre cours à ses instincts, menant tout droit à l’anarchie sexuelle. Il semble enfin qu’une autre raison pourrait être que la contraception était associée aux femmes de mauvaise vie — qui étaient censées y avoir recours — et à des lieux déviants comme la maison de prostitution. D’où un refus plus ou moins conscient de leur être lié.

  • 33 Cité par Lois Banner, p. 74.

39Mais si elles s’opposaient à la contraception, les féministes étaient au contraire favorables à la « maternité volontaire » (« voluntary motherhood ») qui impliquait une limitation des naissances. Il semble que « voluntary motherhood » ait reposé essentiellement sur l’abstinence — et le refus de la domination masculine, de plus en plus brutale au fur et à mesure que l’on descendait dans l’échelle sociale : « As you go down in the scale of manhood, the idea strengthens and strengthens, at every step, that woman was created for no other purpose than to gratify the lust of man »33. C’est pourquoi Stanton alla parfois jusqu’à excuser l’infanticide et elle refusa de condamner les femmes des classes laborieuses qui utilisaient l’avortement, que la plupart des féministes pourtant considéraient comme « a horrid crime ». L’opposition à l’avortement ne rendait la maternité volontaire que plus nécessaire. Mais il est probable que même les plus radicales ne pouvaient, du moins en public, car en privé les choses pouvaient être très différentes, revendiquer un droit qui revenait à instituer la femme comme seul juge, à l’affirmer comme supérieure au mari comme au futur enfant, à proclamer sa seule souveraineté sur son corps, et enfin sa totale autonomie.

Ambiguïtés des attitudes : le corps entre négativité et positivité

40L’on peut s’interroger sur ce que visaient les féministes à travers l’entretien et le développement de leur corps. Y eut-il tentative pour en créer une image idéale ? Que reflètent les attitudes adoptées ? Quels étaient les rapports entre le corps de la femme et le corps politique ?

41Il faut d’abord, sans doute, souligner l’absence d’une véritable cohérence, sur ce point comme sur d’autre, d’un mouvement aussi complexe et multiforme que le fut le féminisme américain dans sa période fondatrice. Ce que l’on peut dire néanmoins, c’est qu’il semble que le corps féminin ait été investi de valeurs oscillant entre le négatif et le positif, avec cependant prédominance d’une attitude qui visait à le libérer des accusations dont il était l’objet.

42Au pôle négatif, on peut observer différentes modalités de l’effacement du corps : de l’ascétisme qui vise à nier la part de charnel chez la femme, jusqu’à la phobie. Ainsi l’hygiénisme dont on a évoqué les liens avec le féminisme a souvent une vocation ascétique. Les régimes, en particulier, tendent à une discipline du corps qui va au-delà du fonctionnel et visent au reniement. Le corps est ressenti comme une pesanteur, un fardeau. Cela semble avoir été l’attitude des Grimké, et on ne peut s’empêcher de penser la même chose pour Anthony. La sévérité du costume a aussi parfois la même fonction d’estomper la physicalité. La description de Lucy Stone, par exemple, suggère quelqu’un qui ne cède rien au corps. D’après le Plain Dealer, Lucy Stone montrait « a total independence of the god, Fashion ». Elle est décrite portant un bloomer noir « with neat-fitting gaiters. Her hair is cut short and combed straight back. Her face is not beautiful, but there is mind in it » (HWS, 128). Mais contrairement aux critiques qui se plaisaient à voir dans les féministes un ramassis de vieilles filles aigries et d’hystériques, on ne découvre que peu d’exemples de phobies, et le cas d’Elizabeth Blackwell paraît avoir été exceptionnel. Curieusement pour quelqu’un qui fut la première femme médecin (diplômée), elle affirmait que dans sa jeunesse :

  • 34 Cité par Alice Rossi, p. 327.

I hated everything connected with the body and could not bear the sight of a medical book. This was so true, that I have always been foolishly ashamed of any form of illness...As a schoolgirl I had tried to harden the body by sleeping on the floor at night, and even passing a couple of days without food, with the foolish notion of subduing one’s physical nature... The very thought of dwelling on the physical structure of the body and its various aliments filled me with disgust. 34

  • 35 Theodore Stanton & Harriot Stanton Blatch eds, p. 177.
  • 36 Aileen S. Kraditor ed, Up from the Pedestal. Selected Writings in the History of American Feminism(...)

43Mais plus fréquemment se fait jour le désir de transcendance, et d’une spiritualisation qui, sans véritablement nier la chair, vise à lui ôter sa pesanteur. C’est le sens des critiques des « animal appetites », notamment en ce qui concerne la relation sexuelle. Mais on peut remarquer que l’on rejoint sur ce point le discours du culte de la sphère domestique dans lequel la femme est considérée comme un guide moral et vue sous l’angle de la belle âme. De fait, l’attitude est souvent ambivalente en ce qui concerne la sexualité féminine. Stanton écrira qu’il faut en finir avec l’idée que « sex is a crime, marriage a defilement, and maternity a bane »35. Mais son attitude était parfois plus ambiguë, comme l’était celle de Susan Anthony qui déclarait, dans « Social Purity », qu’une femme à qui on aurait donné des chances égales à l’homme dans la vie et qui, néanmoins, se trouverait « in the ranks of vice and crime » serait « an equal sinner, if not the greater of the two »36, ce qui implique que l’on reste dans l’image de la femme plus chaste par nature.

44En réalité, les premières féministes semblent avoir été partagées entre l’idée que l’instinct sexuel étant naturel, il ne pouvait être mauvais, et l’influence victorienne qui le dépeignait comme une force dangereuse. Mais il reste que le discours fait appel plus fréquemment à des notions de contrôle — sous l’égide de la raison — comme si le corps était quelque chose à vaincre, qu’à une expression libre de contraintes. La célébration du mariage idéal semble souvent oblitérer le corps — ou du moins le reléguer à une position très inférieure. Ainsi pour Paulina Davis, « true marriage is a union of soul with soul, a blending of two in one, without mastership or helpless dependence » (HWS, 535), définition tout à fait caractéristique des premières féministes, et que l’on retrouve exprimée à de multiples reprises sensiblement dans les mêmes termes.

45Dans un sens plus positif, la préoccupation pour le corps féminin traduit un intérêt pour la santé que l’on peut qualifier de raisonnable, à une époque où, de fait, être femme était hasardeux, ne serait-ce qu’en raison des risques encourus lors des maternités répétées. Mais il y a plus. Si l’on perçoit souvent chez certaines féministes au moins une défiance du corps, d’autres acceptent sans réticences la composante physique, dans un sens hédoniste.

  • 37 Theodore Stanton & Harriot Stanton Blatch, eds, p. 54.

46Il y a ainsi chez Stanton, fréquemment, une célébration de la nourriture que l’on peut associer à l’oralité. Son embonpoint même semble traduire un plaisir pris à manger, une gourmandise que l’on associe souvent à la sexualité. Avec quel enthousiasme ne décrit-elle pas les conserves et confitures qu’elle vient de confectionner37 ! Bien des pages des Reminiscences glorifient l’art culinaire, car pour elle « cooking is a high art » (R, 65). De même, l’on trouve souvent sous sa plume un hymne au sommeil, qu’elle voit comme une source de santé et d’équilibre, mais qui lui fait aussi adopter des accents whitmaniens, comme lorsqu’elle écrit en 1866 à Robert Dale Owen qu’elle a l’habitude de faire de courtes siestes :

  • 38 Ibid., p. 177.

I sleep and rise in such harmonious conditions with myself all nature, and the soul of good, that, believing we are as perfect as we can be under the circumstances, in view of ancestors and environment, I am refreshed, invigorated with the feeling of dignity which those who are created in the image of God should feel. 38

47Ses mémoires et ses lettres sont émaillés de remarques qui témoignent de quelqu’un pour qui le bien-être du corps, loin d’être suspect, était fondamental. Si elle apprécie le bloomer, c’est parce qu’il la libère, mais aussi parce qu’il ne lui enserre plus la taille. Cela ne l’empêchait pas du reste d’apprécier aussi les vêtements élégants, et de noter avec approbation certaines interprétations plus esthétiques du costume féministe, comme en témoigne cette description :

  • 39 Ibid., p. 33.

Theodosia Gilbert’s get-up pleased me very much. She was dressed in a short green tunic not reaching to the knee, and white linen drilling trousers made à la masculine. They all wore white trousers with dresses of varions colours. 39

48Réfléchissant à son mariage, elle conclut qu’il n’a pas été mauvais, puisque parents et enfants ont été « well sheltered, clothed, and fed » (R, 71). Tout commence donc par les aises du corps. Et comme l’indique l’emploi de « well », il s’agit de donner à la nature son dû, de libérer le corps de la répression, optique hédoniste qui est celle de la bourgeoisie libérale.

  • 40 Cité par William Leach, p. 27.
  • 41 Antoinette Brown Blackwell, in Alice Rossi, pp. 370-371.

49Mais ici aussi, la libération ne signifiait pas la licence, et s’il est une idée centrale et largement partagée chez les féministes malgré leurs différences, c’est peut-être celle de l’harmonie, de la symétrie — termes récurrents de leurs écrits — qui sont le but final du développement du corps. C’est ainsi que Stanton et Anthony chantaient les louanges de Mrs Keckeler, l’une des premières femmes médecins, qui, dans une série d’articles, puis dans un livre intitulé Thaleia, exposait la thèse du développement symétrique. D’après elle, chaque organe, chaque faculté corporelle devait être exercé afin de promouvoir le bonheur de l’individu, mais aucun ne devait dominer l’autre. Dans The Revolution, Stanton et Anthony estimaient que le livre de Mrs Keckeler « should be on sale in every city in the country »40. On retrouve très exactement les mêmes idées chez Antoinette Brown Blackwell par exemple. D’après elle, « as highly complex beings, women must be taught to exercise all their functions, that they may develop and strengthen all their faculties healthfully and symmetrically. A regimen of sofas must be as utterly demoralizing as would be a regimen of soft bread and milk, appropriate enough to the yearling baby »41.

  • 42 E.B Duffey, p. 101.

50Certes, il s’agit là d’un idéal de développement organique, qui est d’ailleurs valable pour les deux sexes, mais l’on devine aussi parfois l’ébauche d’une représentation spécifique du corps féminin. Ainsi, dans un discours éloquent, Stanton, appuyant son texte sur l’histoire grecque, contraste deux statues qui correspondent à deux idéaux de beauté : l’une est frêle, fragile, « admirably designed, exquisitely finished, softly rounded, and beautifully refined » — on notera que tous les qualificatifs sont des clichés de la représentation féminine au dix-neuvième siècle. « The other was of Amazonian stature, and so boldly chiselled that it looked more like masonry than sculpture ». La première étant choisie par les Athéniens comme idole parce qu’elle correspond aux canons, ils la placent dans une niche, mais voilà que ses traits s’estompent peu à peu, et elle n’est bientôt plus que « a shapeless ball ». Mettant alors l’autre statue à sa place, ils voient une autre transformation s’opérer: « the sharp angles faded away, the rough points became smooth, the features full of expression, the whole figure radiant with majesty and beauty » (HWS, 684). Derrière l’esquisse d’un portrait moral évident, l’on perçoit une représentation de la beauté féminine idéale : puissante, majestueuse, douce pourtant, mais sans trace de mièvrerie — celle d’une déesse. On la comparera avec intérêt avec celle suggérée par Mrs Duffey appelant de ses vœux « the women with broad chests, large limbs and full veins, perfect muscular and digestive Systems and harmonious sexual organs »42, ou avec le portrait de Sojourner Truth par Emily Collins, infra.

  • 43 Antoinette Brown Blackwell, in Alice Rossi, p. 372.
  • 44 Ibid., p. 368.

51Ce corps, beau car symétrique, suggérant force et dynamisme, les féministes l’opposent au corps inférieur que décrivent médecins et théoriciens. En effet, on discerne dans le mouvement une tentative très nette pour disculper le corps féminin des accusations d’infériorité qui lui sont imputées. Il est intéressant de noter en particulier les ambivalences des féministes à l’égard de Darwin et de Spencer, deux auteurs qu’elles lisent avec intérêt et même passion (c’est le cas de Stanton). Cependant, elles ne peuvent qu’être mal à l’aise avec des théories qui font du corps de la femelle un organisme moins évolué. C’est ainsi qu’Antoinette Brown Blackwell réfute Darwin et affirme que le corps féminin n’est aucunement inférieur (et qu’il est peut-être même supérieur) car il est « nurturing ». Elle s’élève contre l'idée que « the male is the normal type of his species ; the female a modification to a special end »43 — ce qui ne faisait que conforter l’idée courante que le corps féminin était un sous-produit. De plus, il y a chez Blackwell une glorification du corps de la femme, précisément en ce qui la différencie de celui de l’homme, c’est-à-dire dans sa capacité de reproduction (« an elaborate, highly-developed reproductive system... has been evolved as one special function of the feminine organism »44.

  • 45 Cité dans Françoise Basch, pp. 134-135.
  • 46 Cité par William Leach, p. 257.
  • 47 Ibid., p. 246.

52Même si l’on peut souvent observer des réticences, dans l’ensemble peu de féministes manquent de louer cette faculté qu’a la femme de donner la vie. Chez Stanton, l’on trouve parfois une glorification du corps fertile : « As mothers of the race, there is a spiritual insight, a divine Creative power that belongs to women »45 — moins il est vrai sous sa forme purement animale que sous celle de la maternité. Pourtant, ici encore, il n’y a pas cohérence, et il arrive qu’au lieu d’insister et de glorifier le corps féminin dans sa différence, on découvre le désir d’effacer ces distinctions, et de viser à créer un corps qui serait à la fois mâle et femelle. L’androgyne est-il un modèle ? On pourrait parfois le croire. C’est quelquefois même la justification de l’adoption d’un vêtement qui abolirait la distinction des sexes. Stanton, qui croyait le plus souvent à une commune nature des êtres, pensait que l’habit devait la révéler. Ainsi peut-on lire dans The Révolution: « The true idea is for the sexes to dress as nearly alike as possible »46. En 1865, elle écrivait à Gerrit Smith: « Believing as you do in the identity of the sexes, that all differences we see in tastes, in character, is entirely the result of education — that ‘man is woman and woman is man’ — why keep up these distinctions of dress »47. Mais ce n’est là qu’un courant, et la plupart acceptent le dimorphisme, qu’il tienne à l’essence des êtres, comme pour Antoinette B. Blackwell, ou qu’il soit très largement induit par la culture, comme pour Stanton.

Corps et pouvoir : la lutte des sexes

  • 48 Cité dans Lois Banner, p. 84.

53Éduquer le corps de la femme pour le rendre vigoureux, le louer dans sa différence, peut faire partie d’une tentative pour lutter contre l’infériorité imposée, compenser des frustrations sociales, traduire un désir de se mesurer avec l’homme, de revendiquer pouvoir et droit à l’action (puisque la faiblesse corporelle en exclut la possibilité). Le corps agit donc parfois comme instrument de compétition dans une lutte qui ressemble bien à la guerre des sexes. Il s’agit ici de critiquer le statu quo et d’affirmer un pouvoir jusque-là dénié. Ainsi, il est clair que Stanton prend plaisir à présenter des « queenly women », l’adjectif queenly dénotant puissance et autorité. C’est une vraie reine qu’elle voit par exemple en Mrs Willard, une pionnière en matière d’éducation des filles (R, 37). La satire d’un pouvoir usurpé se retrouve dans sa description caricaturale d’une cérémonie de mariage où figurent des mâles maigrichons — le prêtre, le tuteur de la jeune femme, et le fiancé — et une « queen-like bride ». Sarcastique, Stanton conclut que: « Thus was this stately woman bandied about by these three puny men, all of whom she might have gathered up in her arms and borne off to their respective places of abode » (R, 295). On peut voir dans de telles remarques se profiler la silhouette dangereuse de l’Amazone, terme d’injure favori des anti-féministes, car être « amazonish », suggère d’abord un corps puissant, masculinisé, avant que d’être un symbole d’indépendance et d’autorité inquiétantes or, elle semble ici perçue positivement. La description de Sojourner Truth qui nous est donnée dans The History of Woman Suffrage par Emily Collins est à cet égard intéressante (on sait que les agitateurs anti-féministes prétendaient que ce n’était pas une femme), car la description fait bel et bien référence à l’Amazone, faisant apparaître une figure ambiguë, davantage masculine dans son affirmation de pouvoir et paternelle dans son geste de protection, que féminine — à moins qu’elle ne réconcilie les deux images antinomiques qu’Elaine Showalter découvre dans le discours féministe, celle de la Mère et de l’Amazone : « My eyes were fixed on this almost Amazon form, which stood nearly six feet high, head erect, and eyes piercing the upper air like one in a dream... She had taken us up in her strong arms and carried us safely over the slough of difficulty turning the whole tide in our favor » (HWS, 16). C’est un corps qui annonce « a new race of women »48.

54Le corps peut se faire ainsi non seulement l’agent de la revendication mais aussi celui de la conquête. Il est capable de remodeler les circonstances physiques, et de faire sortir la femme de la sphère domestique où elle est cantonnée. Car si sa faiblesse corporelle est largement induite par une culture dominée par l’homme, il est possible d’y remédier et il n’y a plus aucune raison pour que le corps de la femme n’envahisse l’espace masculin. Si la force physique est liée au pouvoir politique par exemple, comme l’affirment les traditionalistes, pourquoi le refuser à la femme vigoureuse ? Ainsi Stanton, au cours de ses tournées de conférences, ne se laisse arrêter ni par les inondations, ni par les congères de neige, et elle remplit ses engagements, contrairement à ses collègues masculins. Du Général Kilpatrick, rencontré à Chicago où il attend des cieux plus cléments, elle écrit ironiquement: « As the General was lecturing on his experiences in Sherman’s march to the sea, I chaffed him on not being able, in an emergency, to march across the State of Iowa ». Sa conclusion est claire: « It was the testimony of all the bureaus that the women could endure more fatigue and were more conscientious than the men in filling their appointments » (R, 262).

  • 49 Elizabeth Smith Miller, in Aileen Kraditor, p. 124.

55Ainsi, l’on comprend mieux le soutien accordé au bloomer, qui s’inscrit dans la revendication du droit à l’action. Pour Elizabeth Miller, le bloomer est un moyen d’émancipation et de développement. Typiquement, elle l’associe à la conquête de l’Ouest et à la Californie, c’est à dire au dynamisme du pionnier et de la pionnière : « What...is Life, but a journey to California — to that Eldorado of higher development in pursuit of which one should cast off every impediment »49. En même temps pourtant, il paraît évident que les premières féministes subissent l’impact de normes sociales et politiques qui érigent le corps en valeur morale.

Le corps comme valeur morale : féminisme et discours politique sur le corps

56Pour la majorité des féministes, le corps de la femme reste davantage marqué par la pureté, conçue comme l’absence de désirs charnels. Ce corps plus chaste est alors proposé en modèle, au cours du mouvement de Social Purity qui se développe après la guerre. Il s’oppose aux corps déviants que l’on tente de contraindre car ils menacent l’intégrité et la santé morale de la nation : ceux des hommes, prisonniers de désirs brutaux, source de désordre et même d’anarchie ; ceux, corrupteurs, de femmes qui flattent ces désirs, comme les prostituées.

57Par ailleurs, le corps de la femme saine et forte est opposé à tous ces corps débiles qui sont un danger pour le progrès. En particulier, ceux, sales et prolifiques des pauvres, des immigrantes. A partir des années 1850, l’influence des théories sur l’hérédité fut grandissante et l’inquiétude manifeste au sujet des femmes des classes inférieures donnant naissance à des enfants handicapés ou dangereux. L’intérêt pour les thèses de l’eugénisme est clair chez quelqu’un comme Stanton (qui pensait, par exemple, que les enfants ne devaient être conçus que lorsque les parents étaient dans des conditions optimales de santé physique et mentale, et qui soutint dans les années 1870 des propositions de lois visant à interdire les mariages « non hygiéniques »). Donc, plus ou moins consciemment, il y a souvent adoption par les féministes de préjugés idéologiques sur la nature et la fonction du corps normal qui limitent le radicalisme de leurs revendications, notamment après la guerre lorsque le mouvement se voulut plus « respectable ».

  • 50 Elizabeth Cady Stanton, in ibid., p. 130.

58On ne peut dire qu’il y ait eu chez les premières avocates des droits des femmes un discours cohérent sur le corps. Quelques lignes de force nous sont apparues : des demandes très concrètes de contrôle sur leur corps et donc sur leur vie. Mais aussi cette tentation de « récupérer » le corps féminin emprisonné dans une vision masculine et d’en faire une construction différente, entreprise qui ne fut en définitive guère couronnée de succès. Il reste beaucoup d’ambiguïtés, mises en évidence par le parallèle souvent artificiel avec l’esclave. Le corps de la femme blanche était-il, comme l’affirmaient les féministes, enchaîné comme celui de l’esclave ? Existait-il par exemple, de manière autre que métaphorique, cette appropriation du corps, qui était, elle, la réalité de la condition de l’esclave ? Stanton elle-même met le doigt sur l’ambiguïté quand répondant à Gerrit Smith qui accuse les féministes de manquer de courage lorsqu’elles abandonnent le bloomer, elle écrit que l’esclave « enjoys the most unlimited freedom in his attire, not suppressed even by the fashions of Eden in its palmiest days, yet, in spite of his dress, and his manhood too, he is a slave still »50. L’oppression du corps de la femme-blanche — et de l’esclave — s’exerçait selon des modalités en fait bien différentes. C’est ce que suggère Sojourner Truth qui répondit, alors qu’on lui demandait au cours d’une réunion féministe pourquoi elle ne portait pas le bloomer :

  • 51 Kristin Hoganson, « Garrisonian Abolitionists and the Rhetoric of Gender, 1850-1860 », American Qu (...)

I told ‘em I had bloomers enough when I was in bondage. You see... dey used to weave what dey called nigger-cloth, an’ each one of us got jes such a strip, an’ had to wear it width-wise. Them that was short got along pretty well, but as for me (she looked at her long legs)... Tell you, I had enough of bloomers in them days 51.

59Pour elle, c’était le port d’une robe courte qui était associé en fait à l’asservissement et à l’une de ses caractéristiques qui était de refuser l’identité sexuée de l’esclave, c’est-à-dire son humanité, revendiquée avec force dans son discours « Ain’t I a Woman ? ». Ce qui était libération pour les unes, était la marque d’une dépossession essentielle pour les autres. Si le corps apparaissait aux deux souvent comme une prison, ce n’était pas de la même façon, et la prison des unes pouvait être un moyen d’émancipation pour les autres.

Notes

1 Philippe Perrot, Le travail des apparences (Paris : Seuil, 1984), p. 10.

2 Bien qu’il y ait ambiguïté, et que cette caractéristique ne s’applique en fait qu’aux blanches de la classe supérieure, une immigrante irlandaise ou une noire ne sont jamais considérées comme fragiles.

3 Barbara Welter, Dimity Convictions (Athens: Ohio UP, 1976), p. 63.

4 E.B. Duffey, No Sex in Education — Or, An Equal Chance for Both Girls and Boys. Being a Review of Dr. E.H. Clarke's « Sex in Education » (Philadelphia: J.M. Stoddart and Co, 1874).

5 William Acton, Functions and Disorders of the Reproductive Organs, cité par Carl Degler, At Odds. Women and the Family in America from the Revolution to the Present (New York: Oxford UP, 1980), p. 250.

6 Elizabeth Cady Stanton, Susan B. Anthony & Matilda Gage eds, History of Woman Suffrage (New York: Fowler and Wells, 1881), vol. 1, p. 13. Par la suite les références à cet ouvrage, désigné par les initiales HWS, seront directement incorporées dans le texte.

7 « Wanted: A Healthy Wife », Harper’s New Monthly Magazine, 13, 1856.

8 Elizabeth Cady Stanton, Eighty years and More. Reminiscences 1815-1897 (New York: Schocken Books 1971, première édition 1898), p. 55. Par la suite les références à cet ouvrage,désigné par la lettre R, seront directement incorporées dans le texte.

9 Theodore Stanton & Harriot Stanton Blatch eds, Elizabeth Cady Stanton. As Revealed in her Letters, Diary & Reminiscences (New York: Harper & Brothers, 1922), vol. 2, p. 45.

10 Cité par Regina Markell Morantz, « Making Women Modem: Middle-Class Women and Health Reform in Nineteenth Century America », Journal of Social History, 10, 1977, p. 498.

11 William Leach, True Love and Perfect Union. The Feminist Reform of Sex and Society (Londres: Routledge and Kegan Paul, 1981), p. 20.

12 Morantz, p. 497.

13 E.B Duffey, p. 23.

14 Roland Barthes, Système de la Mode (Paris : Seuil, 1967), p. 261.

15 Antoinette Brown Blackwell in Alice Rossi, The Feminist Papers: From Adams to de Beauvoir (New York: Columbia UP, 1973), p. 368.

16 Theodore Stanton & Harriot Stanton Blatch, eds, p. 210.

17 Lois Banner, Elizabeth Cady Stanton. A Radical for Woman’s Rights (Boston: Little, Brown & Co, 1980), p. 35.

18 Cité par John Spurlock, Free Love. Marriage and Middle-Class Radicalism in America, 1825-1860 (New York: New York VP, 1988), p. 130.

19 Cité par Elisabeth Griffith, In Her Own Right. The Life of Elizabeth Cady Stanton (New York: Oxford UP, 1984), p. 88.

20 Cité par John Spurlock, p. 212.

21 Ellen DuBois, « On Labor and Free Love: Two Unpublished Speeches of Elizabeth Cady Stanton », Signs, 1, 1975, p. 267.

22 Elizabeth Cady Stanton, « Address on the Divorce Bill », in Daniel J. Boorstin, ed, An American Primer (Chicago: The University of Chicago Press, 1966), p. 371.

23 Theodore Stanton & Harriot Stanton Blatch, eds, p. 82.

24 Elizabeth Cady Stanton, « Address on the Divorce Bill », in Daniel J. Boorstin ed, p. 371.

25 Cité par Françoise Basch, « Women’s Rights and the Wrongs of Marriage in Mid-Nineteenth-Century America », History Workshop, 22, 1986, p. 33.

26 Elizabeth Cady Stanton, « Address on the Divorce Bill », in Daniel J. Boorstin ed, p. 371.

27 Cité par William Leach, p. 81.

28 Cité par Françoise Basch, p. 25.

29 Theodore Stanton & Harriot Stanton Blatch eds, p. 114.

30 Cité par Elisabeth Griffith, p. 88.

31 Ibid., p. 88.

32 Page Smith, Daughters of the Promised Land (Boston: Little, Brown & Co, 1970), p. 149.

33 Cité par Lois Banner, p. 74.

34 Cité par Alice Rossi, p. 327.

35 Theodore Stanton & Harriot Stanton Blatch eds, p. 177.

36 Aileen S. Kraditor ed, Up from the Pedestal. Selected Writings in the History of American Feminism (Chicago: Quadrangle Books, 1968), p. 182.

37 Theodore Stanton & Harriot Stanton Blatch, eds, p. 54.

38 Ibid., p. 177.

39 Ibid., p. 33.

40 Cité par William Leach, p. 27.

41 Antoinette Brown Blackwell, in Alice Rossi, pp. 370-371.

42 E.B Duffey, p. 101.

43 Antoinette Brown Blackwell, in Alice Rossi, p. 372.

44 Ibid., p. 368.

45 Cité dans Françoise Basch, pp. 134-135.

46 Cité par William Leach, p. 257.

47 Ibid., p. 246.

48 Cité dans Lois Banner, p. 84.

49 Elizabeth Smith Miller, in Aileen Kraditor, p. 124.

50 Elizabeth Cady Stanton, in ibid., p. 130.

51 Kristin Hoganson, « Garrisonian Abolitionists and the Rhetoric of Gender, 1850-1860 », American Quarterly, 45, 1993, p. 571.

Auteur

Université de Nice-Sophia Antipolis.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540