Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parcours identitaires

 | 
Geneviève Fabre

L’immigration récente à Los Angeles : vers un nouveau modèle d’identification ?

Dominique Daniel

Résumé

Destination privilégiée de la vague actuelle d’immigration. Los Angeles ressemble au New York du tournant du siècle par son rôle économique international et sa diversité ethnique. Mais ses particularités défient les modèles établis : les expériences migratoires multiples de ses nouveaux résidents, l’hétérogénéité de sa population en perpétuel mouvement, un développement urbain polycentrique, un « rêve californien » ambigu nourrissent un mélange racial et social qui pourrait bien être explosif, à moins que les Angelinos, qui prennent conscience de leur spécificité, ne parviennent à s’unir sous une nouvelle identité collective.

As the privileged destination of the new immigration, Los Angeles could be compared to New York at the turn of the century because of its international economic role and ethnic diversity. However, the metropolis challenges all existing models: the various migration patterns of its new residents, the heterogeneity of its constantly moving population, a polycentric urban development, an ambiguous “California dream” nourish a social and ethnie brew that is highly explosive; yet the Angelinos are increasingly aware of their specificity and of the need to unite thanks to a new collective identity.

Texte intégral

  • 1 L'agglomération de Los Angeles définie par le recensement comprend 5 comtés, dont le cœur est le v (...)

1« La nouvelle Ellis Island »... c’est ainsi que Time salue Los Angeles en 1983 (Andersen 10, Jaynes 48). Premier port d’entrée américain, la capitale de la Californie du Sud a dépassé New York en population au cours des années 19801. C’est en effet le carrefour et le point de convergence de flux migratoires que l’économiste Thomas Muller a qualifié de nouvelle « vague » (Muller et Espenshade 1), identifiable par son ancrage historique (elle débute avec l’abolition des lois des quotas en 1965) et géographique (elle prend sa source dans les pays d’Asie et d’Amérique Latine).

2S’agit-il d’un simple déplacement historique et géographique de phénomènes qu’ont connu des villes d’immigration plus anciennes comme New York ? ou le cas de Los Angeles est-il singulier ? Il est à tout le moins problématique : son histoire récente, la succession de vagues migratoires (dont la dernière est en cours) en font une ville de mouvements et en mouvement, lieu de parcours individuels et collectifs de nature géographique (arrivée des immigrants dans la ville, mobilité résidentielle), socio-économique et culturelle. Chaque déplacement d’un individu modifie ses liens aux groupes (foyer, famille, communauté ethnique, quartier...) et donne lieu à des changements identitaires possibles : les rapports entre ces groupes évoluent aussi et se font parfois conflictuels.

3On emploie souvent le terme de « mosaïque » (Gibbs 29) pour décrire les métropoles américaines d’aujourd’hui. Mais dans le cas de Los Angeles, cette image semble trop statique. Plus évocatrice est celle du kaléidoscope avec sa multitude d’éléments constitutifs en constante reconfiguration (Fuchs 277). Les deux images soulignent la diversité et la complexité de la population dans cet ensemble urbain, mais la deuxième met davantage en évidence l’ambiguïté de sa dynamique : les combinaisons, d’une infinie variété, peuvent être harmonieuses ou discordantes ; le kaléidoscope peut rassembler, unir des éléments en un tout cohérent – ou les séparer, les disperser en un conglomérat disparate. Les mouvements de ses facettes ont un effet éblouissant ou déformant qui empêche l’observateur de saisir les structures profondes derrière les apparences.

4C’est en ce sens que Los Angeles défie tous les modèles établis.

  • 2 Los Angeles est le seul port d’entrée américain où la plupart des arrivants souhaitent s’installer (...)

5La particularité de Los Angeles a sa source dans l’exceptionnelle diversité nationale, ethnique et raciale, économique et sociale des immigrants. Comme pour New York, l’image de Ellis Island évoque moins le port d’entrée que le lieu de résidence d’une population cosmopolite constamment enrichie par un apport étranger2. Après la levée des quotas fondés sur l’origine nationale en 1965, l’afflux d’immigrants des continents américain et asiatique a fait de la population du comté l’une des plus diversifiées de la nation : aucun des quatre groupes distingués par le bureau des recensements – hispaniques, asiatiques, blancs et noirs non hispaniques – n’atteint 50 % du total ; sur le plan numérique, les écarts entre les effectifs de chacun sont réduits (« American Diversity » 20-21). La population hispanique est dominée par les Mexicains, qui constituent 80 % du total, mais devient plus variée avec les arrivées d’autres pays d’Amérique Centrale (Bean et al. 79). Le groupe asiatique est sans conteste le plus hétérogène des Etats-Unis : le comté de Los Angeles abrite les plus importantes communautés de Philippins, de Coréens et de Chinois et est la deuxième destination des Indiens après New York : il a reçu une grande part des réfugiés d’Asie du Sud-Est dans les années 1980. C’est aussi la destination privilégiée des immigrants du Moyen-Orient.

  • 3 Le poste-frontière de San Ysidro-Tijuana, qui sépare le Mexique de la Californie du Sud, est le pl (...)

6Cette convergence unique aux États-Unis s’explique en partie par la position géographique et économique de la Californie du Sud. Plaque tournante du Pacifique, Los Angeles n’est pas sans rappeler le New York du début du siècle par le rôle qu’elle occupe dans les transports, les échanges commerciaux et humains. Mais elle joue simultanément ce rôle avec l’Asie et le continent américain3. Sa base économique diversifiée, son dynamisme en font un pôle d’attraction exceptionnel.

7Pour cette raison l’éventail socio-économique des nouveaux arrivants est plus large qu’autrefois. L’immigration « professionnelle » (brain drain) des pays asiatiques s’est développée grâce au système de catégories préférentielles instauré par la loi de 1965 et s’ajoute aux flux de travailleurs peu ou pas qualifiés du Mexique. La tendance est à la diversification dans chaque pays : une proportion croissante d’immigrants mexicains sont d’origine urbaine, ont terminé leurs études secondaires et ont une activité professionnelle qualifiée (Cornelius 8) ; l’immigration asiatique devient moins élitiste au fur et à mesure que la réunification familiale s’opère, ou que la situation économique ou politique force davantage de gens d’origine modeste à fuir leur pays.

8Dans cette optique, Los Angeles se distingue peut-être moins par la nature que par l’échelle de ses phénomènes migratoires : ils sont plus nombreux et plus rapides, plus visibles et plus hétérogènes qu'ailleurs. A sa source on trouve le même rêve américain qu’autrefois, dont la Californie serait le dernier avatar, avec son image mythique de terre d’abondance où tout est possible et son histoire ponctuée de booms économiques successifs. A partir des années 1950, une convergence exceptionnelle de facteurs a consolidé cette image. Les secteurs de haute technologie, les professions libérales ont offert à nombre de jeunes diplômés des pays en voie de développement les possibilités de carrière dont ils sont privés chez eux. Contrairement au reste de la nation, Los Angeles a conservé une base manufacturière créatrice d’emplois. Enfin, sa situation de carrefour commercial sur les axes transpacifiques et transaméricains, l’implantation de communautés hispaniques et asiatiques importantes, ont favorisé la création d’entreprises locales ou internationales par les immigrants. Le rêve américain focalisé sur Los Angeles est si puissant qu’il résiste pour l’instant aux récents problèmes économiques de la région.

  • 4 Un immigrant témoigne : « Presque tout le monde ici est nouveau » (Gibbs, 30) ; voir aussi McWilli (...)

9Mais Los Angeles ne reproduit pas seulement le rêve américain : son climat et ses paysages exceptionnels, dont les images sont largement véhiculées à l’étranger, offrent la promesse d’un mode de vie différent, qui, si l’on en croit les témoignages des intéressés, n’est pas encore érodée par les problèmes urbains dûs à une croissance massive et désordonnée (Gibbs 30, Kotkin 16). Sa jeunesse et son dynamisme lui confèrent l’image d’une société ouverte, d’une ville où être étranger (stranger ou alien) ou simplement étrange n’a rien d’exceptionnel4. Le souvenir des traitements discriminatoires infligés aux Chinois, aux Japonais et aux Mexicains à divers moments de leur histoire pèse moins lourd que l’image contemporaine d’un État qui élit à une grande majorité une femme chinoise-américaine au poste de Secrétaire d’État, ou d’un comté qui nomme une Hispanique à son tout-puissant conseil de cinq membres. Interrogés sur les raisons de leur choix, les immigrants de Los Angeles se montrent persuadés que l’intolérance et la xénophobie y sont moins développées que dans le reste des États-Unis (Gibbs 30, Kim 2-3). Même les émeutes de mai 1992 n’ont pas été dissuasives (Ford 83).

  • 5 Les chiffres montrent que les séjours des migrants sont de plus en plus longs et que la proportion (...)

10Enfin, les Mexicains présentent un cas particulier : beaucoup cherchent moins à réussir aux États-Unis qu’à gagner le maximum de dollars en un temps limité afin d’améliorer leur situation économique et sociale dans leur pays. Ils sont souvent peu sensibles au statut social ou au potentiel de carrière de leur emploi américain (Baca et Bryan A1). Or Los Angeles offre les meilleures conditions pour réaliser ce « rêve mexicain » : c’est la grande métropole la plus proche de la frontière et la plus aisément accessible et on peut s’y faire embaucher rapidement. Mais le rêve mexicain s’effrite tandis que la crise économique du Mexique s’étend à la plupart des régions et des couches sociales, et que des séjours répétés de l’autre côté de la frontière habituent les migrants à un niveau et un mode de vie différents5. De plus en plus, ils rejoignent les Asiatiques par leurs aspirations et une conception de la ville américaine comme but de résidence et non comme simple lieu de travail.

11Pour ces nouveaux venus comme pour leurs prédécesseurs, la présence de parents ou de compatriotes adoucit le choc du contact initial : la métropole compte des communautés hispaniques et asiatiques solidement implantées, jouant le rôle de « sas » socio-économique et culturel. Ce phénomène se produit à une échelle exceptionnelle dans le cas mexicain : rarement le paysage urbain et le tissu social d’une ville auront été autant influencés par un groupe ethnique unique que ceux du Los Angeles d’aujourd’hui.

  • 6 L’exception principale est le cas des réfugiés politiques, qui sera laissé de côté dans cette étud (...)
  • 7 Une majorité de demandes de visa d’immigration sont le fait d’étrangers résidant déjà aux États-Un (...)

12Les parcours migratoires actuels se distinguent pourtant des parcours du passé : les conditions de départ sont meilleures. Le voyage est moins pénible pour les Mexicains, qui partent d’un pays limitrophe, mais aussi pour les Asiatiques grâce au développement des liaisons aériennes. Pour les arrivants, il n’y a pas de Ellis Island au sens propre (Jaynes 48). Si les formalités d’admission sont parfois longues et complexes, elles s’effectuent avant le départ par le biais des consulats américains. Surtout ce voyage n’est plus le « grand saut » qu’il constituait autrefois :6 il est souvent précédé de séjours temporaires7. Les migrations de travail entre le Mexique et la Californie sont une tradition qui n’a quasiment jamais été interrompue. Pour de nombreux Mexicains, Los Angeles est un lieu de passage et de travail intégré à un mode de vie spécifique. Les Asiatiques ne bénéficient pas de cette continuité historique et géographique exceptionnelle, mais la présence américaine aux Philippines et en Corée et son héritage, ainsi que le développement des communications et des échanges commerciaux entre les pays Pacifique, vont dans le même sens. Des voyages de tourisme ou d’affaires ou des séjours pour études sont l’occasion de contacts directs (Jaynes 49).

13Le modèle migratoire de Los Angeles est donc problématique. Los Angeles n’aura sans doute jamais une domination aussi écrasante sur les flux d’immigrants que le New York du tournant du siècle. Une longue frontière terrestre, des ports maritimes et aériens dispersés ne peuvent jouer le rôle centralisateur d’un Ellis Island. Nouveau support du rêve américain, la ville n’a pas de symboles tels que la Statue de la Liberté. Le « rêve californien », qui singularise la région, est de plus en plus ambigu. Elle accueille des étrangers de toutes origines ethniques et socio-économiques dont les expériences variées font éclater l’image traditionnelle de l’immigrant. Leur séjour est précédé ou accompagné de déplacements multiples et multi-directionnels qui permettent difficilement d’identifier un moment où ils deviennent des « Angelinos » – des résidents de la cité plutôt que des hôtes.

14La diversité de leurs parcours est visible dans l’implantation résidentielle des arrivants et leur mobilité ultérieure. Beaucoup se regroupent par affinités ethniques : Los Angeles compte une « Chinatown » et une « Little Tokyo », une « Koreatown », une « Little Taipei » et une « Little India » ainsi que plusieurs « barrios » et « colonias ». Ces enclaves se caractérisent par un habitat relativement ancien, une densité de population élevée, un commerce ethnique florissant et une vie communautaire et associative développée. Elles montrent tous les signes d’une vitalité culturelle importante autour de fêtes, de pratiques religieuses, d’écoles ou de médias en langue natale (Kotkin 6-35).

  • 8 Monterey Park, situé à l’est de la ville, est désormais le principal lieu de destination des Chino (...)

15Malgré cela le passage urbain de Los Angeles ne correspond pas aux modèles établis par les agglomérations plus anciennes. Elle ne s’est pas développée par élargissement progressif d’un noyau central mais par la croissance simultanée et non coordonnée de plusieurs points de la région, et cette organisation polycentrique ne permet pas de distinguer un centre historique de « banlieues » plus récentes, séparant les Américains blancs des minorités raciales ou les citoyens des immigrants (Garcia 75, Hodge et al.). Il est vrai que le centre (downtown) de la ville abrite des populations minoritaires et immigrées nombreuses et denses (entre autres Chinatown et Koreatown, le barrio de East D.A. et le ghetto noir de South Central). Mais d’autres noyaux ethniques sont dispersés sur le territoire des comtés contigus de Los Angeles et d’Orange : les Mexicains se sont installés partout (Garcia 88), des Coréens et des Chinois se regroupent hors de l’enclave traditionnelle (Andersen 13 et 16)8. Tous les Asiatiques, et en particulier les Philippins et les Indiens, sont moins concentrés que les Mexicains.

16Ainsi toute l’histoire de Los Angeles est marquée par la tension entre la nécessité d’acquérir et de conserver une cohérence urbaine et le puissant effet centrifuge de son propre développement. Le paysage urbain a un aspect kaléidoscopique qu’on retrouve à l’échelle de ses quartiers, voire de ses pâtés de maison : un nombre croissant d’entre eux sont ethniquement mixtes. A Hollywood, quelques blocs centrés sur Kenmore Avenue abritent dix mille personnes de quarante-trois nationalités différentes (Hernandez et Pasternak Al).

17Comme les enclaves traditionnelles, ces quartiers attirent les nouveaux venus, qui y trouvent des loyers modérés et des emplois. Mais la ville ne fonctionne pas seulement selon les phénomènes de succession observables à New York, par exemple, où la mobilité ascendante se traduit par une série de déménagements à partir du quartier d’immigration, lieu de l’implantation initiale. Facteurs ethniques et socio-économiques se combinent en de multiples cas de figure, les étrangers munis de diplômes et de qualifications élevés ne connaissent pas les contraintes matérielles ou psychologiques qui poussent les plus démunis à s’installer dans une enclave mono-ethnique ou immigrée. D’autres considérations, professionnelles ou sociales, peuvent influencer leur choix.

18Ainsi Chinatown abrite aussi bien des immigrants récents que des résidents de longue date sans ressources, tandis que d’autres venus de Hong Kong ou de Taiwan, plus favorisés, se dispersent dans la ville et que des Chinois-Américains qui ont réussi et ont quitté l’enclave de leurs parents choisissent d’y revenir vivre ou seulement d’y travailler. Monterey Park est le lieu de résidence durable d’une population immigrée chinoise relativement aisée. De part et d’autre de Kenmore Avenue des Mexicains, Chinois et Philippins installés depuis deux décennies, propriétaires de maisons ou immeubles locatifs, ont vu Koreatown « déborder » sur leur quartier ; mais il y a aussi un roulement permanent d’immigrants de toutes origines (Hernandez et Pasternak A22-23). Il n’y a pas de « Little Manilla » pour les Philippins, mais des regroupements s’effectuent temporairement au gré des arrivées ou, plus durablement, à l’échelle de maisons ou de pâtés de maison. De façon plus surprenante, « Little India » est apparu récemment, bien après les arrivées massives des années 1970 : les premiers immigrants, issus d’une élite urbaine, se sont dispersés dans l’agglomération ; un regroupement ethnique ne s’est opéré qu’à l’arrivée d’indiens moins qualifiés, parents des premiers immigrants. Inversement, il semble que les barrios soient aujourd’hui moins attirants pour les Mexicains, quelle que soit leur origine sociale (Dagodag 201).

  • 9 La ségrégation ethnique y est moindre qu’à New York ou Chicago, par exemple (voir les études de Ga (...)

19Paradoxalement, Los Angeles est le cadre d’un mélange ethnique résidentiel relativement aisé9 mais aussi de distinctions raciales exacerbées. Contrairement aux centres d’immigration plus anciens, la population blanche est ethniquement homogène : le peuplement s’est produit pour l’essentiel au cours du vingtième siècle, grâce aux migrations intérieures d’Américains venus du Nord Est et du Middle West : pour ces descendants d’immigrés de troisième ou quatrième génération, les différences ethniques s’étaient estompées au profit de critères socio-économiques ou régionaux. S’il y a eu des associations d’anciens citoyens de l’Iowa, il n’y a pas de quartier juif ou italien à Los Angeles (McWilliams 165). Les immigrés européens et leurs descendants n’y ont pas leur symbole national romantique. Les minorités de couleur en sont d’autant plus visibles, quel que soit leur statut social. Alors que New York et San Francisco sont cosmopolites, Los Angeles est donc multiraciale : les limites du comté contiennent à la fois la plus importante communauté hispanique des États-Unis, les groupes asiatiques les plus variés et les plus nombreux, ainsi qu’une population noire significative ; le recensement de 1990 indique que les frontières raciales restent marquées, malgré une tendance à l’interpénétration (Dunn 35).

20Le danger est alors celui de l’éclatement, de la fragmentation, de la discordance. Pendant longtemps Los Angeles a semblé être la ville la plus apte à accommoder ces populations hétérogènes. Son vaste territoire composé de quartiers juxtaposés pouvait offrir à chacune un espace de vie suffisant.

21L’exemple est montré par ces nouveaux immigrants indiens, philippins, coréens, chinois et parfois hispaniques pour qui l’intégration économique se fait avec une relative facilité : un plus grand choix identitaire s’offre à eux. Certains – en particulier une élite asiatique largement exposée à l’économie et à la société américaine avant l’immigration – sont américanisés ; pour d’autres, la réussite économique ne signifie pas l’abandon de la culture originelle. La parfaite insertion résidentielle, économique et sociale des immigrants iraniens à Los Angeles s’accompagne d’une vie culturelle commune dynamique (Kotkin 14). La population philippine, qui a le taux de regroupement le plus bas, conserve une forte conscience ethnique. Les Indiens et Pakistanais aisés gardent un contact étroit avec leur pays. Inversement, la vie en communauté ethnique n’exclut pas l’intégration économique : c’est le cas de Coréens, de Mexicains ou des Chinois de Monterey Park, qui trouvent le succès dans des petites entreprises.

22Cependant, les émeutes de mai 1992 font douter de la capacité réelle de la ville à accommoder sa diversité. Si elles se sont produites à Los Angeles plutôt que dans d’autres villes américaines, qui souffrent autant de la récession économique, c’est peut-être parce que cette métropole est victime de son développement migratoire exceptionnel. Le mélange racial et social serait alors plus explosif que constructif. L’expansion géographique de noyaux ethniques nourris par un afflux constant d’immigrants (c’est le cas de Koreatown, de East L.A., de Monterey Park), l’apparition de nouvelles communautés aux quatre coins de l’agglomération multiplient les occasions de confrontation raciale entre les nouveaux venus et les minorités en place, autochtones ou immigrées.

23Des blocs ethniques se forment par réaction de défense. La solidarité coréenne autour des petits commerçants attaqués par des Noirs est remarquable (Gibbs 29-30). Les immigrés mexicains se sont soudés pour défendre leur droit à l’emploi dans les services publics des quartiers où ils sont devenus majoritaires : ces secteurs professionnels sont jalousement gardés par les Noirs comme symboles de droits chèrement acquis. Ironiquement, le contexte général plus favorable aux minorités qu’autrefois peut nourrir les consciences et les antagonistes raciaux :

  • 10 Déclaration du porte-parole de California Tomorrow (Reed 32).

In a multicultural environment, affirmative action may mean taking a job away from a Black person and giving it to an Asian or a Latino10.

24A l’extrême, la guerre des gangs délimite des territoires mais aussi des regroupements ethniques rigides (Willwerth 55). Inversement la mobilité accrue de certains immigrants de couleur rend les résidents blancs plus sensibles à la présence « envahissante » des étrangers dans leur ville, menacée d’asphyxie (Kotkin 12, 32).

25Mais les divisions ne sont pas seulement raciales ou nationales : les particularismes persistent, voire se multiplient au contact les uns des autres. Les Philippins, les Chinois et les Indiens sont issus de pays très régionalisés dont les sources d’émigration se sont diversifiées depuis 1965, comme celles du Mexique. Les Chinois venus autrefois de Canton et de sa région méprisent les récents réfugiés de Hong Kong, de langue différente et sans ressources ; eux-mêmes n’ont rien de commun avec les cerveaux « drainés » de Taiwan (Rohter I 1, McMillan Bl). Des clivages identiques se retrouvent entre les descendants des premiers immigrants indiens, en majorité des Sikhs d’origine rurale, et les Hindous et Musulmans venus des zones urbaines depuis 1965. Les Mexicains Américains ont une attitude pour le moins ambiguë envers les nouveaux arrivants : ils voient dans cette main-d’œuvre bon marché et docile une menace envers leurs gains économiques ; ils se réjouissent du poids politique que leur seule présence ajoute à la communauté hispanique mais doutent de leur mobilisation et craignent qu’ils ne ternissent l’image des Hispaniques auprès de la majorité blanche (Kotkin 8).

26Au niveau local, un espace aussi restreint que celui de Kenmore Avenue reproduit des îlots ethniques, parfois bâtiment par bâtiment. Quoique développée, la vie sociale des immigrants suit des voies parallèles mais dissociées : le dimanche, l’église méthodiste propose trois messes successives où les Cubains, les Philippins et les Coréens se succèdent ; des épiceries coréennes et mexicaines voisines ont des clientèles qui ne se mélangent pas... (Hernandez et Pasternak Al). Chacun a une conscience de son altérité exacerbée par la proximité des autres.

  • 11 « Je veux faire partie de cette ville », déclare l’un d’eux (Kotkin 35).

27Faut-il conclure à un repli de chaque groupe ethnique ou racial, donnant à l’occasion lieu à des flambées de violence ? En fait, on pourrait citer un exemple d’entente pour chaque cas de tension. Dans la mesure où immigrants mexicains et asiatiques résident durablement dans un même cadre de vie11, ils prennent conscience d’intérêts communs. Dans le quartier de Kenmore, les habitants se sont unis pour lutter contre la vente de drogue dans leurs rues (Hernandez et Pasternak Al). A l’échelle du comté, l’association multi-ethnique L. A. Action se propose de combattre un nouveau projet de prison (Kotkin 35). C’est une nouvelle conception de l’agglomération qui émerge de ces alliances : l’association California Tomorrow regroupe les Angelinos de toutes origines unis par la vision d’une nouvelle identité :

You accentuate your similarities and celebrate your differences and out of this cornes something that works, that creates understanding, a unique culture. This is what a pluralistic society is all about (ibid).

  • 12 On a souligné le petit nombre de crimes raciaux au cours des émeutes (« Riot Toll... ») ainsi que (...)
  • 13 Un témoignage parmi d'autres: « I think that we are sending a message to the world that L.A. is a (...)

28Les réactions qui ont suivi les émeutes récentes soulignent la détermination exceptionnelle des résidents à affirmer – ou réaffirmer – leur adhésion à des valeurs communes. La prise de conscience de la profondeur des divisions raciales a eu le mérite de stimuler les efforts pour y remédier. La reconstruction concrète de l’infrastructure offre l’occasion d’une reconstruction symbolique de l’espace, dont les habitants semblent avoir pris conscience (Rodriguez B7, Chavez Bl). Or si les émeutes ont alerté la nation sur la nécessité et l’urgence de s’attaquer aux problèmes urbains des minorités, il est difficile de faire la part des causes purement raciales12. A l’occasion des efforts de reconstruction, les habitants ont pu affirmer leur espoir d’une double allégeance à une identité ethnique propre et à une identité collective à base géographique13.

29Un nouveau modèle urbain semble même s’esquisser alors que la ville s’approprie des éléments culturels d’origines multiples :

This is the land where Asian dragons dance at Cinco de Mayo parades, where viewers can tune in the evening news spoken in Tagalog, where suburban developers study the ancient Chinese concept of feng shui to ensure harmonious building design... The Filipino punk joint may be a Symbol of the latest form of California strangeness... (Gibbs 28).

30Ces éléments sont identifiés non par leur origine nationale mais par leur contribution à « l’étrangeté californienne », dont Los Angeles est l’archétype.

31Pour l’instant, Los Angeles n’a d’autre identité que cette « étrangeté ». Mais le tour que cette dernière va prendre reste incertain. Son développement récent, rapide et désordonné est un danger mais aussi une chance : les vagues de peuplement ininterrompues n’ont pas laissé aux couches successives le temps de « sédimenter » comme à New York. Or la quatrième vague est loin d’être terminée : la loi d’immigration adoptée par le gouvernement en 1990 réaffirme le principe de la porte ouverte, plaçant Los Angeles, en tant que premier port d’accueil, à l’avant-garde des changements qui attendent le pays tout entier.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

« American Diversity », American Demographics Desk Reference juillet 1991 : 20-21.

« A Survey of California ». The Economist 13 oct. 1990 : 15.

« Census Revelations ». American Demographics janv. 1990 : 23.

« Racial Tensions Over South L.A. Jobs Grow ». Los Angeles Times 22 juillet 1992 : Al.

« Riot Toll in Los Angeles : Coroner Can Only Guess ». International Herald Tribune 12 mai 1992 : 3.

ANDERSEN, Kurt. « The New Ellis Island ». Time 13 juin 1983 : 10-17.

BACA, REYNALDO et DEXTER Bryan. « The Mexican Dream and Home Again ». Los Angeles Times 12 avril 1981 : Al.

BARKAN, Elliott. « New Origins, New Homeland, New Region : American Immigration and the Emergence of the Sunbelt. 1965-1985 ». In Searching for the Sunbelt: Historical Perspectives on a Region. Ed. Raymond A. Mohl (Knoxville : University of Tennessee Press, 1988), 124-148.

BEAN, Frank D., JURGEN Schmandt et WEINTRAUB, Sidney. Mexican and Central American Population and U.S. Immigration Policy. Austin : University of Texas, 1989.

CHAVEZ, Stephanie. « Latino Activists Outline Agenda. Stress Coalition ». Los Angeles Times 24 juillet 1992: B1.

CORNELIUS, Wayne A. « Mexican Immigrants in California Today ». Institute for Social Science Research Working Papers 5.10 1989.

DAGODAG, W. Tim. « Illegal Mexican Aliens in Los Angeles: Locational Characteristics ». In Patterns of Undocumented Migration: Mexico and the United States, ed. Richard C. Jones (Totowa, NJ : Rowman & Allenheld, 1984), 199-217.

DUKE, Lynne et AL KAMEN. « Black, White and Hispanic: Joining To Ease The Pain ». International Herald Tribune 4 mai 1992 : 1.

DUNN, Samantha. « A Mixed Tally ». UCLA Magazine automne 1991 : 35-39.

FORD, Andrea. « Still a Land of Dreams ». Los Angeles Times 1 août 1992 : B3.

FUCHS, Lawrence. The American Kaleidoscope: Race, Ethnicity and The Civic Culture. Hanover: University of New England, 1990.

GARCIA, Philip. « Immigration Issues in Urban Ecology : The Case of Los Angeles ». In Urban Ethnicity in the U.S. : New Immigrants and Old Minorities, ed. Lionel Maldonado et Joan Moore (Beverly Hills : Sage Publ., 1985), 75-100.

GIBBS, Nancy. « Shades of Difference ». Time 18 nov. 1991: 28-32.

HERNANDEZ, Marita et PASTERNAK, Judy. « Kenmore Avenue : A Mini Melting Pot in Hollywood ». Los Angeles Times 12 mai 1990 : Al.

HODGE, Robert W. et al. « New Patterns of Ethnic Residential Segregation in Los Angeles » (XI World Congress of Sociology, New Delhi, 18-23 août 1986).

HUBLER, Shawn. « Tears, No Love For Inner City ». Los Angeles Times 9 août 1992 : A1.

JAYNES, Gregory. « From Ellis Island to LAX ». Time 8 juillet 1985: 48-49.

KIM, Hak-Hoon. Residential Patterns and Mobility of Koreans in Los Angeles County. Mémoire de M.A., California State University, Los Angeles, 1986.

KOTKIN, Joel. « Pear and Reality in the Los Angeles Melting Pot ». Los Angeles Times Magazine 5 nov. 1989: 6-35.

McMILLAN, Penelope. « Newcomers Changing Face of Chinatown ». Los Angeles Times 28 janv. 1990: B1.

McWILLIAMS, Carey. Southern California: An Island on the Land. 1946; Salt Lake City: Peregrine Smith Books, 1983.

MULLER, Thomas et ESPENSHADE, Thomas J. The Fourth Wave : California’s Newest Immigrants. Washington, DC : Urban Institute Press, 1985.

REED, Ishmael. « Bad News For Blacks ». Time 18 nov. 1991: 32.

RODRIGUEZ, Antonio H. « The Rift Is Exposed, Let’s Bridge It ». Los Angeles Times 24 juillet 1992 : B7.

ROHTER, Larry. « Tongs, Triads and L.A. Chinatown Tragedy ». New York Times 26 mai 1985: I-2.

WILLWERTH, James. « From Killing Fields to Mean Streets ». Time 18 nov. 1991 : 55-56.

Notes

1 L'agglomération de Los Angeles définie par le recensement comprend 5 comtés, dont le cœur est le vaste comté de Los Angeles, et celui, contigu, de Orange (« A Survey of California » 15, « Census Revelations » 23).

2 Los Angeles est le seul port d’entrée américain où la plupart des arrivants souhaitent s’installer directement ; à New York et dans les autres points d’entrée, 25 % des immigrants choisissent ensuite la Californie du Sud (Barkan 134).

3 Le poste-frontière de San Ysidro-Tijuana, qui sépare le Mexique de la Californie du Sud, est le plus fréquenté au monde.

4 Un immigrant témoigne : « Presque tout le monde ici est nouveau » (Gibbs, 30) ; voir aussi McWilliams 328.

5 Les chiffres montrent que les séjours des migrants sont de plus en plus longs et que la proportion d’immigrés définitifs augmente (Cornelius, 20).

6 L’exception principale est le cas des réfugiés politiques, qui sera laissé de côté dans cette étude.

7 Une majorité de demandes de visa d’immigration sont le fait d’étrangers résidant déjà aux États-Unis, soit illégalement, soit comme touristes ou étudiants.

8 Monterey Park, situé à l’est de la ville, est désormais le principal lieu de destination des Chinois, qu’ils viennent de Chine Populaire, de Hong-Kong ou de Taiwan, après le Chinatown de New York (Influx of Immigrant Languages Strain Southern California, Rafu Shimpo, 23 février 1989).

9 La ségrégation ethnique y est moindre qu’à New York ou Chicago, par exemple (voir les études de Garcia, Hodge et al.).

10 Déclaration du porte-parole de California Tomorrow (Reed 32).

11 « Je veux faire partie de cette ville », déclare l’un d’eux (Kotkin 35).

12 On a souligné le petit nombre de crimes raciaux au cours des émeutes (« Riot Toll... ») ainsi que le rôle des facteurs de classe et non de race (Hubler Al).

13 Un témoignage parmi d'autres: « I think that we are sending a message to the world that L.A. is a good place » (Duke et Kamen 1).

Auteur

Univ. Lyon II

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540