Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Âges de la vie en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Serge Soupel

Première partie. Aspects théoriques, philosophiques, historiques, artistiques, culturels et religieux

L’allaitement maternel dans les traités médicaux du XVIIIe siècle anglais

Messad Dequeker

Texte intégral

  • 1 Alexander Hamilton, A Treatise on the Management of Female Complaints, and of Children in Early In (...)

1Partons d’un constat : l’allaitement maternel est peu pratiqué dans l’Angleterre des XVIe et XVIIe siècles ; dans la première moitié du XVIIIe encore, toutes les femmes qui peuvent se le permettre financièrement (c’est-à-dire non seulement la noblesse, mais aussi toute la bourgeoisie) envoient leurs nouveaux-nés en nourrice ; à la fin du siècle, la tendance s’est progressivement inversée : nourrir ou non son enfant est devenu un sujet de réflexion et de discussion ; les vertus de l’allaitement maternel sont reconnues ; cette pratique jugée naguère exceptionnelle, voire ridicule, est entrée dans les mœurs. Hamilton par exemple, en 1792: “The important advantages which result from Nursing, both to the mother and child, have been so often explained, and are so generally understood that they do not require any illustration on this occasion”1.

2Le “suckling” n’est plus que l’un des gestes du “nursing”, c’est une fonction naturelle de la maternité.

3Dans ce domaine, l’Angleterre est en avance sur le reste du monde occidental : en France par exemple, les femmes de toutes les catégories sociales — à l’exception des plus pauvres — ont recours aux nourrices “mercenaires” de la campagne jusqu’à la fin du XIXe siècle, et l’on passe alors pour la majorité de la nourrice au biberon. En Allemagne, la même pratique se prolonge jusqu’au XXe siècle. L’emploi d’une nourrice est si courant en France qu’on éprouve le besoin de le réglementer, d’ouvrir des bureaux d’embauche, d’interdire certains trafics ou abus. Rien de vraiment comparable en Angleterre, où le recrutement d’une nourrice se fait par relations familiales, par la recommandation d’un accoucheur ou par l’intermédiaire d’un hôpital.

4Ce qui est en revanche caractéristique du XVIIIe siècle anglais, c’est l’abondance des traités médicaux traitant du problème de l’allaitement. C’est sur eux que j’ai choisi de fonder ma recherche, en examinant d’abord rapidement les caractéristiques du genre, son audience, les conceptions scientifiques et les conseils pratiques qu’il véhicule. Mais ces traités essentiellement pratiques sortent souvent du domaine médical pour jouer sur la sensibilité morale de l’époque : l’allaitement maternel est alors recommandé comme un fait de nature, répondant à une finalité naturelle (c’est le second point que j’aborderai), et il suffit de gratter encore un peu plus le vernis médical pour retrouver de vieilles croyances bien connues des anthropologues, comme l’assimilation implicite ou explicite du lait au sang, qui remonte à Hippocrate et qui conduit les médecins à porter un jugement sévère sur les nourrices à cause du lien supposé entre la parenté de lait et la parenté de sang. Je concluerai en montrant comment les médecins se sont efforcés d’écarter l’idée que l’allaitement était contraire à la vie de couple et à l’idéal féminin.

5Les traités médicaux sont, au cours du XVIIIe siècle, devenus un véritable genre littéraire ; leur nombre témoigne qu’il était florissant : pour ne parler que des traités concernant la santé du jeune enfant, il semble qu’au moins une vingtaine d’ouvrages ait paru au XVIIIe siècle (et pour les trois quarts après 1750). Leurs nombreuses rééditions montrent leur succès.

6Ces manuels répondaient à une nouvelle exigence : les milieux “éclairés” de ce Siècle des Lumières n’admettent plus l’attitude fataliste qui prévalait jusque là face aux problèmes de santé et face à la mort. Les familles ne se résignent plus à voir mourir leurs enfants, autrefois considérés comme remplaçables. Au contraire, sous l’influence de Locke, elles commencèrent à se sentir responsable du devenir de leurs enfants.

7L’apparition massive de manuels de médecine reflète bien un souci général, au niveau individuel certes, mais aussi au niveau de l’Etat. En effet, la rage de tout mesurer des Anglais du XVIIIe donne le jour aux premières statistiques démographiques et, avec elles, naît l’angoisse d’un dépeuplement. L’Angleterre, comme la France, se croit vidée de ses sujets, alors que la réalité est bien inverse (la population double presque en un siècle). Dès lors, la grande préoccupation du monde politique et du milieu médical consiste à sauver les vies et à enrayer la mortalité.

8Les enfants en sont les principales victimes : on estime qu’un enfant sur deux n’atteint pas l’âge adulte, et qu’environ un enfant sur deux mourant avant d’arriver à maturité, n’atteint pas l’âge de deux ans. Autrement dit, un quart des enfants nés viables meurt au cours des deux premières années. C’est donc autour de l’enfant — futur adulte, futur citoyen de l’Etat qu’il faut concentrer tous les efforts.

9D’où les nombreux traités consacrés à la prime enfance, qui reconnaissent tous que la principale cause de mortalité infantile réside dans les pratiques d’alimentation du jeune enfant. Aussi la place accordée dans ces traités aux nourrices et à l’allaitement maternel est-elle importante.

  • 2 William Cadogan, An Essay upon Nursing, and The Management of Children from their Birth to Three Y (...)
  • 3 James Nelson, An Essay on the Government of Children under Three General Heads: Health, Manners an (...)
  • 4 Michael Underwood, A Treatise on the Diseases of Children, with Directions for the Management of I (...)

10Qui sont les auteurs de ces manuels de médecine ? Je n’ai choisi de vous présenter que ceux dont les travaux ont véritablement fait progresser la médecine de l’enfance. William Cadogan, médecin du London Foundling Hospital, fut en 1748 l’auteur de l’un des tout premiers manuels consacrés à la prime enfance2. C’est lui qui, en dénonçant les pratiques traditionnelles et en proposant de nouvelles méthodes, a véritablement lancé ce nouveau genre, et aucun auteur lui succédant ne manque de se référer à ce petit essai de quarante-trois pages. Cinq ans plus tard, James Nelson, apothicaire, a l’originalité d’inclure dans son traité médical des conseils sur l’éducation morale des enfants3. Michael Underwood est sans doute le premier grand spécialiste de la façon d’élever les enfants à la main (by hand), entendons : par opposition au sein4. Je pourrais aussi vous parler de John Grigg et d’Alexander Hamilton, obstétriciens fort réputés, et de Hugh Smith, médecin, et d’autres encore qui ont marqué l’histoire médicale de la petite enfance, mais je ne voudrais pas vous lasser par une énumération trop exhaustive. Adressés essentiellement aux gens du métier dans la première moitié du XVIIIe, les traités sont ensuite destinés à l’usage des familles, et plus particulièrement à celui des mères de famille. Le langage clair et compréhensible de tous est donc de rigueur. Les auteurs souhaitent que leurs ouvrages deviennent de véritables petits guides pratiques insistant plus sur les règles de vie que sur les traitements curatifs. Les lectrices de ce nouveau genre sont bien sûr des femmes cultivées appartenant aux classes privilégiées de la société. Mais il est bien connu que les classes moyennes — voire les classes populaires — cherchent à imiter le mode de vie des classes supérieures, ce qui est vrai dans le cas de l’allaitement maternel (ou plutôt de la mise en nourrice). Ainsi, les auteurs médicaux espèrent qu’en modifiant l’opinion et le comportement de l’aristocratie, ils transformeront à plus ou moins longue échéance l’attitude de la société tout entière. En comparant la place accordée à l’allaitement maternel dans les traités des deux premiers tiers du XVIIIe et du dernier tiers, il est visible que le comportement a changé. En effet, certains auteurs de la fin du siècle n’estiment plus nécessaire de vanter les mérites désormais reconnus de l’allaitement par la mère, et donc n’en parlent pas. Pour répondre à des soucis pratiques, les médecins conseillent une méthode sur trois points : la première mise au sein du nouveau-né, le rythme de l’allaitement, et le sevrage.

11Jusqu’au début du XVIIIe siècle, les médecins recommandaient aux nouvelles accouchées d’attendre une vingtaine de jours avant de commencer à allaiter, période correspondant à l’évacuation des lochies. Le nouveau-né était alors confié à une nourrice, et les seins de la mère dégorgés à l’aide de petits chiots ou d’une tétine en verre — procédé archaïque qui provoquait souvent de graves fièvres. Ensuite, cette période fut réduite à deux ou trois jours, c’est-à-dire jusqu’à la montée de lait. Durant ces quelques jours, l’enfant était nourri soit du lait d’une nourrice, soit d’aliments tels que le pain et bouillie. Enfin, à partir du milieu du siècle, tous les auteurs s’accordent pour préconiser une mise au sein maternel dès la naissance de l’enfant. Willian Cadogan en 1748 fut le premier à considérer le colostrum (“premier lait”) comme vital pour le nouveau-né. Il vante ses vertus purgatives et selon lui, si la véritable montée de lait n’a lieu qu’au bout de deux ou trois jours, c’est que l’enfant n’a entre temps besoin de rien d’autre. De plus, en tétant le sein de sa mère, le nourrisson lui évitera de dangereux engorgements.

12Jusque-là, le colostrum était de par sa couleur et sa consistence considéré comme mauvais et dangereux pour l’enfant, à qui l’on préférait donner un peu de vin tiède et sucré en guise de purgatif. Après Cadogan, tous les conseils à ce sujet se ressemblent, et ceci jusqu’au temps présent. La théorie médicale du XVIIIe siècle marque sur ce point un réel progrès. C’est vrai qu’une nourriture mal appropriée, peut être fatale pour l’enfant, surtout les premiers jours. Or c’est au cours du premier mois que les nouveaux-nés succombaient le plus, pour des raisons essentiellement d’ordre gastro-intestinal. Mettre l’enfant au sein dès sa naissance, c’est lui donner plus de chances de survie, surtout à une époque où les principes élémentaires d’hygiène n’étaient pas encore reconnus, sans parler bien sûr de la stérilisation.

13Les médecins en revanche ne sont pas unanimes dans leurs conseils sur la fréquence des tétées. Mais on peut tout de même dégager une tendance dans l’évolution de l’opinion médicale. Jusqu’au milieu du XVIIIe, théorie et pratique favorisaient l’allaitement à la demande. Quand un bébé pleure, c’est qu’il a faim, il doit donc être nourri jusqu’à satiété. C’est encore Cadogan qui tire la sonnette d’alarme : un enfant gros n’est pas nécessairement en bonne santé, un enfant qui crie n’a pas faim : il souffre. S’il souffre, c’est en général qu’il est trop nourri, et que la digestion se fait mal. Il est donc souhaitable d’instaurer des horaires. Cadogan estime, comme la plupart des médecins de la deuxième moitié du siècle, que quatre ou cinq têtées par vingt-quatre heures suffisent. Cette introduction d’horaires dans les conseils sur l’allaitement est une réaction contre la pratique générale des nourrices, qui font taire l’enfant qui crie en le mettant systématiquement au sein, provoquant ainsi de graves troubles de digestion. Il est probable aussi qu’une mère acceptera plus volontiers de nourrir son enfant si elle ne risque pas d’en devenir l’esclave. Or si une femme confie son enfant aux soins d’une domestique, et n’est indispensable que quatre fois par jour, son mode de vie n’en est pas radicalement bouleversé. Le “suckling” est ici bien séparé du “nursing”, mais c’est un premier pas. En effet, il faut avant tout convaincre la femme d’allaiter son enfant, et ne pas l’obliger à renoncer complètement à son mode de vie constitue un argument de poids. A la fin du siècle, tandis que le noyau familial se voit accorder une place priviliégiée dans la société, les conseils d’allaitement à la demande dans les traités médicaux reviennent en force.

14C’est en partie dans la même optique (inciter les femmes à allaiter) que les médecins n’exigent plus que les enfants soient nourris exclusivement du lait maternel jusqu’à l’âge d’un an ou dix-huit mois, comme c’était le cas aux siècles précédents. Le lait maternel seul est idéal et suffit les trois ou quatre premiers mois. Puis on peut compléter son alimentation par de la bouillie (“pap” : un mélange de pain, eau, lait et sucre brun). C’est la nature qui indiquera que l’enfant est prêt à être sevré, après l’apparition des premières dents — surtout pas lors de leur poussée car ce moment est particulièrement dangeureux pour l’enfant). Rarement donc avant l’âge de neuf mois.

15Les médecins ne se contentent pas de donner des conseils pratiques et de proposer une méthode pour un allaitement réussi. Dans leurs guides d’usage sur l’éducation physique des jeunes enfants, les arguments en faveur de l’allaitement maternel sont aussi d’ordre moral. Comme on peut s’y attendre dans l’Angleterre du XVIIIe, l’allaitement est présenté comme un fait de nature par tous les médecins qui ne se font que “les interprètes” de la Nature. La Nature et ses lois, par opposition à l’Art et à intervention de la main de l’homme, indiquent à elles seules la marche à suivre pour élever le jeune enfant. Ne pas s’y conformer, c’est prendre la responsiblité d’une infraction grave et en subir les conséquences. “If we follow Nature”, dit Cardogan (An Essay upon Nursing 14), “instead of leading or driving it, we cannot err. In the business of Nursing, Art is ever destructive, if it does not exactly copy this original”. La Nature, c’est la Providence : elle a tout prévu. La femme est destinée à être mère, c’est elle qui met au monde, fait indiscutable. Non seulement la femme accouche, mais elle a été pourvue des seins qui, à eux seuls, permettent de subvenir immédiatement et complètement aux besoins de l’enfant. En même temps qu’elle fait naître l’enfant, la Nature pourvoit à sa nourriture, et aucun aliment ne peut remplacer avantageusement, celui que la Nature elle-même prévu. Voila un schéma bien simple que les médecins s’indignent de ne pas voir respecté. James Nelson par exemple :

Providence, we see, without any Expense to us, kindly sends food into the World along with the child, by giving to the Mother a breast flowing with milk. But to what purpose is this bestowed? To be neglected and rendered fruitless? No surely, we cannot think thus indignantly of so great a blessing (An Essay on the Government of Children 43).

16Fonction physique de l’allaitement, mais aussi fonction effective. La Nature a voulu que toute mère éprouve de la tendresse pour son enfant. Les médecins du XVIIIe présentent l’amour maternel comme un postulat. Or c’est en allaitant son enfant que la mère offre son premier témoignage d’amour (la grossesse était subie et parfois involontaire). Une femme qui refuse l’allaitement est donc une mère dénaturée ; elle ne devra pas s’étonner d’être ensuite rejetée par son enfant, ou du moins traitée avec indifférence. Le sentiment de l’enfance a, depuis Philippe Ariès, fait couler beaucoup d’encre. Ariès fut le premier à penser que l’indifférence maternelle caractérisait la société traditionnelle — jusque vers le XIXe siècle dans la haute bourgeoisie. Shorter pense que cette indifférence se prolonge jusqu’au dernier quart du XVIIIe siècle au moins dans les classes moyennes, époque correspondant entre autres au retour de l’allaitement maternel. Confier son enfant à une nourrice mercenaire est une preuve d’indifférence, et donc, selon les médecins, un détournement des lois naturelles. L’une des preuves de la fonction naturelle de l’allaitement se trouve dans la parfaite correspondance entre les besoins de l’enfant et les qualités du lait maternel ; les uns et les autres évoluant en parallèle.

17Le nouveau-né doit d’abord évacuer son mécomium et prendre des forces, c’est la fonction du colostrum. L’estomac fragile du nourrisson ne lui permet pas d’absorber de grandes quantités et un lait d’une trop grande richesse, le premier lait de la mère est fluide et peu abondant. Enfin, les premiers jours passés, l’enfant est plus fort et ses facultés digestives sont à même de recevoir un lait dont les qualités nutritives s’enrichissent et qui devient plus abondant. Les médecins opposent cette évolution parallèle au danger pour l’enfant de le mettre à son naissance au sein d’une nourrice dont le lait ne correspondrait pas à ses capacités et ses besoins.

  • 5 Hugh Smith, Le Guide des mères ou manière d'allaiter, d'élever, d'habiller les enfants, de diriger (...)

18Pour appuyer leur argumentation en faveur de l’allaitement maternel comme seule méthode dictée par la nature, les médecins font tous référence au monde animal. Les animaux n’ayant pour règle de conduite que leur instinct, il faudrait suivre leur exemple. Tous se consacrent exclusivement à leurs petits jusqu’à ce que ces derniers soient capables de subvenir à leurs propres besoins. Comment, s’étonne-t-on, si les animaux peuvent élever une portée de cinq ou six petits à la fois, une mère n’aurait-elle pas la force de nourrir un seul enfant ! La race humaine est la seule qui ose se soustraire aux lois naturelles, et Smith, auteur de la fin du XVIIIe affirme que les animaux “offrent un édifiant exemple que l’espèce humaine ‘dénaturée’ devrait rougir de ne pas imiter”5. La preuve, selon lui, c’est qu’il meurt beaucoup moins de petits chez les animaux que chez nous. De même, selon Smith, les enfants des riches meurent plus que ceux des pauvres, car ils sont victimes de modes telles que l’envoi en nourrice ou encore de l’habitude d’être trop couverts, etc. la pauvreté est ici assimilée à un état proche de la nature, donc à un moindre mal pour l’enfant. Qui dit nature dit aussi campagne. S’il n’est pas prouvé que la mortalité infantile soit plus forte dans les classes aisées, il est en revanche certain qu’elle détient un record en milieu urbain. On estime qu’à Londres, plus de la moitié des enfants meurent avant l’âge de deux ans. Tous les médecins évoquent l’insalubrité de l’air et la promiscuité comme causes majeures de cette forte mortalité. L’air pur de la campagne assurera à l’enfant santé et robustesse. Hamilton en 1792 va jusqu’à conseiller aux mères de la ville de se retirer à la campagne si elles veulent nourrir : les femmes selon lui ne peuvent être nourrice et femme du monde à la fois. Nourrice en ville est dangereux pour la santé de la mère dont le lait serait de mauvaise qualité, et donc dangereux pour celle de l’enfant.

19Mais alors une bonne nourrice de campagne ne ferait-elle pas presque aussi bien l’affaire ? Eh bien non ! C’est en étudiant les croyances liées à la formation du lait maternel que nous pourront comprendre le rejet systématique de la nourrice mercenaire et de tout ce qu’elle représente. D’une tradition hippocratique mal comprise, certains médecins tirent l’idée que le lait est du sang devenue blanc. C’est-à-dire que lorsqu’une femme allaite, le surplus de son sang se dirige vers les mamelles et se transforme en lait, au lieu d’aller vers la matrice pour être périodiquement évacué. Ce qui explique la disparition du sang menstruel pendant l’allaitement.

20Cette analogie entre sang et lait, les médecins la mettent en valeur pour leur argumentation naturaliste de l’allaitement maternel. Le fœtus est nourri du sang de sa mère, et le lait maternel est la suite naturelle de sa nourriture intra-utérine. Il y a donc une analogie fondamentale entre les deux modes d’alimentation dont il serait dangereux de priver l’enfant en le confiant à une nourrice qui ne présente pas ce même avantage de continuité.

21D’autre part, si le lait est du sang transformé, alors tout ce qui touche aux idées mythiques liées au sang aura une incidence sur l’allaitement. Or ce sang, et donc le lait, est encore au XVIIIe siècle supposé transmettre toutes sortes de qualités d’ordre morales et psychologiques ; et c’est là que la nourrice devient vraiment effrayante, car en plus de donner son lait, elle transmet à l’enfant toutes sortes de caractéristiques qui lui sont propres. Les nourrices mercenaires sont toutes des femmes pauvres (sans cependant faire partie des plus pauvres) qui habitent à la campagne. Elles font commerce de leur lait, et c’est là, pour les médecins leur premier vice. Motivées par le seul appât du gain, elles sont incapables de tendresse pour un nouveau-né qu’elles considèrent comme un fardeau. En plus, s’étonnent les médecins, comment peut-on confier son enfant à une femme qui pour de l’argent, refuse son lait à son propre enfant ? La mise en nourrice est souvent assimilée à un abandon, à un crime déguisé, voire un meurtre sadique des enfants. Ainsi Cadogan (An Essay upon Nursing 29) estime que “the ancient custom of exposing them to wild beasts or drowning them would certainly be a much quicker and more humane way of dispatching them”. La mise en nourrice est en effet répertoriée par les historiens comme l’une des causes majeures de la mortalité infantile.

22Ce qui importe ici, c’est le tableau moral que les médecins font de la nourrice, et de ses funestes répercussions sur la santé morale et physique de l’enfant. Tout ce qui échaffe le sang altère le lait. Or une nourrice est de par sa nature et son milieu en proie à tous les vices, toutes les passions. Autant de défauts qu’elle transmettra à l’enfant. Si elle aime le vin, l’enfant sera ivrogne. Si elle est en colère, l’enfant sera épileptique. Si elle est débauchée, on ne peut répondre des mœurs futures de l’enfant. La pauvreté morale et les vices les plus bas sont donc attachés à l’image de la nourrice, par opposition aux qualités les plus nobles transmises par la mère. Il existe ici une certaine contradiction chez le plupart des médecins : la mère qui n’allaite pas est selon eux le plus souvent une femme du monde de faible constitution qui mène une vie dissolue. Or ils n’exigent pas qu’elle renonce à son mode de vie pour allaiter, et n’expriment aucune crainte pour la santé morale de l’enfant. Hamilton, cité plus haut, est à ma connaissance le seul à penser que toute mère ne peut être nourrice (pour des raisons autre que l’incapacité physique) et à opposer les fonctions de nourrice et de femme du monde. Les médecins vont plus loin : ils accusent les nourrices d’être coupables de la dégéneresence physique et morale de la bourgeoisie et de la noblesse. Nombreux en effet sont les médecins et moralistes qui se plaignent d’un affaiblissement de la moralité en ce XVIIIe siècle surtout dans la première moitié du siècle. Vie dissolue et corrompue, recherche systématique du plaisir et de l’intérêt personnels, dissolution de l’esprit de famille — tout cela est en grande partie attribué à la pratique de la mise en nourrice. Si le sang peut, par l’intermédiaire du lait, transmettre à l’enfant des caractéristiques psychologiques et morales, on comprend alors la responsabilité de la nourrice dans la désunion des familles. Des enfants d’une même famille élevés par des nourrices différentes ne seront frères que par le fait (presque anodin) d’être nés d’une même mère. Ce qui expliquerait la diversité des caractères. Au contraire, des enfants de familles différentes, mais élevés par une même nourrice ne sont plus seulement des frères de lait : ils deviennent des frères de sang. C’est cette croyance, exprimée de façon implicite par les médecins, qui rend la nourrice particulièrement effrayante.

23Mais puisqu’ils doivent bien se rendre à l’évidence et constater que la mise en nourrice est encore pratique courante malgré leurs conseils répétés, les médecins des deux premiers tiers du XVIIIe dressent un portrait de la nourrice idéale. Ce portrait type est le suivant : elle doit être en bonne santé, ni trop jeune ni trop vieille (entre vingt et trente ans), elle doit être propre, vive et enjouée, de caractère tempéré (même “un peu sans soucis”) et avoir de bonnes mœurs. Certains vont même jusqu’à détailler son aspect physique : on évitera les rousses, dont le lait est aigre, les gencives devraient être vermeilles, et meublées de belles dents, le regard agréable, les seins détachés de la poitrine et un peu tombants, etc. Autant dire que dans certains cas, l’auteur cherche visiblement à décourager toute tentative de recherche !

24L’allaitement artificiel avec du lait de vache ou de chèvre constituait le seconde terme de l’alternative s’il n’y avait pas l’allaitement maternel (certains auteurs de la fin du siècle la préféreront d’ailleurs à l’emploi d’une nourrice). Or le lait animal aussi véhiculait pensait-on les caractéristiques propres à chaque genre. L’illustration la plus amusante nous vient de Jacques Ballexserd, auteur suisse d’une Dissertation sur l'éducation physique des enfants en 1762. Ballexserd pousse l’idée de la transmission des caractères jusqu’à conseiller aux peuples du nord de l’Allemagne de donner à leurs enfants du lait de chèvre pour “atténuer leurs humeurs et provoquer une circulation qui est trop lente chez eux” ; ainsi peut-être auraient-ils “plus de gaieté, plus de vivacité dans l’imagination et dans le corps, car on sait que le chèvre est folle et badine, qu’elle aime à sauter et à gambader” ; par contre, le lait de vache correspondrait mieux aux Italiens, jugés trop légers, “afin de ralentir le cours rapide de leurs fluides, de les rendre plus forts, plus essentiels, plus solides et moins frivoles” (Ballexserd, Dissertation 75-76). Ainsi le lait pourrait même corriger certaines caractéristiques de l’enfant.

25C’est aux femmes elles-mêmes, nous l’avons vu, que s’adressent directement les médecins dans leurs traités. Ils présentent l’allaitement maternel comme un fait de nature d’autant plus important qu’il véhicule tout un ordre moral. Quelles raisons ont donc les femmes pour résister si longtemps à cette fonction et comment les médecins s’efforceront-ils de faire tomber tous les obstacles et les tabous ?

26Une mère qui n’allaite pas son enfant est une mère dénaturée, barbare, impitoyable, cruelle, criminelle. Elle est responsable des malheurs de l’humanité, responsable de la dépravation de l’ordre moral. Ce sont les théoriciens qui accusent. Ils mettent en cause l’attitude de la société dans son ensemble, le poids de la tradition et la tyrannie de la mode. En 1784, le médecin Underwood admet que les femmes allaitent plus que par le passé, mais déplore encore l’effet pervers de la mode : “that tyrant, fashion, prevails over the good sense and natural feelings of many, whose maternai affection can be, in no other instance, suspected” (A Treatise 216). Une mère qui allaite, surtout dans la première moitié du XVIIIe, est un véritable phénomène que l’on montre du doigt, dont on se moque, et il lui faut beaucoup de courage pour aller contre la norme culturelle.

  • 6 Samuel Richardson, Pamela, vol. II (1741 ; London : Dent, 1984) 229.

27En 1740, Richardson nous montre Pamela aux prises avec un problème de conscience qui fera l’objet de l’unique sujet de discorde entre elle et son généreux mari où B. Pamela pense qu’il est de son devoir de mère de nourrir son enfant à naître, et appuie sa conviction sur des exemples tirés de l’Ancien Testament de femmes ayant allaité. Mr. B réfute cet argument en disant que les temps et les mœurs ont bien changé. Non seulement ces femmes nourrissaient leurs enfants, mais elles tiraient ausssi l’eau du puits, elles pétrissaient le pain, elles prenaient la peine de confectionner de bons petits plats à leur mari. Bref, toutes se consacraient aux rudes tâches de la vie domestique. Alors, conclut-il, “when our modem ladies shall follow wuch examples in everything, then their plea ought to be allowed in this”6. Or il ne voudrait pas voir sa Pamela se rebaisser au niveau d’une ménagère. L’allaitement est assimilé à une tâche domestique sans prestige, voire même méprisable.

28C’est dans la vie de couple que la resistance à l’allaitement fut, semble-t-il, le plus tenace. L’homme — le mari — avait durant la majeure partie du siècle un droit de véto sur la décision d’allaiter. En plus d’une gêne pour sa tranquillité, le jeune enfant représentait pour lui un rival. Une mère qui allaite, qui s’occupe elle-même de son enfant, n’est plus vraiment une femme disponsible. Bien conscient de ce problème de jalousie chez les pères, Smith feint de s’étonner : comment un homme pourrait-il être jaloux de la tendresse de sa femme pour le gage de son amour, dans lequel il reconnaîtra certains de ses propres traits ? Il devrait au contraire être heureux du soin avec lequel l’élue de son cœur s’attache à conserver son image ! L’auteur choisit ici l’argument du plaisir égocentrique pour contrecarrer celui du plaisir égoïste... Si les maris sont très généralement opposés à l’allaitement, c’est sans doute aussi à cause de l’interdit sexuel prôné jusqu’au début du XVIIIe siècle entre un homme et la femme qui allaite. Ce conseil d’abstinence venait principalement de la crainte d’une nouvelle grossesse pendant l’allaitement. En effet, si le lait est du sang blanchi, il y a incompatibilité entre l’embyon qui se nourrit du sang de la matrice et l’enfant nourri au sein. Or l’embryon, en tirant le sang à sa source, provoquera d’une part un empoisonnement du lait et d’autre par son tarissement. Une grossesse restera jusqu’à la fin du XIXe siècle la seule justification à un sevrage brutal. L’interdit sexuel pendant la période d’allaitement fut maintenu avec beaucoup de fermeté — en particulier chez les Puritains jusqu’à la fin du XVIIe. Puis, en Angleterre tout du moins, la position des moralistes, théologiens et médecins s’est assouplie, pour deux raisons.

29La première, c’est que de façon très empirique, les médecins commencent à remarquer la plus faible fécondité de la femme qui allaite. Argument qui d’ailleurs se retrouvera contre l’allaitement : si la terre se dépeuple, la femme ne devrait pas allaiter car en espaçant trop les naissances, elle réduit son temps de fertilité, et a moins d’enfants. Les médecins anglais répliquent alors que les chances de survie d’un enfant nourri par sa mère étant meilleures que celles des autres, l’allaitement maternel contribuerait au contraire à repeupler le pays. Argument inverse la fin du siècle où sous l’influence de Malthus, on craignait une surpopulation : il faut que la femme allaite, pour avoir moins d’enfant. Le deuxième raison de la levée de l’interdit sexuel au XVIIIe, c’est qu’il fallait bien choisir : si on voulait qu’une mère nourrisse son enfant, il ne fallait pas imposer au couple trop de contraintes. Tant pis si l’on prenait le risque d’une grossesse, donc d’un sevrage brutal. L’Eglise protestante a subi une évolution notable à ce sujet vers la fin du XVIIe : forcée de choisir entre admettre la reprise des rapports sexuels pendant l’allaitement (mettant ainsi éventuellement la vie de l’enfant en danger) et l’interdire (risquant par là l’adultère, péché impardonnable), elle a eu tendance à choisir la première solution. Les efforts conjugués des médecins et de l’Eglise se sont donc appliqués à rendre l’allaitement praticable dans la vie de couple. Pour qu’il soit tout à fait acceptable à l’homme de même qu’à la femme, il fallait encore lever une crainte : celle d’une eventuelle dégradation physique due à l’acte d’allaiter.

  • 7 Docteur Des Essartz, Traité de l'éducation corporelle des enfans en bas âge (Paris, 1760) 185.
  • 8 Dictionnaire de la conservation de l'homme, ou d'hygiène et d'éducation physique et morale (Paris, (...)

30Les femmes ont peur pour leur ligne, pour la beauté de leur poitrine. Au contraire, disent les médecins, le fait d’allaiter embellit leurs charmes. Les femmes craignent pour leur santé, les médecins sont unanimes : c’est en n’allaitant plus qu’elles risquent le plus. Refouler le lait lors de sa montée peut avoir des conséquences fatales, car tout lait détourné reflue dans le sang, et provoque ainsi une véritable révolution dans l’organisme. “Sometimes it endangers life, and often lays the foundations for many incurable diseases”, menace Cadogan (An Essay upon Nursing 18). Si la femme en réchappe, elle est bien souvent victime d’innombrables malaises ou encore, dans les termes du Docteur Des Essartz, vouée “à une vie languissante et douleureuse que terminent enfin un cancer, un ulcer à la matrice en une consomption générale”7. Jamais, disent les médecins, la mortalité maternelle n’a été aussi forte que depuis que cette “pernicieuse coutume” s’est établie en Europe. Il est vrai en effet qu’au XVIIe et début du XVIIIe, les femmes qui n’allaitaient pas avaient raison de craindre cette “milk fever” à laquelle beaucoup succombaient. Les femmes qui fraudent avec les lois de la nature sont punies par d’innombrables maux, elles sont victimes de représailles car, comme l’exprime le dictionnaire médical Macquart, “c’est ainsi qu’on s’expose aux cris de la douleur, pour avoir été insensible à ceux de la nature”8. Au contraire, la femme qui allaite est récompensée : elle se rétablit mieux et plus vite de son accouchement et jouit ensuite d’une meilleur santé. “As an encouragment to mothers to suckle their children, I must observe that it is the opinion of physicians that many women would mend their Health by it”. Cet argument de Nelson (An Essay on the Government of Children 53), on le retrouve de plus en plus souvent au cours du XVIIIe, jusqu’à devenir la principale raison d’allaiter. Certes, aucun lait ne peut être meilleur pour l’enfant que celui de sa mère, mais c’est sur les bienfaits que les femmes elles-mêmes peuvent tirer de l’allaitement que les médecins de la fin du XVIIIe insistent le plus.

31Au fond, qu’est-ce que le problème de l’allaitement apprend sur le XVIIIe siècle anglais ?

  1. Il est assez révélateur, d’un réel souci de la santé et de l’enfant.
  2. Ce problème de l’allaitement est précis, mais il recoupe le problème beaucoup plus large de la primauté des valeurs naturelles sur la corruption du monde civilisé des villes.
  3. Ces traités s’efforcent de faire évoluer l’image de la femme, comme en témoigne la gravure humoristique bien connue, où l’on voit une femme du monde sur le point de partir au bal (le mari est déjà dehors à l’attendre) à qui une servante présente son enfant (qu’elle ne touche même pas) pour lui permettre de s’acquitter prestement de sa tâche de mère nourricière. L’argument de Cadogan et des autres est ici poussé à l’extrême : nourrir n’empêche pas d’être femme — et même femme du monde.

Notes

1 Alexander Hamilton, A Treatise on the Management of Female Complaints, and of Children in Early Infancy (Edinburgh, 1792) 408-09.

2 William Cadogan, An Essay upon Nursing, and The Management of Children from their Birth to Three Years of Age, 5th ed. (London, 1752).

3 James Nelson, An Essay on the Government of Children under Three General Heads: Health, Manners and Education (London, 1753).

4 Michael Underwood, A Treatise on the Diseases of Children, with Directions for the Management of Infants from their Birth: Especially such as Brought Up by Hand (London, 1784).

5 Hugh Smith, Le Guide des mères ou manière d'allaiter, d'élever, d'habiller les enfants, de diriger leur éducation morale et de les traiter de la petite vérole, traduit de l'anglais sur la sixième édition par Théodore-Pierre Bertin (Paris, an VIH) 7.

6 Samuel Richardson, Pamela, vol. II (1741 ; London : Dent, 1984) 229.

7 Docteur Des Essartz, Traité de l'éducation corporelle des enfans en bas âge (Paris, 1760) 185.

8 Dictionnaire de la conservation de l'homme, ou d'hygiène et d'éducation physique et morale (Paris, an VII) art. "allaitement".

Auteur

Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540