Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Âges de la vie en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Serge Soupel

Première partie. Aspects théoriques, philosophiques, historiques, artistiques, culturels et religieux

La nature humaine à l’école des “Belles Lettres” dans les écrits de Kames : The Culture of the Heart (1781)

Pierre Carboni

Texte intégral

  • 1 David Hume, Scotticisms (Edinburgh, 1752).
  • 2 “To William Strahan”, August 1770, letter 449 of The Letters of David Hume, ed. J. Y. T. Greig (Ox (...)

1C’est une ère nouvelle qui s’ouvre pour l’Ecosse au tournant de l’année 1707, au moment où, ayant abdiqué, au nom du progrès, sa souveraineté nationale, le pays entre dans “l’âge historique”. Le philosophe David Hume, chantre de l’anglicisation et grand pourfendeur de “scotticismes”1 autant que défenseur acharné des gloires littéraires calédoniennes, réelles ou usurpées, le note dans une lettre d’août 1770 : “I believe this is the historical age and this the historical Nation”2. A cet âge nouveau, caractérisé par un sens aigu de l’histoire, correspond un mode différent d’existence politique et culturelle, articulé autour des trois seuls domaines où l’Ecosse soit encore autonome : l’Eglise réformée, dans son organisation presbytérienne ; le Droit, inspiré tout à la fois de Rome et de la coutume féodale ou germanique ; enfin, le système éducatif. C’est dans ces trois domaines, et pour servir leur développement, que l’élite intellectuelle écossaise, déchargée, pour ainsi dire, de l’administration des affaires courantes, exercera son talent spéculatif. En dépit des “crises d’adolescences” et autres rébellions contre l’autorité, que constituèrent les tentatives jacobites de 1715 et 1745, il est clair que l’Ecosse a atteint l’âge de raison et celui de la réflexion, même si celle-ci résonne de ses illusions perdues.

  • 3 V. Richard B. Sher, Church and University in the Scottish Enlightenment: The Moderate Literati in (...)

2Parmi tous les grands noms de la nouvelle classe dirigeante écossaise (le pouvoir politique s’étant transporté à Westminster), Henry Home est sans doute celui dont la pensée, l’action, et l’existence même illustrent le mieux ce nouvel âge. Né en 1696 dans une famille aisée vivant sur ses riches terres agricoles du Berwickshire, et donc acquise au progrès dans et par l’Union, Henry Home accompagnera la marche du siècle jusqu’en 1781, atteignant au comble des honneurs de la magistrature écossaise en acquérant le titre de Lord Kames en 1752. La Justice, installée de façon très significative dans les locaux laissés vacants par le départ des parlementaires, constitue alors avec l’Eglise d’Ecosse, dont la “High Kirk” n’est distante que de quelques mètres, et le “Tounis College” qui se réorganise en Université moderne, l’un des derniers lieux d’exercice du pouvoir en Ecosse. A l’antique Parlement écossais se substitue désormais une “République des lettres”, dont les prototypes dans l’antiquité ne sont pas moins glorieux3.

3Caractéristique de la pensée écossaise de son temps, l’œuvre de Kames est d’une grande diversité, et touche à tous les domaines du savoir, de l’Histoire, civile et juridique, à forte tendance spéculative (Essays upon Several Subjects Concerning British Antiquities, de 1747, et Sketches of the History of Man, publié anonymement en 1774), à la Logique (Introduction to the Art of Thinking, de 1761), en passant par la critique littéraire (les célèbres Elements of Criticism datent de 1762), et même par l’agronomie (The Gentleman Farmer de 1776). Le fil conducteur de toutes ces études, dans toute leur diversité de domaines, réside dans la recherche et l’étude d’une définition de la Nature humaine.

  • 4 Alexander Pope, An Essay on Man, Epistle 2, v. 1, ed. Maynard Mack (London: Methuen; New Haven, Ya (...)

4Si le XVIIIe siècle a fait sienne la maxime inscrite au fronton du temple de Delphes, et réclamé, avec le poète, en 1733, “Know then thyself”4, il existe un contexte spécifiquement écossais à cette étude. L’“Homo Scoticus”, dépossédé de la visibilité de son existence politique, peut se concentrer sur l’essence même de chacun des attributs de sa nature et de chacune de ses actions. Et de même que la volonté des hommes a fait accélérer le cours de l’Histoire de l’Ecosse au tournant du siècle dans un souci de progrès, de même apparaît-il possible pour le penseur écossais de comprendre les ressources de la Nature humaine afin de conduire l’humanité vers ce progrès qu’il croit synonyme de bonheur.

  • 5 Alexander Fraser Tytler, Memoirs of the Life and Writings of the Honourable Henry Home of Kames (E (...)

5L’analogie historique, annoncée par Hume, est valable pour Kames comme pour tous ses compatriotes du “Scottish Enlightenment”. Son biographe Alexander Fraser Tytler assure ainsi que la passion de Kames était “the desire for the improvement of mankind”5. A cette fin, le penseur dispose d’instruments, de même que le “Gentlemen Farmer” de l’acquis de toutes les sciences naturelles pour mener à bien son entreprise de bonification. Ces éléments, il les tire de l’observation du comportement humain, dont il définit les lois à l’instar des sciences expérimentales confrontées au vivant. Aussi n’est-il pas surprenant que le grand ouvrage de Critique littéraire de Kames, Elements of Criticism, débute par deux chapitres que nous verrions bien figurer dans les premières pages d’une étude philosophique associationniste (de type humien) consacrée aux théories de la connaissance (Chapter I : “Perceptions and Ideas in a Train”) ou psychologique (Chapter II : “Emotions and Passions”). Ce n’est qu’à partir du chapitre III, soit au bout de quelque cent quatre-vingt-dix pages, que Kames entame l’étude de la catégorie extérieure de “Beauty”, dont il classifiera ensuite les manifestations littéraires. Ainsi, dès l’abord, le lecteur comprend que la beauté de style n’est pas une valeur détachée, mais une des caractéristiques de ce qui, dans l’écrit, parvient à frapper la sensibilité inhérente à la Nature humaine, à modifier pour une durée plus ou moins longues les données psychologiques en provoquant l’émotion.

6On touche ici au statut de ce que le XVIIIe siècle écossais a désigné sous le terme français de “Belles Lettres” à partir de l’intitulé des premières “Lectures on Rhetoric and Belles Lettres” que professa Adam Smith, à l’instigation, d’ailleurs, de Kames, à Edimbourg dès 1748. Ce titre sera repris plus tard par Hugh Blair qui devint ainsi en 1762 “Regius Professor of Rhetoric and Belles Lettres” au sein de l’Université d’Edimbourg. Cette chaire existe encore sous le nom de “Chair of Rhetoric and English Literature”, et il y aurait matière à plus ample développement sur les implications idéologiques de cette substitution. Quoiqu’il en soit, à l’époque de Kames, le terme de “Belles Lettres” paraît s’affirmer dans le domaine de l’œuvre littéraire comme le pendant de la rhétorique dans le discours. De même que la rhétorique est d’abord le moyen de frapper et de convaincre les esprits, l’appelation “Belles Lettres” consacre l’efficacité du discours littéraire et sa capacité à susciter en l’homme les sentiments du Beau et du Bien. Ces deux catégories sont en effet étroitement associées dans l’idéologie écossaise du XVIIIe siècle depuis Francis Hutcheson et son Inquiry into the Originals of our Ideas of Beauty and Virtue de 1724. Héritier et défenseur de Shaftesbury, Hutcheson assimile jugements esthétiques et moraux et les soumet à un “internai sense” constitutif de la Nature humaine. “Moral sense” et “sense of beauty” semblent donc régis par les mêmes lois de l’expérience sensible, tel est le point de départ de toute la réflexion esthétique et morale du XVIIIe siècle écossais.

7Déjà instruit dans l’éloquence du barreau, comme Blair dans celle de la chaire (puisque ce dernier était pasteur de l’Eglise d’Ecosse), Kames ne pouvait rester indifférent à ce domaine des “Belles Lettres” que le Dictionnaire de Johnson définira étroitement en 1755 comme “polite literature”. Il leur confère quant à lui le rôle capital d’offrir un modèle sensible de vertu, réalisable à travers l’imitation ou la conduite des émotions. Comme le juge et le pasteur tentent, chacun à sa manière, d’infléchir la Nature humaine dans le sens de la vertu, le littérateur s’efforcera de faire de même. Tout art se doit alors d’être utile au progrès humain comme l’annonce Kames dans la dédicace au jeune souverain Georges III de ses Elements of Criticism datée de décembre 1761 :

The fine arts have ever been encouraged by wise princes, not singly for private amusement, but for their beneficial influence in society. (“To the King”)

8Les “Belles Lettres” sont ainsi en même temps ces “Bonnes Lettres” qui ont tant contribué à la vertu des Anciens. “Of this happy effect, ancient Greece offers one shining instance”, poursuit Kames avant de se demander pourquoi la Grande-Bretagne ne serait pas capable de réitérer cet exemple. Plus que par son architecture néoclassique, c’est pour cette ambition qui fut la sienne que le XIXe siècle a qualifié l’Edimbourg de l’Enlightenment d’“Athens of the North”.

9Il existe donc bien pour Kames une valeur pédagogique des “Belles Lettres”, dont le but suprême serait de rapprocher l’humanité de la perfection morale, non par la contrainte physique de la Loi, l’espérance et la crainte métaphysiques de la religion, mais par l’éducation de la sensibilité ou “culture du cœur”. Il y aurait ici matière à développement sur la notion de “virtue” chez Kames. C’est sans doute davantage chez Aristote, où elle constitue le moyen le plus assuré d’atteindre au bien suprême, ou bonheur, que dans la tradition chrétienne, qu’il faudrait en chercher l’origine. En témoignent les pamphlets des adversaires “dévots” de Kames, comme ce poème didactique anonyme publié à Edimbourg en 1782, dans lequel l’auteur attaque cette vertu coupée de la confiance en Dieu qui seule doit pousser à bien agir. Toujours dans sa dédicace Kames poursuit à ce sujet :

It is rare to find one born with such delicacy of feeling, as not to need instruction: it is equally rare to find one so low in feeling, as not capable of instruction. And yet, to refine our taste with respect to beauties of art or of nature, is scarce endeavoured in any seminary of learning; a lamentable defect, considering how early in life taste is susceptible of culture, and how difficult to reform it if unhappily perverted.

10Soulignons ici que Kames s’exprime en termes moraux (“defect”, “to reform”, “perverted”). Que ce soit à des fins esthétiques ou morales, somme toute équivalentes, le mot d’ordre est bien de “cultiver” la sensibilité avant qu’il soit trop tard, de même qu’il paraissait urgent au “gentlemean farmer” écossais de mettre en valeur ses terres et de profiter ainsi de leur jeunesse au regard de l’agriculture afin de les rendre aussi productives que celles de la Hollande.

11“To establish a complete System of education” : telle était la requête en forme de souhait que Kames adressait au prince au début de ses Elements. Ce n’est qu’à travers son dernier ouvrage, à quatre-vingt-cinq ans déjà, qu’il consacre ce projet, dans ses Loose Hints upon Education Chiefly Concerning the Culture of the Heart de 1781. Kames y reprend ainsi la métaphore agricole :

The mind of man is a rich soil, productive equally of lovely flowers and noisome weds. Good passions and impressions are flowers which ought carefully to be cultivated: bad passions and impressions are weeds wich ought to be discouraged at least, if they cannot be totally rooted out. Such moral culture is no slight art; it requires a complete knowledge of the human heart, of all its mazes, and of all its biasses. (Loose Hints 1-2).

12Ici “Heart” s’oppose à “Head”, comme la sensibilité à l’entendement. Kames l’annonçait déjà clairement dans Elements of Criticism :

The Head is the seat oh thinking, deliberating, reasoning, willing and of all other internal action. The Heart is the seat of emotions and passions, and of moral perceptions such as right and wrong, good and bad. (Elements 2: 507).

13Or, il n’est pas de plus sûr moyen, selon Kames, de susciter émotions et passions, que l’art: “The principles of the fine arts, appear in this view to open a direct avenue to the heart of man” (Elements 1: 33). La vertu s’obtient ainsi, non par la sagesse ou la force, mais par ce que Kames nomme “the sympathetic emotion of virtue” (Elements 1 : 63) qui nous fait approuver directement par le canal de notre sensibilité, et, de là, imiter la bonne action aperçue dans la nature ou dans l’art :

It is raised in a spectator, or in a reader, by virtuous actions of every kind, and by no other sort when we contemplatea virtuous action, which never fails to delight us and to print our lovefor the author, the mind is warmed, and put into a tone familiar to that which inspired the virtuous action; and the propensity we have to such actions is so much enlivened as to become for a time an actual emotion. (Elements 1: 63-64).

14Pour Kames, le bon exemple ne vaut que pour la qualité de l’émotion qu’il suscite et qui lui confère son caractère “pédagogique” sur la nature humaine.

15Lorsqu’il ne s’agit pas d’exemples pris dans la réalité, car l’échelle de l’expérience individuelle est forcément limitée, c’est par le biais d’une “présence idéale”, c’est-à-dire par l’intermédiaire des mots qu’une semblable émotion peut s’obtenir :

Ideal presence supplies the want of real presence; and in idea we perceive persons acting and suffering, precisely as in an original survey.... The power of language to raise emotions, depends entirely on the raising such lively and distinct images...: the reader’s passions are never sensibly moved, till he be thrown in a kind of reverie. (Elements 1: 93).

16C’est cette “présence” qui communique à la fiction ses lettres de noblesse, au point de donner à la fable la même valeur qu’à l’Histoire ;

And if reflection be laid aside, istory stands upon the same footing with fable: what effect either may have to raise our sympathy, depends on the vivacity of the ideas they raise; and with respect to that circumstance, fable is generally more successful than history. (Elements 1: 96).

  • 6 John Home, Douglas: A Tragedy, Epilogue, ed. Gerald D. Parker (Edinburgh: Oliver and Boyd, 1972)75
  • 7 V. Fiona Stafford, The Sublime Savage: James Macpherson and the Poems of Ossian (Edinburgh: Edinbu (...)

17Cette théorie explique l’engouement de Kames et de ses amis pour le théâtre dans une société pourtant profondément puritaine et bannissant toute forme de spectacle. La raison en est simple: “Of all means for making an impression of ideal pesence, theatrical representation is the most powerful” (Elements 1:96). On comprend pourquoi les “literati” d’Edimbourg ont vaillamment défendu le Douglas de John Home en 1756 contre les tenants de la stricte orthodoxie calviniste. La tragédie, ouvrage somme toute assez faible, avait l’immense mérite d’exalter “the noblest passion of the human breast”6. Ainsi, la critique néo-classique de Kames ouvre paradoxalement la voie à cette liberté d’émotions caractéristique du Romantisme, celle-là même qu’un contemporain écossais, Henry Mackenzie, prête au héros de son roman de 1771, The Man of Feeling. Et “Ossian” arrive à point nommé (les premiers “Fragments” dès 1760) pour founir à Kames et aux autres cette épopée surchargée d’émotion et parée d’augustes vertus qu’ils regrettaient de ne pas trouver dans Homère. Mais il est vrai que Macpherson, l’auteur de la mystification littéraire était le protégé de l’intelligentsia édimbourgeoise : étrange dialogue, où la théorie précède et suscite la création littéraire7.

  • 8 Jean-Jacques Rousseau, Emile, ou de l'éducation, eds. F. et P. Richard (Paris : Garnier, 1964) 5.

18La “culture du cœur” kamesienne s’oppose ainsi au dogme rousseauiste du “tout est bien en sortant des mains de l’Auteur des choses, tout dégénère entre les mains de l’homme”8. L’Emile date de 1762, l’année des Elements of Criticism, dans lesquels Kames insiste pour sa part sur la nécessité d’un effort conjoint dans le domaine de l’éducation du goût et de la vertu. Il ne s’agissait alors que d’éduquer la Nature humaine en général. Loose Hints est destiné en particulier à étendre ces principes et à les adapter à la petite enfance. Le biographe de Kames, Tytler, expose ainsi les raisons de l’entreprises du maître :

A strong sense of the parental duties led him to turn his attention to the education of his children, as soon as he judged the infant mind capable of instruction, the passions beginning to exert their influence, so as to require judicious guidance and control... (Life 2: 258).

19Il n’est pas question de “raisonner avec les enfants” (Emile 76) comme Locke le préconisait dans ses Thoughts Concerning Education de 1693, mais d’instruire leur cœur par le biais de la sensibilité. La critique rousseauiste est ainsi renversée par Kames :

Rousseau advances a strange opinion that children are incapable of instruction under the age of twelve. This opinion, confined to the understanding, is perhaps not far from truth. But was it is opinion, that children before twelve are incapable of being instructed in matters of right and wrong, o love and hatred, and of other feelings that have an original seat in the heart? If it was, gross must have been his ignorance of human nature. (Loose Hints 5).

20Ainsi, seule la section X des Loose Hints consiste en une “Instruction Concerning the Culture of the Head or Understanding”, et Kames y défend encore la “culture du cœur” “in a great measure overlooked by writers upon education” et pourtant “(of) superior importance in the conduct of life” (Loose Hints 160). Alors que Rousseau considère la lecture comme “le fléau de l’enfance” (Emile 115), Kames recommande d’utiliser “the fondness of children for stories... for making virtuous impressions that never wear out” (Loose Hints 91). Pour cela il suggère comme “a valuable acquisition to the public » d’en réunir un nombre suffisant et de les classer selon leur niveau de difficulté :

Such instruction, if made a daily work, would be a great improvement, by stamping on the mind virtuous impressions at a time when it is the most susceptible of impressions. (Loose Hints 92-93).

  • 9 John Locke, The Educational Writings of John Locke, ed. James L. Axtell (Cambridge: Cambridge UP, (...)

21A l’opposé de Rousseau, pour qui “le temps des fautes est celui des fables” (Emile 301), il va jusqu’à ajouter à ses Loose Hints un choix de “Fables and Historiettes” à retenir, justement, “par cœur”. Déjà Locke décrivait les Fables d’Esope comme “the only Book almost that I know fit for Children”9. Mais il est vrai que le but suprême de toute éducation était déjà pour ce dernier la moralité :

Reading, and Writing, and Learning, I allow to be necessary, but yet not the chief Business. I imagine you would think him a very foolish Fellow, that should not value a Vertuous or a Wise Man, infinitely before a great Scholar. (Educational Writings 255).

22Or, ces fables, que prescrit Kames, devront malgré tout être choisies avec discernement, afin d’éviter l’irruption de l’irrationnel, “stories of ghosts and hobgoblins”, pourtant si typiquement écossaise, de même que toutes les “Popish doctrines... contrary to the common sense.... Which never could have prevailed in the world, had they not been inculcated during infancy” (Loose Hints 3). On voit donc que la critique du sentiment n’est pas encore teintée des éléments “gothiques” constitutifs de la fin du siècle.

23La première éducation est confiée par Kames à la femme, la mère de famille “entrusted by Providence with the government of her chidren in their tender years”. Alors que les Elements étaient dédiés au jeune souverain, c’est à la reine Charlotte, qui mit au monde seize enfants, que sont adressés les Loose Hints. La mère, mais aussi la nourrice ont donc un rôle essentiel à jouer :

An infant on the breast discerns good or bad humour in its nurse, from their external signs on her countenance and from the different tones of her voice. Next, these signs or tones affect the infant differently: a song or a smile, chears it; a harsh look or tone, keeps it in awe... By these means, the human heart lies open to early instruction.... (Loose Hints 2-3).

24Avec l’apprentissage de la lecture, Kames étend sa “culture du cœur” au domaine du goût esthétique, qui, n’étant pas non plus tributaire de la raison, n’a pas à attendre le développement de la faculté d’entendement : “Taste is one of our faculties that is the slowest in its progress towards maturity ; and yet may receive some improvement, during the course of domestic education”. Et Kames de recommander à la mère de se faire, pour ainsi dire, le premier professeur de littérature comparée de l’enfant, qui tout jeune devient déjà “élève” :

Compare with your pupils two poems on the same subject, or two passages. Take the lead in pointing out beauties and blemishes, in the simplest manners. After some time, let them take the lead under correction. (Loose Hints 107).

25Il faut par exemple lire très tôt le Spectator, afin de comparer les beautés du style de Addison, et les imperfections de celui de Steele, jusqu’à ce que l’enfant s’écrie de lui-même : “Foh !... that is Steele, we’ll have no more of him” (Loose Hints 108).

26Les “Belles Letres”, parce qu’elles sont, selon Kames, un moyen de parler au cœur, constituent donc l’instrument privilégié de l’éducation du sens moral en même temps que du goût. A travers tous les paradigmes littéraires de la vertu, qui est tout à la fois beauté et perfection morale, l’homme doit pouvoir retrouver cette sensibilité intérieure qui oriente à bien. Ainsi le dialogue est établi entre nature et culture, suivant le précepte d’Horace, que Locke a placé au frontispice de ses Thoughts Concerning Education :

  • 10 Horace, Odes et Epodes, éd. F. Villeneuve (Paris : “Les Belles Lettres”, 1944) 160.

Doctrina vires promovet insitas
Rectique cultus pectora roborant10
(L’éducation développe les forces natives/
Et une droite culture renforce les cœurs).

27Il n’est jamais trop tôt pour commencer le travail de mise en valeur des ressources naturelles de l’homme. C’est pourquoi Kames, parvenu au terme de sa vie, a pris conscience de l’importance de cet âge où la Raison et les passions n’ont pas encore étouffé le sentiment.

  • 11 Luc de Clapiers, Marquis de Vauvenargues, Œuvres de Vauvenargues, Maxime 50, éd. D.-L. Gilbert (18 (...)

28Entre l’enfance des individus et celle des peuples, il n’y a qu’un pas à franchir avec Vauvenargues qui écrivait en 1746 : “Dans l’enfance de tous les peuples comme dans celle des particuliers, le sentiment a toujours précédé la réflexion et en a été le premier maître”11. Comment s’étonner dès lors que dans l’“âge historique” de son peuple, celui du mariage de raison avec l’Angleterre, le penseur écossais, convaincu de l’enjeu humaniste des “Belles Lettres”, ait fait du cœur son premier maître d’école ?

Notes

1 David Hume, Scotticisms (Edinburgh, 1752).

2 “To William Strahan”, August 1770, letter 449 of The Letters of David Hume, ed. J. Y. T. Greig (Oxford: Clarendon, 1932) 2: 230.

3 V. Richard B. Sher, Church and University in the Scottish Enlightenment: The Moderate Literati in Edinburgh (Edinburgh: Edinburgh UP, 1985).

4 Alexander Pope, An Essay on Man, Epistle 2, v. 1, ed. Maynard Mack (London: Methuen; New Haven, Yale UP, 1950) 57.

5 Alexander Fraser Tytler, Memoirs of the Life and Writings of the Honourable Henry Home of Kames (Edinburgh, 1807) 2: 258.

6 John Home, Douglas: A Tragedy, Epilogue, ed. Gerald D. Parker (Edinburgh: Oliver and Boyd, 1972)75.

7 V. Fiona Stafford, The Sublime Savage: James Macpherson and the Poems of Ossian (Edinburgh: Edinburgh UP, 1988) 96-11.

8 Jean-Jacques Rousseau, Emile, ou de l'éducation, eds. F. et P. Richard (Paris : Garnier, 1964) 5.

9 John Locke, The Educational Writings of John Locke, ed. James L. Axtell (Cambridge: Cambridge UP, 1968) 298.

10 Horace, Odes et Epodes, éd. F. Villeneuve (Paris : “Les Belles Lettres”, 1944) 160.

11 Luc de Clapiers, Marquis de Vauvenargues, Œuvres de Vauvenargues, Maxime 50, éd. D.-L. Gilbert (1857 ; Genève : Slatkine Reprints, 1970) 390.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540