Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Âges de la vie en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle

 | 
Serge Soupel

Préface

Serge Soupel

Texte intégral

1Dix-neuf communications faites en décembre 1990 et en décembre 1991 lors de deux colloques internationaux tenus à la Sorbonne et à l’Ecole Normale Supérieure sont rassemblées ici. Ces colloques organisés par les codirecteurs du Centre d’Etudes Anglaises du XVIIIe Siècle de la Sorbonne Nouvelle, Paul-Gabriel Boucé et Suzy Halimi, ont connu un franc succès dont témoigne l’étendue des champs étudiés ici. Le thème choisi, il est vrai, est de nature à encourager les explorations vastes qui partent des naissances pour atteindre les trépas.

2Les participants ont cherché dans la littérature et dans les arts, dans les mentalités et dans les usages, dans la vie de la Cité, dans l’Histoire. Ce faisant, ils ont rendu compte de la complexité du concept d’âge. Ils ont joué de la féconde polysémie du sujet, disserté sur l’idée de genération, sur la Genèse et sur le génie, sur le droit, sur la nourriture et l’éducation des jeunes, sur la question du temps et sur le style. La Grande-Bretagne du XVIIIe siècle, pays débordant de vie, d’esprit et d’activité, à la très saine démographie, constitue un terrain des plus riches et des plus propres à illustrer la question.

3La communication de Franck Lessay sur “Locke et les premiers âges de l’homme” se fonde d’abord sur une lecture de The Reasonableness of Christianity (1695) ou plutôt sur une lecture de la traduction française par Pierre Coste de ce texte — dont les infidélités à l’original sont éclairantes. Il est montré que le philosophe est aussi loin des calvinistes que des rationalistes, qu’il croit l’héritage d’Adam (racheté par Jésus) partagé par tous (contrairement à ce que pense Filmer), qu’en matière d’education il importe pour Locke d’être sévère avec les jeunes et de leur enseigner le courage. F. Lessay insiste sur les influences qui se sont exercées sur Locke, des sociniens jusqu'aux humanistes italiens de tendance protestante en passant par les arminiens hollandais. Pierre Carboni avec son étude des “belles lettres” dans “L’Ecosse de l’‘Enlightenment’au XVIIIe siècle”, s'attache à expliquer que, déchargés de préoccupations d’ordre politique après 1707 et leur union avec l'Angleterre, les Ecossais ont le loisir de se livrer aux spéculations d’ordre philosophique et esthétique. La culture des sentiments est à encourager, comme celle des champs. On aboutit avec Kames à l’idée qu’il faut cultiver, par l’étude et par le goût des arts, la notion du beau et du bien, la sensibilité, le cœur plus que la tête. Dans ce dessein, chose que ne suggère pas Rousseau, on recherchera pour les jeunes l’exemple (que les mères, véritables professeurs de littérature comparée, sont priées de leur faire connaître) du bon théâtre et des fables capables d’inculquer la vertu. Myles W. Jackson s’intéresse quant à lui aux idées sur le génie en Grande-Bretagne et en Allemagne : il explore le contraste entre les tenants d’un génie qui sait se plier aux règles et d’un autre supposé être un don divin — il y aussi l’artistique et le scientifique. Illustré par Addison, par Young, par Gerard, par Reynolds et par Burke (qui préfère un génie découvreur des lois de la nature) en Grande-Bretagne et par Kant, par Fichte, par Schlegel, par Goethe (qui rejoint Kant et fait la satire des enthousiasmes romantiques à la fin de sa vie) en Allemagne, le débat aboutit à la constatation que les théoriciens du génie usaient volontiers d’une rhétorique fondée sur la métaphore des âges de la vie. La communication de Peter de Voogd, “Generation in William Hogarth's Marriage a-la-mode”, se distingue par la richesse de son examen des acceptions du mot “generation” : ainsi, l’étude de l'enchaînement des tableaux de Hogarth le conduit-elle à remarquer une filiation de l’un à l’autre, après qu’il a insisté sur le peu de cas fait des enfants chez Hogarth. De Voogd souligne enfin le côté épique (semblable à ce qui se voit chez Fielding) de la série, où est vue la fondation des générations — parallèle à la fondation des nations — suivie de leur déclin. Messad Dequeker, avec “L’allaitement dans les traités médicaux du XVIIIe siècle anglais” rappelle que seuls les enfants de pauvres n’avaient pas de nourrice, avant que de nombreux traités médicaux, notamment, disent aux mères aisées l’importance de donner leur sein aux nourrissons. Les auteurs de ces traités (comme Cadogan, Nelson ou Underwood), qui partagent l’angoisse nationale du dépeuplement, remarquent que les enfants survivent d’autant mieux que c’est leur mère qui les nourrit, dès qu’ils naissent (et non pas après vingt jours) ; ils aperçoivent ainsi que les enfants de pauvres allaités par leur mère résistent en plus grand nombre que les enfants de riches abandonnés à la nourrice, qu’au reste les petits des animaux ne meurent pas en grand nombre. Des arguments moraux et affectifs appuient encore le raisonnement. De même, le lait supposé être une forme de “sang transformé”, véhicule l’hérédité qu’il faut préserver. Georges Lamoine, qui étudie “La loi et les âges de la vie” évoque l’intérêt porté par le droit anglais à l’enfance (jusqu’à vingt et un ans, la personne est considérée “infant” mais on lui reconnaît l’âge de raison à quatorze). Ce droit s'intéresse surtout à certaines phases, comme la naissance ou l’entrée en apprentissage. Georges Lamoine parle de l’infanticide réprimé, des difficultés faites aux mineurs souhaitant aliéner leur patrimoine, de leur faculté de se choisir un tuteur qui leur rende des comptes dès qu’ils ont quatorze ans, de la condition des jeunes marins, de l’âge auquel le mariage est autorisé pour les garçons et pour les filles, de l’interdit très fort prononcé contre l’enlèvement des héritières. S’il insiste sur l’extrême dureté des sanctions applicables aux jeunes contrevenants de tous ordres, G. Lamoine souligne la clémence relativement fréquente dont les tribunaux font preuve à leur endroit. La communication de Marie-Cécile Révauger porte sur la franc-maçonnerie britannique au XVIIIe siècle. S’y trouve exposée la manière dont les rites miment les âges de la vie, en particulier la naissance et la mort. Le symbolisme maçonnique s’approprie en fait non seulement les âges de la vie mais aussi ceux de l’humanité, en remontant à la Genèse. Le système des degrés dans la carrière du maçon est expliqué, avec leur longueur, ainsi que le processus d’initiation qui suppose une renaissance après une mort symbolique. Les aspects sociaux de la maçonnerie sont finalement évoqués, avec le souci de protection pour les faibles aux âges difficiles de la jeunesse ou de la vieillesse. Dans sa première communication, “Les âges de la vie selon William Blake”, Patrick Menneteau part de l’idée de la Création que se fait Blake (influencé par Jacob Boehme), insiste sur les états spirituels, “States”, qui seraient, des moules où la vie des gens se fond pour pénétrer dans l’univers de Satan-Urizen. Selon Blake, il faudrait, après avoir compris que le monde (celui en particulier de la Révolution industrielle anglaise) n’est que le désert de Satan-Urizen, progresser à travers ces états en se débarrassant de ses égoïsmes. Le but, au-delà des états, est le Christ. La deuxième communication de Patrick Menneteau constitue l’application à Dombey and Son de Dickens de la théorie des états énoncée précédemment — mais il est dit que d’autres textes littéraires sont aussi justiciables de ce type de lecture. Dombey, “englué” dans son état, vit tout à fait dans le monde d’Urizen, il a des habitudes néfastes et trop d’autorité ; or ceux qui lui sont soumis ont une fausse perception du devoir. Les bons personnages, comme la christique Florence, sont du côté de l’amour : il faut atteindre l’esprit chrétien par un dépassement des âges et étapes de la vie (c’est-à-dire des états) comme des coutumes sociales étouffantes.

4Fritz-Wilhelm Neumann ouvre la deuxième section, plus spécifiquement littéraire, de ce recueil avec sa communication portant sur l’usage possible des textes traités par l’ordinateur. La conclusion est optimiste quant aux espoirs qu’autorisent les machines : rapidité d’exploration d’un corpus, précision étonnante du travail. L’optimisme de F.-W. Neumann est justifié par les résultats de son travail sur les récurrences, dans les écrits politiques des années 1710-13, d’images tirées du registre de la famille et des âges de la vie. Norman Simms, dans sa première communication, “Corning of Age in Madagascar and Other Islands of the Mind in the Early Eighteenth Century”, introduit la notion de psychogéographie pour dire que la géographie du corps répond à une expérience du monde physique. Il s’intéresse surtout à trois textes : Oroonoko d’Aphra Behn, Alexander Vendchurch de Mary Delarivière Manley, et Madagascar, or Robert Drury’s Journal. Dans le premier, le corps est lu comme texte ; dans le second, la jeune héros écossais adopté par les Espagnols, qui a vécu sur une île, ne reconnaît vraiment la réalité du corps (ne devient adulte) qu’en enterrant son domestique et sa maîtresse ; dans le troisième, le héros captif à Madagascar perd peu à peu son innocence et mime enfin un rapport sexuel en sauvant une femme attaquée par un crocodile. La seconde communication de Norman Simms a pour sujet “The Discourse of Children and Childhood in Eighteenth-Century Prose and Verse”. Il y est question des jargons professionnels ou sociaux que les littérateurs transcrivent, et de leurs essais de transcription du langage de l’enfance. Sont principalement examinés, après des prolégomènes où entrent en jeu Hobbes et Vico, l’ouvrage (prétendument) de Nurse Lovechild où des cris de bêtes sont utilisés pour entraîner les petits à parler, les vers pour enfants d’Ambrose Philips, quelques pages de Moll Flanders, puis The Governess de Sarah Fielding, et la langue de Samuel Johnson dans son jeune âge citée par Boswell. Josette Hérou se penche sur les fonctions dramatiques et comiques de l’âge au théâtre (dans les comédies et dans les tragédies domestiques). Elle insiste sur le fait que la comédie ne s’intéresse guère aux extrêmes de la jeunesse et de la vieillesse qui ne prêtent pas beaucoup à rire. Elle met en valeur les conflits entre les générations, lorsque le père autoritaire et ridicule doit s’opposer aux jeunes étourdis, ses enfants. Le rôle des mères marieuses de leurs filles et promptes à se rajeunir est aussi évoqué, comme celui des tuteurs anciens qui veulent épouser leurs pupilles fraîches. Josette Hérou parle de l’arrivée de la tendresse dans ce théâtre qui demeure autrement très proche de celui de la Restauration : la satire cède maintenant la place à l’exemple moral. “L'écriture du temps dans Robinson Crusoe” de Denise Bulckaen est une étude de la différence entre le temps du signifié et celui du signifiant : le vieux Crusoe raconte la vie qu’il a vécue lorsqu’il était le jeune Crusoe. Analepse (hétérodiégétique ou homodiégétique) et prolepse, à divers degrés de complication souvent subtile, se rencontrent également dans cette narration autobiographique. Il est dit que les schémas observés deviendront une constante de bien des romans du XVIIIe siècle. Gerald J. Butler se concentre sur Joseph Andrews et sur Tom Jones de Fielding où il note que l’âge des femmes n’a d’autre sens que le désir qu’elles inspirent. Le cas extrême est celui de Slipslop qui n’en inspire pas — alors que Lady Booby, femme tout aussi passionnée que sa domestique, et qui n’est pas de la première jeunesse, bénéficie d’une présentation plus compréhensive de la part de l’auteur. Fielding estime les amoureuses. Il prête beaucoup de finesse à Sophia éprise de Tom, et juge que les vieilles femmes sont d’autant moins aigries qu'elles ont connu la passion dans leur jeunesse et satisfait cette passion. C’est au traitement de l’adolescence par Samuel Johnson dans le Rambler que s’intéresse ensuite James G. Basker, qui fournit la liste des numéros où le thème est abordé. Il insiste sur le succès de ces numéros du Rambler qui ont été inclus dans des recueils de textes destinés aux enfants pendant le XIXe siècle, et au-delà. Johnson, ami du jeune Garrick et du jeune Boswell, ami des filles de Mrs Thrale, des étudiants espiègles dont il partage les frasques, fait alterner dans son Rambler les sages mises en garde aux adolescents et la démonstration de sa bienveillance envers eux. Il est tolérant, et s'il fait la satire des demoiselles vaniteuses, il sait aussi déplorer la tyrannie parentale, comme celle des tuteurs abusifs, qui est capable notamment de briser la vie des jeunes filles. Dans “Perception du temps dans l’œuvre de Laurence Sterne”, Madeleine Descargues constate que Steme/Yorick n'est pas assagi par le temps qui passe, que le romancier brouille volontiers les cartes du temps. Elle remarque encore que Walter et Toby sont de grands enfants, et que Sterne, falsificateur de dates entre autres mensonges, se rajeunit volontiers dans sa course contre la mort. Alain Lauzanne, enfin, se tourne vers la mort violente chez Ann Radcliffe dont il étudie les meurtriers et leurs forfaits. L’homicide est parfois liminaire, parfois commis en cours de récit, et les intrigues se fondent sur lui, sur les vengeances qu’il occasionne et sur les récidives. Encore voit-on les meurtres contre nature et les autres, ceux qui se commettent pour assouvir une passion et ceux qui se font pour s’affirmer. Le meurtrier manque de conscience et garde les stigmates de son crime afin que son châtiment puisse venuun jour. Peu de femmes tuent, précise Alain Lauzanne qui insiste sur l’entretien d’un climat anxiogène.

5Le thème des âges de la vie a ainsi inspiré des chercheurs de tous les horizons. Leurs communications, par leur diversité, sont le témoignage de la vigueur éclectique du Centre d’Etudes Anglaises du XVIIIe Siècle : celui-ci, largement sorti de l’adolescence, est, on le voit, dans une maturité épanouie.

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540