Version classiqueVersion mobile

L’Empreinte des choses

 | 
André Topia
, 
Marie-Christine Lemardeley

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Isabelle Alfandary est professeur de littérature américaine à l’université Lumière – Lyon 2. Elle s’intéresse particulièrement au modernisme américain et à ses prolongements contemporains. Elle a consacré au poète américain E. E. Cummings sa thèse de doctorat (« Esthétique de la grammaire dans l’œuvre d’E. E. Cummings ») ainsi qu’un ouvrage (E. E. Cummings ou la minuscule lyrique, Belin, 2002). Elle a également publié plusieurs études sur l’œuvre de Gertrude Stein, John Cage, William Carlos Williams, la poésie concrète, l’œuvre plastique de Robert Rauschenberg.

2Pascale Antolin, ancienne élève de l’École Normale Supérieure, est maître de conférences à l’université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, où elle enseigne la littérature américaine et la traduction. Elle est l’auteur de deux ouvrages, L’Objet et ses doubles : une relecture de Fitzgerald (PU de Bordeaux, 2000) et Nathanael West : Poétique de l’ecchymose (Belin, 2002). Elle a aussi écrit plusieurs articles sur Frank Norris et Stephen Crane, ainsi que sur la photographie américaine (Cindy Sherman, Duane Michals, Diane Arbus).

3Kevin Barry est Professor of English à la National University of Ireland, Galway. Il est l’auteur de Language, Music, and the Sign (Cambridge UP, 1998) et The Dead (Cork UP, 2001). Il a également édité les Occasional, Critical and Political Writings de James Joyce (Oxford UP, 2000).

4Michael Bell est professeur de littérature anglaise et de littérature comparée à l’Université de Warwick (Grande-Bretagne), et directeur du Centre for Research in Philosophy, Literature and the Arts. Ses publications incluent D. H. Lawrence: Language and Being (Cambridge UP), Literature, Modernism and Myth (Cambridge UP), Sentimentalism, Ethics and the Culture of Peeling (Palgrave), Open Secrets: Literature, Education and Authority front Jean-Jacques Rousseau to J. M. Coetzee (Oxford UP).

5Myriam Bellehigue est maître de conférences à l’université de la Sorbonne – Paris 4. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée Elizabeth Bishop : un art de l’exil.

6Carle Bonafous-Murat est professeur de littérature irlandaise à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Il s’intéresse aux écrivains modernistes irlandais (Yeats, Joyce, Beckett) ainsi qu’à la poésie irlandaise et nord-irlandaise contemporaine, à laquelle il a consacré plusieurs articles. Il est également l’auteur d’un ouvrage intitulé Dubliners : logique de l’impossible et d’une édition critique d’intentions d’Oscar Wilde.

7Catherine Lanone, ancienne élève de l’École Normale Supérieure, est professeur à l’université Toulouse 2. Elle est l’auteur de deux ouvrages, l’un sur E. M. Forster, l’autre sur Emily Brontë. Elle a également travaillé sur Graham Greene et publié des articles sur Thomas Hardy, les soeurs Brontë, E. M. Forster et Bram Stoker, entre autres.

8Marie-Christine Lemardeley, ancienne élève de l’École Normale Supérieure, agrégée d’anglais, est professeur de littérature américaine à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Elle est l’auteur d’une étude sur la poésie d’Adrienne Rich, Cartographies du silence (Presses Universitaires de Lyon, 1990), et de plusieurs ouvrages consacrés à John Steinbeck. Ses recherches actuelles portent sur la poésie moderniste de Lorine Niedecker, ainsi que sur la fiction brève (Raymond Carver, Lorrie Moore, Amy Hempel) et la poésie américaine très contemporaine (Lyn Hejinian, Harryette Mullen).

9Marc Porée est professeur de littérature anglaise à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Il est l’auteur d’articles sur la poésie romantique anglaise et victorienne, ainsi que d’études sur des romanciers britanniques contemporains. Il est aussi traducteur (Byron, De Quincey, Stevenson, Arnold, Conrad) et coéditeur des œuvres de R. L. Stevenson dans la Bibliothèque de la Pléiade.

10Benoît Tadié est professeur de littérature américaine à l’université de Haute-Bretagne – Rennes 2. Il travaille sur le roman policier américain, le modernisme anglo-américain et l’œuvre de James Joyce. Il a récemment publié Le Polar américain, la modernité et le mal (PUF, 2006) et dirigé l’ouvrage collectif Revues modernistes anglo-américaines : lieux d’échanges, lieux d’exil (Ent revues, 2006).

11André Topia est professeur à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3. Il a publié divers articles et travaux d’édition dans les domaines de la littérature anglaise et irlandaise (XIXe-XXe siècles).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search