Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Esthétiques de la nouveauté à la Renaissance

 | 
Franck Lessay
, 
François Laroque

Avant-propos

François Laroque

Texte intégral

  • 1 La Tempête (II.2), édition bilingue, préface et traduction d'Yves Bonnefoy, Folio Théâtre, Paris, (...)

1Le thème de “La nouveauté” est souvent un objet de critique et de satire à la Renaissance. Les pamphlétaires, en particulier d'obédience puritaine (Philip Stubbes par exemple dans The Anatomie of Abuses, 1583), s'en prennent à la mode, à ses dépenses et à ses extravagances, mais aussi à toutes les formes de curiosité, dont Shakespeare se moque dans Le Conte d’hiver. Il raille la fascination des villageois de Bohème pour les rubans, ballades et autres babioles vendues par ce bateleur fort en gueule et haut en couleurs qu'est Autolycus. Il y a aussi l'attraction pour la foire, qu'il s'agisse des badauds de la St Barthélémy chez Ben Jonson ou de ceux dont Stephano dit, dans La Tempête, qu'ils ne paieront pas plus “d’un liard pour un estropié qui mendie mais qu'ils en sortiront dix pour le voir mort si c'est un Indien”1 ! En dehors de la question des mœurs fustigées par la nouvelle “comédie citadine” de Ben Jonson, Dekker ou Middleton, on sent une grande méfiance à l'égard de la nouveauté dans une Angleterre dont le code juridique est fondé sur l’usage et la coutume.

2Mais, dès le début du XVIIe siècle, les écrits d'un Francis Bacon, les récits de voyage et de découverte, les traités économiques (William Petty) ou scientifiques (Bacon, Newton) auront peu à peu raison de ces préjugés tenaces. Dans le domaine des spectacles, on voit également apparaître une esthétique nouvelle avec le masque de cour qui flatte le goût pour la scène à l'Italienne, la perspective, le trompe-l’œil et les effets artificiels.

  • 2 Dans son essai intitulé “Des vicissitudes des choses” (Essai no LVIII).
  • 3 La remarque sera reprise par Sir Thomas Browne dans sa préface à Pseudodoxia Epidemica (1646).

3De fait, ainsi que le remarque justement Muriel Cunin, la notion de Renaissance est aussi ambiguë que paradoxale dans la mesure où “elle prétend s'ouvrir à la nouveauté tout en effectuant un retour à l’Antiquité” et qu’il s'agit, en somme, pour elle, “d'innover à partir de l'ancien” (p. 99). Il est vrai qu'à l'époque, philosophes et poètes s'accordent pour manifester leur scepticisme face à la notion de “nouvelleté” (“novelty” en anglais). Selon Francis Bacon, “toute nouveauté n'est qu'oubli”2 tandis que John Donne, dans des vers célèbres de son poème intitulé “The Anniversary”, s'exclame avec virulence qu'une “new philosophy cals all in doubt”3.

  • 4 Sur ce point, on consultera en particulier l’ouvrage collectif dirigé par Marie-Thérèse Jones-Davi (...)

4Malgré tout, la nouveauté est bien là avec un certain nombre d'innovations techniques qui suscitent l'émerveillement des gens de la Renaissance4 Jean-Claude Margolin les commente dans le détail à partir de l'ensemble fascinant des 20 gravures (frontispice compris) réunies par Stradan au sein de ses Nova reperta, qui illustrent les plus importantes découvertes du temps.

  • 5 André Chastel, La grottesque. Essai sur “l'ornement sans nom”, Paris, Promeneur/Quai Voltaire, 199 (...)

5Sur le plan de la peinture et de l'esthétique, les grotesques, qu’André Chastel, dans l'un de ses derniers ouvrages, a joliment dénommé “l'ornement sans nom”5 constituent aux yeux de Philippe Morel “un phénomène novateur, une richesse créative, une sédimentation culturelle insoupçonnée” (p. 30) en cette fin de XVIe siècle marqué par une esthétique maniériste qui s'affirme désormais très largement en Europe.

6L'équivalent de cette prolifération visuelle se retrouve dans le goût des coqs-à-l'âne et des calembours plurilingues qui émaillent le texte shakespearien. Selon Patricia Parker, il s'agit là de résoudre le sens complexe dont la nouveauté est de jeter un pont entre Renaissance et Modernisme (en particulier James Joyce). Inversement, les enfers londoniens (“underworld”) de Ben Jonson renverraient, selon Margaret Tudeau-Clayton, à une ré-écriture parodique des enfers de l'Antiquité classique, notamment ceux de Virgile.

7L'association des baraques de foire et des théâtres, tous deux également fascinés par les monstres et leur exhibition selon Mark Thornton-Burnett, misait à son tour sur la curiosité alors très forte, chez les élites de la cour comme dans les milieux populaires, pour tout ce qui était hors normes. Le concept d'architecture, selon Muriel Cunin, émerge alors comme une autre nouveauté dans l'Angleterre de la fin du XVIe et de la première moitié du XVIIe siècles, de sorte que le style architectural de cette époque apparaît comme le lieu d'un affrontement entre “tradition et nouveauté” (p. 100). Jane Avner, quant à elle, s'intéresse à la nouveauté que constitue alors l'éclosion de la notion de paysage à partir de l'exemple disparu du bosquet de Diane et d'Actéon dans les jardins du château de Nonsuch.

8Les trois dernières contributions (Frédéric Maurin, Madeleine Mervant-Roux et Jonathan Pollock) sont des réflexions sur ce qu'on pourrait appeler “la nouveauté rétrospective”, c'est-à-dire sur le regard neuf que la mise en scène de théâtre permet de jeter sur une œuvre, qu'il s'agisse de pièces aussi connues que Le marchand de Venise ou Hamlet (revisités par Peter Sellars et Patrice Chéreau) ou du drame élisabéthain tel qu'il est redécouvert par Antonin Artaud dans les années trente à Paris. Ce dernier, on le sait, en fera les bases de sa tentative de renouveau et même de révolution de l'esthétique dramatique dans son manifeste pour un “théâtre de la cruauté”. L'originalité de ces textes de théâtre élisabéthains et jacobéens est qu'ils conduisent non pas à une forme de canonisation au sein d'un répertoire bien circonscrit, pouvant un jour apparaître comme “classique”, mais à un sentiment de remise en cause, voire de renouvellement ou de ressourcement, qui suscite tour à tour l'émerveillement et l'agacement.

9En dernière analyse, l'attrait, voire la fascination, exercé par la nouveauté et les esthétiques particulières qu'elle a engendrées, restent un phénomène relativement récent, dont Roland Barthes dressera la sémiologie dans son Système de la mode, publié à la fin des années 1960.

Notes

1 La Tempête (II.2), édition bilingue, préface et traduction d'Yves Bonnefoy, Folio Théâtre, Paris, Gallimard, 1997, p. 209.

2 Dans son essai intitulé “Des vicissitudes des choses” (Essai no LVIII).

3 La remarque sera reprise par Sir Thomas Browne dans sa préface à Pseudodoxia Epidemica (1646).

4 Sur ce point, on consultera en particulier l’ouvrage collectif dirigé par Marie-Thérèse Jones-Davies, Inventions et découvertes au temps de la Renaissance, Paris, Klincksieck, 1994.

5 André Chastel, La grottesque. Essai sur “l'ornement sans nom”, Paris, Promeneur/Quai Voltaire, 1998.

Auteur

Professeur à l'Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III et directeur de l'E.A. 2289, I.R.I.S. Publications : Shakespeare's Festive World, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, Shakespeare comme il vous plaira, Paris, Gallimard, 1991, ainsi que de nombreux articles sur Shakespeare et le théâtre élisabéthain. Le présent volume qu'il a co-dirigé avec Franck Lessay fait suite à Histoire et secret à la Renaissance, Paris, 1997, et à Figures de la royauté, Paris, 1999, tous deux publiés aux Presses de la Sorbonne Nouvelle.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540