Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de la royauté en Angleterre de Shakespeare à la Glorieuse Révolution

 | 
Franck Lessay
, 
François Laroque

II. La royauté anglaise : représentations esthétiques, politiques et idéologiques

“Vive le roi !” ou “mort au tyran !” ? le procès et l'exécution de Charles Ier dans la presse d'information de novembre 1648 à février 1649

Luc Borot

Résumé

The newsbooks of the Winter of 1648-49 are a mine of information for the historian who intends to understand the perception of the fall of King Charles in the English population. The weekly newsbooks and the serialised pamphlets published during the trial reveal the variety of the ideological strategies at work during those weeks of intense expectation and anxiety about the future of the country. The nature of monarchy, the nature of the king himself and the nature of government are three of the issues at stake in these news periodicals. The ideological borrowings operated by the news editors are one of the surprises that await the historian of ideas. The semantics of the ceremonies set up to try and execute the king reveal the war of symbols that came to replace the civil war. These newsbooks witness the birth of a national public opinion, of a republican partisan opinion, and of a royalist partisan opinion. They can be considered as a window open onto the minds and hesitations of the majority of Englishmen in the mid-seventeenth century.

Texte intégral

  • 1 Alan Macfarlane, ed., The Diary of Ralph Josselin, 1616-1683, Oxford, OUP, for the British Academy, (...)
  • 2 Josselin, p. 151.
  • 3 En effet, il devait être invité à l'automne 1651 à prêcher à St-Paul's, Josselin, 5 October, 1651, (...)
  • 4 Cité dans Joad Raymond, The Invention of the Newspaper : English Newsbooks 1641-1649, Oxford, Clare (...)

1Dans son journal, à la date du 31 janvier 1648/9, six jours après son trente-troisième anniversaire, le pasteur puritain Ralph Josselin note : “Heard K C was executed, but that was uncertaine, he was adjudged to dye Jan. 27. 1648. Bradshaw, the lord president pronounced sentence, this day was a fast a very cold day. I suppose they will now be layd downe, people doe so exceedingly neglect the same”1. Le froid et l'éventuel abandon des jeûnes publics prennent chez ce militant de la cause puritaine dans l'Église et l'État autant de place que la nouvelle encore sujette à caution de l'exécution du souverain naguère encore régnant. Peu de temps auparavant, le 4 janvier, il avait écrit : “This day 7 yeares King Charles came to demand the 5 members, and it was thought with an intencion to have offered violence to the house, this day the Commons of themselves, ordered the Tryall of the King, many men cry out of this worke that it will ruine the kingdome, the army religion : etc. for my part I conceive it strange extraordinary, and that it will occasion very much trouble [...] but if the worke bee of god it will prosper, if not it will corne to nothing”2. Earl's Colne, dans l'Essex, dont Josselin était le pasteur, était pour l'époque relativement éloigné de Londres, et bien que cet homme d'Église ait eu des relations dans les nouveaux milieux gouvernementaux3, il ne semble pas en mesure d'affirmer avec certitude la réalité de l'événement, et dans l'ordre de la causalité c'est à ses yeux la Providence à l'œuvre qui fait coïncider le calendrier du châtiment avec celui de l'oppression, et ce n'est pas la rumeur de l'exécution qui lui offre l'occasion de commenter l'événement inouï de la chute du roi. À l'opposé, l'éditorialiste de l'hebdomadaire The Kingdomes Weekly Intelligencer écrivait dans son numéro 295 du 23 janvier 1648/9 : “The Triall of the King is the great Hinge on which for this weeke the Doore of this Intelligence must move”4 ; c'est donc un tout autre point de vue qui ressort de ces entreprises d'information que furent les premiers newsbooks.

2C'est pourtant pour tenir informés des hommes comme Josselin, qu'on pourrait appeler la nation politique de Londres et des provinces, que des organes de presse réguliers avaient commencé à paraître en 1641, après une période d'ébullition anarchique dans les premiers mois du Long Parlement. Ces newsbooks, pour reprendre le terme en vigueur à l'époque et dans l'historiographie de ce phénomène, reflétaient la plupart des courants d'idées en présence dans la période allant de 1641 à la prise de contrôle du Commonwealth par Cromwell à l'automne 1649. Certains hebdomadaires durèrent quelques semaines, d'autres connurent plusieurs centaines de livraisons, certains durent paraître clandestinement, alors que d’autres se soumirent docilement à la censure des licensers. Précisons toutefois que ces censeurs spécialisés pouvaient être d'autant plus indulgents avec les newsbooks qu'ils collaboraient eux-mêmes à certains d'entre eux, quand ils n’en étaient pas les rédacteurs en chef, avec ou sans la connivence de leurs supérieurs.

3Mon but n'est pas ici de redire l'histoire de la première presse d'information anglaise, car d’autres l'ont déjà fait et ce champ d'études connaît actuellement en Grande-Bretagne un développement considérable et passionnant, mais je tenterai de montrer comment “l'opinion publique”, tout en étant conscient du caractère polémique de cette appellation, a pu être préparée à un événement aussi dramatique, dans tous les sens du terme, que l’exécution d'un roi. Je soutiendrai que les newsbooks proches de la New Model Army et des Niveleurs ont savamment préparé leurs lecteurs au procès et à son issue, et que l’apparition de quasi-quotidiens spécialisés dans le compte rendu du procès a été orchestrée par les censeurs du Parlement et de la Stationers' Company avec l'aide des rédacteurs en chef de certains hebdomadaires. Quand je parlerai des quasi-quotidiens, il s'agira donc des titres qui ont occupé le marché pendant la semaine du procès, et quand je parlerai d'hebdomadaires, il s’agira tantôt de périodiques mieux installés, tantôt de publications clandestines plus ou moins hebdomadaires soutenant la cause du roi. C'est à camper ce décor idéologique que je consacrerai le premier temps de cette analyse.

4Par ailleurs, on ne prépare pas la nation politique à la mort du souverain sans développer des discours critiques sur la monarchie en général, et sur le roi en particulier, ce qui sera l'objet de mon second point. Enfin, il est difficile de rendre compte du procès et de l'exécution du roi sans mettre en scène, au sens littéraire et théâtral du terme, les enjeux constitutionnels et symboliques de l'événement dans une démarche propagandiste : ce sera le thème de mon troisième point. La décapitation du corps naturel du roi est un acte qui s'accompagne du démembrement des justifications traditionnelles de la monarchie.

*

5Nous prenons la situation à l'automne 1648, au moment où le roi, après l'échec du projet de traité personnel entre lui et le Parlement à l'Île de Wight, est entre les mains de l'Armée Nouveau Modèle, peu de temps avant la purge des Communes et de la Cité. Une mutation politique est en train de se produire. On peut brosser un tableau de la presse d'information jusqu'à cette période en termes politiques généraux : modération, conservatisme et radicalisme.

  • 5 Joseph Frank, The Beginnings of the English Newspaper : 1620-1660, Cambridge, MA, Harvard UP, 1961 (...)

6La majorité des newsbooks s'engage peu dans les controverses les plus brûlantes, pour éviter aussi bien la censure que la désaffection du lectorat. Dans cette presse “centriste”, on peut cependant distinguer un centre droit et un centre gauche, selon la personnalité de leur rédacteur attesté ou supposé. Le plus prestigieux de ces newsbooks modérés était le Perfect Diurnall de Cole et Pecke, dont la troisième série couvre la période allant de juillet 1643 à octobre 1649. C'est l'un des rares périodiques à avoir acquis une réputation de fiabilité et d'objectivité dans la présentation de l'actualité. C'est aussi celui qui fournissait le compte rendu le plus complet des événements de la semaine5. Le Moderate Intelligencer de John Dillingham fut aussi dans certaines phases de son évolution un très honorable représentant de ce genre de presse, avec une originalité toutefois : la capacité à prendre des positions courageuses, comme on le verra dans l'analyse des récits du procès et de l’exécution du roi à la fin de ce travail. Il en fut récompensé après la Restauration, comme le fut aussi, au scandale des hommes de conscience des deux camps, Marchamont Nedham : dès le milieu des années 1640, royalistes et parlementaires se sont arraché le talent de cet homme qui ne sut jamais être un journaliste indépendant des pouvoirs et qui, après avoir été le journaliste officiel du protectorat, reçut une pension de Charles II.

  • 6 Richard Cust, dans les trois versions du même article : “News and Politics in Early Seventeenth-Cen (...)
  • 7 Lors du colloque du 10 mai 1997 sur les débuts du journalisme en Angleterre aux XVIIe et XVIIIe siè (...)

7Des historiens comme Richard Cust et Joseph Frank6, pour simplifier quelque peu leur position, ont pu suggérer que les newsbooks, parce qu'ils étaient nés sous les auspices de la censure et de la suspicion de la part du pouvoir politique comme du public, auraient été de nature oppositionnelle7. Si c'était vrai, on s'expliquerait mal l'existence des newsbooks royalistes, souvent clandestins, de grand talent littéraire et souvent d'une très impertinente pertinence politique, qui ont fleuri entre Londres et Oxford dès le début de la guerre civile. Ce serait aussi oublier qu'à Londres à partir de l'été 1642, être royaliste, c'est être d’opposition.

  • 8 Frank, Beginnings, ch. 3, pp. 34-36.

8Le talent de plume, la verve, mais aussi l'ardeur partisane de pamphlétaires comme John Birkenhead, installé à Oxford après le repli de la Cour dans cette ville, produisait à l'époque une impression de conviction acharnée. Cela n'allait pas sans la malhonnêteté intellectuelle indissociable du travail de pamphlétaire8. Le Mercurius Aulicus de Birkenhead attaquait les newsbooks parlementaires de Londres et donnait du Parlement et de ses forces une image savamment diabolisée, aux dépens d'ailleurs de l'information sur la guerre civile quand les nouvelles étaient mauvaises pour son camp. D'autres périodiques, plus éphémères et moins constants tentèrent de survivre malgré la chasse menée par la Stationers' Company et le Parlement contre les royalistes londoniens.

  • 9 Raymond, Invention, p. 69.

9Durant la période qui nous intéresse aujourd'hui, Nedham travaille avec Birkenhead pour le roi, et c'est avec l'acide de sa plume que, depuis 1647, le Mercurius Pragmaticus déchaîne son ire contre le Parlement, l'Armée et les Niveleurs. Ses partenaires s'appellent Mercurius Melancholicus et Mercurius Elencticus, qui semblent avoir reçu la collaboration du poète Samuel Sheppard9.

  • 10 Voir les remarques de Joad Raymond à ce sujet dans Raymond, Invention, p. 71.

10Dans le camp parlementaire, les débuts du Mercurius Civicus, puis du premier Mercurius Britanicus (avec un seul n) en 1643, furent suivis la même année du Parliament Scout de l'ancien tailleur John Dillingham, et du Weekly Account de Daniel Border, l’un et l'autre fort remontés contre les attaques d'Aulicus. Leur prise de parti pour le Parlement était claire et nette, mais certains, comme Dillingham, allaient altérer d'eau leur vin. À l'époque dont nous parlons, Dillingham était le rédacteur du Moderate Intelligencer, hebdomadaire de moins en moins ardent dans le soutien du Parlement contre le roi, et de plus en plus presbytérien et pro-écossais. Cet homme à qui on reprocha ses origines modestes sut naviguer politiquement, pour passer de l'état de “cabinet royalist” avant le procès, à celui de cromwellien convaincu dans les premiers mois du Commonwealth10, pour revenir après désillusion dans le camp d'un royalisme modéré.

  • 11 Raymond attribue ce newsbook à l'ancien acteur John Harris, l'une des brillantes figures du parti r (...)

11Dans les mois du procès et de la mise en place du Commonwealth, c'est le Moderate de Gilbert Mabbott qui domine la scène de l'opposition radicale, non sans équivoques : tantôt il soutient les Niveleurs, tantôt (moins souvent) il semble plutôt exprimer le point de vue des généraux Cromwell et Ireton, mais le point de vue est toujours soucieux des revendications populaires. Il est parfois populiste, souvent partisan d'une réforme de la constitution et du droit en général, et de plus en plus social à mesure que le nouveau pouvoir se montre plus répressif en politique et qu'il durcit son attitude envers les victimes de la situation économique résultant de la guerre civile. La série des 63 numéros de ce newsbook couvre sans interruption la période du 18 juillet 1648 au 25 septembre 1649. Sur sa gauche, si l'on me permet cet anachronisme de facilité, on trouvera à partir du début de 1649, le spirituel Mercurius Militaris11 et le moins érudit (mais si émouvant de sincérité) Armies Modest Intelligencer, deux périodiques plus radicaux, qui connurent peu de livraisons, mais qui surent se faire l'écho sans compromission des positions des Niveleurs militaires déçus par le peu de résultats sociaux et constitutionnels consécutifs au changement de régime.

12Je vais me concentrer tout d'abord sur les stratégies idéologiques du Moderate, pour montrer comment, par ses éditoriaux, par son traitement des mouvements revendicatifs, et par ses comptes rendus de l'actualité internationale, il prépare les esprits à la mutation politique sans précédent qui est en germe dès l’automne 1648.

*

13Le Moderate de Gilbert Mabbott fait sa propagande propre, que ce soit en pillant des écrits tyrannicides ou monarchomaques du siècle précédent ou en reprenant les pétitions envoyées par des soldats des régiments de l'Armée Nouveau Modèle ou par des groupes de citoyens à Fairfax, à la Cité ou aux Communes, ou encore par sa présentation de la politique internationale ou nationale.

  • 12 Je dois à Jean-Christophe Mayer, du C.E.R.R.A. de Montpellier d'avoir pu faire ce rapprochement, qu (...)
  • 13 Thomason date son exemplaire du 3 février 1647, or il utilisait l'ancien style dans ses datations.

14Le Moderate, souvent attribué au censeur Gilbert Mabbott, est un organe de presse qui se fait régulièrement l'écho des positions des Niveleurs et des Indépendants les plus radicaux, mais l'art du plagiat, qui est inséparable à l'époque de l'art du rédacteur de newsbook, lui fait utiliser sans l'avouer le moins du monde l'œuvre des prêtres élisabéthains récusants Robert Parsons et William Allen, dans les mois précédant le procès du roi. Les arguments tyrannicides et monarchomaques de ces adversaires de la reine excommuniée sont recopiés littéralement sans aucune reconnaissance. Les éditoriaux des numéros 20 à 26 (du 28 novembre 1648 au 9 janvier 1649) sont presque littéralement empruntés à la première partie de la Conference about the Next Succession to the Crowne of Ingland, Divided into two Partes, de 159412. La première partie de cet ouvrage inspiré par la crise de succession pouvant être ouverte à la mort d’Élisabeth avait été réimprimée au début de 1647/8 par Ibbitson, sous le titre Severall Speeches mode at a Conference13.

  • 14 On ne trouve aucune mention de ce phénomène de plagiat inspiré dans les travaux jusqu’ici consacrés (...)

15Les thèses royalistes critiquées montrent — ironiquement pour le lecteur d'aujourd'hui — que certains journalistes de 1648 percevaient les similitudes entre la situation constitutionnelle qu'ils se préparaient à vivre et celle que voulaient exploiter les catholiques élisabéthains dans la dernière décennie du règne d'Élisabeth, en l'absence de successeur en ligne directe14. La différence que le plagiat ne doit pas, cependant, nous dissimuler n'est pas mince : il ne s'agissait pas de trouver un successeur mais de fonder un autre régime, après une déposition ou une exécution, et non après une mort naturelle.

16Sur la légitimité des changements de régime et la vanité de l'argument de succession en ligne directe, voici ce que nous disent les rédacteurs du Moderate non sans ajouter une formule démocratique en introduction au propos des prêtres élisabéthains :

  • 15 Moderate (20), 28 novembre 1648, sig. V r°-V v° ; honnis le passage sur l'origine populaire du gouv (...)

All Governments corne originally from the People, and are mutable at their pleasure, for their further good and wel-being, and therefore most false and ridiculous is that Maxime, That propinquity of birth, or blood alone, is sufficient right to a Crown ; for then a mad, or furious heir apparent, a Turk by education, or Moore in Religion, by nature deprived of seeing, hearing, speaking, and all other senses whatsoever, incident to man, should not be excepted against, though contrary, and destructive to the end of all Government, which the People themselves make, and always have made (where Conquest hath not hindered)[.] But contrary thereunto we finde, if we cast our eye upon the severall Govemments under the Sun, that they are divers and different in several Countries and as subject to changes according to the diversity of Kingdomes, Reaimes and people : And every particular Country and Common-Wealth hath prescribed these Conditions unto it self, and hath authority to do the same, and appoint the forme and manner thereof, as to this or that Government, in this or that fashion, to have many Governors, few, or one [...] What Authority they shall have, more or lesse, and for longer or shorter time.15

17Mais les monarchomaques élisabéthains ne sont pas en reste quand il s'agit d'affirmer la source populaire de la souveraineté ; en effet, dans le numéro suivant, ils permettent aux journalistes du Moderate de nous dire :

  • 16 Moderate (21), 5 décembre 1648, sig. X r°-X v° ; Conference, I, 3, p. 38.

[...] as the whole Body is of more authority then the only Head, and may cure the Head if it be out of tune ; so may the weal-publike cure or purge their Heads, if they infect the rest, seeing that a body Civil may have divers Heads, and is not bound ever to one, as a Body naturall is ; which body naturall, if it had the same ability, that when it had a king, or sickly Head, it could cut it off, and take another, I doubt not but it would so do, and that men would confess it had authority sufficient, and reason to do the same, rather than all the other parts should perish, or live in pain, or continuall torment : But much more clear it is, That all Common wealths have in all Ages lawfully chastised their lawfull Princes, though never so lawfully descended (as the people now say) or otherwise lawfully put in possession of their Crown : And (which is most remarkable) it hath alwayes, or for the most part fallen out most commodious and profitable, for these Common wealths have been crowned with blessings from heaven by the good success, and successors that ensued hereof.16

18Les exemples bibliques, antiques, médiévaux et modernes proposés par nos récusants sont d'un usage parfaitement pertinent pour nos Indépendants et Niveleurs : David contre Saul, Josias contre Ammon, Numa contre Romulus, Henri IV contre Richard II, Henri VII contre Richard III, l'histoire nationale prenant le relais de la traditionnelle typologie biblico-classique dans un idiome dont il est impossible d'identifier l'origine catholique. Chaque fois qu'un tyran a été déposé par son peuple, quel que soit le régime qui lui a succédé, république ou monarchie, ce peuple s'est trouvé comblé de bienfaits.

19Mais le passage qui semble présenter le plus d'échos de la situation politique qui a conduit à la guerre civile et à la révolution en cours est lui aussi tiré de la Conference, bien que la conclusion-application vienne des rédacteurs du Moderate :

  • 17 Moderate (23), 19 décembre 1648, sig. Aa r° ; Conference, I.

And if the people have only the use, and no interest in their estates, what other condition can the people be in, by slavery ? Aristotle saith, That free men and slaves differ only in this, That slaves have only the use of things without property, or interest, and cannot acquire, or get to themselves any Dominion, or true right in any thing ; for that whatsoever they do get, it accrueth to their Master, and not to themselves ; and indeed the condition of an Ox or an Ass is the very same with a poor man that hath no slave, for that the Ox or Ass cannot be master of any thing for which he laboureth : And if all be the Kings by right, why then was Ahab and Iezabell, King and Queen of Israel, so reprehended by Elias, and so punished by God for taking away Naboths vineyard, seeing they took but that which was their own ; nay, why was not Naboth accused of Iniquity, Rebellion, and Treason, for that he did not yield up presently his Vineyard when his Princes demanded the same, seeing it was not his, but theirs ? Why do the Kings of England, France, and Spain, ask moneys of their people in Parliament, if they might take it as their own ? Why are those Contributions, termed by the name of Subsidies, Helps, Benevolences, Loans, &c. if all be due, and not voluntary of the peoples parts ? How have Parliaments oftentimes (as the last but this in England) denied to their Princes such helps of money as they demanded ? Why are there ludges appointed to determine matters of Sute and Pleas between the Prince and people, if all be his, and the people have nothing of their own ?17

  • 18 Moderate (11), 26 septembre 1648, sig. L r°-v°.

20Aristote et la Bible sont des arguments qu'aucun partisan du godly party, quelle que soit sa position idéologique au moment de la parution de ce numéro 23 du Moderate le 19 décembre 1648, n'aurait attribués à des papistes idolâtres, a priori tenus pour partenaires en trahison et en indignité nationale de Charles Stuart18. Il en va de même de l'argument fiscal et juridique, qui avait été au cœur de la protestation contre les agents du règne personnel du roi. Mais ce qui est le plus monarchomaque ne sort pas non plus de la plume de nos Niveleurs du Moderate, mais tout droit de chez les Jésuites :

  • 19 Moderate (23), sig. Aa v° ; Conference, I.

Another sayes, by what Law can a Common-wealth depose an evill Prince ? I answer. 1. By Divine Law for that God aproves that form of Government which every Common wealth doth choose unto it self, as also the Conditions, Statutes, and Limitations which it self shall appoint unto her Princes. 2. By humane Law, for that all Law, both Naturall, Nationall, and positive doth teach us, that Princes are subject to Law and Order, and that the Common-wealth which gave them that authority for the common good of all, may also restrain, or take the same away again, if they abuse it, to the common evill, and may punish their Princes for such evill doings, he being not absolute, but Potestas vicaria, or Deligata, a power deligate, or by commission from the Common wealth [...].19

  • 20 Moderate (25), 2 janvier 1649, sig. Bb r° ; Conference, I,.

21C'est donc bien du choix des peuples et non de l’onction sacramentelle que résulte l'origine divine du pouvoir souverain. Plus tard dans le courant du mois de décembre, il sera dit explicitement, toujours en reprenant les mots des bons pères, que la forme du couronnement importe peu, car ce sont le serment du nouveau souverain entrant en fonction et le rituel symbolisant son approbation par le peuple qui en font un roi20. Ce que les rédacteurs du Moderate ne retiennent pas, on ne s'en étonnera guère, tient en une fraction de chapitre de la Conference, où il est question des causes de la supériorité de la monarchie sur les autres formes de gouvernement.

22La première conclusion provisoire que j’aimerais tirer de l'utilisation des théoriciens catholiques élisabéthains du tyrannicide est la suivante : une position idéologique venant de l'adversaire symbolique le plus absolu peut être utilisée de façon éhontée contre l'ennemi absolu. Les rédacteurs du Moderate s'amusaient-ils de cette utilisation par laquelle ils trompaient leurs lecteurs ? Pensaient-ils qu'ils trouvaient enfin le moyen de retourner contre les ennemis papistes les armes que ceux-ci avaient forgées pour abattre la grande souveraine protestante et patriotique ? Nul ne le saura jamais, mais il y a trop d'humour dans certaines pages de ce newsbook pour qu'ils n’aient pas eu un petit sourire en coin en donnant à leurs imprimeurs le texte à reproduire, fautes de composition et erreurs de références bibliques comprises.

  • 21 Voir par exemple A True Relation of what Passed in Constantinople in August last, about the Deposin (...)
  • 22 Moderate (20), sig. V3 r°-v°.
  • 23 Moderate (21), sig. X2 r°-v°.
  • 24 Moderate (21), sig. X3 v°-X4 r°.

23Dans la préparation de la rupture politique et constitutionnelle, tout événement peut contribuer à disposer les esprits, même l'actualité internationale. La coïncidence entre le procès du roi, la publication d'extraits de la Conference de Parsons évoquant l'élection des rois de Pologne, et le déroulement d'une élection royale en Pologne, permet d'utiliser ce dernier événement comme exemple de ce que les Anglais n'ont jamais pratiqué, et qui pourrait peut-être, si l'occasion ou l'idée se présentait, servir de solution pour trouver un successeur à celui dont on pouvait encore feindre officiellement d'imaginer qu'il survivrait à sa déposition. Il est un autre événement qui frappe les esprits, à savoir l'assassinat du sultan Ibrahim21. Le numéro 20 du Moderate, qui voit le début du feuilleton monarchomaque, voit aussi le premier article sur les combats qui opposent les janissaires, partisans d'Ibrahim fils d'Amurath, et les spahis, partisans de son fils Achmet soutenu par les religieux. La dépêche transmise par des correspondants vénitiens est peu explicite sur ce sujet, préférant développer les tractations diplomatiques et militaires entre la Sérénissime et le Turc22. Le numéro 21 présente les prétendants à la succession du roi de Pologne, en la personne de ses deux fils et d'un fils du prince de Transylvanie23 ; ce même numéro est plus confus que le précédent sur les affaires de Turquie, toujours vues de Venise : on y parle d'un sultan Achmet, et du meurtre du précédent Grand Turc : serait-ce Ibrahim ou son père Amurath24 ? La nature des dépêches ne permet pas de le dire. Ce n'est qu'en novembre 1649 que Thomason acquiert un pamphlet qui semble faire le point sur les événements de la déposition d'Ibrahim, en la situant au mois d'août précédent.

  • 25 Moderate (22), 12 décembre 1648, sig. Y2 v°.
  • 26 Moderate (22), sig. Y.
  • 27 Moderate (21), sig. X v°-X2 r°.

24Plus on avance vers le procès, plus la tension semble monter dans le reste de l'Europe comme pour mettre en évidence cet hiver des monarchies, qu'on aurait tort de qualifier trop vite de printemps des peuples. Dans le numéro 22, du 12 décembre, l'élection du roi de Pologne semble se décider en faveur du prince Casimir, et l'on suit une présentation des orateurs et ambassadeurs qui ont soutenu les différents prétendants. Les menaces militaires représentées par les gardes des différents souverains électeurs ne sont pas passées sous silence, ce qui devait évoquer au lecteur londonien ses propres inquiétudes, quand il savait l'Armée Nouveau Modèle cantonnée sur Hyde Park en vue du Parlement25. La possible élection du plus jeune fils du roi de Pologne fait écho, comme par nécessité interne à l'hebdomadaire, à l’éditorial emprunté à Parsons, qui commence par ces mots : “We finde in History, That the next in succession to the Crown, by Propinquity of blood, have oftentimes been put back by the Common wealth, and others farther off admitted in their places, even in those Kingdoms where succession prevaileth”26. Or l'éditorial jésuite du numéro précédent n'avait pas oublié la déposition de Henri III de France de son trône de Pologne : “What should I name here the deposition made of Princes in this our day by other Common-wealths, as in Polonia, of Henry the third, that was King of France was deprived of his Crowne in Polonia, by publique Act of Parliament”27.

  • 28 Moderate (22), sig. (y) r°-(y) v° et Raymond, Invention, p. 175, dans son étude comparée des compte (...)
  • 29 Moderate (26), 9 janvier 1648/9, sig. Cc4 r°-v° sur l'ordonnance du Parlement de Paris du 6 janvier (...)

25Le même numéro 22 met en doute soudainement les rumeurs de guerre civile entre factions à Constantinople, mais le vague de la dénégation et le point de vue vénitien ne rendent pas l'information plus fiable que précédemment. Plus importante pour le londonien, la purge des Communes par le colonel Pride est développée sur deux pages28. Jamais les institutions traditionnelles n’avaient encore été aussi malmenées : le roi prisonnier, la chambre basse expurgée, l'armée aux portes de la ville, pour ne pas dire dans la Cité elle-même. C'est toute l’humanité qui pour eux est dans tous ses états. La coïncidence de toutes ces crises des monarchies était susceptible de frapper le lecteur attentif de l’époque, car de la Sublime Porte jusqu'à Londres en passant par la Pologne, sans oublier la Fronde et le siège de Paris suivis assidûment et avec passion par le Moderate, la monarchie anglaise n'était pas la seule à être dans tous ses états : ce régime montrait ses limites dans toute l'Europe29. Le choix des événements étrangers rapportés dans un newsbook peut donc relever d'une politique ou d'une pédagogie idéologique, car c'est un moyen, dans le cas qui nous intéresse, de relativiser la nature de la monarchie pour déshabituer les esprits de l'idéologie Stuart.

  • 30 Moderate (24), 26 décembre 1648, sig. Aa2 v°-Aa3 r°.
  • 31 Moderate (38), 3 avril 1649, sig. Pp3 v° ; Moderate (39), 10 avril 1649, sig. Qq3 r°-v°.

26Le numéro 23 du 19 décembre poursuit le récit de l'élection par les Palatins et les évêques du prince Jean-Casimir, fils du précédent roi comme roi de Pologne. C'est à l'unanimité que les électeurs nobles se sont prononcés, et la couronne lui est présentée avec les conditions mises à son acceptation du pouvoir royal. Élu le 17 novembre, il accepte les conditions le 18, et il sera couronné le 17 janvier ; la nouvelle arrive à Londres pour la livaison du 26 décembre : il faut un mois à l'information pour traverser les deux tiers de l’Europe30. C'est pourquoi on ne lit pas le récit des obsèques du père du nouveau roi de Pologne avant la livraison du 3 avril 1649, et que l'on n'a le compte rendu du couronnement que dans celle du 10 avril31, alors que le feuilleton de l'élection polonaise ne présente plus en Angleterre le même intérêt idéologique. En effet, le Conseil d'État gouverne le nouveau régime, le Commonwealth, on n’a pas eu à procéder à une élection du successeur de Charles Ier, mais la nature du régime semble bien incertaine à beaucoup, et le Moderate ne manque pas d'occasions de rappeler aux nouveaux maîtres qu'ils feraient mieux de réformer la constitution et le droit, au lieu de redéfinir les rapports entre État et Église.

27Toujours est-il que cette élection royale, avec l'explicitation des conditions sous lesquelles le souverain accède au trône, semble inspirer aux rédacteurs du Moderate la solution qui aurait permis d'éviter le bain de sang. Si je tente de reconstituer ce que ce procédé pouvait suggérer à des opposants au roi dans les derniers mois de 1648, il me semble qu'ils pouvaient légitimement penser qu'il existait d'autres conceptions du rapport entre un roi et son peuple que les principes des Stuarts ne le laissaient croire. Si je cherche à reconstituer ce qu’aurait pu être leur raisonnement, si les Stuarts ont fait la guerre à leur peuple au nom de leurs idées absolutistes, alors c'est qu'ils ont menti à leur peuple sur la nature de la royauté, et que le peuple a eu raison de demander, par l'intermédiaire du Parlement dans les 19 Propositions du printemps 1642, un rapport de responsabilité entre le roi et les chambres. Les termes a posteriori d'une négociation manquée auraient alors pu apparaître. À ce stade de mon enquête, je n'ai encore aucun élément pour appuyer cette conjecture, mais la réédition de la Conference de Parsons et son pillage littéral par le Moderate me semblent laisser entrevoir la possibilité que certains examinaient alors toutes les solutions possibles pour l'avenir, et pas seulement pour justifier la déposition du roi.

*

  • 32 Selon Raymond, Invention, p. 69, Mabbott est peut-être lui-même l'auteur du Narrative. Cette hypoth (...)
  • 33 Raymond, Invention, pp. 37, 66, 69.

28La procédure judiciaire permettant la déposition d'un roi restait à inventer, et avec les formes de langage juridique, il fallait aussi mettre en place un cérémonial judiciaire de la déposition. Le meilleur témoignage que nous puissions avoir de la nature de ce langage et de ce cérémonial, et peut-être aussi de son effet sur le public, réside dans les newsbooks. Il existe deux séries quasi quotidiennes qui rendent compte des sessions de la Haute Cour qui jugea Charles Ier entre le 20 et le 27 janvier 1649 : la première, Perfect Narrative, suivi de The Continuation of the Perfect Narrative est publiée by authority, et reçoit l'imprimatur de Gilbert Mabbott, le rédacteur en chef supposé du Moderate32 ; l'autre, qui porte l'imprimatur de Theodore Jennings, le collègue et rival de Mabbott, s'intitule Collections of Notes. Le reporter des Notes serait (du moins le premier numéro l'indique-t-il) le pasteur indépendant Henry Walker, impliqué dans la rédaction de plusieurs newsbooks depuis 1644, en particulier des Perfect Occurrences33.

29Le plus précis dans le compte rendu des échanges verbaux est de loin le Perfect Narrative, comme si l'autorité voulait donner des gages à l'opinion en reproduisant tous les propos du roi, même ceux qui mettent le plus en question l'autorité de la Cour, même ses plaidoyers pour les libertés du peuple. Collections of Notes se contente de synthétiser les débats en donnant le beau rôle au président Bradshaw contre le roi. En revanche, si pour la théâtralisation de la présentation, le Narrative est le plus précis, c’est son concurrent qui fournit le plus de détails sur les circonstances, du moins le premier jour : le nom des membres de la cour, leur nombre exact, ou encore le comportement du roi, comme ce petit jeu de scène, avec ces didascalies d'après-coup :

  • 34 Collections of Notes (1) taken at the Kings Tryall, at Westminster Hall, On Saturday last, Janua. 2 (...)

Then the Counsell exhibited the Charge against the King, who as he was offering it to the Court, the King lapped him on the shoulder with a wand which he had in his hand, bidding him to stay, but the Counsell proceeded. [...] The King again lapped him with his stick, and bad him hold.34

30C'est seulement à la fin du récit de la première journée que le Narrative indique un détail du même épisode qui a échappé aux Notes :

  • 35 A Perfect Narrative (1) of the whole Proceedings of the High Court of Justice in the Tryal of the K (...)

It is to be observed, That as the Charge was reading against the King, the head of his staff fell off, which he wondered at, and seeing none to take it up, he stoops for it himself.35

31Écrit alors que la sentence de mort par décapitation n'a pas encore été prononcée, on ne peut interpréter ce détail comme une prolepse qu'à condition de lire l'histoire à l'envers. Le commentaire qui suit est tout aussi prémonitoire, ou du moins pouvait-il produire cet effet :

  • 36 Narrative (1), p. 8.

As the King went away facing the Court, said, I do not fear that, (meaning the sword.)36

  • 37 Notes (1), pp. 3-4.
  • 38 Narrative (1), p. 8 ; Notes (1), p. 6.

32Le Narrative est en revanche moins détaillé que les Notes sur le contenu de l'acte d'accusation37, et ils ne donnent pas le même écho aux manifestations du public, puisque le Narrative rapporte aussi bien les cris de “Justice” que ceux de “God save the King”, alors que les Notes se contentent de mentionner les premiers38. Pour le troisième jour des débats, la qualité des Notes se dégrade, le style indirect libre se mêle au discours indirect du résumé ; quand on compare la synthèse du contenu des échanges par les Notes avec le discours direct du Narrative, présenté comme une pièce de théâtre, on est frappé à la fois par l'imprécision et par la partialité du compte rendu des Notes.

  • 39 Narrative (1), p. 6 ; Notes (1), p. 5.
  • 40 Luc Borot, “L’exégèse républicaine de l'Ancien et du Nouveau Testament chez James Harrington (1611- (...)

33Si l'on cherche à comparer une influence éventuelle, ou un simple écho, des idées esquissées dans les éditoriaux du Moderate analysés plus haut, on retrouve l'argument de l'élection du roi par le peuple d'Angleterre, énoncé par le président Bradshaw et repris par les deux comptes rendus39. On ne s'étonnera pas que le roi rejette cette élection. Les arguments monarchomaques proposés par les rédacteurs du Moderate qui sont allés les prendre chez les Jésuites élisabéthains ne sont donc pas hors de propos dans le cadre du procès, puisque la prétention constante des juges est qu'ils siègent au nom de la plus haute autorité du royaume, le peuple d'Angleterre et les Communes, jouant habilement sur la métonymie qui prétend confondre l'assemblée représentative élue par les freeholders, et le peuple. D'un bout à l'autre du procès, il est affirmé que le peuple est la source de toute souveraineté, le roi n'étant que le dépositaire d'un mandat de gouvernement. La sentence de mort, comme l'acte d'accusation, outre les titres de tyran et de traître, lui accorde celui de “public enemy". Dans le réquisitoire final, Bradshaw énumère des exemples bibliques, classiques et nationaux de souverains déposés par leur peuple. Il n'en dénombre pas moins de vingt-quatre dans l'histoire d'Angleterre, et n'a pas besoin de remonter plus loin que la propre grand-mère du roi, Mary Stuart, pour en trouver un exemple dans le royaume du nord. Les précédents ne sont plus seulement des arguments de common law, mais aussi des exempta historiques, dans un exposé imitant la tradition du De Casibus Virorum Illustrium de Boccace (milieu du quatorzième siècle) qu'avait traduit Lydgate dans les années 1430 sous le titre de Fall of Princes, et qui trouva à la Renaissance sa version toscane dans le Principe de Machiavel et son incarnation anglaise dans le Mirror for Magistrates élisabéthain. Les newsbooks spécialisés ou généralistes rendent l'ensemble des lecteurs du royaume susceptibles d'y avoir accès témoins de cette mutation dans le langage politique et dans l'application de topoi traditionnels comme le précédent. L'argumentation constitutionnelle du roi est inattaquable, on le sait d'avance, et c'est pourquoi l'argumentation des procureurs s'écarte du raisonnement juridique pour invoquer l'histoire. L'histoire récente justifie la mise en accusation, l'histoire nationale justifie la condamnation et la déposition, mais ces démarches passées sont justifiées par des exempta empruntés à l'Antiquité classique, à la Bible et à l'histoire européenne récente, comme chez les auteurs catholiques étudiés plus haut. On retrouvera chez des penseurs républicains comme Harrington un procédé semblable, nivelant les différences d'autorité entre les exempla historiques, philosophiques et bibliques, dans le sens d'une sécularisation de l'Ecriture sainte40.

34L'une des nouveautés constitutionnelles réside dans la formule “The Commons of England in Parliament assembled”, dont Charles Ier a pleinement raison de souligner qu'elle est infondée, car il n'y a jamais eu de Parlement en Angleterre sans la conjonction du monarque, des Lords et des Communes. Les juges qualifient la chambre basse de cour supérieure de justice du royaume, alors qu'elle n'a jamais eu cette fonction, seule la chambre haute ayant une fonction judiciaire en appel et pour le jugement de ses membres. C'est paradoxalement le roi qui reprend les accents du populaire Free-John Lilburne, parlant de libertés natives et de préservation des droits inaliénables du peuple anglais. N'est-il pas trop tard, le 27 janvier 1649, pour renverser les topoi idéologiques qu'il refusait d'entendre depuis au moins 1629 ?

  • 41 Kingdomes Weekly Intelligencer (297), 6 février 1648/9, p. 1244. Les mêmes propos sont rapportés da (...)

35Les newsbooks, par peur sans doute de la censure, reprennent d’assez près le Narrative publié par l'autorité. C'est par exemple le cas des numéros 295 et 296 du Kingdomes Weekly Intelligencer du 23 janvier, qui résument les débats en quelques phrases et en citant les discours du roi avec précision et fidélité. Les formules descriptives retenues sont celles du Narrative, qui est la source de ce résumé auquel la concision donne une vigueur qui manque parfois à l'original officiel. Si l’on considère cette technique en termes journalistiques modernes, il faut bien avouer qu’il ne s'agit là nullement d'un travail de reporter, et encore moins de journalisme d’investigation. En revanche, le numéro 297, qui rapporte le dernier jour du procès et l'exécution, mentionne un échange absent des récits officiels qui eut lieu entre la sortie du tribunal et la résidence du roi le 27 janvier, après la sentence de mort. Entendant les cris des soldats appelant à son exécution, le roi dit en souriant à l'un de ceux qui l'accompagnaient : “Poor creatures, for six pence they will say as much of their own Commanders”. Il commente aussi les réactions de ses serviteurs, comme de ce vieux domestique qui vient le rencontrer en pleurant : “you may forbid their attendance but not their teares”, puis le narrateur ajoute encore un détail édifiant : “That evening he commanded his doggs should be taken away, not willing to have any thing that might any wayes divert him from his preparations into a better world”41.

  • 42 Perfect Weekly Account, January 26, p. 361.

36Le numéro du 26 janvier du Perfect Weekly Account modifie son en-tête habituel pour mentionner qu'en plus des événements parlementaires et des débats du conseil de l'armée il allait parler de la haute cour de justice qui devait juger le roi. Le récit proposé est un résumé encore plus concis que celui du Kingdomes Weekly Intelligencer étudié plus haut. On apprend un nouveau détail sur l'arrivée du roi le premier jour : il a été amené dans un bac, et son escorte dans un autre. Pour le reste, le Narrative est ici encore la source principale du compte rendu42 ; il ne faut pas plus de quatre pages et demie pour rendre compte des trois premières journées du procès. Le résumé de la journée du 27 janvier dans le numéro suivant est encore plus négligé.

  • 43 Moderate Intelligencer (201), 25 janvier 1649, p. 1850.

37Dans le numéro 201 de son Moderate Intelligencer, John Dillingham introduit le récit du procès sur un ton nettement royaliste : “The famous Tragedy of King CHARLES of England, &c. hath been as acted in briefe, mentioned weekly, he now drawing to a period (as most thinke) both of earthly glory and life, the present tryall of him shall be a little the larger insisted upon”43 Le récit de la séance du 22 janvier suit les échanges de répliques entre le roi et le président de la cour, mais la fin de ce récit évoque des propos intimes du roi après la séance :

  • 44 Moderate Intelligencer (201), p. 1858.

When the King was return'd to his lodging, discoursing with those about him, hee spake very much against the Court, as no true Judicature, and that he did not believe, that the major part of the Commissioners were of that opinion, and being desired to prepare for another World, in regard of the much bloud that had been shed by his means, he answered, He did not believe himself the cause of that bloud, nor lay that at his heart, so much : and being told, Hee would be put to death, Hee intimated a desire of Combat.44

38Dans son récit de la journée du 27 janvier dans le numéro 202, Dillingham recopie largement le Narrative, sauf encore pour les circonstances intimes de la dernière nuit du roi, où ses remarques sur l'usage du Book of Common Prayer sont moins rudes que celles de Mabbott :

  • 45 Moderate Intelligencer (202), 1er février 1649, p. 1866.

The Bishop came to him, they continued long in prayer that night, and in regard the Common-Prayer Book was used, it was to be wish’d that there had been Prayers in it more pertinent, it’s the great wonder that men of most excellent parts, able to speake largely (without premeditation, not having writing or print before them) to men, yet in prayers not ten words.45

39On peut percevoir dans la différence de réactions entre Mabbott et Dillingham l'écart qui pouvait exister à ce moment précis du développement des tendances du parti dit “puritain” entre un presbytérien devenu royaliste et un indépendant déjà convaincu du bien-fondé d'une république. Dans le récit de l'après-procès, les mêmes détails intimes que dans le numéro correspondant du Kingdomes Weekly Intelligencer sont rapportés par le Moderate Intelligencer.

  • 46 King Charls his Speech Mode upon the Scaffold at Whitehall-Gate, Immediately before his Execution.. (...)

40C'est le sujet le plus pathétique, et c'est aussi là que les commentaires éditoriaux se manifestent le plus. Ni les Notes ni le Narrative ne rapportent le récit de l'exécution. Il existe en revanche des récits du discours et de l'exécution dans des pamphlets séparés, comme l'anonyme King Charls his Speech Mode upon the Scaffold at Whitehall-Gate, Immediately before his Execution... With a Relation of the maner of his going to Execution et dans les newsbooks46. King Charls his Speech est un récit entrecoupé de passages dialogués présentés comme une pièce de théâtre, à la manière du Narrative ; les commentaires descriptifs et les didascalies sont indiqués dans les marges. Les notes de ce pamphlet sont entre parenthèses dans bien des récits repris par les newsbooks, notamment dans celui du Moderate.

41Le Moderate offre les commentaires les plus cyniques de ceux qui ont été consultés pour cette étude, comme en témoigne cet éditorial du numéro 30, qui rapporte l'exécution :

  • 47 Moderate (30), 6 février 1648/9, sig. Gg r°.

Not death, but the cause, makes a Martyr; and who can be more unfortunate, then he that is most wicked? A sinful life is the death of the soul, and as Plato sayes, The infamy of a Tyrant is immortal: Shall not such as climb up publike and highest sins, fall in open and lowest shame? and those that covet to swim in the blood of Saints, sinke in the gulf of Gods eternal wrath? Surely, that man was most miserable, whose life the wicked did so much desire, and at whose death the righteous much more rejoyce. And if God visits the sins of the father upon the children, shall man dare to smile upon the successors of the wicked, or so many of them as are guilty of the like sins as their parents? Let them that intend to lay this yoke upon us, expect our non-submission to it; for it is heavy for us, though not others, to bear, and if any intend to impose it upon us, we may possibly shake it off, and lay it upon the Asses backs that are most proper and able to bear it.47

  • 48 Moderate (30), sig. Gg3 r°-v°.
  • 49 Moderate (30), sig. Gg3 v°.
  • 50 King Charls his Speech, pp. 3-4.
  • 51 King Charls his Speech, p. 4 ; Moderate (30), sig. Gg3 v°.

42Le mépris pour le roi mort s'étend à ses héritiers, dans la certitude de la damnation du roi. Le sarcasme grivois se manifeste dès le début du récit, par l'évocation d'une femme enceinte qu'on autorise à venir baiser la main du roi ; il est suggéré que c'est la femme au teint noirâtre qui lui a inspiré du dégoût lorsqu'elle lui a rendu visite à Carrisbrook Castle lors de sa captivité à l'île de Wight48. L'ironie apparaît quand l'aumônier commence à prier avec le roi en utilisant la forme du Book of Common Prayer, le rédacteur insère un commentaire qui ne figure pas dans les récits publiés séparément : “Doctor Juxon administred the Sacrament to him, and being not able to pray without book, or form, began this prayer, We be corne together at this time (dearly beloved brethren) though there was none but the King present to receive it”49. On peut être choqué par ce manque de charité. King Charls his Speech ne rapporte pas cette scène, mais il évoque le fait que le roi a reçu la communion et n'a pris que peu de nourriture avant d'aller au supplice50. La façon dont il a été escorté jusqu'à Whitehall inaugure le récit de King Charls his Speech qui ne mentionne qu'en note la trappe qui a été découverte dans la pièce voisine de la chambre du roi, alors que le Moderate, qui ne décrit pas l'escorte, fait de l'incident un récit plus circonstancié51. Le texte du discours (pris en note par des sténographes sur l'échafaud comme le décrivent les récits publiés) est identique dans les différentes versions ; le récit des derniers gestes et de la mise à mort est aussi présenté dans les mêmes termes. Le récit du Moderate comme King Charls his Speech se termine par la formule Sic transit gloria mundi. Les autres récits ne reprennent pas cette formule, dont la présence dans le Moderate et l'autre pamphlet peut constituer un indice suggérant que Mabbott est l'auteur du pamphlet, et donc peut-être aussi du Narrative, puisque dans les deux cas il y a identité textuelle.

43Le numéro 297 du Kingdomes Weekly Intelligencer commence par une déploration de l'exécution bien éloignée du ton du Moderate :

  • 52 Kingdomes Weekly Intelligencer (297), p. 1241.

This day it did not rain at all, yet it was a very wet day in severall places in and about the City of London, by reason of the abundance of affliction that fell from many eyes for the Death of the King. I promised in my last, that I would this week give you at large what he said for himselfe, when the Sentence of Death passed upon him, which now in the first place I shall exhibit to you.52

44En revanche, le récit lui-même ne se démarque pas des deux versions déjà considérées, si ce n'est par une technique de résumé semblable à celle qui avait été mise en œuvre dans le même newsbook pour le compte rendu du procès.

45Le récit proposé par le Perfect Weekly Account du 6 février respecte littéralement les discours mais résume grossièrement le récit des événements et les détails de la mise à mort. En revanche, l'éditorial est l'occasion pour le rédacteur de présenter des détails qui ne figuraient pas dans les récits préalablement étudiés :

  • 53 Perfect Weekly Account, 6 février 1648/9, p. 373.

In my last I told you the Scaffold was building at the Kings own gate for his execution which was yesterday consumated on which could no man have corne with more confidence and appearance of resolution then he did : viewing the block (with the axe lying upon it) and iron Staples in the scaffold to bind him down upon the block, in case he had refused to submit himself freely, without being any way danted, yea when the deputies of that grim serjeant death appeared with a terrifiing disguise the King with a pleasant countenance said he freely forgave them, which is all I thought to have said of his death but I am advertized that there are yet divers of my friends in the country who affect the reading of this sheet, which would be somewhat unsatisfied if I should not here withall send them the Rings last speech upon the scaffold, and therefore I shall here insert it Verbatim.53

46Aucun autre récit étudié jusqu'ici ne mentionne les fers destinés à le maintenir sur le billot en cas de résistance. En revanche, ils évoquent la déception du roi regrettant que le billot ne soit pas plus haut. Les explications fournies pour la présence de ce compte rendu sont plus difficiles à justifier : le rédacteur avait-il peur d'être accusé par Mabbot, son licenser, d'être en sympathie avec le défunt ? Est-ce au contraire un signe d'audace de revendiquer un lectorat royaliste en province ? Le jeu de cache-cache auquel doivent se livrer les écrivains et les journalistes dans les régimes ne respectant pas la liberté d'expression obscurcit souvent les motivations de certaines stratégies rhétoriques.

  • 54 Voir par exemple l'illustration des pages 130-131 de Taylor Downing and Maggie Millman, Civil War, (...)
  • 55 Moderate Intelligencer (202), p. 1874.

47Dans le numéro 202 du Moderate Intelligencer, Dillingham manifeste avec originalité son royalisme dans le récit des journées précédant l'exécution. Il ne recopie pas le texte des discours, mais il met l'accent sur le comportement du roi et sur le cadre de l'exécution : la préparation à la mort lui fait refuser de voir le Prince électeur, bien qu'il ait pu voir ses enfants la veille ; il ne dort que quatre heures la nuit précédent le jour fatal ; il se contente, avant d'aller à la mort, d'un morceau de pain et d'un verre de bière (King Charls his Speech parle d'un verre de vin) ; il commande sa garde avec entrain, traversant le parc avec énergie ; l'échafaud est tendu de noir (les fers ne sont pas mentionnés), et le billot mesure un pied et demi de long (serait-ce une autre version de la remarque mentionnée par d'autres sur la taille du billot ?). Le public est venu nombreux, les soldats ne manifestent ni tristesse ni joie. Dillingham montre le roi partageant ses montres et sa canne, ce dont les autres ne font nullement état, et il se montre plus précis dans le détail du cérémonial d'exhibition de la tête du roi : dans les autres compte rendus il était dit que c'était le bourreau qui avait tranché la tête qui l'avait aussi montrée au public, alors qu'ici c'est un autre homme masqué, comme plusieurs tableaux et gravures le confirment d'ailleurs54. Le récit se termine tristement par cette conclusion : “Thus have you from first to last of this Tragoedie, such particulars as could be got from severall hands”55. Alors que les récits les plus officiels évoquaient le cercueil noir dans lequel le roi avait été déposé, Dillingham préfère insister sur la simplicité de l’objet pour ce corps vénéré.

48Il n'est pas jusqu'au dialogue entre Juxon et le roi dans les derniers instants qui ne soit prévu pour marquer les esprits, mais c'est l'opinion publique royaliste qui en sera le plus imprégnée, car on peut voir dans l'échange qui suit une source possible des légendes accompagnant le frontispice célèbre de l'Eikon Basilike :

  • 56 Moderate (30), sig. Gg4 v°. Le texte est le même dans tous les documents.

King

I go from a corruptible, to an incorruptible Crown; where no disturbance can be, no disturbance in the world.

Doctor Juxon

You are exchanged from a Temporal to an Eternal Crown; a good exchange.56

  • 57 Millman et Taylor, Civil War, p. 134.

49Dans l'icône royale, le martyr est représenté à genoux, écrasant du talon une couronne splendide et lourde, celle du monde, tandis qu'il tient à la main la couronne d'épines du Christ, dure mais légère, et qu'il contemple au ciel la couronne glorieuse de la béatitude et de l'éternité57. Que le frontispice ait été composé avant le dialogue sur l'échafaud ou que celui-ci ait été délibérément inspiré par un désir de propagande remontant à des échanges entre le roi et son aumônier pendant sa période de captivité, on relève ici une mise en scène de la déposition dans laquelle Charles, comme le Richard II de Shakespeare, se dépouille lui-même de certains attributs de la royauté et de la richesse, et invente les versets et les répons du cérémonial de son propre sacrifice. Même les newsbooks anti-royalistes reprenant le récit officiel véhiculent la sémantique à double tranchant de ce rituel, participant ainsi à une guerre des signes : les bourreaux du roi ont choisi de placer la symbolique dans le procès et ont laissé le roi déposé maître d'imposer la sémantique de son choix lors de son exécution. Cette guerre est gagnée par celui qui a choisi des signes pour lui-mêmes et non par ceux qui pensaient tirer profit de la propagation exacte et objective de l'exécution de l'ennemi public par excellence.

50L'intérêt de ces comparaisons entre newsbooks réside autant dans les points de convergence sur les faits, les propos et la chronologie, qui témoignent de la fiabilité acquise par les newsbooks dans le domaine de l'information, que dans les variations qui manifestent pour nous les différentes stratégies idéologiques des rédacteurs de ces premiers journaux. Suivre la ligne officielle en recopiant le Narrative permettait de fournir des informations exactes et vérifiées à ses lecteurs et offrait une protection contre la censure puisque c'est un censeur, Mabbott, qui semble en être l'auteur ; cependant, il ne faut pas oublier que Mabbott est à la fois un journaliste radical et un pamphlétaire favorable au basculement du régime au profit du parti indépendant ; vu sous un autre angle, on peut aussi dire que le jeu du roi avec les signes fournissait à ses partisans les éléments d'une hagiographie martyrologique. Mabbott et Dillingham sont représentatifs d'une double stratégie faite de précision dans le compte rendu et de prise de position ouverte. L'un et l'autre choisissent des détails que le récit officiel ne retient pas, mais les orientent dans le sens des options idéologiques de leurs lecteurs implicites. Mabbott, qui est censeur, peut prendre plus de libertés avec la ligne officielle, moins radicale que ses positions coutumières, alors que Dilligham a dû manifester plus de courage intellectuel et moral pour publier dans un newsbook aussi largement diffusé que le sien un discours aussi clairement royaliste. On comprendra, en comparant ces deux stratégies, pourquoi Mabbott devait peu après renoncer à ses fonctions lucratives de censeur pour cause de désaccord avec les principes mêmes de cette fonction, et pourquoi les deux newsbooks firent les frais de la reprise en main de la presse par Cromwell à l'automne 1649.

  • 58 Sean Kelsey, Inventing a Republic. The Political Culture of the English Commonwealth, 1649-1653, Ma (...)

51Le souverain exécuté représente dans ces récits de procès et d'exécution l'enjeu de plusieurs stratégies de survie idéologique et commerciale pour les rédacteurs de journaux, mais il est aussi le prétexte d'une préparation à la transition politique. La ligne de partage sépare les citoyens qui vivent leur implication politique en termes d'allégeance personnelle au souverain, de ceux qui envisagent leur participation comme relevant d'une communauté de valeurs et d'opinions. On discerne clairement à travers le corpus des newsbooks de cette période comment les publicistes préparent par leurs provocations et leurs expérimentations théoriques le moment de la transition constitutionnelle. On peut regretter que les sphères dirigeantes du parti qui allait triompher n'aient pas perçu l'appel de ces intellectuels de médiation qu'étaient les journalistes à préparer le régime à venir. Quand le Conseil d'Etat du Commonwealth se réunit, il est déjà trop tard : la réforme du droit et de la constitution est déjà en train d'être étouffée par les prétentions des religieux et des militaires. On se posera la question de savoir comment proposer des symboles de substitution pour représenter l'autorité politique nouvelle dans le cadre de l'exercice du gouvernement, mais on reculera sans cesse l'indispensable mise en œuvre de nouveaux rapports sociaux et politiques entre les citoyens par une réforme radicale du code juridique régissant l'ensemble des relations humaines et économiques58. Le roi était décapité, mais les structures techniques et idéologiques de l'exercice du pouvoir dans la société d'ordres ne furent pas abolies, et les chefs du mouvement puritain avaient déjà choisi dès l'automne 1647, face aux revendications formulées par les Niveleurs à Putney, de ne pas y toucher pour ne pas modifier l'équilibre du pouvoir qui penchait depuis si longtemps en faveur de leur groupe social. Comme le discernaient déjà bien des observateurs contemporains, il s'avérait plus facile de se débarrasser du roi que de le remplacer par un meilleur serviteur de l'intérêt général du common weale.

*

  • 59 J.C. Davis, Utopia and the Ideal Society. A Study of English Utopian Writing, 1516-1700, Cambridge, (...)

52Le roi est, dans l'idiome constitutionnel anglais classique, la source de toute justice. Au nom d'une autre légitimité constitutionnelle et contractuelle, on le met en accusation et on le condamne au nom du peuple souverain. La renaissance des topoi du corps politique et du droit divin des rois à la fin du XVIe siècle et notamment sous la plume de Jacques Ier, ne doit pas faire perdre de vue la coexistence d’une théorie du contrat et de l'élection tacite du souverain. Si, comme le font certains excellents historiens actuels comme Glenn Burgess, on insiste trop sur les idiomes royalistes disponibles dans la période, on risque de se priver des moyens de comprendre l'explosion des années 1640. En effet, si des théories comme celle des monarchomaques ou des courants cicéroniens, ou encore certaines orientations de la Common Law n'avaient pas travaillé divers millieux intellectuels et politiques de la société anglaise, alors la guerre civile et la révolution auraient été des aberrations. Sans retrouver la partialité téléologique des historiens whigs ou marxistes, il faut faire pour les idées civiques, républicaines, monarchomaques, radicales ou tyrannicides le même travail que Glenn Burgess sur l'absolutisme comme sur la Common Law, ou que Colin Davis sur les utopies ou sur le rapport entre liberté et religion, travail qui consiste à reconstituer les idiomes politiques de l'époque pour tenter de les comprendre autant que possible de l’intérieur59. Il serait ridicule de faire semblant de penser comme un Niveleur du XVIIe siècle, mais efforçons-nous, par respect pour ces hommes au courage intellectuel et physique souvent exceptionnel, de comprendre comment s’organisait leur monde mental, et seulement ensuite leurs constructions idéologiques. C'est en associant histoire des mentalités et histoire des idées qu'on affinera au mieux cette compréhension. Il faut accepter le principe de travailler sans noms propres, sur des corpora comme celui des newsbooks ou des reportages versifiés qui sont à l'origine du journalisme anglais dès le règne d'Élisabeth. Plus polémiquement encore, ajoutons qu'il ne sert à rien d'être historiciste, néo- ou archéo-, ou contextualiste, puisque de toute façon, depuis la Chute, dans ce monde sublunaire que domine la mutability, nous vivons dans l'histoire et non au-dessus ou au-delà.

Notes

1 Alan Macfarlane, ed., The Diary of Ralph Josselin, 1616-1683, Oxford, OUP, for the British Academy, 1991 (1976), (cité ensuite comme Josselin), p. 155. Je conserve la transcription de Macfarlane.

2 Josselin, p. 151.

3 En effet, il devait être invité à l'automne 1651 à prêcher à St-Paul's, Josselin, 5 October, 1651, p. 258.

4 Cité dans Joad Raymond, The Invention of the Newspaper : English Newsbooks 1641-1649, Oxford, Clarendon, 1996 (ensuite : Raymond, Invention), p. 69, note 234.

5 Joseph Frank, The Beginnings of the English Newspaper : 1620-1660, Cambridge, MA, Harvard UP, 1961 (en abrégé par la suite : Frank, Beginnings), ch. 3, pp. 43-44.

6 Richard Cust, dans les trois versions du même article : “News and Politics in Early Seventeenth-Century England”, Past & Present, no 112, août 1986, pp. 60-90 ; Margo Todd, ed., Reformation to Revolution, Londres, Routledge, 1993, pp. 232-51 ; et enfin Richard Cust, et Ann Hughes, eds, The English Civil War, collection Arnold Readers in History, Londres, Arnold, 1997, pp. 233-260, et notamment 253-255 pour un bilan équilibré du débat.

7 Lors du colloque du 10 mai 1997 sur les débuts du journalisme en Angleterre aux XVIIe et XVIIIe siècle, au Centre for English Studies de London University, Ian Atherton (département d’histoire de l'Université de Keele) a présenté une communication mettant en cause cette thèse, et soulignant combien les newsbooks les plus vendus pouvaient être consensuels et favoriser par conséquent le consensus politique ; la conclusion de Cust, dans les pages citées plus haut, ne rejette pas radicalement cette hypothèse.

8 Frank, Beginnings, ch. 3, pp. 34-36.

9 Raymond, Invention, p. 69.

10 Voir les remarques de Joad Raymond à ce sujet dans Raymond, Invention, p. 71.

11 Raymond attribue ce newsbook à l'ancien acteur John Harris, l'une des brillantes figures du parti républicain à ses débuts, Raymond, Invention, p. 68.

12 Je dois à Jean-Christophe Mayer, du C.E.R.R.A. de Montpellier d'avoir pu faire ce rapprochement, qu'il en soit ici remercié. Robert Doleman, [= Robert Persons (ou Parsons), SJ, William Allen, Sir Francis Englefield and Richard Verstegan], A Conference about the Next Succession to the Crowne of Ingland, Divided into two Partes, whereof the first conteyneth the Discourse of a Civill Lawyer, how and in what Manner Propinquity of Blood is to be preferred. And the second the Speech of a Tempo rall Lawyer, about the Particuler Titles of all such as do or may pretende within Ingland or without, to the next Succession, N, 1594 (STC 19398 ; A&R 167). Une réédition sous le même titre est attestée par Wing en 1681, mais en 1648 l'imprimeur Ibbitson édite un ouvrage intitulé Severall Speeches made at a Conference, que Wing (P573 et 573A) range aussi sous le nom de Parsons ; or Ibbitson, imprimeur proche du conseil de l'Armée Nouveau Modèle, fut aussi l'éditeur d’une série de comptes rendus du procès du roi (Collections of Notes...) portant l'imprimatur de Theodore Jennings, le collègue de Mabbott, alors que celui-ci donnait son imprimatur à l'autre série connue, le Perfect Narrative..., et Continuation of the Narrative... (voir plus bas).

13 Thomason date son exemplaire du 3 février 1647, or il utilisait l'ancien style dans ses datations.

14 On ne trouve aucune mention de ce phénomène de plagiat inspiré dans les travaux jusqu’ici consacrés au Moderate : David Brewster, & Roger Howell, “Reconsidering the Levellers : the Evidence of The Moderate”, in Past & Present 46 (février 1970), pp. 68-86 ; Jürgen Diethe, “The Moderate : Politics and Allegiances of a Revolutionary Newspaper”, in History of Political Thought 4 :2 (été 1983), pp. 247-279 ; Christian Dean Horsfield, “The Moderate, the Levellers and the English Civil War : Aspects of a ‘Revolutionary’Newspaper's Reaction to Events”, Thèse de MA inédite, Norwich, University of East Anglia, 1996 ; je remercie le Professeur Colin Davis, de Norwich, de m'avoir communiqué ce texte.

15 Moderate (20), 28 novembre 1648, sig. V r°-V v° ; honnis le passage sur l'origine populaire du gouvernement, ce texte reprend en le synthétisant, mais avec une grande fidélité à la lettre, le début du chapitre 1 de la première partie de la Conference, pp. 1-3.

16 Moderate (21), 5 décembre 1648, sig. X r°-X v° ; Conference, I, 3, p. 38.

17 Moderate (23), 19 décembre 1648, sig. Aa r° ; Conference, I.

18 Moderate (11), 26 septembre 1648, sig. L r°-v°.

19 Moderate (23), sig. Aa v° ; Conference, I.

20 Moderate (25), 2 janvier 1649, sig. Bb r° ; Conference, I,.

21 Voir par exemple A True Relation of what Passed in Constantinople in August last, about the Deposing of the Great Emperour Sultan Hibrahim, and the Crowning of his Sonne Sultan Mehemet in his Place, Londres, 1648, dont Thomason acquiert la deuxième édition (E.473 [19]), contrairement à ce qui ressort du catalogue de Wing (T3081).

22 Moderate (20), sig. V3 r°-v°.

23 Moderate (21), sig. X2 r°-v°.

24 Moderate (21), sig. X3 v°-X4 r°.

25 Moderate (22), 12 décembre 1648, sig. Y2 v°.

26 Moderate (22), sig. Y.

27 Moderate (21), sig. X v°-X2 r°.

28 Moderate (22), sig. (y) r°-(y) v° et Raymond, Invention, p. 175, dans son étude comparée des comptes rendus de la purge par les newsbooks dans 168-179.

29 Moderate (26), 9 janvier 1648/9, sig. Cc4 r°-v° sur l'ordonnance du Parlement de Paris du 6 janvier 1649 (stilo novo) et la fuite du roi à Saint-Germain trois jours plus tard.

30 Moderate (24), 26 décembre 1648, sig. Aa2 v°-Aa3 r°.

31 Moderate (38), 3 avril 1649, sig. Pp3 v° ; Moderate (39), 10 avril 1649, sig. Qq3 r°-v°.

32 Selon Raymond, Invention, p. 69, Mabbott est peut-être lui-même l'auteur du Narrative. Cette hypothèse semble fort vraisemblable, tant les comptes rendus du Moderate sont proches de ceux du Narrative.

33 Raymond, Invention, pp. 37, 66, 69.

34 Collections of Notes (1) taken at the Kings Tryall, at Westminster Hall, On Saturday last, Janua. 20. 1648. And the Charge of High-Treason Read against the King. With the severall Speeches Made by the King, the Lord President, and the Councell which exhibited the Charge against him. Which Notes were taken by H. Walker, who was present at the Tryall that day, Theodore Jennings imprimatur, Londres, Ibbitson, 20 January 1648/9, pp. 2-3.

35 A Perfect Narrative (1) of the whole Proceedings of the High Court of Justice in the Tryal of the King in Westminster Hall, on Saturday the 20. and Monday the 22. of this instant January. With the several Speeches of the King, Lord President, and Solicitor General. Published by Authority to prevent false and impertinent Relations, Londres, John Playford, 23 January 1648/9, p.8.

36 Narrative (1), p. 8.

37 Notes (1), pp. 3-4.

38 Narrative (1), p. 8 ; Notes (1), p. 6.

39 Narrative (1), p. 6 ; Notes (1), p. 5.

40 Luc Borot, “L’exégèse républicaine de l'Ancien et du Nouveau Testament chez James Harrington (1611-1677)”, in Guido Canziani et Yves Charles Zarka, eds, L'interpretazione nei secoli XVI e XVII, Milan, Franco Angeli, 1993, pp. 641-659.

41 Kingdomes Weekly Intelligencer (297), 6 février 1648/9, p. 1244. Les mêmes propos sont rapportés dans le no 202 du Moderate Intelligencer du 1 février 1649, p. 1873.

42 Perfect Weekly Account, January 26, p. 361.

43 Moderate Intelligencer (201), 25 janvier 1649, p. 1850.

44 Moderate Intelligencer (201), p. 1858.

45 Moderate Intelligencer (202), 1er février 1649, p. 1866.

46 King Charls his Speech Mode upon the Scaffold at Whitehall-Gate, Immediately before his Execution... With a Relation of the maner of his going to Execution. Published by special Authority, Londres, Peter Cole, 1649 (Thomason a biffé le 9 de 1649 pour lui substituer un 8), sans mention d’imprimatur, ce qui est étonnant si le texte est publié “by special Authority” comme il le prétend. Ce pamphlet n'est pas catalogué par Wing, qui indique en revanche deux autres titres : K552, K554A.

47 Moderate (30), 6 février 1648/9, sig. Gg r°.

48 Moderate (30), sig. Gg3 r°-v°.

49 Moderate (30), sig. Gg3 v°.

50 King Charls his Speech, pp. 3-4.

51 King Charls his Speech, p. 4 ; Moderate (30), sig. Gg3 v°.

52 Kingdomes Weekly Intelligencer (297), p. 1241.

53 Perfect Weekly Account, 6 février 1648/9, p. 373.

54 Voir par exemple l'illustration des pages 130-131 de Taylor Downing and Maggie Millman, Civil War, Londres, Collins & Brown et Channel Four, 1991.

55 Moderate Intelligencer (202), p. 1874.

56 Moderate (30), sig. Gg4 v°. Le texte est le même dans tous les documents.

57 Millman et Taylor, Civil War, p. 134.

58 Sean Kelsey, Inventing a Republic. The Political Culture of the English Commonwealth, 1649-1653, Manchester, Manchester UP, 1997.

59 J.C. Davis, Utopia and the Ideal Society. A Study of English Utopian Writing, 1516-1700, Cambridge, CUP, 1981. “Religion and the Struggle for Freedom in the English Revolution”, Historical Journal (35 :3), September 1992, pp. 507-30 ; Glenn Burgess, Absolute Monarchy and the Stuart Constitution, New Haven et Londres, Yale UP, 1996.

Auteur

Professeur à l'Université Paul-Valéry (Montpellier III) et participe au Centre d'Etudes et de Recherches sur la Renaissance Anglaise. Il est aussi membre de l'Institut Universitaire de France. Spécialiste des idées politiques et religieuses au XVIIe siècle, il est notamment l'auteur de travaux consacrés à Hobbes et à Harrington.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540