Version classiqueVersion mobile

Histoire et secret à la Renaissance

 | 
François Laroque

Avant-propos

François Laroque

Texte intégral

1Les études qui suivent sont une sélection des communications présentées aux deux colloques organisés à l’Institut du Monde Anglophone par le Centre de Recherche I.R.I.S. (Imaginaire, Représentations, Idéologies, Société dans l’Angleterre des XVIe et XVIIe siècles) au cours des années 1995 et 1996 sur les thèmes “Histoire et mémoire dans l’Angleterre des XVIe et XVIIe siècles” et “Le secret à la Renaissance”.

2En dehors de leur champ chronologique commun (la période 1550-1650), ces différents travaux sont réunis par un même souci d’ouverture méthodologique et par l’intérêt qu’il y a de lire la littérature de cette époque à la lumière des mentalités et de l’arrière-plan historique, politique ou philosophique.

3Qu’il s’agisse de grandes œuvres, comme les pièces de Shakespeare, ou de textes moins connus voire obscurs, les auteurs apportent un éclairage original qui permet d’aborder la littérature à partir du contexte ou le politique en fonction de l’esthétique. Ces différents dialogues entre des disciplines diverses et des œuvres de statut différent se veulent une contribution au décloisonnement des spécialités et une ouverture, parfois en forme d’interrogation, sur des champs de savoir multiples.

4La première partie de cet ouvrage s’intéresse à la question de l’Histoire et de la Mémoire à la Renaissance. Non pas à partir des deux tétralogies historiques de Shakespeare, qui retracent la crise de la royauté et de la société anglaises à l’aube de l’ère moderne, car elles ont déjà été amplement commentées sous cet angle à partir de prismes idéologiques aussi divers que divergents, mais l’Histoire telle qu’elle est représentée ou répercutée dans la mémoire. L’exemple choisi est celui de Jules César, personnage souvent discuté et devenu quasiment cas d’école à l’époque, et auquel Shakespeare consacre une tragédie célèbre en 1599. Il s’est donc agi, à propos d’un homme, d’un moment historique ou d’une œuvre, de comprendre et de suivre ces entrelacs subtils de la mémoire et de l’événement qui font retour dans les mentalités comme dans les textes qui en portent témoignage.

5Dans une étude liminaire, Franck Lessay analyse ce qu’il appelle “l’impossible césarisme” dans l’Angleterre du XVIIe siècle, pour constater un certain nombre de silences et de blocages autour de la notion de césarisme que l’historien allemand Mommsen a défini comme l’“association de la libre évolution populaire et du pouvoir absolu” (p. 10). Richard Wilson voit, dans la pièce qui est jouée lors de l’ouverture du théâtre du Globe en 1599, une œuvre prémonitoire. Pour les prophètes et les astrologues qui veulent trouver dans le passé les germes ou les augures de la guerre civile qui ravage le pays au milieu du XVIIe siècle, le sang de boucherie versé sur la scène, analogue en cela aux rites cannibales souvent cités comme métaphores des guerres de religion en France, constituait les prémices du sacrifice sanglant du souverain, le roi Charles Ier, exécuté à Londres en 1649. L’assassinat de César au théâtre répéterait ainsi le sacrifice rituellement célébré par les anciens Romains lors de leurs inaugurations. De son côté, Lois Potter s’intéresse à la question de l’intertextualité et aux ramifications de la mémoire, historique et littéraire, qui unissent des pièces comme Jules César et Hamlet ou encore Jules César, Antoine et Cléopâtre et Coriolan. Au gré des différents retours de l’histoire dans la mémoire et dans les textes qu’elle analyse, elle pose la question de savoir si ces résonances internes et ces jeux de correspondances, à la fois clairement décelables et tissés d’une certaine ambiguïté, sont liés à l’intention ou à la réception.

6Les deux articles suivants, respectivement signés par Michael Hattaway et Line Cottegnies, sont de nature différente et passent au crible l’approche critique connue sous le nom de “New Historicism”, laquelle, sous l’impulsion de son chef de file Stephen Greenblatt, a jusqu’ici été principalement appliquée à la Renaissance. Hattaway démonte une partie de ses présupposés philosophiques en relevant sa tendance à agglutiner certaines notions-clés ou métaphores obsédantes empruntées à diverses sciences et techniques comme la géologie, l’électro-physique, la balistique ou l’informatique. Line Cottegnies, quant à elle, montre le peu d’impact qu’a eu jusqu’ici en France ce mouvement, où il ne semble avoir rencontré que scepticisme et indifférence, en dépit du fait, ou peut-être précisément parce qu’il s’inspire des idées de Fernand Braudel, de Michel Foucault ou de Pierre Bourdieu. À ses yeux, cette école critique reflète l’environnement social, institutionnel et intellectuel dans lequel il est né, la Californie du début des années 1980.

7Les questions qui touchent à la question du Secret, de l’intimité ainsi qu’à leurs contraires ou compléments, le dévoilement et l’ostentation, sont abordées en deuxième partie. Bernard Tannier, qui présente le difficile dossier de “L’hermétisme à la Renaissance”, montre clairement les liens entre secret et arts de la mémoire aux yeux des humanistes et des néo-platoniciens. L’hermétisme était une “religion syncrétique” souvent requise pour les initiations aux mystères de la connaissance et de la révélation telles qu’elles étaient représentées à l’époque dans ces milieux. Michel Senellart aborde ensuite la question de l’art du secret en politique, art lié aux préceptes de Machiavel sur la manière de simuler et de dissimuler, et retrace son évolution ultérieure. “Avec le discours de la raison d’État”, conclut-il, “la virtuosité du prince habile cessera d’être la clé du jeu politique et l’action souveraine, tout en se déployant symboliquement sur la scène d’une théâtralité réglée, se retirera dans l’espace interdit des arcanes ou mystères d’État” (p. 104).

8“Les enjeux économiques du secret dans l’Angleterre de la Renaissance” sont longuement analysés par Martine Azuelos, qui procède à partir des parentés étymologiques entre les mots latins mysterium et ministerium pour aboutir à l’anglais “mystery”, qui signifie à la fois mystère et métier. Elle dévoile ainsi les affinités profondes et anciennes qui existaient entre les secrets des corporations, toujours très vivantes dans l’Angleterre du XVIe siècle, et les solidarités confraternelles et professionnelles de ces communautés d’artisans. Plus tard, l’évolution détachera le secret professionnel du monde économique pour “s’affirmer en tant que connaissance relevant d’un domaine spécifique” (p. 125).

9Avec son érudition habituelle, Jean-Claude Margolin se penche sur la question des usages à la fois savants, politiques et littéraires de la “cryptographie à la Renaissance”, également connue à l’époque sous le terme de “stéganographie”. Partant de l’utilisation du chiffre par la République de Venise pour ses dépêches et ses messages secrets, il montre que le proverbe latin “numina nomina” trouvait des applications aussi diverses qu’ingénieuses dans les œuvres de Jean Trithème, Béroalde de Verville ou Rabelais. Secret et hiéroglyphes semblent avoir partie liée à la Renaissance, comme l’explique Delphine Lemonnier dans un article où elle revient sur la fascination que l’écriture des Egyptiens exerçait sur les humanistes. Elle montre que c’est sans doute aux hiéroglyphes que l’on doit la naissance des emblèmes, dans lequels humanistes et grammairiens avaient cru retrouver un peu de l’unité perdue entre langage et image, icône et signe. Il s’agit sans doute de l’un des contresens les plus fertiles de l’histoire, si l’on s’avise en effet de la vogue extraordinaire qu’allait connaître la littérature emblématique à la Renaissance.

10Pour ce qui est du versant à proprement parler littéraire de cette seconde partie, Marielle Khoury et Line Cottegnies abordent deux facettes différentes de la notion de secret dans la littérature des XVIe et XVIIe siècles (poésie et Masques de Cour). Marielle Khoury, dans une étude consacrée à l’esthétique des larmes chez le poète jésuite Robert Southwell, ré-examine sa tentative de convertir les larmes profanes du pétrarquisme en larmes pénitentielles ou dévotes vouées à l’amour divin. Line Cottegnies, qui parcourt un champ beaucoup plus vaste allant de l’allégorie au roman à clé au XVIIe siècle, montre que si la littérature royaliste au temps de la guerre civile révèle une véritable obsession du secret, le contrôle de l’image absolutiste de la monarchie au sein de l’esthétique nouvelle du Masque de Cour allait, grâce à la technique de l’allégorie visuelle, permettre de se libérer de la notion de secret en faveur d’une rhétorique baroque de l’ostentation.

  • 1 Publiée ici avec l'aimable autorisation de la revue Études Anglaises.

11La dernière partie traite de Shakespeare et du secret. John Kerrigan analyse le modus operandi du secret dans Twelfth Night et il montre comment ce thème fait écho aux idées contemporaines sur l’indiscrétion, les rapports hommes-femmes ou encore sur l’attitude des maîtres à l’égard des domestiques. Pierre Iselin, dans une belle étude consacrée à “Hamlet ou la rhétorique du secret”1 montre que la pièce-phare de Shakespeare se construit autour du secret, de l’énigme, de la désinformation et des écoutes clandestines. Pour lui, le secret dans Hamlet n’est autre que la “zone frontalière du dit et de l’inter-dit, du langage et de la mort” (p. 198). La notion de secret parcourt en effet tout l’espace de la pièce, qui s’étend des antichambres cachées où l’on épie et surveille, à la question de la sexualité, à la fois refoulée, honteuse et œdipienne, jusqu’à l’outre-tombe d’où le spectre revient pour lever le secret de sa mort désormais scellé par un serment avec son fils, le prince déshérité. Scènes rapportées, sous-entendus obscènes ou satiriques, ou encore indicibilité de la douleur vécue jusqu’à la folie, tout dans cette tragédie suggère qu’une partie de ses impasses et de son insondable secret procède d’une vision “du fragment, du non-sens ou du paradoxe” (p. 209).

12Richard Wilson propose, pour conclure, une lecture audacieuse de ce qu’on a appelé “les années perdues” de la vie de Shakespeare, c’est-à-dire la période située entre 1584 et 1590. Il suggère que le futur génie du théâtre a commencé par s’enrôler au côté des Jésuites pour mener avec eux la campagne de conversion au catholicisme dans le Lancashire, au nord du pays. Il aurait ainsi mené une existence clandestine sous le nom de William Shakeshafte, avant que cette armée de la foi ne soit démantelée par les services secrets de la couronne. En se voyant ainsi écarté de la “voie royale” d’un martyre glorieux, analogue peut-être à celui que connut le poète-Jésuite Robert Southwell, Shakespeare devait repartir pour Londres, papiste converti en professionnel de la scène. Dans ce que Richard Wilson nomme son “existence fantomatique d’auteur”, il allait construire un monde hanté par le secret, les “rois des ombres” (À Midsummer Night’s Dream) ou autres “dukes of dark corners” (Measure for Measure). Contrairement à ses contemporains Ben Jonson, Fletcher ou Middleton, qui conjuguent scepticisme et lucidité pour mieux fustiger les travers de l’imposture ou du charlatanisme, l’œuvre dramatique de Shakespeare est enracinée dans la représentation d’un monde secret, plus ténébreux parfois que l’ombre du confessionnal. Ce culte et cette culture du secret ont à ses yeux partie liée avec la discipline et les rites d’un catholicisme anglais fanatique et persécuté.

13On pourra naturellement remettre en cause telle hypothèse ou théorie, mais le but de ces études qui se répondent et parfois s’interpellent, est de proposer des lectures entrecroisées du monde politique, économique, idéologique, ou esthétique, tel qu’on le connaît ou qu’on le découvre dans les textes ou l’iconographie contemporaine, à l’époque de la Renaissance. Ces points de vue, qui ont été appréciés, commentés, discutés, parfois de manière assez vive, au cours des échanges auxquels les colloques ont donné lieu, fournissent une idée de la diversité et de la complexité de ce champ d’études qui paraît avoir encore de beaux jours devant lui.

14Je suis donc heureux de livrer ici au lecteur curieux le résultat, peut-être un peu foisonnant et divers, des travaux de cette jeune équipe qui ont pu voir le jour grâce au soutien du Conseil Scientifique de l’Université de Paris et du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, que je remercie très vivement au passage.

15Je forme pour finir l’espoir que cet ouvrage permettra d’éveiller des vocations, d'aider à de nouveaux élans ainsi qu’à défricher ou à mieux déchiffrer certains aspects encore mal connus de l’histoire et de la littérature de l’Angleterre de la Renaissance.

Notes

1 Publiée ici avec l'aimable autorisation de la revue Études Anglaises.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search