Version classiqueVersion mobile

Vers une renaissance anglaise ? Dix ans de politique travailliste de la ville

 | 
Sylvie Nail
, 
David Fée

New Labour et Birmingham : frein ou moteur de la renaissance ?

David Fée

Résumé

This article seeks to go beyond official documents and the New Labour government’s rhetoric on urban renaissance. In it, the author tries to assess the reality of urban renaissance at a local level on the basis of field work and interviews. He focuses on Birmingham, the second largest city in England, a city often held by the government as an example of its successes in the urban field since 1997. The city has indeed come a long way since the 1970s when it underwent a rapid process of de-industrialisation and lost thousands of inhabitants. It has rebuilt its city centre, been awarded prizes for the quality of its new architecture and public domain, has turned its industrial heritage into cultural assets and sought to attract new residents to its core. However, although its physical transformation mirrors all the principles advocated by New Labour, it owes nothing to New Labour. Indeed, the author shows that the rebirth of Birmingham started in the early 1980s when the then local authorities became aware of the need to regenerate central Birmingham in order to kickstart the economic regeneration of the city as a whole. Furthermore the article demonstrates that far from enjoying a full-blown renaissance, Birmingham falls short of meeting some key targets set by New Labour such as decent housing and population growth. Surprisingly, these failures can be put down to New Labour’s national policies that often contradict and hinder the requirements placed on local authorities by the central government.

Texte intégral

1 Tony Blair a été élu en 1997 sur un programme faisant une part étonnamment restreinte à la politique de la ville (New Labour, 1997 : 26). Néanmoins, avant même la fin de son premier mandat, celle-ci est devenue une des priorités gouvernementales et ses dernières années de gouvernement ont été ponctuées par toute une série de rapports officiels, de politiques et de mesures consacrées à la ville et au milieu urbain (voir introduction).

2Tous ont en commun de vanter les mérites des gouvernements Blair et d’affirmer les bienfaits des politiques sociales et économiques conduites entre 1997 et 2007, qui auraient, selon leurs auteurs, permis l’épanouissement d’une véritable renaissance urbaine (ODPM, 2004 a : 3).

3Inversement, les années de gouvernement conservateur sont dépeintes de manière négative, l’accent étant placé sur le déclin dont auraient souffert les villes durant les mandats de leurs prédécesseurs (DETR, 2000 a : Foreword). Ces déclarations sont à replacer dans un contexte caractérisé par le déclin, après 2001, du soutien traditionnellement accordé par les électeurs citadins ouvriers au parti travailliste (Butler and Kavanagh, 2001 : 257). Il est donc tentant d’y voir une tentative pour les convaincre que les villes anglaises n’ont pas été délaissées depuis 1997 et ainsi les ramener dans le giron du parti. Quoi qu’il en soit, ces déclarations sont à prendre avec précaution.

4Nous nous intéresserons donc à un cas particulier, à savoir Birmingham dans les West Midlands, afin de tenter d’évaluer dans quelle mesure l’évolution de la seconde ville d’Angleterre entre 1997 et 2007 illustre et confirme les déclarations des gouvernements Blair. Birmingham a en effet connu une véritable métamorphose et parcouru un long chemin depuis les années 1960. Il reste cependant à déterminer si cette transformation peut être portée au crédit des Travaillistes. Afin d’apporter des éléments de réponse, nous résumerons brièvement le programme de renaissance urbaine des gouvernements Blair afin de définir les paramètres à l’aune desquels nous pourrons évaluer les changements survenus à Birmingham. Puis nous brosserons le portrait de la ville, des défis auxquels elle a été confrontée ainsi que des échecs et succès locaux. Enfin, nous soulignerons les tensions entre politique nationale de la ville et choix municipaux avant de proposer quelques conclusions.

Renaissance urbaine

5Il est notoirement difficile de définir et d’évaluer les politiques de la ville (Atkinson, 1999 ; Cullingworth and Nadin, 2002 : 290). Pour faire vite, celles-ci peuvent être interprétées comme la tentative de façonner le lieu où nous vivons et, contrairement à d’autres politiques sociales identifiées à un problème particulier, elles se définissent par les lieux dans lesquels ces problèmes s’expriment (Imrie, 2003 : 223). Le parti travailliste s’est efforcé de se démarquer de ses prédécesseurs en résumant ses politiques de la ville en une formule : renaissance urbaine. Cette expression s’inscrit dans une longue série de slogans officiels qui ont ponctué les cinquante dernières années : « reconstruction » durant l’après-guerre, « revitalisation » dans les années 1960, « rénovation urbaine » dans les années 1970 (axée sur la lutte contre l’insalubrité), « redéveloppement » dans les années 1980 (conduite par l’entreprise privée), pour finir par « régénération » dans les années 1990.

  • 1 “The evidence is that in all our major cities, there has been a renaissance in building, developme (...)

6En dépit de l’usage répété fait par les responsables politiques travaillistes de ce terme depuis 1999 (voir introduction), force est de reconnaître que la renaissance urbaine demeure un concept difficile à cerner. Elle contient une référence implicite à l’histoire occidentale et implique un déclin urbain antérieur à 1997. L’ambiguïté de ce concept, en apparence simple, tient au fait qu’il recouvre plusieurs politiques. Comme les précédentes politiques de la ville, la renaissance urbaine des Travaillistes possède une dimension physique1 (Hansard, 2006). Cependant, comme l’a démontré la création de la Social Exclusion Unit en 1997, la renaissance urbaine inclut également un puissant volet social visant à porter la qualité des services dans les localités les plus pauvres du pays au niveau des meilleures (DETR, 2000 a : § 2.38). Enfin, on ne saurait oublier la dimension sociétale de la renaissance urbaine, car à travers elle, c’est la perception par les Anglais de la ville que le gouvernement cherche à changer (ODPM, 2002 : 19).

7Une autre difficulté tient au flou de la dimension géographique de la renaissance urbaine. Selon les déclarations et les documents étudiés, son acception semble parfois recouvrir le domaine étroit de l’inner city seul pour souvent s’étendre au-delà des centres, à l’ensemble de la zone urbaine. De même, alors que le terme est souvent associé à l’ensemble des villes anglaises (DETR, 2000a : § 7.1), son usage est parfois limité aux grandes villes et conurbations les plus touchées par la désindustrialisation (Hansard, 2006).

  • 2 “A holistic approach encompassing the physical, social, economic and environmental aspects of rege (...)

8Peut-être la définition la plus fiable, car la plus large, pour étudier la ville de Birmingham est-elle celle donnée dans un rapport publié en 2002 par le cabinet du vice-Premier ministre de l’époque, à l’issue d’un an de recherche : « une approche globale incluant les aspects physiques, sociaux, économiques et environnementaux de la régénération2 (ODPM, 2002 : 16).

  • 3 “A more balanced economy with a more even distribution of economic opportunity and income within c (...)

9Si le chemin qui doit conduire à la renaissance urbaine est clairement balisé dans les documents gouvernementaux (DETR, 2000 a), son évaluation n’en reste pas moins problématique (voir l’article de C. Wong). Bien que les rapports officiels soient rédigés sur un ton confiant et insistent sur la possibilité de mesurer le progrès à l’aune des objectifs fixés et des indicateurs officiels (DETR, 2000 a : § 7.32), nombreux sont ceux qui ne partagent pas cet optimisme. Certains ont souligné l’impossibilité de s’accorder sur les critères d’évaluation et la subjectivité de l’exercice (ODPM, 2002 : § 4.2) ou la difficulté de jauger les résultats (outcome) par opposition aux rendements (ouput) (ODPM, 2002 : § 7.5). D’autres ont pointé les difficultés conceptuelles et pratiques qu’il y a à définir des catégories et des objectifs (Cullingworth, 2002 : 314-318), bien que la Urban Task Force s’y soit risquée3 (UTF, 1999 : 311).

10Cependant, l’appréciation de la transformation des villes anglaises a été récemment facilitée par la constitution d’un ensemble d’indicateurs-clés par l’équipe mandatée par le gouvernement pour rapporter sur les progrès et les prestations urbaines, comme le Livre blanc sur la ville s’était engagé à le faire sous cinq ans (DETR, 2000 a : § 1.1.2). La base de données State of the City Database, utilisée par les auteurs du rapport gouvernemental de 2006 (ODPM, 2006 b : 155-158), inclut 64 indicateurs allant de la classe sociale à la superficie des espaces verts, en passant par le pourcentage de logements sociaux classés insalubres et couvre quatre grands thèmes qui reflètent censément les ambitions des gouvernements travaillistes, tout autant que l’analyse universitaire de la situation urbaine : cohésion sociale, compétitivité économique, qualité de vie et gouvernance (ODPM, 2006 a, § 1.1.1).

11Parmi les indicateurs mis au point par les auteurs du rapport de 2006, il a paru pertinent de retenir ceux de la croissance démographique et du logement pour mesurer la renaissance urbaine de Birmingham sous le New Labour de Tony Blair dans le cadre de cet article, car ils sont reconnus comme des indicateurs fondamentaux (ODPM, 2002 : § 3.3). La régénération du centre ville sera également prise en compte, dans la mesure où la transformation physique des villes constitue un pan majeur du Livre blanc.

Birmingham, ville emblématique

12Le choix de Birmingham pour mettre en lumière l’ambiguïté des politiques de la ville sous Tony Blair tient au statut emblématique conféré à la capitale des West Midlands par les Travaillistes. Comparée à Manchester, dont la métamorphose a fait l’objet d’innombrables articles et ouvrages enthousiastes (Peck and Ward, 2002), Birmingham a été délaissée par la presse nationale. Cette indifférence met encore davantage en exergue la place centrale que la ville occupe dans la communication du New Labour en matière de politique urbaine. En effet, plus que toute autre métropole anglaise, Birmingham a été vantée par les Travaillistes et dépeinte comme l’éclatant exemple du succès de leur politique de la ville.

  • 4 “The centre of Birmingham is exactly the type of impression of Britain we want people to take away (...)
  • 5 “I am delighted to be here in Birmingham today. The city that has been rebuilt-and what a differen (...)

13Les gouvernements de Tony Blair ont cherché à améliorer l’image nationale et internationale de la ville en la retenant pour accueillir diverses manifestations d’envergure telle que la conférence du G8 en 1998. À cette occasion, l’ancien Premier ministre Tony Blair n’a pas manqué de souligner combien le centre-ville de Birmingham reflétait les souhaits du gouvernement4. La tenue, quatre ans plus tard à Birmingham, du Sommet urbain (Urban Summit), manifestation fortement médiatisée destinée à rassembler de multiples acteurs dans le domaine des politiques de la ville, a offert au vice-Premier ministre de l’époque, John Prescott, une nouvelle possibilité de saluer la transformation physique de Birmingham, égale selon lui à une véritable reconstruction5 (The Guardian, 2002). Le célèbre architecte Lord Rogers, président de l’Urban Task Force et conseiller pour l’urbanisme auprès du maire de Londres, invité pour l’occasion, n’a pas hésité, quant à lui, à insister plus explicitement sur le lien entre politiques gouvernementales et régénération urbaine, déclarant :

  • 6 “Birmingham, one of the many cities where the local authority has embraced the concept of ‘urban r (...)

Birmingham, l’une des nombreuses villes où la municipalité s’est saisie du concept de « Renaissance urbaine ». Avec ses magnifiques canaux, ses espaces publics et bâtiments, Birmingham fait renaître la beauté de son centre [...] Comme nombre de nos villes, après des décennies de sous-investissement financier, mais aussi d’absence de réflexion, elle est en train de bâtir un centre qui attire les gens et les rassemble6.

  • 7 “What a great European city this is! Go and take a look! It’s been transformed into a city of the (...)

14L’organisation du congrès annuel de la Fédération nationale du logement (National Housing Federation), deux ans plus tard, a vu John Prescott marteler le même message et insister non seulement sur les transformations architecturales de la ville, la mise en valeur de son patrimoine industriel, mais aussi sur sa dimension européenne7 (The Guardian, 2004).

  • 8 Ceux-ci ont respectivement déclaré: “it is an extraordinary jewel of a city”, et “it’s a very impr (...)

15Enfin, des personnalités internationales, comme Bill Clinton, ou européennes comme Michel Barnier, alors commissaire européen pour la politique régionale, ont été invitées à venir découvrir de leurs propres yeux les « splendeurs » de la ville et à le faire savoir8 (BCC, 2003 : 14-15). Tous, on le notera, outre le fait qu’ils chantent les louanges de la ville, et donc indirectement du gouvernement, portent leur attention sur la seule transformation du centre-ville, ce qui soulève la question du sens véritable donné par les Travaillistes au concept de renaissance urbaine.

Birmingham ou les défis de la régénération

16Pour comprendre l’empressement des dirigeants politiques nationaux à s’emparer de l’image de Birmingham, il importe de mesurer le chemin parcouru. Avant d’être encensée pour sa métamorphose et prétendre au titre de ville réinventée, celle-ci a dû faire face à de nombreux défis et s’attaquer à des problèmes écrasants.

  • 9 Londres, étant composée de plusieurs autorités (boroughs), n’entre pas dans cette catégorie.
  • 10 Population de 5,33 millions en 1999.

17Ville de 993 700 habitants en 1997, couvrant une superficie de 267,8 kilomètres carrés, Birmingham est la plus vaste et la plus peuplée des autorités locales unitaires (unitary local authorities) d’Angleterre9. Elle se situe au cœur de la région des West Midlands10, et fait partie d’une conurbation de 7 metropolitan boroughs rassemblant 2,63 millions d’habitants en 1999. Le profil démographique de la ville est l’un des plus jeunes du pays, avec 23,4 % de moins de 16 ans and 44 % de moins de 30 ans (BCC, 2006 : 6) ; elle arrive en seconde place après Londres pour la proportion des minorités ethniques, avec 29,6 % (ONS, 2005).

18Depuis trois décennies, la ville a dû faire face à des problèmes majeurs, parmi lesquels la désindustrialisation, la fuite de sa population et les conséquences physiques des décisions prises en matière d’aménagement durant les années 1960.

  • 11 Entretiens réalisés à Brimingham en avril 2006 par l’auteur avec le city co-manager et le strategi (...)

19La fortune et l’économie de Birmingham ont longtemps reposé sur la production industrielle, grâce aux inventions d’hommes tels que James Watt et Mathew Boulton qui ont contribué à en faire « la ville de mille métiers » (city of a thousand trades) aux XVIIIe et XIXe siècles, avant que l’industrie automobile ne jette les bases d’une seconde révolution. Ceci explique que 75 % de la main-d'œuvre locale aient été employés dans l’industrie en 1900, et qu’en 1981 31 % le demeuraient (BCC, 2003 : 10). L’âge d’or de la ville s’est achevé au milieu des années 1960 et à compter de la fin des années 1970, la ville a connu une désindustrialisation rapide et profonde. De 1971 à 1984, 30 % de tous les emplois ont disparu (soit quelque 200 000 emplois), dont près de 90 000 entre 1980 et 1982 (BCC, 2003 : 8), principalement en raison de la récession dans l’industrie automobile. Le secteur des services, étant plus limité que dans d’autres grandes villes anglaises, n’a pas pu compenser ces pertes11 ; en conséquence, le chômage touchait jusqu’à 20 % de la population active au début des années 1980.

20L’effondrement de la base industrielle de la ville a induit de profonds bouleversements démographiques. Comme d’autres villes anglaises à compter des années 1950, Birmingham a enregistré une chute importante de sa population, compensée en partie par la natalité locale et l’immigration. Entre les recensements de 1981 et 2001, la diminution de la population, passée de 1,020 million à 984 600, a contribué à vider l’inner city ; ce déclin s’est reflété dans l’ensemble de la conurbation, avec une perte moyenne de 5 % des foyers chaque année entre 1981 et 1999, pourcentage plus élevé que dans les autres grandes conurbations (Champion, 2000 : 28).

  • 12 Department for Communties and Local Government, page consultée le 5 juillet 2006, Sustainable Comm (...)

21Le déclin démographique de la ville, souvent lié au départ des foyers les plus aisés vers les comtés ruraux environnants a, à son tour, généré une forte exclusion et polarisation sociale. Le centre-ville, ainsi que l’inner city qui l’entoure, se sont sensiblement appauvris, au point que 9 des 40 arrondissements (wards) de la ville comptaient en 2006 parmi les 10 % les plus pauvres d’Angleterre12 et que près de 40 % des foyers municipaux (contre 25 % en Angleterre) recevaient un revenu minimum d’insertion (income support) en 1996 (ODPM, 2004 b : 27). La crise économique qui a frappé Birmingham a été plus longue mais aussi plus sévère que dans d’autres villes du pays : alors que 7,9 % de la population anglaise étaient sans emploi en 1996, ce taux s’élevait toujours à 13,6 % dans la ville en 2001 (ODPM, 2004 b : 23). L’ampleur des difficultés sociales engendrées par la transformation de la base économique de la ville a été reconnue en 2001 lorsque Birmingham a été retenue par le gouvernement parmi les 88 autorités locales les plus pauvres du pays et à ce titre éligible au Neighbourhood Renewal Fund (SEU, 2001 : 13). Après Belfast, les deux circonscriptions connaissant le taux de chômage le plus élevé au Royaume-Uni sont Ladybrook and Sparbrook, deux sièges électoraux du centre de Birmingham.

  • 13 “I remember Birmingham being the epitome of modernity. I remember people making movies about the w (...)
  • 14 “A concrete jungle”.
  • 15 “A non-place bounded by motorways”.
  • 16 “Motorway madness”.

22À ces défis structurels est venu s’ajouter l’héritage physique de décisions d’aménagement prises dans les années 1960. Comme l’explique l’architecte Will Alsop (Kennedy, 2004 : 1), aucune autre ville anglaise n’incarne mieux l’utopie moderniste d’après-guerre13 Dans le cas de Birmingham, cette utopie a poussé les élus municipaux à raser une grande partie du tissu historique, bâtir des tours en son lieu et place, abandonner la ville à la voiture, reléguer les piétons dans des souterrains, et entourer le centre d’une autoroute surélevée en certains endroits. Avec le reflux de cette utopie, la ville, fréquemment décrite comme « une jungle de béton »14 (BCC, 2005 b : § 2.14), « un non-lieu entouré d’autoroutes »15 (Kennedy, 2004 : 1) s’est progressivement imposée aux Anglais comme l’incarnation des erreurs et de l’échec de l’aménagement urbain de l’après-guerre. Comme le résumait John Prescott en 2004, il était devenu urgent de la sauver de la « folie autoroutière »16 et de la rendre aux piétons (ODPM, 2004 a : 1).

Birmingham, ville phénix ?

  • 17 “There is a renaissance of cities. The centres are much better. No question about that. Birmingham (...)

23À maints égards, il serait tentant de voir dans le centre-ville de Birmingham un exemple éclatant de la renaissance urbaine encouragée par le New Labour, la preuve du succès du parti dans ce domaine, comme l’affirmait Lord Rogers en 200517 (The Guardian, 2005). En effet, la rénovation du centre-ville reflète toute la palette des principes défendus par la Urban Task Force dans son rapport (UTF, 1999) et repris dans le Livre blanc de 2000 (DETR, 2000a). En premier lieu, cette rénovation a été assurée par des partenariats, à savoir la collaboration des autorités municipales avec des acteurs locaux et surtout le milieu des affaires. Deuxièmement, l’accent a été placé sur l’amélioration du domaine public. C’est ainsi que Victoria Square (figure 1) situé devant la mairie, a été redessiné en 1992 afin de le transformer en un véritable espace public.

24Une nouvelle place, nommée Centenary Square (figure 2), a été créée devant le centre des congrès (ICC) (figure 4) en 1991 et de nombreuses rues ont été piétonnisées.

25Un soin particulier a été apporté aux nouvelles constructions afin de garantir la qualité du tissu urbain. Ces efforts ont été récompensés lorsque l’opération de Brindley Place (figure 3), déjà chaudement saluée par les critiques, a remporté le concours de design urbain en 2001, la municipalité recevant par la suite, en 2002, un prix pour la rénovation du centre-ville.

26Troisièmement, certains des bâtiments récents les plus spectaculaires, tels que le centre des congrès ou Millenium Point (figure 5), résultent de la volonté de la municipalité de réutiliser les terrains vagues industriels (brownfield sites).

27Quatrièmement, la ville a su tirer parti de son patrimoine industriel, à savoir son réseau de canaux (figure 6), et de ses nombreux bâtiments victoriens, telle que la galerie d’art contemporain IKON (figure 7) pour attirer les touristes et enclencher la régénération du centre.

28Cinquièmement, les nouvelles opérations immobilières comme Brindley Place (figure 3), ou comme le quartier des joailliers (Jewellery Quarter), se caractérisent par le basculement du zonage foncier traditionnel vers un usage mixte. Sixièmement, les opérations résidentielles dans le centre (city living), sont devenues un objectif majeur de la municipalité qui vise 10 000 nouveaux logements d’ici 2011 (BCC, 2005 : § 15.9) afin de créer une ville vivant 24 heures sur 24. Enfin, les équipements culturels et de loisir, souvent financés par l’Union européenne, tels que Symphony Hall, les musées de Jewellery Quarter ou Millenium Point (le plus grand centre européen de découverte des sciences et de la technologie) dans l’East Side, ont joué un rôle essentiel pour attirer les investissements étrangers et amorcer la régénération.

Figure 1 : Victoria Square. Photo David Fée

Figure 2: Centenary Square. Photo David Fée

Figure 3: Brindley Place. Photo David Fée

Figure 4 : ICC. Photo David Fée

Figure 5 : Millenium Point. Photo David Fée

Figure 6 : Canaux réhabilités. Photo David Fée

Figure 7 : IKON. Photo David Fée

  • 18 “Dying”.

29Malheureusement pour les Travaillistes, il s’avère, après enquête et entretiens auprès de responsables locaux, que la transformation du centre de Birmingham n’est pas tant le fruit des politiques urbaines du parti que la traduction de décisions prises par des élus visionnaires bien avant l’élection du New Labour (Barber, 2004 : 146). En bien des points, Birmingham préfigure les mesures que le gouvernement de Tony Blair devait prendre après 1997. Loin de débuter en 1997, la régénération du centre-ville a été engagée au début des années 1980 en réponse à la désindustrialisation rapide de la ville. C’est en effet dès 1984 que la mairie publie le document fondateur de la renaissance du centre, Priorities for economic Development in Birmingham, dans lequel elle suggère une quadruple stratégie : élargir la base du développement économique au-delà de l’industrie, soutenir les catégories de la population les plus désavantagées dans le cadre plus vaste de la régénération économique, mettre les ressources de la municipalité au service des priorités économiques et faire appel à un plus grand nombre de sources d’investissement (BCC, 2003 : 9). La régénération physique du centre y était considérée pour la première fois comme un catalyseur pour l’investissement privé et la municipalité y prenait la décision de transformer un centre-ville, décrit comme « moribond »18 (BCC, 2003 : Foreword), en un lieu destiné aux loisirs, commerces et activités culturelles (BCC, 2003 : 12).

Figure 8 : Rocade entourant le centre. Photo David Fée

30En 1987, la première conférence de Highbury (rassemblement régulier d’acteurs économiques, municipaux et sociaux locaux né du document fondateur) pointe les problèmes rencontrés par le centre-ville. Elle aboutit à la conclusion que la ville n’est associée à aucune image claire (Kennedy, 2004 : 3), que le collier de béton hérité des années 1960 engendre de la pollution, des embouteillages, qu’il étrangle le centre-ville et incite les investisseurs à déménager pour des emplacements plus attrayants, souvent sur des terrains vierges (greenfield sites) en banlieue (BCC, 2003 : 15).

31Le plan local d’urbanisme de Birmingham (Birmingham Unitary Development Plan), publié en 1993 et révisé en 2005, est la traduction de ces conclusions et décisions. Il prévoit, entre autres, d’améliorer la dimension visuelle du cœur de ville, de briser la rocade intérieure (figure 8) et d’étendre le centre sur la base de sept quartiers, de rénover le réseau des canaux (figure 6) pour en faire le point focal de la régénération et de mettre l’accent sur des opérations mixtes au lieu du zonage traditionnel (tous ces principes se trouvent dans le Livre blanc de 2000).

Seven Distinct Quarters Around The City Core

Figure 9 : Les sept quartiers. Source : Birmingham City Council

32La stratégie suivie par les autorités municipales pour mettre en œuvre ces résolutions est toujours demeurée la même. Dans un premier temps, elles se sont attachées à obtenir des fonds structurels européens (ERD funds) pour réaliser un certain nombre d’équipements-phares afin, dans un second temps, d’attirer les investisseurs privés, parfois soutenus par les aides de la loterie nationale. Que ce soit spontanément, comme pour les conférences de Highbury, ou sous la contrainte des directives et politiques urbaines des Conservateurs (comme pour City Pride en 1993), la municipalité a toujours cherché à rassembler au-delà des clivages de partis ou d’organisations et s’est toujours appuyée sur la consultation et la concertation.

33La transformation physique du domaine public, à laquelle appelle le Livre blanc de 2000, a donc débuté bien avant 1997. Conformément aux décisions prises en 1987, la régénération du cœur de Birmingham a été menée de manière organisée. Les sept quartiers centraux (figure 9) ont été, ou seront, réaménagés à tour de rôle, avec pour objectif la création d’une nouvelle centralité à l’échelle de la seconde ville britannique qu’est Birmingham et de la métropole européenne qu’elle ambitionne de devenir. Le premier quartier à bénéficier de l’intérêt des autorités municipales fut le quartier du centre des congrès (the Convention quarter). La municipalité ayant abouti à la conclusion que la présence du parc national des expositions près de l’aéroport ne bénéficiait en rien au centre-ville, elle décide en 1991 de bâtir un nouveau centre des congrès, en partie financé par l’UE, en bordure ouest du centre dans une zone jadis à l’abandon et quadrillée de canaux. Grâce à cette décision, la ville est devenue la capitale britannique des expositions et congrès, ce qui en retour a permis de diversifier sa base économique et de développer un puissant secteur financier et de services. La construction du ICC a conduit au réaménagement de l’espace public autour du bâtiment en 1991 tandis que la municipalité menait de front le réaménagement dans le centre ville de Victoria square (figure 1) et des rues environnantes. De fil en aiguille, ceci a conduit le secteur privé à investir autour de Paradise Forum, puis dans la zone adjacente de Brindley Place de 1993 à 2002, bâtie autour de bureaux, d’équipements de loisir, de commerces ainsi que de quelques unités résidentielles au bord des canaux. Le quartier offre donc un exemple éclatant de la spirale vertueuse de renaissance que le Livre blanc appelle de ses vœux (ODPM, 2000 : § 4.8).

34Encouragée par le succès du quartier des congrès, la municipalité a décidé de rénover les quartiers en bordure est du centre en s’appuyant sur la même stratégie, à savoir la transformation de l’espace physique (la rocade a été modifiée pour enlever la barrière entre le centre et le quartier) et la construction d’un bâtiment-phare avec l’aide des fonds européens dans l’espoir d’attirer le secteur privé. Mais alors que le quartier ouest s’est bâti autour des thèmes du tourisme d’affaires et de la culture, Eastside sera structuré autour de ceux de la connaissance (les bâtiments d’Aston University), des entreprises de nouvelles technologies et dans une moindre mesure de la culture (la nouvelle bibliothèque centrale). Millennium Point (figure 5), le bâtiment-phare inauguré en 2001, qui rassemble sous le même toit des équipements éducatifs (the University of the First Age), le musée de l’industrie et des sciences de Birmingham, un cinéma IMAX, ainsi qu’un centre de recherche technologique, a fait du thème de la connaissance le point fort du quartier.

35Dans le même temps, la municipalité engageait la régénération du quartier du Bullring (figure 10) qui, à la différence des deux premiers quartiers, repose sur la consommation. Entre 500 et 800 millions de livres ont été investis par le secteur privé pour remplacer l’ancien centre commercial du Bullring et le transformer en l’une des plus grandes zones commerçantes d’Europe. Le centre commercial, qui a ouvert ses portes en 2003, a permis d’augmenter de 25 % les surfaces commerçantes haut de gamme à Birmingham (BCC, 2003 : 14) et de créer quelque 8 000 emplois, mais fait l’objet de nombreuses critiques en raison de la privatisation d’espaces jadis publics (Kennedy, 2004 : 23).

36Dernier en date des programmes de régénération de la municipalité, le quartier des joaillers (Jewellery Quarter), une zone de 100 hectares, à 15 minutes du centre, comprenant des bâtiments industriels du 19e siècle, se veut différent des opérations précédentes. Un partenariat, rassemblant la municipalité, les résidents, les entreprises locales, a vu le jour en 2001 dans le but de créer un village urbain (urban village) de 2 000 logements (BCC, 2005 : § 15.68) (portant ainsi la population de 600 habitants à 4 000 actuellement), de renforcer la tradition locale de joaillerie et de mettre en valeur son patrimoine historique (cimetières victoriens, square Georgien).

Figure 10: The Bullring. Photo David Fée

37Même si la cohérence de ces opérations d’urbanisme fait encore débat (Kennedy, 2004 : 3), tous les intervenants et chercheurs s’accordent à reconnaître combien elles ont contribué à la renaissance du centre-ville. Cependant, celle-ci ne peut être mise au crédit des Travaillistes. La dynamique qui alimente la transformation du centre de Birmingham s’inscrit sur une plus longue échelle et trouve son origine dans des décisions prises il y a une vingtaine d’années.

Rhétorique décentralisatrice, pratique centralisatrice

38Bien entendu, la renaissance de Birmingham ne saurait se résumer à la simple régénération du centre-ville. Force est de constater qu’il demeure de nombreux obstacles à l’extension de cette dynamique à l’ensemble de la ville et que nombre de quartiers, en particulier l’inner city, n’ont pas connu de retombées positives (Power, 2006 : 1 et BCC, 2005 b : 2). Paradoxalement, il est possible de soutenir que les politiques travaillistes du logement empêchent la rénovation physique du centre de se transformer en véritable renaissance de la ville.

  • 19 “Communities that will stand the test of time and in which people want to live”.

39Le logement est indispensable à l’épanouissement d’une véritable renaissance urbaine et ce pour deux raisons. Tout d’abord, parce que des conditions de logement dégradées sont incompatibles avec l’objectif du gouvernement, exposé dans le Livre blanc de 2000, d’améliorer l’environnement urbain afin d’endiguer l’exode urbain (DETR, 2000 a : summary § 14). L’importance du logement parmi les politiques travaillistes de la ville a été réaffirmée en 2003 lors de la présentation par le gouvernement du second volet de son programme urbain. Le logement y occupe une place centrale dans la création de communautés durables (sustainable communities) (ODPM, 2003 : 11), à savoir des « communautés qui survivront à l’épreuve du temps et dans lesquelles les gens veulent vivre » (ODPM, 2003 : 2)19 Ceci implique soit de bâtir de nouvelles communautés (comme dans le sud-est de l’Angleterre où la pénurie de logements est criante), soit de rénover les logements qui ne sont plus aux normes comme c’est le cas à Birmingham. En outre, le logement est l’un des critères fixés par la SEU pour évaluer le succès des politiques de lutte contre l’exclusion sociale (SEU, 2001 : § 4.62) et à ce titre de la renaissance urbaine prise dans un sens plus social que physique. Or, ces objectifs gouvernementaux nationaux se révèlent en contradiction avec les objectifs fixés aux collectivités locales en matière de logement HLM et les politiques travaillistes apparaissent comme responsables de la dégradation de l’état du parc HLM à Birmingham.

  • 20 “The council remains among the weakest housing performers in the country, in comparison with other (...)

40Comme de nombreuses grandes villes anglaises de tradition industrielle, Birmingham possède un parc immobilier dégradé. Des études sur le logement ont montré une forte proportion de logements insalubres, estimés en 1995 à 47 720 pour le seul secteur privé sur un total de 400 000 logements environ et près de 10 % de logements surpeuplés. Quant au parc municipal, le plus vaste en Angleterre avec 80 000 HLM, il comptait 212 tours HLM structurellement inadaptées au logement, dont 100 vouées à la démolition. Onze ans plus tard, une commission indépendante présidée par Anne Power dressait un tableau accablant de la situation du logement à Birmingham20 (Power, 2006 : 3.21), et concluait que 60 % des logements HLM n’étaient toujours pas aux normes (ibid. : 1.4), que la situation s’était détériorée dans de nombreux quartiers depuis son premier rapport de 2003 (ibid. : 3.16) et que la polarisation entre l’inner city et le reste de la ville s’était accrue (ibid. : 2.12). Pourquoi ?

  • 21 “[...] to separate their landlord function from their strategic housing responsibilities”.

41Conformément aux engagements pris dans le Livre vert de 2000 et dans le programme électoral de 2001 de mettre aux normes tous les logements HLM avant 2010 (New Labour, 2001 : 14), 2,8 milliards de livres ont été promis aux collectivités locales par le vice-Premier ministre de l’époque, John Prescott (ODPM, 2003 : 3). Néanmoins, cette manne n’a pas été accordée sans contrainte, à savoir un appel renouvelé aux collectivités locales (comme sous les Conservateurs), à « dissocier leurs fonctions de propriétaires de leurs responsabilités stratégiques en matière de logement »21 (ODPM, 2003 : § 1.4), en d’autres termes, à se défaire de leur parc HLM. Dès 2000, trois possibilités leur avaient été offertes : le transfert de leur parc à une association bénévole pour le logement, le recours à un partenariat privé/public (private finance initiative) et, pour les autorités présentant de très bons résultats de gestion, une nouvelle option, la création d’un organisme de gestion à distance (Arms Length Housing Management Organisation), permettant au parc de rester propriété de la collectivité locale, privée cependant de sa gestion quotidienne (DETR, 2000b). Il était entendu pour le gouvernement que les collectivités locales qui n’accepteraient pas de se défaire de leur parc HLM ne pourraient prétendre aux 2,8 milliards promis (ibid. : 1.5). Tout transfert devait être avalisé par un vote des locataires, vote considéré comme acquis par le gouvernement, convaincu de l’impopularité des collectivités locales auprès de ceux-ci. Malheureusement pour les Travaillistes, les choses ne se sont pas déroulées comme prévu dans un certain nombre de collectivités locales, dont Birmingham.

42Entre le 18 mars et le 6 avril 2002, les autorités municipales organisèrent un scrutin portant d’une part sur le transfert de la totalité du parc immobilier HLM, soit près de 80 000 logements, à un nouvel organisme bénévole établi par la ville et de l’autre sur la démolition de quelque 24 000 logements. Les finances de la municipalité dans le domaine du logement étaient en effet déficitaires et il lui aurait fallu emprunter 1 milliard de livres pour mettre aux normes son parc immobilier (The Guardian, 2002 b), ce que la loi lui interdisait. C’est pourquoi elle tablait sur un emprunt auprès du secteur bancaire après transfert, ainsi que sur l’aide promise par le gouvernement. Cependant, contre toute attente, 65 % des 67 % de locataires ayant participé au scrutin se prononcèrent contre le transfert de leur logement (Power, 2006 : 2.7). Les projets du gouvernement se trouvaient donc compromis, voire symboliquement rejetés à Birmingham, premier propriétaire HLM de Grande-Bretagne.

43Le scrutin conduisit à la création d’une commission indépendante chargée de trouver des alternatives pour recueillir les fonds nécessaires pour rénover le parc municipal. Il eut aussi pour conséquence de révéler au grand jour les divergences au sein du parti travailliste. Alors que certains membres, tel Keith Hill, secrétaire d’État au logement, reprenait la ligne officielle du parti et déclarait le 28 janvier 2004 devant un comité parlementaire qu’il n’y aurait pas de quatrième option (The Guardian, 2004 d), d’autres, tel Franck Dobson, attaquaient la politique du gouvernement, l’accusant de prendre les locataires HLM en otages et soulignaient la contradiction dans la rhétorique gouvernementale entre encouragement des prises de décision locales et choix limité en matière de logement (The Guardian, 2004 b). Loin de retomber, la polémique continua à enfler jusqu’à s’immiscer dans les débats de la conférence du parti en septembre 2004. La direction fut désavouée ; une résolution, énonçant que les locataires ne devraient pas être pénalisés s’ils choisissaient de rester locataires HLM, fut mise aux voix et approuvée par les trois-quarts des votants (The Guardian, 2004 c). Cette défaite n’eut cependant aucune incidence sur la ligne ultérieure du gouvernement.

  • 22 “[...] regenerate sink estates”.

44Il est donc possible de soutenir que, loin de tenir l’engagement pris par John Prescott en 1998 à la conférence travailliste que le gouvernement « régénérerait les pires cités HLM »22, l’attitude inflexible de la direction du parti, s’agissant du financement du parc HLM national, a contribué à faire sombrer un peu plus le parc de Birmingham et à entraver l’extension de la renaissance au-delà du centre ville.

Mouvements migratoires : tensions centre-périphérie23

  • 23 Je tiens à remercier ici Steve Forrest, Strategic Housing Advisor pour la West Midlands Regional A (...)

45Créer une renaissance urbaine implique aussi de répondre au défi qui consiste à « encourager les gens à demeurer dans nos grandes villes et nos cités et à y revenir » (DETR, 2000 a : Summary § 2). Néanmoins, avec 977 087 habitants en 2001, soit une perte de 4,8 % de sa population depuis 1996, Birmingham n’avait pas bénéficié, contrairement à d’autres grandes aires urbaines, d’un retournement des flux migratoires. Comparée à 56 grandes villes anglaises, la ville se situait toujours entre 1997 et 2003 dans les dix dernières s’agissant du taux de croissance, bien que le rythme de l’hémorragie démographique ait été réduit de moitié après 1997 (ODPM, 2006 a : 42), ce qui ne fait que refléter les tendances migratoires dans les grandes métropoles anglaises entre 2000-2003 (ODPM, 2006 a : 46). L’année 2002 a cependant marqué un tournant pour Birmingham : la ville a renoué avec la croissance démographique, bien que très faiblement et par à-coups (+ 0,5 % en 2002, + 0,2 % en 2003 et 0 % en 2004), grâce à un taux de natalité élevé ainsi que des mouvements migratoires internationaux soutenus, pour atteindre 992 400 habitants en 2004. Comme dans d’autres grandes villes anglaises, la population des quartiers centraux est repartie à la hausse après 1997 (ODPM, 2006 a : 62), mais une fois encore Birmingham fait figure de mauvais élève car la hausse n’est supérieure que de 0,1 % à celle des districts périphériques, soit respectivement trois et neuf fois moins qu’à Manchester et Londres. Phénomène plus inquiétant, l’exode urbain se poursuit : les ménages aisés et qualifiés continuent de quitter la ville (BCC, 2005 a : 2 et BCC, 2005 b : § 5.6), la municipalité tablant sur le départ de 62 000 ménages d’ici 2011 (BCC, 2005 b : § 5.24).

46Une fois encore, loin d’aider à la renaissance de Birmingham, les politiques gouvernementales prêtent le flanc à la critique car elles paraissent constituer un frein à la croissance démographique de la ville. Certaines décisions récentes semblent en effet contredire des pans de la stratégie urbaine du gouvernement telle qu’elle est exposée dans le Livre blanc de 2000.

  • 24 Approuvé par le gouvernement en juin 2004.
  • 25 D’abord publiée comme un document provisoire en juillet 2003 par le Regional Housing Board, puis r (...)
  • 26 Plan publié en 1993 et revisé en 2005.

47L’incohérence des politiques gouvernementales, selon l’assemblée régionale des West Midlands, désormais chargée des politiques de logement et d’urbanisme locales, se lit dans les objectifs contradictoires contenus dans les stratégies régionales et municipales pour le logement dans les West Midlands d’une part et de l’autre le programme de logement du gouvernement (ODPM, 2003). Pourquoi ? Le schéma directeur régional (Regional Spatial Strategy)24 ainsi que la stratégie régionale de logement (Regional Housing Strategy)25 et le plan local d’urbanisme (Birmingham Plan)26 sont alignés sur les objectifs et engagements gouvernementaux formulés dans le Livre blanc de 2000 (WMRHB, 2005 : § 1.9). Ils sont sous-tendus par un même et nouvel objectif, à savoir encourager la renaissance urbaine des West Midlands et de Birmingham en particulier (GOWM, 2004 : § 2.4) et donc endiguer les mouvements migratoires hors des grandes villes régionales (ibid. : § 3.1). Le succès de cette stratégie dépend de la capacité des collectivités locales à encourager davantage d’habitants des West Midlands à vivre en ville (GOWM, 2004 : § 4.17), en créant un environnement urbain de qualité, mais surtout à renverser la tendance passée et résister aux pressions en faveur d’une urbanisation en périphérie (greenfields) (ibid. : § 3.8 et BCC, 2005 : § 2.15-21 et WMRHB, 2005 : § 5.32), en permettant la construction de davantage de logements urbains, à Birmingham en particulier, grâce à un meilleur recyclage des friches industrielles (GOWM, 2004 : § 6.22).

  • 27 “[…] encourage migration from the WM conurbation to the MKSM area”.

48L’ironie, selon l’assemblée régionale, est que ces projets, qui ont été révisés pour prendre en compte les directives officielles en matière de renaissance urbaine et de logement, courent le risque d’être tenus en échec par des décisions gouvernementales plus récentes. C’est un document publié en février 2003 par le gouvernement, The Sustainable Communities Plan, qui a mis le feu aux poudres. Le plan vise à accroître l’offre en logements dans le sud-est de l’Angleterre afin de réduire la pénurie et donc l’inflation des prix immobiliers. Ceci passe par la construction de 200 000 logements supplémentaires d’ici 2016 dans 4 zones de croissance dans le sud-est. L’une de ces zones se trouve être Milton Keynes/South Midlands, qui est située à quelques kilomètres au sud de Birmingham et jouxte la région des West Midlands. Ces projets sont condamnés par l’assemblée régionale au motif qu’ils sont en contradiction avec la stratégie régionale avalisée par le gouvernement ; l’offre supplémentaire en logements dans la zone de croissance risque de saper la stratégie de renaissance urbaine poursuivie pour les grandes villes régionales en encourageant « les mouvements migratoires de la conurbation des West Midlands vers MKSM »27 (WMRA, 2003 : 3).

49En conséquence, en octobre 2003, l’assemblée régionale a pris la résolution d’exprimer son inquiétude par écrit dans le cadre de l’enquête publique sur MKSM. Dans sa déclaration, elle accuse le gouvernement d’avoir formulé le projet dans la perspective étroite de soutenir la croissance économique du sud-est du pays et fait valoir les dangers qu’il comporte pour les secteurs de la région déjà confrontés au problème de déclin urbain, mais aussi pour le recyclage des brown fields et enfin pour les secteurs ruraux de la région, situés près de MKSM et donc appelés à connaître une pression immobilière accrue. Un changement radical de stratégie était donc nécessaire, selon l’assemblée, changement axé sur un nouvel engagement de la part du gouvernement à régénérer la région des West Midlands en basculant une partie des ressources allouées à MKSM, ainsi que sur une démarche conjointe pour définir l’avenir des deux zones. L’absence de cette dimension de concertation dans le projet gouvernemental ne saurait manquer de surprendre, tant le gouvernement de Tony Blair avait fait de l’action conjointe (joined-up action) un slogan des politiques publiques depuis 1997. En octobre 2004, le ministre en charge du projet a proposé des changements qui, bien que requérant une meilleure prise en compte de l’impératif de renaissance urbaine, ont entériné la stratégie de MKSM.

  • 28 75 % des personnes interrogées déclaraient vouloir vivre à la campagne, The Guardian, 19/07/2006.
  • 29 En 2003-2004, le solde migratoire des régions les plus rurales d’Angleterre était de + 105 000 (CR (...)

50La renaissance du centre de Birmingham est donc un processus de longue haleine qui a débuté bien avant que New Labour ne soit élu. Elle est le fruit d’une génération de partenariats et d’investissements publics (nationaux ou européens) et privés. Néanmoins, la renaissance du centre ne trouve pas d’écho dans les quartiers de l’inner city et de banlieue où persistent de graves problèmes de logement et où le renversement des tendances migratoires, observé dans le centre, semble bien fragile. Paradoxalement, certaines politiques gouvernementales engagées sous Tony Blair paraissent avoir ralenti, voire entravé, cette synergie. New Labour entretient donc des rapports contradictoires et complexes avec Birmingham et les West Midlands. Plus généralement, les Travaillistes ont encore fort à faire pour gagner la bataille de la renaissance urbaine car leurs politiques de la ville sont loin de faire écho aux aspirations nationales. Nombreux sont les Anglais qui estiment que les villes et surtout les centres-villes, se dégradent et ne sont pas des lieux adaptés pour fonder une famille. L’appel de la campagne demeure un trait culturel dominant comme le montrent tous les sondages et enquêtes d’opinion28, ainsi que le récent solde migratoire intérieur29. Il importe donc de porter le message au-delà des rares catégories de la population tentées de vivre en ville, de « populariser la renaissance urbaine afin que les villes soient vues comme des atouts et non des risques » (ODPM, 2002 : 17). La renaissance urbaine sera une réalité lorsque les villes (et au premier chef Birmingham) seront devenues des lieux où les Anglais choisiront de s’installer de leur propre gré (DETR, 2000 : 8) et lorsque les villes anglaises auront comblé leur retard sur leurs homologues européennes (ODPM, 2002 : § 4.2 et § 5.2).

  • 30 “The challenge of an Urban Renaissance” (The Guardian, 31/10/2002).
  • 31 “Measurable change of culture”, (The Guardian, 23/11/2005).

51Lord Rogers, lui-même, après avoir accepté en 1999 de présider à la demande du gouvernement le comité de l’Urban Task Force et avoir applaudi en 2002 la volonté du vice-Premier ministre de l’époque de relever « le défi de la Renaissance urbaine »30, a pris ses distances. Le second rapport du UTF, Towards a strong Urban Renaissance, publié en novembre 2005 à titre privé, se montrait critique du bilan du gouvernement et se contentait de le décrire comme « un changement appréciable de culture » depuis 199731.

Bibliographie

Bibliographie

Atkinson, R., 1999, “Urban Crisis: New Policies for the Next Centuty” in Allmendiger, P. and Chapman, M. (eds.), Planning Beyond 2000, Chichester, Wiley.

Barber, A., 2004, City Living and New Urban Policy Challenges: the Implications of City Centre Housing Development in English Regional Cities, Birmingham, CURS.

Birmingham City Council, 2006, Taking Birmingham Forward, Community Strategy for Birmingham 2005-2010, Birmingham, Birmingham Strategic Partnership.
-, 2003, Birmingham’s Renaissance: How EU Funding bas revitalised the City, Birmingham, BCC.
-, 2005a, The Birmingham Plan, Birmingham Unitary Development Plan, Birmingham, BCC.
-, 2005b, Housing Strategy, Executive Summary, Birmingham, BCC.

Butler, D. and Kavanagh, D., 2001, The British General Election 2001, London, Macmillan.

Champion, T., 2000, “Flight from the Cities”, in Bates, R., Best, R. and Holmans, A., (eds), On the Move: the Housing Consequences of Migration, York, JRF.

Commission for Rural Communities, 2006, The State of the Countryside, Wetherby, Countryside Agency.

Cullingworth, C. and Nadin, V., 2002, Town and Country Planning in the UK, 13th edition, London, Routledge.

Department for Communities and Local Government, page consultée le 5 juillet 2006, Sustainable Communities in the West Midlands, www.comunities.gov.uk

DETR, 2000a, Our Towns and Cities: The Future, Delivering an Urban Renaissance, Cm 4911, London, HMSO.
-, 2000b, Quality and Choice, A Decent Home for All, London, HMSO.

Government Office for The West Midlands, 2004, Regional Spatial Strategy for the West Midlands, London, HMSO.

Guardian, the, 2002, Full Text of Richard Rogers’s Speech, 31/10/2002.
-, 2002b, City goes back to the Drawing Board after “no” vote, 18/04/2002.
-, 2004a, Full Text of John Prescott’s Speech, 23/09/2004.
-, 2004b, Dobson attacks Government Homes Policy, 01/11/2004.
-, 2004c, Ministers in Talks on Future of Homes Policy, 28/09/2004.
-, 2004d, Minister refuses to back down over Unpopular Transfer Policy, 28/01/2004.
-, 2005, Cities of Dreams, 23/11/2005.

Hansard, 2006, Parliamentary Debates, 01/02/2006, col. 301-4, London, Hansard.

Kennedy, L., 2004, Remaking Birmingham, The Visual culture of Urban Regeneration, Routledge.

New Labour, 1997, Because Britain Deserves Better, London, The Labour Party.
-, 2001, Ambitions for Britain, Labour’s Manifesto, London, The Labour Party.

ODPM, 2002, Towns and Cities, Partners in Urban Renaissance, London, HMSO.
-, 2003, Sustainable Communities: Building for the Future, London, HMSO.
-, 2004a, Making it Happen: Urban Renaissance and Prosperity in our Core Cities, A Tale of Eight Cities, London, HMSO.
-, 2004b, Competitive European Cities: Where do the Core Cities Stand?, London, HMSO.
-, 2006a, State of the English Cities, volume 1, London, HMSO.
-, 2006b, State of the English Cities, volume 2, London, HMSO.

ONS, 2005, 2001 Census, Key Statistics, London, HMSO.

Peck, J. and Ward, K., 2002, ed., City of Revolution, Restructuring Manchester, Manchester, Manchester University Press.

Power, A., 2006, One size still doesn't fit all: Final Report of The Independent Commission of Inquiry into The Future of Council Housing in Birmingham, London, LSE.

Social Exclusion Unit, 2001, A New Commitment to Neighbourhood Renewal, National Strategy Action Plan, London, Cabinet Office.

Urban Task Force, 1999, Report, Toward an Urban Renaissance, London, Spon.

West Midlands Regional Assembly, 2003, Written Representation from the WMRA to the Panel for the MKSM Su-Regional Strategy, non publié.

West Midlands Regional Housing Board, 2005, West Midlands Regional Housing Strategy, Birmingham, WMRHB.

Notes

1 “The evidence is that in all our major cities, there has been a renaissance in building, development and regeneration”, déclaration de John Prescott aux Communes le 01/02/2006.

2 “A holistic approach encompassing the physical, social, economic and environmental aspects of regeneration”.

3 “A more balanced economy with a more even distribution of economic opportunity and income within cities, urban repopulation, a better use of land and buildings, five major English cities in the top 50 EU cities on any measurable set of quality of life, a change in urban attitudes with urban areas being perceived in a positive light, high quality urban design, better public services, an end to the ongoing problems of disrepair in terms of buildings and public spaces”.

4 “The centre of Birmingham is exactly the type of impression of Britain we want people to take away. There are wonderful facilities here”.

5 “I am delighted to be here in Birmingham today. The city that has been rebuilt-and what a difference that has made-recapturing the centre of Birmingham for the people of Birmingham” (The Guardian, 31/10/2002).

6 “Birmingham, one of the many cities where the local authority has embraced the concept of ‘urban renaissance’. With its beautiful canals, public spaces and buildings; Birmingham is recreating the glory of its city centre [...] Like many of our cities after decades of under investment both in money and thinking, it is building a centre that draws people in and brings them together”.

7 “What a great European city this is! Go and take a look! It’s been transformed into a city of the motor car to a city for people. It’s now got a heart. And it’s got the wow factor-with great new architecture from Brindley place to the new Bullring. They are reusing the canals, the warehouses, the workshops-the old wasting assets brought back to life to serve the community”.

8 Ceux-ci ont respectivement déclaré: “it is an extraordinary jewel of a city”, et “it’s a very impressive example of the restructuring and regeneration of a city centre”.

9 Londres, étant composée de plusieurs autorités (boroughs), n’entre pas dans cette catégorie.

10 Population de 5,33 millions en 1999.

11 Entretiens réalisés à Brimingham en avril 2006 par l’auteur avec le city co-manager et le strategic regional adviser au sein de Birmingham City Council.

12 Department for Communties and Local Government, page consultée le 5 juillet 2006, Sustainable Communities in the West Midlands, www.comunities.gov.uk

13 “I remember Birmingham being the epitome of modernity. I remember people making movies about the wonders of the car being the moving platform from which to view the city. Birmingham was the future-in a sense it has been the future-but that bit of the future is worn out and we need a new one”.

14 “A concrete jungle”.

15 “A non-place bounded by motorways”.

16 “Motorway madness”.

17 “There is a renaissance of cities. The centres are much better. No question about that. Birmingham is pastiche but it’s better. People are moving in” (The Guardian, 23/11/2005).

18 “Dying”.

19 “Communities that will stand the test of time and in which people want to live”.

20 “The council remains among the weakest housing performers in the country, in comparison with other big cities, with many serious problems still to address and with no additional funding”.

21 “[...] to separate their landlord function from their strategic housing responsibilities”.

22 “[...] regenerate sink estates”.

23 Je tiens à remercier ici Steve Forrest, Strategic Housing Advisor pour la West Midlands Regional Assembly. Nos nombreuses discussions et échanges écrits m’ont permis de rédiger cette partie.

24 Approuvé par le gouvernement en juin 2004.

25 D’abord publiée comme un document provisoire en juillet 2003 par le Regional Housing Board, puis révisée et soumise au Government Office for the West Midlands le 30 juin 2005.

26 Plan publié en 1993 et revisé en 2005.

27 “[…] encourage migration from the WM conurbation to the MKSM area”.

28 75 % des personnes interrogées déclaraient vouloir vivre à la campagne, The Guardian, 19/07/2006.

29 En 2003-2004, le solde migratoire des régions les plus rurales d’Angleterre était de + 105 000 (CRC, 2006 : 23).

30 “The challenge of an Urban Renaissance” (The Guardian, 31/10/2002).

31 “Measurable change of culture”, (The Guardian, 23/11/2005).

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Victoria Square. Photo David Fée
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Figure 2: Centenary Square. Photo David Fée
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4222/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Figure 3: Brindley Place. Photo David Fée
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4222/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Figure 4 : ICC. Photo David Fée
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4222/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Figure 5 : Millenium Point. Photo David Fée
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4222/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Figure 6 : Canaux réhabilités. Photo David Fée
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4222/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Figure 7 : IKON. Photo David Fée
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4222/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Figure 8 : Rocade entourant le centre. Photo David Fée
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4222/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Figure 9 : Les sept quartiers. Source : Birmingham City Council
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4222/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Figure 10: The Bullring. Photo David Fée
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4222/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

Auteur

Université Sorbonne nouvelle - Paris III, C.R.E.C.
Maître de Conférences en civilisation britannique à l’université Sorbonne nouvelle - Paris 3. Les politiques de logement en Grande-Bretagne constituent l’objet de ses recherches. Ses travaux actuels portent sur la crise du logement en Grande-Bretagne.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search