Version classiqueVersion mobile

Vers une renaissance anglaise ? Dix ans de politique travailliste de la ville

 | 
Sylvie Nail
, 
David Fée

Le rôle de la culture dans la renaissance urbaine depuis 1997 en Angleterre : de l’économique au socioculturel ?

Cécile Doustaly

Résumé

Culture, defined inclusively, has become a central policy area since the election of New Labour in 1997 with the creation of the Department of Culture, Media and Sport. Although it was only a sub-category in the National Strategy Action Plan (2001), in practice, it has been constantly attached to the main concerns of the Neighbourhood Renewal Unit. This “holistic” approach to regeneration targets addresses, sometimes in a contradictory way, socio-cultural and community renewal as well as the physical environment and the local economy. The role of culture in regeneration has subsequently become more diverse. This paper classifies ways in which culture can take part in urban renewal and then discusses the outcomes of artistic ventures as well as the difficulties in assessing their impact, focusing on the Tate Modem, Gateshead and Preston, which have been supported by the Neighbourhood Renewal Fund since 2000.

Texte intégral

  • 1 Jusqu’en 2012, une 6e division est chargée des jeux olympiques. DCMS, page consultée le 02/01/2008 (...)

1 La culture est devenue un secteur important de politique publique depuis l’élection du New Labour en 1997 par l’intermédiaire de la création du Department of Culture, Media and Sport (DCMS). La définition même du concept de culture a connu une réévaluation dans le discours travailliste qui lui donne un sens large, synonyme de mode de vie et notamment des cinq attributions du ministère : « culture » (art, patrimoine), médias, sport, tourisme et loisir, industries créatives. Le terme de culture, défini de façon anthropologique, intègre ainsi une multitude de pratiques et de créations, quitte à perdre en visibilité. Il est tantôt utilisé pour définir l’ensemble des secteurs du DCMS, tantôt limité à certains des cinq secrétariats1. Le rapport de 2004, pourtant intitulé The Contribution of Culture to Regeneration in the UK : A Review of Evidence, excluait ainsi le sport (Evans, Shaw/DCMS, 2004 : 4). L’argumentaire sur le rôle de la culture dans la rénovation urbaine, pour des raisons de lobbying, tend à être plus vague sur la définition :

  • 2 “My own blunt evaluation of regeneration programmes that don’t have a culture component is they wo (...)

J’affirme sans détour que les projets de régénération dénués d’un volet culturel sont voués à l’échec. La population a besoin d’être revigorée, elle a besoin qu’on lui donne de l’espoir, qu’on libère son potentiel créatif2.

  • 3 Ce terme de communauté, que nous traduirons souvent par habitants car son usage est différent en f (...)
  • 4 “Cities for People”, R. Rogers, “An Urban Renaissance”, in R. Scholar (ed.), Divided Cities, Oxfor (...)

2Cette citation reflète le présupposé de plus en plus courant selon lequel la culture serait forcément positive et résoudrait de nombreux problèmes socio-économiques. Tessa Jowell, ministre du DCMS de 2001 à 2007, a ainsi déclaré qu’il est désormais accepté qu’on ne peut rénover une ville sans culture. En 2003, une publication de l’Arts Council', The Arts in Urban Renaissance, illustrait par des exemples « le rôle vital que les arts jouent dans la revitalisation des communautés urbaines. »3. En 2006, Richard Rogers se disait optimiste face à la création de programmes tel le Neighbourhood Renewal Unit (2001-) et de structures décentralisées (les Regional Development Agencies, 2002-) chargées de mettre en place le Livre blanc sur la ville de 2000. Il se félicitait du succès de certaines initiatives culturelles de régénération (Tate Modem, Baltic, Lowry) et concluait que le cadre de vie compte autant que la sécurité, l’emploi et la stratégie : il fallait, selon lui, penser « des villes destinées aux habitants »4.

3Le rapport dirigé par Richard Rogers (Urban Task Force, 1999), à l’origine de ce Livre blanc sur la ville (DETR, 2000), remettait en cause la tradition urbanistique britannique et préconisait de remettre le design au centre des projets, d’optimiser les villes existantes, de décentraliser les actions et de former des professionnels qualifiés. Durant les années 1980, les treize Sociétés de développement urbain (UDC) avaient en effet mené une planification urbaine qui relevait davantage de politiques économiques ou sociales que d’urbanisme et de design. Elles opéraient de façon centralisée, comme les Agences de développement des villes nouvelles qui ont conduit la construction d’une trentaine de villes de 1950 à 1980. En 1994, une structure de financement unique, le Single Regeneration Budget, fut créée pour regrouper une vingtaine de fonds. Des partenariats devaient être noués localement pour concourir sur projet, ce qui entraîna parfois les subventions vers les dossiers les mieux conçus et non vers les localités les plus démunies (Brennan, Rhodes & Tyler, 1999 : 2069-2084).

  • 5 “Breathing new life and vitality into an ailing community, industry and area [bringing] sustainabl (...)

4Les politiques de régénération urbaine des gouvernements Blair (1997-2007) ont continué à utiliser les SRB, mais défini la régénération urbaine en lien avec la notion de communauté : il s’agit selon les textes d’insuffler de la vitalité à un quartier en déclin pour améliorer la qualité de vie et la cohésion des habitants en répondant à leurs besoins économiques, sociaux et environnementaux. La culture est alors vue comme le liant qui permettait d’assurer une régénération globale (holistic) et durable (sustainable). Peut-on pour autant parler de régénération proprement culturelle ?5 Ces projets sont-ils, comme le souhaitait Tessa Jowell, principalement culturels ou instrumentalisent-ils – avec un succès qui reste à analyser – la culture à des fins autres (Evans, Shaw/DCMS, 2004 : 4) ?

5On s’interrogera donc sur les outils disponibles pour évaluer la réussite de ces programmes et sur le potentiel de ceux qui ne comporteraient aucun volet culturel. Après une période d’engouement pour le culturel, ses limites commencent néanmoins à apparaître, en particulier la gentrification des quartiers ou l’absence des bénéfices socio-économiques escomptés (Christiansen, 2006). L’analyse se concentrera ici sur la place accordée aux arts. Ceux-ci ont pris une importance grandissante, aussi socioculturelle qu’économique, depuis l’arrivée du New Labour au pouvoir (Evans & Shaw, 1999 ; DCMS, 2004 a). On analysera la motivation des acteurs et les sources de financement plus diversifiées ouverts aux projets culturels, tel le Neighbourhood Renewal Fund crié en 2000. Une typologie des rénovations urbaines intégrant la culture et des différents rôles qu’elle peut y jouer permet d’illustrer le rééquilibrage entre l’importance accordée aux bâtiments et l’intérêt porté aux habitants et à la pratique. On s’appuiera sur des études de cas variés, notamment Londres, Gateshead, West Bromwich, et Preston, ville moyenne travailliste située dans le nord-ouest de l’Angleterre.

Évolution du statut de la culture dans les politiques publiques

6Le gouvernement Blair a tenté de tirer les enseignements des deux décennies précédentes en termes de régénération et du rôle des politiques culturelles. Il a suivi les conseils de Richard Rogers, convaincu que la participation locale était la clé de la réussite dans le domaine et ne pouvait être mise en œuvre que par des instances locales et régionales renforcées (Rogers, 2006, 152). La centralisation accrue des années 1980 avait en effet empêché les localités britanniques de mener des politiques locales sur mesure alors que les autres pays européens accroissaient l’autonomie de leurs régions à la tête de projets de régénération urbaine réussis. L’administration des politiques culturelles avait pourtant connu à cette époque une décentralisation (création des Regional Arts Boards), bien qu’une large partie des subventions soit restée concentrée sur Londres (Bianchini & Parkinson, 1993 : 7-8).

  • 6 De nombreuses responsabilités ont été délocalisées suite à la réforme de l’Arts Council en 2002. N (...)

7De nouveaux acteurs et sources de financement étaient apparus dans la culture dès les années 1990 (Fonds Européen pour le Développement Régional, création d’un ministère en 1992, aides de la loterie à partir de 1994) et avaient considérablement augmenté les fonds disponibles, initialement au profit d’investissements immobiliers (réaménagement de la Royal Opera House, construction de la Tate Modern). Cependant, en 2000, la France dépensait encore quatre fois plus que le Royaume-Uni dans la construction de bâtiments à vocation culturelle. Dans ce domaine, les pays européens se heurtent au même écueil : ces nouveaux bâtiments entraînent souvent une forte augmentation des dépenses de fonctionnement (Devlin & Hoyle, 2001 : 87-88). La réforme travailliste de la loterie nationale de 1998 a permis de passer d’un financement exclusivement structurel à un financement de projets plus modestes dans les régions, des dépenses courantes des institutions et des activités socioculturelles. Ainsi, de 2001 à 2003, le North West Arts Board, une des neuf agences régionales de l'Arts Council, a reçu environ un quart de ses revenus de cette source6. Il s’agit d’améliorer les services pour l’ensemble des publics et non pour les seuls professionnels. Cette approche va à l’encontre des politiques traditionnelles réactives et non proactives de soutien à l’art, notamment celles de l’Arts Council (Leaney, 2006).

8Dès la fin des années 1980, la publication par le Policy Studies Institute de plusieurs rapports sur « l’importance économique des arts en Grande-Bretagne » avait marqué un tournant dans l’intérêt des Conservateurs pour le secteur. Parallèlement, quelques grandes municipalités travaillistes, dont le GLC à Londres, avaient développé les premières stratégies en faveur des industries culturelles (cultural industries), reconnaissant leur potentiel économique et de régénération (Myerscough, et al. 1988 ; GLC, 1985 ; Liverpool City Council 1987, URBED, 1988). Le GLC jugeait en outre que les arts encourageaient la renaissance des quartiers en développant l’investissement et l’émancipation de la population alors que le gouvernement Major se concentrait sur le bâti et le développement économique. Des rapports ont prouvé depuis que les bénéfices économiques issus de la culture avaient été surévalués. À leur arrivée, les dirigeants du New Labour ont fait la synthèse de ces évolutions et graduellement privilégié une approche du secteur combinant le physique, l’économique et l’humain (Betterton, 2001 : 11). Se posait alors la définition de la culture qui dépassait largement le domaine des arts et du patrimoine subventionnés.

9Dès le début des années 1990, l’association du terme « culturel » à ceux de « secteur » ou d’« industrie » était devenue plus courante, malgré la réticence de nombreux artistes et administrateurs culturels qui n’appréciaient pas l’utilisation de ce vocabulaire économique. Le Policy Study Institute fut le premier à étudier les industries culturelles (production et distribution de biens culturels) et à intéresser les nouveaux professionnels de la culture publique et privée, dont le nombre augmentait. Lorsque le gouvernement travailliste fut élu en 1997, il préféra utiliser l’expression plus réduite d’« industries de création » (creative industries) pour que le terme culture puisse servir à faire référence à tous les secteurs du ministère (DCMS, 1998).

  • 7 “The Department recognises that some local authorities and individuals are uncomfortable with the (...)

10En 2000, le DCMS incita les collectivités locales à produire des « stratégies culturelles locales » intégrant les arts, les bibliothèques, les musées, les parcs, le patrimoine, mais aussi les industries créatives, le tourisme, le sport, le divertissement, les médias. Le ministère reconnaissait que « certaines collectivités et certains individus ne sont pas à l’aise avec le terme “culture” », mais celui-ci a été choisi pour dépasser les clivages des anciens ministères (entre arts et divertissements par exemple) et modifier les mécanismes de mise en œuvre des politiques. Le DCMS laissait à chacun le choix de la terminologie et prétendait refuser tout dirigisme, malgré l’évaluation par le Best Value National Performance Indicator BV114. Le texte insistait sur les objectifs de ces stratégies : promouvoir le bien-être culturel des quartiers. Comme les stratégies de rénovation urbaine, pour être efficaces, elles devaient être globales (inclusive), c’est-à-dire refléter le mode de vie, les valeurs, le caractère unique de la communauté locale7.

  • 8 “Demonstrate the benefits of integrated approaches, particularly in showing how culture can suppor (...)

11Depuis la réforme de 2002 (Local Government Act), les collectivités locales doivent intégrer leurs Local Cultural Strategies à leurs Community Plans, ce qui relie la dimension sociale de la rénovation urbaine à la culture8 Le texte de guidage des Local Cultural Strategies définit la culture par une liste non exhaustive d’exemples matériels et immatériels (DCMS, 2000). Pour éviter la confusion, certains acteurs du secteur ont alors demandé que l’on parle des « arts et de la culture » au risque de sous-entendre que les arts ne font pas partie de la culture (DCMS, 2004 a : 9). L’étude du rôle de la culture dans les projets de rénovation urbaine doit donc prendre en compte la multiplication des secteurs concernés par les politiques culturelles depuis 1997.

La renaissance urbaine et la culture

12Depuis sa création, les textes du DCMS font référence au rôle qu’il doit jouer dans la régénération urbaine. Dans le secteur culturel, l’expression « renaissance urbaine » est utilisée depuis les années 1970. L’Arts Council publia dès 1986, sans grand succès, un rapport intitulé An Urban Renaissance : The Case for Increased Private and Public Sector Co-operation, et reprit le terme « renaissance » dans un rapport de 2003. Dans les sources officielles du secteur culturel, aucune différence claire n’est établie entre « regeneration », « renewal » ou le terme rarement utilisé désormais de « renaissance », celui-ci étant limité au projet en faveur des musées, Renaissance in the Regions (ACGB, 1986 ; ACE South East, 2003 ; Evans & Shaw, 2004 : 4).

13Bien qu’elle n’ait été qu’une sous-catégorie du National Strategy Action Plan (2001), la culture a souvent été rattachée (policy attachment) à la rénovation urbaine, notamment aux objectifs du Neighbourhood Renewal Unit qui sont le développement économique, le logement, le combat contre la criminalité, l’éducation, et la santé. Pour Clive Gray, cela conduit – avec la complicité d’une partie du secteur à la recherche d’arguments pour prouver les retours sur investissements – à une marchandisation de la culture. G. L. Evans y voit au contraire un mode de démocratisation de l’accès à la culture (Gray, 2000 : 197-211 ; Evans, 2001 : 265).

14Cette approche globale de la rénovation urbaine (« holistic ») cible la renaissance socio-culturelle, la cohésion sociale et l’esprit civique par l’intermédiaire de la régénération de l’environnement physique et de l’économie locale. Il ne s’agit plus de suivre une approche fragmentée, de réhabiliter une école ou de conduire une politique de prévention de la criminalité, mais de prendre le temps de construire une stratégie cohérente (joined-up) fondée sur l’environnement. Ce dernier est jugé indissociable des problèmes sociaux-économiques. Richard Rogers est convaincu qu’un beau cadre de vie favorise l’esprit civique des habitants et le développement de quartiers socialement mixtes. Les sentiments de sécurité et de fierté municipale encourageraient la cohésion sociale. Il faut selon lui mieux traiter les plus démunis et attirer les plus favorisés dans les centres-villes en leur offrant des services variés assurant une bonne qualité de vie à chacun (services publics, commerce, loisirs) (Urban Task Force, 1999 ; DETR, 2000 ; Rogers, 2006 : 139-148).

15La fonction de la culture dans la rénovation urbaine s’est ainsi diversifiée, bien que les projets architecturaux-phares restent attractifs. Une importance de plus en plus grande est accordée aux initiatives de participation et de consultation de la population utilisant les arts pour permettre à la communauté d’exprimer ses besoins et son identité, pour informer les choix des décideurs et renforcer la cohésion sociale et la démocratie locale. Les directives du DCMS aux localités reflètent les priorités du gouvernement sur l’inclusion sociale à l’aide d’une rhétorique fondée sur des mots-clés tels que : « diversity », « inclusion », « access », « voice » ou encore « vision » (Smith, 1998 : 42-47). Les rapports du DCMS concluent à la réussite socioculturelle de cette approche du renouveau urbain fondée sur le culturel. Dès 1999, un rapport sur l’exclusion sociale concluait à l’impact positif des arts et des sports (DCMS/Policy Action Team 10, 1999 : 59).

  • 9 “[Since] 2003, English Heritage [...] has nine regional Outreach Officers who have produced over 4 (...)

16La viabilité de ces projets sur le long terme fait pourtant l’objet de critiques. Si l'évaluation économique est bien maîtrisée, l’évaluation des gains socio-culturels pose des questions méthodologiques qui ont conduit le ministère à multiplier les études de cas décrivant les exemples à suivre (best practice) (Christiansen, 2006). Selon celles-ci, le succès suppose l’usage d’une gouvernance s’appuyant sur des initiatives de consultation et de participation citoyennes, des partenariats public/privé et l’intégration de différentes formes de culture, notamment la culture locale et la culture dite « populaire » (bottom-up and joined-up approach) (Evans & Shaw/DCMS, 2004 : 30-31 ; Bianchini, 2006). Les dispositifs participatifs ont connu un réel engouement dans tous les domaines des politiques urbaines. On y a vu un gage d’efficacité et de durabilité des actions et d’émancipation des habitants. Les projets liés au patrimoine, auparavant réservés aux spécialistes jusqu’au jour de l’inauguration, bénéficient du travail des nouveaux responsables de médiation régionaux d’English Heritage. Le rapport de 2005 du DCMS loue ainsi les quarante projets participatifs – intégrés à la stratégie de rénovation locale et tournés vers de nouveaux publics – qui ont été menés en partenariat avec les associations9.

17Les politiques de rénovation urbaine alliant culture et participation s’avèrent pourtant difficiles à mettre en place, d'autant que les rares procédés éprouvés doivent être adaptés à chaque cas. Pour certains chercheurs, elles peuvent même reproduire les inégalités sociales ou encore déboucher sur une adhésion forcée (« tyrannical decision making ») (Jones, 2003 : 581-601). Ces politiques, malgré leur fort potentiel, sont donc d’une mise en place particulièrement complexe. Bob Catterall, spécialiste du secteur, a ainsi écrit :

  • 10 “Culture, but not just its aesthetic dimension, can make communities. It can be a critical focus f (...)

La culture, au-delà de sa dimension esthétique, peut souder une communauté. Elle peut offrir une distance critique propice à une régénération urbaine efficace et durable. Il faut développer la compréhension (et trouver une méthodologie d’analyse) des façons – culturelles et éthiques – dont les « pires cités » peuvent s’impliquer et aider à donner forme aux vestiges de leur ville (et de leur société). [...] C’est un défi considérable pour les universitaires, les professionnels, le commerce, pour le gouvernement local et, à terme, national, et bien sûr pour les citoyens. Mais on ne peut réussir qu’à cette condition (B. Catterall, 1998 : 4)10

18Si ces politiques doivent suivre une approche ascendante, les collectivités ont besoin d’acteurs nationaux pour les guider. La création de CABE (Commission for Architecture and the Built Environment) en 1999 était un signal fort du gouvernement Blair en faveur d’une amélioration de la qualité du design et de l’architecture. Elle collabore avec les organismes semi-publics (Non Departmental Public Bodies) qui redistribuent les fonds du DCMS et de la loterie nationale, tels English Heritage et l’Arts Council. Comment ces institutions s’adaptent-elles au rôle assigné à la culture dans le programme gouvernemental de rénovation urbaine alors qu’elles ont longtemps suivi une politique réactive et/ou élitiste favorable aux professionnels plus qu’aux arts communautaires ou amateurs ?

19Le Public Service Agreement (PSA) 2001-04 du DCMS reflète bien la fonction instrumentale de la culture dans ces projets, avant tout destinés à améliorer un environnement social, physique et économique. Il se concentre sur l’amélioration de la qualité de vie pour tous par le soutien de l’excellence et la démocratisation des pratiques culturelles et sportives, l’aide aux industries reliées de la création, des médias et des loisirs, le soutien à l’emploi. Un des huit objectifs était de promouvoir le rôle des secteurs sous la responsabilité du DCMS dans la régénération urbaine afin de combattre l’exclusion sociale de façon durable, un autre de soutenir le tourisme et le rayonnement international du pays, ce qui concernait aussi les projets de régénération plus prestigieux de bâtiments à vocation culturelle (DCMS, 2004 c). Les cinq objectifs PSA du DCMS pour la période de 2005 à 2008 ne font plus de référence directe à la rénovation, mais deux y sont directement liés : augmenter la pratique culturelle et sportive des jeunes et des groupes prioritaires, améliorer la productivité du tourisme, des loisirs et des industries créatives (DCMS, 2005 a : 3). On remarque que les politiques de rénovation urbaine par la culture ont conservé depuis 1997 des objectifs sociaux comme économiques. Si la ministre défendait la valeur de la culture pour elle-même, les politiques du Labour semblaient davantage l’instrumentaliser à d’autres fins :

  • 11 “Of course, culture matters for its own sake. It has an important role to play in defining and pre (...)

Bien sûr, la culture est importante en soi. Elle a un rôle important à jouer pour définir et préserver l’identité – individuelle, collective et nationale. Et, au moment où le gouvernement s’attaque à la pauvreté matérielle en améliorant le système éducatif et de santé, nous devons aussi aborder le problème du manque d’aspiration à construire une société fondée sur la justice et les perspectives d’avenir. [Et] nous devons tirer le maximum de chaque livre dépensée pour améliorer la qualité de vie de l’ensemble des communautés. (T. Jowell, in 2004 a : 4)11

  • 12 “We set up a project to look at the evidence for culture as a key driver of social, economic and e (...)
  • 13 “Success for us will be when culture is as important to planners, developers and government when l (...)

20Cherchant à fournir des preuves de la culture comme moteur principal de renaissance individuelle, sociale, économique et environnementale afin de généraliser son intégration aux initiatives de régénération, le DCMS a conduit une consultation, Culture at the Heart of Regeneration, en 2004. Le texte se conclut par les questions pertinentes de la consultation, mais le contenu qui précède s’apparente à une défense du secteur et semble orienter les réponses (advocacy). Tessa Jowell insiste ainsi sur le nombre de projets culturels réussis et sur l’investissement sans précédent de quinze milliards de la loterie nationale, complétés par des fonds gouvernementaux (DCMS, 2004 d : 41)12. On peut douter de la qualité d’une telle approche, qui envisage a priori peu d’impacts négatifs : « Nous aurons réussi lorsque les urbanistes, les promoteurs et le gouvernement accorderont autant d’importance, lorsqu’ils étudieront de nouveaux projets, à la culture qu’à l’économie ou à l’emploi. » (T. Jowell, in 2004 a : 4)13.

21Le principal groupe de pression du secteur artistique, la National Campaign for the Arts répond à cette consultation en se félicitant du principe que toute régénération devrait intégrer la culture. Il rejoint le ministère sur le bénéfice de tels projets sur la vie des individus et des communautés, mais il met en garde contre les initiatives prestigieuses fondées sur de nouveaux bâtiments au détriment du contenu et des activités. Il demande également au gouvernement de consolider les projets existants en leur accordant un soutien durable (NCA, 2004).

22Le rapport qui suit confirme la capacité de la culture à régénérer les quartiers. Les résultats de Gateshead et de Bellenden Road en seraient la preuve (voir ci-après). Les réponses à la consultation suggérant par ailleurs un grand appétit pour la culture de la part des communautés locales, il est décidé de renforcer l’expertise et les professionnels compétents (DCMS, 2005 b : 38). Les clés de la réussite sont résumées par une formule identifiant cinq principes pour intégrer la culture de façon satisfaisante dans les projets de régénération et qui sont dans la continuité des recommandations du Livre blanc sur la ville de 2000 :

  • des activités culturelles pour développer un sentiment d’appartenance par la participation ;
  • le soutien au patrimoine pour accroître le sentiment d’attachement au lieu ;
  • l’apparence, car un bon design favorise la fréquentation des lieux publics par les usagers ;
  • des projets polyvalents pour attirer un public large et créer une communauté dynamique ;
  • la consultation et la participation des habitants à toutes les étapes ;
  • la dimension unique du projet, car chaque lieu est singulier et le succès doit naître de l’intérieur14.

Des programmes culturels nationaux

  • 15 DCMS/ACE, “Funding Agreement”, 2001-2003, 2003-2006, 2006-2009, page consultée le 14/09/2007, <http://www.artscouncil.org.uk/boutus/agenda.php>

23Le DCMS a visiblement besoin de prouver l’impact de la culture qui reste un secteur de politique publique rattaché aux autres. Le ministère a encouragé les programmes spécifiques qui jouissent d’une plus grande visibilité au sein du gouvernement comme de l’opinion publique. L’Arts Council déclare ainsi travailler en partenariat pour remplir les six priorités stratégiques, toutes en rapport avec la rénovation urbaine, mesurées par le DCMS et similaires depuis 2001 : participation artistique, jeunesse, économie de la création, communautés vivantes, diversité, rayonnement international (ACE, 2005 b : 3, 15, 23, 148, 162)15.

  • 16 “high quality culture”, Creative Partnerships, page consultée le 14/09/2007, <http://www.creative-partnerships.com/offer>, <http://cp-static.co.uk/static/offer/prospectus.pdf>.

24Le programme de l’Arts Council intitulé Creative Partnership, qui finance des activités culturelles et artistiques dans les écoles des quartiers les plus défavorisés du pays, a touché 200 000 élèves de sa création en janvier 2002 à septembre 2004 (ACE/ONS, 2004 : 5-7). Son succès a convaincu le gouvernement de généraliser cette politique par un programme doté de 25 millions de livres sterling sur trois ans afin de garantir un minimum de cinq heures par semaine de « culture de haute qualité » par enfant à l’école ou en dehors. L’argumentaire allie à nouveau bénéfices sociaux et financiers. Il souligne le rôle de l’art dans l’épanouissement des élèves et l’importance de développer leurs compétences artistiques quand le secteur des industries créatives représente 7,3 % de l’activité économique britannique16.

  • 17 Les subventions de la Millennium Commission se sont élevées à 13,5 millions de livres sterling pou (...)

25L’Urban Cultural Programme a quant à lui obtenu 19,5 millions de livres sterling de la loterie nationale, en partenariat avec l’Arts Council et la Millennium Commission, pour financer jusqu’à moitié les projets culturels de dix-neuf quartiers urbains au Royaume-Uni de 2004 à 2006. L’objectif était de concrétiser certaines propositions faites lors du concours pour choisir la ville britannique candidate au titre de capitale européenne de la culture 2008, concours remporté par la ville de Liverpool. Les villes battues ont pu réaliser une partie de leur programme culturel qui devait démontrer la centralité de la culture dans les quartiers et contribuer à leur rénovation. Il s’est principalement agi de projets améliorant l’image culturelle de la ville ou de manifestations célébrant la diversité culturelle afin de renforcer la cohésion sociale17.

  • 18 “Museums for changing lives”, “Renaissance is the first central government investment of its kind (...)

26 Renaissance in the Regions, le programme du Museums, Libraries and Archives Council (MLA) principalement subventionné par le DCMS, est destiné à moderniser les musées rassemblés en groupements régionaux (hubs) pour en faire des acteurs de la renaissance urbaine. Le financement total de mars 2002 à août 2007 a atteint 149,2 millions de livres sterling, dont 133 millions pour les régions. Ce programme est représentatif de l’approche travailliste actuelle de la régénération à la culture, associant créativité et rentabilité économique et sociale des services publics : il s’agit d’« apporter une réelle amélioration dans l’éducation, l’inclusion sociale et la régénération économique [...] par de nouvelles initiatives qui croisent culture, éducation, tourisme et action auprès des communautés. » Le slogan choisi, « des musées pour changer la vie », souligne le supposé pouvoir salvateur de l’art qui a présidé à la naissance des musées publics au XIXe siècle. Ce présupposé s’est dégagé de sa connotation morale ; on escompte désormais un épanouissement personnel et un capital social accru des intéressés (C. Doustaly, 2007)18.

  • 19 En lien avec l’évaluation des collectivités locales (Best Value Performance Indicators et Comprehe (...)

27Le MLA a mis en place des indicateurs de performance afin d’évaluer le bénéfice public de Renaissance in the Regions. Les musées bénéficiaires doivent mener des actions de médiation envers certains usagers, garantir la consultation et la participation locales et démontrer un bon rapport qualité/prix. Le dernier rapport n’évalue que l’augmentation des visites et de la participation à des activités. Les musées régionaux ont connu une hausse de 14 % des visites totales, 18 % pour les scolaires, 34 % pour les groupes prioritaires en cinq ans (MLA, 2008 : 11, 17, 34). L’impact économique et culturel sera à l’avenir mesuré par les Generic Social Outcomes selon les critères suivants : renouveau civique, communautés saines, régénération économique, capital social, éducation, et diversité culturelle19.

  • 20 “There is now a powerful mix of ethical, economic, political, and social imperatives which require (...)

28Les professionnels du secteur reconnaissent qu’« il existe un mélange puissant d’impératifs éthiques, économiques, politiques et sociaux qui obligent les musées à travailler de façon plus proche avec les communautés environnantes » et s’interrogent sur l’étendue de l’investissement des résidants dans l’élaboration et l’application du travail de muséologie20 Ils regrettent que les fonds soient accaparés par les projets et souhaitent dépasser la question des modes de financement pour se concentrer sur le contenu et l’adhésion des usagers. Ces spécificités du secteur culturel leur semblent difficiles à expliquer aux agences de développement régional (RDAs) et aux collectivités locales avec lesquelles ils collaborent (Kingshurst Consulting Group, 2005 : 4).

29 Renaissance in the Regions s’appuie sur l’élan insufflé par la gratuité des musées publics introduite en 2001 qui a permis une augmentation de 87 % des entrées : 79 % chez les enfants, 54 % chez les minorités ethniques et 21 % dans les classes sociales les moins favorisées (C2s à Es). La baisse des recettes de billetteries et la hausse de fréquentation n’ont cependant pas été compensées par les subventions. Les besoins en dépenses courantes des institutions doivent être souvent réitérés face à l’attractivité des programmes spécifiques (House of Lords, 07/02/2008).

Typologie des rôles de la culture dans la régénération

  • 21 “The lack of discernible cultural activity or provision [...] does not necessarily mean that cultu (...)

30Il existe trois modèles principaux de contribution de la culture à la régénération urbaine : la régénération par la culture, la régénération culturelle, enfin la culture et la régénération. Les grands centres culturels qui visent à attirer le tourisme et à développer l’activité économique ne sont plus considérés comme nécessairement plus rentables que ceux destinés à la rénovation sociale. Bien sûr, si l’on comprend le terme de culture au sens large, « le manque d’activité ou d’offre culturelle visible [...] n’implique pas nécessairement que l’activité culturelle est absente, seulement qu’elle n’est pas encouragée (ou reconnue) comme partie prenante du processus de régénération. »21

La régénération par la culture (culture-led regeneration)

31Dans ce modèle, la culture est au centre de la régénération, généralement par l’intermédiaire d’un projet-phare. Un des premiers exemples a été le musée Guggenheim de Bilbao dont le succès a surpris, tant cette ville du nord de l’Espagne paraissait sinistrée.

32Le gouvernement travailliste a fait évoluer l’indifférence traditionnelle britannique envers l’impact de l’environnement sur la qualité de vie des habitants (Vickerey, 2007 : S, 70 ; Bailey, Miles, Stark, 2004 : 47-65). Ces initiatives impliquent souvent la construction ou la réhabilitation d’un bâtiment pour en faire une institution culturelle publique comme la Tate Modem (2000), le Lowry (2000), le Baltic et le Sage Centre (2003-2004). Ces projets, pourtant coûteux et ambitieux, se sont multipliés depuis 1997 et on leur a reproché de s’intéresser principalement aux revenus du tourisme et aux besoins de la classe moyenne (Evans, P. Shaw/DCMS, 2004 : 58).

  • 22 Tate Modem, page consultée le 12/09/2006, <http://www.tate.org.uk/modern/building/funding.htm>
  • 23 Tare, page consultée le 12/09/2006 <http://www.tate.org.uk/modern/transformingtm>, <http://www.tate.org.uk/about/pressoffice/pressreleases/lyear.htm> ; A. (...)

33Le projet de la Tate Modem a cependant bien résolu la tension entre touristes et résidants. Les fonds du London Borough de Southwark – conscient du potentiel économique du projet, mais soucieux du bien-être de ses habitants – étaient octroyés à cette condition. La construction a coûté 134 millions de livres sterling, dont environ 9 % d’English Partnership, l’agence nationale de régénération, 4,6 % de l’Arts Council et 37 % de la loterie nationale (Millennium Commission)22. Le succès de la Tate Modem est confirmé par la réalisation prochaine d’un agrandissement d’un coût de 397 millions de livres sterling qui doit être inauguré pour les Jeux olympiques de 2012. Prévue pour 1,8 million de visiteurs par an, elle accueille en effet aujourd’hui plus de quatre millions de visites (5,25 la première année) pour 2,5 millions d’entrées au Centre Pompidou et 2,7 millions au MOMA23. En termes économiques, la Tate Modem a rapporté entre 50 et 70 millions de livres sterling au borough de Southwark et créé 3 000 emplois (Locum, 2002 : 73).

  • 24 “unpretentious and laid-back”, K. Sabbagh, Power into Art, The Making of the Tate Modem, London, P (...)

34Un chargé de relations avec la population locale (community relations officer) a été nommé dès la phase initiale. Ce jeune homme « sans prétention et décontracté », expérimenté dans les projets de rénovation urbaine, mais extérieur au monde de l’art, devait éviter que le projet n’intimide les résidants et régler les relations quotidiennes avec eux. Leur avis fut pris en compte tout particulièrement sur l’aménagement des espaces autour du bâtiment. Ils furent invités à visiter le site en premier. Certaines écoles et associations du quartier ont établi des liens durables avec le musée qui s’engage à les développer davantage. Avant de construire l’annexe, la Tate Modem a rempli une des conditions du borough de Southwark qui était de financer un jardin communautaire exclusivement réservé aux habitants du quartier. Inauguré en 2007, il a été créé par un comité comptant des résidants de la cité adjacente et des artistes sur un modèle participatif alliant nature et arts24.

35La rénovation des quais de Gateshead offre un second exemple de rénovation par la culture. Christopher Frayling, historien d’art et directeur de l’Arts Council, comme les chercheurs, a insisté sur les gains engendrés, que ce soit pour l’économie du nord-est de l’Angleterre ou pour la qualité de vie des habitants. Selon une enquête, l’initiative aurait eu un impact sur les comportements de ces derniers. Le nombre de personnes déclarant que les arts jouent un rôle privilégié dans leur vie est passé de 23 % à 49 % en deux ans. 93 % des habitants de Newcastle/Gateshead considèrent en outre que, s’ils perdaient leurs activités culturelles, ce serait une perte de valeur. Une large majorité (83 %) pensait que le montant des subventions investies était correct (ACE/ONS, 2004 : 74-96). C’est une évolution depuis les années 1990 où dominait encore une frilosité de l’opinion publique face aux dépenses et à l’interventionnisme dans le secteur culturel. Christopher Frayling néglige cependant la retombée de la fréquentation et de la participation locale des premières années. Le chercheur Steven Miles juge que la réussite sera durable, précisément parce que le projet s’est concentré sur l’offre culturelle destinée à la population, alliant démocratisation de l’accès à la culture savante et diversité culturelle, et a mis les objectifs économiques et touristiques au second plan (Miles, 2005 : 1019-1028 ; Paddison & Miles, 2006).

36D’autres projets de régénération par la culture, moins nombreux, ont une importante dimension commerciale, tels le Lace Market de Nottingham (quartier culturel mixte), ou la Chocolate Factory à Haringey (Londres) dont les 10 000 m2 de locaux sont consacrés aux industries de la création. Enfin, ce modèle de régénération peut reposer sur un programme d’activités culturelles ou de festivals destiné à améliorer l’image d’un lieu (Ulverston Festival Town, Window on the World Festival, North Shields). La régénération du quartier de Hoxton à Londres, par un pôle d’industries de la création, a montré l’écart entre succès économique et succès social. Le quartier est devenu un lieu artistique à la mode. La gentrification qui en a découlé a chassé nombre de résidants et d’artistes pourtant à l’origine de la réussite du projet. En outre, bien que 1 000 emplois aient été créés, le taux de chômage des habitants d’origine n’a pas diminué (Middleton ; Evans & Shaw/DCMS ; 2004 : 17-18).

  • 25 “architectural symbolism and a sense of place are more important than the content of a museum”, Ri (...)

37Le succès de ces projets ne tient pas uniquement au contenu, mais au symbolisme architectural et au fait que la population puisse s’approprier ce nouvel espace public et son environnement immédiat25. Le Public, un centre d’art communautaire (community arts) à West Bromwich, qui a coûté 58 millions de livres sterling, a ouvert et fermé en 2006 malgré une architecture réussie. Les objectifs contradictoires des différents acteurs sont apparus dès la phase de conception, notamment entre les architectes et les futurs responsables de l’institution. Les premiers privilégiaient le prestige, les seconds la participation artistique locale. La consultation de la population n’a ainsi pas pu déboucher sur un projet de musée clair (Sudjic, 2006). Il semble ainsi que le DCMS ait raison d’insister sur la globalité des projets et l’investissement des habitants. Le contenu, la fonction du lieu et l’adhésion de la population à celui-ci restent essentiels malgré l’importance du bâti.

La régénération culturelle (cultural regeneration)

38L’activité culturelle est dans ce cas intégrée à la stratégie de régénération au même titre que les sphères sociales, environnementales et économiques. Le projet Birmingham’s Renaissance a ainsi intégré les arts à la politique et à l’urbanisme par l’intermédiaire de sa commission municipale Arts, Employment and Economic Development Committee (Evans & Shaw/DCMS, 2004 : 12 ; Kennedy, L. (ed.), 2004). Ce modèle est proche de celui de l’approche planifiée de la culture et de la régénération des villes privilégiée par le Fonds Européen pour le Développement Régional (FEDER) (Doustaly, 2004 : 103-120).

  • 26 V. Afrin, conseillère travailliste responsable du portefeuille Regeneration, Community and Leisure(...)

39De plus petites villes comme Preston se tournent vers ce type de régénération urbaine mixte, qui est jugée réaliste et équilibrée. La rhétorique gouvernementale sur le sujet se retrouve largement dans les paroles des élus travaillistes au pouvoir26. Les attributions du département dont dépend la culture sont révélatrices de leur politique : Regeneration, Community and Leisure Services. C’est l’un des départements les plus stratégiques de la mairie.

  • 27 Avencentral, page consultée le 12/09/2007, “News”, <http://www.avencentral.org.uk>

40La municipalité s’est engagée depuis 2000 dans un vaste travail de rénovation du centre-ville, encouragée par la North West Development Agency. Il s’est effectué en deux phases : le projet mixte et plus prestigieux du centre historique a été précédé par le financement public de la régénération d’une zone en déclin plus large, Avencentral (2000-2008), dont les objectifs socio-économiques (éducation, santé, communauté, criminalité, cadre de vie, emploi), reprenaient ceux du New Deal for Communities, et ne comptaient pas la culture. La ville, sélectionnée parmi les 88 collectivités prioritaires (Neigbbourhood Renewal Areas), a reçu vingt millions de livres sterling du Single Regeneration Budget, complétés par cinquante millions de fonds privés et publics gérés en partenariat par les différents acteurs (AvenCentral Partnership). La population a été sensibilisée au design urbain et a été consultée sur ses besoins par des activités intégrant parfois la pratique artistique comme moyen d’expression. Des évaluateurs issus du quartier (community evaluators) ont facilité les échanges et relayé l’information, notamment par l’intermédiaire d’un site internet détaillé. Il est prématuré de conclure à la réussite du projet, mais une évaluation complète, prévue en 2008, devrait apporter les premiers éléments chiffrés27.

  • 28 Municipalité de Preston, page consultée le 12/09/2007, “Tithebarn regeneration”, <http://www.preston.gov.uk/Category.asp?cat=767>
  • 29 “Lancashire County Council recognises that all great cities have a vibrant cultural strand and we (...)

41Après une large consultation publique, la municipalité a voté en 2003 le schéma directeur de régénération du centre historique (Tithebarn), qui comprendra un Cultural Quarter, une zone commerciale, le déplacement de la gare des bus et la suppression d’un grand parking. Les travaux devraient s’étaler de 2009 à 2013 et sont réalisés en partenariat avec les promoteurs Grosvenor et Land Lease pour un financement total qui s’élève à 500 millions de livres sterling. La ville espère créer ainsi 3 000 à 5 000 emplois en cinq ans28. Le projet de quartier culturel n’intègre pas la construction d’un bâtiment phare, bien que la rénovation du théâtre municipal soit prévue. La ville a la chance de compter le Harris Museum, un petit Victoria and Albert Museum, qui fait désormais partie du North West Hub et multiplie à ce titre les actions de médiation culturelle. Il participe de la politique dynamique et innovante de soutien au design de qualité et à l’art public de la municipalité. La ville cherche à développer une approche mixte de la culture autour des services publics et des industries créatives. Ainsi, elle a prévu la création d’un Centre de création numérique à l’Université d’UCLAN avec le soutien des industries créatives de la région. Ces professionnels bénéficient déjà de deux structures partiellement subventionnées : la PAD Gallery présente leurs créations et les studios Watermark leur offrent des espaces de travail29.

  • 30 A programme of “temporary art interventions for a transitional city”, entretien avec J. Green, Pre (...)
  • 31 ACE, page consultée le 15/08/2007 “art06 artists’ programme”, <http://www.arts.org.uk/regions/project_detail.php?id=498&rid=8>

42Un des responsables de la culture à la mairie, James Green, a convaincu le conseil municipal – en retrait sur le terrain après les critiques causées par des sculptures néo-classiques de syndicalistes locaux – d’adopter une approche participative, contemporaine et évolutive à l’art public. La politique de la municipalité dans le domaine, In Certain Places, est intimement liée à la rénovation de la ville et comporte trois volets30. Le premier volet a reçu le soutien du programme national destiné à intégrer les artistes aux projets de rénovation urbaine, PROJECT, conduit conjointement par la Commission for Architecture and the Built Environment et l’association de mécénat d’entreprise Arts & Business. Preston a gagné le « Visionary Award » d’une valeur de 15 000 livres sterling pour financer le Tithebarn Lead Artist Scheme qui fera intervenir deux artistes, Alfredo Jaar (New York) et Charles Quick (Leeds). Ces derniers ont collaboré avec les urbanistes dans l’élaboration du plan de rénovation du centre historique. Le second volet, Here + Now, présente des sculptures éphémères qui abordent la place de l’artiste dans la régénération des villes. Il fait intervenir dix artistes internationaux de 2006 à 2009. Le premier contact avec la population s’est noué en 2006 avec une fontaine de Jeppe Hein, Appearing Rooms, installée sur la place du marché. Le dernier volet, Speaking of Art, comprend une série de conférences et de débats sur le rôle de l’artiste dans la renaissance urbaine31.

  • 32 “Preston is a city which is taking a holistic approach to the added value of the arts across the s (...)
  • 33 ACE, page consultée le 15/08/2007, “Art 06”, <http://www.artscouncil.org.uk/aboutus/project_detail.php?browse=recent&id=488>

43Selon Arts Council North West, « Preston a choisi une approche globale de la valeur ajoutée des arts qu’il intègre au programme des communautés durables, à la fois par la rénovation physique de la ville elle-même et par la contribution nouvelle des artistes et des industries de la création. »32 Cette politique visant à se placer en troisième ville du nord-ouest semble réussir dans le secteur culturel puisque Preston a été choisie pour accueillir Art06, la troisième manifestation d’art contemporain de la région, après Liverpool et Manchester33.

La culture et la régénération (culture and regeneration)

44Dans ce modèle, la dimension culturelle n’a pas été intégrée à la stratégie, souvent parce que la responsabilité de l’offre culturelle et celle de la régénération relèvent de départements différents ou parce qu’il manque un défenseur pour porter le projet. L’intervention est alors souvent réduite et concerne généralement un coin inutilisé du site réhabilité : projet d’art public, mise en valeur d’un patrimoine, création d’un musée d’histoire locale.

  • 34 Locum, page consultée le 12/09/2007, <http://www.locum-destination.com>

45Dans certains cas, lorsqu’aucune offre culturelle n’a été envisagée, les résidants, les professionnels et/ou les organisations culturelles locales comblent de leur propre initiative ce qui est perçu comme un manque. Ils demandent alors une bibliothèque, des commissions à des artistes (mobilier urbain, œuvre d’art), ou un projet visant à laisser une trace de l’histoire du quartier avant sa réhabilitation. Ils peuvent parfois organiser des manifestations culturelles de façon autonome. Bien qu’introduites durant les étapes finales, ces interventions culturelles peuvent participer à la réussite du projet de régénération en complétant les infrastructures et les services prévus initialement (Evans & Shaw/DCMS, 2004 : 5). La théorie du consultant privé Richard Tibbott à ce sujet est que les projets de régénération urbaine ont besoin d’une identité (brand) que seule une démarche culturelle peut créer, même a posteriori34.

  • 35 “The important thing is that culture is fïrmly embedded in regeneration, not an add-on or an after (...)
  • 36 Bellenden Renewal Team, page consultée le 14/09/2007, “Bellenden Review”, p. 2. <http://www.southwark.gov.uk/Uploads/FILE_4601.pdf>

46Certains exemples vont à l’encontre de la déclaration de Tessa Jowell : « Il est essentiel que la culture soit fermement intégrée dans le projet de rénovation et non un accessoire ajouté après-coup.35 » Pourtant, la rénovation du quartier autour de Bellenden Road à Peckam (Londres) où aucun des objectifs, identiques à ceux de Preston, n’était culturel, est pourtant un exemple de réussite dans ce secteur. Il s’agissait de renverser l’image de déclin urbain en dix ans pour encourager les bailleurs – principalement privés – à rénover leurs biens. La consultation de la population, au cœur du projet, a fait ressortir des aspirations culturelles. Les artistes locaux, certains très connus, ont proposé leur aide après le vote du schéma directeur36. Le sculpteur de l’Angel of the North, Antony Gormley a créé des bornes de rue, des lampadaires et une arche. Deux fresques d’angle de bâtiment en mosaïque ont été dessinées par Tom Phillips, un des membres les plus réputés de la Royal Academy, qui, comme Antony Gormley, travaille dans un studio de Bellenden Road. Zandra Rhodes a imaginé un dallage et un arrêt de bus rose qui s’illumine. Ce cas peut être opposé à celui de la régénération par la culture dans le quartier d’Hoxton où la régénération par la culture a eu un impact social négatif (voir ci-dessus).

47La typologie présentée se concentre sur la façon d’utiliser les arts et la culture en vue d’une régénération physique et sociale, objectif principal du gouvernement Blair. On ne peut conclure à la supériorité d’un modèle sur un autre. Le premier peut être très rentable, mais comporte d’importants risques financiers. Le dernier, qui exclut a priori la culture, peut ensuite l’intégrer et déboucher sur une démocratie ascendante (bottom-up), encourager la cohésion sociale et assurer le succès de l’initiative à l’échelle locale. L’approche médiane est privilégiée par des villes de taille moyenne souhaitant conduire une politique de régénération globale. Tous ces modèles peuvent faire une place à la consultation des habitants, leur participation étant davantage assurée dans les deux derniers modèles, sans pour autant être impossible dans le premier, comme l’illustre l’exemple de la Tate Modem. Une autre typologie pourrait prendre en compte le type d’activités concernées et les objectifs culturels : associée à un bâtiment ou non, arts d’élite, arts communautaires, arts populaires, ou arts comme moyen d’expression locale et d’émancipation.

***

48L’incorporation de la culture à la rénovation urbaine a bénéficié à la fois de la politique insufflée à l’échelle nationale et de la décentralisation accrue à l’échelle régionale et locale. C’est une différence essentielle avec les programmes des années 1980 qui favorise les projets sur mesure et une réponse globale à des problèmes complexes. Les études de cas confirment l’importance accrue de la culture, parfois au prix de son instrumentalisation. Les politiques, désormais fondées sur des partenariats entre gouvernement local et national, acteurs privés et associatifs, semblent avoir un plus fort potentiel de réussite mais sont difficiles à mettre en œuvre. Les limites de certains des projets mixtes ont ainsi découlé des objectifs divergents entre les acteurs publics et les acteurs privés, peu soucieux de renaissance sociale.

49Tessa Jowell regrettait en 2004 un manque d’outils d’évaluation des objectifs socioculturels de ces projets. Force est de constater qu’au-delà des résultats économiques et urbanistiques, les moyens de mesures qualitatifs de l’impact culturel ne sont pas satisfaisants. Les indicateurs généraux (chômage, pauvreté, réussite scolaire) sont difficiles à relier directement à des programmes culturels, à l’exception des emplois engendrés de façon directe. L’évaluation se limite donc souvent à comptabiliser le nombre de visiteurs ou de participants locaux, nationaux et étrangers, au mieux en intégrant l’âge et la classe sociale. Les enquêtes d’opinions restent rares et sont généralement conduites durant l’engouement consécutif à l’inauguration des bâtiments. Les évaluations les plus complètes sont coûteuses (Evans & Shaw/DCMS : 23, 57-59 ; Belfiore, 2002 : 91-106).

50Il s’avère difficile d’évaluer de façon scientifique l’amélioration de la qualité de vie. Si la plupart des initiatives intégrant la culture semblent réussies en termes sociaux et constituent généralement pour les participants une expérience enrichissante et divertissante, leur capacité à introduire un nouveau public à la culture de façon durable reste donc à prouver. La médiation culturelle a cependant pris ici un tour participatif qui devrait être favorable à la démocratisation de la culture savante, voire à une démocratie culturelle laissant place à une culture à facettes multiples.

Bibliographie

Bibliographie

ACE, 2003, 2003 Annual Report, London, ACE.

ACE, 2004, 2004 Annual Report, London, ACE.

ACE/ONS, 2004, Arts in England 2003, Attendance, Participation and Attitudes, London, ACE.

ACE South East, 2003, The arts in Urban Renaissance, London, ACE.

ACGB, 1986, An Urban Renaissance : The Case for Increased Private and Public Sector Co-operation, London, ACGB.

Bailey, C., Miles, S., Stark, P., 2004, “Culture-led urban regeneration and the revitalisation of identities in Newcastle, Gateshead and the North East of England”, International Journal of Cultural Policy, vol. 10, no 1, p. 47-65.

Belfiore, E., 2002, “Art as a means of alleviating social exclusion : does it really work ? A critique of instrumental cultural policies and social impact studies in the UK”, International Journal of Cultural Policy, vol. 8, no 1, p. 91-106.

Bianchini, F., 2006, “Cultural Policies and Urban Change in Three West European Port Cities Since the Early 1990s”, Paper for the 4rth International Conference on Cultural Policy Research, 12-16/07/2006.

Bianchini, F., Parkinson, M., 1993, Cultural Policy and Urban Regeneration, the West European Experience, Manchester, Manchester UP.

Brennan, A., Rhodes, J., Tyler, P., 1999, “The Distribution of SRB Challenge Fund Expenditure in Relation to Local-area Need in England”, Urban Studies, vol. 36, no 12, p. 2069-2084.

Christiansen, R., 2006, “Birthplace of a cultural revolution”, The Telegraph, 02/01/2006.

DCMS, 1998, Creative Industries Mapping Documents, London, DCMS.

DCMS/Policy Action Team 10 (Arts and Sport), 1999, A Report to the Social Exclusion Unit, London, DCMS.

DCMS, 2000, Creating opportunities – Guidance for Local Authorities in England on Local Cultural Strategies, London, DCMS.

DCMS, 2004 a, Culture at the Heart of Regeneration, 2004 consultation, London, DCMS.

Evans, G., Shaw, P./DCMS, 2004 b, The Contribution of Culture to Regeneration in the UK : A Report to the DCMS, London : London Metropolitan University.

DCMS, 2004 c, Public Service Agreement 2001-04.

Creative Cultures, for the DCMS Local Government Team, 2004 d, Leading the Good Life, Guidance on integrating Cultural and Community Strategies, 2004.

DCMS, 2005 a, About Us, London, DCMS.

DCMS, 2005 b, 2005 Annual Report, London, DCMS.

DETR, 2000, Our Towns and Cities : The Future - Delivering an Urban Renaissance (The Urban White Paper), London, DETR.

Devlin, G., Hoyle, S., (Conseil franco-britannique), 2001, Le financement de la culture en France et en Grande-Bretagne, Paris, L’Harmattan.

Doustaly, C., 2004, « La politique culturelle britannique, entre particularisme et européanisation », in Sandu, T., (dir.), Identités nationales, identité européenne, visibilité internationale, Paris, L’Harmattan, p. 103-120.

Doustaly, C., 2007, Le soutien public à l'art en Angleterre du XIXe siècle à la fin des années 1960 : de la démocratisation de la culture à la démocratie culturelle ?, Université de Paris III. Thèse dirigée par M. le Professeur Jean-Claude Sergeant.

Evans, G. L., 2001, Cultural Planning : An Urban Renaissance ?, London, Routledge.

GLC, 1985, State of the Art or the Art of the State : Strategies for the Cultural Industries, London, GLC.

Gray, C., 2000, The Politics of the Arts in Britain, London, Macmillan.

House of Lords, Debates, “Muséums and Galleries”, Column 1229, 07/02/2008, <http://www.publications.parliament.uk/pa/ld200708/ldhansrd/text/80207-0010.htm>

Jones, Peeris S., 2003, “Urban Regeneration’s Poisoned Chalice : Is There an Impasse in (Community) Participation-based Policy ?”, Urban Studies, vol. 40, no 3, p. 581-601.

Jowell, T., discours prononcé lors du lancement de la consultation Culture at the Heart of Regeneration, 30/06/2004.

Kennedy, L., (ed.), 2004, Remaking Birmingham : The Visual Culture of Urban Regeneration, London, Taylor and Francis.

Kingshurst Consulting Group, 2005, Review and Consultation on the implementation of Renaissance in the Regions : a Report for MLA, part one.

Leaney, E., 2006, From Accesss to Participation, Cultural Policy and Civil Renewal, London, IPPR.

Liverpool City Council, 1987, An Arts and Cultural Industries Strategy for Liverpool : A Framework, LCC.

Local Government Association, 2000, A Change of Scene, The Challenge of Tourism in Regeneration, London, LGA/DCMS.

Locum, 2002, Locum Destination Review, no 9.

Middleton, C., 2002, “The Beautification of Bellenden”, The Telegraph, 12/10/2002.

Miles, S., “Understanding the cultural ‘case’ : class, identity and the regeneration of Newcastle/Gateshead”, Sociology, vol. 39, no 5, 2005, p. 1019-1028.

MLA, 2006, Renaissance : A Ground-breaking Investment in England’s Regional Museums, London, MLA.

MLA, 2008, Renaissance : Results for 2006-07, London, MLA.

Myerscough, J., et al., The Economic Importance of the Arts in Britain, London, Policy Studies Institute, 1988.

NCA, réponse à la consultation Culture at the Heart of Regeneration (document accessible aux seuls adhérents), 26/10/2004.

Paddison, R., Miles, S., (eds), 2006, Culture-led Urban Regeneration, London, Routledge.

Rogers, R., “An Urban Renaissance”, in R. Scholar (ed.), Divided Cities, Oxford, OUP, 2006, p. 135-156.

Urban Task Force, 1999, Towards An Urban Renaissance, London, Spon Press.

Sudjic, D., 2006, “What looks like a magenta fish, cost £52m and closed before it opened ?”, The Guardian, 25/06/2006.

Smith, C., 1998, Creative Britain, London, Faber & Faber.

Vickerey, J., 2007, The Emergence of Culture-led Regeneration, A Policy Concept and its Discontents, Research Paper no 9, Warwick : Centre for Cultural Policy Studies.

Annexes

Sigles

Arts Council England (ACE), 1994-2002, 2002-

Arts Council of Great Britain (ACGB), 1946-1994

Commission for Architecture and the Built Environment (CABE), 2000-

Department of Culture, Media and Sport (DCMS), 1997-

Department of the Environment, Transport and the Regions (DETR), 1997-2002

Fonds Européen pour le Développement Régional (FEDER), 1975-

Greater London Council (GLC), 1980-86

Museums, Libraries and Archives Council (MLA), 2000-

Regional Development Agency (RDA), 2002-

Single Regeneration Budget (SRB), 1994-

Notes

1 Jusqu’en 2012, une 6e division est chargée des jeux olympiques. DCMS, page consultée le 02/01/2008, <http://www.culture.gov.uk/>

2 “My own blunt evaluation of regeneration programmes that don’t have a culture component is they won’t work. Communities have to be energised, they have to be given some hope, they have to have the Creative spirit released.”, Robert Hughes, directeur de la municipalité de Kirklees, 1998. Cité par G. Evans, P. Shaw, The Contribution of Culture to Regeneration in the UK : A Report to the DCMS, London : London Metropolitan University, 2004, p. 2.

3 Ce terme de communauté, que nous traduirons souvent par habitants car son usage est différent en français, est utilisé de façon presque systématique dans les documents officiels. Il est présent dans l’intitulé du ministère, le Department of Communities and Local Government, créé en mai 2006 pour reprendre les responsabilités de l’Office of the Deputy Prime Minister. “the vital role the arts play in revitalising urban communities”, ACE South East, The Arts in Urban Renaissance, 2003 ; ACE, 2003 Report, p. 83.

4 “Cities for People”, R. Rogers, “An Urban Renaissance”, in R. Scholar (ed.), Divided Cities, Oxford, OUP, 2006, p. 153.

5 “Breathing new life and vitality into an ailing community, industry and area [bringing] sustainable, long term improvements to local quality of life, including economic, social and environmental needs.”, Local Government Association, A Change of Scene, The Challenge of Tourism in Regeneration, London, LGA/DCMS, 2000, p. 17 ; R. Paddison, S. Miles (eds), 2006, Culture-led Urban Regeneration, London, Routledge, introduction.

6 De nombreuses responsabilités ont été délocalisées suite à la réforme de l’Arts Council en 2002. North West Arts Board, Annual Report, 2001-2002, Manchester, NWAB, 2002, p. 36.

7 “The Department recognises that some local authorities and individuals are uncomfortable with the term ‘culture’. [...] Local Cultural Strategies need to be inclusive and reflect the local community’s overall ways of life, its experiences, activities, choices, values and uniqueness.”, DCMS, Creating opportunites - Guidance for Local Authorities in England on Local Cultural Strategies, London: DCMS, 2000, p. 5-6.

8 “Demonstrate the benefits of integrated approaches, particularly in showing how culture can support the delivery of community priorities for improved quality of life and local well-being”, “culture is central to the quality of life of local communities; it is inclusive and ‘joined up’ already with people’s key concerns.”, Creative Cultures, for the DCMS Local Government Team, Leading the Good Life, Guidance on integrating Cultural and Community Strategies, 2004, p. 2-5.

9 “[Since] 2003, English Heritage [...] has nine regional Outreach Officers who have produced over 40 projects, ranging from spoken history to community archaeology digs, arts projects exploring issues around regeneration and creating a heritage garden. The work is developed in partnership with local organisations to ensure that it fits in with local priorities.”, DCMS, 2005 Report, p. 36.

10 “Culture, but not just its aesthetic dimension, can make communities. It can be a critical focus for effective and sustainable urban regeneration. The task is to develop an understanding (including methods of study) of the ways - cultural and ethical - in which even the ‘worst estates’ can take part in and help shape the relics of their city (and society) [...]. This is a massive challenge to academics, professionals, business, and to local and ultimately national government and - of course, citizens. But nothing less can work.”

11 “Of course, culture matters for its own sake. It has an important role to play in defining and preserving identity - of the individual, of communities and of the nation as a whole. And just as the Government is tackling material poverty, improving the education System and health service, so we must address poverty of aspiration to build a society based on fairness and opportunity. [And] We must learn more about how to get the very most out of every pound spent to improve the quality of life in all our communities.”

12 “We set up a project to look at the evidence for culture as a key driver of social, economic and environmental regeneration. We carried out a review of published literature, and have consulted widely across the public, private and voluntary sectors on what more needs to be done to ensure that culture is embedded in regeneration schemes. We plan to publish a public consultation document this year which will provide evidence of culture’s positive impacts on those living in deprived urban and rural areas, and which will suggest some areas for further work.”

13 “Success for us will be when culture is as important to planners, developers and government when looking at new projects, as the economy and jobs currently are.”

14 “The CHAMPS formula Cultural activity, Heritage, Appearance, Mixed-use developments, Participation and consultation, Singularity.”, ibid.

15 DCMS/ACE, “Funding Agreement”, 2001-2003, 2003-2006, 2006-2009, page consultée le 14/09/2007, <http://www.artscouncil.org.uk/boutus/agenda.php>

16 “high quality culture”, Creative Partnerships, page consultée le 14/09/2007, <http://www.creative-partnerships.com/offer>, <http://cp-static.co.uk/static/offer/prospectus.pdf>.

17 Les subventions de la Millennium Commission se sont élevées à 13,5 millions de livres sterling pour le Royaume-Uni et à 6 millions pour l’Arts Council England. Millenium Commission, page consultée le 14/09/2007 <http://www.millennium.gov.uk/lottery/urban_cult_prog.html>

18 “Museums for changing lives”, “Renaissance is the first central government investment of its kind for museums. It enables regional museums to raise their standards and make a real difference to learning, social inclusion and economic regeneration [through] new ventures that cross culture, education, tourism and community action”, MLA, 2006, Renaissance : A Ground-breaking Investment in England’s Regional Museums, London, MLA, p. 5-7.

19 En lien avec l’évaluation des collectivités locales (Best Value Performance Indicators et Comprehensive Performance Assessment). MLA, page consultée le 12/09/2007, <http://www.mla.gov.uk/policy/Communities/gso_overview/>.

20 “There is now a powerful mix of ethical, economic, political, and social imperatives which require museums to work more closely with their neighbouring communities.”, Séminaire organisé par Renaissance North West. “Are we here just for show ? Community engagement for museum”, 25/09/2006.

21 “The lack of discernible cultural activity or provision [...] does not necessarily mean that cultural activity is absent, only that it is not being promoted (or recognised) as part of the process.”, G. Evans, P. Shaw/DCMS, op. rit., p. 5.

22 Tate Modem, page consultée le 12/09/2006, <http://www.tate.org.uk/modern/building/funding.htm>

23 Tare, page consultée le 12/09/2006 <http://www.tate.org.uk/modern/transformingtm>, <http://www.tate.org.uk/about/pressoffice/pressreleases/lyear.htm> ; A. Riding, “Tate Modem Announces Plans for an Annex”, New York Times, 26/07/2006.

24 “unpretentious and laid-back”, K. Sabbagh, Power into Art, The Making of the Tate Modem, London, Penguin, 2001, p. 86-88. Tate Modem, pages consultées le 12/01/2008, <http://www.tate.org.uk/modern/transformingtm/partnerships.shtm>, <http://www.tate.org.uk/modern/building/garden.htm>

25 “architectural symbolism and a sense of place are more important than the content of a museum”, Richard Tibbott, directeur de Locum, 2002. Locum, bureau de conseil spécialisé dans le secteur des loisirs, a travaillé sur de nombreux projets culturels (Tate Modem, Lowry, Baltic) et est sollicité fréquemment par l’Arts Council, Englisb Heritage et le secteur privé. Locum, page consultée le 25/06/2006 <http://www.locum-destination.com>.

26 V. Afrin, conseillère travailliste responsable du portefeuille Regeneration, Community and Leisure à la mairie de Preston (entretien du 10/10/2003).

27 Avencentral, page consultée le 12/09/2007, “News”, <http://www.avencentral.org.uk>

28 Municipalité de Preston, page consultée le 12/09/2007, “Tithebarn regeneration”, <http://www.preston.gov.uk/Category.asp?cat=767>

29 “Lancashire County Council recognises that all great cities have a vibrant cultural strand and we are therefore keen to help develop Preston’s enormous potential as a new city, and its key contribution to Lancashire as a sub-region and to the Northern Way strategy.”, Carolyn Primett, responsable de l’Art Public au Lancashire County Council. ACE North West, ACNW News, no 18, 10/05.

30 A programme of “temporary art interventions for a transitional city”, entretien avec J. Green, Preston, (12/10/2005).

31 ACE, page consultée le 15/08/2007 “art06 artists’ programme”, <http://www.arts.org.uk/regions/project_detail.php?id=498&rid=8>

32 “Preston is a city which is taking a holistic approach to the added value of the arts across the sustainable communities agenda, both in the physical renewal of the city itself and the revitalising contribution of its artists and creative industries.”, ACE North West, ACNW News, no 18, 10/05.

33 ACE, page consultée le 15/08/2007, “Art 06”, <http://www.artscouncil.org.uk/aboutus/project_detail.php?browse=recent&id=488>

34 Locum, page consultée le 12/09/2007, <http://www.locum-destination.com>

35 “The important thing is that culture is fïrmly embedded in regeneration, not an add-on or an afterthought.”, T. Jowell, discours prononcé lors du lancement de la consultation Culture at the Heart of Regeneration, 30/06/2004.

36 Bellenden Renewal Team, page consultée le 14/09/2007, “Bellenden Review”, p. 2. <http://www.southwark.gov.uk/Uploads/FILE_4601.pdf>

Auteur

Université de Paris XIII-Villetaneuse

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search