Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vers une renaissance anglaise ? Dix ans de politique travailliste de la ville

 | 
Sylvie Nail
, 
David Fée

L’Urban Renaissance : la ville selon Richard Rogers ?

Stéphane Sadoux, Gilles Novarina et Charles Ambrosino

Résumé

British urban regeneration policy in the 1980s was property led. Following the election of Tony Blair however, Britain moved towards a design led urban renaissance. This chapter aims at exploring the intricacies of the New Labour’s urban policy agenda, with special reference to the recommendations of the Urban Task Force, chaired by Richard Rogers. It examines some of the most influential publications upon which this new discourse is based and details some of the institutional mechanisms that have underpinned its implementation.

Texte intégral

  • 1 Ensemble de parcelles. Selon le petit Robert, un tènement désigne la « réunion de propriétés conti (...)

1 Lorsque Tony Blair reconduit le (New) Labour au pouvoir au milieu des années 1990, une crise du logement sans précédent depuis l’entre années 1990, une crise du logement sans précédent depuis l’entre-deux-guerres s’ajoute pressant de requalifier les zones urbaines en déclin. Des rapports alarmants, publiés dès 1995, avancent que la construction de 4,4 millions de logements sur la période 1991-2021 sera nécessaire si le pays veut faire face à la demande latente ; la majeure partie de ces demandes concerne la capitale. Aussi, face à l’ampleur du chantier, le gouvernement engage une réflexion, coordonnée par l’architecte-urbaniste Richard Rogers, sur la régénération des emprises industrielles vacantes, mitant les zones urbaines centrales. Les études prévoient que 60 % des logements neufs doivent être développés sur des brownfields (terrains déjà occupés, ou qui ont précédemment été occupés, par opposition au greenfields, terrains vierges) et plus particulièrement sur des tènements1 industriels décontaminés et viabilisés.

2Pour cerner la pensée urbanistique de R. Rogers, et a fortiori celle du gouvernement britannique, l’analyse de deux documents complémentaires s’avère incontournable : Des Villes pour une petite planète, ouvrage paru en 1997, aux airs de manifeste pour la ville, écrit par R. Rogers lui-même et nourri de l’expérience internationale de l’urbaniste plus que de l’architecte et Towards An Urban Renaissance, véritable guide de la renaissance urbaine paru en 1999.

3Il ressort de l’analyse de ces deux livres le modèle urbain auquel se rattache R. Rogers, ainsi que les outils de sa mise en œuvre. Ces deux documents concourent à valoriser une ville durable, compacte et polycentrique. Attaché à l’altérité, R. Rogers laisse une place prépondérante au domaine public, suture entre les espaces de tous statuts et ciment d’une ville à taille humaine. Dans ce contexte, l’urban design, traitement des continuités urbaines, s’est progressivement imposé comme moteur de la renaissance urbaine.

L’Urban Task Force

  • 2 “The Urban Task Force will identify causes of urban decline in England and recommend practical sol (...)
  • 3 “It will establish a new vision for urban regeneration founded on the principles of design excelle (...)

4En avril 1998, Richard Rogers, ami de Tony Blair, est sollicité par le vice-Premier ministre et secrétaire d’État à l’environnement, John Prescott, pour présider l’Urban Task Force (UTF). La mission de R. Rogers est de coordonner une commission d’experts, issus des secteurs privé et public, ainsi que de nombreux groupes de travail. L’objectif de l’UTF est d’identifier les causes du « déclin urbain » en Angleterre et d’émettre « des recommandations et des solutions pratiques afin de renflouer démographiquement villes, cités et quartiers2 (UTF, 1999 : 5). Aussi les enjeux sont-ils clairement circonscrits : « L’Urban Task Force identifiera les causes du déclin urbain en Angleterre ainsi que les moyens d’y remédier. » Il s’agit également pour elle d’établir « une nouvelle vision de la régénération urbaine fondée sur les principes de l’excellence de conception, du bien-être social et de la responsabilité environnementale, et cela, dans un cadre économique et législatif viable.3 (ibid.).

5Dans cette optique, l’Urban Task Force multiplie les déplacements dans différentes villes anglaises, mais aussi européennes et nord-américaines. Le rapport final rendu par la commission et intitulé Towards an Urban Renaissance, foncièrement pro-urbain, fait état d’une certaine vision de la ville anglaise. Ce rapport constitue l’amorce théorique et prospective d’une philosophie des politiques urbaines focalisée sur la régénération physique et sociale de la ville.

6Le débat autour des modalités de réutilisation des friches industrielles s’est jusque-là cantonné aux seules dimensions techniques de la décontamination des sols pollués. R. Rogers et son équipe proposent d’aller plus loin en intégrant dans leur réflexion la dimension sociale de la renaissance urbaine. Les propositions qui en ressortent visent à rendre l’espace urbain attractif aux yeux des différentes populations susceptibles d’y travailler et de l’habiter. La ville est ici considérée comme une entité globale, un tout qui doit permettre les mutations économiques contemporaines tout en satisfaisant les besoins et aspirations de chacun. La qualité de vie apparaît dès lors aussi importante que celle des infrastructures. L’Urban Task Force se réfère explicitement au modèle européen de la ville qu’explore le rapport produit par la Commission européenne en 1990, le Livre vert sur l’environnement urbain. Un développement urbain plus dense accompagné d’un système intégré de transports en commun, l’usage mixte de l’espace (activité, logement, loisirs, emploi), le brassage social et ethnique : tels sont les éléments-clés de la ville durable.

L’impératif de la durabilité

7R. Rogers fonde son modèle urbain sur la base de l’impératif environnemental. Actuellement l’espace urbain, en tant que lieu de concentration d’activités, de populations et de flux, accueille la majorité de la population. Inévitablement, les villes s’étalent, se ségréguent et sont à l’origine de processus de dégradation voire d’extinction d’écosystèmes, « la pire menace pour la survie de l’humanité » (Richard Rogers cité dans Burdett, 1996 : 7). Aussi faut-il veiller à « les transformer et trouver un mode de croissance plus équilibré, plus respectueux de l’environnement » (ibid.). S’appuyant sur les récentes avancées de la recherche ainsi que les diverses prises de position à l’échelle mondiale, Rogers souligne le caractère impérieux du maintien et de la protection de l’environnement dans toute entreprise prospective d’aménagement et de réflexion sur l’espace, « c’est dans les villes que ce concept de développement durable possède la plus grande acuité » (ibid.). Cette idée « doit désormais guider la planification urbaine » (ibid). La ville selon R. Rogers doit avant tout être durable, « dans la mesure où elle offre les infrastructures indispensables à une administration intelligente et économe de ses ressources, qui minimise sa consommation d’énergie et qu’elle reconnaît son rôle-clé dans l’équilibre écologique global. » (ibid. : 22)

  • 4 Fillion O. et Vienne M. (1998). Essai. Nouvelles communications, nouvelles urbanités. Les nouveaux (...)

8Tel que le souligne Odile Fillion et Michel Vienne4, « l’architecte s’attache à développer une pensée de la ville qui exprime et célèbre l’accélération des changements sociaux, techniques, politiques et économiques ; faite de permanence et de transformation, où prennent place vitalité urbaine et dynamique économique et où se reflètent l’évolution et le recoupement des fonctions. Les architectes et les urbanistes ont à imaginer de nouveaux prototypes d’organisation spatiale et d’habitat intégrant les nouvelles technologies. Les villes à l’avenir ne seront plus zonées en ghettos voués à une seule activité. Vie, culture, travail, commerce, enseignement, loisirs se chevaucheront, abrités par des structures continues, variées et changeantes ».

9Les villes « rassemblent des énergies physiques, intellectuelles et créatrices. C’est cette dynamique sociale et culturelle, bien plus qu’un équilibre esthétique né d’un projet urbanistique, qui constitue l’essence de la beauté urbaine » (ibid. : 7). Au centre de ces considérations, la technologie. Bien souvent introduite par le discours politique comme seul moteur de l’évolution, elle tend aujourd’hui à prendre un nouveau visage. Le problème, affirme R. Rogers, « (...) tient à son utilisation (...) elle [la technologie] peut être utilisée à des fins positives et faire progresser la justice sociale (...) C’est ici que l’esprit de modernité prend tout son sens » (ibid. : 8). Le défi, à l’entendre, « (...) consiste à rompre avec un système qui considère que la technique et l’argent sont les instruments du profit (...) plutôt que des moyens mis au service de la justice sociale et de la protection de l’environnement. » (ibid. : 8). En substance, R. Rogers retient du mouvement moderne le mariage fécond entre technologie et progressisme, mais l’adapte aux besoins d’une société soucieuse d’aménager son futur, toujours plus urbain et non dépourvue d’un sens social et culturel de l’urbanité.

Une ville compacte et polycentrique

10C’est une nouvelle approche de la ville en tant que système écologique que l’architecte défend, une ville à métabolisme en circuit, minimisant les nouveaux entrants (besoins en nourriture et énergie), réduisant les déchets (organiques et minéraux) en optimisant le recyclage des biens de consommation. C’est pourquoi la ville de R. Rogers se fait dense et exprime le rejet du développement monofonctionnel et de la suprématie de la voiture. « C’est le transport qui fera ou défera la durabilité de la ville » (Rogers, 2000 : 198). Une gestion intégrée des transports s’avère ainsi incontournable.

Figure 1 : La ville compacte, par opposition à la ville dispersée ou à la périphérie sans fin, manière de faciliter les contacts sociaux et de permettre l’existence d’une multiplicité de fonctions qui la rendent vivante vingt-quatre heures sur vingt-quatre : système urbain concentré, transports en commun et services efficaces, consommation d’énergie réduite. Source : Urban Task Force, 1999.

Figure 2 : La ville polycentrique « basée sur le concept de quartiers satellites construits autour de nœuds de transports locaux : train, autobus, automobiles, bicyclettes et rues piétonnes ; chacun des nœuds fonctionne comme le centre d’une communauté distincte aux dimensions idéales, qui fournit tous les services sociaux et administratifs nécessaires à ses membres. » (Burdett, 1996 : 22) Source : Urban Task Force, 1999.

11Organisée selon une rythmique scalaire calibrée par le couple usage/distance à parcourir, l’espace urbain se structure autour de quatre échelons : local, neighbourhood, ville et région urbaine. À chacune de ces unités formelles correspond un éventail de fonctions. Autour des voisinages, pôles situés aux points d’interconnexion des transports publics, se concentrent activités sociales et commerciales nécessaires à la vie quotidienne (« local »). Chaque neighbourhood, symbole de la ville dense et des courtes distances, se développe, tout en maintenant un domaine public varié et continu (parcs, squares et espaces publics). Une fois connectés en réseau, ceux-ci donnent corps à une ville compacte qui, s’articulant aux autres grappes multipolaires, s’organise en une région urbaine polycentrique.

12Le problème ainsi posé appelle nécessairement à questionner qualitativement les fondements d’un modèle de développement urbain soutenable, les canons de son urbanité. L’urbanité selon Richard Rogers, marqué par sa jeunesse florentine, est une qualité caractéristique de la ville traditionnelle dense, « à l’européenne ». Les propos de Peter Hall, membre de l’Urban Task Force, sont évocateurs :

  • 5 Propos recueillis par Thierry Paquot, le 2 novembre 2000 à Londres et traduits par Annie Zimmerman (...)

Bien sûr, Richard croit passionnément en la ville traditionnelle et en ce qu’il considère comme la cité européenne. Fondamentalement, il n’aime pas la tradition de la banlieue anglaise. C’est sans doute parce qu’étant né à Florence, il voit les choses à l’italienne ! Quelques-uns de ses arguments sont cependant très justes. Il faut bien se rendre compte que la plupart des aménagements que nous avons réalisés au Royaume-Uni ne sont pas satisfaisants, à cause de leur très faible densité qui ne permet pas de supporter les coûts des réseaux de transport public. Les extensions périphériques typiques des petites villes du sud de l’Angleterre, par exemple, ne sont pas desservies par les transports publics. Ce qui ne laisse aucun choix aux habitants et les contraint d’emblée à un certain mode de vie. Richard Rogers se bat contre cela, pour d’avantage d’urbanité5.

Le domaine public et la renaissance urbaine

13R. Rogers structure son modèle urbain en réaction à la ville anglaise édifiée sous l’ère Thatcher. À cette époque, « la ville a été considérée comme une arène consumériste. L’opportunisme politique et commercial a empêché de maintenir l’accent du développement urbain sur la satisfaction des vastes besoins sociaux de la société et l’a reporté sur celle des besoins circonscrits des individus » (Rogers, 2000 : 31). Prenant appui sur l’exemple des Docklands à Londres, ce dernier déplore l’attitude du gouvernement central favorisant une logique de marché « où le retour sur investissement est rapide » consistant à « attendre que les aménageurs choisissent des sites et demandent des permis de construire » (ibid. : 135). Dans la course à l’aménagement, le complexe monofonctionnel l’a emporté sur l’espace public et les activités mixtes, « il en résulte une surabondance de bureaux agglutinés et un mélange au petit bonheur d’aménagements commerciaux s’entremêlant à des grappes de logements » (ibid. : 137). L’aménagement à court terme corrompt « la chance de créer des quartiers vivants et des communautés durables » (ibid.).

  • 6 “The low density, car-based, single-use zoned, socially divided and privatised space”.

14S’appropriant la dichotomie « espace d’esprit ouvert/espace d’esprit étroit » (ibid. : 26) façonnée par Michael Walzer, R. Rogers propose une vision de la ville considérant en abscisse la multiplicité des usages, en ordonnée l’accessibilité de la ville et se donne pour tangente immuable le « public realm » (le domaine public), « ciment d’une société urbaine » (ibid. : 35)... « En me promenant à travers les célèbres espaces publics d’Europe - la Galerie couverte de Milan, les Ramblas de Barcelone, les parcs de Londres ou les espaces publics autour des marchés-, j’ai l’impression de ne faire qu’un avec la ville » (ibid. : 34). La qualité des espaces publics, dans la pure tradition du modèle de ville européenne, est ici opposée à ce que l’on pourrait appeler le modèle nord-américain « l’espace à faible densité, privatisé, socialement divisé, fondé sur la primauté de l’automobile et sur un zonage caractérisé par un usage unique » (ibid.)6.

15La conviction profonde de R. Rogers, selon laquelle il existe un lien entre forme spatiale et comportement social - « la forme de la ville peut encourager une culture urbaine qui génère la citoyenneté » écrit-il (Rogers cité dans Burdett, 1996 : 21) - trouve ses racines dans les travaux de Jane Jacobs qui, dans le contexte de l’Urban Renewal nord-américain des années 1960, soutenait déjà l’idée d’une ville structurée par l’espace public, autour de quartiers denses et plurifonctionnels, accordant à la rue, support de l’altérité, une fonction sociale garante du bon fonctionnement communautaire. L’espace d’esprit ouvert se prête naturellement « à croiser le regard des autres et à participer » ; square animé, rue pleine de vie, marchés, parcs et terrasses de café sont autant de lieux favorables à « la mixité des âges, des races, des cultures et des activités », au « mélange de communauté et d’anonymat, de familiarité et de surprise, et même à cette sensation d’excitation dangereuse » (Rogers, 2000 : 36).

16Réhabiliter l’espace collectif, c’est rappeler que « les villes sont un compromis entre droit privé et responsabilité publique » (ibid. : 95). Il s’agit de repositionner l’espace public au sein du domaine public, cette « suite d’espaces sans rupture et sans cesse changeante », définie par « la masse tridimensionnelle de chaque bâtiment individuel » et qui constitue la « signature de la ville » (ibid.). Le traitement des espaces semi-publics et des continuités urbaines reste la clé d’un domaine public de qualité. Rogers plaide pour l’intégration au tissu urbain. Or, aujourd’hui, c’est avec amertume qu’il constate que « le domaine public se restreint du fait de l’impérieuse exigence de sécurité, de l’instauration de droits d’entrée dans les établissements culturels, du déclin des équipements collectifs et de la prédominance de la voiture », le réduisant à d’exigus trottoirs, à un espace d’esprit étroit caractéristique des nouveaux programmes urbains où « les entreprises sont isolées et regroupées dans des parcs d’activités ; les commerces sont regroupés dans des centres commerciaux où l’on a tracé des rues de théâtres ; les foyers sont regroupés dans des banlieues résidentielles et des lotissements » (ibid. : 97). Aux rues et aux squares de ce domaine public factice, conclue-t-il, « il manque inévitablement la diversité, la vitalité et l’humanité de la vie quotidienne en ville » (ibid. : 27).

17En ce sens, son refus d’une ville de monuments isolés et son choix d’une cité de rues et de places reflètent sa sensibilité au vent de contestation qui souffla sur la pensée moderne à l’occasion du neuvième Congrès International de l’Architecture Moderne organisé en 1959 à Aix-en-Provence. Toutefois la proximité de la pensée urbanistique de Rogers et de celle de Candilis ou des époux Smithson s’arrête là où commencent ses accointances avec la tradition typo-morphologique des années 1970-1980, autour notamment de Manuel de Solà Moralès, d’Aldo Rossi et de Philippe Panerai. En effet, tandis que les travaux de la Team 10 sur la cluster city annonce l’ère du « brutalisme constructif » et des mégastructures, le Londonien s’attache à ancrer sa ville dans le réseau (le « web ») de rues, parcs, squares et jardins, autant d’espaces publics « légués par les siècles précédents » (ibid. : 95). La recherche d’une continuité entre neuf et ancien, entre public, semi-public et privé, inspire les nombreux plans d’urbanisme établis par son agence.

18Dès le début des années quatre vingt, l’agence de Rogers élabore de nombreux masterplans aux échelles urbaine et régionale. Sensible aux dimensions sociale et politique de l’architecture, l’agence étudie notamment toute une série de projets de restructuration de l’espace public londonien pour une « nouvelle ville humaniste ». Outre les plans élaborés pour Florence, Berlin et Shanghai, l’agence s’attelle à la régénération de zones industrielles à Liverpool et à Dunkerque ainsi qu’à la réhabilitation du quartier Alcazar à Marseille ; de même, elle conçoit un plan régional écologique pour un parc de la science et de l’industrie sur l’île de Majorque. Cette nouvelle génération de projets révèle l’influence croissante d’une conception de la composition urbaine réceptive, non seulement à la problématique environnementale, mais aussi aux dimensions typo-morphologiques de la fabrication de la ville. En 1986, Richard Rogers Partnership propose, dans le cadre d’une exposition, dont le titre est « Londres telle qu’elle pourrait être », un ambitieux projet d’aménagement à l’échelle métropolitaine (Burdett, 1996 : 236-239). Parmi les propositions, il faut citer la requalification des berges de la Tamise (élargissement du domaine public par création le long du fleuve de promenades, plantées d’arbres et installations de passerelles permettant de renforcer les liens entre les deux rives).

L’Urban design : une question de morphologie urbaine

19Selon R. Rogers, seul un urban design, conçu en amont de toutes réflexions urbanistiques et de manière concertée avec la population, peut générer une renaissance urbaine durable. L’urban design peut être défini comme « le processus de conception et de réalisation d’arrangements physiques permettant de maîtriser l’organisation formelle de la croissance urbaine à travers permanence et changements » (Choay et Merlin, 2005 : 909). Towards an Urban Renaissance en délivre les éléments-clés. Ils consistent en une liste de principes destinés à poser les bases d’une réflexion sur l’espace (brownfield, greenfield ou ensemble immobilier à réhabiliter). Pris un à un, ils n’ont que peu d’intérêt. C’est la synthèse des principes qui impulse une dynamique de design spatial et qui permet d’évaluer les potentialités d’un territoire, quel que soit le type de développement qu’il est susceptible d’accueillir. Plus qu’une solution, l’urban design s’offre comme une méthode.

Figure 3 : L’îlot ouvert, perméable aux continuités urbaines, est composé d’immeubles collectifs, de taille variée et de typologie diversifiée. Source : Urban Task Force, 1999.

20Déjouant le critère de la densité en le réduisant à un simple indicateur, l’architecte plaide pour un urban design, sensible aux formes productrices d’espaces collectifs. R. Rogers propose une forme urbaine, dont Barcelone, Zurich et Amsterdam (villes dans lesquelles les membres de la Task Force ont eu l’occasion de se déplacer) seraient les étalons. Autour d’une certaine morphologie urbaine, se joue le retour à la ville européenne continentale, l’unité privilégiée étant l’îlot ouvert. L’îlot ouvert, perméable aux continuités urbaines, est composé d’immeubles collectifs, de taille variée et de typologie diversifiée. La tenure des logements est mixte et s’étale du privatif au locatif social. Différents types d’espaces (privé et semi-public) alternent subtilement autour d’un cœur d’îlot, au statut public, abritant un espace vert (jardin, square, parc) et toute une gamme d’équipements (crèche, jeux d’enfant et centre communautaire). En pied d’immeuble, commerces et services publics constituent les activités garantes d’une rue animée. L’ensemble est porteur de l’urbanité recherchée.

21R. Rogers, en le réactualisant, affiche une proximité avec le modèle urbain d’Idelfonso Cerdà. Le Barcelonais concevait l’espace urbain selon une double logique, le séjour et le mouvement (Cerda, 2005). Ainsi, déplacement et logement, voies et îlots, prenaient place dans une vaste stratégie d’aménagement d’ensemble vouée à améliorer la distribution territoriale des activités humaines. Rogers, tout comme Cerdà, propose de penser le territoire dans la diversité de ses échelles. Là où le Londonien se démarque toutefois, c’est dans sa conception prospective de l’aménagement au moyen d’une planification stratégique.

La publication de l'Urban Design Compendium

22La promotion de 1’urban design fait l’objet d’une attention soutenue des autorités nationales. Peu après la publication en 1999 du rapport Towards an Urban Renaissance, deux agences gouvernementales, English Partnership et The Housing Corporation, passent commande à un cabinet privé d’urbanistes d’un compendium (ou abrégé de design urbain). L’Urban Design Compendium (Llewelyn-Davies, 2000) se présente comme un guide à destination non seulement des équipes de maîtrise d’œuvre, mais aussi des investisseurs et des stakeholders. Rédigé en termes simples et abondamment illustré, ce précis propose une démarche à suivre et établit une série de principes à respecter lorsqu’il s’agit par exemple de tracer les espaces publics ou de délimiter des îlots.

23L’urbanisme a changé de nature. Alors qu’à la fin des années 1950, les projets d’extension ou de rénovation (renewal) visaient à satisfaire, sur la base de solutions standardisées, les besoins de logement, d’équipement ou d’emploi, l’objectif de la régénération urbaine est de créer, dans le cadre d’un dialogue avec les acteurs de la société civile, des lieux dotés d’identité (places of distinction par opposition à anywhere places). L’urban design doit donc répondre à une série d’impératifs :

  • la création de « places for people » qui, par leur confort, la sécurité qui y règne, la diversité des aménagements, peuvent devenir attirants et favoriser une « bonne utilisation » ;
  • l’enrichissement de l’existant ;
  • l’établissement de connexions, qui favorisent les déplacements en priorité pour les piétions et les cyclistes, ensuite pour les transports en commun, enfin pour les voitures (l’ordre est précisé) ;
  • le travail avec le paysage et la recherche d’un équilibre entre environnement naturel et environnement construit ;
  • la recherche de la mixité des usages ;
  • un management économique, qui tienne compte à la fois des impératifs à court terme des developers et des objectifs à long terme des autorités publiques ;
  • la recherche de la flexibilité (design for change).

24Pour répondre à cette série d’objectifs, les concepteurs, qu’il s’agisse des planners, des architectes ou des paysagistes, sont invités à suivre une démarche en cinq étapes : (1) apprécier le contexte ; (2) créer une structure urbaine ; (3) établir des liens ; (4) aménager de manière détaillée les lieux ; (5) organiser le processus de design (design process).

25(1) Le contexte doit être apprécié dans ses dimensions à la fois physiques et sociales et les analyses doivent révéler le sentiment d’appartenance aux lieux (feeling of place). Il convient, par conséquent, d’étudier les caractéristiques naturelles du paysage, la morphologie des tissus urbains et le profil socioéconomique du quartier, dans lequel s’insérera le projet. Il s’agit par ailleurs d’engager une concertation avec les principaux groupes d’intérêt qui composent la communauté locale et les aménagements proposés doivent contribuer à renforcer la cohésion de cette communauté.

26(2) Les analyses préalables visent à identifier les éléments d’une structure urbaine qu’il s’agit de renforcer ou de compléter (îlots, rues, bâtiments, espaces verts). La mise en place de cette structure passe par :

  • l’instauration d’un « successful movement framework » qui doit offrir le maximum de possibilité de choix au passant, prendre en compte tous les déplacements (quel que soit le mode utilisé) générés par un development et créer des connexions ;
  • la mise en place de « walkable neighbourhoods », qui doivent être aisément traversables, notamment par la circulation automobile (ce, bien que la priorité doive être donnée au piéton) et dont la centralité peut être organisée à partir d’un centre préexistant, d’une rue, d’un waterfront, d’une gare ferroviaire ou d’une station de métro ;
  • une action en faveur de la densification, ce qui ne signifie pas nécessairement l’imposition d’une typologie architecturale unique (l’immeuble collectif, la barre ou la tour par exemple) ;
  • une utilisation économe de l’énergie et la préservation des ressources naturelles ;
  • la production d’un paysage de qualité, en s’appuyant sur la végétation existante, en prenant en compte l’impératif de biodiversité et en cherchant à instaurer des réseaux d’espaces naturels ;
  • la délimitation d’îlots de petite taille (80 à 90 m X 80 à 90 m, ramenés à 60 à 80 m x 60 à 80 m en centre-ville), afin de favoriser une facilité des accès piétons aux bâtiments, d’accueillir une diversité de typologie et d’usages et de permettre une adaptation du projet aux évolutions des marchés immobiliers.

27(3) L’établissement de liens et de connexions doit aller de pair avec la priorité donnée aux modes doux (piétons et cycles), ainsi qu’aux transports en commun, sur la voiture. Les règles d’aménagement de l’espace public doivent être reconsidérées à la lumière de cette nouvelle exigence. Le compendium propose des règles à respecter en ce qui concerne la réalisation des trottoirs et des pistes cyclables (qui doivent être séparées des voies de circulation automobile, lorsque la vitesse autorisée dépasse les 30 km/h), la conception des différents types de rues et le stationnement.

28(4) L’aménagement en détail des lieux doit s’intéresser à la manière dont l’association de différentes formes construites peut déboucher sur la production d’îlots ouverts. Elle s’interroge aussi sur la façon dont l’assemblage de différents types d’îlots peut favoriser la constitution d’un véritable tissu urbain.

29(5) L’organisation du processus de conception définit les principes de management du projet aux différentes étapes : constitution de groupes de stakeholders (« core client team »), désignation d’un « project manager » et mise au point d’un « project brief » ; études et consultations en vue d’une appréciation partagée du contexte ; repérage des éléments constituant la structure urbaine et proposition des éléments de projet permettant son renforcement dans le cadre de la mise au point d’un development framework, puis d’un masterplan ; établissement des plans de détail et des protocoles d’accord entre les différents intervenants.

***

30En résumé, on peut constater que le compendium fournit, pratiquement clés en mains, la démarche à suivre lors de l’élaboration de projets urbains à caractère opérationnel qui, en Angleterre, font le plus souvent l’objet de masterplans. Il est par contre moins prolixe sur la manière d’envisager, en amont du projet, la planification stratégique.

Planification stratégique et masterplan

31Dans son ouvrage, Des villes pour une petite planète, R. Rogers (2000) s’attarde, le temps d’un chapitre, sur Londres. Il constate qu’à la différence de ses homologues européennes engoncées dans leur rempart, Londres est une ville qui s’est développée autour d’une multitude de centres dont chacun a su préserver « son caractère local propre, son identité visuelle et son histoire » (Rogers, 2000 : 142). Elle reste encore aujourd’hui « un ensemble de villes et de villages distincts » (ibid.), consacrant de fait le modèle polycentrique. Regrettant l’abolition du Greater London Council (GLC) par les Conservateurs en 1986, R. Rogers établit un lien fort entre l’actuel développement anarchique de Londres et l’absence de structure métropolitaine élue en charge de la planification. Anticipant de trois ans la création de la Greater London Authority (GLA), il propose la mise en place d’une autorité élue, disposant d’outils de planification et responsable devant les Londoniens, affirmant que seule « une telle institution pourra offrir un cadre administratif capable de mettre en œuvre un changement positif et de permettre à tous les citoyens de contribuer au développement du plan stratégique d’ensemble pour l’avenir de leur ville » (ibid. : 133). Puis il précise : le plan stratégique, de rang régional, guiderait le processus de régénération urbaine de sites individuels dits d’opportunités - au préalable identifiés, localisés et inscrits dans le plan - qu’architectes, urbanistes et autorités locales, figureraient dans le cadre d’un masterplan, en traduisant en règles d’organisation spatiales les recommandations du plan stratégique et ce, dans le cadre d’un partenariat entre les différents acteurs, publics et privés, en présence. Ainsi s’articulent responsabilité publique, intérêt privé et planification : « les besoins publics à long terme peuvent diriger l’aménagement privé, sans nuire de manière excessive à l’autonomie de l’éventuel aménageur ou architecte » (ibid. : 143). Et R. Rogers de conclure qu’« il est de l’intérêt public d’instaurer une qualité à long terme dans la ville ; qu’il est donc de la responsabilité publique de garantir un urbanisme cohérent » (ibid.). De cette manière, l’architecte londonien rompt définitivement avec la pratique urbanistique qui prédominait jusqu’alors, en appliquant, de concert, principe de subsidiarité et planification stratégique. Quelques années plus tard, Towards an Urban Renaissance reprend, en les formalisant, l’intégralité de ces préceptes et le maire de Londres, à la tête d’une nouvelle structure métropolitaine, se dote du London Plan, plan stratégique articulant objectifs régionaux et territoires à enjeux dans le cadre d’un processus de planification itératif, en tout point concordant avec le projet de R. Rogers. Il fallait un cadre spatial au projet urbain combinant à la fois échelles (du local au régional) et temporalités de la planification et capable de figurer les principes de l’urban design, tout en s’accommodant des incertitudes de la prospective et de la flexibilité nécessaire à l’établissement d’une démarche partenariale. Ce cadre, c’est le masterplan. Contrairement aux plans de zonage en deux dimensions (qui ne définissent l’espace que selon l’usage, la densité et les infrastructures viaires qui le traversent), le masterplan établit un cadre tridimensionnel de l’espace bâti et du domaine public. C’est en quelque sorte une représentation sophistiquée et visuelle de l’espace qui :

  • matérialise et figure l’articulation entre espaces publics et espaces bâtis ;
  • montre comment rues, squares et espaces verts d’un quartier sont connectés ;
  • définit la morphologie, la taille, l’emplacement et le volume d’un bâtiment sans pour autant caractériser sa typologie ;
  • maîtrise les relations entre l’espace bâti et l’espace public, afin d’éviter les « espaces sans vie » sources d’insécurité ;
  • détermine la répartition des activités et futurs usages, dont ceux qui sont accessibles depuis la rue ;
  • contrôle les réseaux de flux, la mobilité et les déplacements tous modes confondus ;
  • localise le mobilier urbain et propose un traitement paysager ;
  • représente l’insertion du projet de développement dans le contexte urbain et naturel qui l’environne, en soulignant les continuités et en apaisant les ruptures.

32Ainsi, le recours au masterplan traduit en termes opérationnels le contenu du plan régional (régional guidance), sans pour autant perdre toute flexibilité puisque sa mise en œuvre permet et garantit la négociation. Un grand nombre de rapports ont d’ailleurs plaidé en faveur du masterplan depuis l’arrivée au pouvoir du New Labour. On peut citer parmi eux les travaux publiés par le ministère chargé de l’urbanisme, alors dénommé Department for Environment, Transport and the Regions (DTLR), l’Urban Design Group et la Commission for Architecture and the Built Environment (CABE). Des conférences et formations continues proposées aux professionnels par des organisations telle que la Town and Country Planning Association ont également contribué à susciter cet engouement pour le masterplan.

33Toutefois, le masterplan, comme outil principal du projet urbain, tire aussi sa légitimité de deux facteurs étrangers à ce renouveau de l’action publique. Darren Bell (2005) souligne d’une part les mutations en cours au sein des économies locales et des marchés de l’immobilier ; d’autre part, il témoigne du fait que le secteur privé a appris à maîtriser le masterplan, à en comprendre les avantages et à en tirer des bénéfices. Ainsi, une vingtaine de masterplans sont produits par an entre 1999 et 2001, contre cinq à peine entre 1986 et 1998 (Bell, 2005).

  • 7 “The masterplan for Newcastle Quayside provides a framework of urban spaces, pedestrian activity, (...)

34Le plan de l’architecte Terry Farrell pour les quais de Newcastle-upon-Tyne, datant des années 1990, est l’un des premiers masterplans contemporains à voir le jour. Il témoigne d’un retour à une approche centrée sur la qualité de la composition urbaine : « Le masterplan pour les quais de Newcastle fournit le cadre général aux espaces urbains, aux circulations piétonnes, automobiles et de desserte, aux services et autres infrastructures de génie civil, en même temps qu’il donne une ligne directrice pour la construction des bâtiments qui devront se conformer à ce cadre général. Le masterplan s’avère suffisamment solide pour permettre d’évoluer dans le temps en fonction des nécessités7 (Bell, 2005, p. 84). Le contenu des nouveaux masterplans s’organise autour de deux éléments :

  • un framework of urban spaces que l’on peut rapprocher du schéma directeur des espaces publics, défendu par bon nombre d’urbanistes français, ou du progetto di suolo, préconisé par B. Secchi dans son plan de Prato ;
  • une série de recommandations, qui ont trait à 1'implantation et à 1'aspect extérieur des constructions.

***

35Historiquement, l’Angleterre est la terre du planning, c’est-à-dire d’une approche du territoire, fondée sur l’analyse de séries statistiques, sur l’élaboration de programmes d’action et sur la production de diagrammes qui, en général, sont peu contextualisés. Au début des années 1990, le regain d’intérêt pour la planification, à l’échelle régionale notamment, est indissociablement lié à une montée en puissance des préoccupations environnementales. Le retour au pouvoir des Travaillistes en 1997 se traduit par une volonté de faire du développement durable l’impératif autour duquel réorganiser les interventions des différents échelons territoriaux (régions, comtés, districts) qui interviennent en matière de planning. Le secrétaire d’État à l'environnement met en place une commission, l’Urban Task Force, présidé par l’architecte Richard Rogers, composé d’experts issus des secteurs publics et privés et dont la mission est d’identifier les causes du déclin urbain et d’émettre des recommandations afin d’engager une action de renouvellement des villes et d’inverser le mouvement qui conduit les habitants à quitter les grandes métropoles pour des périphéries de plus en plus lointaines. L’objectif est notamment de favoriser la reconquête des brownfields.

36La création d’une ville compacte suppose la mise en place d’une design led regeneration fondée sur le tracé et la composition des espaces publics, le découpage des îlots et la structuration d’unités de voisinages (neighbourbood units). Le rapport publié par l’Urban Task Force invite le Département de l’Environnement à assujettir le versement des aides gouvernementales au respect des impératifs de développement durable (préservation de l’environnement, économies d’énergie, priorité donnée aux transports en commun et aux modes doux sur la voiture) et à une attention particulière à l’urban design. Pour atteindre ce dernier objectif, le gouvernement se lance dans une action de diffusion de best practices.

37Deux agences gouvernementales, English Partnerships et The Housing Corporation, prennent l’initiative de publier un abrégé (compendium), qui résume la démarche à suivre et réunit, dans un véritable manuel, un ensemble de règles et de principes de composition urbaine à respecter pour arriver à une ville compacte de qualité. Dans ce guide, sont présentées, sous forme de dessins commentés, des expériences de projets, en Angleterre, comme dans d’autres pays européens, jugées exemplaires. Le dessin est ici perçu comme un moyen privilégié de diffusion des savoir-faire.

Bibliographie

Bibliographie

Bell, D., 2005, “The Emergence of Contemporary Masterplans: Property Markets and the Value of Urban Design”, Journal of Urban Design, vol. 10, n” 1, p. 81-110.

Burdett, R., 1996, Richard Rogers : œuvres et projets, Paris, Gallimard.

Choay, F. et Merlin, P., 2005, Dictionnaire de l’Urbanisme et de l’Aménagement, Paris, Editions Quadrige.

Cerda, I., 2005, La théorie générale de l’urbanisation, Paris, Les Éditions de l’Imprimeur.

Llewelyn-Davies, 2000, The Urban Design Compendium, Volume 1, Londres, English Partnerships et The Housing Corporation.

Rogers, R. et Gumuchdjian, P., 2000, Des villes pour une petite planète, Paris, Éditions du Moniteur.

UTF (Urban Task Force), 1999, Towards an Urban Renaissance, Londres, HMSO.

Notes

1 Ensemble de parcelles. Selon le petit Robert, un tènement désigne la « réunion de propriétés contiguës ».

2 “The Urban Task Force will identify causes of urban decline in England and recommend practical solutions to bring people back into our cities, towns and neighbourhoods”.

3 “It will establish a new vision for urban regeneration founded on the principles of design excellence, social well-being and environmental responsibility within a viable economic and legislative framework.”

4 Fillion O. et Vienne M. (1998). Essai. Nouvelles communications, nouvelles urbanités. Les nouveaux réseaux, les communautés virtuelles et la ville, Exposition : Transarchitectures 02, Bruxelles, Architecture & Prospective/Reseach center. Disponible sur le site Internet [http://www.ciac.ca/biennale/fr_cat-texte-fillion.html. Consulté le 20/3/2008].

5 Propos recueillis par Thierry Paquot, le 2 novembre 2000 à Londres et traduits par Annie Zimmermann. Disponible sur le site Internet [www.univ-parisl2.fr/1134982315S07/0/fiche article/.Consulté le 20/3/2008].

6 “The low density, car-based, single-use zoned, socially divided and privatised space”.

7 “The masterplan for Newcastle Quayside provides a framework of urban spaces, pedestrian activity, vehicular and service circulation, services and other civil engineering infrastructure, together with urban design guidelines for the development of individual buildings which have been built to conform to this framework. The masterplan has proved to be sufficiently robust to allow for changes over time”.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La ville compacte, par opposition à la ville dispersée ou à la périphérie sans fin, manière de faciliter les contacts sociaux et de permettre l’existence d’une multiplicité de fonctions qui la rendent vivante vingt-quatre heures sur vingt-quatre : système urbain concentré, transports en commun et services efficaces, consommation d’énergie réduite. Source : Urban Task Force, 1999.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Figure 2 : La ville polycentrique « basée sur le concept de quartiers satellites construits autour de nœuds de transports locaux : train, autobus, automobiles, bicyclettes et rues piétonnes ; chacun des nœuds fonctionne comme le centre d’une communauté distincte aux dimensions idéales, qui fournit tous les services sociaux et administratifs nécessaires à ses membres. » (Burdett, 1996 : 22) Source : Urban Task Force, 1999.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Figure 3 : L’îlot ouvert, perméable aux continuités urbaines, est composé d’immeubles collectifs, de taille variée et de typologie diversifiée. Source : Urban Task Force, 1999.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

Auteurs

École Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble

Institut d’Urbanisme de Grenoble, Université Grenoble 2

Institut d’Urbanisme de Grenoble, Université Grenoble 2

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540