Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Beauté et ses monstres

 | 
Gisèle Venet
, 
Tony Gheeraert
, 
Line Cottegnies

III. La beauté et ses masques. L’infâme et ses représentations

Pascal et sa créature : un monstre de mots. Le jésuite dans Les Provinciales

Olivier Jouslin

Texte intégral

1Les dix premières Provinciales, comme fiction narrative, mettent en scène un jésuite. Montalte, personnage et épistolier, au cours des visites successives qu’il lui rend, l’interroge. Le Bon Père répond au nom de la Compagnie tout entière. On en a déjà dit et analysé le ridicule. Mais est-ce ce jésuite de comédie qui est à l’origine de la victoire de Pascal polémiste contre le corps entier des fils d’Ignace, victoire si éclatante, si inquiétante, que leur crédit en sera pour longtemps perdu ? Derrière le Bon Père se profile une masse de livres, ceux de ses confrères, entre quelques autres, qu’il cite abondamment à l’appui de ses réponses.

2A partir de la onzième Lettre, Montalte convoque les citations sans intermédiaire. En dehors de toute fiction narrative, elles vont peu à peu perdre leur énonciateur et seront insérées dans un discours strictement polémique. Ce seront alors des mots sans bouche, à l’origine d’un personnage autrement plus inquiétant que le jésuite qui les a introduits dans la fiction.

3Pascal a compilé les manuels de casuistique et en a extrait les perles. Il a choisi les citations les plus frappantes ou les plus choquantes. On pense à l’activité de dissection de l’inquiétant docteur d’Ingolstadt. Mais c’est à un monstre de mots que donne naissance Pascal en cousant entre elles les plus « belles » parties des discours jésuites.

4Les citations amènent à la vie littéraire un jésuite repoussoir qui va passer du comique à l’inquiétant au fur et à mesure que les lettres progressent. Cette créature de citations a des caractéristiques qu’on peut considérer comme baroques. Les textes jésuites choisis par Pascal sont en effet, du point de vue esthétique, moral ou théologique, des exemples de beauté baroque ultramontaine. Face à eux Port-Royal et ses auteurs sont les champions de ce qu’on appellera rapidement un pré-classicisme gallican. L’étude des citations revêt un grand intérêt car elles placent les textes jésuites au cœur d’un débat en même temps qu’au cœur d’un texte qui les accueille dans le seul but d’en exhiber l’inadéquation. Le lecteur assiste donc à une lutte directe entre deux manières de dire, deux morales et deux spiritualités. C’est ce qui constitue le noyau polémique des Provinciales.

5Les citations jésuites sont donc, pour Pascal démiurge, une matière première. Elles lui serviront à créer une excroissance de beauté vénéneuse au cœur de ses Lettres. Son texte expose aux yeux des mondains qu’il s’agit de distraire, d’effrayer et de gagner à une autre cause, le texte ennemi dans ses mots mêmes.

6Il faut voir le démiurge à l’œuvre, s’interroger sur la façon dont il amène sa créature à l’existence. L’étude des morceaux choisis et cousus permettra alors de cerner les caractéristiques du monstre. On tentera de saisir la créature en mouvement, sur le mode de disqualification de celle-ci, étant entendu que le plus difficile, pour celui qui crée un monstre, n’est pas tant de l’amener à vivre que de s’en débarrasser.

7Pénétrons dans le laboratoire démiurgique. Les Messieurs de Port-Royal, à des fins polémiques, compilaient les écrits de leurs adversaires dans des dossiers de citations qu’ils mirent à la disposition de Pascal qui y puisait selon ses besoins. Ces dossiers constituent ce qu’on peut appeler la matière jésuite de Port-Royal. Pascal s’était néanmoins astreint à la lecture de textes jésuites. Nicole nous renseigne ici sur l’effet que les textes jésuites provoquèrent :

  • 1 « Histoire des Provinciales », en tête de l’édition latine des Provinciales [1658]. J’utilise une (...)

Mais il n’eut pas plus tôt commencé à lire Escobar avec un peu d’attention, et à parcourir les autres casuistes, qu’il ne put retenir ses indignations contre ces opinions monstrueuses qui font tant de déshonneur au christianisme.1

  • 2 Augustin Gazier l’avait montré dans Blaise Pascal et Antoine Escobar, Paris, Champion, 1912, p. 19

8Le nombre de citations et d’auteurs convoqués sur la période relativement courte, environ un an, de la rédaction des Petites Lettres interdit de penser à des lectures exhaustives. Nous avons pu dénombrer environ 370 citations jésuites (ou d’auteurs, comme Diana ou Caramuel, alliés aux jésuites) dans les Provinciales. Le compte n’est pas facile à établir de façon irréfutable. Pascal convoque nommément quelque 55 auteurs jésuites ou apparentés. Les auteurs les plus cités sont Antoine Escobar (71 fois)2, Etienne Bauny (37 fois), Lessius (18 fois), Le Moyne (15 fois), Filiutius (15 fois), Annat (14 fois). La matière jésuite est importante. Comment Pascal va-t-il coudre ces « opinions monstrueuses » ?

  • 3 Voir Roger Duchêne, L'imposture littéraire dans les « Provinciales » de Pascal, Publications de l’ (...)

9Le point qui nous arrête est, plus que celui des raisons pour lesquelles Pascal aura choisi telle citation plutôt que telle autre, celui du montage des citations. À propos de cette technique on aura parlé de bricolage, au sens structuraliste du terme3, tel qu’il apparaît chez Lévi-Strauss ou Genette. Dans « Structuralisme et Critique littéraire », Genette définit une règle du bricolage :

  • 4 « Structuralisme et critique littéraire », Figures 1, Paris, Le Seuil, [1966] col. Points-Essais, (...)

La règle du bricolage est... d’investir dans une structure nouvelle des résidus désaffectés de structures anciennes... au prix d’une double opération d’analyse (extraire divers éléments de divers ensembles constitués) et de synthèse (constituer à partir de ces éléments hétérogènes un nouvel ensemble dans lequel, à la limite, aucun des éléments réemployés ne retrouvera sa fonction d’origine).4

10Peut-on dire que cette définition s’applique à l’activité créatrice pascalienne et au traitement des citations jésuites dans les Provinciales ? Certes Pascal part de « résidus désaffectés de structures anciennes ». Mais une première opération d’analyse a déjà été menée : des manuels de casuistique, au moment où il se met au travail ont été dépouillés, certaines citations sont déjà extraites, des dossiers sont constitués. Le travail de Pascal correspond à une analyse supplémentaire, un deuxième choix de citations, véritable sublimation des textes jésuites filtrés ainsi deux fois au moins. La synthèse est menée par l’écrivain.

  • 5 Les Provinciales, édition Cognet-Ferreyrolles, Paris, Bordas, « Classiques Garnier », 1992, p. 79 (...)

11Du manuel de casuistique au commentaire polémique, la fonction n’est évidemment pas la même. Les dix premières lettres Provinciales sont pourtant – à leur manière – un manuel de casuistique. Montalte prend, dans la cinquième Lettre, le prétexte du jeûne5, qu’il aurait du mal à supporter, et va trouver un jésuite pour lui soumettre son cas. Nous sommes face à une situation casuistique exemplaire comme peuvent en mettre en scène certains manuels. Le cas réglé, le discours du père Jésuite se mue en un catalogue raisonné de cas de conscience auxquels les citations proposent une solution. Le texte cité garde ainsi quelque trace de sa fonction première après son intégration dans une nouvelle structure. C’est le propre d’une greffe.

12Pascal a cousu entre elles des citations dans une fiction vitalisante, ce que bien des auteurs de Port-Royal n’avaient su faire. Ceci amène peut-être à préférer un autre mot que celui de bricolage, dont le côté à la fois métaphorique et concret est par ailleurs séduisant. Nous serions tentés d’avancer le nom médiéval de conjointure dont Chrétien de Troyes nous parle dans Érec et Énide. Conjoindre c’est coudre entre elles des pièces diverses qui viennent de sources et de niveaux différents en ménageant un système de contrepoint et d’échos. Pascal fait-il autre chose que conjoindre, unir dans un modèle de texte polémique, les mots de ses adversaires et les siens pour disqualifier la Compagnie ? Comment cette conjointure donne-t-elle naissance à une quintessence de jésuite, jusqu’à en faire ce monstre ?

13Le jésuite des Provinciales est un être de citations. Le Bon Père qui cite ses confrères est un porte-voix qui n’a de fonction que narrative. C’est une sorte d’utilité qui permet d’insérer de manière naturelle dans le récit les mots jésuites. Pascal intègre donc un discours étranger dans le sien. Reste à savoir sur quel mode.

14Il procède d’abord par exclusion. Les italiques indiquent le changement de plume, les références invitent le lecteur à regarder ailleurs et signalent un corps étranger dans le texte. Lorsque Pascal cite l’Éloge de la pudeur de Le Moyne, dans la onzième Lettre (p. 207-208), il le met à distance de son propre texte par tous les moyens typographiques dont il dispose : les italiques, le saut de ligne et l’alinéa à chaque vers. Le poème isolé se présente aux yeux du lecteur comme extérieur au corps du texte et retrouve quelque chose de sa présentation dans la structure originelle. Mais cette mise en quarantaine typographique du monstre est quasiment la seule. La plupart des citations sont plus ou moins intégrées au corps du texte. On trouve le plus souvent une formule de présentation, les deux points, la référence et le texte de la citation en italiques. Une étape est encore franchie par la mise en discours indirect de la citation en italiques dans des formules du type « tel auteur dit que ».

15Pascal va brouiller les pistes et les frontières entre les plumes. L’italique n’est pas univoque et ne constitue pas une marque nécessaire de citation dans les Provinciales. L’épistolier l’emploie pour accentuer une expression qui fait débat. C’est le cas pour pouvoir prochain ou grâce suffisante par exemple. On le trouve aussi pour transcrire un passage au discours indirect qui, en reprenant des termes courants dans les controverses de l’époque, n’est pourtant attribué à aucun auteur précis et dans cette mesure ne peut constituer une citation stricto sensu (p. 10).

16Au lecteur donc de ne pas se laisser abuser par les italiques. Les frontières rendues floues entre les discours nous renvoient au problème de la présentation du discours de l’autre dans le sien. Pascal retient la leçon du naturel de Montaigne. Il ne s’agit pas de faire œuvre de pédant mais bien de conjoindre citations et texte original dans un ensemble homogène. L’effet sera d’autant mieux atteint qu’on unira au plus près la citation et le texte qui la sertit dans une syntaxe cohérente qui participera de l’une comme de l’autre :

Les plus aveugles de vos amis seront contraints d’avouer que ce ne sera point un effet de votre vertu, mais de votre impuissance, et d’admirer que vous ayez été si méchants que de l’étendre jusqu’aux religieuses de Port-Royal, et de dire, comme vous faites, p. 14, que le Chapelet secret du Saint-Sacrement, composé par l’une d’elles, a été le premier fruit de cette conspiration contre Jésus-Christ ; et dans la page 95, qu'on leur a inspiré toutes les détestables maximes de cet écrit, qui est, selon vous, une instruction de Déisme, (p. 321.)

17Il s’agit bien d’intégrer et jamais de confondre. Les mots jésuites continuent à exister en eux-mêmes sans que la moindre confusion soit possible avec le texte de Montalte. C’est une obligation pour tout texte polémique qui vise à disqualifier les mots de l’autre. Les Provinciales sont donc une œuvre jésuite. Mais dès lors qu’il s’agira d’attribuer les mots à tel ou tel jésuite, le lecteur ne pourra parfois pas savoir à quel auteur attribuer tel ou tel mot de manière certaine. Il est face à une véritable polyphonie jésuite.

18Les auteurs et les œuvres convoqués sont d’une étourdissante diversité. Pascal cite aussi bien les manuels de casuistique que des extraits des cours de N. Héreau (p. 246-247), en passant par les prédications de Jean Danjou (p. 280) ou les propos qu’Henri Albi aurait tenus en public. On peut aussi lire des extraits de catéchismes publics (p. 334) ou entendre des cris de colporteurs (p. 46-47).

19Les citations sont le plus souvent accompagnées d’un nom d’auteur et d’une source identifiable. Mais très souvent plusieurs jésuites interviennent sur le même sujet, les uns à la suite des autres. Parfois, par un effet d’enchâssement dans une même citation, un Père est convoqué et cité par un autre. Pascal obtient alors une sorte d’effet de chœur, les citations deviennent polyphoniques comme c’est le cas pour cette citation d’Escobar :

Quand est-on obligé d’avoir affection actuellement pour Dieu ? Suarez dit que c’est assez, si on l’aime avant l’article de la mort, sans déterminer aucun temps ; Vasquez, qu’il suffit encore à l’article de la mort ; d’autres, quand on reçoit le Baptême ; d’autres, quand on est obligé d’être contrit ; d’autres, les jours de fêtes. Mais notre Père Castro Palao combat toutes ces opinions-là, et avec raison, merito [etc], (p. 187-188.)

20Le jésuite est présenté comme multiple. Diana ne dit-il pas lui-même qu’il a réuni 296 auteurs (p. 91) ? À travers ses auteurs, c’est la voix de la Compagnie tout entière qui nous est donnée à entendre. Le Bon Père véhicule, par l’intermédiaire de citations, cette esthétique du nombre qui est l’essence de la poétique, de la théologie et de la politique jésuite telle que les Provinciales la présentent. Le grand nombre des auteurs jésuites est preuve d’élection comme le dit Cellot (p. 150).

21Cette voix aux multiples bouches participe du monstrueux. Ainsi lorsque le Bon Père nomme ses auteurs, il en vient à une liste dont le burlesque est connu et participe clairement du monstrueux rabelaisien (p. 91-92). La voix jésuite peut aussi devenir une voix sans nom, un simple écho. Dans de rares cas Pascal tait ses sources. Il ne transcrit pas non plus de paroles. Nous sommes au cas limite de la citation :

Vous avez osé imputer à de saintes religieuses et à leurs docteurs de ne pas croire le mystère de la Transsubstantiation, ni la présence réelle de Jésus-Christ dans l'Eucharistie. (p. 300.)

22Les citations acquièrent alors le côté inquiétant de la rumeur, de la voix inconnue qui calomnie.

23Les multiples citations qui convoquent autant de styles différents confèrent aux Petites Lettres une grande diversité axiologique. Le ton si particulier de ces textes tient pour beaucoup à la diversité des paroles qu’on y entend. Le jésuite des Provinciales est créé par leurs mots. Le Bon Père qui les cite n'est qu’une sorte de medium narratif qui convoque par l’intermédiaire des citations l'esprit jésuite dans toute sa diversité. Cet esprit jésuite, créé de toutes pièces par les textes cités dans les Petites Lettres, participe du monstrueux.

  • 6 Le mot monstre n’apparaît pas dans les Provinciales, mus on le trouve dans les Pensées. Voir entre (...)

24Si nous ramenons le monstre à ses caractéristiques majeures, telles quelles sont exprimées dans les Pensées6, nous dirons que nous sommes face à un hybride contradictoire, une sorte de désordre incompréhensible, une contradiction non résolue. En ce sens c’est une créature qu’on exhibe et dont on rit. Mais nous sommes aussi face à un être qu’on fuit, dont l’indifférence au salut irrite et inquiète. Le jésuite que les citations des Provinciales mettent en texte présente ces traits. On les étudiera successivement.

25Chez les jésuites des Provinciales, la contradiction est assumée, non résolue, et posée comme principe par le bon Père lui-même. Il s’agit pour les soldats du Christ d’étendre leur sphère d’influence en gagnant la confiance des pénitents. On donnera des maximes sévères à ceux dont l’exigence en réclame, aux autres une morale plus accommodante. Les manuels de casuistique jésuites sont donc présentés comme de véritables auberges espagnoles où l’on trouve tout et son contraire (p. 287 sq.).

26La présence de saint Ignace face à ses descendants dénaturés accentue le « prodige »,« prodige », le « chaos » d’une Compagnie sans vérité, déchue de son état premier comme par un second péché originel :

C’est donc cette variété qui vous confond davantage. L’uniformité serait plus supportable : et il n’y a rien de plus contraire aux ordres exprès de saint Ignace et de vos premiers Généraux que ce mélange confus de toutes sortes d'opinions, (p. 253.)

  • 7 Voir Gérard Ferreyrolles, Blaise Pascal – Les Provinciales, Paris, PUF, 1984, p. 17.

27Le monstre est celui (revenons à 1’étymologie du mot) qu’on exhibe pour un spectacle. Un objet de foire, Furetière le dit, soumis aux quolibets de la foule. À beaucoup d’égards, les citations jésuites, exposées sur le tréteau des Petites Lettres, offrent la Compagnie au rire du public. N’oublions pas que, dans leur forme originelle, les Provinciales, qui tiennent en ceci des Mazarinades, sont des occasionnels de taille réduite dont la matérialité se rapproche du placard7.

  • 8 Kuenz, dans « Un Discours nommé Montalte » (RHLF, 2,1971, p. 195-206), parle d’un « sottisier » jé (...)

28Les Provinciales morales constituent une sorte de « dictionnaire des idées reçues »8. Elles deviennent un recueil d’épigrammes où les jésuites en viennent à parler contre les jésuites. La plupart des citations sont choisies pour leur brièveté, ou rendues brèves. Elles contiennent parfois une sorte de trait, de saillie étonnante et souvent risible due au scalpel pascalien. Au sujet de ce qui est permis aux valets de maîtres débauchés en visite furtive, on trouve ces mots :

Porter des lettres et des présents ; ouvrir les portes et les fenêtres ; aider leur maître à monter à la fenêtre, tenir l’échelle pendant qu’il y montre : tout cela est permis et indifférent. Il est vrai que, pour tenir l’échelle, il faut qu’ils soient menacés plus qu’à l’ordinaire, s’ils y manquaient ; car c’est faire injure au maître d’une maison d’y entrer par la fenêtre, (p. 109.)

29Les opinions de ce type, conjointes entre elles, doivent conduire le lecteur du rire à l’étonnement et à l’irritation. On a souvent analysé la fin de la dixième Lettre où Montalte, excédé par tout ce qu’il vient d’entendre, prend congé du père avec fracas, comme le point de retournement des lettres. A la lumière de l’emploi des citations et des phénomènes de reprise de celles-ci, on peut mettre en lumière un autre axe de symétrie qu’on situerait autour de la quinzième Lettre où certaines citations des Provinciales morales sont reprises, citées à nouveau, mais disqualifiées en dehors de tout humour, le rire ayant cédé le pas à l’inquiétude devant tant d’horreur.

30Au cours de la dixième Lettre, Le Bon Père convoque une importante citation du père Bauny concernant l’entrée des ecclésiastiques dans les lieux de débauche (p. 181). Il la leur permet même s’il est certain qu’ils pécheront. La réaction de Montalte ne se fait pas attendre : « Voilà, mon Père, une nouvelle sorte de prédicateurs. Mais sur quoi se fonde le Père Bauny pour leur donner cette mission ? » (p. 181) Le comique ironique de la repartie ne fait aucun doute. Mais lors de la reprise de la citation dans la quinzième Lettre le texte sera tout différent. On y lit à nouveau :

Qu’il est permis à chacun d’aller en des lieux publics pour convertir des femmes perdues, encore qu’il soit vraisemblable qu’on y péchera, pour avoir déjà expérimenté souvent qu’on est accoutumé de se laisser aller au péché par les caresses de ces femmes. (p. 286.)

  • 9 Les exemples de reprises de citations soit par allusion soit par reprise du texte sont peu nombreu (...)

31Le style de la traduction de la même citation est plus resserré ici. Pascal se refuse les clins d’œil au style galant. « La vue et les cajoleries de ces femmes » dont il avait été d’abord question devient « les caresses de ces femmes ». On est passé du cas risible à l’interrogation sur la bonne foi des jésuites ; le registre a changé9.

32Pascal exhibe d’abord comme un monstre de foire son jésuite mais par la suite, à mesure que sa créature évolue, il va changer d’attitude, tel un démiurge qui se retourne contre sa créature qui l’effraie.

33À l’activité presque ludique des premières lettres qui produisent une entité jésuite indéfinie, les dernières répondent par un mouvement inverse de particularisation des Pères. À partir de la onzième, les réponses seront adressées aux Révérends pères jésuites. La dix-septième, la dix-huitième et la dix-neuvième (restée sous forme de fragment) seront adressées au Père Annat. Nous assistons à la fin de la créature indéfinie, du jésuite multiple et divers. Il redevient une personne singulière, productrice d’un discours univoque auquel on peut répondre directement. Dans ce contexte les citations n’auront plus qu’une stricte valeur polémique.

34Après avoir mis en lumière le mode de création et le devenir du monstre jésuite à travers ses citations, tentons d’appréhender les principaux traits de la créature en mouvement, tels que ses mots nous la présentent.

  • 10 Voir M. Fumaroli, L'Âge de l’Éloquence [1980], Paris, Albin Michel, « Bibliothèque de l’Évolution (...)

35Le jésuite, c’est son premier trait, sera présenté par ses textes mêmes comme un monstre d’éloquence. À partir des années 1645, on observe en France le déclin d’un style dont les jésuites sont de fameux représentants, celui que Marc Fumaroli appelle la « rhétorique des peintures »10. Pascal dans les Provinciales convoque au moins deux ouvrages qui appartiennent, sur deux plans différents, à cette rhétorique. L’Imago primi saeculi Societatis Jesu et Les Peintures morales du Père Le Moyne. Les citations jésuites des Provinciales prouveront par l’exemple que les jésuites sont les tenants d’un style qui passe déjà pour caduc.

  • 11 Voir M. Fumaroli, « Baroque et classicisme : L’Imago primi saeculi Societatis Iesu (1640) et ses a (...)

36À sept reprises Pascal cite l’Imago primi saeculi Societatis Jesu, somptueux in-folio anversois de 1640, sorti des presses fameuses de Plantin et conçu comme une véritable cathédrale en l’honneur de la Société dont il s’agit de célébrer le premier siècle d’existence11.

37Le groupe de Port-Royal tourne volontiers en dérision le style de l’Imago. Pascal ne faut pas à la tradition et commence la série des lettres morales par une critique mordante du style jésuite. Celui-ci est raillé par l’exemple au début de la cinquième Lettre dont cet extrait de L’Imago constitue à peu de choses près l’incipit : « ces hommes [les jésuites] éminents en doctrine et en sagesse qui sont tous conduits par la sagesse divine, qui est plus assurée que toute la Philosophie » (p. 72).

38Et Montalte de renchérir

Vous pensez peut-être que je raille : je le dis sérieusement, ou plutôt ce sont eux-mêmes qui le disent dans leur livre intitulé Imagoprimi saeculi. Je ne fais que copier leurs paroles... (p. 73.)

39À aucun moment Montalte ne précise ce que cet éloge a de risible. Il n’est besoin que de l’ironie de la formule finale. Au lecteur, à l’homme de goût du XVIIe siècle, de comprendre que c’est le péché d’orgueil d’une Compagnie trop sûre d’elle-même qui est raillé. Mais au-delà, c’est une certaine manière d’éloge qui fait les frais de l’ironie. L’Imago regarde vers le passé. Entièrement rédigé en latin, il opte pour un style très orné, maniant l’hyperbole dans la plus pure tradition d’une éloquence désuète. C’est ce que Pascal raille sans le dire vraiment.

40L’Imago est le reflet d’un ancien style, aussi Pascal s’y attarde-t-il peu. Du point de vue du public la bataille est gagnée. Depuis les années 1650, le style orné est conçu comme inadéquat dans les salons où le naturel du style galant de Voiture a remplacé l’érudition humaniste.

41Mais les Provinciales sont le lieu d’un autre combat dont les jésuites ont compris l’enjeu. Il s’agit de vaincre dans les salons et les auteurs de la Compagnie tentent de s’adapter au goût nouveau. Pascal attaque leurs ouvrages, plus modernes, qui s’approprient le style galant, ceux des Pères Garasse, Le Moyne ou Bauny seront fustigés comme tout aussi monstrueux que l’Imago.

42Paul Boursier du Barry, écrivain de piété fécond, est longuement brocardé au début de la neuvième Lettre au sujet du Paradis ouvert à Philagie, par cent dévotions à la Mère de Dieu, aisées à pratiquer. Les exemples de dévotion sont accumulés à plaisir dans un centon qui présente de façon resserrée les plus belles perles de l’ouvrage et les rend ridicules (p. 154).

43L’éloquence se révèle particulièrement monstrueuse lorsqu’elle se joue du nom même de Dieu ou des choses divines. Le Père Garasse est attaqué sur deux métaphores assez cocasses mais du plus certain mauvais goût dont : « La personnalité humaine a été comme entée ou mise à cheval sur la personnalité du Verbe » (p. 209). Pour Pascal, le jésuite « joint le blasphème à l’hérésie » (p. 209). La critique de la rhétorique monstrueuse est frontale. Si le corps entier des jésuites n’est pas présenté comme hérétique, leurs textes, eux, sont indignes de religieux (p. 209).

  • 12 Voir Anne Mantero, « La Galerie d’Ampèle : description et narration dans les Peintures poétiques d (...)

44Reste enfin l’exemple tant allégué du Père Le Moyne. Ses Peintures morales, comme l’Imago, visent à une sorte d’art total et regardent au moins pour une part du côté de la « rhétorique des peintures »12. Mais l’œuvre de Le Moyne est moderne, écrite en français, et s’adresse aux mondains ignorants du latin. Galante, elle est supposée s’adresser aux femmes autant qu’aux hommes. Mieux, Le Moyne si l’on en croit la Préface, considère lui-même ses Peintures morales comme un texte du juste milieu, avec des mots qui annoncent ceux que Pascal emploie dans le fragment « Beauté poétique » :

  • 13 Le Moyne, Les Peintures morales, Paris, Cramoisy, 1640-1643, préface non paginée.

... je ne les en ai point chargées [d’ornements] ni n’en ai fait comme les enfants font de leurs poupées, qu’ils couvrent depuis les pieds jusques à la tête des chaînes et des colliers de leurs mères.13

45Le poème que cite Pascal, « Éloge de la pudeur », est une longue pièce extraite du livre VII destinée à établir la différence entre deux types de rougeurs, l’une venant de la honte, passion blâmable, l’autre de la pudeur, passion non entachée de péché. Le Moyne y convoque les anges à la suite d’une longue série d’analogies, à l’avant-dernière strophe du poème. On apprend que les Chérubins eux aussi sont rouges d’un feu divin et qu’il leur préfère – malheureusement pour lui – Delphine (ou Lucrèce selon l’édition). Parallèle impensable entre les choses saintes et l’univers galant :

La comparaison d’un éventail avec ces ailes mystérieuses, vous paraît-elle fort chrétienne dans une bouche qui consacre le Corps adorable de Jésus-Christ ? (p. 208.)

46Il faut tout de même amoindrir le faux pas de Le Moyne. Pascal lui répond de façon théologique. Mais quels chérubins évoque donc le poète ? Ils sont « composés de têtes et de plumes » et font « du mouvement de leurs ailes / Un éventail à leur chaleur » (p. 208). Il s’agit de ces putti si fréquents dans la statuaire et l’iconographie religieuse de l’époque. Leur rougeur mystique est aussi un trait esthétique, à tel point qu’à l’entrée « chérubin » du dictionnaire de Furetière on lit ceci :

On les peint rouge pour signifier qu’ils sont enflammés de l’amour de Dieu ; et on dit d’une personne haute en couleur et qui rougit de honte qu’elle est rouge comme un chérubin.

47Delphine est bien un chérubin, dans le sens familier de l’époque. Personne ne semble s’en offusquer dans le langage parlé. Le tort de Le Moyne a été de l’écrire en oubliant qu’il était prêtre et ainsi de le consacrer dans le langage poétique.

48Une autre question mondaine est soulevée par les jésuites de salon dont les textes apparaissent dans les Petites Lettres, celle de la vraie et de la fausse vertu. Il s’agit pour Le Moyne de montrer qu’« il s’est toujours vu des saints polis et des dévots civilisés » (p. 159) en dressant un portrait du saint honnête homme au détriment de l’image du dévot revêche. Le portrait-charge du sévère dévot est alors filé, dans un long centon où Le Moyne dresse le caractère du dévot mélancolique. Montalte pratique alors un retournement immédiat du propos de Le Moyne :

Mon Révérend Père, je vous assure que si vous ne m’aviez dit que le P. Le Moyne est l’auteur de cette peinture, j’aurais dit que c’eût été quelque impie qui l’aurait faite. (p. 160.)

49Une peinture d’impie. Voilà où il fallait en venir. Cette vertu, entachée de paganisme, qui dénonce l’idée chrétienne de « renoncement » (p. 160), est bien celle à laquelle s’opposent Pascal, et derrière lui tout Port-Royal, lorsqu’ils la trouvent dans les textes jésuites.

50Kuenz trouve piquant qu’un discours mondain (celui des jésuites) soit dénoncé par le discours mondain lui-même. Nous dirions plutôt que deux types de discours mondains sont en contact. Le faux discours ici est bien celui des jésuites, dont on montre l’éloquence monstrueuse, démodée, mais surtout impie. Le jésuite devient un monstre moral.

51Le tableau moral que fait Pascal des bons Pères est monstrueux. Tous les crimes sont autorisés par les manuels de casuistique. C’est ce que laissent entendre les citations choisies, séries d’aberrations morales (meurtre, simonie, débauche etc.) qui ont déjà été fort détaillées et sur lesquelles nous ne reviendrons pas.

52D’autres citations sont là pour mettre en avant la thématique d’un complot jésuite dont on suppose qu’ils veulent dominer le monde. Il est question au début de la seconde Lettre du « secret des jésuites » (p. 21) qui sera dévoilé au cours de la lettre par un certain M. N., hostile à la Compagnie, mais « qu’il fréquente à toute heure » (p. 21). Un personnage d’espion en quelque sorte, à qui Pascal confie l’explication du dessein politique secret de la Société. On ne sera pas étonné de ne trouver que peu de citations extraites de textes jésuites sur ce prétendu complot.

  • 14 Voir Michel Leroy, Le Mythe jésuite de Béranger à Michelet, Paris, PUF, 1992.
  • 15 Christian Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, « collection historique », 198 (...)

53Il est très fréquent dans la rhétorique polémique de se présenter comme bouc émissaire d’un vaste complot ourdi avec la plus parfaite mauvaise foi par des adversaires sans scrupules. Nous rejoignons ici les leitmotive polémiques de l’adversaire monstrueux et les moments où la polémique devient la plus nauséabonde et les arguments les plus bas. Ce motif malheureusement classique du jésuite corrompu et comploteur, véritable poncif à l’époque, est promis à un bel avenir14. Dans ce contexte particulièrement nauséeux, Pascal sort moins amoindri que ses contemporains. On ne trouverait pas, dans les Provinciales, d’injures semblables à celles qu’on lit dans les tombereaux antisémites ou anti-italiens qui entachent les Mazarinades et dont Christian Jouhaud donne quelques exemples15.

54Il est temps pour conclure de poser la question qui sous-tendait notre propos : comment qualifier exactement le jésuite tel que le présentent les citations des Provinciales ? Ce monstre d’éloquence, ce monstre moral semble bien avoir toutes les caractéristiques de la beauté qu’on conviendra d’appeler baroque, avec les réserves d’usage dont on doit faire preuve lorsqu’on emploie une catégorie parfaitement inconnue à ceux mêmes qu’on appelle aujourd’hui les baroques.

  • 16 Jean Marmier, « Les Provinciales, œuvre anti-baroque », in Mélanges Lebègue, Paris, Nizet, 1969, p (...)
  • 17 Voir, entre autres, Circé et le Paon. La Littérature de l'âge baroque en France, Paris, Corti, 195 (...)
  • 18 Bernard Chédozeau, Le Baroque, Paris, Nathan, 1989, p. 200.

55Jean Marmier a analysé les Provinciales comme « œuvre anti-baroque »16 du point de vue formel, en utilisant les critères bien connus et féconds élaborés par Jean Rousset17. On peut aussi considérer que les jésuites cités dans Les Provinciales, ou au moins certains d’entre eux, relèvent de ce que Bernard Chédozeau appelle « l’anthropologie Baroque »18. Ils constituent ce qu’on pourrait appeler la face romaine du tridentinisme. Port-Royal de son côté, toujours selon ce critique, ferait une autre lecture du Concile de Trente, plus nationale, plus gallicane. Deux sensibilités, donc, et deux esthétiques, se font face. Les citations jésuites relèvent du baroque au sens où, toujours en suivant Bernard Chédozeau, on remarque qu’elles

  • 19 Idem, p. 235.

se soucient d’abord de mettre le destinataire... dans une condition orale et de réception telle que, par des moyens sensibles et « naturels », elles obtiennent une forte participation affective...19

56On peut alors isoler des citations qui, outre celles qu’on a évoquées où les jésuites sont comparés à des Phénix, rapprochent la Compagnie du motif solaire (p. 130-131), le motif christique par excellence dans un monde baroque en quête de centre après la révolution copernicienne. Nous sommes dans une rhétorique du spectacle, où l’image n’a aucun statut explicatif mais simplement encomiastique. Dans ces citations qui ne peuvent être que choquantes pour un proche de Port-Royal, on voit un des motifs centraux de la querelle des Provinciales qui est une polémique concernant le statut du signifiant. Les jésuites, tels que les présentent les Petites Lettres, sont des tenants de la puissance magique et évocatoire du langage (p. 138). Les jésuites sont du côté de l’occulte et du faux aux yeux de Port-Royal. Lorsque Pascal, à la fin de la douzième Lettre, mais aussi de la dix-huitième, affirme que « la violence et la vérité ne peuvent rien l’une sur l’autre » (p. 367), il ne se livre pas uniquement à une critique de la tyrannie. Il s’agit d’affirmer, face à la polyphonie et au relativisme jésuite, l’unicité de la vérité, l’affirmation de la suprématie du signifié sur le signifiant. Nous sommes au cœur de la problématique du baroque si on le définit comme l’acceptation de l’inconstance du sens des mots.

57Le Jésuite tel que nous le présentent les citations des Provinciales est du côté de l’altérité, de la fausse morale, de la fausse éloquence, de la fausse beauté. Les citations produisent un monstre, une sorte de beauté inversée qu’on doit fuir. Face aux citations jésuites, et comme contre-exemple de cette beauté du monstre, Pascal produit alors des citations bibliques, celles des Pères, de la Tradition, comme exemples à suivre de vérité.

Notes

1 « Histoire des Provinciales », en tête de l’édition latine des Provinciales [1658]. J’utilise une édition de 1700, traduction Joncoux, chez N. Schouten, p. VIII.

2 Augustin Gazier l’avait montré dans Blaise Pascal et Antoine Escobar, Paris, Champion, 1912, p. 19.

3 Voir Roger Duchêne, L'imposture littéraire dans les « Provinciales » de Pascal, Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 1984, p. 160 sq.

4 « Structuralisme et critique littéraire », Figures 1, Paris, Le Seuil, [1966] col. Points-Essais, 1976, p. 145.

5 Les Provinciales, édition Cognet-Ferreyrolles, Paris, Bordas, « Classiques Garnier », 1992, p. 79 sq. Pour ne pas alourdir l’appareil de notes, j’indiquerai les pages entre parenthèses.

6 Le mot monstre n’apparaît pas dans les Provinciales, mus on le trouve dans les Pensées. Voir entre autres les fragments 163, 164, 241, 681, 712 de l'édition Sellier, Paris, Bordas. « Classiques Garnier », 1991.

7 Voir Gérard Ferreyrolles, Blaise Pascal – Les Provinciales, Paris, PUF, 1984, p. 17.

8 Kuenz, dans « Un Discours nommé Montalte » (RHLF, 2,1971, p. 195-206), parle d’un « sottisier » jésuite.

9 Les exemples de reprises de citations soit par allusion soit par reprise du texte sont peu nombreux (une dizaine environ). À chaque fois on passe, pour le même texte, d’une mise à distance comique à une condamnation sur le registre grave du monstre.

10 Voir M. Fumaroli, L'Âge de l’Éloquence [1980], Paris, Albin Michel, « Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité », 1994, p. 379-391, 673-685.

11 Voir M. Fumaroli, « Baroque et classicisme : L’Imago primi saeculi Societatis Iesu (1640) et ses adversaires », in Questionnement du baroque, Louvain-Bruxelles, Collège Erasme – Éditions Nauwelaerts, 1986.

12 Voir Anne Mantero, « La Galerie d’Ampèle : description et narration dans les Peintures poétiques du P. Le Moyne », XVIIe siècle, 155, avril-juin 1987, p. 133-154.

13 Le Moyne, Les Peintures morales, Paris, Cramoisy, 1640-1643, préface non paginée.

14 Voir Michel Leroy, Le Mythe jésuite de Béranger à Michelet, Paris, PUF, 1992.

15 Christian Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, « collection historique », 1985, p. 59-62.

16 Jean Marmier, « Les Provinciales, œuvre anti-baroque », in Mélanges Lebègue, Paris, Nizet, 1969, p. 211-216.

17 Voir, entre autres, Circé et le Paon. La Littérature de l'âge baroque en France, Paris, Corti, 1954 ; et « Le Baroque en question(s) », Littératures classiques, 36, printemps, 1999.

18 Bernard Chédozeau, Le Baroque, Paris, Nathan, 1989, p. 200.

19 Idem, p. 235.

Auteur

Lycée Cassini (Clermont) CELLF 17e – 18e (UMR 8599)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540