Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Beauté et ses monstres

 | 
Gisèle Venet
, 
Tony Gheeraert
, 
Line Cottegnies

II. Les monstres de la beauté. Imaginaire et séduction

Des beautés du Spectator aux charmes du Ugly Club

Claire Boulard

Texte intégral

  • 1 The Spectator no 144 [Wed., Aug.15, 1711] éd. D. F. Bond, Oxford, Clarendon, 5 vol., 1987 ; vol. I (...)

1« Beauty has been the Delight and Torment of the World ever since it began. The philosophers have felt its influence so sensibly, that almost every one of them has left us some Saying or other ». C’est ainsi que débute l’essai no 144 de The Spectator (quotidien publié de 1711 à 1714) dans lequel Richard Steele adopte le point de vue des Anciens dont il rapporte en substance les propos sur ce sujet. Steele semble donc s’inscrire dans la tradition philosophique d’une beauté ambivalente et effrayante, car susceptible de se métamorphoser en son contraire et d’infliger des tourments1.

2Contre toute attente, l’entrée en matière philosophique de cet essai aboutit à une série de portraits féminins dont la vocation est de mettre en garde les lecteurs contre certains types de beautés féminines attirantes autant que fatales pour les hommes qui les considèrent.

3Sans doute pour ménager la susceptibilité de ses lectrices, Steele précise dans cet essai que le beau sans distinction de sexe est problématique et qu’il consacrera aussi un article aux méfaits perpétrés par la beauté masculine. Pourtant, on ne trouve aucun essai de cette sorte dans le Spectator. En revanche on constate que Mr. Spectator, la figure éditoriale, critique à plusieurs reprises l’usage que font les femmes de leur beauté.

4Il s’agit donc de comprendre pourquoi la beauté féminine serait plus apte à engendrer des monstres que la beauté masculine. Il convient en outre d’analyser comment Steele et Addison, les deux auteurs principaux du Spectator, tentent de purger la beauté de leurs contemporaines de sa monstruosité et de ses conséquences néfastes. Le titre du périodique, The Spectator, qui souligne l’importance du sens visuel dans l’esthétique du journal, vue qui est elle-même à l’origine de la perception de la beauté, fournit un premier indice. Si Steele et Addison souhaitent abolir l’aspect spectaculaire de la beauté, ils entreprennent également de réformer le regard du spectateur, de le rationaliser afin qu’il discerne la vraie beauté du sujet, fut-il laid. Par l’intermédiaire d’une expérience scientifique, Mr. Spectator parvient à substituer à la beauté féminine une beauté sociale fondée sur une esthétique nouvelle : celle de la conversation. La représentation la plus éclatante de cette nouvelle esthétique est fournie par la confrérie des contrefaits : le Ugly Club, société à la fois hideuse et légère qui illustre les charmes de la conversation.

5Le Spectator dénonce la mise en scène de la beauté à laquelle procédaient les dames nobles du XVIIIe siècle. En effet, Mr. Spectator décrit dans de nombreux essais la beauté comme un outil auquel les femmes ont recours pour attirer l’œil masculin et pour s’exprimer. Tel le monstre, la femme qui fait usage de sa beauté se montre. De plus, la beauté devient équivoque et tombe dans la monstruosité morale dans la mesure où, au XVIIIe siècle, se mettre en représentation est le propre de la prostituée. La mise en scène de la beauté révèle ainsi la véritable nature féminine.

6Ainsi en va-t-il pour Clarinda que Mr. Spectator surnomme « l’idole », et qui se met en scène sur un mode mi-théâtral, mi-religieux, en se faisant admirer publiquement par de jeunes soupirants à la lumière de bougies. Cette cérémonie hebdomadaire où la jeune femme déploie ses appâts et où elle se substitue à la divinité est un spectacle monstrueux : il est à la fois anti-social, anti-naturel et blasphématoire, car flirtant avec le catholicisme, religion honnie et considérée comme passéiste.

  • 2 S. no 73 [Thurs., May 24, 1711], 1, p. 313.

7En exhibant une beauté dont elle est fière, l’idole renverse les préceptes patriarcaux de modestie de la femme. De plus, en tyrannisant ses adorateurs, elle nie les principes d’infériorité et de soumission de la femme à l’homme. Ensuite, Addison prête à l’idole non seulement la puissance masculine mais encore la toute-puissance d’une divinité sur ses adorateurs : « Joys of Heaven and Pains of Hell are at their Disposal »2. En quatrième lieu, l’idole se met en scène selon un rituel s’apparentant à celui de la messe catholique. Elle devient une sorte de sainte que l’on montre lors de processions: « Several of them are carried in Procession every Evening about the Ring and several of them set up their Worship in Churches ». Sachant le peu d’affection que les Anglais en général et Addison en particulier portaient au culte catholique, synonyme de la tyrannie française, cette mise en scène de la beauté de l’idole fait de la jeune femme un monstre anti-patriotique prêt à recourir aux subterfuges de la fausse Église pour détourner des cœurs anglais du chemin de la véritable spiritualité anglicane. Elle est une monstruosité spirituelle. Elle est enfin une menace pour l’harmonie sociale car elle provoque jalousie et querelles.

8La beauté de l’idole incarne donc non seulement l’époque révolue d’avant la Réforme protestante mais aussi une esthétique bannie fondée sur le spectacle, sur les apparences et sur la fixité. Ainsi, c’est moins la beauté en tant que telle que la mise en spectacle de celle-ci qui est subversive.

9La Pict, femme qui se maquille, confirme que pour Steele et Addison la beauté féminine lorsqu’elle est mise en scène est susceptible de se métamorphoser en monstre et est associée, de manière paradoxale, à une esthétique démodée et dangereuse de la fixité.

10Le terme de Pict indique une triple métamorphose : celle d’une femme ordinaire en belle femme, celle d’une femme en barbare, les Picts étant une tribu anglaise établie avant la conquête de Guillaume ; enfin, celle d’une femme en tableau, le mot Pict devenant l’abréviation de « picture ».

  • 3 S. no 41 [Tues., Apr. 17, 1711], 1, p. 174.

11Monstrueuse, la Pict l’est en se transformant en tableau et en perdant ses qualités humaines. Elle est aussi sacrilège dans la mesure où, à l’aide de pinceaux et d’onguents, elle se substitue au démiurge et crée sa propre beauté qu’elle impose ensuite à des soupirants qu’elle leurre. Enfin, elle incarne une beauté fixe et vénéneuse : « The Picts tho’never so beautiful, have dead, uninform’d Countenances »3. Elle est d’ailleurs une croûte, car une fois fardée, elle devient « the worst Piece of Art extant ».

  • 4 S. no 41, 1, p. 174.

12Enfin la Pict est, comme l’idole, un danger pour l’ordre social. Elle laisse soupirer ses amants et menace la paix des ménages en incarnant la tromperie et l’horreur d’un vieillissement soudain: « Her Skin is so Tarnished with this practice, that when she first wakes in a Morning, she scarce seems young enough to be the Mother of her whom I carried to Bed the Night before »4.

  • 5 Voir l’article d’Alain Bony : « Lasciva Philomela : Beauté, Wit et sexe dans l’esthétique addisoni (...)

13La Pict incarne donc la mise en scène suprême de la beauté : elle la magnifie grâce à des techniques artistiques et artificielles qui décuplent sa puissance, captivent le regard masculin et suscitent les passions. Steele dénonce ainsi le côté subversif de la beauté et révèle sa peur de l’ascendant qu’elle confère à ses contemporaines5. L’essai no 144 en témoigne qui présente au lecteur sept portraits de femmes belles décrites en termes de lutte de pouvoir et d’arbitraire politique : « Albacinda has the Skill as well as the Power of pleasing. Her form is majestick, but her Aspect humble. All good Men should beware of the Destroyer. She will speak to you like your Sister, till she has you sure, but is the most vexatious of Tyrants when you are so ». Albacinda est une hypocrite qui prend des allures modestes pour mieux subjuguer son interlocuteur.

  • 6 S. no 144 [Wed., Aug. 15, 1711], 2, p. 70.

14Il est significatif en outre que dans cet essai, la seule femme belle soit Eucratia, femme craintive et jugée inférieure à l’homme: « if you describe a right Woman in a laudable Sense, she should have gentle Softness, tender Fear, [...] with some Subordination to it, but such an Inferiority that makes her still more lovely [...] Others are Beautiful, but Eucratia, thou art Beauty ! »6

  • 7 S. no 155 [Tues., Aug. 28, 1711], 2, p. 107.

15S’en tenir au constat que ces portraits sont une façon de circonscrire ce que Steele et Addison considèrent comme une prise de pouvoir monstrueuse de la beauté féminine, c’est parvenir à une conclusion juste mais partielle. Car Steele et Addison conviennent que les regards masculins aussi rendent la beauté féminine monstrueuse en l’adorant et en lui donnant du pouvoir. Une idole réformée le souligne dans une lettre qu’elle adresse au journal et que publie Mr. Spectator dans l’essai no 155. Propriétaire d’un café et jolie femme, elle se plaint d’avoir été mise malgré elle dans la situation d’idole notoire par ses clients qui ne la quittent pas des yeux et sont : « ready to interpret my Looks and Gestures, according to their own Imaginations »7.

16Selon elle, ce sont les clients qui par un regard dévoyé ont commis un contresens sur la fonction de sa beauté. Loin de la considérer comme un fait naturel, ils l’ont interprétée comme un outil utilisé en vue d’une fin commerciale. Naturellement sur le devant de la scène puisqu’elle sert les clients, ils l’ont assimilée à la prostituée et ont jugé sa beauté perverse.

17Cette idole insiste donc sur la nécessité de réformer les regards. Elle souligne que la beauté n’est pas par nature dangereuse, mais qu’elle le devient si le spectateur est un voyeur. Ainsi la beauté a aussi la faculté de révéler le monstre qui sommeille en chaque spectateur. Enfin, elle est relative dans la mesure où son appréciation dépend de la vision de chacun.

  • 8 S. no 412 [Mon., Jun. 23, 1712], 3, p. 542.

18Voilà qui corrobore les théories de Locke reprises par Addison dans les essais sur les plaisirs de l’imagination: « There is not perhaps any real Beauty or Deformity more in one piece of Matter than another, because we might have been so made, that whatsoever now appears loathsome to us, migh have shewn it self agreeable »8. Ainsi, selon Addison une chose n’est pas belle de manière intrinsèque, mais elle l’est parce que l’esprit et l’imagination qui travaillent à partir des renseignements fournis par le regard décident qu’elle est belle. La beauté devient affaire d’appréciation individuelle et donc de réforme individuelle.

19Il s’agit donc non seulement de dissuader les femmes de se mettre en scène, mais aussi de purger le regard masculin de son essence monstrueuse. C’est vouloir résoudre un paradoxe, car c’est souhaiter contrer grâce à l’analyse du jugement critique l’enthousiasme spontané suscité par la perception immédiate de la beauté ; c’est désirer que la beauté féminine provoque une contemplation calme, qu’elle séduise l’esprit tout en n’aveuglant pas le spectateur. Comment parvenir à cela ? Plutôt que de laisser le spectateur subir la beauté de manière passive, le Spectator va l’inviter à agir sur elle en opposant un autre type de regard, expérimentateur et critique.

  • 9 Voir le Spectator no 409.

20Puisque la beauté dépend du spectateur, il faut enseigner à ce dernier à voir correctement la vraie beauté en éduquant son goût9. Avec l’aide de la science, Mr. Spectator donne aux lecteurs les moyens de distinguer la beauté féminine parmi de fausses beautés, mais aussi de la promouvoir en travaillant sur le rapport du lecteur à l’esthétique.

21L’ensemble du périodique fonctionne sur l’expérimentation fondée sur l’observation visuelle. Mr. Spectator est une métaphore d’instrument d’optique puisque, personnage muet, il observe de manière objective la société qui l’entoure et il transcrit ses conclusions dans les essais du Spectator. Chaque essai fonctionne comme une sorte de lentille de microscope permettant d’observer les contemporains qui sont à la fois cobayes, et en tant que lecteurs, témoins et bénéficiaires de l’expérience. Ces derniers, touchés par les visions et vérités qu’ils découvrent sont alors instruits par les conclusions tirées par Mr. Spectator. À leur tour, ils sont à même d’observer le monde de manière neutre et de juger. Ainsi, de simple spectateur, le lecteur devient un expérimentateur capable de tirer ses conclusions.

22Appliqué à la beauté, un tel système présente la beauté des femmes de manière radicalement différente. Au regard enthousiaste que provoquait la mise en scène féminine se substitue maintenant un regard que l’expérimentation scientifique dépassionne. Dès lors l’expérience est double et s’applique aussi bien à la femme belle qu’au sujet qui l’admire. Si elle est réussie, la femme ne doit plus exhiber ses charmes et l’expérimentateur-admirateur de la beauté, affecté par l’expérience, doit acquérir un nouveau regard sur elle.

23L’essai sur la Pict fournit un exemple de la réforme du point de vue et du regard par l’expérimentation. Il nous raconte comment Will Honeycomb se guérit de sa passion pour une Pict en adoptant le regard d’un observateur scientifique.

24Un matin, Will parvient à entrer dans la chambre de la Pict. Il l’observe, caché derrière une tenture, tandis qu’à sa toilette elle se maquille. Et, comme dans une camera obscura qui renvoie l’image inversée du monde, il peut voir la Pict à l’envers, dans sa vérité, dans sa métamorphose: « The Pict begins the Face she designed to wear that Day, and I have heard him protest she had worked a fall half Hour before he knew her to be the same Woman ». Grâce à la publication de l’essai, Will, tel un microscope, donne à voir au lecteur une transmutation monstrueuse mais ordinairement invisible puisqu’elle est privée. Lui-même observateur, il est affecté par l’expérience dont il est témoin et prouve sa réforme visuelle en dévoilant sa présence et en confisquant à la Pict ses fards.

25Dès lors, une fois sa monstruosité rendue publique, la Pict insensible et statique, s’anime, affectée par le nouveau regard que Will porte sur elle. Ridiculisée, elle quitte la scène pour se cacher à la campagne où elle retrouve sa nature féminine et quitte le monde des faux-semblants.

26Quant aux autres Picts, l’essai du Spectator les montre du doigt de manière générique. Leur intériorité a été débusquée, ce que l’exergue en latin extraite des Métamorphoses d’Ovide en tête de l’essai met en évidence : « undiscovered, thou art discovered ».

27De surcroît, Mr. Spectator referme cet essai en brossant le portrait de Statira tel qu’il est vu par un regard neutre d’observateur. Statira est une beauté parfaite qui s’ignore et ne se met pas en scène. « She is graceful without Affecting an Air ». Elle est caractérisée par le mouvement et par une adéquation entre son esprit et ses actions : « her features are enliven’d with the Chearfulness of her Mind ». Ce portrait scientifique n’est rien moins que le portrait d’une intériorité.

28Ainsi on peut comprendre que la vraie beauté ne se voit pas. Selon le Spectator, la beauté ne se prête pas au regard de surface de l’esthète, mais bien à celui du scientifique qui devient un moraliste. De plus, on inaugure avec le portrait de Statira un autre système d’appréciation esthétique. La Pict incarnait une beauté démodée parce qu’elle était sans âme et représentée dans des poses artificielles. Tels ces grands portraits de cour à la Van Dyck, la Pict s’imposait au spectateur par ses apparences magnifiques. Dans le Spectator, Steele recourt au portrait théophrastien, rigide et sec, pour la décrire. Le portrait de Statira au contraire est grâce et sensibilité et instaure un échange entre le portrait et le spectateur. La contemplation esthétique devient une invitation à l’étude : « Let the Sex study the agreeable Statira ».

  • 10 David Solkin, Painting for Money: The Visual Arts and the Public Sphere in Eighteenth-Century Engl (...)

29Le portrait de Statira rappelle ceux du Kit-Cat Club, qui constituent les prémices du genre de la « conversation painting » en Angleterre. Dans les portraits de Kneller l’effet de conversation est dû au format plus petit de la toile qui oblige le peintre à ne représenter que le visage et le buste du modèle, créant ainsi l’illusion d’un rapprochement et d’un tête-à-tête. Il est aussi provoqué par l’attitude naturelle mais élégante du modèle qui, en regardant le spectateur, semble reconnaître sa présence10 et l’invite à la conversation afin d’assurer sa réforme. Ainsi la transmutation du regard provoque la naissance d’un nouveau système esthétique, la conversation, où le visuel n’est plus essentiel à la perception de la beauté. La Pict constitue la première métamorphose de la vision en conversation. L’idole offre la seconde phase de cette conversion.

30La lettre de l’idole réformée montre qu’outre un nouveau regard sur la beauté, elle a gagné une beauté nouvelle. Pour elle, la lecture de la satire contre les idoles fut une expérience pendant laquelle elle dut à la fois subir le regard spectatorial et partager avec le lectorat la vision décrite par l’essai. Une telle expérience l’exposa aux railleries de ses contemporains, preuves déplaisantes de l’efficacité des expérimentations du Spectator. Le spectateur/lecteur avait distingué la fausse beauté et avait adopté un point de vue critique qui la reléguait au rang de monstruosité.

31Cette lettre fournit de plus le portrait intime d’une sensibilité nouvelle. Il est révélateur que l’idole, qui appartenait jusque-là au domaine de l’image et d’une contemplation solitaire, choisisse de se représenter sous la forme de l’échange épistolaire et donc de la conversation. De plus, en signant sa missive « the idole », elle choisit un anonymat générique et non une mise en scène singulière qui la distingue. Enfin, sa lettre révèle que l’expérience spectatoriale fut une souffrance qui l’incita à éradiquer sa fausse beauté. On quitte alors la fixité pour le mouvement des émotions intérieures. Fait remarquable, l’idole se met en scène de manière scientifique en dévoilant au lecteur des preuves d’un désarroi que ses clients n’avaient pas décelé : « In this passive Condition I know not where to cast my Eyes, place my Hands, or what to employ my self in. But this Confusion is to be a Jest [...] ». Elle se dépeint comme un être sensible qui de surcroît souffre à cause de sa beauté physique.

32La lettre de l’idole signale sa conversion à la vraie beauté, car elle est un autoportrait spontané, innocent et donc vertueux. Aussi a-t-elle la faculté de susciter l’indignation vertueuse du lecteur et de le convertir. L’indignation épistolaire de Mr. Spectator indique la réaction à avoir. « This Representation is so just, that it is hard to speak of it without an Indignation which perhaps would appear too elevated to such as can be guilty of this inhumane Treatment, where they see they affront a modest, plain, and ingenuous Behaviour ». L’idole provoque de cette façon la perpétuation d’une conversation polie et artistique dont l’ensemble de l’essai est une illustration.

  • 11 Voir David Solkin, p. 58 et 67.

33L’essai est d’ailleurs une mise en pratique et une mise en abyme de ce nouveau tableau (« representation ») que constitue la conversation car il reflète les cinq sens du mot « conversation » : celui de dialogue, de communauté harmonieuse, de commerce sexuel, de commerce financier et enfin de ce genre pictural qui éclôt au XVIIIe siècle. Dialogue entre Mr. Spectator et sa correspondante, l’essai condamne l’équation que font les clients entre commerce financier féminin et prostitution et plaide pour le droit des femmes à exercer un métier public sans subir les outrages des clients. Il est enfin une description des relations policées des sexes et préfigure le genre de la conversation des années 1720 telles qu’elle est peinte par Van Aken dans le tableau « An English family at Tea »11.

34L’essai no 155 incarne cette vraie beauté qui se représente dans la peinture d’un art de vivre en société. Ainsi Steele et Addison parviennent à transcender la beauté monstrueuse et factice des femmes en celle, littéraire et sociale, de la conversation.

  • 12 Ce sont les essais no 17, 32, 48, 52, 78, 87, 553.

35Paradoxalement, on retrouve ce glissement d’une beauté charnelle à une beauté conversationnelle dans les sept articles consacrés au Ugly Club12. Cette micro-société est constituée de personnes recrutées sur leur laideur qui se réunissent régulièrement et discutent dans la bonne humeur de leurs tares physiques.

36Ce qui frappe d’abord, c’est que beauté et laideur, qui sont présentées comme indissociables, sont vidées de leur contenu esthétique. En témoigne le nom de famille d’un des membres du club, correspondant de Mr. Spectator. Il s’appelle Alexander Carbuncle, ce qui signifie à la fois pierre précieuse rouge et furoncle purulent.

  • 13 S. no 17 [Tues., March 20, 1711], 1, p. 76.

37Le fonctionnement du club qui repose sur des règles de laideur illustre cette vacuité. Baptisées « the act of Difformity », parodie de la loi d’uniformité, votée en 1662 pour exclure de l’Église d’Angleterre tous les non-conformistes, ces règles établissent des sortes de blasons de la laideur, conditions indispensables pour être membre du club : « That of the Quantity of any Man’s Nose be eminently miscalculated, whether as to Length or Breadth, he shall have a just Pretence to be elected »13. Il faut donc être parfaitement laid pour pouvoir prétendre postuler.

  • 14 S. no 17.
  • 15 S. no 48 [Wed., April 25, 1711], 1, p. 205.

38Ensuite, le Ugly Club surnommé « Merry Club » a été créé par des étudiants oxoniens pour être « a burlesque of the handsome Club »14. La difformité physique devient un honneur grâce à des formules de politesses parodiques telles que « may it please your deformities », utilisées pour s’adresser au président du club15. Ainsi la beauté devient un objet de dérision. L’humour, en jouant sur une monstruosité outrancière, confère un charme cathartique à cette assemblée et invite le lecteur à vaincre sa peur du laid et du monstrueux.

39En outre, l’engouement pour le club qui fonctionne sur l’exclusion et sur la cooptation transforme la laideur en un privilège. Or, cet aspect est nié dès le premier essai consacré au Ugly Club car Carbuncle y déclare que l’on n’a aucun mérite à être beau, puisque c’est la nature qui en décide. Par extension, la beauté ne peut être un mérite ou un défaut.

40Enfin, la laideur est, comme la beauté, relative, et dépend du point du vue. Dans l’essai no 32, Carbuncle explique que les critères de beauté varient selon les pays, et que l’obésité, considérée comme laide en Angleterre, est appréciée en Hollande.

41De ce jeu de miroir entre la beauté et la laideur surgit non une peur de la métamorphose mais un comique qui donne une grâce particulière aux membres du club. Ils se dévoilent pour ce qu’ils sont, des monstres physiques, mais leur humour révèle leur joie de vivre et leur capacité à former la communauté harmonieuse et gaie que la publication des essais représente.

42Cette conversation de gens hideux révèle donc aux lecteurs, telle une lentille optique, le fonctionnement ordinairement invisible d’un club privé. Elle montre aussi que les défauts physiques sont une fausse laideur compatible avec une vraie beauté. De cette manière, le lecteur est face à la représentation littéraire d’une assemblée qui échange des points de vue sur sa propre laideur dans la bonne humeur : il est face à une conversation.

43Le dialogue entre Mr. Spectator et les membres du Club illustre le surgissement de la beauté au sein de cette conversation de personnes laides. Cette fois, Mr. Spectator se soumet à l’expérience du regard d’autrui et fait voir sa propre intériorité. Mr. Spectator a le visage très court et après examen des membres du Ugly Club, se voit proposé une place au sein du club. Loin de nier ses défauts physiques, il les rend publics, accepte par courrier la proposition et pénètre dans la conversation des gens laids pour mieux montrer que, comme eux, il a des beautés en réserve. Ainsi, la confession de laideur de Mr. Spectator fait partie intégrante d’un périodique qui deviendra un classique littéraire et que les contemporains décrivent comme le summum de l’élégance. Elle constitue donc déjà une des beautés littéraires du Spectator et une beauté d’un genre nouveau puisqu’elle est périodique, qu’elle s’inscrit dans le quotidien des conversations de cafés et de tables de thé, et qu’elle favorise la propagation du bon goût. Par conséquent, elle assure la perpétuation de cette beauté chez les lecteurs. Mr. Spectator se hisse alors au rang de ces écrivains qu’il cite en préambule à la lettre de Carbuncle, tels Scarron ou Ésope, célèbres pour leur difformité autant que pour leur génie littéraire.

44À l’inverse, les membres du club acquièrent la grâce de Mr. Spectator. Dans l’essai no 32 le président du Ugly Club se lance à la manière de Mr. Spectator dans une spéculation sur la laideur, devenant ainsi une sorte de double de la figure éditoriale. Chaque membre du club révèle donc sa beauté en élaborant une conversation particulière.

  • 16 S. no 48, 1, p. 205.

45L’entreprise de transformation de la monstruosité en son contraire est d’ailleurs si réussie que le club attire de nouveaux membres, et en particulier des femmes. Mr. Spectator avait tenté de réformer la conception des correspondantes sur le charme féminin en promettant de coopter de nouveaux membres... tels la Pict16. Il contribue de cette façon à décomplexer certaines correspondantes peu gâtées par la nature. Dans une lettre publiée à l’essai no 48, une lectrice relate que la participation de Mr. Spectator au Ugly Club lui a ouvert les yeux sur le peu d’importance de sa propre disgrâce. Une fois de plus, la réforme du regard fut possible grâce au dévoilement épistolaire des membres du club et grâce à la conversation. Sa réforme se manifeste par un renoncement à la mise en scène, à la mode et aux fards. Perdant toute inhibition, elle revendique en outre sa laideur en demandant un nom de plume qui reflète ses difformités. Mr. Spectator la surnomme alors du nom de la déesse à trois corps : « Hécate ». Mais, contrairement à la divinité qui est une figure maléfique, cette correspondante possède des qualités qui contribuent à la rendre belle : « Humour and Mirth ». Enfin, elle sollicite la permission d’adhérer au Ugly Club afin de faire partie d’une société agréable et polie. Elle accepte aussi de devenir le toast du club, « a Lady of celebrated Difformity ».

46Plus que l’appartenance au Ugly Club, c’est sa lettre ouverte au Spectator qui lui ouvre les portes de la conversation et d’une nouvelle beauté.

47Le Ugly Club ainsi que les portraits féminins sont des constructions fictives qui illustrent la manière dont Steele et Addison débarrassent de son aspect inquiétant l’effet de pliage entre la beauté et le monstrueux. En l’inscrivant au cœur du périodique, en recourant au procédé de l’observation scientifique et en invitant le lecteur à faire des expériences sur cette beauté, ils parviennent à maîtriser la métamorphose de la beauté. Leur souci est d’enseigner au lecteur à prévoir le surgissement du monstrueux ou à faire surgir la beauté dans le monstrueux. Avec le Ugly Club, Steele et Addison rassemblent les défauts physiques pour présenter au lecteur la vraie beauté : le portrait d’une assemblée polie, joyeuse et raffinée. Toutefois, s’il y a des charmes dans la monstruosité, ils ne sont pas encore sublimes, car ce ne sont pas des frissons délicieux que cherchent nos auteurs.

48Grâce à l’expérience de cette conversation, ils contribuent à éduquer le goût du public, à le rationnaliser tout en l’amusant. Paradoxalement donc, si la réforme du Spectator repose sur une perception sensorielle de la beauté et aboutit à une beauté littéraire fondée sur l’observation, ce ne sont plus les sens qui permettent de distinguer la vraie beauté mais la raison qui éduque le goût et qui rassure. De cette façon, le lecteur contrôle la mise en scène.

49De manière inattendue, cette rationalisation esthétique libère aussi les femmes. En effet, si la conversation est un moyen de circonscrire le pouvoir féminin dans les limites du raisonable et si elle a favorisé la mise en place de l’idéologie bourgeoise d’une femme naturelle et donc inférieure, elle a également permis de niveler les différences entre les femmes et de les débarrasser du statut de bel objet.

  • 17 Charles Lillie, Original and Genuine Letters to the Tatler and the Spectator, Londres, 1722, lettr (...)

50Parmi les lettres envoyées au Spectator et non publiées par Steele et Addison on a retrouvé une missive signée « Mery Sue » demandant à adhérer au Ugly Club et déclarant: « I hope there is some Merit in being the second woman in the kingdom of Great Britain, that has woned [sic] she thinks herself very ugly »17. Clin d’œil ludique ou confession réelle ? Il est impossible de le savoir. On constate néanmoins que la lectrice a lu les essais sur le Ugly club et qu’elle en a tiré les mêmes conclusions qu’Hécate sur l’essence de la beauté. Sa lettre érige l’aveu de la laideur en vertu et indique que les leçons de bonne humeur et d’harmonie sociale prennent le pas sur des considérations esthétiques. Peut-être peut-on y lire une preuve de l’efficacité des méthodes du Spectator ?

Notes

1 The Spectator no 144 [Wed., Aug.15, 1711] éd. D. F. Bond, Oxford, Clarendon, 5 vol., 1987 ; vol. I p. 68. Toutes les références au Spectator proviendront de cette édition qui sera signalée par l’abréviation suivante : S.

2 S. no 73 [Thurs., May 24, 1711], 1, p. 313.

3 S. no 41 [Tues., Apr. 17, 1711], 1, p. 174.

4 S. no 41, 1, p. 174.

5 Voir l’article d’Alain Bony : « Lasciva Philomela : Beauté, Wit et sexe dans l’esthétique addisonienne », BSEAA (XVII-XVIII), 50, 2000, p. 261-282.

6 S. no 144 [Wed., Aug. 15, 1711], 2, p. 70.

7 S. no 155 [Tues., Aug. 28, 1711], 2, p. 107.

8 S. no 412 [Mon., Jun. 23, 1712], 3, p. 542.

9 Voir le Spectator no 409.

10 David Solkin, Painting for Money: The Visual Arts and the Public Sphere in Eighteenth-Century England, New Haven, Yale University Press, 1993, p. 32.

11 Voir David Solkin, p. 58 et 67.

12 Ce sont les essais no 17, 32, 48, 52, 78, 87, 553.

13 S. no 17 [Tues., March 20, 1711], 1, p. 76.

14 S. no 17.

15 S. no 48 [Wed., April 25, 1711], 1, p. 205.

16 S. no 48, 1, p. 205.

17 Charles Lillie, Original and Genuine Letters to the Tatler and the Spectator, Londres, 1722, lettre no 77.

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris-III)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540