Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelles valeurs dans l’Angleterre d’aujourd’hui

 | 
Monica Charlot

L'idée de nature en milieu urbain

Sylvie Nail

Texte intégral

  • 1 Les termes employés par les écologues Schwarz et Thompson travaillant sur les visions idéalisées d (...)
  • 2 idem, p. 296.
  • 3 Le principe de précaution vise à protéger les ressources naturelles au nom du droit des génération (...)

1En partie grâce aux moyens techniques comme le satellite qui permettent de mesurer précisément l'impact humain sur la terre, s'est amorcé au cours des 30 dernières années un changement dans la perception de la nature et de son exploitation. On est ainsi passé d’une conception d'une nature « tolérante », capable de se remettre rapidement des perturbations engendrées par l'activité humaine, à celle d'une nature « vulnérable » dont l’humanité détient la clé de l’équilibre1. La présentation (surtout par les médias) des dégradations infligées au milieu naturel sert à étayer un « discours de l'extinction »2 empreint de valeurs morales, consistant à affirmer que les organismes vivants, quels qu'ils soient, ont une valeur intrinsèque et que par conséquent l'extinction des espèces est inacceptable. Dès lors, la nature, lorsqu'elle est mise à mal par l'appât du gain, est une victime dont la disparition préfigure celle de l'humanité, et il importe donc pour notre propre survie d'appliquer le principe de précaution3.

  • 4 Serge Antoine et al, La planète terre entre nos mains, Paris, La Documentation française, 1994, 43 (...)
  • 5 La notion d'empreinte écologique (ecological footprint), calculant l'impact des villes sur les res (...)
  • 6 C’est la question que pose François Bigot en point de départ de son plaidoyer pour une réhabilitat (...)
  • 7 C'est dans les termes suivants que Slaney, député de Shrewsbury, demande la création d'une commiss (...)

2Dans le cadre d'une réflexion internationale sur le rapport à l'environnement, de la première conférence, à Stockholm en 1972, à celle de Rio en 1992, la notion de responsabilité envers le milieu naturel a donc été mise en avant (par opposition à l'exploitation effrénée des ressources pratiquée au cours des siècles passés) d'où découle le concept d'écodéveloppement, c'est-à-dire un « développement respectant simultanément les trois critères de la finalité sociale, de la prudence écologique et de l'efficacité économique mesurée à l'aune sociale et non pas simplement à celle de la rentabilité micro-économique »4. Il s’agit de réduire l'empreinte écologique5 et de marcher sur la terre d'un pas léger. La forme urbaine étant la plus coûteuse en termes environnementaux, faut-il consommer la rupture et choisir entre urbanisation et environnement6 ? Ou peut-on inscrire l'aménagement du territoire urbain dans une perspective de développement durable ? Ces questions ont une incidence évidente sur la quantité, le type, les fonctions et la gestion des espaces ouverts en ville. Ces derniers, de la place du village aux grands parcs, sont aussi anciens que la forme urbaine elle-même, et depuis la première intervention officielle dans ce domaine en 1833 jusqu'à 2000, leur cahier des charges est toujours énoncé dans les textes officiels en termes de santé et d'agrément7, mais les concepts ne recouvrent pas nécessairement les mêmes valeurs. Ce sont ces valeurs que cet article se propose de mettre à jour, d’abord à partir de l’analyse des discours et des programmes élaborés par les pouvoirs publics en Angleterre (les initiatives en découlant étant encore trop récentes pour que l'on s'essaie à une évaluation) et ensuite à partir de l’analyse de certains changements de perceptions et d’attitudes qui pourraient bien constituer les signes avant-coureurs d'une nouvelle définition de la nature.

Domaine public urbain : les nouveaux enjeux

  • 8 Ainsi, du Livre blanc sur la ville se dégage un idéal de vie totalement urbaine pour les citadins, (...)
  • 9 Voir à ce sujet les affirmations du gouvernement: “We continue to value green belts around towns a (...)

3Indéniablement, le débat national sur la question de l’évolution des espaces ouverts ne peut passer sous silence la corrélation entre les initiatives vertes en milieu urbain et la protection du milieu rural. Sans entrer dans les détails, puisqu’un autre article de ce volume est consacré à la campagne, il ressort clairement du discours des derniers gouvernements que l'un des enjeux de la rénovation des villes est la protection de la campagne et des valeurs qui y sont traditionnellement attachées8. La protection des ceintures vertes autour des villes, que revendiquent aussi bien les Conservateurs que les Travaillistes, s'inscrit dans une logique de séparation maintenue, oserait-on dire de bouclier, entre deux entités qui plus que deux systèmes économiques ou deux types de paysages, semblent incarner deux réalités distinctes dans l'imaginaire collectif9.

Ramener les Anglais dans les villes

4En Grande-Bretagne, les changements les plus visibles sont très récents, mais il serait pour autant erroné de les attribuer aux seuls Travaillistes depuis leur retour au pouvoir en 1997 : ce qui prévaut en matière d'environnement est avant tout une grande continuité politique depuis la fin des années 1980.

  • 10 Monica Chariot, « La conversion de Madame Thatcher à l'écologie », Revue française de civilisation (...)
  • 11 Department of the Environment, This Common Inheritance: A Summary of the White Paper on the Enviro (...)

5Après un manque d'intérêt évident pour la question de l'environnement dans la classe politique, le célèbre discours « vert » de Margaret Thatcher à la Royal Society le 27 septembre 1988 marque un tournant et catalyse un débat amorcé dans le milieu scientifique et associatif depuis le début des années 1970, mais largement absent des médias10. Le Livre blanc This Common Inheritance : Britain's Environmental Strategy11, publié en 1990, fait le constat des actions menées au cours de la décennie précédente pour protéger l'environnement et annonce les politiques futures. Côté bilan, il note un doublement de la surface des ceintures vertes autour des villes (mises en place en 1938 pour Londres et en 1955 pour le reste du pays) et dresse la liste des acquis : 10 parcs nationaux (créés par le National Parks and Access to the Countryside Act de 1949), 38 zones de beauté naturelle exceptionnelle (Areas of Outstanding Natural Beauty, même date de création que les parcs nationaux), 5 300 sites d'intérêt scientifique particulier (Sites of Special Scientific Interest, SSSI) depuis leur création par le Wildlife and Countryside Act de 1981 et des zones sensibles d'un point de vue environnemental (Environmentally Sensitive Areas) (créées à partir de 1987, elle sont destinées à maintenir des pratiques agricoles traditionnelles). On le voit, il s'agit pour l'essentiel du renforcement de politiques élaborées en milieu rural par des gouvernements antérieurs.

  • 12 Au point que certains parlent de counter-urbanisation. Michael Breheny, « Planning the Sustainable (...)

6Côté perspectives, il se tourne vers la ville. Maintenir les Anglais en ville afin de protéger la campagne : voilà le nouveau défi, alors que l'exode urbain est reconnu comme un phénomène majeur depuis la fin de la Seconde guerre mondiale12. Quelles formes peut prendre un urbanisme destiné à la fois à conserver aux villes leur fonction de moteurs de l’économie et à protéger le milieu naturel ? Le Livre blanc annonce d'une part la volonté du gouvernement de requalifier les friches urbaines ou sites pollués (brownfield sites) afin de pouvoir y construire les nouveaux logements nécessaires, et d'autre part la création en 1989 de community forests sur les franges urbaines (le plus souvent dans les ceintures vertes), destinées à devenir des bois de rapport, à contribuer à la lutte contre le réchauffement de la planète et à fournir des lieux de loisirs à la population urbaine.

  • 13 Les Planning Policy Guidance (PPG) Notes précisent depuis 1988 les politiques gouvernementales en (...)
  • 14 Department of the Environment, Household Growth: Where Shall We Live? Cm 3741, London, HMSO, Novem (...)
  • 15 Liz Greenhalgh, « Greening the Cities », in Anthony Barnett, Roger Scruton, eds., Town and Country (...)

7La réflexion sur l'aménagement du territoire urbain se poursuit avec un certain nombre de textes et de programmes : la loi de planification urbaine (Town and Country Planning Act) de 1990, le Planning and Compensation Act de 1991 (qui incite à une plus grande protection des espaces verts en milieu urbain), mais aussi le Single Regeneration Budget qui regroupe les initiatives en matière de régénération urbaine sous un seul programme destiné à mieux les coordonner et à encourager les partenariats, enfin la modification des Planning Policy Guidance (PPG) Notes13. Mais c'est le rapport gouvernemental Household Growth: Where Shall We Live?14 qui pose officiellement la question de l'amélioration de la qualité de la vie urbaine15. Au sein de la réflexion sur l'urbanisme, l'accent est mis sur l'esthétique des villes, c'est-à-dire sur une architecture de qualité et des actions de verdissement des villes. En effet, si la densification des centres des villes est l'option que retient le gouvernement pour la régénération urbaine et la protection de la campagne, encore faut-il améliorer la qualité de l'air et de l'environnement, sans quoi on ne parviendra pas à ôter de l'esprit des Anglais l'association entre villes compactes et insalubrité, héritée de la révolution industrielle. En 1995 sont lancés la Campagne pour le design urbain, côté architecture, et le programme Verdir la ville (Greening the City), côté espaces ouverts. Dans les deux cas, les critiques sont nombreuses : prétendre résoudre le malaise urbain par un simple changement cosmétique et en remplaçant le brun par le vert dans la palette des villes, voilà qui manque d'envergure au terme de presque deux décennies d'abandon du domaine public urbain par les Conservateurs. Le projet énoncé dans l'étude Greening the City ressemble plus à un alibi qu'à une volonté réelle de changement, et semble assimiler l'implication des habitants dans la restauration/l'entretien de leurs parcs à une main-d'œuvre à bon marché.

  • 16 DETR, The State of English Cities, London, HMSO, 51p.; DETR, Living in Urban England, London, HMSO (...)
  • 17 Notons que la réflexion sur une architecture de qualité s'est poursuivie, avec la création en 1999 (...)
  • 18 C'est aussi la vision que Lord Rogers décrit dans son dernier ouvrage, Cities for a Small Country,(...)

8Les rapports officiels se sont multipliés depuis 1997, au nombre desquels L'État des villes anglaises et Vivre dans l'Angleterre Urbaine16 qui dressent un état des lieux de la vie urbaine et suggèrent des pistes pour faire aimer les villes aux Anglais... et aux entreprises17. Le plus significatif est sans conteste celui dont est chargé l'architecte Richard Rogers à la tête de la Mission urbaine (Urban Task Force). Dans son ouvrage visionnaire de 1997, Cities for a Small Planet, il analysait les causes de la faillite urbaine et émettait des propositions pour que les villes cessent de menacer les écosystèmes. En le chargeant de diriger ce qui allait devenir en juillet 1999 le rapport Vers une Renaissance urbaine qui servirait de base au Livre blanc sur la ville et à la nouvelle PPG3 sur le logement, le gouvernement se prononçait clairement en faveur d'un urbanisme compact et multifonctionnel, destiné à favoriser la mixité sociale et le renouveau des unités de voisinage18.

  • 19 Voir Sylvie Nail, « Le Urban Parks Programme : alibi médiatique ou renouveau communautaire ? », Re (...)

9Ce sont les fonds de la Loterie nationale qui ont permis les actions d'envergure nécessitées par l'état pitoyable des parcs publics. Sans revenir ici en détails sur le Programme pour les parcs urbains19, rappelons qu'il permet aux propriétaires d'obtenir depuis 1996 des subventions pour restaurer les parcs dont l'intérêt historique est avéré. Ce programme a constitué un tournant pour deux raisons : la première est que, pour la majorité d'entre eux, ces parcs sont situés dans les centres des villes et qu'ils peuvent donc contribuer à la régénération urbaine. La deuxième raison est que le programme impose en prérequis la prise en compte des souhaits de la population, ce qui est au cœur d'une nouvelle approche, nous y reviendrons. A ce jour, plus de 250 millions de livres sterling ont été affectés à la restauration d'environ 140 parcs urbains. Extrêmement populaire (à tel point qu'il a dû être reconduit à l'issue des trois ans originellement prévus et que le budget initial de 50 millions de livres est dépassé depuis longtemps), le Programme pour les parcs urbains a fait tache d'huile : partant des parcs du patrimoine, les pouvoirs publics ont commencé à s'intéresser à la restauration, puis à la création de nouveaux espaces verts. Le budget du New Opportunities Fund de la National Lottery, créé en septembre 1998, a prévu d'engager 125 millions de livres avant la fin 2002 pour financer le programme Espaces verts et communautés durables (Green Spaces and Sustainable Communities), à savoir créer et/ou améliorer des espaces verts importants pour les communautés locales en Angleterre. Il financera aussi à concurrence de 4,6 millions de livres la création de nouvelles réserves naturelles locales. La Millenium Commission de la Loterie nationale a quant à elle contribué au financement de quelque 250 places de village vertes (millenium greens) créées avec la participation des habitants pour célébrer le passage au troisième millénaire.

  • 20 House of Commons Environment, Transport and Regional Affairs Committee 20th Report, Town and Count (...)
  • 21 La Countryside Commission et la Rural Development Commission sont devenues Countryside Agency le 1(...)

10Mais le Programme pour les parcs urbains a aussi eu le mérite de mettre le doigt sur le grave déficit d'information concernant les parcs et espaces verts à visée récréative ouverts au public. Pour commencer à combler ce manque, le Heritage Lottery Fund et l'Institute of Landscape and Amenity Managers (ILAM), organisme regroupant 6500 professionnels du secteur des loisirs verts, ont réalisé une enquête en août 1998, d'où il ressort que l'Angleterre et le pays de Galles possèdent environ 30 000 espaces ouverts à but récréatif en milieu urbain, dont environ 5 000 à valeur historique. Suite à ce premier travail, la sous-commission parlementaire d'enquête sur l'environnement a été chargée en 1999 de réaliser une étude visant à analyser les bienfaits sociaux, économiques et environnementaux des parcs publics, à examiner leur état, à établir les missions et les responsabilités des pouvoirs publics dans le domaine de l'entretien des parcs publics et enfin à se pencher sur leur financement. Le résultat des travaux de la commission, le Rapport sur les parcs urbains et ruraux (Town and Country Parks Report)20, aborde pour la première fois conjointement les questions relatives aux parcs urbains et ruraux, d'habitude soigneusement séparées, en général au détriment des parcs urbains. Il permet ainsi de percevoir des points communs et d'envisager des stratégies communes. La lecture des témoignages écrits et oraux de grande qualité réunis à l'occasion de l'enquête fournit de surcroît un cliché très exhaustif de l'état des parcs et de leurs fonctions. La sous-commission recommande au gouvernement de créer une agence dont la mission serait de s'occuper à la fois des parcs urbains et ruraux (cessant ainsi l'opposition entre les parcs urbains à l'abandon et les parcs ruraux — country parks — bénéficiant du soutien de la Countryside Commission21), de mettre en place une nouvelle écotaxe dont les bénéfices iraient à des investissements dans le secteur des parcs et de donner aux autorités locales la marge de manoeuvre nécessaire pour élaborer des stratégies.

  • 22 DETR, Our Towns and Cities: the Future, op. cit., pp. 74-76.

11La réponse du gouvernement au rapport parlementaire et à celui de Lord Rogers se trouve dans le Livre blanc sur la ville22. S'y trouve réitérée l'importance des espaces ouverts en milieu urbain pour améliorer l'esthétique des villes et le bien-être des citadins, protéger la campagne et contribuer à la protection de l'environnement, dans une tradition désormais bien établie. Plus novateur, le Livre blanc annonce des mesures destinées à enrayer la liquidation du patrimoine vert des autorités locales (terrains de jeux autour des écoles, par exemple), à financer des groupes de bénévoles qui contribuent depuis des années à la sauvegarde et à l'entretien des parcs, ainsi que des actions de recherche, notamment l'achèvement de la base de données commencée par le Heritage Lottery Fund, English Heritage et le Ministère de l'Environnement, et le lancement d'un programme de recherche destiné à analyser d'un point de vue qualitatif les espaces ouverts et à explorer les gestions alternatives possibles de ces espaces (par le secteur privé et le milieu associatif en particulier). Surtout, il annonce la création d'une mission sur les espaces verts urbains, le Urban Green Spaces Task Force, sous la direction de Beverley Hughes, secrétaire d'État à l'Environnement. Cette commission devra compléter l'inventaire des parcs, des espaces ouverts et de jeux (donc une mission plus large que celle de la sous-commission) et explorer de nouvelles stratégies, à la fois en termes d'entretien et de création d'espaces verts et en termes de partenariats avec les entreprises locales et les habitants. Elle se prononcera sans doute sur le bien-fondé d'établir une agence pour les parcs urbains et ruraux. Enfin, le Livre blanc reprend à son compte le programme des Drapeaux verts (Green Flag Awards) créé par l'ILAM et destiné à récompenser l'excellence dans les parcs publics, et il annonce la révision prochaine de PPG17 sur le sport et les loisirs.

  • 23 La même philosophie prévaut dans d'autres initiatives gouvernementales, dans lesquelles le program (...)
  • 24 Roger Levett, Ian Christie, The Richness of Cities: Urban Policy in a New Landscape. Working Paper (...)
  • 25 Dans un autre domaine, Anne-Marie Motard, dans son analyse de l'ouvrage d'Anthony Giddens The Thir (...)
  • 26 Il déclare également « The public domain plays a crucial role in encouraging urban culture and cre (...)
  • 27 « Step by step, we are strengthening British values, we are turning the selfishness of the 80s int (...)

12En tout état de cause, on peut noter depuis 1997 une accélération dans la mise en œuvre de programmes, le déblocage de fonds importants... et beaucoup de rhétorique. Le domaine public est placé au centre des stratégies visant à donner aux habitants le contrôle de leur environnement23 pour qu'ils prennent en charge son amélioration et contribuent ainsi à redorer le blason des villes par la restauration et la création d'espaces ouverts. Mais en améliorant le cadre de vie des citadins par une approche intégrée, et non morcelée comme par le passé, et en les encourageant à en être partie prenante, peut-être est-ce aussi la renaissance d'une forme de citoyenneté que l'on postule, en posant les bases de ce qui pourrait devenir à terme une « écopole »24 établie sur les principes du développement durable et de la démocratie locale25. C'est ainsi, nous semble-t-il, qu'il faut comprendre la phrase de Lord Rogers en introduction de son rapport Towards an Urban Renaissance, « les hommes font la cité ; la cité fait les citoyens »26, ou certaines déclarations du Premier ministre27. Outre un changement politique, économique et social, nous voyons aussi dans ces programmes officiels l'amorce d'un changement culturel, sous la forme d'une revalorisation de l'urbanité, dans son sens le plus noble d'opposé à rusticité.

Pallier les carences

  • 28 En effet, le rapport Living in Urban England montre que l'insatisfaction des citadins provient ess (...)
  • 29 Jacquelin Burgess, « The Production and Consumption of Environmental Meanings in the Mass Media: a (...)
  • 30 Carolyn Harrison, « Nature Conservation, Science and Popular Values », in A. Warren, F. Goldsmith, (...)

13Cependant, contrairement à ce que pourrait laisser penser la couverture médiatique des politiques gouvernementales sur la ville et l'environnement, ce sont les groupes de pression et les autorités locales qui se sont les premiers préoccupés de la dégradation de leurs espaces ouverts28. A titre indicatif, le nombre des membres des associations de protection de l'environnement au Royaume-Uni est passé de 1 805 000 en 1980 à 3 801 000 en 198929. Au tissu associatif établi de longue date (le National Trust, le British Trust for Conservation Volunteers, la Garden History Society, entre autres) sont venues s'adjoindre des forces nouvelles sur le terrain urbain. Les Urban Wildlife Groups, après de modestes débuts à la fin des années 1970, sont plus de 50 en 199030. Les Friends' Groups qui prennent en charge l'entretien de parcs se sont multipliés, de même que les Wildlife Trusts. Enfin, les 42 Groundwork Trusts, subventionnés par le DETR, s'impliquent depuis 1981 dans des projets de régénération urbaine en partenariat avec les habitants et les entreprises.

  • 31 Depuis 1992 en particulier, elles y sont encouragées par les exigences de Local Agenda 21, établi (...)
  • 32 John Box et Carolyn Harrison, « Natural spaces in urban places », Town and Country Planning, no 62 (...)

14Les deux fils conducteurs de la régénération urbaine et de la protection de l'environnement ont conduit les autorités locales, sous la pression des associations, à procéder à un recensement de leurs ressources vertes31. Les deux conclusions les plus importantes furent l'absence de données fiables sur ce qui constituait le patrimoine vert local et la diminution des finances affectées aux espaces ouverts au cours des 20 années précédentes (entre 16 et 20 % de moyens en moins en termes constants, selon les sources) : « déserts urbains » (urban deserts, zones où les habitants se trouvaient à plus d'un kilomètre d'un habitat faunistique) pour le West Midlands County Council en 1984, « zones de carence » (areas of deficiency) pour le Greater London Council en 1985, « zone déficientes en nature » (areas of nature deprivation) dans la Black Country en 1990 ou encore « zones manquant d'habitats naturels » (areas lacking in natural habitats) à Bristol en 199132.

  • 33 David Goode, « The Nature of Cities », Landscape Design, no 263, septembre 1997, p. 15.

15Les régions des Midlands et de Londres font figure de pionnières dans l'élaboration de stratégies, mais elles ont été rapidement suivies par d'autres : le Greater Manchester Council en 1986, Saint Helens Borough Council la même année, la Tyne and Wear Nature Conservation Strategy mise en place par le Nature Conservancy Council en 1988, puis Leicester, Nottingham, Norwich, Newport, Bristol, Edinburgh et beaucoup d'autres. Il est à présent courant pour les villes d'avoir un plan de conservation de la nature33. Ces plans incluent différents aspects propres à contribuer à la conservation des milieux et espèces, mais aussi de nouvelles approches concernant la création et la gestion des espaces ouverts, souvent en étroite collaboration avec la population locale. Mentionnons seulement la création d'un parc de plus de 4 hectares comme partie intégrante de la régénération des quartiers est de Birmingham, et l'ouverture récente de Mile End Park à Londres, conçu en étroite collaboration avec la population locale.

  • 34 Le rapport The State of English Cities précise qu'il s'agit là de la clé du succès: « future schem (...)

16Les diverses initiatives des 20 dernières années semblent fédérer une demande sociale et des politiques publiques34 Mais elles ne constituent que l'un des volets du regard nouveau porté sur la nature en milieu urbain.

Vers une nouvelle définition de la nature ?

  • 35 Les espaces ouverts sont définis comme « land laid out as a public garden, or used for the purpose (...)

17La nature en ville se réduisait traditionnellement aux espaces ouverts définis par les lois de 1887 et 1890 (Open Spaces Acts), amendées par celle de 1906 reprise dans la loi de planification urbaine et rurale (Town and Country Planning Act) de 1990 : jardins publics ou terrains aménagés à des fins récréatives, ou cimetières désaffectés35 La nature est ici conçue uniquement comme un produit de l'occupation humaine du territoire, un produit culturel, et peut-être est-ce pour cela qu'elle est traditionnellement considérée comme de moindre valeur que les paysages non urbains, perçus comme plus « naturels ». De subtils changements intervenus au cours des dernières décennies semblent cependant laisser penser que la nature urbaine a dépassé ce cadre étroit et acquis ses lettres de noblesse.

La population avant tout

18Arrêtons-nous à deux exemples qui résument assez bien les changements les plus significatifs dans les priorités et témoignent des nouvelles valeurs de la nature en milieu urbain dans toute leur complexité.

  • 36 Le conflit autour des Rainham Marshes a été étudié en profondeur par une équipe de géographes à la (...)

19Le premier cas offre l'intérêt d'avoir connu des rebondissements depuis une vingtaine d'années, permettant donc de percevoir au gré des « épisodes » une évolution. Il s'agit du destin des marais de Rainham, situés sur la rive nord de la Tamise à une vingtaine de kilomètres en aval de Londres36.

20Une partie du terrain constitue l'un des derniers pâturages dans les marais de l'estuaire de la Tamise, et en tant que tel une survivance d'un mode de valorisation de la terre mis en place au Moyen Age. La pérennité de cet usage provient en partie de l'utilisation faite par le Ministère de la Défense, propriétaire de 225 des 650 hectares que comprend le site, à savoir un champ de tir. Les marais abritent un certain nombre d'espèces de plantes et d'insectes devenues rares ou en voie de disparition au niveau national. En outre, ils constituent une zone de repos hivernal et de reproduction pour pas moins de 170 espèces d'oiseaux. Ces raisons ont conduit les pouvoirs publics à classer les 505 hectares les plus précieux en SSSI en 1986.

21En 1989, une société américaine, la Music Corporation of America (MCA), projette de transformer le site en un vaste complexe, Universal City, abritant studios de cinémas et de télévision, parc d'attractions et cinémas, infrastructures hôtelières, logements et bureaux. Pour contrer ce qu’elle prévoyait à juste titre comme la levée de boucliers des groupes de pression, elle ajoute à l'ensemble la réalisation d'une réserve naturelle de 173 hectares et la transformation d'un dépôt d'ordures en parc écologique de 70 hectares. Le ministère de l'Environnement, seul habilité à lancer une enquête publique, s'y refuse et en avril 1990, l'autorité locale compétente, le borough council de Havering, accorde le permis de construire à MCA, soutenu par la majorité de la population locale qui voit dans le projet la possibilité de retombées en emplois et une revalorisation de l'image de leur localité.

22Pourquoi, dans cette première phase, le projet immobilier a-t-il prévalu sur l'environnement ? Si l'intérêt intrinsèque historique et écologique du site n'est pas en cause, il bénéficie en revanche d'une faible visibilité qui permet aux promoteurs de MCA de la minimiser. En effet, le public n'est pas d'ordinaire admis dans les SSSI, dont l'intérêt premier est scientifique et non éducatif ou récréatif ; il en ignore d'ailleurs souvent l'existence. Ensuite, une zone de 93 hectares qui n'était plus utilisée en pâturage, était devenue un terrain d'entraînement illégal pour motos tous terrains. Une autre partie de 100 hectares s'était progressivement transformée en décharge pour les ordures ménagères de Londres. Enfin, quelque 140 hectares servaient de lagunes où la vase draguée dans la Tamise était déposée. Vu de l'extérieur par un non-spécialiste, le site de Rainham Marshes présentait, on peut le concevoir, peu d'attrait en regard des gains potentiels du projet américain. Car, et c'est l'autre raison, les enjeux économiques du projet sont considérés comme largement plus importants que le bénéfice de la préservation des ressources naturelles.

23Si les marais sont sauvegardés à l'époque, c'est pour une raison externe : les mauvais résultats du site d'Orlando (Floride) découragent MCA de se lancer dans les énormes investissements nécessaires à la fois au projet à proprement parler (2,4 milliards de livres), mais aussi aux dédommagements à consentir au Nature Conservancy Council au titre de la dégradation du milieu (16 millions de livres, somme jamais vue jusqu'alors dans une telle négociation).

  • 37 « Rainham Marshes Saved », Rainham News, juillet 2000.
  • 38 Jacquelin Burgess, « The cultural politics of nature conservation and economic development », in K (...)
  • 39 The Times, 21 octobre 2000.

24Dix ans plus tard, en juillet 2000, le Ministère de la Défense accepte de vendre sa part du site à la Société royale pour la protection des Oiseaux (Royal Society for the Protection of Birds, RSPB) pour la très modique somme de 1,1 million de livres37. Comparons les arguments avancés en 1990 pour laisser le projet américain suivre son cours, et ceux mis en avant en 2000 pour justifier la sauvegarde du site par la vente à la RSPB. Dans les deux cas on souligne l'argument selon lequel la population doit être prioritaire, ce qui n'est pas le moindre des paradoxes. Mais en 1990, cette priorité signifiait que l'emploi et la lutte contre la dégradation urbaine prévalait sur des préoccupations faunistiques et floristiques ; autrement dit, comme le révélait une enquête faite à l'époque, « la population et les emplois passent avant la nature »38. En 2000 en revanche, il était impensable que le bien-être de la population et la régénération urbaine puissent se faire aux dépens du milieu naturel. L'évolution des positions des gouvernements témoigne d'une détermination accrue à protéger l'environnement et d'une plus grande sensibilité au discours de l'extinction. D'une vision opposant les intérêts humains et ceux de l'environnement (la population avant la nature), on est passé insensiblement en une décennie à une perception de l'humanité dépendant pour son bonheur et sa santé du milieu naturel (de la nature pour la population). Ou, selon les termes de Lord Rogers, « on ne peut pas séparer les changements physiques et les changements sociaux (...) il faut qu'ils aillent de pair »39. Dans le cas de Rainham, la situation géographique du lieu, la rareté de ce genre de sites à proximité de la capitale et son potentiel récréatif ont indiscutablement joué dans la prise en compte de l'importance du site.

  • 40 Au sujet des local nature reserves, voir George Barker, John Box, « Statutory local nature reserve (...)
  • 41 On en dénombre en Angleterre 2 entre 1950 et 1955,4 entre 1956 et 1960, 7 entre entre 1961 et 1965 (...)

25L'extension des réserves naturelles locales40 au cours des dernières décennies, notre deuxième exemple, illustre ce même phénomène et ajoute une autre donnée significative. Créées par la section 21 de la loi National Parks and Access to the Countryside Act de 1949, elles étaient destinées à l'origine à protéger et à étudier la nature, comme les SSSI, mais aussi à fournir au public des lieux de divertissement. Elles ont longtemps végété41, mais un changement d'orientation s'amorce dans les années quatre-vingt qui va leur insuffler un nouvel essor. Le Nature Conservancy Council, qui, symptomatiquement, s'intéresse à la conservation en milieu urbain depuis la fin des années 1970, déclare que les caractéristiques naturelles d'un site ne peuvent être reconnues « d'intérêt public » que si le public peut jouir paisiblement de la nature. English Nature reprend à son compte cette proposition : le public se trouve ainsi placé au centre de la démarche de protection de l'environnement et ses aspirations sont davantage prises en compte dans le classement de nouvelles réserves. Le résultat ne se fait pas attendre : les autorités locales en milieu urbain s'intéressent aux réserves dans le cadre des stratégies de protection de l'environnement qu'elles sont en train de mettre en place. L'on en dénombre 105 en Angleterre entre 1981 et 1985, 215 entre 1986 et 1990, 517 entre 1991 et 1995, et pas moins de 564 en 1997, la plupart en milieu urbain. Étant donné la pression immobilière sur les terrains urbains, la taille de ces nouvelles réserves est inférieure à celle des premières (27,6 hectares en moyenne actuellement contre près de 418 hectares dans les années cinquante), mais elles s'intègrent pleinement dans un maillage d'espaces verts que sous-tend l'ambition de réaliser les objectifs de développement durable et de maintien de la biodiversité à l'échelle locale au cœur de l''Agenda 21 élaboré au sommet de Rio.

  • 42 Voir par exemple Robin Grove-White, « The Emerging Shape of Environmental Conflict in the 1990s »,(...)
  • 43 « there is a need to move away from “scientific” criteria in assessing the naturel value of sites (...)

26On retrouve dans ces réserves l'importance des facteurs sociaux relevés dans le cas de Rainham : la conservation des espaces naturels et semi-naturels, comme la création de nouveaux parcs, doit se faire en accord avec la vox populi. Mais alors qu'à Rainham celle-ci allait à l'encontre des intérêts économiques du promoteur, dans le cas des réserves c'est l'autorité scientifique, traditionnellement reconnue comme seule à même de déterminer la valeur des sites et de se prononcer sur le bienfondé de leur conservation, qui est remise en cause. Le débat sur la légitimité des critères scientifiques dans l'évaluation des sites naturels a fait couler beaucoup d'encre et amené les responsables à se poser des questions sur leur propre subjectivité et sur l'alibi que fournit la science (molle en l'occurrence) à ce qui appartient clairement au monde des valeurs42. Lyndis Cole prônait en 1983 l'abandon des critères scientifiques au profit de critères d'accessibilité et de plaisir du public pour imposer des restrictions à l'aménagement dans les sites d'intérêt naturel43. Les événements semblent avoir répondu favorablement à sa demande, puisque les nouvelles orientations gouvernementales prennent en considération la fréquentation des espaces publics comme critère d'évaluation de leur importance, non plus seulement sous l'angle quantitatif, mais aussi dans la dimension qualitative de richesse d'expérience dans le contact avec la nature.

  • 44 On en trouve un exemple dans le Livre blanc sur la campagne: « our countryside should be protected (...)
  • 45 « Giant nature reserve can transform “rust belt” », The Independent, 26 février 2001.
  • 46 Lors de la controverse entre MCA et les associations de protection de l'environnement, il était re (...)
  • 47 C'est le point de vue que défendent certains scientifiques comme Derek Ratcliffe, « The purpose of (...)
  • 48 D. Goode, « Learning from the Cities - An Alternative View », Ecos, vol. 10, no 4, 1989, p. 42.

27On peut aller jusqu'à se demander si au nom de la revalorisation de la dimension sociale de l'environnement, le prix à payer n'est pas la mise à la disposition auprès d'un public de plus en plus avide de sites naturels auparavant protégés. L'affirmation selon laquelle la nature vaut d'être préservée pour elle-même (typique de l'écologie du XXe siècle), régulièrement avancée dans le discours officiel44, coexiste mal avec celle, tout aussi souvent énoncée, selon laquelle la nature ne vaut que si elle est au service de la population (ce qui renouerait avec la tradition d'histoire naturelle du XIXe siècle). Cette confusion dans les idées de nature explique sans doute que les opérations de conservation s'assortissent maintenant quasi systématiquement de valorisation sur le plan touristique. Les SSSI n'ont jamais été conçus pour être des zones touristiques, on l'a dit, mais des niches écologiques, riches mais fragiles, nécessitant donc la protection de leurs biotopes. Or, depuis son rachat de Rainham Marshes, la RSPB prévoit, outre le nettoyage de la décharge publique, la création d'un parcours touristique d'observation des oiseaux45. Cette ouverture au public est-elle le prix à payer pour bénéficier du soutien populaire46 ? Ou bien est-ce la traduction de ce que révèlent des enquêtes de terrain : que si les particuliers apprécient le contact en solitaire avec la nature, ils l'apprécient d'autant plus que la sécurité de la ville est au coin de la rue ? La prise de conscience que l'éducation à une observation de la nature est peut-être la condition sine qua non à une meilleure protection de l’environnement justifie-t-elle le tourisme comme moyen vers une fin47 ? Toutes ces hypothèses constituent sans doute des éléments de réponse. En tout état de cause, la découverte et la protection de la nature en milieu urbain passent désormais autant par la prise en compte des besoins des gens « ordinaires » sur leur lieu de vie que par la sauvegarde des espèces rares ou en voie de disparition dont la valeur intrinsèque est scientifiquement démontré48.

  • 49 W. Shaw, E. Zube, Wildlife Values, Tucson, Centre for Assessment of Noncommodity Natural Resource (...)
  • 50 Cette même harmonisation des facteurs économiques, scientifiques et sociaux est au coeur de la dém (...)

28Qui parle de valeur sous-entend des critères d'évaluation : depuis la fin des années 1960, les tentatives pour évaluer à l'aide de critères objectifs l'importance de tel ou tel site se sont multipliées, mais ce sont les recherches des Américains Shaw et Zube qui ont permis une certaine rationalisation dans l'évaluation, en introduisant trois catégories de critères : a) les mesures de valeur économiques, b) les interprétations sociales et psychologiques et c) les mesures écologiques49. Si l'on s'en tient à ces définitions, force est de constater qu'en Grande-Bretagne, l'approche par le troisième critère a longtemps dominé, ne serait-ce que parce que c'étaient les biologistes qui évaluaient les sites selon leur propre échelle de valeur. Il semble que l'on assiste au cours des deux dernières décennies du XXe siècle à une plus grande harmonisation entre les trois critères50. En plaçant les besoins de la population de plus en plus au centre des décisions sur la protection de l'environnement comme ils sont au centre des décisions de création de nouveaux espaces ouverts, on postule que le social est au moins aussi important que l'économique pour faire vivre le tissu urbain, et que les valeurs populaires sont à prendre en compte au même titre que les critères scientifiques. Enfin, on réhabilite une valeur jusque-là absente du débat sur la conservation : la dimension ludique.

  • 51 Un certain nombre d'auteurs voient dans la publication de l'ouvrage de Richard Mabey, The Common G (...)

29En effet, et c'est là le dernier aspect de la valeur de la nature en milieu urbain, le plaisir a regagné officiellement droit de cité51. Outre l'exercice et le contact social, la recherche de la solitude pour la méditation et la remémoration des souvenirs d'enfance, figure désormais l'agrément (fun sous la plume des interlocuteurs de Jacquelin Burgess et ses collègues) dans la liste des bienfaits individuels qu'apporte le contact régulier avec la nature : regarder les insectes et les mammifères, écouter le vent bruire dans les feuillages, repérer les habitats des oiseaux.

30Indéniablement, les espaces naturels comme Rainham Marshes ou les réserves naturelles locales situés en milieu urbain offrent l'avantage de rapprocher les lieux de loisirs des lieux de vie, permettant ainsi d'améliorer la qualité de la vie en milieu urbain, de fournir des loisirs aux masses à utiliser seul(e) ou en groupe, au choix, de limiter les transports vers la campagne qui sont un facteur de pollution de l'atmosphère, et de préserver l'environnement rural de l'invasion des promeneurs.

Le paradoxe de la conservation

  • 52 Carolyn Harrison, Melanie Limb, Jacquelin Burgess, « Nature in the city - Popular values for a liv (...)

31Dans leur étude des attitudes des citadins par rapport à la nature en milieu urbain, Harrison, Limb et Burgess ont noté que la conservation de la nature en Grande-Bretagne baigne dans une pluralité de vues mêlée de confusion52. Ajoutons que ceci est d'autant plus vrai que le sens du mot conservation est lui-même en pleine fluctuation.

  • 53 John Box, Carolyn Harrison, « Natural spaces in urban places », op. cit., p. 231.

32Dans un article de 1993 sur les types d'espaces ouverts en milieu urbain, les auteurs, après avoir souligné la multiplicité des termes pour le définir, lui préfèrent celui d'espaces verts naturels en milieu urbain (natural greenspaces in urban areas), dans lesquels ils incluent des éléments naturels (lacs, bois, rivières), des terres à usage agricole, les jardins et parcs privés et publics, et les habitats créés dans les friches urbaines et industrielles53. Cette définition a le mérite de rendre compte de la multiplication des formes et des usages que revêtent maintenant les espaces ouverts. De fait, la multiplication des jardins potagers et communautaires d'une part, la désindustrialisation et ses friches industrielles d'autre part, ont créé des poches semi-naturelles propices à la création d'habitats, spontanés ou non, en milieu urbain. Rappelons au passage l'identité de l'acheteur des Rainham Marshes, la Société royale pour la protection des oiseaux, traditionnellement attachée à la conservation et à la protection des espèces en milieu rural : dans sa décision d'élargir son champ d'action pour y inclure la nature en milieu urbain se lit un élargissement de la définition de la conservation.

  • 54 Andy Millard, « Report on the International Conference on Urban Ecology, Leipzig, 25-29 June 1997  (...)

33La définition de Box et Harrison offre le mérite d'allier en une seule catégorie nature spontanée et espaces verts en milieu urbain, de reconnaître l'intérêt des parcs urbains dans la protection de la faune et de la flore, en un mot de valider la définition des villes comme écosystèmes propres, dans lesquels les processus naturels, sociaux, économiques et culturels ont tous un rôle à jouer54. En parallèle de l'action des pouvoirs publics pour mettre la population au centre des initiatives vertes, c'est l'écologie urbaine qui émerge, avec ses associations (le Trust for Urban Ecology depuis 1977 par exemple) et ses revues (dont Urban Nature Magazine né en 1992). Pour ses partisans, la conservation implique une démarche plus large et plus active que celle plus strictement patrimoniale répandue depuis la fin du XIXe siècle qui visait à la préservation de l'existant pour le transmettre, au risque de le muséifier. On peut désormais créer des habitats en créant des espaces ouverts. La « conservation » à deux vitesses est peut-être en train de naître : par la création d'habitats pour le plaisir de tout un chacun, et par la conservation à proprement parler de sites dont la valeur scientifique est intrinsèque et démontrée. Peut-être y aurait-il lieu de distinguer dans le vocabulaire ces deux démarches distinctes : comment sinon repousser l'argument d'un promoteur selon lequel la destruction d'un habitat n'est pas importante puisque l'on sait désormais le recréer ?

  • 55 David Goode, « The Nature of Cities », op. cit., p. 15.

34Pour les écologistes traditionnels, c'est l'intervention humaine qui entraîne la disparition d'espèces et de milieux. Le classement en SSSI était d'ailleurs la reconnaissance d'une valeur naturelle per se, à préserver par la non-intervention. Or, on assiste depuis peu, par des actions hautement interventionnistes, à la création d'espaces spécifiquement affectés à des missions de conservation, ce qui est assez paradoxal. L'exemple le plus connu est sans doute celui du parc écologique William Curtis, près de Tower Bridge à Londres, qui a constitué entre 1978 et 1985 un exemple encourageant, tant par la diversité des espèces qu'il a attirées que par la mission éducative qu'il a remplie auprès des enfants du quartier. De nombreux autres parcs écologiques et jardins sauvages ont récemment fait leur apparition, tandis que dans les parcs publics se multiplient les sanctuaires faunistiques et floristiques55.

  • 56 Colin Ward, « The Unofficial Countryside », in Anthony Barnett, Roger Scruton, eds., op. cit., p.  (...)
  • 57 Dans le même temps que le gouvernement œuvre à encourager le développement de la conservation d'es (...)

35Sans doute une perception nouvelle de la campagne contribue-t-elle aussi à battre en brèche le mythe de l'arcadie rurale et à encourager ces actions. Tous les paysages sont désormais reconnus culturels, puisque anthropisés, par conséquent l'échelle de valeurs entre ville et campagne, entre petite et grande natures, n'a plus de raison d'être. De plus, le mode d'exploitation des terres n'a pas tenu les promesses qu'on pouvait en attendre pour la protection de l'environnement. Un nombre important de SSSI disparaissent chaque année sous les roues des tracteurs, on dénombre plus de renards dans Hampstead qu'en rase campagne et le British Trust for Ornithology notait en 1997 qu'un nombre supérieur d'oiseaux était relevé en milieu urbain qu'en milieu rural56... La ville, emblème de l'artificiel par la densité de population qu'elle implique, et donc fustigée pour tous les maux infligés à l'environnement, relève la tête. Elle peut prétendre contribuer à la protection du milieu naturel et non pas seulement être la cause de sa dégradation, comme le veut le discours traditionnel dont la vision manichéenne de l'Alliance pour la campagne (Countryside Alliance) constitue l'une des variantes. Comme dans le cas du rapport parlementaire sur les parcs urbains et ruraux, on est peut-être en train d'assister, sur le terrain cette fois, à un lissage des définitions où nature en ville et nature à la campagne seraient ensemble reconnues pour les émanations de pratiques culturales et culturelles qu'elles sont, et non opposées (la ville contre l'Olde England) au nom d'un degré de naturalité bien difficile à démontrer dans un territoire aussi densément peuplé que l'Angleterre57.

Des espaces au réseau

36L'élargissement de la définition des espaces ouverts, la multiplication de leurs fonctions et usages et les politiques urbaines récentes ont également conduit à concevoir différemment la distribution géographique de ces espaces.

37Depuis 1938, l'Association nationale des terrains de jeux (National Playing Fields Association, NPFA) utilise des critères de surface pour évaluer les espaces récréatifs nécessaires au citadin : un peu plus de 3 hectares pour 1 000 habitants. Ce critère a été repris par de nombreuses publications officielles, a toujours été utilisé pour justifier l'adéquation en espaces récréatifs... et a bien souvent abouti à ces déserts verts que critique l'ILAM. En effet, le cahier des charges a changé. Du point de vue des usagers, les enfants sont autorisés à jouer moins loin de leur domicile qu'il y a 20 ans, ce qui nécessite des parcs et aires de jeux de grande proximité. De plus, les activités sportives en tant que telles sont moins populaires que la marche ou la jouissance paisible de la nature. Du point de vue des pouvoirs publics, l'objectif est d'éviter la migration, donc de fournir à tous la possibilité de profiter d'espaces récréatifs sur leur lieu de vie.

  • 58 Jacquelin Burgess, Carolyn Harrison, Melanie Limb, « People, Parks and the Urban Green: a Study of (...)

38En 1992, la NPFA introduit une double classification (distance et temps de déplacement) pour hiérarchiser les fonctions des espaces récréatifs : à 100 mètres (1 minute) du domicile pour les zones locales de jeu (local areas for play), à 400 mètres (5 minutes) pour les zones de jeu locales munies d'équipements (local equipped areas for play), à 1000 mètres (15 minutes) pour les zones de jeu de voisinage (neighbourhood areas for play). Ce même principe guidait déjà le Greater London Development Plan de 196958. Le Greater London Authority Environment Committee a engagé fin 2000 un travail d'évaluation de ses espaces ouverts (Scrutiny of Open Green Spaces in London). Il est prévisible que les critères pour mesurer l'adéquation ou l'insuffisance des espaces verts à Londres prendront en compte d'autres facteurs que la quantité, à savoir la variété et la qualité. Ces deux notions constituent en effet les maîtres-mots qui découlent de tous les changements évoqués. Les usagers, plus que des espaces hiérarchisés, demandent à leurs espaces verts de leur donner tout, sur place, puisque c’est maintenant la richesse de l'expérience personnelle qui donne sa valeur au contact avec la nature : le programme « Des bois sur votre seuil » (Woods on your Doorstep) mis en place par le Woodland Trust est l'emblème même de la réponse à cette demande.

  • 59 Ken Worpole, « An Urban Code of Conduct », London Cyclist, avril-mai 2000, p. 41.

39Enfin, cette définition des espaces ouverts ne rend pas compte du phénomène récent introduisant dans la ville des liens entre ces espaces naturels ou dessinés, les « couloirs » verts dont le sociologue Ken Worpole relève la multiplication, et qui entraîne une superposition des géographies59. Quelques exemples montrent l'importance du phénomène et fournissent des clés pour le comprendre.

  • 60 « protect and enhance London's green spaces so that it is possible to walk across London north to (...)
  • 61 Ou, comme le dit Richard Rogers, « It is transport that will make or break the sustainability of a (...)
  • 62 DETR, Encouraging walking: Advice to local authorities, London, HMSO, 2000, 42 p.,p3.

40 Towards an Urban Renaissance inclut au nombre de ses 105 propositions un programme national de création de voies piétonnes vertes dans et autour de toutes les grandes villes, en toute logique puisque le projet valorise les villes compactes, dans lesquelles les distances doivent pouvoir être couvertes à pied ou à bicyclette. De même, Ken Livingstone énonçait comme projet pendant la campagne électorale municipale de Londres la liaison des grands espaces verts de la capitale par des couloirs verts réservés aux piétons60. Le Livre blanc sur les transports, Transport 2010 : The 10 Year Plan, ainsi que la nouvelle version de la Policy Planning Guidance Note 13 consacrée aux transports, reprennent l'idée : c'est en effet en grande partie sur la gestion des déplacements dans les villes que repose le succès des politiques urbaines61. Le ministère de l'Environnement a publié en 2000 un rapport intitulé Encouraging Walking : Guidance on Full Local Transport Plans. Le rapport reconnaît que la marche ne permettra pas de réduire la pollution de l'air ou de lutter contre les changements climatiques, mais l'objectif est l'amélioration de la qualité de la vie. Que cache ici cette expression tant utilisée dans toute la rhétorique gouvernementale ? Au nombre des raisons citées pour justifier l'intérêt du gouvernement à stimuler la marche chez les Anglais figurent des raisons individuelles (santé), mais aussi des motifs d'un ordre plus collectif, presque civique : « marcher est bon pour les communautés »62.

  • 63 idem, p. 15 § 3.7.

41La démarche va à l'encontre des plans d'urbanisme des cinquante dernières années, conçus essentiellement dans le but de faciliter les conditions de déplacement des automobilistes63, fl s'agit en bref de faciliter les déplacements à pied dans les villes par des infrastructures appropriées (trottoirs plus larges, plantations, pistes cyclables, passages piétons améliorés, suppression des passages souterrains) permettant aux 30 % des foyers ne disposant pas de voitures de ne plus être marginalisés, aux piétons d'avoir un environnement sûr et agréable lors de leurs déplacements et à tous de renouer des contacts inexistants dans les déplacements en véhicule personnel. De même, la Chambre des communes a lancé début 2001 une commission parlementaire sur la marche en ville. C'est dire que la marche est à l'ordre du jour.

  • 64 David Engwicht, auteur de Towards an Eco-City (Sydney, Envirobooks, 1992, 190 p.) blâmait les ingé (...)
  • 65 Du reste, cette démarche se lit en filigrane dans d’autres projets urbains Europe : à Athènes dans (...)
  • 66 Claude Raffestin, Angelo Turco, « Espace et pouvoir », Les concepts de la géographie humaine, no 2 (...)
  • 67 Jacquelin Burgess, Melanie Limb, Carolyn Harrison, « Exploring Environmental Values through the Me (...)

42Autrement dit, aux espaces répertoriés ci-dessus vient s'ajouter un lacis vert parallèle au réseau des voies de circulation et destiné à redonner aux piétons et aux cyclistes une place qu’ils avaient perdue64. Pour preuve que la définition des « espaces verts » en milieu urbain a changé pour intégrer les éléments nouveaux que sont des espaces non conçus dans un but récréatif d'une part et des liens entre les espaces d'autre part, il suffit de regarder le cahier des charges de la nouvelle Mission des espaces verts urbains (Urban Green Spaces Task Force). Il inclut le relevé de tous les espaces verts en milieu urbain, qu'il définit comme les parcs et jardins publics, les aires de jeux pour enfants et terrains de jeux des écoles, les espaces verts naturels (c'est-à-dire les zones affectées à l'écologie, à la faune et à la forêt en milieu urbain), les squares et espaces verts autour des logements, les espaces verts fonctionnels (cimetières, jardins ouvriers et communautaires, fermes urbaines), les couloirs verts, les friches urbaines faisant l'objet de projets paysagers et enfin les espaces verts privés dont le public bénéficie : difficile d’être plus exhaustif... Déclinée comme couloir, la verdure ne sert plus uniquement à accroître la biomasse, à contribuer à la biodiversité, à se divertir ou à se reposer, elle peut aussi être utilisée pour relier, pour recréer des réseaux piétonniers vecteurs de réseaux humains en milieu urbain, ce qui peut être perçu comme un autre volet de l'écopole65. La nature en milieu urbain, dans toutes ses acceptions, contribue ainsi à la transformation de l'espace (« support de la vie et de l'activité, mais aussi obstacle à la vie de relations ») en territoire (« produit à partir de l'espace par les réseaux, circuits et flux projetés par les groupes sociaux »)66. Plus que jamais, ce maillage vert joue pleinement son rôle de « seuil vers un monde meilleur »67.

  • 68 David Goode, directeur du London Ecology Unit, voit dans la nouvelle philosophie de la conservatio (...)

43Les espaces ouverts en milieu urbain fournissent un lieu d'observation privilégié où les souhaits de la population rejoignent les objectifs du gouvernement et les contraintes de la protection environnementale, dans une nouvelle philosophie de la conservation68.

44Les trois dernières décennies du XXe siècle ont vu un assouplissement dans la définition de ces espaces, de leurs fonctions et de leurs critères d’évaluation : passage de la communauté des scientifiques à la communauté des citadins/citoyens pour apporter une caution aux actions les concernant ; passage de la patrimonialisation de la nature à la création d'espaces destinés à jouer un rôle écologique dans la ville perçue comme écosystème ; passage d'espaces individualisés à des réseaux pour une meilleure communication. Dans tous les cas, les citadins ont joué un rôle important comme agents du changement de leur cadre de vie.

  • 69 Roger Levett, Ian Christie, op. cit., pp. 12-15.
  • 70 op. cit., p. 9, p. 27.

45La volonté des pouvoirs publics de redonner aux Anglais le goût de la vie urbaine, goût oublié depuis le XVIIIe siècle, et de démontrer que développement durable et villes peuvent aller de pair69, commence à porter ses fruits : le rapport du DETR The State of English Cities note un retour de popularité dans des villes comme Birmingham, Manchester et Leeds70. Un premier bilan est annoncé pour fin 2002, sous la forme d'un sommet inter-ministériel (Urban Summit) tandis que 2005 verra la publication d'un nouveau rapport sur l'état des villes, mais d'ores et déjà, trois commentaires s'imposent.

  • 71 Il s'agit là d'une constante dans l'histoire des parcs publics: « want of recreation generated inc (...)
  • 72 « Make it Happen », The Guardian,1er novembre 2000, Brendan Prendiville, « New Labour et (environn (...)

46D'abord, la conservation (dans toutes les sens du terme) répond à une double logique. D'une part, on peut y voir un souci réformiste de lutte contre l'exclusion, en offrant à tous (en particulier aux groupes défavorisés, femmes, minorités ethniques, chômeurs, handicapés et personnes âgées), à proximité de leur domicile, une gamme d'activités à pratiquer en toute sécurité, gratuites (ce qui n'est pas le cas des nouveaux lieux de « loisirs », centres commerciaux ou salles de sports par exemple) et accessibles, tout en ménageant les besoins de chacun. D'autre part, on ne saurait s'empêcher de voir dans l'incitation à la fréquentation accrue de ces lieux la poursuite d'une tradition conservatrice liant la santé du corps et du corps social à l'exercice physique et à la promenade en plein air dans des espaces policés et soigneusement entretenus71. Le Parti travailliste, pourtant traditionnellement peu engagé sur les questions d’environnement72, a « écologisé » sa pensée et son discours sous la pression de la base et comme stratégie pour remplacer la culture de la dépendance par la culture de la solidarité ; néanmoins, il reste évident que les questions d'environnement ne figurent pas au centre des préoccupations de la classe politique.

  • 73 Comment ne pas percevoir la tentation « cosmétique » de certaines initiatives, comme par exemple c (...)

47Le deuxième commentaire concerne deux risques inhérents à ces programmes. La nature en ville, après avoir été considérée comme un atout (au XIXe siècle), puis comme une charge financière (depuis la fin des années 1970), pourrait bien devenir un alibi. Par une instrumentalisation maximale de la nature, celle-ci pourrait n'être plus qu'un support à une régénération urbaine de surface dont on oublierait les autres composantes : pauvreté, logement, santé, sécurité, éducation73. A l'inverse, et ce n'est pas contradictoire, la nature pourrait devenir la clé de tous les maux, donnant lieu à une sorte d'idolâtrie verte que l'on voit se profiler en particulier dans l'attitude face aux arbres au cours des dernières années. La coexistence de ces deux objectifs aboutirait à un grand écart périlleux risquant fort de ne servir ni la cause de l'environnement, ni celle de l'humanité.

  • 74 Les pierres d'achoppement sont nombreuses dans le domaine de la construction des routes, par exemp (...)

48Le troisième commentaire enfin concerne le temps. Tous les programmes dont nous avons parlé sont à long terme et si l'on devait dresser un bilan à ce jour, il ne serait guère positif. Pas plus les forêts communautaires que la forêt nationale ne tiennent leurs promesses ou les délais impartis à leur plantation ; le programme Espaces verts et communautés durables n'a pas encore bénéficié du moindre financement ; quant aux opérations subventionnées par le Urban Parks Programme, leurs résultats commencent à peine à se faire sentir sur le terrain. De leur côté, les sites protégés ne le sont que lorsque d'autres priorités n'exigent pas leur sacrifice sur l'autel de la rentabilité74 : entre développement et durable, le pendule oscille souvent. Ces initiatives ne porteront leurs fruits, esthétiques, économiques, sociaux et environnementaux que dans les décennies à venir, à condition que la volonté politique continue à les soutenir. Sans une volonté, inscrite dans la durée et s'élevant au-dessus des clivages politiques et culturels, de recomposer une approche au monde naturel et à l'aménagement du territoire et de réconcilier consommation et citoyenneté dans un nouveau contrat social, la verdure comme panacée pourrait bien n'être que l'arbre qui cache (temporairement) la forêt.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE

BARNETT A., SCRUTON R., Town and Country, London, Jonathan Cape, 1998, 379 p.

DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT, This Common Inheritance: A Summary of the White Paper on the Environment, Cm 1200, London, HMSO, 1990, 36 p.

DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT, TRANSPORT AND THE REGIONS, Encouraging Walking: Advice to Local Authorities, London, HMSO, March 2000, 42 p.

DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT, TRANSPORT AND THE REGIONS, Living in Urban England: Attitudes and Aspirations, London, HMSO, November 2000, 19 p.

DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT, TRANSPORT AND THE REGIONS, The State of English Cities, London, HMSO, November 2000, 51p.

DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT, TRANSPORT AND THE REGIONS, Our Towns and Cities: the Future, London, HMSO, November 2000, 166 p.

GOLDSMITH F.B., WARREN A., Conservation in Progress, Chichester, John Wiley, 1993, 364 p.

HOUSE OF COMMONS ENVIRONMENT, TRANSPORT AND REGIONAL AFFAIRS COMMITTEE, Twentieth Report, Tovrn and Country Parks, vol. 3, London, The Stationery Office, October 1999, 127 p.

ROGERS R., GUMUCHDJIAN P., Cities for a Small Planet, London, Faber and Faber, 1997,180 p.

ROGERS R., POWER A., Cities for a Small Country, London, Faber and Faber, 2001, 310p.

URBAN TASK FORCE, Towards an Urban Renaissance. Executive Summary, London, Department of the Environment, Transport and The Regions, 18 p.

WARREN A., GOLDSMITH F. B., Conservation in Perspective, Chichester, John Wiley, 1983,474 p.

WORPOLE K., GREENHALGH L., The Richness of Cities: Urban Policy in a New Landscape, Final Report, London, Comedia/Demos, 1999, 45 p.

Notes

1 Les termes employés par les écologues Schwarz et Thompson travaillant sur les visions idéalisées de la nature, sont respectivement « nature benign » et « nature ephemeral ». Carolyn Harrison, Jacquelin Burgess, « Social constructions of nature: a case study of conflicts over the development of Rainham Marshes », Transactions of the Institute of British Geographers, NS 19, 1994, p. 298.

2 idem, p. 296.

3 Le principe de précaution vise à protéger les ressources naturelles au nom du droit des générations futures à jouir des mêmes ressources.

4 Serge Antoine et al, La planète terre entre nos mains, Paris, La Documentation française, 1994, 433 p., p. 32.

5 La notion d'empreinte écologique (ecological footprint), calculant l'impact des villes sur les ressources naturelles et les écosystèmes, apparaît pour la première fois en 1996. Voir Mark Roseland, « Dimensions of the Eco-City », Cities, vol. 14, no 4,1997, p. 200.

6 C’est la question que pose François Bigot en point de départ de son plaidoyer pour une réhabilitation de la vie citadine. L'Urbanisme au défi de l'environnement, Rennes, Editions Apogée, 1994, 158 p., pp 14-17.

7 C'est dans les termes suivants que Slaney, député de Shrewsbury, demande la création d'une commission parlementaire: « to consider the best means of secu ring open spaces in the immediate vicinity of populous towns, as public walks calculated to promote the health and comfort of the inhabitants ». House of Commons Parliamentary Debates, 1833, February 21, col.1056, cité dans S. Walker, Brian Duffield, « Urban Parks and Open Spaces - an OverView », Landscape Research, vol. 8, no 2,1983, p. 2. De son côté, le Livre blanc sur la ville paru en novembre 2000 énonce ainsi les bienfaits de ces espaces ouverts: « Wellmanaged public open spaces such as greens, squares, parks, children's play areas, allotments, woodlands and recreational sporting areas improve the attractiveness of urban areas and help promote a healthier lifestyle ». DETR, Our Towns and Cities: the Future, London, The Stationery Office, 166 p., p. 76.

8 Ainsi, du Livre blanc sur la ville se dégage un idéal de vie totalement urbaine pour les citadins, qui déguise mal un désir de protéger la campagne: « We want our towns, cities and suburbs to be places (...) in which we want to live, bring up our children and spend our leisure time ». idem, p. 2.

9 Voir à ce sujet les affirmations du gouvernement: “We continue to value green belts around towns and cities as the current Government’s record demonstrate: since 1997 an additional 30 000 hectares of green belt has been designated or idem, p.74. Coté Conservateurs, on promet l’extension des ceintures vertes à toutes les villes moyennes, “Tories promise to give all towns a green belt”, The Independant 8/11/99

10 Monica Chariot, « La conversion de Madame Thatcher à l'écologie », Revue française de civilisation britannique, vol. 6, no 4, février 1992, pp. 92-100. Alison Anderson, « Source strategies and the communication of environmental affaire », Media, Culture and Society, no 13, 1991, p. 461. Tous les grands quotidiens se sont dotés depuis lors de journalistes spécialisés dans les questions d’environnement.

11 Department of the Environment, This Common Inheritance: A Summary of the White Paper on the Environment, Cm 1200, London, HMSO, 1990, 36 p.

12 Au point que certains parlent de counter-urbanisation. Michael Breheny, « Planning the Sustainable City Region », Town and Country Planning, 62 (4), avril 1993, pp. 71-72. Dans son article « Business could put the heart back into dying city centres », le Financial Times du 27 juillet 1999 note par exemple que les 20 plus grandes villes britanniques ont perdu 50000 emplois depuis 1981, tandis que le reste du pays en a gagné 1,7 million. Le même journal, se référant à une étude de décembre 1998, prédisait que, à moins que le gouvernement ne parvienne à enrayer le phénomène en rendant les villes attrayantes, 3 millions de personnes supplémentaires déserteraient la ville pour la campagne dans les vingt années à venir. « Green and pleasant land feels threat from a suburban hell », Financial Times, 12 février 1999. De même, Richard Rogers note que Londres a perdu au cours des 30 dernières années près du tiers de sa population et 20 % de ses emplois, plus que n'importe laquelle des capitales européennes. Richard Rogers, Cities for a Small Planet, London, Faber and Faber, 1997,180 p., p 112.

13 Les Planning Policy Guidance (PPG) Notes précisent depuis 1988 les politiques gouvernementales en matière d'aménagement du territoire. Les autorités locales doivent en tenir compte dans leurs projets, même si elles ne revêtent pas un caractère d'obligation. Au nombre de 25, elles ont toutes été modifiées depuis 1990.

14 Department of the Environment, Household Growth: Where Shall We Live? Cm 3741, London, HMSO, November 1996, 72 p.

15 Liz Greenhalgh, « Greening the Cities », in Anthony Barnett, Roger Scruton, eds., Town and Country, London, Jonathan Cape, 1998, 379 p., 253.

16 DETR, The State of English Cities, London, HMSO, 51p.; DETR, Living in Urban England, London, HMSO, 2000, 19 p.

17 Notons que la réflexion sur une architecture de qualité s'est poursuivie, avec la création en 1999 de la Commission for Architecture and the Built Environment, destinée à évaluer la qualité des nouveaux édifices publics prévus par le gouvernement, et le lancement en 2001 du Prime Minister's Awardfor Better Public Building.

18 C'est aussi la vision que Lord Rogers décrit dans son dernier ouvrage, Cities for a Small Country, et qu'il résume ainsi dans The Times du 6 février 1999: « I do have a positive vision about how to bring people (...) back into cities, towns and urban areas, which will be compact, mixed neighbourhoods with a public domain that encourages people to meet ». « Richard Rogers explains his brave vision for a new England ».

19 Voir Sylvie Nail, « Le Urban Parks Programme : alibi médiatique ou renouveau communautaire ? », Revue française de civilisation britannique, vol. 10, no 2, avril 1999, pp. 53-64.

20 House of Commons Environment, Transport and Regional Affairs Committee 20th Report, Town and Country Parks, vol. 3, London, The Stationery Office, octobre 1999, 127 p.

21 La Countryside Commission et la Rural Development Commission sont devenues Countryside Agency le 1er avril 1999.

22 DETR, Our Towns and Cities: the Future, op. cit., pp. 74-76.

23 La même philosophie prévaut dans d'autres initiatives gouvernementales, dans lesquelles le programme sur les espaces ouverts s'inscrit d'ailleurs : le New Deal for Communities, le Neighbourhood Renewal Fund et les Neighbourhood Management Initiatives, par exemple.

24 Roger Levett, Ian Christie, The Richness of Cities: Urban Policy in a New Landscape. Working Paper 12. Towards the Ecopolis: Sustainable Development and Local Governance, London, Comedia/Demos, 1999, 37 p.,p28.

25 Dans un autre domaine, Anne-Marie Motard, dans son analyse de l'ouvrage d'Anthony Giddens The Third Way, relève un phénomène semblable : « l'énergie communautaire » au service d'« expériences démocratiques » sur des projets précis et limités en lieu et place du mode d'action traditionnel des syndicats. « Les syndicats : les meilleurs ennemis du New Labour ? », in Timothy Whitton, dir. Le New Labour ; rupture ou continuité ? Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000, 282 p., p. 83.

26 Il déclare également « The public domain plays a crucial role in encouraging urban culture and creating citizenship. By public domain I am referring not only to the major urban spaces such as Piazza San Marco in Venice or the Garibaldi in Mexico City. These places have important functions, but they are simply the summit of a hierarchy of spaces that starts with the local Street, the link front home to school, front shops to work. » Richard Rogers, Cities for a Small Planet, op. cit., p. 152.

27 « Step by step, we are strengthening British values, we are turning the selfishness of the 80s into the compassion and community of the new century ». « Blair sets out his stall for a spring election », The Independent, 19 février 2001.

28 En effet, le rapport Living in Urban England montre que l'insatisfaction des citadins provient essentiellement de l'insuffisance des équipements de loisirs et de l'apparence générale des villes. Inversement, parmi ce qu'ils apprécient le plus figurent l'accès à la campagne, et les parcs et espaces verts, op. cit., p. 8.

29 Jacquelin Burgess, « The Production and Consumption of Environmental Meanings in the Mass Media: a Research Agenda for the 1990s », Transactions of the Institute of British Geographers, no 15, 1990, p. 157.

30 Carolyn Harrison, « Nature Conservation, Science and Popular Values », in A. Warren, F. Goldsmith, eds. Conservation in Progress, Chichester, John Wiley, 1993, 364 p.,p. 36.

31 Depuis 1992 en particulier, elles y sont encouragées par les exigences de Local Agenda 21, établi sur le principe de « penser globalement, agir localement », Serge Antoine et al, op.cit., p. 185.

32 John Box et Carolyn Harrison, « Natural spaces in urban places », Town and Country Planning, no 62, 1993, pp. 231-235.

33 David Goode, « The Nature of Cities », Landscape Design, no 263, septembre 1997, p. 15.

34 Le rapport The State of English Cities précise qu'il s'agit là de la clé du succès: « future schemes of neighbourhood management are most likely to succeed if they are able to develop approaches that blend the service-led top down with genuine community-led bottom-up mechanisms », op.cit., p. 26. Ceci est repris dans Our Towns and Cities: the Future: « The key to ensuring long-term sustainable change is to involve the local community—the people who live and work in an area », op.cit., p. 108.

35 Les espaces ouverts sont définis comme « land laid out as a public garden, or used for the purposes of public recreation, or land which is a disused burial ground », Section 336, Town and Country Planning Act 1990, cité par John Box et Carolyn Harrison, « Natural spaces in urban places », op.cit., p. 232.

36 Le conflit autour des Rainham Marshes a été étudié en profondeur par une équipe de géographes à la recherche de l'élaboration de modes d'évaluation des valeurs de la nature. Carolyn Harrison, Jacquelin Burgess, « Social constructions of nature: a case study of conflicts over the development of Rainham Marshes », Transactions of the Institute of British Geographers, NS 19, 1994, pp. 291-310; Jacquelin Burgess, Carolyn Harrison, Paul Maiteny, « Contested Meanings: the consumption of news about nature conservation », Media, Culture and Society, no 13, 1991, pp. 499-519; Jacquelin Burgess, « The cultural politics of nature conservation and economic development », in Kay Anderson, Fay Gale, Inventing Places: Studies in Cultural Geography, Melbourne, Longman Cheshire, 1992, 285p., pp. 235-251; Jacquelin Burgess, Carolyn Harrison, « The Circulation of Claims in the Cultural Politics of Environmental Change », in Anders Hansen, The Mass Media and Environmental Issues, Leicester, Leicester UP, 1993, 238 p., pp. 198-221; Carolyn Harrison, « Nature Conservation, Science and Popular Values », in A. Warren, F. Goldsmith, eds., Conservation in Progress, op.cit, pp. 35-49; Carolyn Harrison, Jacquelin Burgess, « Rainham Marshes in the Media », Ecos, no 13, 1992, pp. 20-26.

37 « Rainham Marshes Saved », Rainham News, juillet 2000.

38 Jacquelin Burgess, « The cultural politics of nature conservation and economic development », in Kay Anderson, Fay Gale, op.cit., p. 250.

39 The Times, 21 octobre 2000.

40 Au sujet des local nature reserves, voir George Barker, John Box, « Statutory local nature reserves in the United Kingdom. » Journal of Environmental Planning and Management, vol. 41, no 5, 1998, pp. 629-642. John Box, George Barker, « Delivering sustainability through local nature reserves » Town and Country Planning, no 67, 1998, pp. 360-363. John Box et Carolyn Harrison, « Natural spaces in urban places », op.cit., pp. 231-235.

41 On en dénombre en Angleterre 2 entre 1950 et 1955,4 entre 1956 et 1960, 7 entre entre 1961 et 1965, 20 entre 1966 et 1970 et 34 entre 1975 et 1980, majoritairement, il faut le souligner, en milieu rural. Lyndis Cole note en effet que seules trois de ces nature reserves se trouvaient en milieu urbain en 1983. Lyndis Cole, « Urban Nature Conservation », in A. Warren et F. Goldsmith, Conservation in Perspective, Chichester, Wiley, 1983,474 p., p 282.

42 Voir par exemple Robin Grove-White, « The Emerging Shape of Environmental Conflict in the 1990s », RSA Journal juin 1991, pp. 437-447.

43 « there is a need to move away from “scientific” criteria in assessing the naturel value of sites and to accept public accessibility and enjoyment as a major reason for restricting development on sites of natural interest ». Lyndis Cole, « Urban Nature Conservation », in A. Warren et F. Goldsmith, Conservation in Perspective, op.cit., p. 282.

44 On en trouve un exemple dans le Livre blanc sur la campagne: « our countryside should be protected for its own sake ». DETR, Our Countryside: The Future - A Fair Deal for Rural England, London, the Stationery Office, novembre 2000, 69 p., p. 5.

45 « Giant nature reserve can transform “rust belt” », The Independent, 26 février 2001.

46 Lors de la controverse entre MCA et les associations de protection de l'environnement, il était ressorti que le public était assez peu informé de la fonction des SSSI et même de leur existence et ne pouvait par conséquent pas exercer de pression.

47 C'est le point de vue que défendent certains scientifiques comme Derek Ratcliffe, « The purpose of nature conservation », Ecos, vol. 2, no 3, 1981, pp. 8-13. Il est significatif à cet égard qu’un volet important de la protection de la nature soit consacré à l'éducation et à la formation. Mentionnons par exemple le programme Learning Through Landscapes et la création du Heritage Landscape Trust, ou encore les 64 city farms qui reçoivent près de 3 millions d'enfants par an.

48 D. Goode, « Learning from the Cities - An Alternative View », Ecos, vol. 10, no 4, 1989, p. 42.

49 W. Shaw, E. Zube, Wildlife Values, Tucson, Centre for Assessment of Noncommodity Natural Resource Values, University of Arizona, 1980, cité par F. Goldsmith, « Evaluating Nature », in A. Warren, F. Goldsmith, Conservation in Perspective, op. cit., p. 234.

50 Cette même harmonisation des facteurs économiques, scientifiques et sociaux est au coeur de la démarche qui a conduit à l'adoption en octobre 2000 de la Convention européenne du paysage par le Conseil de l'Europe. Convention européenne du Paysage et rapport explicatif, Strasbourg, Conseil de l’Europe, octobre 2000, p. 3.

51 Un certain nombre d'auteurs voient dans la publication de l'ouvrage de Richard Mabey, The Common Ground : A Place for Nature in Britain's Future ? (London, Hutchinson [for] the Nature Conservancy Council, 1980. 280p.) le point de départ de ce phénomène. Il y revendiquait « enjoyment » comme un critère aussi valable que « science » dans les espaces ouverts.

52 Carolyn Harrison, Melanie Limb, Jacquelin Burgess, « Nature in the city - Popular values for a living world », Journal of Environmental Management, no 25, 1987, p. 347.

53 John Box, Carolyn Harrison, « Natural spaces in urban places », op. cit., p. 231.

54 Andy Millard, « Report on the International Conference on Urban Ecology, Leipzig, 25-29 June 1997 », Urban Nature Magazine, vol. 3, no 4,1997, p. 158.

55 David Goode, « The Nature of Cities », op. cit., p. 15.

56 Colin Ward, « The Unofficial Countryside », in Anthony Barnett, Roger Scruton, eds., op. cit., p. 190. Voir aussi « Country Air is More Polluted than in Cities », The Independent, 4 février 2001.

57 Dans le même temps que le gouvernement œuvre à encourager le développement de la conservation d'espaces ouverts en milieu urbain, il travaille d'ailleurs aussi à protéger la nature en milieu rural contre les pratiques agricoles abusives. À cette fin, il a assuré une meilleure protection aux SSSI par le Countryside and Rights of Way Act 2000, et a classé des espaces pour les proprotéger : un nouveaux parc national et 37 nouvelles areas of outstanding natural beauty. Voir « Sweeping Reforms to Save Beautiful Britain », The Independent, 21 mars 1999, « One Third of Wildlife Sites Neglected », The Independent, 29 octobre 1999.

58 Jacquelin Burgess, Carolyn Harrison, Melanie Limb, « People, Parks and the Urban Green: a Study of Popular Meanings and Values for Open Spaces in the City ». Urban Studies, no 25,1988, p. 455.

59 Ken Worpole, « An Urban Code of Conduct », London Cyclist, avril-mai 2000, p. 41.

60 « protect and enhance London's green spaces so that it is possible to walk across London north to south and east to west on green corridors », « Quality Streets », The Guardian, 5 avril 2000.

61 Ou, comme le dit Richard Rogers, « It is transport that will make or break the sustainability of a city ». Citiesfor a Small Planet. op. cit., p. 166.

62 DETR, Encouraging walking: Advice to local authorities, London, HMSO, 2000, 42 p.,p3.

63 idem, p. 15 § 3.7.

64 David Engwicht, auteur de Towards an Eco-City (Sydney, Envirobooks, 1992, 190 p.) blâmait les ingénieurs et urbanistes d'avoir éliminé les échanges interpersonnels en construisant des routes et en supprimant les commerces des centres des villes. Voir Mark Roseland, op. cit., p. 197.

65 Du reste, cette démarche se lit en filigrane dans d’autres projets urbains Europe : à Athènes dans l'aménagement de la voie Dionysiou Aeropagitou, à Lisbonne dans le corridor vert de Monsantou, à Paris dans la Promenade plantée, à Bruxelles dans les Chemins de la ville ou encore à Madrid avec la bande verte de Alameda de Osuna. Jean-Pierre Pranlas-Descours, M. Velly, Panoramas européens, Paris, Éditions du Pavillon de l'Arsenal/Picard Éditeur, 2000, 245 p.

66 Claude Raffestin, Angelo Turco, « Espace et pouvoir », Les concepts de la géographie humaine, no 25,1984, p. 45.

67 Jacquelin Burgess, Melanie Limb, Carolyn Harrison, « Exploring Environmental Values through the Medium of Small Groups - 1 - Theory and Practice », Environment and Planning, no 20,1988, p. 322.

68 David Goode, directeur du London Ecology Unit, voit dans la nouvelle philosophie de la conservation faunistique et floristique en milieu urbain le trait le plus saillant des trente dernières années dans le domaine de la conservation. David Goode, « Learning from the Cities - An Alternative View », op. cit., p. 43.

69 Roger Levett, Ian Christie, op. cit., pp. 12-15.

70 op. cit., p. 9, p. 27.

71 Il s'agit là d'une constante dans l'histoire des parcs publics: « want of recreation generated incipient disease, and disease, discontent; which in its turn, led to attacks upon the government » House of Commons Parliamentary Debates, 1833, February 21, col.1054, cité dans S. Walker et Brian Duffield, op. cit., p. 3.

72 « Make it Happen », The Guardian,1er novembre 2000, Brendan Prendiville, « New Labour et (environnement: une trosième voie? », in Timothy Whitton, dir., op. cit., pp. 177-178.

73 Comment ne pas percevoir la tentation « cosmétique » de certaines initiatives, comme par exemple celle visant à améliorer la qualité de la vie dans un lotissement londonien par le simple ajout d'une colline verte ? « Raising hope in a sink estate », The Guardian, 9 novembre 2000.

74 Les pierres d'achoppement sont nombreuses dans le domaine de la construction des routes, par exemple : zones limitrophes entre ville et campagne, zones symboliques d'intrusion du territoire urbain dans le milieu naturel, les routes cristallisent les tensions entre aménagement du territoire et protection du milieu naturel, comme l’ont montré les nombreux exemples récents, de Newbury à Hastings.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540