Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelles valeurs dans l’Angleterre d’aujourd’hui

 | 
Monica Charlot

La campagne anglaise : valeurs et conflits

Conflicts over values in the English Countryside

David Fée

Résumé

The countryside has long provided a source of inspiration for the English. Its influence pervades the whole English culture and is felt in many different areas such as painting, literature or town planning. For the citizens of the first industrial nation, the countryside represents the last remnant of a long-lost golden age, a kind of Arcadia that many want to see protected. This love for the countryside explains why it was the object of much debate and many conflicts during most of the 20th century. The salience of the countryside as a social issue has increased over the last 20 years because of various factors such as the massive influx of newcomers from cities, the crisis that hit the agricultural world in the 1990s, the need to accommodate millions of new households by 2015 and the coming to power of a Labour government. This article considers the future of the English countryside in a fast-changing world by looking at several conflicts that all centre around it.

Texte intégral

1La campagne a toujours constitué une source d'inspiration privilégiée pour les Anglais. Des tableaux de John Constable et Thomas Gainsborough à l'urbanisme des banlieues, son influence imprègne toute la culture anglaise. Paradoxalement, ou peut-être fort logiquement, dans l'imaginaire de l'une des nations les plus urbanisées du monde, la campagne est parée d'innombrables vertus et attraits, au point de revêtir une dimension quasi idéale. Pour une majorité d'Anglais, elle n’est pas seulement un refuge ou une échappée, elle exprime l'identité nationale.

  • 1 C’est ainsi que dès les années 1930 les villageois anglais s'opposèrent à l'installation de boîtes (...)

2La campagne laisse peu d’Anglais indifférents. Cet intérêt ne s'est jamais démenti au cours du siècle dernier et il n'est guère surprenant que la campagne ait été l'objet de débats et de conflits pendant la majeure partie du XXe siècle1 Elle ne constitue donc pas une question de société nouvelle à proprement parler. Néanmoins, l'importance qu'elle a acquise au cours des 20 dernières années est totalement inhabituelle : l'afflux massif de néo-ruraux durant les années Thatcher, la crise traversée par le monde rural, l'arrivée au pouvoir d’un gouvernement travailliste ont conduit nombre d’Anglais à s’interroger sur son avenir. Ces bouleversements ont surtout mis en lumière son potentiel conflictuel et montré combien la perception de la campagne pouvait varier.

3Cet article s'attache à illustrer et expliquer l'engouement, mais aussi, à poser la question de son devenir à travers l'étude de certains conflits qui ont pour objet la campagne et l’analyse des valeurs afférentes.

Le miroir aux alouettes

Exode urbain

  • 2 The Countryside Agency, The State of the Countryside 1999, Cheltenham, CA, 1999, 48 p.: 6.
  • 3 loc. cit.
  • 4 Il existe aussi une classification basée sur les relations sociales, voir Andrew Gilg, Countryside (...)

4Avant d'examiner les mouvements migratoires qui reflètent l'attrait exercé par la campagne, il convient de s'entendre sur la notion de campagne. Bien que celle-ci s’impose comme une évidence, puisqu’elle représente 88 % du territoire anglais2, il n’existe cependant pas de définition officielle précise. C’est avant tout par l’usage du sol qu’elle se distingue de la ville puisqu’elle se divise en terres arables (pour 31 % de sa surface), herbages (31 %), zones boisées (11 %), zones semi-naturelles (landes, marais, tourbières pour 13 %) et autres (2 %)3. Quatre catégories de paysages ruraux ont été identifiées : les marges urbaines, les zones dominées par les fermes, les franges (zones de transition entre agriculture de plaine et de montagne), la montagne4.

5Chaque année, et ce depuis les années 1960, des milliers d'Anglais abandonnent la ville pour se mettre en quête d'une campagne idéale, antidote aux maux de la civilisation urbaine.

6Cette quête s'est faite plus intense comme l'Angleterre entrait dans le tourbillon social et économique des années Thatcher et n'a jamais fléchi depuis, au point de modifier profondément le profil et la composition de la population rurale.

  • 5 The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 8.
  • 6 Ceux-ci représentent 21 % de la population du Sud-Ouest, 19 % de celle du nord du Yorkshire et 25  (...)

7De multiples enquêtes ont confirmé la fascination exercée par la campagne sur les Anglais. L’une d’entre elles, réalisée en 1997, a ainsi montré que 39 % des citadins préféreraient vivre à la campagne (avec une pointe de 43 % pour les Britanniques habitant en banlieue et de 51 % pour ceux vivant dans les inner cities, ces quartiers défavorisés proches des centres-villes5. Contrairement aux néo-ruraux des années 1970 souvent mus par un rejet de la société de consommation, ceux des années 1980 et 1990 mettent en avant le besoin de calme et de sécurité pour leur famille, le désir de vivre dans un environnement plus sain. Ceci explique sans doute que les deux classes d’âge les plus nombreuses parmi ces néo-ruraux soient les 30-44 ans et les retraités. Les premiers recherchent une meilleure qualité de vie pour leurs enfants ; les seconds, le calme et la douceur des régions rurales côtières6.

  • 7 Voir Gareth Lewis, « Rural Migration and Demographic Change, in Brian Ilbery, ed. The Geography of (...)
  • 8 C’est à dire les Anglais faisant la navette quotidiennement entre leur domicile et leur travail.
  • 9 David Sinclair, op. cit., 1991, p. 62.
  • 10 Les deux termes, bien que non synonymes, renvoient au même phénomène. L’un désigne le processus (c (...)
  • 11 Le nombre de rénovations en East Anglia, région très appréciée des commuters est ainsi passé entre (...)

8Ce goût pour la vie rurale se traduit concrètement par la croissance démographique des zones rurales depuis 30 ans. Ce phénomène a été précédé de deux étapes dans l’histoire urbaine du pays : un fort exode rural, qui continue de toucher les régions rurales les plus reculées, du début de la révolution industrielle jusqu'aux années 1920 ; puis un renversement de cette tendance lors de l’abandon par les Anglais des centres-villes et de l'extension de la banlieue entre les deux guerres (ribbon development)7. L'exode urbain que connaît aujourd’hui l’Angleterre n’est donc pas un phénomène entièrement nouveau. Cependant, grâce à la densité du réseau autoroutier, aux trains intercity qui rendent possible pour les commuters8 le trajet quotidien entre Londres et la province, ainsi qu'au système de voitures de fonction le plus généreux d'Europe9, il a atteint une telle ampleur que l'on a pu parler de rurbanisation (counter-urbanisation)10. L'explosion des prix de l'immobilier dans la capitale dans les années 1980-1990 a également permis à de nombreux Londoniens de réaliser leur rêve de s’installer à la campagne11.

  • 12 The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 7.
  • 13 Voir Peter Hall, Richard Drewett, eds., The Containment of Urban England, London, Allen and Unwin, (...)
  • 14 Étude de John Bryden, professeur de géographie humaine à l'Université d'Aberdeen, The Times, 15/07 (...)
  • 15 The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 23.
  • 16 La région de East Anglia a bénéficié du solde migratoire le plus élevé (7,4 %) entre 1981 et 1988, (...)
  • 17 Andrew Gilg, op. cit., 1996, p. 164.

9Signe de l'ampleur de cet exode, la population rurale a progressé de 6,9 % entre 1981 et 1991, contre 3 % de croissance seulement pour l’ensemble de la population britannique12. Ce redéploiement de la population, mis en lumière pour la première fois en 197413, se lit encore davantage dans les chiffres des deux derniers recensements dépouillés qui montrent qu’entre 1971 et 1991 la population de zones rurales s'est accrue de 17 % contre 4 % pour l'ensemble de l'Angleterre14. De 1981 à 1994, les districts ruraux ont reçu en moyenne 77000 migrants chaque année15. Cependant, tous n'ont pas été également affectés par la rurbanisation : les districts ruraux reculés ont connu la plus forte croissance démographique en termes absolus ainsi qu'en pourcentages ; de plus, les plus fortes hausses (plus 10 % entre 1981 et 1991) ont été enregistrées au sud de la rivière Wash. Dans les années 1980, ce mouvement migratoire a conduit à l'émergence d'un croissant (The Golden Horn) qui s'étire de l'East Anglia au Dorset16 et Hampshire, en passant par l'Oxfordshire, le Northamptonshire et le Wiltshire. Cette ceinture s'est renforcée dans les années 1990, se décalant toujours un peu plus vers l'Ouest, pour peu à peu ramener la répartition de la population anglaise à ce qu’elle était avant la révolution industrielle17.

10Loin de montrer des signes de fléchissement, cet exode ne fait que s'accélérer. Selon un rapport de 1996, préparé pour le Economic and Social Research Council, la croissance de la population est désormais la plus forte dans des zones rurales situées à plus de 60 km d'une grande ville. La majorité des nouveaux ruraux sont originaires de Londres (648000 habitants ont déserté la capitale depuis 1980), ainsi que des grandes conurbations urbaines (près de 640000).

11Conséquence de ces mouvements, la population des zones rurales s'élevait à 9,3 millions en 1999 soit près de 20 % de la population britannique. Bien que disséminée dans 16700 villages de moins de 10 000 habitants, elle se concentre dans une minorité de ces villages.

12A une époque où le gouvernement britannique met l’accent sur la renaissance des centres-villes et l’importance de retenir les Anglais en ville, le pouvoir d'attraction de la campagne anglaise demeure donc entier. Il convient de tenter d'en déterminer les origines, avant d'en examiner les conséquences.

Les raisons d'un engouement : l’esthétique du naturel

  • 18 Tom Williamson, Liz Bellamy, eds., Property and Landscape: A Social History of Land ownership and (...)

13L'origine de l'attrait exercé par la campagne sur les Anglais est culturelle. Elle réside à la fois dans l’histoire sociale et artistique de l’Angleterre18.

  • 19 Machines pour retourner la terre, techniques d'assèchement et d'irrigation, de pompage pour élever (...)

14Le visage moderne de la campagne anglaise est en partie le fruit d’une révolution sociale et économique. À partir du XVIIe siècle l’agriculture anglaise connaît une profonde mutation et devient une industrie intensive reposant sur une économie de marché. Précédemment entre les mains de multiples petits propriétaires, souvent exercée sur une base communautaire dans le centre du pays où le paysage d’open field domine, l’agriculture anglaise passe peu à peu sous la domination de grands propriétaires terriens. La stagnation agricole, l’importance de l’impôt foncier, la spécialisation des plus grandes exploitations pour rentabiliser les investissements, l’interdiction faite à l’aristocratie de morceler ses domaines par héritage contribuent à un vaste mouvement de regroupement foncier. Au même moment, de nouvelles techniques19 font leur apparition. La conjonction de ces deux phénomènes incite les propriétaires terriens à enclore leurs terres afin de tirer profit de ces innovations mais aussi afin de marquer leur statut social. La haie, qui symbolise la campagne anglaise aujourd’hui, est donc fortement liée à l’apparition du capitalisme agricole.

  • 20 Raymond Williams, The Country and the City, London, Chatto and Windus, 1973, 334 p.

15Toutes les terres encloses ne furent cependant pas consacrées aux cultures. Car tandis que surgissaient de multiples haies et rideaux d'arbres destinés à marquer les limites des nouveaux domaines conquis sur les terrains communaux naissaient des domaines où la nature était savamment mais discrètement redessinée pour créer une arcadie de tableau. La révolution foncière fournit en effet à une élite sociale l’occasion unique d’assouvir ses désirs artistiques et de remodeler la nature selon les nouveaux canons esthétiques profondément influencés par les paysages de Claude Lorrain, de Nicolas Poussin et des peintres italiens. Les grands propriétaires anglais, s'attelèrent à la tâche de créer des parcs paysagers dénués d’usage pratique et conformes à cette esthétique « naturelle » tant admirée, avec l'aide de paysagistes devenus depuis célèbres tels que Robert Brown, William Kent ou Humphrey Repton. Les nouvelles haies et ceintures d’arbres qui en quelques décennies modifièrent le visage de la campagne anglaise découlent donc aussi d’une volonté esthétique. Cette révolution se fit aux dépens des vrais ruraux : afin d’entretenir la nostalgie grandissante pour un âge d’or évanoui il devint naturel de s’isoler de la campagne productive. Nombre de villages furent rasés ou déplacés pour faire place aux nouveaux parcs et repousser tout ce qui pouvait rappeler les débuts de l’ère industrielle. La campagne idéale devint une nature débarrassée de toute marque de labeur agricole et de ses travailleurs, où l'agriculture était perçue comme un affront à la beauté. Cette nouvelle esthétique alla même jusqu'à dissimuler routes et moyens de communication, créant ainsi l'illusion d'une nature dépeuplée alors même qu'elle est le fruit de la domination de l'homme20.

16Ainsi était née la campagne anglaise telle que nous la connaissons aujourd’hui, telle qu’elle s’impose souvent aux visiteurs ; une nature plus vraie que nature, le fruit d’un effort délibéré des classes terriennes pour faire coïncider réalité économique et idéal esthétique.

17Cette révolution culturelle fut le fait d'une élite et aurait pu demeurer circonscrite si elle ne s’était accompagnée de bouleversements sociaux induits par la révolution industrielle.

18L’exode rural amorcé dès la fin du XVIIIe siècle, l'explosion urbaine et ses méfaits, l'apparition d'un urbanisme insalubre expliquent que la campagne ait très tôt revêtu une dimension mythique pour les descendants des ruraux déracinés, pour les citoyens de la première nation industrielle du monde. Alors que dans l'inconscient collectif britannique la ville représente souvent l'enfer (il suffit de lire Charles Dickens, George Orwell ou William Blake pour le constater), la campagne est le paradis perdu où l'homme vivait en harmonie avec la nature (recréée !) comme Thomas Hardy, David H. Lawrence, Laurie Lee et tant d’autres l'ont écrit. Un paradis que les Anglais se sont efforcés de réintroduire dans la ville depuis le début du XXe siècle sous l'influence du mouvement des cités-jardins.

  • 21 Voir David Sinclair, op. cit., 1991, p. 17/. Howard Newby, The Countryside in Question, London, Hu (...)

19L'engouement pour la campagne serait donc la conséquence d'un malentendu21 : la volonté de figer dans l'éternité une nature recrée, reflet d'un passé imaginaire meilleur et antérieur à l'industrialisation. Ce malentendu est à l’origine de la vision parfois « aseptisée » qu’en ont nombre de citadins. Elle est, sans aucun doute, la source des multiples conflits qui ont éclaté depuis une vingtaine d’années.

Derrière la haie : l'envers du décor

20La réalité de la campagne anglaise est souvent loin de l'image d'Epinal qu'en ont les promeneurs du dimanche ou les néo ruraux. Elle est avant tout un espace de production et la plupart de Britanniques ignorent que l'économie rurale est à l'image de l'économie nationale. Contrairement aux croyances populaires, c'est aussi un espace marqué par de multiples maux, tels que pauvreté, isolement et délinquance.

  • 22 28 % de la population rurale travaillent dans le secteur secondaire, le secteur primaire n'occupan (...)
  • 23 Ibid., p. 14.

21La campagne anglaise a beau être par définition un espace rural, son économie ne l'est plus depuis bien longtemps. L’activité industrielle y occupe une place importante, tandis que l’activité agricole est devenue minoritaire en termes d'emplois. Comme dans le reste du pays, le secteur tertiaire y est dominant alors que le secteur primaire est très restreint22 Cette uniformisation s’est d’ailleurs accrue ces dernières années. La récession qui a frappé le pays entre 1991 et 1996 a en effet largement épargné les zones rurales qui ont bénéficié d’un taux de création d'emplois de service bien supérieur au reste de l'Angleterre ; de même, le solde des emplois industriels durant ces 5 années est lui aussi demeuré positif dans les zones rurales alors qu'il était déficitaire pour l'ensemble du pays23. Ce dynamisme économique s’explique par la délocalisation depuis le début des années 1980 de nombreuses entreprises (en particulier de nouvelles technologies) attirées par le faible coût des terrains ruraux et la qualité de l'environnement. Selon l'ancienne Rural Development Commission, entre 1982 et 1991, le nombre des petites sociétés aurait progressé de 20 %, soit trois fois plus que dans les zones urbaines ; dans le même temps le nombre de sociétés de haute technologie s'accroissait de 10 % alors même qu'il chutait de 16 % en ville. Somme toute, le tissu économique de la campagne reflète donc celui du pays et il est donc illusoire d'espérer trouver un éden préindustriel en venant y vivre.

  • 24 4,3% au lieu de 7%, DETR, Our Countryside: The Future-A Fair Deal for Rural England, London, HMSO, (...)
  • 25 The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 17.
  • 26 CPRE, Rural Transport Policy and Equity, London, CPRE, 1998, 39 p.
  • 27 The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 27.

22Contrairement aux attentes des néo-ruraux, la campagne n'est pas l’arcadie sociale qu’ils se plaisent à imaginer ; ils sont en effet susceptibles d'y trouver les maux qu'ils pensaient avoir laissés derrière eux. La rurbanisation, la renaissance de certains villages ne doit pas faire oublier l’autre visage de la campagne anglaise : des zones rurales reculées marquées par la pauvreté et l’exclusion sociale. Bien que le taux de chômage des zones rurales soit plus bas que la moyenne nationale24, les salaires y sont aussi plus bas, ce qui explique que parmi les dix comtés anglais les plus pauvres figurent 6 comtés ruraux25. Le Council for the Protection of Rural England (CPRE) estime pour sa part que 33 % des ruraux perçoivent une forme d'allocation complémentaire26, ce qui constitue un critère de pauvreté. L’évolution sociale et économique récente de la campagne n’a fait que renforcer l’exclusion de certaines catégories de la population ; les personnes âgées ou les personnes handicapées, notamment, n’ont qu’un accès limité à des services élémentaires. Pour les ruraux qui n’ont pas la chance de posséder une voiture, la vie rurale peut vite tourner au cauchemar. En effet, 43 % des paroisses rurales n’ont pas de bureau de poste, 42 % d’épicerie, 75 % de service de bus quotidien, 50 % d’école primaire et 83 % de médecin27. Conscient d’une polarisation sociale croissante, le gouvernement de Tony Blair s’est engagé dans le Livre blanc Our Countryside : the Future, publié en 2000, à garantir et faciliter l’accès à toute une gamme de services sociaux en milieu rural en usant des dernières technologies et à favoriser financièrement certaines zones rurales.

  • 28 2,6% des adultes en zone rurale contre 4,7% en zone urbaine selon la British Crime Survey 2000 du (...)
  • 29 The Times, 13/10/1994.
  • 30 The Times, 14/06/1999.

23Tout aussi méconnue que la pauvreté est la délinquance en milieu rural. Son irruption est souvent vécue par les néo-ruraux comme un rappel incongru à une réalité qu’ils croyaient avoir laissée derrière eux. Pourtant, les statistiques de la criminalité démontrent que la campagne n'est pas, ou plus, cet éden rêvé par les citadins. Bien que les chiffres de la criminalité montrent que les ruraux sont en moyenne moitié moins susceptibles d’être victimes de cambriolages et de crimes violents28, l’envol du nombre de vols de voitures dans les zones rurales depuis 199329 ainsi que de cambriolages commis depuis 199930 prouve combien la ville et la campagne anglaises sont étroitement liées.

  • 31 DOE, Indicators of Sustainable Development for the UK, London, HMSO, 1996, 196 p.: 59.
  • 32 « Countryside guardians warn of slow death by cars », The Times, 08/07/1992.

24Bien qu’inquiétantes, ces évolutions ne sont rien en regard des bouleversements induits par les néo-ruraux eux-mêmes. L'un des paradoxes les plus marquants de l’attrait exercé par la campagne est que le flux de néo-ruraux en mal de calme et de verdure est en passe de tuer ces mêmes qualités. Depuis 20 ans le pouvoir d'attraction de la campagne se retourne contre elle. En raison des mouvements migratoires, le volume de la circulation sur les routes de campagne s'est accru de 75 % entre 1981 et 1997 contre 23 % pour les zones urbaines. Les causes de cette augmentation sont multiples : développement des loisirs, construction de nouvelles routes mais surtout rurbanisation. Car les nouveaux ruraux demeurent des citadins dans l’âme et contribuent à modifier la vie des villages. À la différence des villageois de souche ils continuent de travailler en ville, d’y faire leurs courses, voire d’y scolariser leurs enfants. Ceci explique que depuis vingt ans, les distances pour se rendre sur son lieu de travail et pour faire ses courses aient augmenté respectivement de 40 % et 35 %31, que la pollution sonore n’épargne que de rares zones du pays, mais surtout que la sécurité routière sur les routes de campagne tarde à s’améliorer. À en croire les prévisions de l’ancienne Countryside Commission, si les habitudes des Anglais ne changent pas, c’est une lente asphyxie qui guette la campagne d’ici 202532.

  • 33 DETR, op. cit., 2000, Chapitre I, « different areas face different problems ».

25Productive, souvent bruyante, pauvre et violente parfois, la campagne anglaise est bien différente de l'image que s'en font nombre de citadins. En réalité, il n’y a pas une campagne anglaise, mais des campagnes, qui comme le reconnaît le Livre blanc de 2000, ont chacune leurs propres problèmes33.

26Pourtant, son pouvoir d'attraction demeure entier. Le malentendu culturel qui en est à l'origine, et qui incite à voir en elle un espace naturel, a conduit à un nombre croissant de conflits au cours des 10 dernières années. Ceux-ci découlent de l'impossibilité qu'il y a à réconcilier cette vision idéale avec la réalité rurale nationale.

Des conflits ruraux

La valeur esthétique de la campagne

  • 34 Le Town and Country Planning Act créait deux niveaux de planification, un plan de structure au niv (...)
  • 35 Town and Country Planning Act, 1947.
  • 36 Ceux-ci ont concentré 70 % de la croissance rurale jusqu’au début des années 1980 in A. Gilg, op. (...)
  • 37 New Towns Act 1946.
  • 38 Un objectif esthétique figurait explicitement dans le texte de la loi de 1949 : « to preserve and (...)
  • 39 Circular 42/55, Housing and Local Government.

27L'émergence de la notion de la valeur esthétique de la campagne date de l'entre-deux-guerres. Pour la première fois, une société de citadins prenait conscience du fait que dans un petit pays comme l'Angleterre, dans un contexte d'étalement urbain (ribbon development) il existait un risque de voir la campagne mitée par l'urbanisation. Il paraissait donc urgent de la protéger de l’influence envahissante de la ville (conserving the countrysidé). À partir de 1932, date à laquelle les règlements d’urbanisme furent étendus à la campagne (par le biais du Town and Country Planning Act), s’impose donc l’idée qu’il importe de défendre la valeur esthétique de la campagne et son cadre de vie. Les gouvernements d’après-guerre s’accorderont sur la nécessité de reconduire une même politique, dont aménagement du territoire et endiguement urbain seront les maîtres mots. Pour ce faire, les collectivités territoriales sont contraintes en 1947 d’élaborer un plan d’occupation des sols (development plan), plan affiné en 196834, et reçoivent le pouvoir de bloquer tout projet non conforme à celui-ci35. Les nouvelles constructions seront désormais concentrées en ville, dans un certain nombre de villages choisis (key-villages)36 ou encore, à partir de 1946, dans des villes nouvelles37. En 1949, le gouvernement décide de renforcer la protection des plus beaux paysages ruraux en faisant voter le National Parks and Access to the Countryside Act38. La loi a conduit au fil des ans à la création de 10 parcs nationaux et 38 Areas of Outstanding Natural Beauty. Enfin, en 1955, la publication d’une circulaire donne le coup d’envoi à la création de ceintures vertes inconstructibles, conçues comme un rempart à l’étalement urbain39.

  • 40 La population britannique n’a progressé que de 3 % dans les années 1980 mais a connu une hausse de (...)

28Aujourd'hui, cette politique de protection du paysage rural est l'objet d'un farouche débat qui oppose le gouvernement, l'industrie du bâtiment, et diverses associations de défense de la campagne, dont la plus connue est le Council for the Protection of Rural England (CPRE). Le conflit porte sur la question du nombre de nouveaux logements nécessaires d'ici 2010 et leur emplacement. Car dans un pays de la taille de l'Angleterre, au vu de la démographie40, des mouvements migratoires récents et de l'urbanisme individuel privilégié, la défense de la campagne, comme elle était comprise depuis 1947, s'avère de moins en moins tenable.

  • 41 CPRE, The Lost Land, Land Use Change in England, 1945-1990, 1992, London, CPRE, 80 p.: 60.
  • 42 Les chiffres du CPRE montrent cependant un net ralentissement de l’urbanisation, de 21000 hectares (...)

29Le débat sur le bien fondé de cette politique a été lancé en 1992 par la publication par le CPRE de The Lost Land, une étude contredisant les dires du Department of Environment. Les chiffres avancés par le CPRE montraient qu'entre 1945 et 1990, malgré l’appareil législatif existant, 705 000 hectares de campagne avaient été urbanisés, soit une surface égale à celle du Grand Londres chaque décennie41. Les projections alarmantes du CPRE prévoyant que 20 % de l'Angleterre seraient urbanisés d'ici 2050, soit une augmentation de 50 % d'ici 2021, n’ont pas manqué de toucher une corde sensible dans l'opinion42.

  • 43 CPRE, Our Common Home, Housing Development in the South East's Environment, London, CPRE, 1992, 35 (...)

30La portée de ces chiffres a été amplifiée par une série de déclarations du gouvernement conservateur. En 1992, le ministre de l'environnement, Michael Howard, prit en effet la décision de maintenir les directives officielles aux régions (Regional Planning Guidance) formulées en 1989 par l'un de ses prédécesseurs, Chris Patten. Ce choix, très critiqué, imposait au Sud-Est, région la plus densément peuplée du pays, de trouver suffisamment de terrains pour bâtir 855000 logements entre 1991 et 2006 soit 57000 par an43. Surtout, la révision à la hausse en 1995 des prévisions par le DOE du nombre de nouveaux foyers attendus en 2016 (4,4 millions) a achevé de convaincre une partie de l’opinion publique qu’il était urgent de repenser les politiques d’urbanisme afin de mieux protéger la campagne.

  • 44 CPRE, Cluttered Countryside, London, CPRE, 1998, 24 p.
  • 45 En 1990 le CPRE a fait pression avec succès sur le gouvernement pour qu'il bloque le projet de la (...)
  • 46 Voir CPRE, Urban Footprints 1995, CPRE, Going to Town, février 1998, consacré aux avantages de la (...)

31Deux visions s'opposent quant à la manière de satisfaire les besoins en matière de logements. D'une part, les associations de défense de la campagne, fidèles à la philosophie héritée de l'après-guerre, mettent en garde contre le fait que l'attirance des Anglais pour la campagne porte en elle les germes de sa destruction44. Elles soutiennent que si le mitage de la campagne n'est pas endigué, la péri-urbanisation (dont le Surrey est le meilleur exemple) guette l'ensemble de la campagne anglaise. Il n'y aurait alors plus lieu de parler de campagne, puisque le pays serait transformé en une vaste banlieue. Cette position est celle du CPRE, pour lequel les ceintures vertes sont la pierre angulaire de l'aménagement du territoire et qui n'a eu de cesse de combattre la création de nouvelles villes ou villages tels que Tillinghgam Hall dans l’Essex en 1986 ou Stone Bassett dans l'Oxfordshire en 1989, et de protéger les ceintures vertes45. Cette philosophie a présidé à la rédaction d'une charte (Green Belt Charter) en faveur de la création de nouvelles ceintures, comme à Lincoln, et sous-tend la campagne de l'association depuis 1995 en faveur d’une politique de rénovation urbaine susceptible de retenir les citadins46.

  • 47 Critiqués par John Gummer en 1992 qui les surnomma les Nodams (No development after mine), variant (...)
  • 48 Chiffrée à 80000 logements entre 1990 et 1995, contre 17700 logements bâtis selon Rural Developmen (...)
  • 49 26 % des personnes interrogées ont identifié le logement rural comme un problème sérieux dans une (...)

32Cette position est fortement critiquée par un éventail d'associations et d'individus pour plusieurs raisons. Ceux-ci soulignent que la volonté des néo-ruraux de défendre la campagne n’est pas toujours exempte d’arrière-pensées. Les riches Anglais47, affirment-ils, achètent un idéal rural, à savoir une communauté traditionnelle, et refusent toute nouvelle construction par peur de voir le caractère de leur village changer et le prix de leur acquisition chuter. Ces néo-ruraux, constitués en associations de défense préféreraient fermer les yeux sur la pénurie aiguë de maisons bon marché48 pour la population locale qui, quant à elle, place le logement au premier rang de ses préoccupations49. La rareté de l'offre rurale, induite par la conjonction de la vigilance des néo-ruraux et des règles de planification héritées de l'après-guerre, aurait conduit à l’envol du prix des terrains et des maisons au cours des deux dernières décennies et donc à l’exode de jeunes ménages et à l’effritement des communautés rurales traditionnelles.

  • 50 Réponse au livre vert du gouvernement DOE, Household Growth Where Shall we Live? London, HMSO, 199 (...)
  • 51 J. Keyes a montré que le pourcentage des permis refusés dans les ceintures vertes avait fluctué de (...)
  • 52 « This crowded isle must corne home to the city », The Times, 28/05/1997.
  • 53 John Herington, Beyond Green Belts, Managing Urban Growth in the 21 century, London, Regional Stud (...)

33La Fédération du Bâtiment (House Builders' Federation), quant à elle, invoque un autre problème50 : les politiques d'après-guerre, selon elle, ont largement échoué, de nombreuses ceintures vertes étant mitées et abîmées51. Il serait donc plus judicieux de permettre de construire dans ces zones afin de tirer profit des infrastructures existantes et ainsi protéger les vrais sites verts52. L’urbanisme d’après-guerre aurait également artificiellement gonflé les prix fonciers et créé un déséquilibre entre création d'emplois et politique de logement dans les zones de croissance économique autour de Londres. Mais surtout, les opposants à ces politiques d'aménagement font remarquer qu'elles n'ont fait que rejeter la pression immobilière au-delà des ceintures vertes, sur de petites villes et villages désormais noyés sous les nouveaux lotissements, aggravant ainsi les problèmes de circulation ; elles ne seraient plus un instrument approprié à l’aménagement du territoire53.

34C'est pourquoi ces divers groupes poussent à la création de villages dans les ceintures vertes afin de regrouper les nouveaux logements et ainsi éviter autant que possible le mitage de la campagne et les déplacements.

  • 54 Circulaire 22/80 puis DOE, This Common Inheritance, Cm 1200. London, HMSO, 1990, 291p.: 81.
  • 55 PPG3, « only as far as environmental policies permit » 1992; sur les Planning Policy Guidance Note (...)

35Probablement parce qu'ils avaient des intérêts électoraux ruraux à défendre les Conservateurs se sont montrés soucieux de protéger la campagne de l'urbanisation et de rassurer les défenseurs des ceintures vertes et ce, dès leur arrivée au pouvoir en 197954. Ils ont ainsi montré qu'ils savaient, dans leur intérêt, placer des limites au principe de dérégulation tant vanté dans le reste de l'économie. Hormis une courte interruption au milieu des années 1980 sous Nicholas Ridley, tenté de relaxer les règles sur l'usage des terres agricoles, les Conservateurs se sont appliqués à suivre la ligne définie après-guerre. Chris Patten et Michael Heseltine se sont toujours montrés opposés à tout projet de grande ampleur dans le Sud-Est rural (la circonscription électorale de ce dernier se trouve dans l'Oxfordshire), refusant la construction de nouveaux villages dans le Hampshire et le Cambridgeshire, et privilégiant la construction de logements à l'est de Londres (The East Corridor) dans une ancienne zone industrielle. Les gouvernements conservateurs se sont également appliqués à renforcer les règlements. Ainsi, la révision des directives aux collectivités territoriales en février 1992 oblige désormais celles-ci à ne laisser construire que « dans la mesure où les politiques de l'environnement le permettent » (PPG3) et a permis aux Conservateurs de réaffirmer leur opposition de principe à toute construction en rase campagne (PPG7)55.

  • 56 DOE, Circulaire 4/84.
  • 57 « However well urban land is used there will continue to be a need for building on « green field s (...)
  • 58 DOE, Rural England, Cm 3444, London, HLSO, 1996, 96 p.: 83.

36Convaincus par le CPRE que la protection passait par la régénération urbaine, le gouvernement de Margaret Thatcher a annoncé en 1984 qu’il entendait optimiser l’usage des friches urbaines (Brown sites)56. En 1990, dans This Common Inheritance, le gouvernement de John Major a rappelé son attachement à cette politique, tout en précisant que le pays ne pourrait totalement éviter de bâtir sur des sites ruraux vierges57 ; en 1995 il s'est engagé dans le Livre blanc Rural England à ce que dans l'ensemble du pays 50 % des nouveaux logements soient bâtis en ville58.

  • 59 The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 25.

37Bien que désireux d’endiguer la rurbanisation, les Conservateurs ont cependant tenté de résoudre le problème du logement rural en modifiant certains règlements. Depuis 1989 un principe d’exception autorise la construction de logements destinés à la communauté rurale à la périphérie des villages ; il permet aussi d’exiger que soient inclus des logements à faible loyer dans les nouveaux lotissements privés. En outre, le gouvernement s'est engagé dans Rural England à accroître l'aide accordée au secteur associatif afin d'augmenter le nombre de logements sociaux ruraux nécessaires, soit 80 000 selon les estimations59.

  • 60 DETR, Planning for the Communities of the Future, Cm 3885, London, The Stationery Office, 1998, 26 (...)
  • 61 « Prescott to build more urban homes », The Independent, 24/01/98.

38Depuis son arrivée au pouvoir en 1997, le gouvernement travailliste, bien que conscient du potentiel explosif de la question et reprenant à son compte ces grandes lignes dès 199860, s'est trouvé en butte à de nombreuses critiques. Il n’est pas parvenu à se défaire de sa mauvaise image auprès des ruraux et à dissiper l'idée qu'il se désintéressait d’un électorat qui n’est pas le sien traditionnellement61.

  • 62 « Prescott demands taxes on greenfield homes », The Observer, 25/01/98.
  • 63 DETR, op. cit., 1998, p. 20.
  • 64 THE URBAN TASK FORCE, Towards an Urban Renaissance, Final Report of the Task Force, London, E and (...)

39Pourtant, le gouvernement s'est attaché à ne pas rompre avec les politiques de ses prédécesseurs. Le 23 février 1998 le ministre de l'Environnement, John Prescott a annoncé qu’il désirait porter le seuil des nouveaux logements bâtis en ville à 60 % et à cet effet a demandé à Ordnance Survey de fournir un relevé exhaustif de tous les terrains réutilisables ou non bâtis en ville (.National Land Use Database). Les Travaillistes réfléchissent aussi à l’idée d’une taxe sur la construction en milieu rural pour dissuader les promoteurs privés62. Convaincu que l'avenir de la campagne est indissociable de celui de la ville63 et afin d'inciter les Anglais à rester ou revenir vivre en ville, le gouvernement a également demandé à un comité comprenant, entre autres, Lord Rogers, de réfléchir aux moyens d’encourager la renaissance des grandes villes anglaises64. En outre, les Travaillistes ont également repris à leur compte la politique de leurs prédécesseurs visant à accroître le nombre de logements sociaux ruraux. Ils ont promis dans Our Countryside, le Livre blanc publié en novembre 2000, d’accroître le financement accordé aux collectivités locales ainsi qu’à la Housing Corporation afin de doubler d’ici 2003 le nombre de logements sociaux bâtis dans les villages de moins de 3 000 habitants. Ils ont aussi reconduit le principe d’exception aux règlements d’urbanisme qui permet aux collectivités locales de bâtir sur des terrains classés inconstructibles autour d’un village, s’il existe une pénurie avérée et si la demande en a été faite par la communauté locale (PPG3).

  • 65 « Prescott dealt blow over housing plans », The Independent, 04/04/98. Le ministre de l’environnem (...)
  • 66 « New Homes target is cut back », The Times, 19/12/2000.

40Cependant, le gouvernement s'est trouvé impliqué dans une série de litiges qui ont semblé contredire ses déclarations. En avril 1998, la haute cour de justice a condamné la décision de John Prescott d'autoriser la construction de 113 maisons à Peaceheaven dans le Sussex, dans la ceinture verte. Quelques mois plus tard, en juillet 1998, le ministre de l’Environnement s’est vu reconnaître par la justice le droit d’imposer au comté de West Sussex 12 700 logements de plus que le plan structurel65. Cette décision a renforcé la mauvaise image du gouvernement et accentué le sentiment que les zones rurales étaient en butte à l’hostilité des Travaillistes. Depuis, d’autres collectivités locales rurales ont été contraintes de réviser leur plan structurel à la hausse. Surtout, bien que le ministère s’en tienne aux projections des Conservateurs (soit 4,4 millions de foyers supplémentaires d’ici 2016), les déclarations des inspecteurs nommés par John Prescott fin 1999 recommandant de porter à 1,1 million le nombre de nouveaux logements dans le Sud-Est ont provoqué un tollé ; dans un contexte électoral, le gouvernement a cependant consenti en décembre 2000 à réduire le nombre de ces nouveaux logements à 860 00066. Mais le mal était fait et le sentiment demeure désormais chez certains Anglais que les politiques de logement travaillistes représentent une menace pour la campagne et ses paysages.

The Countryside Alliance : valeurs urbaines contre valeurs rurales ?

41L'inclusion par le Parti travailliste dans son programme électoral de la promesse d'interdire la chasse à courre, puis la proposition de loi déposée à titre privé par Michael Foster, député travailliste de Worcester, ont conduit en 1997 à la naissance en Angleterre d'un mouvement rural, la Countryside Alliance. Cette année-là, en effet, trois organisations, la British Field Sport Society (BFSS), le Countryside Movement (CM) et le Countryside Business Group (CBG) décidèrent de s’unir pour mieux répondre à ce qu’elles considéraient comme la menace d’un gouvernement travailliste de citadins. Bien que présentée comme une fusion de partenaires égaux, cette réorganisation était tout à l'avantage du BFSS qui prit le contrôle des plus hauts postes, ainsi que de la moitié du conseil de direction et offrit en dot son ancien siège. Cette mainmise du BFSS devait lui permettre par la suite de peser sur l’évolution du mouvement.

42Le nouveau mouvement a immédiatement cherché à faire la démonstration de sa force et à porter le débat sur l'avenir de la campagne sur la place publique en organisant deux manifestations. Chose rare dans un pays où la communauté rurale se fait généralement discrète, ces deux événements ont rassemblé respectivement près de 100000 et 250000 personnes.

  • 67 « This rallyis about [...] freedom of people to choose how they live their own lives. It is about (...)

43Le premier, le Countryside Rally (CA), organisé le 9 juillet 1997, fut placé sous le signe de la défense de la chasse à courre. En luttant pour la survie de celle-ci, l’Alliance affirmait défendre trois causes. Celle de la communauté rurale d’abord, puisque selon ses estimations 16000 emplois directs et indirects étaient en jeu. Celle de la communauté nationale ensuite, la chasse étant parée de multiples vertus écologiques dans le discours de la CA : en protégeant les taillis et autres haies, les chasseurs auraient permis de protéger la diversité biologique de la campagne anglaise, ainsi que son visage, pour le bonheur de l’ensemble des Anglais. Enfin, la cause des minorités, l’Alliance n'hésitant pas à recourir en effet à des arguments libéraux pour sa défense, affirmant que son combat est avant tout un combat pour la liberté individuelle et pour le droit à la différence d’une minorité sociale dans la société multiculturelle britannique67.

  • 68 Un sondage par MORI en 1999 a montré que 68 % des gens vivant à la campagne étaient opposés à la c (...)
  • 69 « Preserve the freedoms of country people and their way of life » in The Countryside Alliance Mani (...)
  • 70 « Our special identity as rural people » in The March, op. cit., 1998, p. 3.

44Consciente de la piètre image de la chasse à courre dans l'opinion publique68, l'Alliance a infléchi son discours et s'efforce d'élargir son assise en se présentant comme le porte-parole d’une catégorie de la population britannique, comme un interlocuteur incontournable dans le débat sur l’avenir de la campagne. C'est la raison pour laquelle elle a appelé la communauté rurale à manifester le 1er mars 1998 lors de la Countryside March et s'est dotée en septembre 1998 d'un programme d'action. Ce manifeste fait désormais de « la préservation des libertés de la population rurale et de son mode de vie »69 le premier objectif du mouvement. L'Alliance réclame que soient reconnues l'« identité particulière des ruraux »70, leurs valeurs (non définies) et leur contribution à la protection de la campagne ; elle demande aussi que les nouvelles politiques rurales s'articulent autour des besoins locaux et ne soient plus dictées par les citadins. Elle se dit déterminée à mettre en lumière les difficultés quotidiennes auxquelles se heurtent les ruraux et appelle à la coopération avec d'autres organisations de protection de la campagne.

  • 71 « Decisions are being taken without consultation or input from the people who care about and under (...)
  • 72 « We believe that the debate on the countryside has been slanted by pressure grouyps, each of whic (...)

45Il est indéniable qu'au-delà de la question de la chasse, le mouvement se nourrit avant tout du sentiment profond d'être en butte à l'incompréhension et à l'exclusion ; son discours repose sur le manichéisme ville-campagne. Nombreux sont en effet les adhérents qui expriment la conviction que les décisions qui touchent la campagne sont prises sans consultation des intéressés71 comme dans le cas de l’urbanisation, de la fermeture de services en milieu rural ou des demandes des randonneurs et qu'elles ignorent bien souvent les véritables besoins de la communauté locale comme dans le cas des National Parks. Ce sentiment les pousse à dénoncer en bloc les élites urbaines (politiques, médiatiques), accusées de vivre en vase clos et de mal connaître la campagne et à fustiger l'intolérance des groupes de pression urbains (écologistes, défenseurs des animaux) qui désireraient imposer aux ruraux leurs lois et leurs valeurs72.

  • 73 « [...] to save the countryside. That means saving landscapes, saving jobs, saving businesses, val (...)
  • 74 « The place he most wants to go is the countryside, but he does not like the countryside as it is. (...)

46Le mouvement illustre le fossé qui existe parfois entre néoruraux et ruraux de souche. Il cristallise et incarne en quelque sorte le malentendu culturel qui est à l'origine de l'attrait exercé par la campagne en Angleterre. Car si tout Anglais peut se reconnaître dans certains de ses objectifs, tels que la sauvegarde de la campagne sous tous ses aspects73, en revanche la volonté affichée du mouvement de défendre « une ruralité » qui serait menacée par l'influence de la ville ne saurait manquer de mettre mal à l'aise nombre de néo-ruraux. Il est en effet patent que les membres de la Countryside Alliance considèrent l'installation de ces nouveaux voisins d’un mauvais œil. Nombreux sont les adhérents qui s'insurgent contre la vision aseptisée de la campagne anglaise des anciens citadins, vision qui les incite à la réorganiser selon des canons urbains et qui tend à réduire la campagne à une banlieue dortoir ou à un terrain de jeu pour les classes moyennes urbaines74. Les valeurs rurales défendues par l'Alliance ne sont donc jamais définies autrement qu’en creux, par opposition à celles de la ville.

  • 75 Le rapport de Lord Burns, publié en juin 2000, est arrivé à la conclusion que 8 000 emplois étaien (...)

47La mobilisation de la Countryside Alliance n'a pas été sans effet sur le gouvernement. Celui-ci s’est engagé à consulter les associations rurales et à publier un Livre blanc sur l’avenir de la campagne. Le gouvernement a également quelque peu pris ses distances envers les opposants à la chasse. C'est ainsi qu'une proposition de loi présentée en 1997 a échoué, le gouvernement n'ayant pas jugé utile de lui ménager un certain temps parlementaire. La résolution du gouvernement semble d'ailleurs avoir été entamée par la décision de l’Alliance de porter l'affaire devant la justice européenne ; elle estime en effet que le gouvernement irait contre la convention européenne des droits de l'homme s'il abolissait la chasse sans verser de dommages. Une commission d'enquête a d’ailleurs été établie en 1999, comme gage de bonne volonté, pour déterminer au préalable l'incidence d'une interdiction sur l'économie rurale. Suite à la publication du rapport de la commission75, le gouvernement a présenté un projet de loi gouvernemental aux Communes en décembre 2000. Ce projet, qui a permis aux parlementaires de choisir entre trois voies (auto-discipline, licences, et interdiction complète), n’ayant pas été ratifié par les Lords avant les élections de juin 2001 a été abandonné.

  • 76 Son directeur l'a reconnu en 1999: « There is still feeling amongst some rural people that we are (...)

48Peut-être parce qu’il a fait de la défense de la chasse son fer de lance, et malgré sa volonté de se présenter comme un mouvement de citoyens ruraux, le mouvement n'est pas totalement parvenu à dissiper le sentiment que sa lutte se limitait avant tout à la défense d'intérêts étroits76. Preuve en est que le CPRE maintient ses distances avec l'Alliance depuis le début du mouvement. Il est vrai que la défense des sports ruraux (comme la chasse à courre est pudiquement nommée) demeure au cœur de ses préoccupations. En outre, la révélation en mai 1998 que le mouvement avait vendu une liste de 30 000 adhérents au Parti conservateur, dont son directeur était encore récemment membre, n'a fait que renforcer l'idée que l'Alliance serait avant tout le porte-parole d'une poignée de chasseurs conservateurs, une simple faction politique, dont la visibilité depuis 1997 serait une réaction à la victoire travailliste.

49Il reste donc au mouvement à convaincre qu'il est un partenaire de valeur, susceptible de représenter le monde rural dans les négociations qui vont suivre la publication en 2000 du Livre blanc consacré à la campagne.

Campagne et détente : valeurs individuelles contre valeurs communautaires

50L'urbanisation de l'Angleterre est allée de pair avec l'émergence de la notion de loisir ; peu à peu s'est imposée l'idée que la ville demandait que l'on s'en échappe fréquemment, que la campagne était source de détente pour les masses urbaines harassées et entassées. Aujourd’hui, les associations de randonneurs défendent une certaine idée communautaire de la campagne qui s’oppose à celle des propriétaires privés.

  • 77 Access to the Mountains Act, 1939.
  • 78 La loi fut précédée de 2 rapports, le Dower report (Cmd 6628, 1945) et le Hobhouse Comittee report (...)

51Dès les années 1820 des associations de protection des sentiers publics apparaissent à York et Manchester et il n'est pas rare dans les années 1840 de croiser des foules se rendant à la campagne le dimanche, comme le décrit William Howitt dans The Rural Life of England en 1844. En 1865 la Commons, Open Spaces and Footpath Preservation Society est fondée pour protéger les espaces non bâtis. Ce mouvement spontané prend une dimension militante en 1876 avec la fondation de la Hayfield and Kinder Scout Ancient Footpath Association, qui réclame la liberté de randonnée sur les plateaux du nord de l'Angleterre. Le mouvement ne cesse de s'amplifier pour finalement devenir un vrai phénomène de société. Après la Grande Guerre, à partir de 1926, une réunion annuelle est organisée près de Castleton pour réclamer l'ouverture des domaines privés aux randonneurs et en 1932 a lieu à Kinder Scout l'invasion symbolique de terres privées par des hordes de randonneurs (mass trespass). Le gouvernement, ne pouvant faire la sourde oreille plus longtemps, fit voter en 1939 une loi allant dans le sens des demandes des associations77. Dans un climat d’opinion favorable, alors que les politiques sociales et économiques donnaient la primauté au bien public sur les intérêts privés, le gouvernement de Clement Attlee de l’après-guerre reprit à son compte le principe de l'ouverture de la campagne à la communauté et fit voter une nouvelle loi en 194978.

  • 79 Définie comme « mountain, moor, heath, down, cliff and foreshore » dans le National Parks and Acce (...)
  • 80 Elle distinguait trois types de chemins : les sentiers publics (public footpaths), les chemins de (...)

52Le National Parks and Access to the Countryside Act de 1949 conjuguait un triple objectif : la protection du paysage (comme nous l’avons vu précédemment), la constitution de réserves naturelles et l’ouverture de la campagne au public à des fins récréatives. Elle demandait entre autres aux collectivités territoriales de garantir l'accès à la rase campagne (open countryside79) en négociant avec les propriétaires privés dans les limites des parcs un droit d’accès, en l’imposant ou en achetant des terrains. La loi prévoyait aussi de répertorier et d'officialiser les chemins publics immémoriaux80.

  • 81 Créée pour remplacer la National Parks Commission de 1949 avec la mission d’améliorer les installa (...)

53Aujourd'hui, l'Angleterre dispose de 140 000 miles de chemins publics qu'il est du devoir des collectivités locales de baliser depuis 1968, et feu la Countryside Commission81 s'etait fixée en 1987 l'objectif de cartographier et faire connaître l'ensemble du réseau d'ici 2000.

  • 82 « with the object of improving conditions of life for the persons for whom the facilities are inte (...)

54Cinquante ans après cette victoire, le flambeau a été repris par la Ramblers' Association (RA), organisation fondée en 1931 dans une perspective expressément sociale82. Sous la férule de l'association, la Campagne pour la liberté de randonnée (Forbidden Britain Campaign) a été ressuscitée en 1985 et bénéficie officiellement du soutien du Parti travailliste, ainsi que, depuis 2000, de l’appui de certains médias (comme The Independent). Tous réclament l'accès à l’ensemble de la campagne non cultivée et privée.

  • 83 MHLG, Leisure in the Countryside, Cmnd 2928, 1966, in A. GILG, op. cit., 1996, p. 197.
  • 84 Countryside Act, 1968.
  • 85 Local Government Act, 1974.

55Cette campagne a ravivé un conflit que l’on croyait éteint depuis les années 1960 entre communauté et individu, intérêt public et privé, récréation et protection. Le Livre blanc de 196683 reconnaissait en effet pour la première fois que les responsables politiques se trouvaient en proie à un dilemme : la campagne était victime de son propre succès, certains allant même jusqu'à dire que le nombre de visiteurs menaçait la transmission de ce patrimoine. Les Travaillistes, naguère déterminés à permettre aux masses urbaines de se détendre au grand air, infléchirent leur politique. La loi de 1968 établit la Countryside Commissionl84, lui confiant la tâche de concilier récréation et protection et créait des parcs en périphérie des centres urbains (countryside parks) ; ceux-ci étaient conçus, dans le jargon de l'organisation, comme des honey pots (littéralement pots de miel), des lieux destinés à canaliser la majorité des promeneurs afin de réserver l'accès aux zones les plus sensibles aux véritables amoureux de la nature. La loi de 1974 a renforcé cette dichotomie en exigeant des responsables des parcs nationaux qu’ils produisent un plan de zonage85.

56La croisade de la Ramblers Association a donc relancé le débat entre partisans et opposants d’une ouverture de la campagne à toute la communauté. D’un côté, la RA réclame dans sa charte de 1995 que toute obstruction par un propriétaire soit condamnée par la loi et que le public ait accès aux terres non cultivées ; de l’autre, une étrange coalition regroupant le CPRE (qui n'a pas hésité à critiquer en 1988 la ville de Bradford pour sa politique d'accès au légendaire Ikley Moor), la Country Landowners'Association (CLA) (dont les 50000 membres possèdent la moitié de l'Angleterre et du pays de Galles) ainsi que la National Farmers’ Union s’oppose à toute déréglementation. Ils soutiennent que la vision défendue par la JM s'explique par le caractère urbain de l'association et est incompatible avec la protection de la campagne, dont ses membres se proclament les gardiens.

  • 86 Wildlife and Countryside Act, 1981 et Rights of Way Act 1990.
  • 87 DOE, Rural England, A Nation Committed to a living countryside, Cm 3016, London, HMSO, 1995,146p.: (...)
  • 88 Environment Act, 1995.

57La position adoptée par les Conservateurs dans les années 1980 et 1990 a été vigoureusement critiquée pour avoir fait la part belle aux intérêts privés aux dépens de ceux de la communauté. Les loi de 1981 et 199086 n’ont fait qu’entériner le status quo, et imposer aux collectivités locales de cartographier les chemins publics et aux agriculteurs de ne pas les obstruer. La décision de vendre certains bois appartenant à la Forestry Commission (Office des forêts) à partir de 1981 a contribué à exclure le public de certaines zones naturelles. En 1995, le gouvernement de John Major, conscient du conflit grandissant entre protection et récréation, s’est prononcé en faveur de la première dans le Livre blanc Rural England87. La loi de 1995 a renforcé la mission de protection des parcs nationaux, stipulant qu'en cas de conflit l'objectif de protection devait l'emporter sur celui de récréation88.

  • 89 « Greater freedom for people to explore the open countryside », in New Labour, Because Britain nee (...)
  • 90 Countryside and Rights of Way Act, 2000.
  • 91 « mountain, moor, heath, down, and registered common land » in DOE, Our Countryside, the Future: A (...)
  • 92 ibid., § 11.3.1. Il est bien entendu que le contexte avait changé alors. Cf. pages suivantes.

58Toute autre est la politique des Travaillistes depuis 1997. Le parti dans son programme de 1997 s’était déclaré en faveur « d’une plus grande liberté d’explorer la rase campagne »89. Après avoir considéré un système d'accords volontaires comme le demandait la CLA, puis s'être rangé à l'avis de la JM en 1998, le gouvernement travailliste semble se diriger vers un compromis. Une nouvelle législation accordant le droit de randonner (right to roam) sur des terres privées, comme le réclamait la JM, mais assortie de droits de fermeture à certaines périodes de l’année, est entrée en vigueur début février 200190. Très critiquée par les associations de randonneurs, car mettant comme préalable la nécessité de cartographier l’ensemble du pays, la loi prévoit d'ouvrir aux randonneurs 2 millions d'hectares ruraux définis comme « montagnes, landes, plateaux, collines et terrains communaux reconnus »91. Seules les terres situées à plus de 600 mètres d’altitude seront ouvertes au public d’emblée ; les autres ne le seront que vers 2005. Le gouvernement travailliste a par ailleurs annoncé en 2000 dans Our Countryside : the Future sa volonté d’autoriser les agriculteurs à diversifier leurs activités et à reconvertir certaines terres en installations de loisir, preuve qu’il entend privilégier les loisirs, contrairement à ses prédécesseurs92.

  • 93 300000 emplois dépendent directement des activités de loisirs et 50000 indirectement, ibid., §11.1 (...)

59En militant pour un meilleur accès à la campagne pour l'ensemble des Anglais, c'est la communauté, et donc des valeurs de partage et d'universalité, que la Ramblers’ Association entend défendre ; son action se fonde sur le principe d’un droit inaliénable de chaque Anglais à profiter de cette richesse naturelle. D’autres, en revanche, maintiennent que la survie de ce patrimoine est incompatible avec son ouverture aux masses et que le devoir de protection devrait primer. Le gouvernement de Tony Blair, désireux de se présenter comme le gouvernement du peuple et conscient des retombées économiques bénéfiques pour la campagne93, a tranché en faveur des premiers au terme d'un long débat.

Le dilemme des gouvernants : valeur écologique contre valeur marchande

60Si la campagne demeure synonyme de ruralité pour les citadins anglais, c'est sans doute que, bien que secondaire en terme d'emplois et de PNB, l'agriculture est l'industrie qui façonne depuis des siècles le visage de la campagne et le principal consommateur d'espace. De 1945 à la fin des années 1970 les gouvernements britanniques ont privilégié la valeur économique de la campagne. La guerre avait en effet montré combien la Grande-Bretagne était vulnérable sur le plan agricole et combien il était urgent d’amener le pays vers l’autosuffisance alimentaire. Cette philosophie sous-tend les mesures prises après-guerre pour protéger la campagne de l'influence de la ville et encourager le productivisme agricole. Les bases de cette politique furent jetées par le Scott Report de 1942 ; le rapport attirait l’attention sur l’urgence de formuler une politique agricole à long terme et de protéger les terres arables de l’urbanisation. Le vote de l’Agriculture Act en 1947 démontra la volonté du gouvernement d’Attlee de doter le pays d’une agriculture moderne et intensive pouvant nourrir la population à bas prix. L’entrée de la Grande-Bretagne en 1973 dans la Communauté économique européenne (CEE) et son adhésion à la Politique agricole commune (PAC) ne firent que renforcer cette évolution vers le productivisme.

61À la valeur économique de la campagne est venue s’ajouter dans les années 1980 une valeur « naturelle », terme particulièrement ambigu dans un petit pays comme l’Angleterre, façonné par les hommes. Pour répondre à cette situation nouvelle, les Conservateurs ont pratiqué une politique de la corde raide de 1979 à 1997, tentant de concilier écologie et développement économique des zones rurales. Depuis 1997, le Parti travailliste au pouvoir, tout en poursuivant cette politique, semble avoir des difficultés à convaincre qu'il est à l'écoute des intérêts économiques ruraux.

  • 94 Countryside Commission, New Agricultural Landscapes, Issues, Objectives and Actions, Cheltenham, T (...)
  • 95 Marion Shoard, The Theft of the Countryside, London, Temple and Smith, 1980, 269 p.
  • 96 Le premier conflit survint lorsque des agriculteurs demandèrent des subventions pour labourer les (...)
  • 97 Apparition dans les années 1980 de nouvelles associations (Friends of the Earth), accroissement ve (...)
  • 98 Voir The Economist 29/09/1990 : violente opposition au projet d’élargir la M25 de la part des circ (...)
  • 99 Discours de Margaret Thatcher à la Royal Society le 27/09/1988.

62Plusieurs facteurs expliquent la volte-face des Conservateurs dans les années 1980. La méfiance manifestée par la population à l'égard de l'agriculture moderne depuis la publication par Rachel Carson de Silent Spring en 1962 se mua au cours des décennies suivantes en une profonde hostilité après la publication de plusieurs études de la Countryside Commission94 ainsi que d’un livre désormais célèbre, The Theft of the Countryside95. Tous aboutissaient à la même conclusion : le remembrement et l’extension des terres arables avaient conduit à un appauvrissement spectaculaire de la faune et de la flore en Grande-Bretagne. Cette hostilité grandissante se traduisit par une série de conflits entre agriculteurs et défenseurs de l’environnement quant à l’avenir de certaines zones rurales sensibles96. Ces publications et conflits eurent un immense retentissement et contribuèrent à modifier la perception des agriculteurs par le public. L’essor spectaculaire du mouvement écologiste et des associations de défense de la nature97 démontra au gouvernement qu’il devait compter désormais avec un nouvel interlocuteur. Le soutien infaillible et exclusif apporté par les gouvernements à la communauté agricole depuis la guerre était donc devenu intenable, d'autant plus que les classes moyennes du sud de l'Angleterre, électorat traditionnel des Conservateurs, se montraient souvent les défenseurs les plus acharnés de la campagne98. Cette prise de conscience conservatrice est à l’origine du discours « vert » de Margaret Thatcher en 198899.

  • 100 « the economic and social interests of the rural areas, the conservation and enhancement of the na (...)

63La politique et les publications du ministère de l'agriculture dans les années 1980 et 1990 témoignent de cette évolution. Peu à peu, la volonté, non seulement, de protéger la campagne mais encore de recréer certains milieux naturels se dessine. On peut lire les prémices de ce changement dans la décision du premier gouvernement de Margaret Thatcher de faire voter le Wildlife and Countryside Act en 1981. Cette loi, bien qu’instaurant un système compensatoire à l’avantage des agriculteurs se voyant refuser toute subvention agricole en milieu naturel fragile, avait le mérite de dresser une liste des espèces à protéger et de définir nominalement les sites naturels d’intérêt scientifique (Sites of Special Scientific Interest). La loi de 1986 sur l’agriculture (.Agriculture Act) confirma cette réorientation de la politique gouvernementale. La section 17 du texte de loi redéfinissait les responsabilités du ministère de l’agriculture (MAFF), naguère chargé de veiller aux seuls intérêts économiques et sociaux des zones rurales, en incluant « la protection et mise en valeur de la beauté naturelle et de l’agrément de la campagne »100.

64Surtout, les Conservateurs s'efforcèrent d'apaiser les craintes des écologistes par un certain nombre de mesures concrètes qui cherchaient à sensibiliser les agriculteurs à leur rôle de « gardiens de la campagne » (custodians of the countryside). La définition de milieux écologiques fragiles (Environmentally Sensitive Areas) entre 1985 et 1987 représente sans doute le geste politique le plus significatif. Ces programmes de dix ans ont pour objectifs de protéger le paysage, la faune et la flore de certaines zones rurales en apportant un soutien financier aux fermes traditionnelles, en dissuadant la conversion de zones naturelles en zones agricoles et en encourageant des techniques moins intensives. Les agriculteurs qui adhèrent au programme reçoivent des subventions pour privilégier les techniques agricoles traditionnelles qui ménagent l'environnement et le paysage : le cheptel est plafonné, l'usage des engrais restreint et la conversion des prairies en terres arables limitée. Depuis 1985 43 ESA ont été créés, ce qui représente plus de 15 % du territoire britannique. Après 1989 le gouvernement a infléchi sa politique pour privilégier un autre axe, à savoir la recréation de milieux naturels. Des subventions ont été offertes par la Countryside Commission dans le cadre du programme d’accords Countryside Stewardship lancé en 1991 pour préserver ou recréer le patrimoine naturel qui caractérise 11 variétés d'habitats et de paysages hors ESAs et reconvertir les terres mises en jachère (15 % de la surface céréalière). La réforme de la PAC en 1992 et les directives européennes afférentes ont renforcé cette orientation. Divers programmes ont été élargis (ESA) ou créés (protection des landes par le Moorland Scheme, création de nouveaux milieux par le Habitat Scheme). Néanmoins, le meilleur exemple de l’évolution des politiques rurales des Conservateurs se lit dans la décision prise en 1989 de lancer le Community Forest Project qui privilégie la création de milieux naturels. Le projet vise non seulement à mieux gérer le parc forestier existant en ouvrant certaines forêts au public, mais surtout à créer de nouvelles forêts, de nouveaux types d'habitats, par la conversion de terres en jachère et le reboisement. Douze Community Forests ont été approuvées en avril 1995 ainsi qu’une National Forest Company afin d’encourager le reboisement d'une zone de 350 km2 dans les Midlands de l’Est.

  • 101 DOE, Indicators for Sustainable development for the UK, London, HMSO, 1996, 196 p.: 133.

65Ces multiples mesures ont eu un succès certain ; elles ont contribué à accroître la superficie des zones rurales protégées : c’est ainsi par exemple qu’entre 1984 et 1995 la surface des SSI est passée de 1,4 million d'hectares à 2 millions, que le nombre des ESA a augmenté de 11 à 38 et que la superficie des zones consacrées à la protection des oiseaux s’est accrue de 212000 ha101.

66Alors même que le gouvernement infléchissait sa politique agricole pour se concilier les nouveaux écologistes, l'agriculture anglaise fut frappée de plein fouet par une crise inattendue et profonde dont l'impact vint accélérer le déclin du productivisme. Cette crise agricole, causée à l'origine par la découverte de la maladie de Crosfeld-Jacob, est aujourd'hui entretenue par la force de la monnaie anglaise qui dessert les exploitants, par l’épidémie de fièvre aphteuse et par le contexte européen de réforme de la PAC. Aussi les gouvernants ont-ils été obligés d’infléchir le cours de la politique rurale pour tenter de concilier écologie et reconversion de l'économie rurale.

  • 102 Les règlements d’urbanisme furent assouplis par le biais des PPG7 1988 et PPG7 1992 et des aides à (...)
  • 103 « the community as a whole », in DOE, This Common Inheritance: Britain s Environmental Strategy, c (...)
  • 104 Ce problème avait d'ailleurs été reconnu officiellement dès 1909, puis oublié, avec la création de (...)
  • 105 DOE, op. cit., 1990, p. 96, « At the same time the countryside is not a museum or a playground. It (...)

67Depuis 1987 les agriculteurs sont donc encouragés à se diversifier par le biais du programme Alternative Land Use and Rural Enterprise (ALURE). Pour ce faire, le gouvernement a rompu avec les politiques d'après-guerre de MAFF fondées sur le principe de consultation automatique pour toute demande de conversion touchant des terres agricoles de plus de 4 ha. Aujourd’hui, le ministère n'est plus consulté que dans le cas d’une demande concernant plus de 20 hectares de terres de catégorie A (soit 17 % de toutes les terres arables)102. La volonté des Conservateurs de se rapprocher des agriculteurs accablés se lit clairement pour la première fois dans This Common Inheritance, le Livre blanc de 1990 sur l'environnement. À travers celui-ci, le gouvernement s’engageait à assurer un développement économique durable (sustainable) tout en rappelant qu'il avait à cœur les intérêts « de la communauté tout entière »103. Ce document avait avant tout le mérite de reconnaître les difficultés qu’il y a à trouver un équilibre entre protection et développement économique rural, ainsi que les dangers encourus lorsque priorité est donnée à l'une sur l'autre104. La difficulté de l'exercice entrepris par les Conservateurs se lit dans le chapitre consacré à la campagne. Tout en affirmant la volonté du gouvernement de protéger la campagne, sa faune, les divers habitats et zones écologiques de valeur, le gouvernement prenait garde de réaffirmer que « la campagne n'est pas un musée ni un terrain de jeu. C'est un lieu où les gens vivent et travaillent[...]. Tout comme dans les autres domaines, les politiques du gouvernement sont fondées à la fois sur une saine protection du patrimoine et la création d'une économie saine et croissante »105. Dans une conclusion révélatrice, le gouvernement rappelait que la meilleure stratégie pour protéger la campagne consistait à soutenir l'économie locale. Cette inflexion de la politique gouvernementale fut confirmée par un discours de John Major en janvier 1992, dans lequel il encourageait les agriculteurs à modifier leurs méthodes d'exploitation et lançait un appel en direction des responsables locaux de l'aménagement du territoire pour desserrer la réglementation protégeant les terres agricoles. Elle fut renforcée en 1993 par The Countryside and the Rural Economy, note à l'usage des collectivités territoriales, qui affirmait que la qualité médiocre de 2/3 des terres agricoles ne justifiait plus leur protection.

  • 106 Ibid., p. 5, « meeting the economic and social needs of people who live in rural areas, conserving (...)
  • 107 DOE, op. cit., 1995, p. 101, « Development and conservation are not opposites. Wealth creation and (...)

68La publication en 1995 du Livre blanc Rural England, A Nation Committed to a Living Countryside, démontra de nouveau combien l'avenir de l'économie rurale était devenu le sujet des préoccupations des Conservateurs. Fruit d'une consultation avec de multiples organisations, le document tentait une fois encore de satisfaire des demandes conflictuelles tout en récusant toute tentation passéiste. Le gouvernement s’y fixait le double objectif de « satisfaire les besoins sociaux et économiques de ceux qui vivent dans les zones rurales, préserver le caractère de la campagne, et s’adapter aux changements nécessaires, tout en maintenant et améliorant la qualité de l'environnement pour les autochtones et les visiteurs »106. Il soulignait l’influence incontournable de l'agriculture sur l'économie rurale et le paysage et s’interrogeait sur son avenir et l'impact rural de son déclin. Il rappelait aussi la nécessité pour les agriculteurs de se diversifier et répétait que « développement et protection ne sont pas opposés. La création de nouvelles richesses et la qualité de l'environnement de plus en plus indissociables »107. L’accent était mis sur le tourisme rural, les activités de détente, ainsi que la conversion des terres et bâtiments redondants comme issues à la crise.

  • 108 « to conserve and enhance the countryside » in The Countryside Agency, Tomorrow’s Countryside-2020 (...)
  • 109 Ibid., p. 8, « Yet people who want unchanging landscapes and chocolate box communities are being u (...)
  • 110 Ibid., p. 9, « The countryside is the people who live there as much as it is landscape and industr (...)
  • 111 Ibid., p. 11, « A countryside without farming is unthinkable ».
  • 112 DETR, op. cit., 2000, §8.2.2., « subsidies which simply reward production have damaged the country (...)
  • 113 10 % des subventions européennes seront basculées vers des programmes agricoles plus écologiques, (...)

69La victoire électorale de Tony Blair en 1997 a conduit à un refroidissement des relations avec la communauté agricole et rurale. Bien que désormais plus solidement implanté en milieu rural, le parti n’est pas parvenu à se défaire de son image urbaine méprisante. Pourtant, le gouvernement n'a pas ménagé sa peine depuis mai 1997 pour soutenir la communauté rurale et ne s’est pas fondamentalement écarté des orientations conservatrices avant 2000. Dès mars 1998, en réponse à l’inquiétude du monde rural, le gouvernement prit la décision de fondre les anciennes Rural Development Commission et Countryside Commission en une seule organisation consultative, la Countryside Agency. Il mettait ainsi symboliquement terme à la division artificielle entre protection et développement qui existait depuis des décennies. En attendant la publication du Livre blanc rural promis par le gouvernement, l'agence a entrepris une vaste consultation avec divers organismes et publié un document, Tomorrow's Countryside-2020 vision, définissant son rôle et ses objectifs. Ceux-ci ne s’écartent guère de la ligne suivie par ses prédécesseurs. Tout en insistant sur la nécessité « de préserver et embellir la campagne [...] »108, l'agence y exprime résolument en effet son rejet de tout passéisme et son opposition à toute velléité d'embaumer la campagne109. Elle se fixe à moyen terme l’objectif de permettre aux ruraux de profiter des mêmes possibilités économiques que leurs homologues citadins par le biais du développement des services, de la technologie, de la formation et de la reconversion. Publié dans un contexte houleux pour le nouveau gouvernement travailliste, le document visait sans nul doute à assurer la communauté rurale du soutien de l'agence et, à travers elle de celui du gouvernement, de sa volonté de ne pas oublier les hommes et les femmes derrière le paysage110. En particulier, le document cherchait à répondre au sentiment d’abandon de la communauté agricole, en rappelant sa conviction qu’« une campagne sans agriculture est impensable [...] »111. Force est de constater que cet exercice a échoué, principalement pour deux raisons. Tout d’abord parce que la publication en 2000 du Livre blanc, Our Countryside : the Future, très attendue, a déçu la communauté rurale. Bien que les Travaillistes y réaffirment leur volonté d’apporter leur aide, il est manifeste qu’ils envisagent l’avenir de l’agriculture différemment. Le gouvernement de Tony Blair exclut en effet de cautionner un système dont « les subventions qui ne récompensent que la production ont abîmé la campagne et étouffé l’innovation »112. Au lieu de cela, il entend présider au démantèlement de la PAC, afin de rendre l’agriculture britannique plus compétitive et plus respectueuse de l’environnement113. C’est dans la promotion de produits locaux, la diversification, l’essor du tourisme rural, la déréglementation ainsi que l’exemption d’impôt pour les agriculteurs reconvertis que le gouvernement voit une issue à la crise. Pour les Travaillistes, l’avenir du monde rural anglais passe donc par une restructuration de l’agriculture et non par des aides financières pour soutenir le productivisme à court terme.

  • 114 3,5 millions d’animaux abattus au 19 juillet 2001, voir « Courage not killing is the answer Mrs Be (...)
  • 115 Des éleveurs sont allés jusqu'à se constituer en association afin de résister au gouvernement et m (...)
  • 116 52 % des Britanniques l’estiment et 47 % pensent que la crise est mal gérée, « The terrible cost o (...)

70La seconde raison de cet échec tient à la conjoncture économique. La déception engendrée par la publication du Livre blanc s’est en effet muée quelques mois plus tard en un profond désespoir. La découverte des premiers cas de fièvre aphteuse en mars 2001 est venue ajouter un nouveau chapitre aux nombreuses épreuves affrontées par la communauté agricole britannique depuis 1995. La politique d’abattage systématique privilégiée par le gouvernement114 a renforcé le sentiment au sein d’une partie de la communauté agricole que le Parti travailliste ne comprenait pas et n’écoutait pas le monde rural115. Plus généralement, la gestion de la crise par le gouvernement a par ailleurs renforcé le sentiment dans l’opinion publique que les politiques travaillistes avaient nui au monde rural116.

  • 117 Voir « Rural Britain, last bastion of the State », The Times, 14/03/2001, « Farmers are making ene (...)
  • 118 La NFU, le syndicat agricole, a été fortement critiqué par de nombreux éleveurs pour le soutien ap (...)

71Par ailleurs, cette crise a eu deux autres conséquences : chose rare, de nombreuses voix se sont élevées parmi les citadins pour critiquer les dédommagements versés aux exploitants et dénoncer l’influence de la communauté agricole sur le monde politique117. Surtout, elle aura montré que la dichotomie monde rural-monde urbain était loin de refléter la complexité de la communauté rurale et qu’au sein de celle-ci divers groupes possédaient des intérêts divergents118.

  • 119 La situation financière des exploitants est passée d'un profit moyen annuel de 100 000 FF à une pe (...)

72Quelle que soit l’orientation agricole privilégiée par les gouvernants, une chose est sûre désormais : la crise traversée depuis 1998 par le monde agricole119 a sonné le glas du productivisme et il serait suicidaire pour quelque gouvernement que ce soit de faire la sourde oreille aux attentes écologiques de la population.

73Ce bouleversement pose un défi à l’imagination des hommes politiques et n’est pas sans conséquences pour l’avenir économique, social et esthétique de la campagne anglaise.

Conclusion

74Ces quelques pages ont cherché à montrer combien l’amour de la campagne pouvait rassembler les Anglais, mais aussi combien il pouvait les diviser. Car si une majorité d’Anglais s’accorde à dire que la campagne doit être protégée, voire aidée eu égard à la crise qu’elle traverse depuis 1998, rares sont ceux qui s’entendent sur le remède : soutien du monde agricole pour certains, accent sur le tourisme rural pour d’autres, construction de logements ruraux, ou au contraire endiguement urbain. Autant de réponses que d’interlocuteurs. Cette discordance tient sans doute à la dimension affective que revêt le débat sur l’avenir de la campagne anglaise. La perception de celle-ci est en effet éminemment subjective, et la valeur dont elle se pare aux yeux des observateurs constamment changeante : écologique, esthétique, marchande, récréative, scientifique... Cette cacophonie aura longuement nui à la campagne. Elle aura longtemps empêché toute action concertée et unifiée. Sa disparition passe peut-être, comme d’aucuns le réclament, par la création d’un ministère unique qui aurait la charge de traiter l’ensemble des problèmes qui accablent la campagne. Le gouvernement de Tony Blair, depuis sa réélection en juin 2001, a fait un pas dans cette direction en créant un Ministry of State for Rural Affairs, avec Alun Michael à sa tête.

75La crise qui frappe le monde rural depuis 1998 aura donc eu au moins le mérite de mettre à jour le lent déclin rural, longtemps masqué par la rurbanisation, et de convaincre les dirigeants politiques d’abandonner leurs certitudes et de repenser la campagne.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE

BARNETT Anthony, SCRUTTON Roger, eds., Town and Country, London, Jonathan Cape, 1998, 379 p.

COUNCIL FOR THE PROTECTION OF RURAL ENGLAND, The Lost Land, Land Use Change in England 1945-1990, London, The Council, 1992, 80 p.

CPRE, Our Common Home, Housing Development in the South East’s Environment, London, The Council, 1992, 35 p.

THE COUNTRYSIDE AGENCY, The State of the Countryside, Cheltenham, The Agency, 1999, 48 p.

THE CA, Tomorrow’s Countryside-2020 vision, Cheltenham, The Agency, 1999, 19 p.

DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT, This Common Inheritance: Britain’s Environmental Strategy, Cm 1200, London, HMSO, 1990, 291 p.

DOE, A Nation Committed to a Living Countryside, Cm 3016, London, HMSO, 1995, 146 p.

DOE, Rural England, Cm 3444, London, HMSO, 1996, 96 p. DEPARTMENT OF THE ENVIRONMENT, TRANSPORT AND THE REGIONS, Planning for the Communities of the Future, Cm 3885, London, HMSO, 1998, 26 p.

DETR, Our Countryside: The Future - A Fair Deal for Rural England, London, HMSO, 2000, 236 p.

GILG Andrew, Countryside Planning, London, Routledge, 1996, 291p. HERINGTON John, Beyond Green Belts, Managing Urban Growth in the 21st Century, London, The Regional Studies Association, 1990,58p. ILBERY Brian, ed., The Geography of Rural Change, London, Longman, 1998, 267 p.

NEWBY Howard, The Countryside in Question, London, Hutchinson, 1988, 152 p.

SINCLAIR David, Shades of Green, Myth and Muddle in the Countryside, London, Palladin, 1991,202 p.

SISSONS Michael, ed., A Countryside for All, The Future of Rural Britain, London, Vintage, 2001, 188 p.

Notes

1 C’est ainsi que dès les années 1930 les villageois anglais s'opposèrent à l'installation de boîtes aux lettres rouges, symboles de l’intrusion de la modernité.

2 The Countryside Agency, The State of the Countryside 1999, Cheltenham, CA, 1999, 48 p.: 6.

3 loc. cit.

4 Il existe aussi une classification basée sur les relations sociales, voir Andrew Gilg, Countryside Planning, London, Routledge, 1996, 291 p. : 21.

5 The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 8.

6 Ceux-ci représentent 21 % de la population du Sud-Ouest, 19 % de celle du nord du Yorkshire et 25 % de celle de file de Wight in David Sinclair, Shades of Green, Myth and Muddle in the Countryside, London, Paladin, 1991, 202 p. : 63.

7 Voir Gareth Lewis, « Rural Migration and Demographic Change, in Brian Ilbery, ed. The Geography of Rural Change, London, Longman, 1998,267p. : 131.

8 C’est à dire les Anglais faisant la navette quotidiennement entre leur domicile et leur travail.

9 David Sinclair, op. cit., 1991, p. 62.

10 Les deux termes, bien que non synonymes, renvoient au même phénomène. L’un désigne le processus (counter-urbanisation), l’autre, le résultat (rurbanisation).

11 Le nombre de rénovations en East Anglia, région très appréciée des commuters est ainsi passé entre 1976 et 1986 de3800à9900 par an, in David Sinclair, op. cit., 1991, p. 62.

12 The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 7.

13 Voir Peter Hall, Richard Drewett, eds., The Containment of Urban England, London, Allen and Unwin, 1973, 1 106 p.

14 Étude de John Bryden, professeur de géographie humaine à l'Université d'Aberdeen, The Times, 15/07/98, p. 13.

15 The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 23.

16 La région de East Anglia a bénéficié du solde migratoire le plus élevé (7,4 %) entre 1981 et 1988, soit un million d’habitants en plus. Quant aux comtés, c’est celui du Dorset qui a connu la plus forte hausse avec 9.5 % entre 1981 et 1988 in David Sinclair, op. cit., 1991, p. 61.

17 Andrew Gilg, op. cit., 1996, p. 164.

18 Tom Williamson, Liz Bellamy, eds., Property and Landscape: A Social History of Land ownership and the English Countryside, London, George Philip, 1987,240 p.

19 Machines pour retourner la terre, techniques d'assèchement et d'irrigation, de pompage pour élever l'eau et autres nouvelles inventions.

20 Raymond Williams, The Country and the City, London, Chatto and Windus, 1973, 334 p.

21 Voir David Sinclair, op. cit., 1991, p. 17/. Howard Newby, The Countryside in Question, London, Hutchinson, 1988, 152 p./Howard Newby, Green and Pleasant Land? London, Wildehouse, 1985, 301 p.

22 28 % de la population rurale travaillent dans le secteur secondaire, le secteur primaire n'occupant que 4.4 % de la population active en zone rurale contre 1,7 % pour l'ensemble de l'Angleterre ; 39 % des emplois ruraux sont tertiaires contre 41 % pour l’ensemble du pays, in The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 20.

23 Ibid., p. 14.

24 4,3% au lieu de 7%, DETR, Our Countryside: The Future-A Fair Deal for Rural England, London, HMSO, 2000, 236 p.

25 The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 17.

26 CPRE, Rural Transport Policy and Equity, London, CPRE, 1998, 39 p.

27 The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 27.

28 2,6% des adultes en zone rurale contre 4,7% en zone urbaine selon la British Crime Survey 2000 du Home Office, « Country is Safer than Towns, Says Crime Survey », The Times, 17/09/2000.

29 The Times, 13/10/1994.

30 The Times, 14/06/1999.

31 DOE, Indicators of Sustainable Development for the UK, London, HMSO, 1996, 196 p.: 59.

32 « Countryside guardians warn of slow death by cars », The Times, 08/07/1992.

33 DETR, op. cit., 2000, Chapitre I, « different areas face different problems ».

34 Le Town and Country Planning Act créait deux niveaux de planification, un plan de structure au niveau du comté et un plan local au niveau du district.

35 Town and Country Planning Act, 1947.

36 Ceux-ci ont concentré 70 % de la croissance rurale jusqu’au début des années 1980 in A. Gilg, op. cit., 1996, p. 169.

37 New Towns Act 1946.

38 Un objectif esthétique figurait explicitement dans le texte de la loi de 1949 : « to preserve and enhance natural beauty », section 1 et 5.

39 Circular 42/55, Housing and Local Government.

40 La population britannique n’a progressé que de 3 % dans les années 1980 mais a connu une hausse de 15 % du nombre des foyers.

41 CPRE, The Lost Land, Land Use Change in England, 1945-1990, 1992, London, CPRE, 80 p.: 60.

42 Les chiffres du CPRE montrent cependant un net ralentissement de l’urbanisation, de 21000 hectares par an dans les années 1960 à 11000 aujourd'hui. Cette tendance a été revue à la baisse avec 6 800 hectares par an depuis 1981 voir DOE, op. cit., 1996.

43 CPRE, Our Common Home, Housing Development in the South East's Environment, London, CPRE, 1992, 35 p.

44 CPRE, Cluttered Countryside, London, CPRE, 1998, 24 p.

45 En 1990 le CPRE a fait pression avec succès sur le gouvernement pour qu'il bloque le projet de la municipalité de Chester de déclasser 400 ha de ceinture verte.

46 Voir CPRE, Urban Footprints 1995, CPRE, Going to Town, février 1998, consacré aux avantages de la ville, et CPRE, Urban Exodus, mars 1998, sur le moyen d'endiguer l'exode.

47 Critiqués par John Gummer en 1992 qui les surnomma les Nodams (No development after mine), variante des Nymbies.

48 Chiffrée à 80000 logements entre 1990 et 1995, contre 17700 logements bâtis selon Rural Development Commission Estimates, in The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 25.

49 26 % des personnes interrogées ont identifié le logement rural comme un problème sérieux dans une enquête par Cherwell District Council auprès des paroisses locales en 1995, in DOE, Rural England, London, HMSO, 1996, 96 p. 16.

50 Réponse au livre vert du gouvernement DOE, Household Growth Where Shall we Live? London, HMSO, 1996,49 p.

51 J. Keyes a montré que le pourcentage des permis refusés dans les ceintures vertes avait fluctué de 96 % à 55 % entre 1980 et 1984, in The Planner, Controlling residential development in the Green Belt, 1986, vol. 72 (11), pp. 18-20.

52 « This crowded isle must corne home to the city », The Times, 28/05/1997.

53 John Herington, Beyond Green Belts, Managing Urban Growth in the 21 century, London, Regional Studies Association, 1990, 58 p.

54 Circulaire 22/80 puis DOE, This Common Inheritance, Cm 1200. London, HMSO, 1990, 291p.: 81.

55 PPG3, « only as far as environmental policies permit » 1992; sur les Planning Policy Guidance Notes, voir l’article de Sylvie Nail, note 14.

56 DOE, Circulaire 4/84.

57 « However well urban land is used there will continue to be a need for building on « green field sites ». It is important that new housing on such sites is carefully placed to preserve the open countryside and respects the quality of the landscape » in DOE, op. cit., 1990, p. 91.

58 DOE, Rural England, Cm 3444, London, HLSO, 1996, 96 p.: 83.

59 The Countryside Agency, op. cit., 1999, p. 25.

60 DETR, Planning for the Communities of the Future, Cm 3885, London, The Stationery Office, 1998, 26 p.: 5.

61 « Prescott to build more urban homes », The Independent, 24/01/98.

62 « Prescott demands taxes on greenfield homes », The Observer, 25/01/98.

63 DETR, op. cit., 1998, p. 20.

64 THE URBAN TASK FORCE, Towards an Urban Renaissance, Final Report of the Task Force, London, E and FN Spon, 1999, 328 p.

65 « Prescott dealt blow over housing plans », The Independent, 04/04/98. Le ministre de l’environnement a également refusé de bloquer, comme le comté de Hertfordshire le lui demandait, la construction de 10000 logements près de Stevenage, voir The Observer, 14/11/99, tout comme le projet au nord de Newcastle.

66 « New Homes target is cut back », The Times, 19/12/2000.

67 « This rallyis about [...] freedom of people to choose how they live their own lives. It is about the tolerance of minorities. [...] I cannot understand why a country that prides itself on its pluralism and tolerance and that is home to so many ethnic minorities whose cultures and customs have enriched our own so much should be so prejudiced against its own inhabitants » in The March, The Official Magazine of the Countryside March, London, Barkers Trident Communication ltd., 1998, 82 p.: 27-36.

68 Un sondage par MORI en 1999 a montré que 68 % des gens vivant à la campagne étaient opposés à la chasse, y compris 53 % des électeurs conservateurs.

69 « Preserve the freedoms of country people and their way of life » in The Countryside Alliance Manifesta, 1998.

70 « Our special identity as rural people » in The March, op. cit., 1998, p. 3.

71 « Decisions are being taken without consultation or input from the people who care about and understand these issues » in Ibid., p. 31.

72 « We believe that the debate on the countryside has been slanted by pressure grouyps, each of which has its own narrow agenda on landscape, heritage, or village design, militant rambling or some distorted view of wildlife protection », in The Countryside Alliance, Country Sports, no 15, Summer 1999, 34 p.: 23.

73 « [...] to save the countryside. That means saving landscapes, saving jobs, saving businesses, values, communities and freedoms » in The March, op. cit„ 1998, p. 3.

74 « The place he most wants to go is the countryside, but he does not like the countryside as it is. You see it does not conform to what he thinks it should be like. What urban man wants is a gigantic theme park [...] he wants the picturesque which he can sanitise into nice dormitories[..] » in Ibid., p. 54.

75 Le rapport de Lord Burns, publié en juin 2000, est arrivé à la conclusion que 8 000 emplois étaient menacés.

76 Son directeur l'a reconnu en 1999: « There is still feeling amongst some rural people that we are only interested in hunting with hounds », in Country Sports, op. cit., 1999, p. 15.

77 Access to the Mountains Act, 1939.

78 La loi fut précédée de 2 rapports, le Dower report (Cmd 6628, 1945) et le Hobhouse Comittee report (Cmd 7121,1947).

79 Définie comme « mountain, moor, heath, down, cliff and foreshore » dans le National Parks and Access to the Countryside de 1949. Le Countryside Act de 1968 y ajouta « woodland and riverside ».

80 Elle distinguait trois types de chemins : les sentiers publics (public footpaths), les chemins de randonnée (bridleways) et les routes à usage public (RUPP).

81 Créée pour remplacer la National Parks Commission de 1949 avec la mission d’améliorer les installations permettant de jouir de la campagne et d’assurer l’accès à la campagne dans un objectif de récréation en plein air.

82 « with the object of improving conditions of life for the persons for whom the facilities are intended, namely the public at large, and in the interests of social welfare to encourage the provision of facilities for and the organising of healthy open-air recreational activities in the countryside and in particular rambling and moutaineering » in Ramblers’Association Fact Sheet No 4,1999.

83 MHLG, Leisure in the Countryside, Cmnd 2928, 1966, in A. GILG, op. cit., 1996, p. 197.

84 Countryside Act, 1968.

85 Local Government Act, 1974.

86 Wildlife and Countryside Act, 1981 et Rights of Way Act 1990.

87 DOE, Rural England, A Nation Committed to a living countryside, Cm 3016, London, HMSO, 1995,146p.: 108.

88 Environment Act, 1995.

89 « Greater freedom for people to explore the open countryside », in New Labour, Because Britain needs Better, London, Labour Party, 40 p.: 30.

90 Countryside and Rights of Way Act, 2000.

91 « mountain, moor, heath, down, and registered common land » in DOE, Our Countryside, the Future: A Pair Deal for Rural England, London, HMSO, 2000, § 11.2.1

92 ibid., § 11.3.1. Il est bien entendu que le contexte avait changé alors. Cf. pages suivantes.

93 300000 emplois dépendent directement des activités de loisirs et 50000 indirectement, ibid., §11.1.1.

94 Countryside Commission, New Agricultural Landscapes, Issues, Objectives and Actions, Cheltenham, The Commission, 1977, Countryside Commission, Agricultural Landscapes, A Second Look, Cheltenham, The Commission, 1984, Nature Conservancy Council, Nature Conservation in Great Britain: Summary of Objectives and Strategy, Peterborough, The Council, 1984.

95 Marion Shoard, The Theft of the Countryside, London, Temple and Smith, 1980, 269 p.

96 Le premier conflit survint lorsque des agriculteurs demandèrent des subventions pour labourer les landes dans le Exmoor ; le conflit conduisit à la publication du Porchester Report en 1977 consacré à la protection de la région. Le second, lorsque des agriculteurs réclamèrent des aides financières en 1978 pour assécher les Somerset Levels, prairies inondables médiévales. Après maintes transactions des compensations furent payées aux fermiers à hauteur de £ 90 par demi-hectare. Le troisième avait pour objet les Halvergate Marshes dans le Norfolk et prit fin en 1985 avec la création du Broads Grazing Marshes Conservation Scheme.

97 Apparition dans les années 1980 de nouvelles associations (Friends of the Earth), accroissement vertigineux du nombre de leurs adhérents (passage de 2 à 5 millions entre 1980 et 1988 pour la Royal Society for the Protection of Birds, ainsi que succès électoral des verts aux élections européennes de 1990 : 15 %.

98 Voir The Economist 29/09/1990 : violente opposition au projet d’élargir la M25 de la part des circonscriptions adjacentes, toutes conservatrices sauf une.

99 Discours de Margaret Thatcher à la Royal Society le 27/09/1988.

100 « the economic and social interests of the rural areas, the conservation and enhancement of the natural beauty and amenity of the countrysde » in Agriculture Act, 1986, section 17.

101 DOE, Indicators for Sustainable development for the UK, London, HMSO, 1996, 196 p.: 133.

102 Les règlements d’urbanisme furent assouplis par le biais des PPG7 1988 et PPG7 1992 et des aides à la diversification proposées dans les Farm Land and Rural Developemnt Act 1988, Agricultural Act 1993.

103 « the community as a whole », in DOE, This Common Inheritance: Britain s Environmental Strategy, cm 1200, London, HMSO, 1990,291 p.: 80.

104 Ce problème avait d'ailleurs été reconnu officiellement dès 1909, puis oublié, avec la création de la Rural Development Commission dont la mission était de promouvoir la croissance économique des zones rurales reculées. Récemment la RDC a crée des zones spéciales, les Rural Development Areas, qui peuvent prétendre à des aides gouvernementales destinées au renouveau économique.

105 DOE, op. cit., 1990, p. 96, « At the same time the countryside is not a museum or a playground. It is a place where people live and work [...] no less than in other areas, the Government’s policies are based both on sound stewardship of the heritage and on creating the conditions for a healthy and growing economy ».

106 Ibid., p. 5, « meeting the economic and social needs of people who live in rural areas, conserving the character of the countryside, accomodating necessary change while maintaining and enhancing the quality of the environment for local people and visitors ».

107 DOE, op. cit., 1995, p. 101, « Development and conservation are not opposites. Wealth creation and environmental quality are increasingly interconnected ».

108 « to conserve and enhance the countryside » in The Countryside Agency, Tomorrow’s Countryside-2020 vision, Cheltenham, The Agency, 1999,19p. : 3,

109 Ibid., p. 8, « Yet people who want unchanging landscapes and chocolate box communities are being unrealistic ».

110 Ibid., p. 9, « The countryside is the people who live there as much as it is landscape and industry ».

111 Ibid., p. 11, « A countryside without farming is unthinkable ».

112 DETR, op. cit., 2000, §8.2.2., « subsidies which simply reward production have damaged the countryside and hâve stiffled innovation ».

113 10 % des subventions européennes seront basculées vers des programmes agricoles plus écologiques, Ibid., §8.2.5. ; l’objectif étant de « to move environmental and social goals closer to the heart of agricultural policy », Ibid., §8.2.4.

114 3,5 millions d’animaux abattus au 19 juillet 2001, voir « Courage not killing is the answer Mrs Beckett », The Times, 19/07/2001.

115 Des éleveurs sont allés jusqu'à se constituer en association afin de résister au gouvernement et menacer de porter certains cas devant la justice. C’est ainsi que le Forest of Dean Action Group a contraint le gouvernement a abandonner l’abattage de 1000 bovins dans le parc national de Exmoor, voir « Exmoor farmer who fought cull wins », The Times, 11/05/2001.

116 52 % des Britanniques l’estiment et 47 % pensent que la crise est mal gérée, « The terrible cost of our cheap meat », The Times, 18/03/2001.

117 Voir « Rural Britain, last bastion of the State », The Times, 14/03/2001, « Farmers are making enemies of the towns », The Times, 21/03/2001 et « Angry farmers deny profiteering », The Times, 06/08/2001.

118 La NFU, le syndicat agricole, a été fortement critiqué par de nombreux éleveurs pour le soutien apporté à la politique d’abattage du gouvernement et son refus d’envisager une politique de vaccination, voir « Aristocrats besiege farming leaders », The Times, 08/05/2001. Les professionnels du tourisme rural quant à eux se sentent lésés par les mesures annoncées par le gouvernement.

119 La situation financière des exploitants est passée d'un profit moyen annuel de 100 000 FF à une perte de 300 000 FF après 1998, voir « Farming hit by worst crisis since 1930s », The Independent, 28/08/1999. Le gouvernement a reconnu dans son livre blanc que le revenu agricole avait chuté de 60 %, in DETR, op. cit., 2000, chapitre VIII, p 1.

Auteur

Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle
Maître de conférences à l’université de Paris III-Sorbonne Nouvelle. Après s’être consacré au thème des politiques de logement public en Angleterre, il s’intéresse aujourd’hui également à l’évolution du monde rural anglais et en particulier à la question du logement et de l’aménagement du territoire en milieu rural.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540