Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et politique en Grande-Bretagne

 | 
Monica Charlot

L’Église d’Écosse et la société depuis 1945

Christian Civardi

Texte intégral

  • 2 Ibid., p. 319.

En tant que ministres de lÉglise Nationale, nous devions veiller à soutenir la loi et lordre. Je puis vous assurer que, mis à part Donald MacCallum, aucun pasteur de lîle de Skye nest intervenu en faveur des petits paysans.2

  • 3 Ibid., p. 319.
  • 4 Sur l'histoire de la Kirk, voir outre SMITH, op. cit., 408 p., C.G. BROWN, The Social History of Re (...)

1En 1596, l’Assemblée Générale de l’Église d’Écosse dénonçait l’oppression des pauvres par les puissants. Près de trois siècles plus tard, le révérend MacCallum, l’un des rares pasteurs à avoir soutenu la Highland Land League en lutte contre les expulsions de crofters (petits paysans des Hautes-Terres), se voyait infliger une motion de censure par le presbytère de l’île de Skye pour avoir "incité les paysans à la haine de classe"3. C’est qu’entre temps, le Révolution Seulement de 1960 avait conféré à la Church of Scotland le statut d’Église "établie". Au temps de la "protestation prophétique" succéda celui de l’"obéissance passive". Il allait durer deux siècles et demi.4

UNE ÉGLISE NATIONALE ?

  • 5 Sur les relations entre Kirk et État, voir J.G. KELLAS, The Scottish Political System, Londres, Cam (...)

2L’Église d’Écosse - la Kirk - est régie par une structure pyramidale d’assemblées regroupant pasteurs et conseillers presbytéraux cooptés, les elders : la Kirk session paroissiale, le presbytère de district, le synode régional et une Assemblée Générale nationale, qui se tient à Edimbourg, en mai de chaque année, pendant une semaine. Représentée à cette Assemblée par le Lord High Comissionner, la reine n’est pas le chef, même nominal, de l’Église. N’ayant ni archevêques, ni évêques (élu pour un an, le Moderator de l’Assemblée ne saurait en aucun cas être considéré comme son chef) la Kirk n’a pas de représentants à la Chambre des Lords. Certes "établie", l’Église d’Écosse est en fait - du moins institutionnellement - bien plus indépendante de la Couronne et du pouvoir politique que l’Église d’Angleterre5.

  • 6 On ne recense que 40 000 épiscopaliens (anglicans), moitié moins de "wee frees", fidèles de la Free (...)
  • 7 Plus quelques milliers d'hébridéens non touchés pa la Réforme, ainsi que de descendants d'immigrés (...)
  • 8 The Church of Scotland Board of Social Responsibility, Lifestyle Survey, Edimbourg, Quorum Press, 1 (...)

3On sait que le Traité d’Union de 1707 reconnaissait à l’Écosse le droit de conserver trois de ses institutions : l’enseignement, la justice, l’Église presbytérienne. Depuis la disparition d’un parlement écossais indépendant, l’Assemblée Générale de la Kirk a souvent été qualifiée de "forum du peuple écossais". C’est aller un peu vite en besogne. L’Église regroupe certes l’immense majorité des protestants écossais6 ; mais les catholiques (la plupart d’origine irlandaise)7 sont aujourd’hui plus de 800 000 (adultes et enfants), soit 16 % de la population (35 % à Glasgow). Groupe en expansion, ils sont en passe d’égaler le nombre des fidèles de l’Église établie, dont les effectifs décroissent depuis 1959 : 1,2 million de "membres" (adultes dûment enregistrés auprès d’une paroisse) en 1950, 1,3 en 1960, 1,2 en 1970, 1 en 1980 et 930 000 en 1990, soit 18 % des Écossais, fort inégalement répartis entre les catégories sociales : en 1981, les ouvriers semi-qualifiés et non-qualifiés, qui constituaient 7,8 % de la population écossaise, ne représentaient que 0,7 % des fidèles de la Kirk8.

4Faute d’être le forum du peuple écossais, l’Assemblée Générale est sans conteste le forum, le Parlement et la Cour Suprême de l’Église d’Écosse, ce qui n’est déjà pas si mal. Elle vote des lois internes : par exemple, L’Act de 1959 abrogeant l’Act de 1566 qui interdisait aux pasteurs de remarier un divorcé coupable d’adultère. Elle tranche, en dernier ressort, des litiges : en 1983, l’Assemblée donne raison à un ancien prisonnier, parricide, diplômé en théologie, ayant fait appel d’une décision du presbytère de Saint Andrews lui refusant l’ordination. Et surtout, elle débat de "questions d’actualité". Si la procédure de sélection des quelque 1 500 délégués des presbytères (pasteurs et conseillers presbytéraux à parité) laisse peu de place à l’élection, un système de rotation assure un réel renouvellement.

  • 9 C. HARVIE, No Gods and Precious Few Heroes, Scotland since 1914, Londres, Edward Arnold, 1987, p. 8 (...)

5A en croire une histoire - au demeurant excellente - de l’Écosse contemporaine, "dans les années 1960 - autant que l’on puisse en juger d’après son mensuel Life and Work - la politique de l’Église semble s’être installée à droite".9 En fait, dirigé depuis un siècle par une succession de conservateurs - son actuel rédacteur en chef, Robert Kernohan, fut longtemps membre du Scottish Conservative Central Office -, Life and Work ne saurait en aucun cas être considéré comme l’organe officiel de la Kirk. C’est à la lecture des débats et décisions de l’Assemblée Générale qu’il convient d’analyser les rapports entre Église d’Écosse et société.

1945-1951 : LE SOUTIEN A L’ÉTAT PROVIDENCE

  • 10 A.C. CHEYNE, The Transforming of the Kirk, Edimbourg, St. Andrew Press, 1983, p. 183.

Il est difficile de lire des débats de lAssemblée à lépoque de la Dépression, et de noter avec quelle désinvolture les pères et les frères traitaient toutes les questions de justice sociale, sans avoir le sentiment que le christianisme officiel navait rien à offrir aux opprimés sinon de pieuses platitudes, lassurance de sa sympathie strictement non-politique, et daimables exhortations à faire contre mauvaise fortune bon coeur.10

  • 11 General Assembly of the church of Scotland, Committee on Church Life and Social Problems, The Menac (...)
  • 12 "Though there are isolated instances where Presbyterianism still means Calvin and not Coolidge, the (...)

6Il est vrai que la lecture des débats de l’entre-deux-guerres n’est guère exaltante. Le Church and Nation Committee, commission permanente de l’Assemblée établie en 1919 "pour servir et avancer la cause du peuple", est obnubilé par "la menace catholique irlandaise".11 Plus timide que le primat d’Angleterre, la Kirk garde le silence pendant la grève générale de 1926 (Life and Work condamnant après coup l’"action immorale" des grévistes), et l’Assemblée de 1932 réclame le maintien du means test (contrôle des ressources de tout chômeur sollicitant une allocation) de peur que sa suppression ne nuise au "traditionnel esprit d’indépendance" des travailleurs écossais. Le pamphlétaire nationaliste G.M. Thomson a beau jeu de noter que son Eglise semble, alors, associer plus spontanément Calvin à Coolidge qu’à Jean.12

7Dès 1940, l’Assemblée met en place un Commission for the Interpretation of Gods Will in the Present Crisis, qui fait approuver par l’Assemblée de 1944 cette déclaration :

  • 13 Smith, op. cit., p. 4.

Le bien-être collectif et linitiative individuelle ne peuvent se développer que grâce à une plus grande maîtrise collective des principaux moyens de production. Nous rappelons à tous les fidèles de l’Église que cest le devoir de leur foi que de prendre au sérieux leur responsabilité politique dans la discussion et la résolution de ces questions.13

  • 14 D.B. FORRESTER, Christianity and the Future of Welfare, Londres, Epworth Press, 1985, p. 41.

8Concrètement, l’Assemblée de 1943 approuve le projet de sécurité sociale exposé dans le rapport Beveridge, et soutient la législation travailliste qui, de 1945 à 1951, met en place l’État Providence, "fournissant à ces propositions une justification théologique... et jouant un rôle non négligeable dans le ralliement de l’opinion publique écossaise au modèle de l’État Providence égalitaire."14

  • 15 Sur les liens entre Kirk et nationalistes, voir J. BRAND, The National Movement in Scotland, Londre (...)

9Égalitaire, mais non unitaire. Dès 1948, l’Assemblée réclame une "assemblée représentative écossaise". En octobre 1949, le Scottish National Covenant, pétition en faveur de l’autonomie politique qui sera signée par plus d’un million d’Écossais, est lancé dans la salle même où se tient d’ordinaire l’Assemblée Générale, en présence de dizaines de représentants de la Kirk. Une forte majorité de l’Assemblée de 1950 (le duc de Montrose, leader du Scottish National Party, siégeant au titre d’elder) revendique "la mise en place d’une commission royale portant sur la dévolution pour l’Ecosse" en lieu et place du simple "comité" envisagé par le Cabinet.15

  • 16 The Scotsman, 14/5/1951.

10L’année suivante, l’Assemblée déplore l’absence britannique à la signature du traité instituant la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier. Notant que "la vision d’une Europe unie, avec ses traditions chrétiennes profondément enracinées, son héritage culturel et son immense potentiel économique, a enflammé l’imagination de nos voisins", elle exhorte le gouvernement et le peuple britanniques à faire preuve de moins de timidité face à "une plus grande intégration européenne", dans laquelle elle voit un moyen de "combattre le défaitisme qui envahit les pays d’Europe occidentale".16

  • 17 Willie Gallacher fut député communiste du West Fife de 1945 à 1950. En 1945, le C.P.G.B. obtint 1,4 (...)

11Pour contrer ce qu’elle appelle "le défi communiste",17 l’Assemblée de 1948 déclare la "population industrielle de l’Écosse" terre de mission : le pays des missionnaires doit à son tour être évangélisé. Dès 1942, la Kirk avait nommé plusieurs industrial chaplains (aumôniers en usine). Ils seront 250 quinze ans plus tard, nombre d’entre eux ayant effectué un séjour à la Iona Community, une mission évangélique fondée en 1938 par le révérend George MacLeod, pasteur à Govan (le quartier des chantiers navals de Glasgow) pendant la dépression. En 1950, le National Church Extension Committee lance un programme de construction d’églises dans les quartiers ouvriers et les nouvelles banlieues. Cent seront érigées en dix ans.

1952-1959 : LA TENTATION THÉOCRATIQUE

Il se peut que les évêques soient des agents légitimes de lautorité ecclésiastique dans l’Église de Rome, qui maintient ses fidèles dans un perpétuel état dinfantilisme, ou dans l’Église dAngleterre, qui maintient les siens dans l’adolescence, mais ils nont rien à faire dans une Église qui traite ses fidèles en citoyens adultes responsables... Une fois pour toutes, nous avons rejeté tous ces enfantillages lors de la Réforme.

  • 18 The Scotsman, 7/5/1958.

Dans une nation chrétienne... la loi devrait, autant que faire se peut, être le reflet des normes et des principes généralement acceptés de léthique chrétienne. La liberté et la responsabilité de lindividu doivent être sauvegardées. Mais reste que certains comportements sont contraires à la sexualité normale et constituent une insulte aux honnêtes gens et au consensus moral de lopinion publique. Les délits homosexuels nous paraissent relever de cette catégorie. Si tel est le cas, il est juste quils soient considérés, non seulement comme un péché, mais comme un crime.18

Combats d’arrière-garde

12Ces deux déclarations furent approuvées par la même Assemblée, celle de 1958. Dans le premier cas, la responsabilité des citoyens adultes est invoquée pour repousser le rapport d’une commission paritaire anglicane-presbytérienne expliquant que la fusion souhaitable des deux Églises passait par l’instauration par les anglicans de la fonction de conseiller presbytéral et par les presbytériens de celle d’évêque. Dans le second cas, elle ne pèse pas lourd face à l’indignation que suscite la proposition du rapport Wolfenden de dépénaliser les relations homosexuelles entre adultes consentants. Cette tendance à la confusion entre "éthique chrétienne" et loi du pays" caractérise l’attitude de la Kirk au cours des années 1950.

  • 19 48,6 % contre 47,9 % Depuis 1964, les travaillistes dominent nettement.
  • 20 The Scotsman, 16/5/52.

13Le parti conservateur remporte les élections de 1951 obtenant, pour la première fois depuis 1935, plus de voix écossaises que les travaillistes.19 La Kirk, d’évidence, est soulagée. Rompant avec la tradition, elle tient à participer officiellement aux cérémonies du couronnement de 1953, affirmant ainsi son statut d’Église établie, au même titre que l’Église d’Angleterre. Cette volonté d’afficher la prééminence institutionnelle de la Kirk en Écosse est en partie défensive. Reprenant la pire phraséologie des années d’avant-guerre, l’Assemblée de 1952 met en garde contre "l’attitude de plus en plus agressive de l’Église catholique dans la vie industrielle, sociale et politique du pays" et estime qu’il y a lieu de "supposer que l’accroissement de la population catholique conduit au départ de la population écossaise protestante autochtone des régions industrielles de l’Ouest."20

14Les évangélistes ont le vent en poupe. L’Assemblée de 1954 lance une campagne à l’américaine, Tell Scotland (soutenue par la BBC écossaise, que dirige le pasteur presbytérien Melville Dinwiddie), qui culminera l’année suivante avec la venue de Billy Graham. L’Assemblée de 1956 a beau se réjouir du succès de cette "croisade", les rapports des presbytères font état d’une désaffection croissante des jeunes. Il faut dire que l’Église mène souvent un combat d’arrièregarde dans le domaine des moeurs. En 1955 certes, pour la première fois depuis 1930, le rapport du Committee on Temperance and Morals ne préconise plus le teetotalism, l’abstinence de toute boisson alcoolisée. L’année suivante en revanche, l’Assemblée dénonce "ce mal pernicieux qu’est le jeu" et presse le Chancelier de l’Échiquier ("un bon Écossais") de renoncer à introduire les premium bonds (bons du trésor), assimilés à une forme de pari. Il faut pas moins de dix années de navettes entre presbytères, commissions et Assemblée pour que, en 1959, le mariage religieux des divorcés coupables d’adultère soit autorisé par la Kirk, l’Assemblée de cette même année assimilant toutefois l’insémination artificielle par un donneur autre que le mari à l’adultère.

  • 21 Ibid., 21/5/58.
  • 22 En 1974, l'AG de la Free Kirk dénonça la sélection de Nicholas Fairbain en tant que candidat conser (...)

15Par trois fois, en 1958, 59 et 61, l’Assemblée vote - à une majorité de plus en plus réduite - son soutien au Gateway Theatre d’Edimbourg, légué à l’Église en 1946. Ne percevant pas dans les pièces de Ibsen, Bridie, Priestley, etc. "l’ivrognerie, la sordidité et l’immoralité" qu’un nombre croissant de délégués y détecte, le rapporteur du Home Board se félicite au contraire de ce que le théâtre soit "un réel point de contact avec l’intelligentsia".21 A condition toutefois que cette dernière sache jusqu’où aller trop loin : en 1960, Lysistrate est déprogrammée.22

  • 23 Ibid., 16/5/54.
  • 24 Ibid., 18/5/55.

16L’attitude réactionnaire de la Kirk face aux mutations de la société ne va pas, à l’occasion, sans une certaine perspicacité. Dés 1954, la Special Commission on Communism dénonce, dans son rapport final, la récente décision gouvernementale d’introduire la télévision commerciale ("la télévision est un instrument de suggestion par trop puissant pour que l’on autorise les intérêts commerciaux à y exercer la moindre autorité ou la moindre influence").23 L’année suivante, le Home Board, tout en se réjouissant de la construction de cités destinées à reloger les habitants des taudis, craint que "les loyers élevés et les frais de transport de leurs résidents ne rendent toute perspective de récession extrêmement inquiétante".24 En 1956, l’Assemblée approuve le rapport du Church and Nation Committee, qui s’inquiète des conséquences de l’automatisation :

  • 25 Ibid., 28/5/56.

(elle) semble avoir été calculée pour rendre la vie de louvrier encore plus monotone et impersonnelle. Les ouvriers néprouvent plus ni orgueil, ni intérêt pour leur travail. Il faut quils cessent dêtre considérés comme des pions sur léchiquier de lindustrie, sans doute par loctroi de plus dinformations et de responsabilités, ou encore dune plus grande part des bénéfices.25

17Avec un superbe mépris pour la contradiction, la même Assemblée approuve le rapport du Home Board, pour lequel "c’est l’attitude sans scrupules par rapport à l’argent qui est à l’origine de la plupart des grèves menaçant notre survie nationale en cette période de compétition économique". Elle se refuse toutefois à condamner la récente grève chez Rolls Royce, présentée par le presbytère de Glasgow comme un "complot communiste".

Guerre froide et décolonisation

  • 26 Ibid., 24/5/54.

18Si elle renouvelle le "soutien de l’Église aux Nations Unies dans leur résistance à l’agression en Corée", l’Assemblée de 1952 fait part de sa "grande inquiétude face à l’utilisation unilatérale de bombes au napalm" - mais rejette un amendement tendant à remplacer "inquiétude" par "condamnation". L’attitude de la Kirk face à la dissuasion nucléaire évolue progressivement. En 1954, une motion du révérend MacLeod prônant la renonciation unilatérale à la bombe H est massivement rejetée, l’Assemblée arguant que "les valeurs chrétiennes et la liberté des hommes, à présent gravement menacées, doivent encore être défendues."26 Trois ans plus tard, les opposants à l’unilatérisme n’ont plus que 19 voix de majorité, et l’A.G. de 1958 invite le gouvernement à reconsidérer l’octroi à l’OTAN de bases de missiles sur le territoire britannique.

  • 27 A. SAMPSON, Common Sense about Africa, Londres, Gollancz, 1970, p. 164 : "Le décalage entre l'histo (...)
  • 28 The Scotsman, 12/5/1953.

19On qualifie parfois les Nyassas d’"Écossais de l’Afrique" tant l’influence des missionnaires calédoniens fut profonde au Nyassaland - dont la capitale commerciale porte le nom de la ville natale de Livingstone, Blantyre.27 En 1953, sous la pression des colons de Rhodésie du Sud, Londres mettait sur pied une "Fédération d’Afrique Centrale" regroupant trois colonies - Rhodésies du Sud et du Nord, Nyassaland - que rien ne prédisposait à s’unir. En présence du Dr. Hastings Banda, ancien élève d’une mission écossaise, ancien étudiant de la faculté de médecine d’Edimbourg, elder of the Church of Central Africa Presbyterian et futur président du Malawi (ex-Nyassaland), l’Assemblée de 1953 condamne la mise en place de la Fédération sans consultation des Africains et approuve le rapport du Foreign Mission Committee dénonçant le paternalisme : "Les Africains ne toléreront plus l’homme blanc en tant que maître dominateur ni même que père bienveillant, mais sont prêts à travailler loyalement avec lui en tant que frère et partenaire."28

  • 29 Ibid., 25/5/1959.
  • 30 Ibid., 22/5/1954. La désignation officielle de la branche sud-africaine de la Kirk est Bantu Presby (...)

20Aussi, lorsque des militants nationalistes nyassas sont emprisonnés sans procès, l’Assemblée de 1959, en présence de R.A. Butler, ministre de l’Intérieur, du Haut Commissaire à Londres pour la Fédération et du Haut Commissaire pour l’Union d’Afrique du Sud, transmet-elle au gouvernement britannique une "recommandation" en faveur d’un "transfert audacieux et créatif du pouvoir aux Africains".29 On pourrait voir là un nouvel avatar de la tentation théocratique : L’Afrique aux Africains, à condition qu’ils soient de bons calvinistes ! Tant s’en faut. Dès 1954, l’Assemblée avertissait l’Église Réformée Néerlandaise afrikaner que "la séparation des Églises en fonction de critères raciaux est un péché et un scandale."30

1960-1967 : L’AGGIORNAMENTO AJOURNÉ

Si, dans une partie du Commonwealth, les principes chrétiens de respect et de charité mutuels et les droits fondamentaux de lhomme sont bafoués, il appartient à l’Église doffrir ses conseils et, quelles que soient ses réticences, dexprimer son opinion sur des questions politiques précises, compte tenu de leurs implications morales et spirituelles.

  • 31 The Scotsman, 23/5 et 1/6/1960.

En matière de morale sexuelle, notre Église laisse un triste héritage. Les assemblées locales ont longtemps été obsédées par la fornication prénuptiale...doù une superstition dégradante selon laquelle les relations sexuelles étaient viles et indignes.31

De la modernisation...

211960 marque le 400e anniversaire de la Réforme écossaise, célébré en octobre par une Assemblée Générale extraordinaire en présence de la reine. L’Assemblée ordinaire de mai avait mis à profit cette date symbolique pour tenter de redéfinir les grands principes guidant son action. Invoquant le "devoir d’ingérence" énoncé ci-dessus, elle condamna la déclaration unilatérale d’indépendance de l’Afrique du Sud. Nonobstant les origines écossaises de Ian Smith, elle condamnera celle de la Rhodésie en 1965. L’apartheid et les mesures répressives de Prétoria et Salisbury seront systématiquement dénoncés par les Assemblées suivantes, qui prôneront année après année la majority rule.

  • 32 Ibid., 23/5/1960. Cette même année, l'AG de la Free Kirk adresse une missive à la reine dans laquel (...)

22Ayant procédé à son autocritique dans le domaine de la morale sexuelle, l’Assemblée de 1960 prend plusieurs décisions spectaculaires. Elle reconnaît aux couples mariés le droit de recourir à la contraception. Elle "ne s’oppose pas à la participation à des activités de récréation physique le jour du Seigneur", non sans qu’une forte minorité ait contesté le postulat en vertu duquel "l’Église doit admettre que la démocratie implique que les non-chrétiens souhaitant faire ce qu’ils veulent le dimanche aient le droit de le faire et de réclamer des locaux pour leurs activités".32 Lever le coude ne saurait en aucun cas constituer une "activité physique" tolérée le jour du Seigneur : l’Assemblée de 1961 s’opposera à toute idée d’ouverture dominicale des pubs "afin de préserver le caractère distinctif du dimanche écossais." Surtout, à une voix près, l’Assemblée de 1960 admet le principe des women elders, et le transmet aux presbytères pour commentaire. Les opinions sont si tranchées qu’il faudra cinq ans de débats et de navettes avant que l’Assemblée de 1966 n’entérine cette décision ouvrant aux femmes l’accès aux fonctions de conseiller presbytéral.

  • 33 Ibid., 30/5/1961.

23En 1961, nouveau débat de fond : en présence de plusieurs délégués arborant le badge de la Campaign for Nuclear Disarmament, l’Assemblée se penche longuement sur "deux doctrines reconnues dans l’histoire de la chrétienté comme interprétations possibles de l’Évangile, le pacifisme et la guerre juste", et confie au Church and Nation Committee la tâche de rédiger un rapport sur "la question de la paix et de la guerre."33 Préconisant la renonciation unilatérale de la Grande-Bretagne à la dissuasion nucléaire, ce rapport sera approuvé de justesse par l’Assemblée de 1962.

...à la réaction

  • 34 La Bible constitue le Supreme Standard des Églises presbytériennes d'Écosse, la W.C.F. leur Subordi (...)

24Toutes ces décisions "libérales" suscitent, jusqu’à la fin de la décennie et parfois au-delà, l’opposition de très fortes minorités. De fait, le vent tourne très nettement à partir de 1963-64. Ainsi, toute tentative de modernisation de la Westminster Confession of Faith de 1647, pierre angulaire de la doctrine presbytérienne,34 sera systématiquement repoussée à partir de 1963. L’aggiornamento n’est plus à l’ordre du jour : c’est que les swinging sixties viennent vraiment de commencer, et qu’elles ne sont pas du tout du goût de la Kirk.

  • 35 The Scotsman, 25/5/1965.

25Miroir des "déviances" de la "société permissive" et, à ce titre, cible privilégiée des attaques de l’Assemblée : la BBC. La Kirk regrette ouvertement l’époque où la corporation était dirigée par un vrai son of the manse (fils de pasteur), Lord Reith, et son réseau écossais par le révérend Dinwiddie. Soupçonnant la BBC de "mener au nom de la liberté d’expression une guerre contre les valeurs morales de la nation", l’Assemblée de 1965 s’en prend aux responsables de la BBC vivant "dans le tout petit monde du West End, de la rive sud de la Tamise et d’Oxbridge."35 Cette même Assemblée retire à la dernière minute l’invitation faite à l’éditeur écossais John Calder de s’adresser à un auditoire de jeunes. On lui fait grief, non pas tant d’avoir publié, entre autres, Alexander Trocchi, William Burroughs et Henry Miller, que d’avoir organisé, lors du festival d’Edimbourg 1964, un happening un tantinet "osé". Cette attitude défensive et provinciale avait déjà caractérisé l’Assemblée de 1964, qui approuva le rapport du Church and Nation Committee dénonçant

  • 36 Ibid., 10/5/1964.

un certain type desprit métropolitain façonnant les idées, les valeurs et les aspirations du reste du royaume. Certains journaux londoniens "de qualité", certains magazines et certaines émissions de télévision semblent prêts à propager les vues dune minorité davant-garde, qui semble déterminée à saper les normes de la moralité tant privée que publique.36

26"Je ne prétends pas que Londres est entièrement mauvais", ironise un délégué spirituel. "Sodome non plus." C’est donc fort logiquement que l’Assemblée de 1967 s’oppose au Sunday Entertainment Bill et à toute libéralisation de la loi réprimant l’homosexualité.

1968-1979 : OUVERTURE ET SUIVISME

  • 37 Reports to the General Assembly of the Church of Scotland, 1970, p. 339.

L’Église doit-elle toujours déplorer cette nouvelle "permissivité" ?... Si les sanctions de lautorité et de la convention ont disparu, les gens sont désormais libres de faire le bien pour le bien, mus par lamour du Christ et non plus par les canons de la respectabilité37

Oecuménisme, féminisme et tiers-mondisme

27Lasse de perdre ses fidèles, notamment jeunes, année par année, la Kirk des années 1968-72 donne souvent le sentiment de s’ingénier à "coller" aux phénomènes du moment, de prendre en marche un certain nombre de mouvements, en particulier la "culture des jeunes" et le nationalisme.

  • 38 The Scotsman, 28/5/1968.
  • 39 Admise par la Presbyterian Church of England depuis 1956. Vingt ans plus tard, L'Église d'Écosse ne (...)

28L’Assemblée de 1968 refuse certes de suivre George (Lord) MacLeod qui, attribuant la rébellion des étudiants continentaux à leur "prise de conscience de la vacuité de la démocratie... Les vrais décideurs étant les financiers internationaux... Le Premier ministre, quel qu’il soit, est le caniche du gouverneur de la Banque d’Angleterre... et le teckel du président du FMI", réclame la constitution d’une commission sur "la finance internationale."38 Elle n’en prend pas moins deux décisions tout aussi spectaculaires qu’inattendues : elle ne s’oppose plus à la réforme de la loi sur l’homosexualité et - acte proprement révolutionnaire pour une Église dont le fondateur, John Knox, est l’auteur de The First Blast of the Trumpet against The Monstrous Regiment of Women -, elle se prononce massivement en faveur de l’ordination des femmes.39

  • 40 Mais acclamés par plusieurs délégués à l'AG de la Free Kirk massés sur le trottoir d'en face. Rappe (...)
  • 41 En 1982, de nombreux délégués déplorent la déclaration de soutien d'un presbytérien influent, Willi (...)

29Peut-être s’agissait-il, pour certains délégués, de damer le pion à l’archevêque de Cantorbéry, primat d’Angleterre, présent pour la première fois à l’Assemblée, dont l’Église n’avait pas encore admis l’ordination des femmes ? En 1969, c’est un dignitaire catholique écossais qui est accueilli par l’Assemblée, au grand dam de Ian Paisley et de Jack Glass, un pasteur baptiste glaswégien. Les deux révérends et une soixantaine de leurs partisans sont expulsés manu militari de l’Assemblée.40 Les relations avec l’Église catholique deviendront dès lors de plus en plus civilisées, voire cordiales, ainsi qu’en témoignera l’accueil fait à Jean Paul II par l’Assemblée de 1982.41

  • 42 The Scotsman, 22/5/1969.
  • 43 Ibid., 23/5/1970.

30Si un gouvernement conservateur avait subi les foudres de la Kirk pour son attitude au Nyassaland, c’est Harold Wilson qui se voit reprocher par l’Assemblée de 1969 d’avoir fourni des armes au gouvernement fédéral du Nigéria afin de mater la sécession biafraise. La même Assemblée approuve le Race Relations Act mais dénonce le Commonwealth Immigrants Act de 1968 ("une loi fondée sur la discrimination à l’encontre d’un groupe racial"), et se déclare prête à "soutenir toute action en faveur de l’intégration des groupes d’immigrants, y compris non-chrétiens, dans la communauté locale et nationale."42 "Réaffirmant sa foi dans la société multiraciale et formulant l’espoir que les chrétiens refuseront l’apartheid", l’Assemblée de 1970 repousse massivement la motion d’un pasteur enjoignant le gouvernement de mettre un terme immédiat à toute immigration".43

  • 44 Ibid., 26/5/1970.

31Décidément bien libérale, l’Assemblée de 1970 approuve le rapport du Moral Welfare Committee sur la "société permissive" cité plus haut, qui préconise la reconnaissance du divorce pour "échec du mariage" après une séparation de deux ans - une proposition (débattue en 1969 et approuvée au cours de l’année par 52 presbytères sur 60) plus radicale que la loi votée pour l’Angleterre et le bill en cours de discussion pour l’Écosse. A une très faible majorité, la même Assemblée se prononce pour la mise à disposition de la pilule aux "femmes célibataires de moeurs légères" ("un moindre mal que de donner naissance à un enfant non désiré") - non sans préciser (le féminisme a ses limites) que "le problème, c’est la femme facile."44

Pétrole et nationalisme

  • 45 BROWN, op. cit., p. 44.

32Cette volonté de "coller à la culture des jeunes" culmine en 1972, lorsque l’Assemblée envisage de "produire une profession de foi à destination des jeunes" moins rébarbative que la Westminster Confession of Faith. L’idée fera long feu. Échaudés par l’expérience de moult "discos" paroissiales ayant dégénéré en rixes, les pasteurs les plus modernistes finissent par admettre que la Kirk "ne peut courtiser la culture des jeunes tout en préservant son image publique traditionnelle",45 et l’Assemblée en revient aux rassurantes dénonciations de l’alcool, de la drogue, de la promiscuité et du jeu : ainsi, en 1977, elle met à l’index, outre les bons du trésor, "toutes les formes de pari, y compris ceux qui consistent à deviner le poids d’un gâteau ou le nombre de petits pois contenus dans un bocal" qui font la fortune des kermesses paroissiales au sud de la Tweed.

33Quant aux rituelles dénonciations du "règne du Mammon", elles sont, comme de coutume, surtout dirigées contre les travailleurs : l’assemblée de 1969 approuve le rapport du Committee on Industrial and Economie Interests réclamant "des sanction plus fortes contre les grèves non-officielles que celles prévues dans le livre blanc In Place of Strife" et le Moderator de 1975 s’en prend aux "groupes puissants prêts à suspendre leur travail, au détriment de la population, afin d’obtenir plus d’argent." Une seule exception : si le premier reproche qu’elle formule à l’encontre de l’industrie pétrolière est "d’avoir accru l’alcoolisme dans lEaster Ross de 600 %" (sic !), l’Assemblée de 1974 lui tient également rigueur d’être à l’origine du "grand scandale de la spéculation foncière". Le Church and Nation Committee produit deux rapports fort bien documentés, et très critiques, Scotland in Turmoil et Scotlands Pipe Dream, contrastant le profit immédiat que procure l’industrie pétrolière à quelques individus avec ses effets nocifs sur l’environnement et la vie communautaire - et laissant entendre qu’une assemblée écossaise serait mieux à même de gérer cette manne.

  • 46 Présent à l'AG. The Scotsman, 24/5/1969.

34Excepté sa visite à l’Assemblée extraordinaire de 1960, Elisabeth II sera en 1969 le premier souverain à assister à une Assemblée Générale ordinaire de la Kirk depuis Jacques I et VI en 1603. En présence de Sa Majesté, l’Assemblée revendique, à une forte majorité, L’instauration d’un Parlement écossais dans le cadre du Royaume-Uni", s’élevant contre les "retards et faux-fuyants" de son Premier ministre".46 En ce domaine, l’Assemblée est une caisse de résonance plutôt qu’un étendard, elle suit l’opinion publique plutôt qu’elle ne la précède : mise sous l’éteignoir depuis 1960, la revendication autonomiste de la Kirk ne réapparaît qu’en 1968, suite à la victoire surprise de la candidate du SNP, Winnie Ewing, à l’élection partielle de Hamilton en novembre 1967.

  • 47 Sur l’échec (relatif) du référendum, voir LERUEZ, op. cit., ch. XI.

35Au plus fort de la poussée du SNP (7 députés en février 1974, 11 en octobre) correspond le soutien le plus massif de l’Église à la dévolution - ainsi qu’une pause dans le déclin de ses effectifs. L’Assemblée de 1974 réclame plus de pouvoirs, notamment financiers, pour l’Assemblée écossaise que ceux prévus dans le Devolution bill, ainsi que la représentation proportionnelle. L’année suivante, elle souligne que le pétrole de la mer du Nord est un "capital écossais" (reprenant le slogan du SNP, "Its Scotland’s oil") et exige la tenue rapide d’un référendum sur la dévolution, dont l’issue lui semble si évidente qu’elle prie le gouvernement, en 1978, de trouver un autre nom pour l’"Assemblée écossaise", de façon à éviter toute confusion avec sa propre Assemblée Générale.47

  • 48 The Church of Scotland General Assembly, 1988, p. 85. Sur la Campagne pour une Assemblée écossaise, (...)

36Dix ans plus tard, l’Assemblée de 1988 mandatera des représentants pour siéger au Constitutional Steering Committee of the Campaign for a Scottish Assembly en compagnie, entre autres, du Scottish Trades Union Council. Le 30 mars 1989, les 57 députés travaillistes et centristes d’Écosse ainsi qu’une centaine de délégués des Églises, du STUC, du patronat et des autorités locales fondent la Scottish Constitutional Convention, et signent le Claim of Rights for Scotland exigeant L’autodétermination par le peuple écossais de sa propre forme de gouvernement."48

  • 49 T. NAIRN, "The Three Dreams of Scottish Nationalism", in K.MILLER (ed.), Memoirs of a Modem Scotlan (...)

La tyrannie odieuse et mesquine de la vieillesse sur la jeunesse, qui distingue le calvinisme de la civilisation, sera évidemment renforcée après lindépendance... Je vois que le nationalisme écossais bénéficie désormais de la bénédiction de notre Assemblée Générale annuelle de Corbeaux. Elle doit déjà rêver à la Procession Inaugurale du nouveau régime en direction de la cathédrale Saint-Gilles, sous le regard complice du Tout Puissant. Pour ma part, lÉcosse renaîtra le jour où le dernier pasteur sera étranglé avec le dernier exemplaire du Sunday Post.49

37Nationaliste, marxiste et Européen pratiquant, Tom Nairn envisageait avec horreur, en 1969, la perspective d’une Ecosse théocratique, xénophobe et passéiste, où régneraient l’ordre moral imposé par la Kirk et l’obscurantisme colporté par une certaine presse dite populaire. Peu suspect de marxisme, l’éditorialiste du Times disait à peu près la même chose, qui ironisait le 31 mai 1969, après le vote massif de l’Assemblée en faveur de la devolution : "Sans doute la Kirk espère-t-elle se voir récompenser par l’octroi d’une ligne directe avec la nouvelle Assemblée."

38Pour le meilleur ou pour le pire, il n’y eut pas d’Assemblée législative écossaise, et il serait vain de se perdre en conjectures sur le pouvoir qu’aurait pu exercer dans une Écosse autonome une Église conservatrice dans le domaine des moeurs, progressiste dans ses rapports avec le Commonwealth et les immigrés, et "réaliste" en politique étrangère. En revanche, force est de constater que, dans le cadre actuel des institutions britanniques, son influence à Westminster est minime. Elle peut certes s’enorgueillir d’avoir pavé la voie menant à l’indépendance du Malawi en 1964 et se targuer d’avoir freiné la libéralisation des lois sur l’homosexualité et sur l’ouverture dominicale des commerces. En vain : la législation écossaise sur la première question est aujourd’hui alignée sur l’anglaise, et elle est, depuis 1978, bien moins contraignante que cette dernière sur la seconde.

39Pourquoi, dans ces conditions, les mineurs de Bilston Glen et de Monkton Hall se donnèrent-ils la peine d’exposer leurs doléances à l’Assemblée Générale de 1989 ? Soixante ans plus tôt, le "forum du peuple écossais" avait refusé d’écouter une délégation de chômeurs. En 1989, l’Assemblée vota une deliverance invitant Bristish Coal à reconsidérer sa décision de fermer ces deux mines. Entre ces deux dates, la Kirk avait perdu nombre de ses fidèles en milieu ouvrier. Si toutefois les mineurs écossais choisirent une assemblée religieuse pour faire entendre leurs griefs c’est, certes, parce qu’ils n’attendaient plus rien de la Chambre des Communes, dans laquelle la forte majorité travailliste écossaise se trouvait, depuis dix ans, totalement impuissante face à une majorité conservatrice essentiellement anglaise.

  • 50 Scotland on Sunday, 6/11/1988. Le Mound est le nom de la rue d'Edimbourg dans laquelle se trouve le (...)

40C’est surtout parce que l’Assemblée de 1988 avait rejeté le recours à la charité comme solution à la pauvreté prôné devant elle par le Premier ministre. S’obstinant à justifier sa politique au moyen de références chrétiennes, Mme Thatcher invoqua, dans son discours à l’Assemblée de 1988 (que la presse appela le Sermon on the Mound), cet avertissement de Saint Paul aux Thessaloniciens : "Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus !" Interrogée quelques mois plus tard sur son interprétation de cette sentence, le Premier ministre précisait : "On ne devrait pas pouvoir choisir d’être oisif. L’oisiveté est une chose que ni le christianisme, ni le judaïsme n’apprécient."50 Face à ces leçons répétées d’exégèse, l’Assemblée se fit un devoir de rappeler que la théologie relevait de ses compétences - et cessa officiellement de considérer que la "bonne conduite" individuelle suffisait à produire des structures sociales justes. Sur le point de quitter ses fonctions, le Moderator de 1988 s’indignait dans Life and Work :

  • 51 Life and Work, avril 1989, p. 10.

On me parle beaucoup de limportance de lindividu, un peu de celle de la famille, jamais de celle de ces autres communautés auxquelles nous appartenons. On oppose lindividu à ce concept épouvantable,le collectif, comme si nous vivions soit comme des individus isolés, soit dans lanonymat suffoquant dunecollectivité.51

  • 52 Cité dans SMITH, op. cit., p. 9.

41Dès 1942, se réjouissant des "progrès de l’esprit communautaire", la Commission for the Interpretation of Gods Will in the Present Crisis mettait en garde contre "tout retour au vieil individualisme, indifférent au bien-être collectif."52 Il aura fallu les excès de l’industrie pétrolière, puis de la profession de foi thatchérienne, pour que l’Église d’Écosse entende cette semonce.

Notes

2 Ibid., p. 319.

3 Ibid., p. 319.

4 Sur l'histoire de la Kirk, voir outre SMITH, op. cit., 408 p., C.G. BROWN, The Social History of Religion in Scotland since 1730, Londres, Methuen, 1987, 273 p., ainsi que les trois volumes de A.L. DRUMMOND & J. BULLOCH, The Scottish Church, 1688-1843, Edimbourg, Saint Andrews Press, 1973, 282 p.; The Church in Victorian Scotland, 1975, 362 p.; The Church in Late Victorian Scotland, 1980, 382 p.

5 Sur les relations entre Kirk et État, voir J.G. KELLAS, The Scottish Political System, Londres, Cambridge U.P., 1973, 362 p.; The Church in Late Victorian Britain, 1980, 382 p.

6 On ne recense que 40 000 épiscopaliens (anglicans), moitié moins de "wee frees", fidèles de la Free Church of Scotland fondamentaliste (concentrés dans les Highlands) et de musulmans, et 12 000 juifs.

7 Plus quelques milliers d'hébridéens non touchés pa la Réforme, ainsi que de descendants d'immigrés italiens, polonais et lituaniens. Sur le catholicisme en Ecosse, voir D. McROBERTS (ed.), Modem Scottish Catholicism, Glasgow, John Burns, 1979.

8 The Church of Scotland Board of Social Responsibility, Lifestyle Survey, Edimbourg, Quorum Press, 1987. Sur le recrutement géographique et social des pasteurs, voir M. MAXWELL-ARNOT, "Social Change and the Church of Scotland", in A Sociological Yearbook of Religion in Britain, Londres, no 7, 1974, pp. 91-110.

9 C. HARVIE, No Gods and Precious Few Heroes, Scotland since 1914, Londres, Edward Arnold, 1987, p. 84.

10 A.C. CHEYNE, The Transforming of the Kirk, Edimbourg, St. Andrew Press, 1983, p. 183.

11 General Assembly of the church of Scotland, Committee on Church Life and Social Problems, The Menace of the Irish Race to our Scottish Nationality, Edimbourg, William Bishop, 1923; cf. C. CIVARDI, "Les immigrés irlandais et le mouvement ouvrier écossais au début du XXe siècle", pp. 141-165 in Exil, migration et minorités ethniques, Villetaneuse, Université Paris-Nord, 1990.

12 "Though there are isolated instances where Presbyterianism still means Calvin and not Coolidge, the Scottish Church has been, and is, a loyal ally of rigorous capitalism." (G.M. THOMSON, Caledonia, or the Future of the Scots, Londres, Kegan Paul, Trench & Trubner, 1927, p. 57). Cf. CIVARDI, "Les Églises et le mouvement ouvrier écossais au début du XXe siècle" in Écosse : Littérature et Civilisation, Grenoble, Université Stendhal, no 7-8, 1988, pp. 105-123.

13 Smith, op. cit., p. 4.

14 D.B. FORRESTER, Christianity and the Future of Welfare, Londres, Epworth Press, 1985, p. 41.

15 Sur les liens entre Kirk et nationalistes, voir J. BRAND, The National Movement in Scotland, Londres, Routledge, 1978, ch. 8.

16 The Scotsman, 14/5/1951.

17 Willie Gallacher fut député communiste du West Fife de 1945 à 1950. En 1945, le C.P.G.B. obtint 1,4 % des voix écossaises (0,4 % au Royaume-Uni).

18 The Scotsman, 7/5/1958.

19 48,6 % contre 47,9 % Depuis 1964, les travaillistes dominent nettement.

20 The Scotsman, 16/5/52.

21 Ibid., 21/5/58.

22 En 1974, l'AG de la Free Kirk dénonça la sélection de Nicholas Fairbain en tant que candidat conservateur à Kinross au motif qu'il faisait partie du comité du Traverse Theatre d'Edimbourg, coupable d'une "contribution scélérate à la société permissive." Ibid., 25/5/74.

23 Ibid., 16/5/54.

24 Ibid., 18/5/55.

25 Ibid., 28/5/56.

26 Ibid., 24/5/54.

27 A. SAMPSON, Common Sense about Africa, Londres, Gollancz, 1970, p. 164 : "Le décalage entre l'histoire du Nyassaland et celle de la Rhodésie du Sud (provient de) la différence entre les principes de Rhodes et ceux de Livingstone. Les deux fils conducteurs de l'histoire impériale en Afrique - exploitation commerciale et zèle missionnaire - apparaissent ici sous leurs formes les plus contrastées." Cité dans O. GUITARD, Les Rhodésies et le Nyssaland, Paris, PUF, 1964, p. 40.

28 The Scotsman, 12/5/1953.

29 Ibid., 25/5/1959.

30 Ibid., 22/5/1954. La désignation officielle de la branche sud-africaine de la Kirk est Bantu Presbyterian Church.

31 The Scotsman, 23/5 et 1/6/1960.

32 Ibid., 23/5/1960. Cette même année, l'AG de la Free Kirk adresse une missive à la reine dans laquelle elle déplore que certains membres de la famille royale s'adonnent au sport le dimanche.

33 Ibid., 30/5/1961.

34 La Bible constitue le Supreme Standard des Églises presbytériennes d'Écosse, la W.C.F. leur Subordinate Standard.

35 The Scotsman, 25/5/1965.

36 Ibid., 10/5/1964.

37 Reports to the General Assembly of the Church of Scotland, 1970, p. 339.

38 The Scotsman, 28/5/1968.

39 Admise par la Presbyterian Church of England depuis 1956. Vingt ans plus tard, L'Église d'Écosse ne comptait qu'une centaine de femmes pasteurs sur un total de quelque 1 500, mais sur le millier d'elders nommés en 1988, 510 étaient des femmes.

40 Mais acclamés par plusieurs délégués à l'AG de la Free Kirk massés sur le trottoir d'en face. Rappelons que le Lord chancelier, Lord MacKay, fut suspendu en 1989 de son titre d'elder de cette Église pour avoir assisté à deux messes de requiem à la mémoire de juges catholiques.

41 En 1982, de nombreux délégués déplorent la déclaration de soutien d'un presbytérien influent, William Wolfe, président du SNP, aux "habitants des Malouines, pour la plupart protestants et descendants d'Ecossais", menacés par "la cruelle dictature fasciste d'un Etat catholique", et font grief à Life and Work d'avoir publié une diatribe du même contre la nomination à Londres d'un nonce apostolique. The Times, 8/5/1982. Face à l'embarras suscité au SNP par ses propos, Wolfe fut contraint de ne pas se représenter à la présidence du parti.

42 The Scotsman, 22/5/1969.

43 Ibid., 23/5/1970.

44 Ibid., 26/5/1970.

45 BROWN, op. cit., p. 44.

46 Présent à l'AG. The Scotsman, 24/5/1969.

47 Sur l’échec (relatif) du référendum, voir LERUEZ, op. cit., ch. XI.

48 The Church of Scotland General Assembly, 1988, p. 85. Sur la Campagne pour une Assemblée écossaise, fondée sur la revendication d'une constitution écrite de type fédéral pour la Grande-Bretagne (à laquelle adhéra le parti travailliste, mais dont le SNP est absent), voir O.D. EDWARDS, A Claim of Right for Scotland, Edimbourg, Polygon, 1988.

49 T. NAIRN, "The Three Dreams of Scottish Nationalism", in K.MILLER (ed.), Memoirs of a Modem Scotland, Londres, Faber & F., 1970, pp. 49, 54.

50 Scotland on Sunday, 6/11/1988. Le Mound est le nom de la rue d'Edimbourg dans laquelle se trouve le bâtiment abritant l'Assemblée Générale. Pour une analyse plus détaillée des rapports entre Kirk et thatchérisme, voir C. CIVARDI, "Hommes de foi contre dame de fer : l'Église d'Écosse et Mme. Thatcher", in Revue Française de Civilisation Britannique, vo. VI, no 3, 1991, pp. 105-106. On lira avec profit les deux rapports que le Moderator remit au Premier ministre à l'occasion de sa visite de 1988: D.B. FORRESTER & D. SKNE (eds.), Just Sharing: a Christian Approach to the Distribution of Wealth, Income and Benefits, Londres, Epworth Press, 1988, p. 116, et Church of Scotland's Independent Inquiry into Scottish Housing, Housing Scotland's People, Edimbourg, Saint Andrew Press, 1988.

51 Life and Work, avril 1989, p. 10.

52 Cité dans SMITH, op. cit., p. 9.

Auteur

Professeur à l’Université de Strasbourg II

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540