Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Transmission des valeurs par la télévision britannique

 | 
Monica Charlot

De l’intrusion à l’intégration : Trumpton

Mireille Quéré

Texte intégral

1Une émission pour enfants représente dans le processus de socialisation une importante courroie de transmission des valeurs. Même si elle est diffusée à une heure de relativement faible audience (le dimanche matin à 9 heures), elle atteint un public considérable, comparable au nombre de lecteurs de la presse populaire.

2Conçue par des adultes à l’intention d’enfants, elle comporte très vraisemblablement un projet éducatif. Conformément aux règles énoncées précédemment, nous ne nous demanderons pas ici quel était ce projet, s’il était cohérent ou s’il se trouve mené à bien, mais nous nous en tiendrons à une analyse immanente de l’émission telle qu’elle nous est donnée à voir et à entendre. Nous nous attacherons à décrire la signification à partir des différents systèmes de signes mis en œuvre à la télévision et nous chercherons à montrer comment un même contenu peut se trouver thématisé à travers des représentations narratives différentes. Nous tenterons de repérer les valeurs attestées dans le discours et, plus particulièrement, la façon dont les thèmes du changement et de la continuité sont axiologisés.

L’émission

3 Trumpton se présente comme une animation de petits personnages (du genre figurines) évoluant dans une petite ville qui donne son nom à l’émission. La bande-image nous transporte dans un décor de livres pour enfants, avec une place, des rues, des maisons stylisées et colorées. Un narrateur unique prend en charge le récit, tantôt racontant l’histoire ou commentant la bande-image, tantôt disant – en y mettant le ton – les interventions des personnages et chantant leurs chansons. La bande-son est donc composite : tantôt musique, tantôt paroles, tantôt les deux en même temps, que ce soit par superposition de musique sur les paroles ou que la parole elle-même devienne chant, le récit alterne style indirect et style direct, chaque intervention des personnages leur étant attribuée par un « dit-il », « dit-elle ». L’émission vise à reproduire, pour le public auquel elle s’adresse, une situation d énonciation familière : celle du père qui raconte une histoire à ses enfants, qui leur lit un livre.

4L’argument de Trumpton peut se résumer comme suit : la vie de Trumpton se concentre sur la place du marché. Madame Cobbit, la marchande de fleurs, s’y installe tous les jours, au même endroit, au pied de la statue. Ses clients réguliers incluent le maire et la marchande de chapeaux, Mademoiselle Lovelace. Un matin, Madame Cobbit ne vient pas. Que lui est-il arrivé ? Chippy Minton, le jeune ébéniste, avec l’accord du maire et de Monsieur Munnings chez qui il devait travailler ce jour-là, propose d’aller voir chez elle : une branche est tombée sur son toit, endommageant sa maison et ses fleurs. Madame Cobbit tient toutefois à retourner vendre celles qui lui restent, mais quand Chippy Minton la reconduit sur la place du marché, elle voit son emplacement au pied de la statue occupé par la camionnette d’un marchand de glaces. Madame Cobbit fond en larmes. Le marchand de glaces s’avance alors vers elle et lui explique qu’il n’avait pas de mauvaises intentions. Il lui propose un échange : qu’elle vende les glaces pendant que lui-même aidera à réparer le toit. Mais pour cela il faut d’abord dégager la branche : les pompiers appelés par le maire s’en chargent. Pour le remercier de son intervention, Madame Cobbit offre une fleur au Capitaine Flak. A son tour, celui-ci l’invite au concert donné par sa fanfare. Madame Cobbit n’a plus assez de fleurs pour Mademoiselle Lovelace, puisqu’elle réserve les deux dernières pour Chippy Minton et le marchand de glaces, Monsieur Antonio. Tous les habitants de la ville se retrouvent dans le parc, auprès du kiosque à musique où joue l’orphéon.

La clôture

5Comme tout récit, Trumpton décrit un parcours. L’état initial, présenté ici comme un état d’équilibre, un modèle de stabilité et de continuité, se trouve soumis à une double rupture, d’ordre naturel (la branche sur le toit), et d’ordre culturel (le marchand de glaces sur la place). Il s’agira alors pour tous les habitants de viser à la restauration de l’ordre établi, mais l’état final ne pourra être un simple retour à l’état initial, en raison des transformations intervenues au cours du récit. Il sera donc à la fois semblable et différent :

6La double clôture du récit et du monde de Trumpton est inscrite dans la séquence liminaire : l’horloge qui bat la mesure et imprime son rythme « régulièrement, calmement, jamais trop vite, jamais trop lentement » (“steadily, sensibly, never too quickly, never too slowly”), donne son heure à la ville, lui permettant d’échapper au temps universel pour bénéficier de son temps propre et l’isolant ainsi du reste du monde. La séquence suivante est à la fois une réitération sans paroles de la première et l’inscription prémonitoire, à valeur indicielle, de l’histoire à venir : les personnages du carillon sortent pour sonner l’heure, puis retournent dans leur logement sur lequel les portes se referment. De la même façon, après les incidents de la journée, la réunion de tous les habitants dans le parc municipal pour une activité communautaire marquera le retour à la paix et à l’ordre. Cet effet de clôture sera renforcé par la présence, au début et à la fin, des représentants des institutions, maire et policier dans les séquences initiales, maire et pompiers dans la séquence finale.

L’espace

7L’action se situe dans deux lieux principaux, la place et la maison de Madame Cobbit, séparés par la longue rue qu’empruntent Chippy Minton puis les pompiers et qui constitue une sorte de « trans-espace ».

8La place est montrée sous les deux axes de la latéralité et de la perspectivité. Bordée d’un côtée par l’Hôtel de Ville qui lui-même comporte la tour de l’horloge et, de l’autre, de maisons proprettes, elle forme un espace semi-clos, ouvert précisément sur la rue qui mène à l’autre lieu de l’action – la maison de Madame Cobbit – et les met en communication. De cette façon, l’espace privé se trouve relié à l’espace public dans lequel il s’intègre, la place ayant une fonction centripète puisqu’on y verra tour à tour tous les habitants de Trumpton. Au centre de la place se dresse la statue dont deux gros plans successifs détaillent le haut, puis le bas, formé d’un piédestal et de quelques marches.

9Architecturalement, les maisons qui forment le pourtour de la place se ressemblent, mais alternent portes et ouvertures rectangulaires ou arquées (l’une d’elles, plus cossue, se distingue par ses fenêtres anglaises), alors que l’Hôtel de ville, la maison commune, réunit ces deux traits avec ses fenêtres en ogive. Le paysage urbain montré à l’image reproduit les caractéristiques principales des petites villes britanniques, misant ainsi sur l’effet de reconnaissance. D’autres détails contribuent à cet ancrage culturel : le camion du laitier, la boîte aux lettres rouge, la statue qu’un téléspectateur britannique reconnaîtra comme celle de la reine Victoria. Pourtant, un des éléments importants de ce « réel » est absent de la fiction : l’église. Au niveau visuel, nous sommes transportés dans un univers laïque ou, pour le moins, non marqué, ce qui peut s’expliquer par un souci de neutraliser les différences cultuelles des téléspectateurs. La seule référence à la religion surviendra dans les propos de Madame Cobbit : « Je n’ai jamais manqué un seul jour en quarante ans, seulement les dimanches » (“I have never missed a day for forty years, only Sundays”). C’est alors la place du marché qui est appelée à faire fonction de lieu de rassemblement. Lieu des activités économiques et sociales, des rencontres et des échanges, lieu où se nouent relations statutaires et relations inter-personnelles, elle devient le symbole même de la vie communautaire.

10La longueur de la rue qui mène jusqu’à la maison de Madame Cobbit, rue qui sera montrée à l’écran à deux reprises, marque bien sur l’axe de la latéralité la distance qui sépare le centre de la périphérie. De petites maisons accolées se succèdent, identiques architecturalement, mêmes portes et fenêtres arquées au rez-de-chaussée, mêmes ouvertures rectangulaires à l’étage, différentes seulement par la couleur : jaune, vert foncé, vert clair, blanc, cette série de couleurs se trouvant reprise ensuite dans le même ordre. Significative alors est la présence simultanée de marques distinctives et de traits communs, si bien que les différences individuelles se fondent dans un même effet d’appartenance à la collectivité.

11Enfin, après une grande maison d’angle, se trouve à l’écart la maison double qui abrite d’un côté Madame Minton et, de l’autre, Madame Cobbit. Faisant suite à la double démarcation que constituent le saut dans l’espace et la rupture architecturale, la « couplaison » des deux demeures, renforcée par la reprise de traits apparus précédemment (porte rectangulaire, fenêtre en ogive, couleur blanche), réintroduit l’effet de continuité au coeur même du discontinu. On voit ainsi que la représentation de l’espace joue sur l’interaction de plusieurs codes visuels, plastiques, topographiques et chromatiques, afin de signifier à la fois la disjonction et la conjonction : éloignée du centre vital de la ville, Madame Cobbit n’en est pas moins partie intégrante de la communauté.

Un monde intégré

12L’ordre et la régularité qui règnent dans l’organisation de l’espace ponctuent également la vie de Trumpton. Cela avait déjà été indiqué par la séquence liminaire de l’horloge. Dans les séquences 2 et 3 les mêmes personnages accomplissent les mêmes gestes, une fois en musique, une fois accompagnés des commentaires du narrateur. La répétition visuelle est renforcée par le texte : « Madame Cobbit est à sa place habituelle avec son panier de fleurs » (“Mrs Cobbit is in her usual place with her basket of flowers”). Ces activités répétées ont la force d’un rituel qui rassemble et unifie.

13La communauté ainsi instituée est en outre marquée par le système des dépendances mutuelles et le jeu des complémentarités. Avant de s’installer sur la place, Madame Cobbit échange quelques mots avec le policier, puis le maire apparaît au balcon de l’Hôtel de ville et la regarde déballer ses fleurs : c’est comme si la marchande recevait ainsi l’accord tacite des autorités. Autres signes de la hiérarchie, la façon respectueuse qu’ont les habitants de s’adresser au maire en l’appelant « Votre honneur » (“Your worship”) et le fait qu’ils savent parfaitement à qui il revient de prendre des décisions et de donner des ordres. Là encore, par ces égards et cette déférence, la communauté se signifie comme telle à travers la figure unique du premeir magistrat de la cité.

14La micro-société que représente Trumpton est fondée par ailleurs sur l’échange des biens et des services. Mademoiselle Lovelace vend des chapeaux, mais elle a besoin des fleurs de Madame Cobbit. De même, le maire ne peut commencer sa journée sans une rose à la boutonnière, mais en retour son patronage est requis. Chacun se trouve donc tour à tour en position de pourvoyeur et de demandeur. L’imbrication des relations sociales est telle que s’institue un réseau de dépendances à base de réciprocité et dans lequel chacun a sa place et chacun est nécessaire : « Tout le monde connaît Madame Cobbit. La place du marché ne serait tout simplement pas la même sans elle » (“Everybody knows Mrs Cobbit. The market-square just wouldn’t be the same place without her”). On peut noter à ce propos que les deux seules chansons de l’émission valorisent l’offre, le service rendu par l’individu à la collectivité, qu’il s’agisse de la vente des fleurs ou de la vente des glaces. L’opposition que l’on trouve dans la chanson de Madame Cobbit entre la première personne du singulier et la deuxième du pluriel – « Achetez mes roses rouges… Une fleur à votre boutonnière » (“Buy my red roses… A buttonhole for you”) insiste bien là-dessus. Et, tout en tenant compte des conditions d’énonciation particulières (narrateur masculin), le fait que cette chanson soit chantée par un homme peut être une façon de valoriser la fonction par rapport au sexe. Pourtant, cette chanson comporte la seule référence explicite au cours de l’émission à la différence sexuelle, puisque l’on précise que les roses sont destinées aux boutonnières des messieurs et les violettes aux bouquets des dames. Ainsi sont préservées les singularités et les distinctions, sous couvert d’une activité – vendre ou acheter des fleurs – qui, elle, demeure la même. Cela dit, la répartition des rôles conserve un caractère traditionnel et reproduit les stéréotypes culturels : par exemple, ce sont les messieurs qui conduisent les voitures et les dames qui se font conduire. Tout concourt donc à faire de Trumpton le monde de la continuité et de la stabilité, un monde intégré où chacun a son rôle, où chaque chose vient en son temps, où l’ordre et la mesure, l’utilité sociale et le respect de la hiérarchie sont les valeurs reconnues et mises en pratique.

La rupture

15C’est dans ce monde intégré où règne le non-événementiel que tout à coup surgira l’événement. Il s’agit en fait, dans l’ordre du récit, de trois changements successifs. Tout d’abord, l’absence de Madame Cobbit : « Mais un matin Madame Cobbit ne vint pas » (“But one morning Mrs Cobbit didn’t come”). Cette rupture du rituel, catastrophe d’ordre humain et culturel, est marquée visuellement par un gros plan sur la place laissée vide au bas des marches, au pied de la statue, et, dans le commentaire, par la reprise à la forme négative des énoncés précédents : « Il n’y avait pas de fleur pour la boutonnière du maire, il n’y avait pas de fleurs pour Mademoiselle Lovelace » (“There was no buttonhole for the mayor, there were no flowers for Miss Lovelace”). Il y a ensuite la présence d’une branche sur le toit : cette catastrophe d’ordre naturel représente une sorte d’atteinte à l’espace hautement symbolique qu’est l’espace privé de la maison – « home » – pour les Britanniques. Enfin, il y a l’installation du marchand de glaces sur la place, catastrophe d’ordre culturel, intrusion de l’étranger dans un espace public qui, par la force de l’habitude, a quasiment acquis le statut d’espace privé. Les changements survenus mobilisent les catégories de la nature et de la culture, du public et du privé.

16L’ordre du récit n’est pas l’ordre logique ou chronologique. C’est parce qu’une branche est tombée sur le toit que Madame Cobbit est absente, c’est parce qu’elle est absente que le marchand de glaces est installé sur la place. Ce souci de marquer l’enchaînement des causes et des effets fait de Trumpton un monde où tout – gens et choses – se tient, un monde qui a un sens. Dans ce contexte, le changement ne peut être vu qu’en termes négatifs, dramatiques. Il s’agira maintenant, après cette double rupture, cette double intrusion, de viser à la restauration de l’ordre.

L’entraide

17La place vide au bas des marches crée un manque. On retrouve là une des « fonctions » caractéristiques du récit telles qu’elles ont été inventoriées par V. Propp et réorganisées structurellement par A. J. Greimas. Ce manque qui avait été préalablement évoqué par la remarque « La place du marché ne serait tout simplement pas la même sans elle » (“The market square simply wouldn’t be the same without her”) entraîne, sur le plan cognitif, un désir de savoir et, sur le plan pragmatique, la quête ou l’enquête proposée et menée par Chippy Minton. En fait, l’action entreprise par ce dernier reçoit l’approbation du maire et de ses concitoyens, lesquels alors font figure de Destinateur et constituent l’actant collectif au nom duquel Chippy Minton agit comme par délégation. L’individu se met ainsi au service de la collectivité qui elle-même s’enquiert et s’inquiète du sort de chacun de ses membres.

18Cette quête du savoir s’avère prioritaire et nécessite la suspension des activités et des programmes individuels. Chippy renonce à son engagement initial qui était de réparer la chaise de Monsieur Munnings et, de son côté, Monsieur Munnings accepte de surseoir à l’exécution de ce travail et donc renonce provisoirement à la satisfaction de ses besoins individuels. Plus tard, les mêmes seront de nouveau amenés à faire ce choix entre les programmes au moment où, toutes affaires cessantes, Chippy partira réparer le toit. La réitération du même contenu – la renonciation provisoire – insiste sur les priorités qui, comme on sait, apparaissent plus clairement et de façon plus contraignante en période de crise. La hiérarchisation des valeurs en vigueur à Trumpton marque bien la primauté du collectif sur l’individuel dans une société solidaire.

19Les différents programmes d’entraide sont pris en charge soit par des individus volontaires, soit par des représentants des institutions qui agissent pour ainsi dire en service commandé, au titre des fonctions ou des charges qui sont les leurs. Pourtant, au début, le maire se préoccupe davantage de sa boutonnière (il « pense surtout à lui-même » : “thinks mainly of himsel”), mais, garant de l’ordre et responsable du bien-être de ses concitoyens, il se reprend rapidement, organise les secours et appelle les pompiers. L’intervention de ces derniers donne lieu à des séquences ludiques – glissades le long du rail de descente, appel des hommes en forme de « nursery rhyme », manœuvre de la grande grue – qui peuvent plaire à un public d’enfants, mais qui concourent aussi à souligner à la fois leur compétence et leur dévouement à la cause commune.

20Dans le monde ordonné de Trumpton, la branche qui traverse le toit est par deux fois facteur de désordre. Sur le plan matériel, elle est la cause d’un double préjudice, puisqu’elle a endommagé la maison et abimé les fleurs. Sur le plan humain, elle a provoqué l’absence de Madame Cobbit. Cela implique donc un double programme de réparation. En premier lieu, Chippy, dans le rôle d’adjuvant, reconduira Madame Cobbit jusqu’à la place : « Je vais vous y ramener en un rien de temps » (“I’ll have you there in no time”), ce qui est une façon de nier le contre-temps. Madame Cobbit pourra alors reprendre ses activités habituelles et retrouver ainsi sa fonction sociale, son rôle de pourvoyeur. Il y aura lieu ensuite d’engager le second programme et de procéder à la réparation du toit.

L’intrusion de l’étranger

21Tout cela ne pourra se dérouler tel que prévu initialement puisque l’emplacement de Madame Cobbit est occupé par le marchand de glaces. Cette situation nouvelle va faire apparaître, au cœur même de ces rapports de type contractuel, une relation polémique opposant sujet et anti-sujet. Le conflit potentiel se traduit par les sanglots de Madame Cobbit qui, tout en cherchant peut-être à jouer sur la séduction et à apitoyer ses amis, pleure la perte de son pouvoir-faire et, en même temps, sanctionne négativement la présence indue de l’étranger. Cette intrusion est en outre signifiée visuellement par un plan montrant la camionnette qui cache complètement la statue, l’espace privé du marchand de glaces venant ainsi oblitérer cette figure métonymique de l’espace communautaire.

22Par ailleurs, et contrairement à ce qui s’était passé pour Madame Cobbit, cette installation n’a pas donné lieu à la mise en scène de cette sorte de contrat par lequel l’occupant reçoit l’aval des autorités. Toutefois, il ne faut pas voir cette occupation seulement en termes polémiques : elle a été rendue possible par le vide créé par l’absence de Madame Cobbit. Le nouveau venu n’a pris la place de personne ; il n’a pas cherché le conflit. Sa fonction sociale de pourvoyeur de biens est illustrée par sa chanson qui, comme celle de Madame Cobbit, valorise l’offre. Cette fonction est de plus entérinée par la communauté, puisqu’adultes et enfants se pressent pour acheter des glaces, preuve que l’offre correspond à une demande. Enfin, l’étranger souscrit aux lois de la société et contribue même à les renforcer, puisqu’il rappelle la primauté de l’ordre sur le désordre : « Si vous achetez une sucette, s’il vous plaît ne jetez pas le bâtonnet, cherchez la poubelle la plus proche, jetez-y papier et bâtonnet » (“If you buy a lolly, please dont throw away the stick, find the nearest litter-bin, put the stick and paper in”). De même, plus tard, c’est lui qui trouvera l’endroit où mettre la branche qui dépare le paysage. C’est alors seulement avec le retour de Madame Cobbit que la situation prendra un tour polémique.

23On peut, à ce stade, opérer des corrélations et homologuer les différentes figures apparues jusque-là. C’est ainsi que la branche est au toit ce que le bâtonnet est aux rues de la ville, ce que la camionnette est à la place et ce que l’étranger est à la communauté. Dans chaque cas, il y a un élément perturbateur, un mauvais objet qui vient troubler le bon ordre qui représente la valeur à préserver. Il faut jeter les bâtonnets dans la poubelle, tout comme il faut aller déposer la branche dans le parc où des gens dont c’est le métier sauront ce qu’il faut en faire. Il convient cependant d’observer que le parc est une image de la nature policée, portant la marque des hommes et de la culture. C’est également cette culture qui, sous la forme d’une action collective, aura permis de retirer la branche, c’est-à-dire de rectifier les accidents de la nature face auxquels l’individu isolé demeure désemparé. Là encore, l’émission met en avant les formes d’organisation sociale et les valeurs communautaires, opposées à la fois à une nature sauvage et aux comportements individualistes. Reste toutefois la question de ce corps étranger qu’est le marchand de glaces.

L’intégration

24Le parcours d’intégration du marchand de glaces commence au moment où ce dernier sort de l’espace privé de sa camionnette pour se diriger vers l’espace public de la place, accomplissant ainsi ses premiers pas vers la communauté. De façon significative, cela se traduit figurativement par le fait que la statue précédemment masquée redevient en partie visible. Puis vient la proposition faite à Madame Cobbit d’un échange de rôles et de services : « Vous vendez mes glaces, je réparerai votre plafond » (“You sell my ice, I’ll plaster your ceiling”). Ce contrat établi à la fois sur la base du volontariat et de la réciprocité permet au marchand de glaces de se joindre à une action collective sans que cesse son négoce et à Madame Cobbit de voir sa maison réparée tout en retrouvant une fonction sociale. Elle s’identifie d’ailleurs tellement à son nouveau rôle de marchande de glaces qu’elle n’accepte d’aller au concert que parce qu’il ne lui en reste plus à vendre. Il faut noter ici, dans le cadre de la relation d’échange, la symétrie des prestations : de sujets opposés qu’ils étaient, les protagonistes deviennent des partenaires et, munis chacun du pouvoir faire apporté par l’autre, les deux peuvent désormais mener de front des tâches a priori incompatibles : lui peut à la fois s’absenter et continuer à vendre ses glaces, elle peut s’occuper de sa maison tout en demeurant sur place et en conservant sa fonction sociale. C’est alors comme si l’esprit de solidarité permettait de réaliser l’impossible.

25La participation du marchand de glaces au programme collectif d’entraide a pour sanction son intégration à la vie de la communauté. Ainsi, pour le remercier de son intervention, Madame Cobbit lui donne une fleur. De son côté, au cours de la séquence finale, le maire lui tape sur l’épaule, une sanction gestuelle qui n’est pas sans rappeler l’adoubement du chevalier. Enfin et surtout, signe majeur d’acceptation par la communauté, le marchand de glaces se voit finalement nommé par son nom. En effet, jusque-là, son parcours s’était fait plutôt dans l’anonymat. Certes, sur sa voiture, l’on pouvait voir « Toni’s Ice », mais le texte dit toujours « le marchand de glaces ». Quand Madame Cobbit précise à Mademoiselle Lovelace qu’il s’appelle « Monsieur Antonio », l’intégration est déjà faite, même si l’italianité du nom demeure, y compris dans le diminutif.

La rétribution

26A Trumpton où règne le système d’échange des biens et des services, la rétribution elle-même est soumise à ce contrat implicite qui lie les membres de la communauté et qui, comme on l’a vu, est fondé sur la réciprocité. La récompense toutefois tient compte de la hiérarchie : les représentants des institutions, le maire, le capitaine des pompiers, sont les premiers à être servis en fleurs, puis viennent les simples citoyens comme Chippy et le marchand de glaces. Il se produit en outre un phénomène intéressant qui est que, par deux fois, le système comporte un « plus ». Pour remercier le capitaine Flak, Madame Cobbit lui donne une fleur ; celui-ci, en retour, l’invite au concert : les rapports tendent au « potlatch » généralisé. Par ailleurs, Madame Cobbit et Antonio échangent leurs rôles sur la base du donnant donnant. Or, Madame Cobbit garde une rose pour l’offrir en prime à ce dernier. Il y a là un supplément de rétribution que l’on pourrait voir aussi comme un excès de dépense, puisqu’il aboutit à créer un manque : en effet, il n’y aura pas de fleurs pour tout le monde et, en particulier, Mademoiselle Lovelace en sera privée.

27C’est dans le récit le seul exemple où la demande ne peut être satisfaite. L’identité de la « victime » prend alors toute son importance : il s’agit, on le notera, d’une femme et, comme le nom qui lui est donné le suggère, d’une coquette surtout éprise d’elle-même et de son apparence et donc peu encline à se soucier des autres. C’est aussi une demoiselle qui, comme telle, est pour ainsi dire mise hors du circuit de l’échange matrimonial. Parallèlement, sur le plan économique, elle fait également figure d’exception à la règle de l’échange. En effet, bien qu’elle soit marchande de chapeaux et ait de ce fait une fonction sociale, elle est toujours présentée dans le rôle de demandeur et jamais dans celui de pourvoyeur. De plus, par ses atttributs de caractère ostentatoire – son magasin est plus luxueux que les autres, avec ses fenêtres anglaises ; elle arbore un chapeau orné d’une plume ; elle promène des petits chiens en laisse – Mademoiselle Lovelace en vient à représenter une surabondance de biens, une dépense somptuaire qui la situent en marge des transactions ordinaires et qui la mettent du côté du superflu, du surajouté. Enfin, à cela s’ajoute le fait qu’elle s’est tenue à l’écart pendant la crise et qu’elle n’a aucunement participé au programme d’entraide. Tous ces excès, tous ces manquements à la norme l’exposent alors à la sanction que constitue le refus opposé par Madame Cobbit à une demande qui paraît elle-même excessive. Dans l’univers de Trumpton, l’exclusion – même bénigne et relative – vient frapper quiconque se singularise, alors que l’intégration vient récompenser qui se montre solidaire.

L’équilibre du système

28La séquence finale marque un retour à l’ordre après la parenthèse ouverte par l’enchaînement des catastrophes. La continuité ainsi reprend ses droits, la scène du concert venant sceller de son unanimité la restauration de l’équilibre communautaire. En somme, tout est bien qui finit bien, et tout se termine en musique.

29Deux questions toutefois demeurent ouvertes, qui troublent quelque peu cette apparence et font planer une ambiguïté sur la signification profonde de l’histoire. D’abord, si le marchand de glaces se trouve à présent accepté par la communauté, il n’en reste pas moins qu’il y a maintenant deux occupants pour une même place. Comment le monde stable de Trumpton négociera-t-il ce changement ? Ensuite, même si, comme on l’a vu, Mademoiselle Lovelace a sans doute mérité sa « punition », il reste que la privation dont elle est victime est liée directement à la présence d’un nouvel arrivant dans une société repliée sur elle-même et vivant pour ainsi dire en autarcie. C’est alors comme si, dans cet univers isolé et clos, la quantité des biens disponibles était fixe et limitée, si bien que la dépense supplémentaire ou le don gratuit entraînent fatalement un manque, comme c’est le cas lorsque la fleur qui va à Antonio fait défaut lorsqu’il s’agit de répondre à la demande d’un habitant du lieu.

30Soulignée par l’italianité du nom, l’identité du marchand de glaces suggère alors une lecture qui fait sa place au problème de l’immigration. La fable qui exalte les vertus de solidarité et d’entraide et propose un modèle d’intégration s’efface ainsi devant une sorte de parabole dont le message est moins clair ou moins euphorique. D’un côté en effet, pour constituer une communauté entièrement solidaire, on postule une société fermée où l’on peut voir, en miniature, une figuration du « splendide isolement » de la Grande-Bretagne. De l’autre côté, il y a cette arrivée de l’étranger dont la représentation n’est pas exempte de stéréotypes culturels et auquel il s’agit de faire place. Dans un tel contexte, les questions soulevées plus haut sont plus lourdes d’implications : est-ce à dire, par exemple, que même accepté et foncièrement solidaire, le nouvel arrivant vient toujours « en excès » et « en trop » ? S’il en était ainsi, le sens latent viendrait curieusement démentir la signification affichée.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540