Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Transmission des valeurs par la télévision britannique

 | 
Monica Charlot

Une télévision en noir et blanc

Bernard d’Hellencourt

Texte intégral

1Comment l’étranger national ou ethnique apparaît-il à la télévision britannique, quelles sont les principales modalités de sa présentation et de sa valorisation ?

  • 1 L’ensemble des émissions diffusées le dimanche 25 septembre 1983 sur deux chaînes de télévision br (...)

2Pour explorer cette interrogation initiale la totalité du corpus choisi en commun a été retenue1. Deux lectures complémentaires ont été entreprises. Dans un premier temps l’étranger – par la nationalité – a fait l’objet d’un inventaire critique afin notamment d’étayer, dans un deuxième temps, une étude plus détaillée de la présentation des minorités ethniques « de couleur ».

3Le corpus et la méthode d’analyse retenus appellent un certain nombre de remarques liminaires. Il est important de souligner pour ce qui concerne l’objet étudié que le jour choisi, un dimanche, est le « jour du Seigneur » pour les chrétiens et que le choix de BBC 1 et ITV écarte notamment Channel 4 dont le cahier des charges requiert une programmation spécifique pour les « minorités ». Les deux chaînes étudiées ont une programmation évidemment différente mais d’une nature directement comparable, le parallélisme n’est rompu que par la présence de publicités sur ITV et celle des programmes scolaires de l’Open University sur BBC 1.

4A ce stade de la recherche les intentions du producteur et l’effet du programme sur les spectateurs ont été délibérément ignorés au profit de l’analyse du seul message télévisuel. Enfin, au-delà des distinctions traditionnelles entre les divers types d’émission (et en fonction de leur origine), le corpus est également abordé comme un ensemble, comme un tout, dont l’unité est inférée de sa seule transmission, ce jour-là, indépendamment de ses modalités de production et de réception.

L’étranger

5La vision étrangère offerte – qui implique également une vision de l’étranger – est essentiellement américaine. Les émissions produites aux Etats-Unis sont nombreuses et représentent une proportion importante du total. Il s’agit surtout de programmes de fiction (séries, films mais aussi dessins animés, etc.). Elles sont parfois distinguées comme telles dans l’annonce (« un autre type de cowboy ! »…). Mais la plupart du temps le renvoi aux Etats-Unis n’est pas explicité dans la présentation. Le programme apparaît en anglais américain et offre une représentation des Américains et des étrangers (Britanniques compris). Le seul autre film étranger est un film français présenté en version doublée en anglais sur ITV et distingué comme « the late night continental ».

6Au-delà de la nationalité du programme on peut noter des différences quantitatives et qualitatives selon les divers types d’émissions. Il apparaît cependant possible d’analyser l’intérêt pour l’étranger et sa présentation selon une grille relativement simple et également de dégager un dénominateur commun.

7Trois types principaux de références à l’étranger sont apparues à l’analyse. L’un fondé sur la politique, l’autre sur le sport et le dernier sur la culture. Un même pays pouvant être traité très différemment selon le type de référence concerné.

8Lorsque l’intérêt relève pour l’essentiel du politique on retrouve une hiérarchie relativement stable et les relations sont situées dans un contexte d’équilibre de pouvoirs et d’alliances dans ce cadre. Les contextes les plus fréquemment rencontrés sont la rivalité, les conflits de toutes sortes et notamment la guerre. Les deux illustrations les plus présentes dans l’échantillon sont les références historiques aux deux guerres mondiales (et surtout à la seconde) et la couverture du conflit libanais.

9Ici encore l’étranger américain domine. Aussi bien à travers les relations bilatérales USA-Royaume-Uni que dans l’équilibre entre les deux superpuissances et entre les deux blocs formés autour d’elles. L’approche qui domine est celle de la « solidarité occidentale ». La couverture du Liban est probablement la plus significative à cet égard (voir les journaux télévisés et le magazine « Week-End World », l’accent y est mis sur les intérêts vitaux pour l’Occident).

10Le cas de l’Europe distinguée de l’Occident en général est plus complexe. La distance entre le Royaume-Uni et les – autres ! – pays européens varie considérablement à l’intérieur du corpus. En revanche la CEE lorsqu’il y est fait référence explicitement est connotée négativement, parfois en termes peu nuancés (« Europe s nonsensical policies ; crazy European Systems », etc.).

11Le poids des liens issus de l’Empire britannique et entretenus dans le Common wealth fait rarement l’objet d’une mention explicite. L’analyse des minorités ethniques de couleur y renverra plus loin. Cependant les références au continent africain consistent essentiellement dans la couverture de l’Afrique du Sud et du Zimbabwe. Les autres références à l’Afrique ne rapprochent guère d’un équilibre objectif puisqu’on y trouve pêle-mêle la pollution au Nigéria, les riches Nigérians et l’importance de leur pouvoir d’achat ou encore l’Ouganda colonial – avant Idi Amin Dada – décrit comme une « société multiraciale merveilleuse ».

12L’intérêt pour l’étranger fondé sur le sport est important quantitativement et il est relativement homogène dans sa nature même. La couverture sportive est universaliste dans son approche et englobe tout pays étranger dans le cadre de règles du jeu conventionnellement et internationalement acceptées. Le centre d’intérêt est bien évidemment la participation du Royaume-Uni et la hiérarchie présentée est relativement simple. Elle est fondée sur les résultats sportifs, succès et échecs, et l’interprétation offerte oppose le Royaume-Uni au reste du monde.

13La dernière catégorie – culture – regroupe tout ce qui n’est pas essentiellement de Tordre de la politique ou du sport. Son contenu justifie le regroupement et l’étiquette choisie. En effet il s’agit pour l’essentiel des arts (littérature, poésie, musique et danse) mais aussi de la science (experts et savants étrangers) ou encore de la cuisine traditionnelle. C’est dans ce type de référence que Ton trouve les stéréotypes les plus extrêmes et les plus nombreux. La publicité offre les illustrations les plus significatives (la France y est représentée par l’érotisme des sous-vêtements féminins, la Tour Eiffel, les Tractions Avant Citroën, la cuisine provençale, etc.) mais les autres types d’émissions en comportent également (qu’il s’agisse du Président Reagan et du Rodeo ou encore des Zoulous vêtus de peaux de bêtes et portant des armes rudimentaires dans les journaux télévisés, etc.). C’est une culture de carte postale très fortement stéréotypée qui est véhiculée et pas seulement dans les messages courts et denses propres à la publicité.

14La présentation de l’étranger contribue également à construire la présentation des minorités ethniques de couleur qui font l’objet de la deuxième étape de l’analyse.

Les minorités ethniques de couleur

15La définition instrumentale retenue englobe les citoyens appartenant aux minorités ethniques de couleur qui peuvent être identifiées par leurs caractéristiques raciales apparentes (« black, brown and yellow ») et pour ce qui concerne le Royaume-Uni il s’agit pour l’essentiel des citoyens originaires du Nouveau Commonwealth et du Pakistan.

16Ils sont présents dans tous les types d’émissions et leur présence est plus importante qu’attendue dans l’hypothèse initiale émise avant le premier visionnement systématique du corpus. Ils sont en revanche très peu présents dans la publicité. Si Ton excepte un faux chinois (dans un contexte culinaire), le seul « noir » apparaît brièvement dans une publicité pour le Times et il danse sur ses patins à roulettes au son de la musique dans ses écouteurs.

17Leur présence prend à l’évidence des formes très variées. Ils sont tantôt tout juste « présents » et aperçus tantôt à l’autre extrême d’un continuum ils constituent l’objet même de l’émission dans les programmes spécifiques consacrés aux minorités. L’analyse a porté sur les différents types de présence rencontrés tout au long de ce continuum.

18Les émissions américaines méritent à nouveau une mention à part. Elles représentent des « noirs américains » et il apparaît que certains d’entre eux sont des personnages de fiction importants. Dans Benson le héros est noir et c’est même ce qui constitue le thème central, dans Shipwreck un personnage important est également noir et ce jeune garçon est porteur de nombreux stéréotypes ! On trouve en revanche plus d’un exemple d’« integrated casting » dans Benson, Risko (officier de police notamment), etc.

19Les membres des minorités ethniques de couleur sont tout juste présents dans plusieurs émissions. Ce qui veut dire tantôt qu’on les aperçoit – parfois très brièvement – soit au contraire qu’ils occupent l’écran pendant longtemps mais dans l’un et l’autre cas sans qu’aucun commentaire ne soit fait sur leur appartenance ethnique, non soulignée. Ceci vaut pour des émissions très diverses. La population rencontrée dans ce contexte est composée d’ouvriers manuels, d’enfants qui jouent, de simples passants, de sportifs, d’un commerçant et d’un champion de squash. Ils sont tous Afro-Antillais à l’exception des deux derniers, d’origine asiatique, qui sont individualisés et qui parlent.

Une présence soulignée et commentée

20Si l’on excepte les émissions spécifiques des minorités, des extraits de cinq émissions différentes méritent mention. Dans Good Morning Britain il est fait référence aux « blacks » dans une liste de minorités « qui se considèrent opprimées » et comprenant également les homosexuels et les féministes !

21Dans Play Your Cards Right un jeune couple d’« Asiatiques d’Afriques » prend part au jeu. L’annonce de l’émission reprend une plaisanterie du présentateur sur la distance qui sépare Leicester où ils habitent et le Kenya dont ils sont originaires (« just the other side of Leicester… »). On trouve dans cette émission tous les stéréotypes les plus courants sur les noms difficiles à prononcer, les castes, les mariages arrangés par les parents, la cuisine traditionnelle etc. Mais le jeune couple illustre en même temps une intégration accompagnée par un rejet des normes traditionnelles avec notamment un mariage entre membres de deux castes différentes, une femme au travail et de surcroît plus qualifiée que son mari (elle est aussi plus vive que lui, habillée à l’occidentale et elle ne semble pas gênée par les allusions grivoises du présentateur).

22Deux séquences du journal télévisé (l’une d’elle répétée, sur BBC 1) sont consacrées à la politique française en matière de contrôle de l’immigration et plus précisément au contrôle des citoyens britanniques de couleur non détenteurs d’un passeport. Les « Londoniens noirs » sont filmés lors de leur voyage de protestation à Calais. Un résumé du fondement de leur protestation est donné et ils sont interviewés. La couverture n’est cependant pas la même sur les deux chaînes. ITV explique la pression exercée sur le gouvernement britannique (« force the british Government to take action… Hope the British Government will persuade them [the French] to change their policy… ») et mentionne également le statut de conseillers municipaux de vingt des protestataires. Sur BBC 1 le commentaire reste plus extérieur et ne s’étend pas sur le rôle et la position du Royaume-Uni dans l’affaire. Le statut de conseiller municipal d’un seul des manifestants est mentionné. L’ensemble apparaît comme un test des lois françaises relatives à l’immigration ; les « victimes » sont présentées comme agressives et leur échec est souligné. On peut également noter que cette séquence suit immédiatement –toujours sur BBC 1 – celle sur les Zoulous et l’apartheid en Afrique du Sud. ITV est probablement plus complète que la BBC sur le contexte et les implications mais dans les deux cas c’est bien la discrimination pratiquée par les français qui est soulignée.

23Une dernière séquence appartient à l’émission religieuse Songs of Praise, une petite fille nommée Lisa Chong qui vient d’être baptisée est interviewée après sa « conversion » mais rien n’est dit de son origine ethnique ni de sa religion antérieure.

Deux programmes des minorités

24A ces diverses séquences il convient enfin d’ajouter les deux programmes (un sur chaque chaîne) spécifiquement et entièrement consacrés aux minorités ethniques de couleur. Ces émissions sont différentes dans leur nature même des programmes analysés jusqu’ici. La Commission Annan avait rappelé le but recherché:

  • 2 Report of the Committee on the Future of Broadcasting, Annan Report, Londres: HMSO, (...)

Broadcasting Authorities should provide programmes which introduce new-comers to the life and morals of this country, which reflect their own cultures and which enable others to understand and appreciate these cultures 2.

25L’émission Asian Magazine sur BBC 1 est la version la plus récente d’un programme créé en 1965 sous le titre Apna Hi Ghar Samajhiye transformé en Nai Zindag Naya Jeevan puis Asian Magazine. La langue utilisée (après un salut en anglais) est l’Ourdou/Hindi avec des sous-titres en anglais. Il y a deux présentateurs un homme en costume et cravate et une femme habillée à l’indienne. Les séquences comprennent une jeune poétesse du Gujerat, un économiste de Cambridge faisant un cours sur l’inflation, la première église pour chrétiens Asiatiques, de la poésie encore et des chants.

26L’annonce de l’émission renvoie à la séquence sur la jeune poétesse présentée comme un jeune poète sur la base d’un prénom dont l’annonceur ignorait qu’il était féminin et l’annonce est faite sur fond de danse hindoue traditionnelle. Cette poétesse est jeune, belle, elle porte des vêtements hindous, elle est entre deux cultures, entre tradition et modernité et l’exprime dans ses poèmes, dans un excellent anglais (notons que l’ensemble de la séquence est en anglais sans sous-titres en Ourdou/Hindi). Elle exprime et exalte l’espoir.

27L’économiste de Cambridge (en costume, cravate… et turban) mentionne le fait qu’un grand nombre d’Asiatiques et d’immigrants d’autres origines reçoivent de bas salaires et que la population immigrée est gravement affectée par le chômage. Les signes d’amélioration qu’il décèle auront selon lui « un effet minimal sur la population immigrée » et aucun commentaire n’est fait sur la situation décrite. L’une des séquences suivantes couvre l’inauguration de la première église pour chrétiens Asiatiques, une autre traite de l’itinéraire d’un poète pakistanais (il souligne 1’image étrange de l’Occident qu’on a en Orient, il exprime également l’espoir et se réfère à la main de Dieu). L’émission se termine par une chanson primée lors d’un concours de chants asiatiques (sans sous-titres en anglais).

28L’émission Here and Now sur ITV en est à sa 99ème édition. Elle commence par un générique qui fait se succéder rapidement : danse hindoue, élégance vestimentaire masculine, musique, danse d’enfants et sportive Afro-Antillaise et le présentateur est en costume et cravate. L’ensemble du programme est consacré à la presse des minorités. Sous-continent Indien, Afrique, Chine et Antilles sont couverts. Et l’approche privilégie les liens entre communauté immigrée et pays d’origine, opposant tradition et modernité, anglais et langue maternelle, première et deuxième générations. Journalistes, rédacteurs en chef et directeurs sont interviewés ainsi que des passants dans la rue. Seuls des Afro-Antillais sont interrogés dans la rue, en revanche ils sont sous-représentés dans les interviews de professionnels de la presse. Flip Fraser rédacteur en chef du journal The Voice prend – brièvement – la parole et le commentaire souligne que son approche est « plus radicale ».

29C’est certainement dans cette émission que l’on se rapproche le plus d’une évaluation critique de la place des minorités ethniques au Royaume-Uni. Mais ce sont les membres des minorités qui sont cités, dont on rapporte les propos sans que le commentaire les reprenne. Une seule exception : un spécialiste « blanc » qui appartient à la Commission pour l’égalité des Races et qui intervient à ce titre.

Différences et intégration

30Une tentative de synthèse des éléments recueillis jusqu’ici permet de dégager un certain nombre de points saillants. La présentation est très fortement stéréotypée et l’accent est mis sur l’intégration tantôt de manière explicite tantôt plus indirectement à travers la sélection opérée à travers le non-dit et l’absence. Les différences valorisées offrent une définition de l’acceptable, de l’intégrable voire du désirable. L’ensemble des références, images, modèles et valeurs s’organisent en fonction de deux axes structurants : celui de la tradition-modernité et celui de l’exclusion-intégration. Une valeur positive est systématiquement attribuée à tout ce qui permet l’intégration qui est souvent liée à la modernité. De la tradition on ne valorise que ce qui ne fait pas obstacle à l’intégration, ce qui ne divise pas les minorités elles-mêmes et ne les isole pas de la population d’accueil.

31Les rôles valorisés appartiennent à trois champs seulement : le monde des médias (journalistes, présentateurs, rédacteurs en chef, directeurs…), le sport (divers pratiquants et champions), les arts (poètes, musiciens et chanteurs). L’informaticienne de Play Your Cards Right constitue une exception à cet égard. L’« integrated casting » rencontré dans les émissions américaines offre un contraste frappant avec une palette beaucoup plus large de rôles (pilote d’essais, officier de police, etc.).

32On rencontre des femmes parmi les rôles valorisés qu’on vient de décrire. Et pour deux d’entre elles (poétesse dans Asian Magazine et informaticienne dans Play Your Cards Right) c’est bien un modèle d’adaptation réussie qui est présenté. Toutes deux sont asiatiques et 1’on sait que la place traditionnellement attribuée à la femme dans les minorités asiatiques est jugée négativement par la population d’accueil (repli sur le foyer, taux d’activité très bas, moindre maîtrise de l’anglais, etc.) Ainsi le modèle est d’autant plus nécessaire.

33Les divers groupes ethniques sont traités de façon très différente dans l’échantillon. Les Afro-Antillais sont moins valorisés et leur présentation est beaucoup moins riche et variée que celle des minorités originaires du sous-continent Indien. On les voit souvent à l’image mais ils parlent moins, et lorsqu’ils parlent c’est le plus souvent en tant que membres du public, de la masse. Ils sont très fortement sous représentés parmi les rôles valorisés. La valorisation systématique de l’intégration explique la part faite aux Afro-Antillais. La communauté asiatique offre davantage d’exemples d’intégration réussie et de modèles de résolution des conflits culturels. Mais aussi, la culture « noire » (celle des immigrants noirs au Royaume-Uni) qui renvoie aux Afro-Antillais est beaucoup moins présente que les cultures d’origine ou encore l’adaptation culturelle au Royaume-Uni. La culture immigrée apparaît pour l’essentiel en termes de nostalgie du pays d’origine. Il est vrai que la culture noire même dans sa forme la moins radicale se prête plus difficilement à la sélection de l’acceptable et de l’assimilable dans la mesure où elle intègre une lecture politique de l’immigration.

34La part faite à la religion illustre bien l’accent mis sur l’intégration. Elle n’est mise en avant que lorsqu’il s’agit du christianisme, qu’il s’agisse de la première église pour les chrétiens originaires d’Asie dans Asian Magazine ou encore de la conversion de Lisa Chong dans Songs of Praise. Dans le corpus étudié, les musulmans sont au Liban mais le poète Pakistanais fait allusion à la main de Dieu et non d’Allah. Seule la religion dominante dans la population d’accueil et facteur d’intégration est mentionnée.

35La présentation de l’étranger contribue également à construire celle des minorités ethniques. En effet la discrimination raciale est analysée à l’étranger. Elle est située à l’étranger. Le cas de l’Afrique du Sud avec les réformes envisagées sur la base d’une hiérarchie raciale affinée (blancs, Indiens, métis et noirs) offre une illustration extrême mais la politique française en matière d’immigration permet de montrer la discrimination en action, ailleurs !

36Lorsque la discrimination est située au Royaume-Uni, ce sont les membres des minorités eux-mêmes qui en dénoncent l’existence (à une exception près déjà notée, celle du représentant de la Commission pour l’Egalité des Races et qui parle à ce titre, en spécialiste). La discrimination à l’intérieur même des minorités envers les membres qui s’en écartent pour s’intégrer davantage à la population d’accueil est développée en contrepoint.

37Il faut certes se garder dans toute étude de cas des tentations de généralisation. Ce que l’étude détaillée d’une journée entière de télévision a permis de dégager mérite sans doute d’être versé au dossier du débat passionné sur la part des médias et plus particulièrement de la télévision dans le rapport des minorités ethniques de couleur avec le reste de la population britannique. Il apparaît notamment qu’enquêtes et débat réduisent le problème, voire le déplacent, en ne retenant que les émissions spécifiquement consacrées aux minorités.

  • 3 On peut consulter notamment :
    ANWAR, M. Who Tunes in to What ? Londres : CRE, 1978, 104 p.
    ANWAR, M.(...)

38Il conviendrait pour compléter l’épure et prolonger l’enquête de regarder dans trois directions complémentaires : les modalités de production et de programmation, l’impact sur les spectateurs et enfin l’évolution éventuelle sous l’effet conjugué des groupes de pression, du législateur et de l’opinion publique en général3.

39Toujours est-il que les messages analysés apparaissent suffisamment convergents – tant dans ce qui est présenté que dans la manièe de le présenter – pour justifier le contraste retenu en titre et voir en noir et blanc les minorités de couleur à la télévision britannique.

Notes

1 L’ensemble des émissions diffusées le dimanche 25 septembre 1983 sur deux chaînes de télévision britannique : BBC 1 et ITV (Central), ce qui représente trente quatre heures et quarante cinq minutes.

2 Report of the Committee on the Future of Broadcasting, Annan Report, Londres: HMSO, 1977, p. 351.

3 On peut consulter notamment :
ANWAR, M. Who Tunes in to What ? Londres : CRE, 1978, 104 p.
ANWAR, M. Ethnic Minority Broadcasting, Londres : CRE, 1983, 80 p.
ANWAR, M., SHANG, A., Television in a Multi-Racial Society : A Research Report, Londres : CRE, 1982, 84 p.
COHEN, P.,GARDNER,C. (ed.) It ain’t half racist,mum. Londres : Comedia/CARM, 1982, 119 p.
CRE Broadcasting in a Multi-Racial Society (Commission for Racial Equality response to the White Paper on Broadcasting), Londres : 1979, 4 p.
FISKE, J., HARTLEY, J. Reading Television. Londres, Methuen, 1978, 223 p.
HUSBAND, C. (ed.) White Media and Black Britain. Londres : Arrow Books, 1975, 222 p.
JONES, CB Race and the Media: Thirty Years’Misunder standing, Londres : CRE, 1982, 20 p.
MACSHANE, D. Black and Front, Londres : NUJ, 1978, 23 p.
TROYNA, B. Public Awareness and the Media: A Study of Reporting on Race.
Londres : CRE 1981,95 p.
TUMBER, H. Television and the Riots, Londres : BFI, 1982, 54 p.

Auteur

Maître de Conférences à l’Université d’Orléans

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540