Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Transmission des valeurs par la télévision britannique

 | 
Monica Charlot

Femmes, Changement, continuité

Mireille Quéré

Texte intégral

1La télévision est devenue, dans les sociétés industrielles avancées, un facteur primordial de socialisation, comme la famille ou l’école. En Grande-Bretagne elle est présente dans 96 % des foyers, mobilise le téléspectateur en moyenne dix-huit heures par semaine et peut, pour certains de ses programmes, atteindre des audiences de vingt millions de personnes.

2Devant l’ampleur du phénomène, il n’est pas indifférent de se pencher sur le contenu de messages bénéficiant d’une aussi large diffusion et d’analyser l’idéologie qui les sous-tend. Le présent projet vise à étudier les valeurs et les systèmes de valeurs que la télévision britannique manifeste dans son discours. Un tel projet appelle un certain nombre de remarques préliminaires.

  • 1 « Qui dit quoi, par quel canal, à qui et avec quels effets »; H.D. Lasswell: « The structure and F (...)

3Etudier les valeurs attestées c’est se placer délibérément au niveau du message, de la manifestation, sans prendre en considération tout ce qui se passe en amont ou en aval. Il ne s’agira donc pas d’étudier le « qui » du schéma de Lasswell1 l’émetteur – la ou les sources – sa composition sociologique, son organisation et son mode de fonctionnement, son intentionalité implicite ou explicite, toutes choses qui relèvent des conditions de production du message. Il ne s’agira pas non plus de faire porter l’étude sur les deux derniers termes mentionnés par Lasswell, l’audience et les effets. Seul nous préoccupera le repérage des valeurs sans que la question de l’adhésion à ces valeurs ou de leur rejet par le téléspectateur soit posée ou que soit envisagée une typologie du téléspectateur.

  • 2 Eliseo Veron, « Semiosis de l’idéologique et du pouvoir ». Communications, no 28, 1978.

4Autrement dit nous favoriserons la manifestation par rapport à la production et à la réception et travaillerons selon la distinction opérée par Eliseo Veron en « grammaire de reconnaissance »2. Cette décision de méthode vise, à partir du message attesté et par l’analyse de traces ou de marques d’opérations relevant de la structure profonde, à construire la signification.

5Une telle démarche est particulièrement appropriée à l’analyse du discours télévisuel, lequel articule plusieurs systèmes de signes que les professionnels eux-mêmes regroupent en deux grandes catégories quand ils parlent de bande-image et de bande-son, étant entendu que chacune d’entre elles se subdivise et se ramifie en sous-systèmes qui font sens aussi bien dans leur mode de fonctionnement propre que dans leurs inter-relations.

6Par ailleurs, le discours télévisuel est fait d’une juxtaposition de discours différents. La télévision est, pour reprendre l’expression que McLuhan applique au journal, une « mosaïque » où coexistent – ou plus exactement se succèdent dans le temps – variétés et bulletins d’information, publicité et dramatiques, sports et cours universitaires etc. Chaque émission élaborera son propre code et/ou se conformera à des lois de genre : de toutes façons chaque émission créera son propre univers de référence. Il appartiendra alors à l’analyste de repérer, à chaque fois au coup par coup, valeurs et organisation de valeurs en systèmes et – dans une phase ultérieure – de confronter les résultats obtenus, de rechercher concordances et/ou écarts et de se demander si les valeurs ainsi repérées forment un système homogène qui pourrait alors être interprété comme le signe d’un consensus ou si, au contraire, au fil des différentes émissions sont proposés des systèmes contradictoires qui seraient la marque d’une situation pluraliste ou parfois conflictuelle.

7Même si elle se situe au niveau de la manifestation la démarche ne pourra néanmoins être totalement « objective » puisqu’elle implique l’analyste qui décodera le discours à travers ses propres grilles et filtres culturels, lesquels ne coïncident pas nécessairement avec ceux du récepteur moyen. De plus il y a entre ce dernier – dont l’identité reste problématique – et l’analyste une différence majeure au niveau des conditions de réception. Le téléspectateur moyen a une vision fragmentée, parcellaire, intermittente, il ne peut généralement pas passer une journée entière devant son poste, et de toutes façons, sauf à les enregistrer sur un magnétoscope, il ne peut avoir accès aux émissions de deux chaînes en même temps. Il est dérangé par sa famille, ses voisins, le téléphone. L’analyste au contraire dispose de toutes les émissions du dimanche 25 septembre 1983 sur la chaîne publique BBC1 et la chaîne privée ITV-Central. Il peut revoir ces enregistrements autant de fois qu’il le jugera nécessaire, faire des retours-arrière ou des arrêts image, etc. Par opposition à la perception immédiate du téléspectateur moyen, l’analyse de l’analyste sera le fruit de ce travail minutieux, sera une construction qui laissera la place aux interprétations contradictoires et aura comme ambition de proposer des hypothèses fortes plutôt que d’imposer des conclusions définitives.

8Repérer des valeurs présuppose que l’on sache ce qu’est une valeur. Pour le sociologue, c’est une conception implicite ou explicite du désirable propre à un individu ou à un groupe, qui influence le choix parmi les modes, les moyens et les fins possibles de l’action. La valeur est donc définie à la fois par rapport à un contexte et par rapport à un sujet C’est une position qui rejoint celle de l’analyse sémiotique. Pour le sémioticien les signes n’ont de valeur que relationnelle, positionnelle. Les significations et les valeurs ne sont pas définies a priori mais se déterminent « en représentation » et « en discours ». Ainsi un même thème ou contenu pourra être présenté comme désirable ou redoutable dans un contexte donné, pour un sujet donné, étant entendu que chaque discours construit son propre univers et ses propres références.

9Ainsi le changement et la continuité peuvent être vus par les philosophes ou les sociologues comme deux forces antagonistes mesurant les capacités d’adaptation et les chances de survie d’une société. Les sociétés fermées s’opposent à toute novation qu’elles parviennent à circonscrire ou à réduire à néant. Les sociétés ouvertes savent laisser une part à l’évolution et négocier le changement de façon à l’absorber, l’intégrer et l’inscrire dans la continuité. A d’autres moments, dans d’autres contextes, le changement peut devenir bouleversement, révolution, rupture et opérer le passage à un autre type de société.

  • 3 Nous utiliserons ici les catégories de l’analyse sémiotique définies par A.J. Greimas et renverron (...)

10Pour le sémioticien changement et continuité sont deux contenus qui peuvent être soit directement thématisés soit représentés figurativement dans le discours. Quand ils sont mis en relation sur Taxe des contraires (S1-S2) changement et continuité forment des catégories sémantiques qui pourront être articulées dans le carré suivant3 :

11Le carré sémiotique représente un état neutre, descriptif des valeurs investies. Leur axiologisation n’intervient qu’à la suite de l’intervention de la catégorie thymique (euphorie/dysphorie), c’est-à-dire à la suite de la mise en relation avec le sujet. Seule une analyse du contexte permettra de dire si changement et continuité sont valorisés positivement ou négativement, s’ils sont acceptés ou rejetés par le ou les sujets mis en œuvre dans le discours.

12C’est ainsi que le corpus de référence (toutes les émissions d’une journée sur deux chaînes) devra être passé au crible d’une analyse qualitative assez fine qui permettra de dire quelles valeurs la télévision britannique attache au changement et à la continuité, quelles représentations elle en donne.

***

13Les études féministes ont, depuis les années 70, pris un essor particulier. Plusieurs recherches ont été consacrées à la représentation de la femme dans les manuels scolaires, la publicité, les magazines féminins, la presse et les médias en général. Elles ont montré la femme ignorée, méprisée, abaissée ou alors glorifiée dans son rôle traditionnel de femme-mère-épouse. Elles ont, par leurs conclusions, contribué au changement, même limité et relatif, de la place de la femme dans les sociétés contemporaines et participé ainsi du militantisme féministe.

14Un tel préambule a pour objet de mettre en évidence une première difficulté d’ordre méthodologique rencontrée face au corpus. En effet, les deux axes d’étude qui sont à croiser, les femmes d’une part, le changement et la continuité d’autre part, délimitent des champs très vastes. On pourrait presque de manière un peu provocatrice, reprendre des clichés du type « des femmes il y en a partout », ou bien « ça bouge tout le temps » et « les choses ne sont plus ce qu’elles étaient » pour mesurer l’ampleur de la tâche. Comment alors déterminer des critères d’analyse et dans quel rapport appréhender femmes/changement/continuité ?

15Une première approche serait de distinguer parmi toutes les émissions mettant en scène des femmes deux types de cas :

  • soit ces émissions font explicitement référence au thème du changement et de la continuité, montrent comment les femmes y sont confrontées et comment elles négocient la situation. Des marques textuelles, repérables dans le discours, indiquent que cette situation est « anormale » : gestes de surprise, approbation, réprobation. Autrement dit changement et continuité sont thématisés et inscrits dans l’univers de référence construit par l’émission et c’est par rapport à cet univers de référence que l’analyse mettra en évidence leur axiologisation et la place de la femme dans cette axiologisation.
  • soit (et c’est le cas le plus fréquent) des femmes apparaissent dans des émissions, elles remplissent certains rôles et sont investies de certaines valeurs, lesquelles ne sont pas mises en rapport, dans le discours, avec les thèmes du changement et de la continuité. L’analyse confrontera cette représentation à la situation « réelle » de la femme dans la société considérée, au moment considéré. Autrement dit l’analyse dégagera des écarts ou des concordances par rapport à une norme implicite et mesurera changement et continuité à l’aune non de l’univers de référence du discours, mais de celui de l’analyste lui-même.

16Dans un cas l’analyse ne s’appuiera que sur des critères internes, dans d’autres elle introduira des critères externes.

La place de la femme

17Une étape préalable serait de cerner la place occupée par les femmes en cette journée du dimanche 25 septembre 1983, sur les deux chaînes considérées, BBC 1 et ITV Central, selon des critères de présence/absence et de types de présence.

18Tout d’abord, les femmes sont totalement exclues de certaines plages horaires. Cela est particulièrement frappant sur BBC1 : les femmes sont absentes

  • de l’émission Farming 12h55-13h25.
  • de l’émission World of Flowers (13h25-13h50) au cours de laquelle un expert masculin fait l’historique des tulipes et explique comment en prendre soin.
  • de 14h20 à 16h35 le Grand Prix automobile de Brands Hatch élimine les femmes du petit écran.
  • enfin dans l’émission The Sky at Night, de 23h30 à 0h, c’est de nouveau à un expert masculin que revient le soin de nous parler d’astronomie.

19Soit au total quatre heures vingt-cinq minutes d’émissions de BBC 1 excluant les femmes.

20Sur ITV la situation est sensiblement différente. Les programmes étant entrecoupés de spots publicitaires qui souvent montrent des femmes ou utilisent leurs voix pour vanter un produit, l’élimination de l’élément féminin n’est pas totale. C’est par ce biais que l’on peut voir des femmes pendant la tranche horaire consacrée au golf (16hl0-18h30). Néanmoins, et comme sur BBC1, les femmes n’apparaissent pas dans l’émission destinée aux agriculteurs Farming 83 (9h30-10h) ou dans le programme de sports Play Better Squash (11h30-12h),pas plus que dans l’émission de réflexion Credo (14h-14h30) consacrée aux prisons, soit au total une heure trente minutes d’exclusion complète.

21De plus, la présence de la femme peut prendre différentes formes. Tantôt les femmes ne sont ni vues ni entendues mais l’on parle d’elles, elles sont le référent du discours et ont en quelque sorte une présence in absentia. Tantôt cette présence est directe mais se manifeste à travers des canaux différents : on peut les entendre sans les voir (son) ou les voir sans les entendre (image) ou enfin les voir et les entendre (image et son). A ce critère formel que l’on peut compléter par un minutage du temps de passage à l’écran ou un comptage des phrases prononcées (critères selon lesquels les professionnels sont payés) vient s’ajouter une classification du type de présence selon le rôle dévolu à la femme. C’est ainsi que l’on peut suggérer l’échelle suivante :

  • rôles de figuration : les femmes sont filmées dans la rue (émission sur le Liban par exemple) ou dans des magasins comme faisant partie du décor.
  • rôles de présentation : l’absence de « speakerines » à la télévision britannique peut être remarquée. Les programmes du jour ou de la semaine sont présentés par des bandes-annonce accompagnées d’une voix en commentaire. Sur Central parfois (mais rarement) c’est un speaker qui indique les modifications de programme. Par contre certaines émissions utilisent des présentatrices pour introduire les différentes séquences composant le programme. C’est le cas pour Asian Magazine sur BBC1 où alternent deux présentateurs, un homme et une femme.
  • rôles de présentatrices-narratrices présentes surtout dans les émissions pour enfants. Elles racontent des histoires et parfois illustrent leurs récits par des dessins ou de la musique.
  • les présentatrices-journalistes. Tous les grands bulletins d’information du jour sont présentés par des hommes. Une seule exception à cette règle, l’émission Good Morning Britain sur ITV où une femme présente les titres principaux et une autre prend en charge la rubrique des sports. Toutefois dans les deux cas elles restent subordonnées au meneur de jeu David Frost.
  • rôles de femmes-témoins : celles que l’on interroge soit en tant qu’individus ou experts en général comme le Dr. Kübler-Ross soit spécifiquement en tant que femmes, par opposition aux hommes comme dans l’émission Taking Stock.
  • rôles de femmes-acteurs du récit, les héroïnes qui occupent une place centrale soit dans un reportage (la jeune poétesse pakistanaise de Asian Magazine), soit dans une œuvre de fiction.

22Une telle évaluation du degré de participation des femmes n’a d’intérêt que corrélée à celui des hommes. Si eux aussi se trouvent filmés par hasard comme faisant partie du décor, ils assument de façon régulière des rôles de présentateurs, narrateurs, journalistes, meneurs de jeu et surtout experts et héros.

23Enfin la présence de la femme peut se manifester à travers les différents genres du discours télévisuel. On peut ici distinguer

  • le discours de la réalité. Sans entrer dans un débat philosophique sur ce que la réalité peut avoir de construction ou de représentation, on pourra admettre que le discours de la réalité trouve son référent dans le monde réel. Telle participante à un jeu télévisé par exemple arrivera sur le plateau avec ses traits et ses caractéristiques de la vie réelle (mère de famille ou informaticienne). Elle sera elle-même.
  • le discours de la fiction qui a un référent fictif. On nous raconte une histoire et nous le savons. Eileen, Etta et les autres ne sont pas des êtres réels.
  • le discours de la publicité, à mi-chemin entre la réalité et la fiction, obéit à ses règles propres ; en particulier il fonctionne sur le mode de la persuasion et se distingue des précédents par des conditions de production et de transmission spécifiques.

24C’est à travers ces différents types de présence que l’on pourra apprécier la place de la femme telle qu’elle est représentée à la télévision britannique.

La femme confrontée au changement et à la continuité

25Les émissions dans lesquelles la femme se trouve explicitement confrontée au changement et à la continuité seront étudiées en premier.

Bonanza

26Dans cet épisode d’une série américaine Etta a eu un enfant illégitime de l’homme qu’elle aimait mais ne pouvait épouser car il était déjà marié. Son père, Zak, l’a rejetée et refuse de la voir, mais maintenant qu’elle sait qu’elle va mourir Etta tente un rapprochement avec sa famille.

27Le conflit de deux systèmes de valeurs est nettement inscrit dans le texte. Si l’on considère l’épisode du point de vue du « devoir faire » (modalité déontique), ce qui est prescription pour la fille – c’est-à-dire avoir un enfant illégitime – est une interdiction pour le père. Aux yeux de ce dernier, Etta a enfreint les règles élémentaires de la société et il est donc interdit d’avoir affaire à elle et à son enfant. La mère, elle, aimerait laisser parler son cœur et recueillir la fille et l’enfant, mais elle se trouve dans une position de subordination face au père et donc en butte à son interdiction. Ben, l’ami de la famille, ne porte pas de jugement sur la conduite de la fille mais la recueille chez lui avec l’enfant.

  • 4 Voir A. J. Greimas et J. Courtès, Dictionnaire, op. cit.
  • 5 Idem.

28Les quatre personnages occupent les quatre positions du carré sémiotique4. La fille et l’ami qui prennent leurs distances par rapport au code social en vigueur sont dans la déixis positive alors que le père et la mère qui s’y conforment avec plus ou moins de force se trouvent dans la déixis négative5.

29Deux conceptions différentes des relations familiales s’affrontent :

  • la priorité donnée aux relations d’échange du type donnant/donnant : « Je l’aimais cette fille, comme elle m’a payé de retour » (“I loved that girl, how did she repay me”) dit le père ;
  • la priorité absolue donnée aux liens du sang, que ce soit par l’ami qui répond « Je ne savais pas que l’on devait être payé pour aimer ses enfants » (“I didn t know we had to be paid to love our children”) ou par l’enfant qui s’interroge « Pourquoi mon grand-père ne m’aime pas ? Il devrait m’aimer, c’est mon grand-père » (“Why doesn’t my grandfather like me, he should like me, he is my grand father”).

30Cette priorité est en un premier temps niée par Zak puis en un deuxième temps négociée – on peut même dire dans le cas présent marchandée – par lui (quand il impose à sa fille le contrat cruel aux termes duquel elle s’engage à ne plus revoir son fils) pour être enfin, à la mort de la fille, pleinement assumée. Quand sa fille lui dit « Je ne voulais pas que tu te charges de mon fils par devoir » (“I didn’t want you to take my son because you had to”), il répond, « Devoir, qu’est-ce que c’est que c’est que cette façon de parler ma fille ! C’est mon petit-fils, pas vrai. » (“Had to ? What kind of talk is that daughter. He is my grand-son, isn’t he?”).

31Zak a donc accompli un parcours qui le mène du rejet des lois de la nature à la soumission à ces lois. Cette soumission implique l’acceptation d’une infraction au code social de l’époque, aux lois de la culture. Face à lui, Etta a fait bouger les limites du conformisme. Sa force et son courage, alliés aux vertus traditionnelles de la douceur et de l’amour, sont connotés positivement. Et pourtant elle triomphe et meurt alors que Zak s’incline et vit : le récit négocie un compromis entre le changement et la continuité.

Wilfred and Eileen

32Dans la première partie de l’épisode l’héroïne Eileen oscille entre les forces du changement et celles de la stabilité. Elle a accepté d’épouser Wilfred secrètement au « registry office » ce qui compte tenu de l’époque (les moments précédant la première guerre mondiale) et du milieu dont elle est issue requiert un certain courage. Toutefois elle se pliera aux conventions sociales quand Wilfred, s’étant engagé dans l’armée, les deux familles sont mises au courant de la situation. Un mariage religieux est célébré en comité restreint (et en l’absence de la mère de Wilfred qui marque ainsi sa réprobation) alors que la mère d’Eileen souligne le retour à l’ordre établi : « Au moins maintenant ils sont vraiment mariés » (“At least now they are properly married”). « J’ai bien mieux aimé la mairie » (“I much preferred the registry office”) dit alors Eileen, fidèle à son attitude première ; néanmoins elle se verra contrainte d’habiter chez ses parents en l’absence de son époux.

33D’autres détails soulignent cette oscillation entre une attitude novatrice et une soumission aux normes du conformisme social, par exemple quand Wilfred, qui est sous les drapeaux mais est autorisé à rejoindre Eileen, lui apporte son petit déjeuner au lit : « C’est moi qui aurait dû faire ça » (“I ought to have done that”) dit-elle, reprenant à son compte une répartition traditionnelle des rôles de l’homme et de la femme. Elle semble apprécier le geste de Wilfred, mais, vite consciente de l’impact de sa phrase, rajoute : « A partir de maintenant Mme P. devra se débrouiller toute seule, peut-être qu’après la guerre je reprendrai le genre suffragette » (“from now on Mrs. P. can look after herself. May be after the war I’ll get suffragetty again”). La référence à Mrs. Pankhurst est explicite, mais l’adhésion à la lutte des femmes, le combat pour un nouveau rapport de forces et de nouvelles normes de comportement sont suspendus et reportés à des temps meilleurs.

34Pourtant, c’est la guerre qui fera d’Eileen un être pleinement autonome, prenant en charge à la fois sa propre vie et celle de Wilfred. Quand ce dernier est blessé Eileen décide de le rejoindre sur le front en Belgique et, pour y arriver, se bat contre le poids de toutes les conventions et contre toutes les institutions civiles et militaires. Elle voyage seule (et l’étonnement du jeune journaliste rencontré sur le bateau marque bien ce que sa situation a d’exceptionnel), retrouve Wilfred, se heurte au pouvoir médical, obtient l’autorisation de ramener son mari en Grande-Bretagne. Plusieurs scènes la montrent seule femme dans un univers d’hommes dont elle bouscule les règles et les certitudes. Elle est ferme, résolue, tenace, elle force le respect par son courage et sa volonté. Elle est maintenant véritablement acteur.

35La guerre semble un moment favorable à la remise en cause des valeurs établies, telle en particulier la fidélité dans les relations amoureuses ou conjugales. Une certaine flexibilité est admise et assumée. Ainsi dans Winds of War Pamela oublie un fiancé dont elle n’a plus de nouvelles dans les bras de Pug Henry alors que Rhoda, la femme de ce dernier, demeurée aux Etats-Unis pendant que son mari se bat en Europe, a une liaison avec un ami de la famille. Ce dernier refuse la culpabilité : « Je ne me vois pas comme un briseur de foyer, notamment de militaires en service à l’étranger » (“I dont think of myself as a home-wrecker especially of military men erving aboard”). A quoi Rhoda répond : « Je ne me vois pas comme une femme déchue, cela doit être la guerre… Avec Londres qui brûle, tous les vieux principes paraissent, je ne sais pas, sans importance ou quoi » (“I don’t think of myself as a scarlet woman. It must be the war… with London burning all the old ideas seem, I don t know trivial or something”). Pourtant cette remise en cause n’est que de surface et n’atteint pas les attachements ou les engagements profonds puisque Rhoda poursuit « Je sais qu’il m’aime » et rejette sa liaison du côté du paraître alors que son mariage relève de l’être. Ce qui paraissait atteinte au code établi vient en fait le renforcer : le changement permet la continuité.

36Dans Shipwreck c’est un naufrage qui vient créer une situation exceptionnelle et remettre en question – au moins provisoirement – la répartition traditionelle des rôles masculins et féminins. Quand les membres de l’équipage, le père, Travis, ses deux filles, Jesse, le jeune noir passager clandestin, et Kelly la photographe embarquée à bord à la dernière minute, se retrouvent tels Robinson, dans une île relativement inhospitalière, la répartition des rôles se fait « naturellement » : Kelly s’occupe des deux filles et tâche de pourvoir à la nourriture grâce aux plantes alentour alors que Travis et Jesse partent chasser. Leurs tentatives sont infructueuses, soit Travis n’a pas le cœur de tuer un caribou dont on nous montre les petits, soit, quand enfin il s’y résoud, il attire les loups qui lui mangent sa proie. (Ce qui n’est pas sans rappeler le thème du Vieil Homme et la mer). Kelly décide alors de se mettre à l’ouvrage et, accompagnée des deux filles, elle part en expédition sur le lac. Camouflées par des feuillages elles s’approchent d’oies sauvages qu’elles parviennent à attraper en plongeant sous l’eau (selon un stéréotype bien connu, les femmes utilisent la ruse plutôt que la force). Ravis d’avoir à manger, mais un peu penauds de n’y être pour rien, les deux hommes commentent la situation avec un tant soit peu de dépit : ils n’auront plus qu’à prendre leur retraite pendant que les femmes chasseront. Pour mieux souligner l’inversion des rôles, Kelly leur suggère de faire la vaisselle à ces moments-là. Heureusement que Travis reprend la direction des opérations pour construire le radeau qui leur permettra de retrouver la civilisation. C’est d’ailleurs au moment où le bateau qui va les recueillir est en vue que Travis demande à Kelly de l’épouser, le mariage étant le symbole même de la vie en société.

37C’est également autour du thème du changement dans les relations hommes/femmes que se construit l’épisode deBenson diffusé sur ITV. Contrairement aux exemples précédents qui relevaient d’une situation extraordinaire (guerre, naufrage) et introduisaient une distanciation dans le temps et l’espace (Bonanza, Wilfred and Eileen, Winds of War), ou seulement dans l’espace (Shipwreck), l’histoire de Benson, bien que se déroulant outre-atlantique, est délibérément ancrée dans le quotidien, un quotidien fictif bien sûr, mais la vie ordinaire d’un homme de confiance de couleur aux Etats-Unis et ses démêlés avec sa petite amie. Celle-ci, Jennifer, décide de passer la soirée avec un autre homme, et aux objections de Benson (objections mimées plutôt que parlées) répond « Je suis une femme libre et indépendante, je peux sortir avec qui je veux quand je veux et tu n’as rien à dire là-dessus » (“I am a free independent woman. I can go out with who ever I want, whenever I want and you dont have to say anything about it ”). Revendication aussitôt tournée en dérision par Benson qui lui suggère de lancer un magazine.

38Pourtant le désir d’indépendance de Jennifer est limité : « Je veux une famille. Je veux être mariée » (“I want afamily. I want to be married”) et ses relations actuelles avec Benson ne la satisfont pas. Mais Benson a peur du mariage qui risque de mettre en cause son confort de célibataire. Discutant de la situatin avec son patron (un cas de présence in absentia de la femme : on parle d’elle sans la voir ou l’entendre à l’écran), Benson dit que le mariage peut détruire les charmes d’une belle relation. Il ne veut pas qu’on lui adresse la parole le dimanche. Il veut pouvoir traîner en pyjama. Il a peur que Jennifer voyant cela ne demande le divorce. « Je suis un homme occupé, je ne veux pas d’un divorce à histoires » (“I am a busy man, the last thing I want is a messy divorce”). Sitôt posé, le mariage devient divorce et même divorce difficile, une façon pour Benson de mieux le rejeter. En fait, l’épisode, loin de montrer l’émancipation des femmes dépeint l’homme ancré dans la défense de sa liberté alors que la femme rêve d’aliéner la sienne. Ce n’est pas un hasard si la fin laisse une part à l’ambiguïté : certes Jennifer retourne à Benson, certes Benson ne se montre plus hostile au mariage mais s’y résoudra-t-il ?

39Les émissions analysées ici ont des points communs :

  • elles mettent en scène des femmes explicitement confrontées au changement.
  • elles relèvent exclusivement du discours de la fiction.
  • elles expriment un jugement sur le changement et la continuité en fonction des positions adoptées par les différents personnages et des réactions qu’elles suscitent.

40C’est ainsi que l’on pourrait classer les personnages féminins selon le schéma suivant :

41Les personnages secondaires entrent nettement soit dans la catégorie des passéistes, comme la mère de Wilfred, soit dans celle des conformistes, comme les mères d’Eileen ou d’Etta. Les personnages plus importants occupent des positions différentes, souvent plus complexes à analyser. Si Kelly est une progressiste qui s’affirme et s’assume sans toutefois revendiquer une position d’avant-garde, Rhoda et Jennifer se posent comme progressistes (niveau du paraître) pour se révéler en fait conformistes (niveau de l’être). Etta a un parcours plus compliqué : après sa décision d’avoir l’enfant (avant-gardiste), elle est contrainte de retourner au sein de sa famille (conformiste) et d’accepter une soumission totale au père (passéiste) pour qu’en fin de compte les effets de son expérience permettent de la classer, en dernière analyse, comme une progressiste. Par contre, Eileen, progressiste en un premier temps, se révèlera, à l’épreuve de l’adversité, être résolument avant-gardiste.

42Le contexte présente les passéistes de façon négative, marque de l’approbation tant pour les conformistes que pour les progressistes, alors que l’avant-garde force le respect et l’admiration.

Les signes de changement et de continuité

43D’autres émissions présentent ou mettent en scène des femmes sans toutefois faire référence aux thèmes du changement ou de la continuité. Ces femmes se trouvent situées, bien entendu, dans des univers qui ont leurs propres valeurs et leurs propres systèmes de valeurs. Quelle place occupent-elles alors, de quelles valeurs sont-elles porteuses, quelle représentation de la femme est donnée, quelle est la part des stéréotypes et celle des visions plus novatrices ?

44Une première approche serait de délimiter les types d’univers dans lesquels la femme évolue et les différents rôles qu’elle y assume. En cette journée du 25 septembre 1983 à la télévision britannique, les femmes paraissent exclues du monde de la politique et ce bien que le premier ministre du pays soit une femme. Madame Thatcher est vue à quelques reprises au cours des journaux d’information soit en image fixe (BBC1) soit montant dans son avion en partance pour les Etats-Unis.

45De même, parler de certains thèmes revient exclusivement à des hommes. Deux émissions, Tune sur BBC1, l’autre sur ITV, sont consacrées au suicide. Plus exactement, deux pères viennent parler du suicide de leurs fils et de la façon dont eux-mêmes ont pu, grâce à la foi, surmonter cette épreuve. Seuls les pères ont la parole.

46De toutes façons, les hommes monopolisent la position d’experts. Quel que soit le sujet : politique, sports, horticulture, agriculture, ou problèmes de société comme le fonctionnement des prisons, ce sont des hommes qui expliquent, commentent, donnent leur point de vue. La position de la femme reste toujours subordonnée. Même dans Heart of the Matter où le responsable de l’émission David Jessel interroge une femme le Dr. Kübler-Ross sur son expérience de médecin spécialisé dans l’accompagnement de patients en phase terminale. Le Dr. Kübler-Ross mentionne son enfance de petite fille qui s’est crue mal-aimée, elle est mariée et a des enfants. Elle est appelée à témoigner non en tant que femme mais en tant que spécialiste et David Jessel ne manque pas d’intervenir, de commenter les séquences filmées et les réflexions de son invitée, d’ouvrir et de clore l’émission, mettant en quelque sorte ces dernières en abyme.

47Les émissions religieuses font une très large place aux femmes : gros plans pendant le service sur paroissiens et paroissiennes (une femme avec un jeune enfant dans les bras sera montrée plusieurs fois sur ITV), témoignages d’hommes et de femmes sur les activités qu’ils poursuivent en faveur de la communauté, etc. Mais les lectures de passages de la Bible sont toutes (et sur les deux chaînes) assurées par des hommes alors que rien, semble-t-il, ne s’oppose à les voir prises en charge par des femmes. Les séquences hors-église tournées, en ce jour de la Fête de la Moisson, dans des paroisses rurales, montrent des hommes vaquant aux travaux des champs ou s’occupant des animaux de la ferme. Les femmes en revanche prennent soin des fleurs, font des bouquets, font le pain ou jouent de la musique. « Il faut faire quelque chose pour la communauté » (“You have to do something for the community”) dit l’une d’elles, « soit préparer le thé ou jouer de l’orgue » (“whether doing the tea or playing the organ”). Une institutrice est vue au milieu de très jeunes enfants qu’elle essaie d’éveiller à la foi.

48Institutrices, assistantes sociales, employées ou secrétaires : les femmes présentées dans les émissions relevant du discours du réel ont des positions de subordonnées dans des métiers à prédominance féminine. Pas de femmes chefs d’entreprise : le poste de responsabilité le plus élevé est celui de « advertising manager » du magazine de luxe destiné aux minorités Root, occupé par une femme noire en costume traditionnel. Le discours de la fiction offre par contre un éventail plus étendu, de la femme-soldat (Pamela) ou reporter-photographe (Kelly) à l’espionne séductrice (Christine).

49La place secondaire de la vie professionnelle pour une femme est marquée à plusieurs reprises par exemple dans Taking Stock quand, appelées à dessiner sur un graphique la ligne de leur vie avec ses hauts et ses bas, deux femmes du groupe-témoin disent avoir renoncé à travailler en raison de contraintes familiales. L’une, célibataire, a dû prendre en charge un père malade, l’autre mariée, a dû s’occuper de ses enfants. De façon très spontanée cette autre jeune femme participant à un jeu télévisé (Play Your Cards Right) et à qui l’on demande de se présenter au public, rend bien compte de la hiérarchisation instaurée : « Je suis une maman et j’ai deux mignons petits garçons et j’imprime des tee shirts et des sweat shirts » (“I am a mummy and I have two lovely little boys and I print tee-shirts and sweat-shirts”). Elle se définit elle-même d’abord par son rôle de mère qui élève ses enfants, son activité professionnelle venant en second plan. Pourtant cette jeune femme paraît bien « moderne ». Cette modernité s’inscrit principalement dans le type de relations conjugales que son mari et elle affichent à l’écran. La règle du jeu met deux couples face à face et impose en effet que les réponses aux questions posées soient données non par l’un ou par l’autre des conjoints, mais par les deux à la fois en tant que couple. Chaque proposition de réponse fait donc l’objet d’une négociation entre les époux et ce sont les modalités de cette négociation qui forment en fait le spectacle offert aux téléspectateurs : des individus différents mais égaux en droit, divergeant parfois dans leurs appréciations, respectueux de l’opinion de l’autre, prenant les décisions à tour de rôle mais de façon « naturelle », dans l’affection et la bonne humeur. Les deux couples deviennent des idéaux-types de relations nouvelles qui s’instaurent entre l’homme et la femme.

50Pourtant la distribution des rôles au sein de la famille reste relativement figée. Cela apparaît nettement dans le discours de la publicité : aux hommes de nettoyer la voiture pendant que la femme fait briller les assiettes : aux hommes d’attendre, confortablement assis au coin du feu, que leur femme leur apporte sur un plateau un repas accompagné de leur bière favorite. A la femme, à la mère en revanche, de choisir le bon lait « Maman sait quel est votre lait favori » (“Mummy knows your favourite milk”), la bonne viande, les bons plats préparés, la bonne lessive. A la femme également de s’inquiéter de l’asthénie du fils adolescent pendant que le père lit son journal. A la femme aussi de justifier ses quelques instants de repos accompagnés d’une petite gâterie : « il y a des moments où vous méritez mieux qu’une pause-café » (“there are times when you deserve more than a coffee-break”).

  • 6 Cette publicité est pour une Ford Sierra.

51Sur toute une journée seuls deux spots publicitaires vont en sens contraire. Dans l’un, des hommes en train de faire la cuisine vantent les qualités d’un fourneau ; dans l’autre, c’est un homme qui prépare le thé. Un troisième est plus complexe : l’homme réveille la femme en lui apportant son petit déjeuner au lit. Contrairement à ce qui se passe dans Wilfred and Eileen, rien ne dit à qui il revient normalement de le faire. Puis l’homme descend les nombreuses valises de la femme et les range dans le coffre de la voiture, non sans que la voix masculine en commentaire note sur un ton ironique « voyageant léger comme d’habitude » (“travelling light as usual”). Jusque-là tout paraît normal, mais l’homme ne peut réprimer un geste de surprise ou de dépit quand la femme s’installe au volant, place que visiblement il occupe d’ordinaire. La voix poursuit : « un petit problème, il se peut que vous n’arriviez pas au volant le premier » (“one small problem, you might get beaten into the driver’s seat”). Ni le destinateur ni le destinataire du message n’approuvent l’inversion des rôles opérée par cette femme « progressiste »6.

52Dans le discours de la fiction également certaines tâches reviennent plus systématiquement aux femmes : Shipwreck nous en a déjà fourni des exemples. Dans All For Love, la jeune fermière s’occupe des poules, ramasse les œufs, prépare régulièrement les repas : ce n’est qu’après son départ que le père et le frère se retrouvent aux fourneaux. La mère d’Etta envoie Zak et Ben chercher l’eau au puits tandis qu’elle-même s’occupe de la cuisine, etc. Cette répartition sélective des tâches se trouve également dans le discours de la réalité (paroissiens/paroissiennes) mais le problème prend une autre dimension en particulier dans l’émission Taking Stock parce qu’il y est posé en termes d’identité. La femme célibataire, pour exprimer son désarroi au moment où elle a dû renoncer à son métier d’enseignante, se compare à un tabouret auquel il manquerait deux pieds sur trois : la vie professionnelle et la vie familiale. Maureen, elle, a été complètement absorbée par ses rôles de mère et d’épouse et note ce qui la différencie des hommes présents sur le plateau :

  • 7 “I was very conscious when the men were talking that they very much are talking in (...)

J’étais très consciente pendant que les hommes parlaient qu’ils parlaient beaucoup en termes de leurs propres vies, le planning qu’ils font et la façon dont ils façonnent leur vie – tandis que je trouve que pour moi c’est différent – peut-être que ce n’est pas la même chose pour vous Kate parce que vous êtes une femme qui travaille, mais pour moi ma vie est tellement liée à celle de mon mari et jusqu’à un certain point mes enfants que ça a toujours été moi allant avec lui ou eux et non pas me posant comme un individu disant ceci est la façon dont je ferai ma vie et voici où je suis et voici où je vais, c’est où nous allons ou bien où il va ou quels sont nos plans, aussi de cette façon c’est différent 7 .

53Comment exprimer de façon plus claire que Maureen est un non-sujet ? Phagocytée par son mari, ses enfants, elle n’existe que par rapport à eux et n’arrive pas à se constituer en sujet doté d’un vouloir propre, à élaborer son propre programme. Il n’est pas question, dans ces conditions, qu’elle puisse même songer à agir en sujet de l’émancipation, porteur des valeurs du changement.

54La position de la femme – ou plutôt des différentes femmes présentées au cours des différentes émissions – par rapport au statut de sujet peut être corrélée à sa position par rapport au changement et à la continuité. Sur le chemin de l’émancipation seule Eileen devient sujet de plein droit, se heurtant à la fois au monde des hommes et à la réprobation de sa belle-mère, tous acteurs qui font figure d’anti-sujet. La masse des femmes, située du côté du non-changement, serait formée de non-sujets dont l’identité se fond et se dilue. Certaines, comme Maureen, le savent, avec tout ce que cette prise de conscience peut avoir de douloureux. D’autres l’ignorent et vivent d’autant mieux leur aliénation qu’elle n’est pas ressentie comme telle. Un dernier groupe, enfin tente de se poser en s’opposant, de s’affirmer à l’encontre des rôles prescrits, des identités attendues ou imposées, niant par là-même la position d’anti-sujet conforme aux valeurs de continuité sans toutefois accéder au statut de sujet autonome, comme en témoignent les marques de subordination inscrites dans le discours. Figures du non-anti-sujet, ces progressistes se rangent du côté de la non-continuité.

55La mise en relation des différentes catégories utilisées pour l’analyse permet la classification suivante :

DF = discours de la fiction.
DR = discours de la réalité.
DP = discours de la publicité.

56Les trois types de discours télévisuel (fiction, réalité, publicité) sont représentés à travers des cas précis dans ce tableau. Pourtant, ils n’accordent ni la même place, ni la même valorisation aux différentes catégories de femmes dégagées par l’analyse.

DF

DR

DP

passéistes

-

-

0

conformistes

+

+

+

progressistes

+

+

+

avant-gardistes

+

0

0

(0 marque l’absence, + et - la valorisation relative)

57Les passéistes n’ont pas bonne presse : absentes du discours de la publicité, elles ne sont valorisées ni dans le discours de la réalité ni dans celui de la fiction. Les conformistes et les progressistes reçoivent une approbation générale, encore que le discours de la publicité exprime quelques réserves quant aux progressistes (publicité pour Ford Sierra) alors que celui de la fiction prend ses distances avec certaines conformistes comme par exemple la mère d’Etta. Le discours de la fiction est par ailleurs le seul à mettre en scène et à valoriser les avant-gardistes. Les femmes sujets de plein droit ne seraient-elles tolérables, à la télévision britannique, que représentées dans un univers de fiction ? On peut par ailleurs noter que le degré de valorisation correspond à la distance instaurée entre le fictif et le réel : Etta ou Kelly qui sont loin de nous dans le temps, l’espace ou le vécu représentent des personnages plus constructifs que Jennifer qui évolue dans un monde plus proche de la vie quotidienne. Enfin, les œuvres de fiction diffusées par BBC 1 comptent une avant-gardiste et plusieurs progressistes, alors qu’ITV semble favoriser les conformistes. Comme si, par une représentation plus favorable des femmes, la BBC essayait de compenser les quatre heures vingt-cinq minutes d’exclusion totale dont elles sont victimes.

58Quantitativement, pourtant, et sur les deux chaînes, la balance penche vers le conformisme. Les femmes évoluent dans un univers de représentation restreint, centré principalement sur les relations hommes/femmes (alors que les hommes sont plus fréquemment vus de façon non relationnelle). Les femmes ont des types d’activités limités qui les maintiennent généralement en position subordonnée tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de la famille, au sein de laquelle elles remplissent des rôles traditionnels. Les signes de changement sont rares et le champ en est étroit. Il ne nous appartient pas de dire si la télévision britannique reflète la situation réelle de la femme dans la société, mais la représentation qu’elle en donne la situe très certainement du côté de la continuité.

Notes

1 « Qui dit quoi, par quel canal, à qui et avec quels effets »; H.D. Lasswell: « The structure and Function of Communication in Society » in B. Berelson, M. Janowitz, eds, Reader in Public Opinion and Communication, New York/London: The Free Press, Collier Macmillan, 1966.

2 Eliseo Veron, « Semiosis de l’idéologique et du pouvoir ». Communications, no 28, 1978.

3 Nous utiliserons ici les catégories de l’analyse sémiotique définies par A.J. Greimas et renverrons principalement à A. J. Greimas et J. Courtès : Sémiotique, Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris : Hachette, 1979.

4 Voir A. J. Greimas et J. Courtès, Dictionnaire, op. cit.

5 Idem.

6 Cette publicité est pour une Ford Sierra.

7 “I was very conscious when the men were talking that they very much are talking in terms of their own lives and the planning that they do and the way they shape their lives, whereas I find for myself it's different – it might not be the same for you Kate because you are a professional woman – but for me my life is so interwoven with that of my husband and to some extern the children that it’s always been me going along with him or them and not standing as an individual saying: this is the way I will shape my life and this is where I am going, it is where we are going or what are our plans, so in that way it’s different”.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4009/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4009/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4009/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende DF = discours de la fiction.DR = discours de la réalité.DP = discours de la publicité.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/4009/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

Auteur

Maître de Conférences à l’Université de Paris VII

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540