Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Transmission des valeurs par la télévision britannique

 | 
Monica Charlot

Avant-propos

Monica Charlot

Texte intégral

1Les recherches sur la télévision, si l’historiographie des recherches sur un phénomène aussi peu ancien a un sens, peuvent être grossièrement résumées en trois phrases.

2Dans un premier temps on s’est posé la question de savoir qui regardait quoi. C’est la phase exploratoire, descriptive et bientôt ressentie comme hyperfactualiste, donc abandonnée sauf à titre de complément d’information. Le fait que dans nos pays tout le monde, ou presque, désormais, regarde la télévision a d’ailleurs ôté tout intérêt à la question en supprimant la possibilité de comparer les réactions des possesseurs et des non possesseurs d’un poste de télévision.

3Dans un deuxième temps on s’est inquiété du viol des foules par la télévision. La télévision faisait les OUI aux référendums. La télévision faisait les élections. La télévision disait les bons et les méchants dans les grèves, dans les guerres. La télévision produisait la violence sociale… Les études empiriques ont rapidement montré les limites de ces thèses spectaculaires, donc largement répandues par les médias. Et les théoriciens de la communication ont justement rappelé que l’exposition aux messages télévisés était toujours sélective, que leur interprétation – surtout – était passée au crible du scepticisme et du doute des téléspectateurs en fonction de leurs propres valeurs, de leur personnalité et de leur entourage socioculturel. Mais du coup l’on s’est trouvé devant ce paradoxe, difficile à accepter, d’un instrument de communication sociale et politique omniprésent qui n’aurait guère d’effet manifeste et direct sur les comportements de la plupart de ses usagers. La télévision ne faisait pas les élections, sauf à la marge, puisqu’elle n'était susceptible d’influencer que les électeurs dépolitisés, qui fuient les émissions politiques et, n’importe comment, ne participent guère aux scrutins. La télévision renforçait simplement les opinions, attitudes et comportements acquis, fussent-ils contradictoires.

4Les études de socialisation – notamment politique – des enfants, des adolescents et des adultes, ont heureusement ouvert une voie nouvelle qui permet de sortir du scepticisme auquel conduisaient les recherches médiatiques de la deuxième phase. La télévision n’avait peut-être guère d’effet immédiat, direct, manifeste sur les valeurs, attitudes et comportements des téléspectateurs. Mais n’avait-elle pas des effets latents, indirects, à long terme par le rôle qu’elle tenait dans la transmission et la modification des valeurs sociales et politiques chez les jeunes enfants, les adolescents et les adultes ? Vaste programme de recherches qui n’en est qu’à ses premiers balbutiements, empiriques et théoriques.

5Les recherches réunies dans cet ouvrage se situent résolument dans cette problématique nouvelle de la télévision comme agent de socialisation à des valeurs. Dans l’immense champ des sujets possibles, l’équipe qui les a menées a découpé son terrain – l’Angleterre ; elle a choisi son niveau d’analyse – le message télévisé tel qu’il est transmis et non tel qu’il est reçu et interprété en aval ou tel qu’il a été voulu en amont. Les auteurs avaient enregistré une semaine complète des programmes de la principale chaîne publique-BBC1-etdelaprincipalechaîneprivée – ITV – ils n’ont travaillé-pour ce livre – que sur les émissions d’un dimanche, le 25 septembre 1983. Pourquoi un dimanche ? Parce que c’est le jour de grande écoute familiale et de performance privilégiée des rites nationaux – religieux, culturels, sportifs, etc… Pourquoi la télévision anglaise ? Parce que l’Angleterre est le terrain de recherches de l’équipe d’anglicistes « civilisationnistes » qui a élaboré le projet, mais aussi à cause de la réputation d’objectivité et de professionalisme de la télévision britannique. L’originalité de la recherche, dans sa conception tout au moins, est dans la question posée – quelles sont les valeurs offertes à son public par la télévision britannique, mais elle est plus encore dans le refus méthodique d’aller chercher les valeurs religieuses dans les seules émissions religieuses, les valeurs politiques dans les seules émissions politiques, etc… Si l’on veut, en effet, saisir la transmission latente, c’est-à-dire plus ou moins inconsciente et involontaire, de certaines valeurs, on a davantage de chances de les trouver dans des émissions non spécialisées. Telle était l’hypothèse de départ. Elle a été largement vérifiée par ce que les auteurs ont finalement trouvé.

6Après une introduction de Pam Mills, ancienne responsable du service de recherches de la BBC, sur le public du dimanche en général et l’écoute des émissions analysées tout au long du dimanche – test de septembre 1983 retenu pour cette étude, les différents contributeurs présentent leurs conclusions sur la représentation télévisée de la catégorie particulière de valeurs qu’ils ont choisi d’analyser. La liste des valeurs étudiée n’est évidemment pas exhaustive, pour des raisons de moyens. On peut imaginer, par exemple, que des recherches semblables, sur ce même corpus ou un autre, soient conduites sur la sexualité, le pouvoir, le travail, etc… Mais les domaines traités – la vie et la mort, les valeurs religieuses, la violence politique, la femme, l’ethnie – touchent à des questions fondamentales de la société d’aujourd’hui. De plus, pour éviter que le parti-pris méthodologique consistant à partir des valeurs ne fausse les conclusions, l’un des contributeurs a renversé la perspective en partant d’un type d’émission – les dramatiques télévisées – pour retrouver les valeurs. Chaque auteur a défini son approche, au nom de la liberté et de la variété des éclairages. Si bien que l’analyse sémiotique approfondie d’une courte émission (Trumpton) voisine avec l’analyse diachronique d’une information en train de se faire, de bulletin en bulletin (La violence politique en Irlande). Mais la moitié des contributions (mort, religion, femmes, minorités de couleur) tire de l’ensemble des programmes, comme prévu, leurs conclusions sur le type de valeur étudié.

7Il est toujours difficile de résumer, sans les trahir, les conclusions d’une enquête complexe et approfondie, mais sans doute est-ce utile. Roland Voize montre la complémentarité des genres télévisés dans le traitement de la mort : le spectacle de la mort, l’agonie que les nouvelles ne veulent ou ne peuvent montrer et que le documentaire évite sont exposés dans les fictions dramatiques. Ainsi la télévision britannique participe-t-elle au sein du foyer à une socialisation des conduites associées à la mort, au moment où la réalité vécue de la mort elle-même s’éloigne de l’intimité du foyer pour se réfugier dans l’anonymat des hôpitaux et des hospices.

8Monica Chariot insiste sur la complexité de la représentation télévisée des valeurs religieuses – croyances, sacrements et commandements : enracinement culturel, par valorisation des attitudes et croyances de l’Eglise établie, mais aussi ouverture au monde et aux autres, bref conservatisme généreux et accueillant. Par le tri qu’elle fait entre les croyances (oubliant le ciel et plus encore l’enfer, niant le péché), dans les sacrements (tous menacés, même le mariage) et les Dix Commandements (réduits au double interdit du vol et du meurtre), leur télévision offre ainsi aux britanniques le reflet de ce qu’ils attendent de la religion et sont prêts à lui donner : une représentation fortement laïcisée et essentiellement gratifiante sur cette terre. Ce qui conduit, en réalité, à l’évacuation du religieux de la vie quotidienne. La télévision le cantonne pratiquement aux seules émissions spécialisées – les émissions religieuses – qui ont un public étroit et minoritaire. Pour le reste – qu’il s'agisse de fiction ou non – les institutions, les personnages, les rites, les symboles religieux s’effacent du petit écran comme de la vie, se réduisant à des images furtives au contenu pauvre et laïcisé.

9Paul Brennan, considérant le traitement télévisé de deux nouvelles de violence politique, en provenance du Liban et de l’Irlande du Nord, conclut au conformisme des images et des commentaires, par rapport aux valeurs de la société britannique. La télévision incitant ainsi les téléspectateurs à s’insérer dans ce que Bergson appelait « le tout de l’obligation ».

10Mireille Quéré classe les personnages féminins télévisés en fonction de leurs attitudes, face au changement de statut et de rôle de la femme aujourd’hui, mais aussi de la différence qui peut s’introduire entre leur discours (le paraître) et leur comportement (l’être). Les femmes sont ainsi partagées entre passéistes, conformistes, progressistes et avant-gardistes et peuvent glisser d’un type à l’autre selon les circonstances du moment et les pressions de leur entourage. Là encore on découvre que selon le type d’émission – fiction, réalité, publicité – la représentation de la femme varie. Mais dans l’ensemble les passéistes n’ont pas bonne presse ; conformistes et progressistes reçoivent une approbation générale, encore que le discours de la publicité exprime quelques réserves quant aux progressistes et que celui de la fiction prenne ses distances avec certaines conformistes ; le discours de la fiction, enfin, est le seul à mettre en scène et à valoriser les avant-gardistes. Tout compte fait le conformisme demeure dominant : les femmes évoluent dans un univers de représentation restreint, centré principalement sur les relations hommes/femmes ; elles ont des types d’activités limités qui les maintiennent généralement en position subordonnée, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la famille. Dans son analyse approfondie d’une émission pour enfants, Trumpton, Mireille Quéré montre que les vertus de solidarité et d’entraide d’une communauté bien intégrée, dans une petite ville britannique implique une fermeture à l’étranger, un splendide isolement qui symbolise peut-être celui de la Grande-Bretagne elle-même.

11De fait, Bernard d’Hellencourt, à propos des minorités ethniques, relève une représentation fortement stéréotypée de l’étranger. La différence de l’autre trouve ses limites dans ce qui est présenté comme acceptable, voire désirable. L’intégration est systématiquement valorisée, le plus souvent par identification à la modernité. De la tradition on ne valorise que ce qui n’entrave pas l’intégration.

12Raymond Prost, enfin, partant des seules fictions dramatiques – une dizaine soit plus du quart du temps d’antenne des émissions de la journée étudiée – repère les rôles, attitudes et choix valorisés en fonction du héros de chacun de ces téléfilms, feuilletons, films et comédies. Il ramène dans ses filets les valeurs consensuelles bien entendu, mais aussi les valeurs en crise, sur lesquelles la société britannique s’interroge.

13D’aucuns trouveront qu’au bout du compte ces conclusions n’apportent aucune révélation fracassante. Les valeurs conservatrices, traditionnelles dominent et, par leur médiation, offrent à la fois le reflet et la projection des valeurs adoptées par le spectateur moyen. Il eût été certes étonnant que dans un pays libre les représentations télévisées ne reflètent pas, dans une large mesure, les valeurs dominantes – quitte à les conforter. La télévision en Grande Bretagne est au service de ses publics et non de l’Etat, d’une idéologie ou d’une croyance monolothiques. Restent précisément la complexité et la diversité des représentations télévisées dans un tel contexte : différence des représentations de valeurs selon les émissions et les genres d’émissions ; tensions, au niveau de la représentation globale, entre valeurs traditionnelles et valeurs nouvelles qui font que les premières, quand elles demeurent, changent souvent de contenu et de style ; crise de certaines valeurs longtemps établies.

14La télévision britannique est peut-être à l’image du peuple britannique d’aujourd’hui. A condition de bien voir qu’il s’agit d’une télévision et d’un peuple ancrés dans une tradition, mais ouverts et changeants. Une ouverture et un changement auxquels la télévision peut contribuer parce qu’elle les montre sans prétendre les imposer.

15L’image que nous reflète un miroir est toujours plus qu’un simple spectacle. Elle donne à réfléchir et à agir.

16Cet ensemble de recherches originales n'aurait pu être mené à bien sans le soutien du Ministère de l’Industrie et de la Recherche (AST – Homme et Société, action concertée : communication audiovisuelle) qui l’a financé, et de la Maison Française d’Oxford, qui a permis aux chercheurs français de présenter leurs conclusions à des spécialistes britanniques, avant publication. L’aide technique de la Lanchester Polytechnic, Coventry, a été précieuse pour l’enregistrement des émissions. Les enseignants-chercheurs associés à ce projet, enfin, sont ceux du Groupe de Recherche en Civilisation Britannique, de l’Université de Paris III, et de l’équipe de recherches associée au C.N.R.S., en science politique, animée par Monica Charlot

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540