Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Élections législatives britanniques du 9 juin 1983

 | 
Monica Charlot

La sécurité et l'ordre public : la disparition d'un enjeu ?

Roland Voize

Texte intégral

1Alors qu'en 1979 le thème de l'ordre public avait joué un rôle prépondérant dans les élections législatives et probablement contribué au succès de Margaret Thatcher, la campagne électorale de 1983 s'est déroulée sans que ni crimes ni châtiments aient occupé le centre de la scène politique. Quatre ans après un succès populaire indéniable, et malgré un accroissement certain de la criminalité violente, un système pénitentiaire en crise et un débat sur le rôle de la police, le thème de l'ordre public a été relégué dans les coulisses de ces dernières élections.

2Afin de mieux comprendre la "disparition" d'un enjeu qui semblait cher au cœur des électeurs, nous reviendrons, après un bref rappel historique, sur les circonstances de la campagne électorale de 1979 et sur les développements de ces quatre dernières années, étapes préliminaires à l'interprétation des événements de mai-juin 1983.

  • 1 L'expression "ordre public" est sensiblement plus faible que l'idiome anglais law and order qui re (...)
  • 2 Avant cette date, le Parti Travailliste en congrès n'a voté aucune motion sur ce sujet. Le Parti C (...)
  • 3 Cette croissance rapide s'est maintenue jusqu'aux années 1970.

3L'histoire électorale du thème de l'ordre public1 est relativement courte. Sous la forme où nous le connaissons aujourd'hui - la lutte contre le crime et sa prévention, le maintien de la paix civile et l'organisation des systèmes pénaux et pénitenciaires - cet enjeu n'est apparu à l'ordre du jour des deux grands partis britanniques qu'en 19562. On peut attribuer cet intérêt soudain pour l'ordre public à l'émoi suscité par le projet d'abolition de la peine de mort soumis au Parlement de l'époque. Ce grand débat national conduisit les députés à s'inquiéter d'un taux de criminalité qui présentait une croissance anormalement rapide3.

  • 4 Dissensions particulièrement marquées au sein du Parti Conservateur où des groupes tels que Crime (...)
  • 5 Entre 1956 et 1981, le Parti Conservateur a examiné 28 motions dont la plupart demandaient des sen (...)

4Au cours des décennies qui suivirent, Conservateurs et Travaillistes approchèrent le problème du crime selon des directions bien différentes. Si l'on fait abstraction des dissensions internes4, on peut définir à grands traits les positions respectives des deux grands partis : les Conservateurs conçoivent le crime avant tout comme le fait du criminel ; ce parti a donc eu tendance à exercer une pression en faveur de sentences rétributives et à mettre l'accent sur la compensation des victimes. Au contraire, pour les Travaillistes, le crime se présente plutôt comme la conséquence d'un environnement propice. Pour ces derniers, la répression des criminels demeure inévitable, mais moins essentielle que l'amélioration des conditions de vie dans les milieux qui engendrent le crime. Et si répression il doit y avoir, elle ne doit jamais prendre le pas sur les libertés civiques5.

  • 6 En 1966, les Conservateurs consacraient 2 % du volume de leur manifeste électoral à l'ordre public (...)

5Dès 1956 les positions respectives des partis se sont exprimées lors des congrès annuels. Il faudra près de dix années pour que ces déclarations se concrétisent - en 1964 pour les Conservateurs et en 1966 pour les Travaillistes - par une rubrique dans les manifestes électoraux. L'approche développée dans ces manifestes est d'ailleurs calquée sur celle adoptée lors des congrès : les Conservateurs réclament des peines plus sévères pour les criminels et des droits étendus pour la police, tandis que les Travaillistes, de façon quelque peu paradoxale, insistent sur la nécessité de maintenir l'ordre par des moyens traditionnels jusqu'à ce que des changements socio-économiques à long terme ne suppriment les causes mêmes du désordre6.

6Mais ces professions de foi radicalement opposées n'empêchaient pas l'existence d'un consensus au niveau de l'action gouvernementale. Ce consensus avait l'avantage d'assurer le suivi de la politique pénale et de placer les deux partis sur un pied d'égalité face à la difficulté de contrôler les phénomènes criminels. De plus, on constatait aussi une inter-pénétration des idéologies, chaque parti intégrant, sous une forme édulcorée, les idées du parti adverse les mieux acceptées du public. De ce fait, jusqu'en 1979, le thème de l'ordre public a occupé une place grandissante, certes, mais minime dans l'ensemble des campagnes électorales nationales. La radicalisation des positions et l'exploitation stratégique du thème du désordre par l'équipe de Margaret Thatcher devait redistribuer les données et doter ce thème d'une couleur et d'une dimension qu'il n'avait jamais connues jusque là.

La campagne électorale de 1979

7En 1979, la conjonction de trois facteurs a créé les conditions propices à un débat électoral sur l’ordre public : un contexte social et idéologique favorable, une accentuation de la radicalisation des partis, et enfin une économie électorale telle que l'investissement d'une fraction importante du temps de campagne puisse être producteur de voix. Nous allons examiner l'une après l'autre ces composantes du succès Conservateur.

  • 7 On peut dater le début de ces inquiétudes, sans commune mesure avec la réalité du crime, à la "gra (...)

8Dans quelle mesure peut-on dire que le contexte social de 1979 a servi la campagne des Tories ? Il faut tout d'abord remarquer qu'entre 1970 et 1980, la perception du crime a connu de profondes mutations. En effet, au cours de cette période, la violence criminelle a cessé d'être envisagée comme un phénomène "extraordinaire". De fait, en 1979 le substantif "crime" recouvre un contenu nouveau, fait de terrorisme, de délinquance violente, de vandalisme, d'autant de méfaits qui n'ont besoin ni de raisons ni de victimes désignées et que la police est impuissante à prévoir et à punir. C'est cette image du crime "à l'américaine" dont les tabloïdes se nourrissent qui fait croire à certains que le tissu même de la société britannique, voire de la démocratie, est en danger7.

  • 8 Déjà, dans le Manifeste d'octobre 1974, les Conservateurs accusaient les Travaillistes d'être "com (...)
  • 9 Bien que bénéficiant de conditions particulièrement favorables, cette entrée en scène avait été pr (...)

9Dans un tel climat, les émeutes du Front National, le refus de restaurer la peine de mort ou les menaces de grève de la police apportent de l'eau au moulin des Conservateurs qui diffusent avec succès l'idée - pas très neuve8 - que les Travaillistes sont trop "tendres avec les criminels" (soft on crime), et que seul un Gouvernement Conservateur peut sauver le pays de. la vague de désordres qui se prépare9.

  • 10 BUTLER (D.), KAVANNAGH (D.). The British General Election of 1979. London : Macmillan, 1980, 443 p (...)
  • 11 Sondage Gallup du 1er janvier 1979.

10Le résultat de cette campagne de peur et de dénigrement apparaît dans les sondages : en 1979, 36 % des personnes interrogées estiment que le Gouvernement Travailliste s'est révélé incapable de maintenir l'ordre public (deux fois plus qu'en 1975)10, plus de 75 % souhaitent que l'on restaure la peine capitale et une majorité de plus en plus importante se déclare en faveur des châtiments corporels dans les écoles et les prisons11.

  • 12 "The next Conservative Government will spend more on fighting crime even while we economize elsewh (...)

11De plus, à l'époque où s'ouvre la campagne électorale de 1979, la position Conservatrice s'est considérablement durcie. Les Conservateurs se déclarent toujours prêts à apporter un soutien maximum à la police12, mais par contre, ils ne croient plus du tout à l'amélioration de l'environnement et des conditions de vie en tant que remède à l'accroissement de la criminalité. Ils ont fait leur le renouveau de la philosophie rétributiviste, seule option acceptable face à l'échec des méthodes "douces" et à l'inflation du nombre des délits. Il faut donc condamner davantage de criminels - et des criminels plus jeunes - à des peines plus courtes, mais plus dures. C'est la doctrine du short, sharp shock.

  • 13 Cette politique rétributive est loin de pouvoir fonctionner de façon satisfaisante par manque d'ét (...)

12Fait significatif, pour la première fois la peine de mort fait officiellement son entrée dans le manifeste Conservateur, symbolisant ainsi la position extrême de ce parti qui, à cette époque, rejette l'entière responsabilité du crime sur le criminel et ne propose que des solutions punitives13.

  • 14 Cf. HALL (S.), et al. Op. cit.
  • 15 "We will continue to back the police with proper resources and manpower". Jusqu'en 1974, le soutie (...)

13Le programme Travailliste, pour sa part, n'est pas de nature à convaincre un électorat chez qui la peur du crime et le sentiment de vulnérabilité frisent parfois la névrose collective, ce que Stuart Hall nomme "une panique morale"14. Le Parti de James Callaghan n'envisage que des solutions à long terme, mettant plus que jamais l'accent sur la nécessité de réformer les conditions de vie pour améliorer sécurité et ordre public. Le problème de l'inefficacité et du sous-équipement de la police est quasiment escamoté puisqu'une seule phrase du manifeste, peu convaincante, lui est consacrée : "Nous continuerons à soutenir la police en fournissant les ressources et les effectifs qui conviennent"15.

14Ainsi donc, chez Conservateurs et Travaillistes les approches se sont suffisamment durcies pour que la discussion de cet enjeu détermine dans le public des positions elles-mêmes radicales qui, à long terme, pourront se transformer en motivation du vote. Cette radicalisation des idéologies a sans nul doute été accentuée par la personnalité du leader Conservateur. L'accession à la direction du Parti par Margaret Thatcher, partisan convaincu et avoué d'une justice rétributive et de la peine capitale a eu pour conséquences d'une part d'accroître l'écart qui séparait les Conservateurs en opposition des Travaillistes au pouvoir, et d'autre part d'assurer à ce parti une image nouvelle, bien démarquée du Conservatisme d'Edward Heath.

  • 16 L'idée que les Conservateurs sont les champions absolus de l'ordre public est relativement récente (...)

15Ces oppositions idéologiques n'ont pas été sans effet sur l'économie électorale de la campagne. En 1979, façonné par les Conservateurs, l'enjeu de l'ordre public possède plusieurs traits propres à rallier à ce parti une fraction de l'électorat flottant. Tout d'abord, la tendance thatchériste s'est appliqué à personnaliser cet enjeu et à dramatiser l'impression de menace générale, de désordre et de division. Or, depuis que Margaret Thatcher le dirige, le Parti Conservateur passe sans conteste pour le parti le plus capable de restaurer l'ordre public16. Lancer cet enjeu dans la campagne revient, à l'époque, à placer le Parti Travailliste sur la défensive, dans une position qui transforme ses engagements idéologiques humanistes en faiblesses stratégiques. Champions de la sécurité et de l'ordre, les Tories entrent donc dans la campagne comme le parti de tous les Britanniques, "le parti 'naturel' de la Grande-Bretagne".

  • 17 58 % des syndicalistes pensaient que le Parti Conservateur avait un meilleur programme que les Tra (...)

16De plus, les attitudes punitives - comme les attitudes autoritaires - sont souvent fonction du niveau d'instruction ce qui, en Grande-Bretagne, va largement de pair avec la classe sociale. Proposer une attitude forte à l'égard des fauteurs de troubles et faire de cette attitude la base d'une politique législative et juridique risque de séduire la fraction la plus punitive de 1'électorat ouvrier17.

17En bref, l'introduction du thème de l'ordre public dans la campagne nationale de 1979 renforce trois secteurs fondamentaux de la stratégie Conservatrice :

  1. l'ouverture d'une brèche dans les acquis du Parti Travailliste,
  2. l'image d'un parti et d'un leader œuvrant pour la nation toute entière et
  3. le ralliement d'une fraction de l'électorat ouvrier partisan de la manière forte.

18Les conditions étaient propices à un débat national, il n'y manquait qu'un "détonnateur".

  • 18 "Anyone who thinks that terrorism is the way to divide us or to weaken our resolve doesn't know th (...)

19L'événement qui a "lancé" le thème de l'ordre public dans la campagne nationale de 1979 fut indubitablement l'assassinat terroriste d'Airey Neave, héros de la Seconde Guerre Mondiale, membre éminent du Parti Conservateur en mission en Irlande du Nord. Les journaux ne se trompèrent pas sur la portée de l'événement. Trois jours après cet attentat, la presse rapportait en première page les paroles de Margaret Thatcher : "Quiconque pense que le terrorisme va réussir à nous diviser ou à faire fléchir notre résolution ne connaît pas le peuple britannique"18. Le même jour, Michaël Heseltine, abolitionniste convaincu, déclarait que l'assassinat d'Airey Neave l'avait contraint à réviser son jugement sur la peine capitale ; William Whitelaw, futur Ministre de l'Intérieur, réaffirmait qu'en cas de victoire Conservatrice, la peine de mort ferait l'objet d'un débat devant la Chambre des Communes, et les Jeunes Conservateurs votaient une résolution demandant la restauration de ce châtiment. A l'approche des élections, l'évocation de la mort d'Airey Neave permit aux Conservateurs d'atteindre les trois buts que nous venons d'évoquer : le ralliement d'électeurs de toute allégeance dans le deuil d'une figure nationale, la justification des options punitives qui figuraient dans le manifeste, et un coup porté au Gouvernement Travailliste qui n'avait pas su empêcher cet attentat.

  • 19 Ces événements justifièrent la mise en place d'un service de police qui assurait la sécurité des c (...)

20Mais il ne suffisait pas qu'un enjeu tel que l'ordre public disposât de la puissance nécessaire à sa propulsion dans le débat national, encore fallait-il que le déroulement de la campagne lui permît d'acquérir une dynamique suffisante pour qu'il demeurât présent dans l'esprit du public jusqu'au du vote. Or, les cinq semaines qui séparèrent la mort d'Airey Neave du jour du scrutin connurent des désordres qui, sans être intenses ou nombreux, furent de nature à entretenir les inquiétudes d'une large part de l'électorat. Une série d'attentats terroristes perpétrés contre des policiers et des soldats cantonnés en Irlande du Nord fit au total 14 victimes et fut largement commentée par la presse19. La peur du crime violent demeura d'autant plus vivace que l'Éventreur du Yorkshire courrait toujours malgré le nombre imposant de policiers lancés à sa poursuite. Enfin, en pleine campagne électorale, les émeutes de Southall opposèrent des membres des minorités asiatiques et de la Ligue Anti-Nazi à des sympathisants du Front National, engendrant des combats de rue au cours desquels 40 policiers furent blessés et 300 personnes arrêtées.

  • 20 "De façon différente, mais tout aussi diffuse, les vandales qui forment les piquets de grève et le (...)
  • 21 "... the present tenant of the Labour leadership could be evicted any day by forces within the Lab (...)

21Ces incidents réels, mais relativement circonscrits dans le temps comme dans l'espace, permirent aux Conservateurs de lancer l'idée qu'un désordre généralisé était en train de s'emparer du pays. Cet amalgame fut réalisé d'une part en associant dans les discours électoraux la délinquance violente aux remous créés par l'agitation syndicale20, et d'autre part en insistant sur le caractère déstabilisant de l'aile gauche du Parti Travailliste qui, à l'instar des terroristes, serait "déterminée à transformer notre société en profondeur et si nécessaire par la force"21.

22Contre l'hydre du crime violent, du terrorisme, de l'agitation syndicale et de l'agitation politique, le slogan Conservateur ne suggérait qu'un remède : "St Georges pour l'Angleterre et Thatcher pour la Grande-Bretagne".

  • 22 Source : MORI, cité par BUTLER (D.), KAVANNAGH (D.). Op. cit., p. 328.
  • 23 Précisément 23 %. ITV News Survey, citée par DOWNES (D.). Op. cit., p. 2.
  • 24 Source : MORI, cité par The New Statesman, 18 mai 1979.

23Les gains obtenus grâce à cette stratégie basée sur le retour à l'ordre sont quantifiables : au cours du mois qui a précédé l'élection législative, c'est dans le domaine de la restauration de l'ordre public que les Conservateurs ont le plus accru leur popularité (9 % contre 2 % dans le domaine de la politique économique et fiscale)22. D'autre part, on estime qu'une personne sur cinq a rallié l'électorat Conservateur à cause de la politique d'ordre de ce parti23. Le message Conservateur est bien passé : au lendemain des élections, 70 % des personnes interrogées pensaient que le nouveau Gouvernement améliorerait la sécurité et l'ordre public alors que seulement 45 % le croyaient capable de ralentir l'inflation24.

Le Gouvernement Conservateur et l'ordre public : 1979-1983

  • 25 Le nombre de délits graves commis par l00.000ha. a augmenté en moyenne de la façon suivante :
    1964/ (...)

24Les événements survenus au cours du premier mandat Conservateur devaient jeter quelques ombres sur les beaux espoirs nés de la campagne de 1979. Contrairement à ce que l'électorat Conservateur attendait d'une plus grande punitivité, la criminalité n'a pas été endiguée, bien au contraire. Le taux de délits graves enregistrés par la police a augmenté plus vite entre 1979 et 1983 qu'au cours de tous les mandats précédents depuis 1964. Et pour la première fois, en 1982, le nombre total des délits a dépassé 3 millions25.

  • 26 119 voix le 19 juillet 1979, et de 124 à 180 voix selon les motions le 11 mai 1982.
  • 27 Source : WRIGHT (Martin), lettre à The Times, 12 mars 1983 ; et "More Crime, Less Justice", The Ec (...)

25Les espoirs de restauration de la peine capitale ont, eux aussi, été vains puisque, par deux fois, la Chambre des Communes a refusé ce projet avec une majorité de plus de cent voix26. D'autre part, malgré la tentative de la loi sur la justice criminelle de 1982 (Criminal Justice Act 1982) pour promouvoir les peines de substitution, la Grande-Bretagne demeure le pays d'Europe où l'on pratique le plus la détention, et ce à grands frais puisque l'on compte actuellement un gardien pour trois prisonniers et qu'un prisonnier sur sept est en attente de jugement27.

  • 28 Les responsables du Prison Reform Trust nous ont cité le cas d'un pénitencier dont une section dis (...)

26Conséquence naturelle de sentences plus sévères, la crise des prisons, qui existait avant les élections de 1979, s'est considérablement aggravée. Les pénitenciers britanniques contiennent actuellement environ 45.000 détenus, soit 7.000 de plus que la capacité pour laquelle ils avaient été construits. Les conditions de logement et d'hygiène, plus que déplorables, ont été à l'origine de révoltes parfois violentes au cours de ces trois dernières années28.

  • 29 Ce document arrive aux conclusions suivantes : 1) la police est partiellement responsable du peu d (...)

27Enfin, bien que 9.500 nouveaux policiers aient été recrutés depuis 1979 et que le salaire des agents ait augmenté de 72 % en deux ans, on ne saurait qualifier la politique Conservatrice à l'égard de la police de succès : tout d'abord, en juin 1982, la publication du Rapport Scarman sur les émeutes de Brixton de 1981 a partiellement altéré l'image de la police dont le comportement parfois ouvertement raciste et violent aurait été à l'origine des désordres. Ensuite, le projet de loi sur l'extension des droits de la police (Police and Criminal Evidence Bill) qui proposait d'accroître considérablement les pouvoirs de perquisition et de garde à vue, a soulevé une vague de protestations : après avoir été adopté en seconde lecture, le 30 novembre 1982, ce projet a dû être abandonné à l'annonce des élections. Enfin, en février 1983, paraissait la première enquête officielle sur le crime en Grande-Bretagne (The British Crime Survey) dont les conclusions sapaient une partie du discours Conservateur sur la police29.

  • 30 "Mr Whitelaw (...) must rue the day during the last Labour Government when he said: 'A Government (...)

28En conclusion, les options prises par William Whitelaw, le Ministre de l'Intérieur, ont été celles d'un partisan du consensus embarrassé de la dialectique radicale qui prévaut dans son parti depuis l'arrivée de Margaret Thatcher. Sur fond de radicalisme, cette politique consensuelle fait figure d'échec et on est assez tenté de se joindre à l'éditorialiste du Guardian qui, à la veille des élections de juin 1983 écrivait : "William Whitelaw doit regretter d'avoir déclaré au cours du précédent mandat Travailliste :'Un gouvernement qui n'est pas capable de protéger ses propres citoyens dans les rues de ses villes et de ses agglomérations, qui n'est pas capable d'empêcher la destruction des biens et l'effraction des demeures a échoué dans ce qui est le devoir premier des gouvernements'. Depuis cette époque, le nombre des délits a augmenté de 30 % et M. Whitelaw a été sévèrement critiqué par ses pairs pour n'avoir pas réussi à transformer en réalités les espoirs nés de la rhétorique de son propre parti"30.

La campagne électorale de 1983

  • 31 Margaret Thatcher n'aborda le thème de la peine capitale qu'une seule fois, en réponse à une quest (...)

29Dans le domaine de la sécurité et de l'ordre public, deux traits caractérisent la campagne électorale de juin 1983. Le premier est la grande réticence des Conservateurs à introduire cet enjeu dans leur stratégie nationale31. Le second est l'incapacité de l'Opposition à exploiter ce même enjeu à son avantage.

  • 32 "... during the election campaign ten times as many people asked about law and order as about the (...)

30La campagne s'est articulée exclusivement autour des problèmes de la défense, de l'emploi, et des divisions au sein du Parti Travailliste, alors que - ainsi que le faisait récemment remarquer un élu Conservateur - "dix fois plus de gens posèrent des questions portant sur l'ordre public que sur l'économie, le chômage ou n'importe quel autre enjeu"32. L'accroissement du taux de criminalité, la crise des prisons et le projet de loi sur la police constituaient un contexte propice à un débat national dont l'absence peut s'expliquer par les effets conjugués de trois facteurs : une chronologie électorale sans traumatisme et sans désordre, des positions apparemment moins tranchées qu'en 1979 et enfin des considérations stratégiques qui, alliées à une économie électorale différente, ont poussé les Conservateurs à éviter l'enjeu et qui ont rendu les Travaillistes et les partis de l'Alliance incapables d'en tirer profit. Reprenons point par point ces trois affirmations.

  • 33 "I am 100 per cent sure of what I am saying. There is, or there may be, a unit of terrorists who a (...)

31La campagne électorale de 1983 aura été vierge de tout événement susceptible de relancer le débat sur l'ordre public. La Marche pour l'Emploi ne provoque pas de désordre, les syndicats vivent une période difficile, les terroristes se font oublier et, la saison de football achevée, les délinquants semblent s'être rangés pour un temps. Certaines minorités de couleur, bien loin d'affronter les adeptes du Front National, puis les forces de police, envoient des délégations au quartier-général du Parti Conservateur pour l'assurer de leur soutien. Ce climat social idyllique n'est troublé qu'une seule fois, le 27 mai, par l'annonce qu'un groupe terroriste est "déterminé à tuer des innocents soit à l'aide d'explosifs soit à l'aide d'armes à feu"33. Mais on s'aperçoit le jour mime que l'Irlandais soupçonné d'être le cerveau de toute l'opération n'a pas quitté sa ville natale depuis des semaines. Des le lendemain l'affaire disparaît de la presse. Alors que pour la première fois dans l'histoire électorale de la Grande-Bretagne contemporaine des candidats se présentent sous une étiquette directement inspirée par le souci de l'ordre public, - Conservative Favouring Capital Punishment, Law and Order, Restoration of Capital and Corporal Punishment - ce thème manque son entrée sur la scène nationale.

32A ce contexte particulièrement calme il faut associer la position moins radicale des partis. Une analyse des manifestes électoraux de la Majorité et de l'Opposition révèle que les différences d'approche si flagrantes en 1979 sont toujours présentes, mais plus subtiles, moins propres à polariser l'opinion. Les groupes Conservateur et Travailliste, ainsi que l'Alliance, proposent tous trois en des termes dissemblables de soutenir la police et de favoriser sa coopération avec la communauté. La peine capitale a disparu du manifeste Conservateur qui, par contre, intègre des thèmes jusque là Travaillistes, tels que la nécessité d'une instruction judiciaire indépendante de la police. D'une certaine manière, les trois groupes politiques s'accordent pour intensifier la lutte contre le crime, même si les moyens par lesquels ils comptent atteindre leur but restent infiniment distants. Une conséquence non négligeable de cet état de fait est que l'orateur désirant aborder ce problème de façon polémique se trouve contraint d'entrer dans une analyse technique et risque de voir son discours perdre en efficacité ce qu'il aura gagné en précision... Les positions ne sont peut-être pas moins radicales, mais ce radicalisme est devenu moins aisément exploitable.

33Mais on ne saurait attribuer le silence que le Parti Conservateur a entretenu autour de l'ordre public à un simple concours de circonstances. Depuis 1979 l'économie électorale du parti s'est transformée et quatre raisons majeures poussent ses dirigeants à écarter délibérément le thème de l'ordre public de la campagne nationale de mai-juin 1983.

  • 34 E. Heath, F. Pym, W. Whitelaw, N. St John Stevas, les "tièdes" (wets), demeurent fermement opposés (...)

34Tout d'abord, à cette époque, le Ministère de l'Intérieur s'est révélé incapable de réaliser les promesses électorales de 1979 et ce passif peu glorieux rend l'enjeu difficile à manipuler : une attaque habilement orchestrée par l'Opposition risqué de placer William Whitelaw dans une position défensive, contraire à la ligne résolument offensive définie par le Premier ministre. Ensuite, un parti au pouvoir ne peut se permettre de jouer sur des peurs qui se développent sur des thèmes de politique intérieure (telles que la peur du crime, du chômage, de l'inflation) puisque sa propre politique est partiellement responsable du contexte social. D'autre part, les pesanteurs ont évolué à l'intérieur même du parti. Bien que ce parti ait été de longue date le champion de la loi et de l'ordre, les références fréquentes que Margaret Thatcher fit à ce thème au cours de la campagne de 1979, ainsi que son attachement avoué à la peine capitale, ont eu pour conséquence de marquer l'approche "dure" au problème du crime du sceau du thatchérisme. Cette personnalisation du thème est renforcée par le fait que la plupart des Conservateurs "tièdes" en matière économique semble être aussi "tiède" en matière pénale34. Un débat sur la politique pénale peut, par conséquent, présenter le risque de mettre en lumière des divisions profondes au sein du parti. En 1979 l'aile modérée espérait être intégrée à un Gouvernement de consensus et le futur Premier ministre put s'appuyer sur le thème de l'ordre public sans éveiller de remous au sein de son équipe. Par contre, en 1983, des "purges" successives ont éliminé la plupart des modérés du Gouvernement, et ceux qui y demeurent s'inquiètent des conséquences d'un "raz de marée" orchestré par le Premier ministre. Devant une éventuelle émergence des tendances dissidentes, il paraît normal que Margaret Thatcher ait souhaité éviter tout enjeu sur lequel l'unité du Parti aurait pu présenter des failles. Enfin, le ralliement d'une partie de l'électorat Travailliste et Libéral apparaissait en 1979 comme une nécessité. En juin 1983, Margaret Thatcher et son parti jouissent d'une popularité impressionnante dans toutes les couches de la société, popularité qui n'a pratiquement pas faibli depuis la reconquête des Malouines. Que ce soit grâce à cette guerre, grâce à sa personnalité ou grâce à l'incompétence de l'Opposition, Margaret Thatcher remporte, à la veille des élections, un succès populaire qui rend toute manœuvre démagogique superflue.

  • 35 "The political message which the Conservatives successfully put over was that theirs was a propoli (...)

35Si des considérations stratégiques peuvent expliquer le silence volontaire de la Majorité, le mutisme de l'Opposition traduit une impuissance à exploiter l'enjeu. Il est indéniable que le thème de l'ordre public, qui semblait avoir la faculté de mobiliser une partie de l'électorat flottant, voire parfois de provoquer un renversement des allégeances, a exercé une fascination bien compréhensible sur les leaders de l'Opposition. Déjà en janvier 1983 l'hebdomadaire New Society constatait que "le message du Parti Conservateur au cours de la campagne électorale de 1979, celui d'un parti pour une police forte qui mènerait la vie dure aux criminels (...) a eu tant de succès auprès des électeurs que Roy Hattersley, le porte-parole de l'Opposition pour la politique intérieure, s'est efforcé de 'voler' aux Tories le monopole de l'enjeu de l'ordre public"35.

36Mais se présenter en champion de la loi et de l'ordre dans la foulée de Margaret Thatcher n'est pas chose facile. David Steel, le leader du Parti Libéral, s'y essaye le premier, dès le 20 mai, dans un discours où il tente d'associer criminalité et chômage, tout en accusant timidement le Premier ministre :

  • 36 D. Steel cité par The Guardian, 21 mai 1983.
    "When you have a socially divided society, as I believ (...)

Mrs Thatcher a nié qu'il y ait un quelconque rapport (entre la criminalité et le chômage), mais il suffit de bon sens pour se rendre compte que si les jeunes n'ont pas les moyens d'acquérir ce qu'ils voient et si d'autre part ils sont contraints à l'inaction, il ne fait pas de doute que des méfaits seront commis36.

  • 37 D. Healey cité par The Times, 2 juin 1983: "... anarchy and bloodshed resulting from the division (...)

37Les Travaillistes, pour leur part, prennent la suite dans un style plus assuré en confiant à Denis Healey la tâche de "dénoncer les politiques conservatrices". Dans un seul discours mémorable du 1er juin, Denis Healey tente de refaire un chemin que Margaret Thatcher avait mis quatre années à parcourir - de son arrivée à la tête du Parti Conservateur en 1975 à sa nomination en tant que Premier ministre en 1979 : le chemin qui, pour le public, conduit de la prise de conscience d'un problème à son exploitation politique. De même que le leader Conservateur avait associé les délinquants aux militants syndicaux et les terroristes à l'aile gauche travailliste Denis Healey tente l'amalgame entre les morts de la guerre des Malouines et les victimes d'une criminalité engendrée par le chômage. Réaffirmant le lien entre la politique de l'emploi et la fragilité de l'ordre public, il évoque "l'anarchie et le bain de sang qui résultent d'une nation divisée par les options politiques de Mrs Thatcher"37. Enfin, critiquant la politique intérieure tout autant que la politique de défense, il accuse le Premier ministre de "tirer sa gloire des carnages" (She glories in slaughter).

38Libérale ou Travailliste, cette tentative de dernière heure pour injecter dans la campagne une nouvelle lecture du problème criminel était une tentative désespérée. L'électorat, encore sous le coup de la poussée patriotique de la campagne des Malouines, n'était pas prêt à accepter sans préparation idéologique ni support stratégique le renversement des images que les Conservateurs avaient mis tant de soin à élaborer : de fait, jusqu'au jour de scrutin, le Parti Conservateur est demeuré le parti de l'ordre et Margaret Thatcher la Dame de Fer.

39Au lendemain des élections, le délabrement des prisons et l'augmentation mal contrôlée - et peut-être incontrôlable - de la criminalité prouvent que les problèmes liés à la sécurité et à l'ordre public sont loin d'être résolus en Grande-Bretagne.

40Quant au débat politique, il demeure bien vivace puisque le premier vote d'importance de la nouvelle Chambre des Communes portait sur la peine capitale, et que la rentrée parlementaire a été consacrée aux droits de la police. Le silence - stratégique et conjoncturel pour les Conservateurs, contraint pour l'Opposition - aura été de courte durée... Dans de telles conditions, il n'est pas douteux que l'enjeu réapparaîtra lorsque circonstances et intérêts lui seront propices. Il reste à déterminer si la dialectique électorale permet un débat authentique sur la sécurité et l'ordre public ou si cet enjeu est condamné à demeurer le sergent-recruteur des partis en mal d'électorat.

Notes de fin

1 L'expression "ordre public" est sensiblement plus faible que l'idiome anglais law and order qui recouvre non seulement la notion de maintien de l'ordre, mais aussi toutes les implications législatives, juridiques, administratives, morales et philosophiques qui s'y rattachent.

2 Avant cette date, le Parti Travailliste en congrès n'a voté aucune motion sur ce sujet. Le Parti Conservateur a voté 7 motions sur le thème de law and order entre 1945 et 1955, mais ces dernières portaient soit sur des problèmes de sécurité internationale, soit sur un risque d'excès de pouvoir de l'Exécutif.

3 Cette croissance rapide s'est maintenue jusqu'aux années 1970.

4 Dissensions particulièrement marquées au sein du Parti Conservateur où des groupes tels que Crime Concern s'opposent à l'aile libérale au cours de votes "libres". Ce désaccord explique les confirmations successives de l'abolition de la peine capitale par des Chambres Conservatrices.

5 Entre 1956 et 1981, le Parti Conservateur a examiné 28 motions dont la plupart demandaient des sentences plus sévères et un renforcement des pouvoirs de la police. Toutes furent votées. Au cours de la même période, les Travaillistes examinèrent 14 motions (dont 12 postérieures à 1974), demandant une humanisation du système pénitentiaire et la défense de droits civils.

6 En 1966, les Conservateurs consacraient 2 % du volume de leur manifeste électoral à l'ordre public, et en 1974 près de 8 %. Dans les manifestes Travaillistes, ce pourcentage s'est aussi accru régulièrement, sans toutefois jamais dépasser 3 %.

7 On peut dater le début de ces inquiétudes, sans commune mesure avec la réalité du crime, à la "grande peur du mugging" de 1972-73, fort bien décrite et analysée par HALL (S.), et al. Policing the Crisis: Muqqinq, the State and Law and Order. London and Basingstoke : Macmillan, 1978, 425 p.

8 Déjà, dans le Manifeste d'octobre 1974, les Conservateurs accusaient les Travaillistes d'être "complices de ceux qui brisent la loi".

9 Bien que bénéficiant de conditions particulièrement favorables, cette entrée en scène avait été préparée de longue date par Margaret Thatcher qui, dès 1977 déclarait : "On me demande si je vais faire de la criminalité un enjeu dans les prochaines élections. La réponse est non. C'est le peuple qui va en faire un enjeu" (Congrès annuel du Parti Conservateur).

10 BUTLER (D.), KAVANNAGH (D.). The British General Election of 1979. London : Macmillan, 1980, 443 p., p. 38.

11 Sondage Gallup du 1er janvier 1979.

12 "The next Conservative Government will spend more on fighting crime even while we economize elsewhere" (Manifeste du Parti Conservateur, 1979).

13 Cette politique rétributive est loin de pouvoir fonctionner de façon satisfaisante par manque d'étalon. Entre autres défauts, elle possède celui de frapper les classes défavorisées de façon excessive. Ainsi, en 1979, 404 peines de prison furent infligées pour attribution illégale d'allocations sociales, tandis que seulement 5 personnes furent condamnées à la prison pour fraude fiscale alors que la fraude fiscale représente une perte budgétaire vingt fois supérieure à celle due à l'attribution illégale d'allocations sociales. Cf. DOWNES (D.). Law and Order: Theft of an Issue. London: Fabian Society (no 490), Sept. 1983, 32 p.

14 Cf. HALL (S.), et al. Op. cit.

15 "We will continue to back the police with proper resources and manpower". Jusqu'en 1974, le soutien à la police et la nécessité de combattre le crime à sa source en réduisant chômage et pauvreté ont constitué des engagements communs aux deux partis.

16 L'idée que les Conservateurs sont les champions absolus de l'ordre public est relativement récente, comme le prouvent les sondages :

Conservateurs

Travaillistes

1966 (Gallup) :"Quel est le parti le plus apte à lutter contre le crime ?"

33 %

26 %

1978 (MORI) :"Quel est le parti le plus apte à restaurer l'ordre public ?"

42 %

24 %

1979 (MORI) : idem.

52 %

22 %

17 58 % des syndicalistes pensaient que le Parti Conservateur avait un meilleur programme que les Travaillistes pour restaurer l'ordre public. 24 % de l'électorat Travailliste et 44 % de l'électorat Libéral étaient du même avis. C'est sur cet enjeu que la défection à l'égard du Parti Travailliste et du Parti Conservateur semble avoir été une des plus fortes. Sondage MORI cité par The New Statesman le 18 mai 1979, p. 70.

18 "Anyone who thinks that terrorism is the way to divide us or to weaken our resolve doesn't know the British people". The Times ajoutait que "bien que les projets (du Parti Conservateur) aient été décidés avant le meurtre de M. Neave (...), vendredi dernier, sa mort va faire de la sécurité et de l'ordre public un des enjeux importants de cette campagne". "Although the pledge was drafted before the assassination last Friday of Mr Airey Neave (...), his death will make law and order a big campaign issue". The Times, 2 avril 1979.

19 Ces événements justifièrent la mise en place d'un service de police qui assurait la sécurité des candidats, précaution peu courante dans la vie électorale britannique et dont la nouveauté semblait renforcer l'urgence d'une politique forte à l'égard des malfaiteurs.

20 "De façon différente, mais tout aussi diffuse, les vandales qui forment les piquets de grève et les voyous qui nous attaquent dans les rues sont porteurs du même message. Les uns disent 'Nos revendications doivent être satisfaites sinon gare à vous...' et les autres 'Écartez-vous de notre chemin et donnez-nous votre sac à main sinon gare à vous'".
"In their muddled but different ways the vandals on the picket lines and the muggers in our streets have got the same confused message 'We want our demands met or else' and 'Get out of our way, give us your hand-bag or else'". The Daily Telegraph, 20 avril 1979.

21 "... the present tenant of the Labour leadership could be evicted any day by forces within the Labour Party which are determined to transform our society utterly and, if necessary, violently". Premier discours de la campagne de Margaret Thatcher, The Times, 17 avril 1979.

22 Source : MORI, cité par BUTLER (D.), KAVANNAGH (D.). Op. cit., p. 328.

23 Précisément 23 %. ITV News Survey, citée par DOWNES (D.). Op. cit., p. 2.

24 Source : MORI, cité par The New Statesman, 18 mai 1979.

25 Le nombre de délits graves commis par l00.000ha. a augmenté en moyenne de la façon suivante :
1964/70 : +5 %, 1970/74 : +6 %, 1974/79 : +4 %,
1979/82 : +10 %.
Source: DOWNES (D.). Op. cit., p. 2 et Criminal
Statistics for England and Wales. London : H.M.S.O.

26 119 voix le 19 juillet 1979, et de 124 à 180 voix selon les motions le 11 mai 1982.

27 Source : WRIGHT (Martin), lettre à The Times, 12 mars 1983 ; et "More Crime, Less Justice", The Economist, 27 août 1983, p. 20. Le nombre de délinquants admis dans des centres de détention pour mineurs a augmenté de 147 % entre 1971 et 1981 (Source : DOWNES (D.). Op. cit., p. 27).

28 Les responsables du Prison Reform Trust nous ont cité le cas d'un pénitencier dont une section dispose de deux cabinets de toilette pour 400 détenus. Voir à ce sujet la lettre de M. Wright à The Times, Op. cit. M. Whitelaw a tenté de résoudre ce problème en lançant un coûteux programme de construction de 10 nouvelles prisons (4800 places). Cette politique fait l'objet de critiques sévères d'une part parce qu'il s'effectue au dépend de l'amélioration des prisons existantes, et d'autre part parce qu'il ne s'attaque pas aux racines du problème (par exemple, à la politique pénale).

29 Ce document arrive aux conclusions suivantes : 1) la police est partiellement responsable du peu de fiabilité des statistiques sur la criminalité parce qu'elle enregistre les délits de façon sélective. 2) son refus d'agir est la principale cause des plaintes portées contre elle. 3) le nombre de policiers en action n'est nullement un facteur d'efficacité dans la prévention du crime. Cette efficacité ne peut être atteinte que par une collaboration réelle entre la police et la communauté.

30 "Mr Whitelaw (...) must rue the day during the last Labour Government when he said: 'A Government that cannot protect its own citizens from attack in the streets of its towns and cities, that cannot protect property from damage or homes from intrusion has failed to live up to the basic duties of governments'. Since then, of course, serious crimes have risen by almost 30% and Mr Whitelaw has been lambasted by his own side for failing to live up to the expectations of his own party's rhetoric". The Guardian, 1er juin 1983.

31 Margaret Thatcher n'aborda le thème de la peine capitale qu'une seule fois, en réponse à une question qui lui était posée, et sans le lyrisme qui avait caractérisé la campagne de 1979.

32 "... during the election campaign ten times as many people asked about law and order as about the economy, unemployment or any other issue"; Richard Bull représentant le Greater London Area Council au Congrès du Parti Conservateur, cité par The Times, 12 octobre 1983.

33 "I am 100 per cent sure of what I am saying. There is, or there may be, a unit of terrorists who are determined to kill - whether by bombings or shootings - innocent members of the public"; declaration du Commander William Hucklesby, responsable de la brigade anti-terroristes ; The Times, 28 mai 1983.

34 E. Heath, F. Pym, W. Whitelaw, N. St John Stevas, les "tièdes" (wets), demeurent fermement opposés à la restauration de la peine capitale tandis que Parkinson, N. Tebbit, N. Fowler, les "durs" (dries), y sont absolument favorables.

35 "The political message which the Conservatives successfully put over was that theirs was a propolice party, which would be tough on criminals. The message was so successful that Roy Hattersley, the shadow Home Secretary, has been trying to rob the Tories of law and order as an issue". "Beyond Policing", New Society, 20 janvier 1983.

36 D. Steel cité par The Guardian, 21 mai 1983.
"When you have a socially divided society, as I believe we have after three years of the present policies, then it's not surprising that you now get a scale of disaffection so great that you get a breakdown in law and order. That's what has occured. Mrs Thatcher used to deny there was any connection but common sense dictates that if you have young people who look round and see things they don't have the money to buy, and are in enforced idleness, then of course they're going to find mischief".

37 D. Healey cité par The Times, 2 juin 1983: "... anarchy and bloodshed resulting from the division of the nation by Mrs Thatcher's policies".

Auteur

Université de Clermont II

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540