Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mémoires occupées

 | 
Marc Dambre

Ecritures de l'Histoire

Entretien avec Laurent Binet

Philip Watts

Note de l’auteur

Courrier électronique du 13 février 2013

Texte intégral

PW : Un des aspects les plus intrigants de votre roman (avec le titre bien sûr) est le mélange de genres que l’on y trouve. Figurent dans HHhH un récit historique détaillé, un récit d’aventure, des moments autobiographiques, un art poétique, etc. Pourriez-vous développer un peu comment vous avez composé votre roman et nous parler de l’importance de parler à la première personne ?

LB : Je pense que le recours à un narrateur fictif est un procédé qui s’est systématisé mais qui, dans beaucoup de cas, ne sert pas à grand-chose. L’une des marques du post-modernisme est d’abolir la vieille distinction scolaire entre auteur et narrateur.  

Je n’ai pas prémédité les différents niveaux de narration mais cela s’est immédiatement imposé à moi, dès la rédaction du premier chapitre. Sans m’en rendre compte, j’ai immédiatement posé la problématique du livre, qui est (je l’ai compris des années plus tard, après sa parution) : comment raconter une histoire vraie. Sur la question du mélange des genres, je crois qu’il s’agit d’une caractéristique et d’une force du roman que de pouvoir englober tous les autres genres, de n’obéir à aucune règle générique. Le roman est un genre bâtard, et c’est ce qui fait sa force.

PW : Dans votre récit, un rôle important est donné au narrateur, à ses recherches, à ses relations avec des proches, à son travail, aux personnes qui l’ont aidé, à ses hésitations et à ses doutes. Cette technique narrative est très réussie mais semble aussi répondre à un impératif éthique (par exemple lorsqu’au début vous remerciez la dame qui vous a fourni un document précieux). Pourriez-vous revenir sur votre décision d’organiser le roman de cette manière ?

  • 1 http://lempiredessignes.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/06/13/hanna-arendt-chez-les-x-men.html [va (...)

LB : Pour moi, le matériau historique n’est pas équivalent au matériau fictionnel. Il implique en effet plus de responsabilité. De même que je ne considère pas de la même façon un personnage réel, qui existe ou a existé – que je le connaisse ou non – et un personnage inventé. Je me sentais un devoir de loyauté envers tous ces gens, d’une part, et envers la vérité historique, d’autre part. Ceci dit, je n’ai rien contre la fiction de l’Histoire, au contraire, j’adore les uchronies comme Fatherland (roman de Robert Harris, 1992) ou Inglourious Basterds (film de Quentin Tarantino, 2009). L’uchronie est une façon ludique d’aborder des tas de questions intéressantes. J’aime aussi beaucoup la démarche de Dumas : insérer son récit dans les interstices de l’Histoire. Par exemple, récemment, j’ai beaucoup apprécié le film X-Men : First Class (film de Matthew Vaughn, 2011) qui imaginait tout un scénario avec des mutants impliqués dans la crise des fusées à Cuba. J’ai d’ailleurs écrit un article là-dessus intitulé : « Hannah Arendt chez les X-Men1 ». Inversement, je n’aime pas le roman à thèse qui recourt à la fiction pour démontrer quelque chose : je considère ça comme une véritable manipulation.

PW : Vous citez Milan Kundera à la première page de HHhH. Quel rôle l’œuvre de Kundera a-t-elle joué dans votre propre écriture ?

LB : J’adore Kundera alors que, globalement, il pratique le genre de roman que je déteste : réaliste et psychologique. J’ai mis longtemps à comprendre : Kundera est un maître dans l’art de la métalepse, l’intervention de l’auteur au milieu du récit. Si j’ai une dette envers lui, je suppose que c’est celle-ci.

PW : Au sujet de Heydrich vous dites que c’était un « porc maléfique et sans pitié mais [que] ce n’était pas Richard III. » La phrase semble renvoyer à Hannah Arendt qui dit à peu près la même chose au sujet de Eichmann : « Eichmann was not Iago and not Macbeth, and nothing would have been farther from his mind than to determine with Richard III ? to prove a villain ? » (Eichmann in Jerusalem, p. 287).  Il semble clair que vous ne souscrivez pas à la thèse de Arendt sur la « banalité du mal », et que Heydrich est un être sinon intelligent du moins rusé, ambitieux et conscient de la souffrance qu’il impose à ses victimes. Ceci dit, est-ce que Eichmann in Jerusalem a été utile pour vous dans vos recherches sur l’époque et dans votre portrait du bourreau Heydrich ?

LB : Oui bien sûr, je ne dis pas que Hannah Arendt a tort. Son concept est très intéressant et pertinent pour Eichmann et pour ceux que Christopher Brown appelle « des hommes ordinaires ». Mais Heydrich n’est pas Eichmann. Ses capacités, ses responsabilités, sa trajectoire font de lui quelqu’un d’extraordinaire, au même titre que, à des degrés divers, Hitler, Goebbels, etc. Ceci dit, ils sont aussi des hommes ordinaires, qui (éventuellement) aiment leurs enfants, leurs chiens, leurs secrétaires, qui ont des comportements banals et des préoccupations triviales. Je trouve que le concept d’Hannah Arendt est discutable, mais il a au moins le mérite de poser beaucoup de questions, contrairement à l’option qui consiste à les considérer comme des monstres. Si on sort ces gens-là de l’humanité, alors il n’y a plus de problème : on en fait des émanations du Mal avec un grand M, et comme à chaque fois qu’on bascule dans le mystique, on n’a rien résolu, on n’a rien expliqué, on n’a rien compris, mais on croit avoir réglé la question.

PW : Lors de la table ronde nous avons parlé des dangers potentiels de la falsification de l’Histoire par des œuvres littéraires et dans le premier paragraphe d’HHhH vous écrivez : « quoi de plus vulgaire, en effet, qu’un personnage inventé ? »  Pourriez-vous nous parler un peu plus de la responsabilité de la littérature face à l’Histoire ? Quelles seraient les responsabilités politiques ou éthiques de la littérature face à l’Histoire de la Seconde Guerre mondiale ?

LB : Les gens font ce qu’ils veulent, et ils écrivent ce qu’ils veulent. Mais, comme dit Charlotte Lacoste, à la suite de Claude Lanzmann, de la fictionnalisation à la falsification, il n’y a qu’un pas. Ce pas n’est pas toujours franchi, et la frontière n’est pas toujours très clairement établie, mais quand elle est franchie, cela pose un problème.

PW : Un des buts de notre table ronde était de réfléchir aux représentations récentes de la Seconde Guerre mondiale et en particulier aux œuvres de fiction. Pensez-vous que nous sommes dans une « nouvelle phase de la mémoire » en ce qui concerne les représentations de la Seconde Guerre mondiale en France, en Europe et dans le monde ?

LB : Je ne suis pas sûr. Il me semble qu’il y a toujours eu beaucoup d’œuvres de fiction, des livres, des films, sur la Seconde Guerre. Dès l’Occupation, on a Le Silence de la Mer, de Vercors. Dans les années 1950, Robert Merle écrit les faux mémoires du commandant Höss, La mort est mon métier, qui annonce avec son dispositif Les Bienveillantes de Littell. Dans HHhH je cite plusieurs œuvres de fiction, tchèques, anglaises, américaines, qui ont été consacrées à l’Opération Anthropoïde depuis cinquante ans. Et en France, il est intéressant que deux des comédies les plus populaires au cinéma sont La Grande Vadrouille (film de Gérard Oury, 1966) avec De Funès dans les Sixties et Papy fait de la Résistance (film de Jean-Marie Poiré, 1983) dans les années quatre-vingts. La Seconde Guerre a toujours eu une place prépondérante dans l’imaginaire occidental et même mondial, et ce n’est pas près de changer.

PW : Pour finir, pourriez-vous nous parler un peu de la réception de HHhH en Europe de l’Est et plus particulièrement en République tchèque et en Slovaquie ?

LB : Le livre a été très bien accueilli en Tchéquie et en Slovaquie. C’était souvent assez émouvant. Les Tchèques et les Slovaques se considèrent comme issus d’un petit pays. Ils sont par ailleurs assez critiques envers leur propre histoire. Par exemple, ils polémiquent toujours sur l’Opération Anthropoïde et sur la question de savoir si l’attentat contre Heydrich valait les terribles représailles qu’il a engendrées. Significativement, ils ont sorti un grand film l’an dernier sur Lidice. Pas sur l’attentat en lui-même. Du coup, je les ai sentis flattés et surpris qu’un étranger rende hommage à cet acte de Résistance.

Notes

1 http://lempiredessignes.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/06/13/hanna-arendt-chez-les-x-men.html [valide le 06/09/2013]

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site