Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Art dans l’art

 | 
André Topia
, 
Marie-Christine Lemardeley
, 
Bernard Brugière

I. Portraits

Portraits de femmes dans « The Special Type », « The Tone of Time » et « The Beldonald Holbein » de Henry James : l’art comme monnaie d’échange

Muriel Zagha

Texte intégral

1« There is no greater work of art than a great portrait. » Ainsi écrit James à propos de John Singer Sargent, un de ses peintres favoris. Si la peinture est un motif de prédilection récurrent chez James, c’est parce que chez lui, l’adoration des images va de pair avec l’étude passionnée des caractères. Les mouvements de la psychologie, tropismes que nous dirions d’instinct insondables, invisibles, ont pour lui les mêmes qualités plastiques que le portrait.

  • 1 Désormais abrégées en ST (« The Special Type »), TT (« The Tone of Time ») et BH (« The Beldonald (...)

2Pour aborder ces trois nouvelles, « The Special Type », publiée dans Colliers Weekly le 16 juin 1900, « The Tone of Time », Scribner’s Magazine, novembre 1900, et « The Beldonald Holbein », Harper’s New Monthly Magazine, octobre 19011 la problématique qui me paraît la plus intéressante n’est pas tant celle du débat, cher à James, autour de l’authenticité, « the real thing », si difficile à fixer, à traquer, mais une autre, d’ailleurs loin de lui être étrangère : celle des enjeux de la possession.

3Le milieu social dépeint par James, où les artistes sont légion, est régi par les lois du commerce et de l’exploitation. Le désir et la réalisation du portrait, image de la personne, sont l’occasion de constats et de réflexions qui relèvent au moins autant de l’éthique que de l’esthétique.

4L’art, le portrait comme monnaie d’échange intéressent l’auteur comme autant d’occasions dramatiques où se noue le jeu trompeur de la possession. Pouvoir de l’argent, contrats transgressés, métamorphoses et jeux de rôle entraînent une extraordinaire circulation des objets et des personnes qui ne laisse pas au bout du compte de frustrer le prédateur avide de possession dont les mains se referment sur du vide.

5« The Beldonald Holbein » est l’histoire de deux portraits non réalisés et d’une femme qui se révèle un tableau vivant et se trouve du même coup dépossédée de sa propre personne. Dans « The Special Type » et « The Tone of Time », deux femmes se disputent sauvagement le portrait d’un même homme.

6Il apparaît en outre que sous le tableau affleure toujours la scène du théâtre, autre art importé, tissé dans le texte jamesien comme pour mieux permettre le glissement des images et des titres de propriété.

7Dans ces textes, le portrait fait avant tout l’objet d’une commande et d’un contrat. Les personnages de James évoluent sans obstacle financier, et il semblerait que dans ce monde, tout s’achète. Brivet, le millionnaire américain de « The Special Type », est d’une richesse fabuleuse qu’on nous dit « dégoûtante » (ST 174), et ce pouvoir financier sans limite met tout Londres à son service : « London, the big fish that rises so to the hook painted with gold will perform for him. » (ST 175) Du début à la fin du conte, Brivet paie rubis sur l’ongle une série de commandes dont voici la liste en vrac : un portrait de sa maîtresse, Mrs. Cavenham ; un modèle de l’artiste, Alice Dudene, payée pour jouer aux yeux du monde le rôle de sa maîtresse ; un portrait de lui-même, Brivet. L’artiste, comme subjugué par une profonde impression de « financial power » (ST 177), se prête aux machinations de l’Américain et accepte volontiers d’être son instrument : « I was his machinery and was willing enough to turn his wheel. » (ST 175) Comme toujours et partout chez James, la dynamique sociale, et mondaine en particulier, repose sur l’exploitation financière, esthétique, sexuelle des uns par les autres.

8Ainsi, dans « The Special Type », pour éviter de voir compromettre la femme qu’il aime, Brivet n’hésite pas à utiliser et à sacrifier Alice, le modèle dont le type spécial, idéal, fait d’elle une maîtresse plausible.

9Dans les deux autres contes, les méthodes employées ne sont pas moins brutales : Mrs. Brash, dans « The Beldonald Holbein », est catapultée du jour au lendemain par la coterie artistique de son employeuse d’un rôle tranquille de dame de compagnie à celui, stupéfiant, de « Holbein of the first water » (BH 290). Les conséquences seront tragiques et d’emblée, il est clair que le Holbein remplit pour ses créateurs (« he was, in fact, just what we had made of her, a Holbein for a great museum », BH 298) un rôle utile et profitable de publicité mondaine. On se presse pour le voir dans l’atelier de l’artiste, dans les salons de ses amis et mécènes. La couleur de l’argent, encore une fois, transparaît sous les considérations esthétiques: « When you have been brought up for fifty years on black, it must be hard to adjust your organism, at a day’s notice, to gold-colour. » (BH 297-8) De même, les crises passionnelles de « The Tone of Time » sont pour l’artiste-narrateur l’occasion de spéculer sans vergogne et de faire monter le plus possible le prix du portrait désiré. Au cours d’une scène particulièrement éloquente, Mrs. Bridgenorth, se trouvant face au portrait inattendu de son amant, craque et se donne en spectacle : elle étouffe littéralement « in her effort to swallow her shock in ten seconds » (TT 205) et on l’entend bien dans « she could only glare at the canvas, gasping, grimacing, and try to gain time » (TT 204). Pendant ce temps, l’artiste la considère froidement: « She wavered but an instant longer, panted, laughed, cried again, and then, dropping into the nearest seat, gave herself up so completely that I was almost ashamed. » (TT 205) Scrupules bien minces en vérité...

10En somme, tout a un prix, et la galerie de portraits apparaît avant tout comme une galerie marchande. Cette idée est même pour les personnages responsables de la perte d’autrui une manière de se dédouaner. L’infortunée Mrs. Brash dans « The Beldonald Holbein », arrachée à ses admirateurs londoniens, est réexpédiée là d’où elle vient, petite ville américaine sans éclat, où, insuffisamment cotée, elle ne saurait survivre : « It wasn’t — the minor American city — a market for Holbeins. » (BH 306) Il apparaît clairement que les enjeux du portrait jamesien sont moraux, et c’est en cela que James nous semble se placer hors d’un débat purement esthétique à propos de la coexistence problématique de deux textures, peinture et écriture. En effet, les portraits, comme les contrats qui en régissent la création et la propriété, sont autant de symptômes alarmants d’une éthique pour le moins flottante.

11L’équivalence portrait/personne, qui marque les trois textes, a de quoi inquiéter, avec ce qu’elle implique de réification, de réduction de la personne à un bien de consommation et de possession. C’est peut-être dans « The Special Type » que cette dimension apparaît le plus clairement. Frank Brivet ne paraît guère distinguer entre sa maîtresse et le tableau qui la représente : « She stands as she stands in your charming portrait — lovely, lonely, untouched. » (ST 176) Plus tard, comme par souci de réciprocité, c’est Mrs. Cavenham qui vient commander à l’artiste un portrait de son amant « en pied » (« full-length », ST 183) qui restituera le modèle plus intégralement qu’un médaillon. La possession de cet objet est présentée dès lors comme équivalente à la possession du modèle. Le portrait achevé est un substitut plus qu’adéquat de Brivet lui-même :

It was the very view of him she had desired to possess; it was the dear man in his intimate essence for those who knew him; and for anyone who should ever be deprived of him it would be the next best thing to the Sound of his voice. (ST 189)

12En somme, il ne lui manque que la parole. Précisons que l’univers jamesien est régi et par les règles de la property (qui possède quoi, qui est le propriétaire légitime d’un portrait, d’une personne), et par celles de la propriety, concept problématique qui soulève d’ailleurs des questions analogues et qui recouvre à la fois propriété et bienséance.

13C’est précisément de recouvrir et de masquer qu’il est souvent question dans les contrats et pactes qui nous occupent ici. Dans « The Special Type », on repère, en plus des deux portraits commandés déjà évoqués, un contrat supplémentaire entre Brivet et Alice. Cette dernière joue aux yeux du monde le rôle de sa maîtresse, tandis que la maîtresse authentique, Mrs. Cavenham, demeure en coulisses à l’abri du scandale. En échange, Alice désire elle aussi posséder un portrait « en pied » (« full-length », une fois de plus, ST 190) de Brivet.

14On dénombre au moins trois contrats dans « The Beldonald Holbein » : en plus des deux portraits de femme commandés à l’artiste-narrateur, un contrat central est noué entre Lady Beldonald et Mrs. Brash. La dame de compagnie, choisie laide et sans éclat, servira de faire-valoir à son employeuse : le contraste avec son propre visage fané annulera le spectacle du passage du temps sur celui de Lady Beldonald.

15Contrat enfin dans « The Tone of Time », où le portrait commandé doit servir de couverture morale et de façade sociale à Mrs. Bridgenorth en lui accordant la respectabilité du veuvage, qui la rendra moins voyante et plus convenable et « proper » : « She’s extraordinary... and just what she wants of the picture, I think, is to make her a little less so. » (TT 196) Ce souci de propriety, de bienséance et de bonne moralité, est toujours cruellement ironique. C’est ainsi que Mrs. Cavenham attend tranquillement qu’Alice ait fini de jouer son rôle, de s’afficher à sa place et de voir sa réputation compromise (« spattering », ST 176) à sa place, en toute bonne conscience. Ironiquement, cette histoire de mensonge et de corruption est ponctuée par un vocabulaire hautement moral : « the good work went on » (ST 183) ; « my purpose is a sacred one » (ST 180).

16C’est même à travers ce souci affiché de propriety, voire de « propreté », que Mrs. Cavenham révèle à l’artiste qui la dévisage sa véritable identité : toute « lovely » qu’elle est, à l’image de son portrait, son expression « sm ugly selfish » (ST 186, c’est nous qui soulignons) laisse deviner son « ugly self ».

17Quant à Alice Dundene, le modèle professionnel, elle n’est pas ce qu’on a coutume d’appeler « a lady » (ST 173) et Mrs. Cavenham la jauge au premier coup d’oeil lors d’une visite impromptue à l’atelier de l’artiste, où elle trouve Alice en petite tenue, « not dressed for company » (ST 172), précise l’artiste, qui ajoute cependant : « a dress was never strictly necessary to her best effect » (ST 172). Brivet ne pense pas autrement, et le mépris du couple pour Alice s’exprime sans relâche, puisque jamais ni lui ni sa maîtresse ne consentiront à nommer Alice directement : « She never, to the end of the affair, came any doser to her in speech than by the collective and promiscuous plural pronoun {“them”} » (ST 185). C’est exactement parce qu’on la taxe de promiscuité, de légèreté, qu’Alice est le type idéal, spécial, dont Brivet a besoin.

18En termes généraux, la femme est, dans la bonne société dépeinte dans la fiction de Henry James, un objet dont le prix varie en fonction de son type, de son genre de beauté, des références esthétiques qu’il évoque. Véritable « tableau vivant », Lady Beldonald évoque un Titien, et l’artiste lui déclare : « You bring the old boy to life ! » (BH 293)

19En somme, il n’est pas rare que l’artiste jamesien pêche par ce que Proust nomme idolâtrie, en cherchant dans la vie des représentations artistiques toutes faites. Dans une société dont les seules frontières reconnues portent des noms d’artistes, puisque, comme on le précise dans « The Beldonald Holbein » : « Our little set [...] is bounded on the north by Ibsen and on the south by Sargent ! » (BH 302), il n’est guère surprenant que le rapport à la personne et au corps d’autrui soit toujours rendu sophistiqué par la référence esthétique.

20Le regard, toujours aigu chez James, et en particulier le regard de l’artiste, avide de produire et de consommer des images, repère ici un Titien, là un Holbein, et encadre et épingle les femmes qu’il pourrait vouloir peindre. Le regard de Brivet, qui reconnaît en Alice Dundene le type plausible de la jolie maîtresse tapageuse, ne fonctionne pas autrement. En fin de compte, on est tenté d’avancer que le regard de l’artiste (et il faut, si Brivet figure dans cette catégorie, entendre par « artiste » celui qui nomme, classe et définit autrui dans un cadre esthétique de son choix) enrichit sans doute la personne en la parant de certaines références iconiques, mais l’enferme du même coup dans une vision réductrice.

21Brivet ne connaîtra jamais ni la véritable Alice, ni la profondeur des sentiments qu’elle éprouve pour lui. Les instigateurs du drame du Holbein se soucient comme d’une guigne de la personne de Mrs. Brash. Cette désinvolture brutale va parfois jusqu’à suggérer non seulement l’objectivation quasi-automatique du sujet, mais aussi, comme par une conséquence inévitable du désir de représentation, un rêve de destruction, d’annihilation de ce sujet.

22Cette dimension n’apparaît nulle part plus clairement que dans « The Beldonald Holbein », qui commence à vrai dire comme une histoire de séduction assez banale. Lady Beldonald, beauté célèbre charmée et par l’œuvre et par la personnalité (BH 283) d’un artiste mondain, lui fait savoir qu’elle consentirait à poser pour lui. Elle semble ensuite jouer à le faire attendre : se disant tantôt soucieuse, tantôt lasse, elle remet le portrait à plus tard et ne veut paraître que dans tout son éclat. Consentira-t-elle jamais à se dévoiler (« unveil her face », BH 288) ? Ce n’est qu’après maints refus et retards, après le dénouement du drame du Holbein aussi, qu’elle finit par dire très gentiment au peintre : « I’ll corne to you tomorrow if you like. » (BH 304) Cette expression résonne étrangement avec un passage célèbre de The Wings of the Dove où Densher et Kate Croy scellent leur pacte criminel dans ces termes mêmes. Dans l’intervalle, le peintre-narrateur, qui est bien de son temps, a fait de son côté des déclarations d’esthète misogyne qui laissent rêveur : « Oh we see bang off, with a click like a Steel spring. That’s the way I saw you yourself, my lady, if I may say so; that’s the way, with a long pin straight through your body, I’ve got you. » (BH 293). Et encore : « A box of sardines is only “old” after it has been opened. Lady Beldonald never has yet been — but I’m going to do it. » (BH 290) Le peintre dit aussi de Lady Beldonald: « She looks naturally new, as if she took out every night her large, lovely, varnished eyes and put them in water. » (BH 285) Cette objectivation et déconstruction du sujet, qui confine à la mutilation, on l’entend encore lorsque les deux peintres disent de Mrs. Brash que « c’est une tête à faire » (BH291). Ce fantasme de décollation reparaît dans « The Tone of Time », rappelant peut-être le motif, souvent traité par les décadents, de Salomé et saint Jean-Baptiste, lorsque le peintre déclare à Mrs. Bridgenorth : « his is the very head you would have liked if you had dared. » (TT 206) Pas très proper, tout cela, mais qu’en est-il de la property en art, et des contrats qui la régissent ?

23Les trois nouvelles ont ceci de commun que les contrats qui y sont conclus sont systématiquement transgressés. L’art chez James, nous l’avons vu, est bien une monnaie d’échange qui permet de s’approprier objets et personnes, qu’il s’agisse d’une réputation toute neuve et d’un mari de rêve, d’un Holbein sans prix, d’une maîtresse fictive ou d’un divorce sans encombres. On lit par exemple dans « The Special Type »:

She wanted, for all her confidence, to omit no precaution, to close up every issue, and she had acutely conceived that the possession of Brivet’s picture—full-length, above all!—would constitute for her the strongest possible appearance of holding his supreme pledge. (ST 183)

24Les portraits of ladies qui nous occupent ne sont pas exclusivement des images représentant les personnages féminins, mais aussi les objets dont ces dames se disputent la possession. Il s’agit bien dans « The Beldonald Holbein » de peindre des femmes, et « The Special Type » commence aussi dans ce contexte : portrait commandé de Mrs. Cavenham, rôle du modèle professionnel qui vient se couler dans un autre cadre choisi par Brivet. Cependant, cette dernière nouvelle se finit par se nouer, comme « TheTone of Time », non pas sur un portrait de femme mais sur the portrait of a gentleman. Il s’agit dans tous les cas de figure au moins autant des enjeux de la possession que de ceux de la représentation. A qui appartient le portrait ?

25L’idée de monnaie d’échange évoque un contrat conclu : toute chose a un prix. Cependant, nous l’avons dit, les contrats de nos trois histoires se voient systématiquement rompus, et cela précisément par voie d’échange, de glissement, de substitution.

26Deux échos shakespeariens viennent approfondir la perspective de « The Special Type » : d’une part, le « Thou canst not say I did it » (ST 179) de Macbeth dans la bouche de l’artiste qui aimerait se laver les mains de toute la machination ; d’autre part, le titre d’une autre pièce de Shakespeare, deux fois répété, « all’s well that ends well » (ST 189), autre histoire de mariage où une femme prête à tout pour conquérir un personnage masculin guère plus reluisant que Brivet n’hésite pas à mentir et à se faire passer pour une autre.

27Ces deux éléments, le théâtre et l’échange, reparaissent sous divers aspects dans nos trois contes.

28Le cadre du portrait jamesien, mais aussi l’espace du texte tout entier, semblent toujours laisser entrevoir comme par en-dessous l’espace de la scène. Ainsi, dans « The Special Type », à propos du portrait de Brivet le menteur, au titre ironique (« Frank »), on lit :

See how clever and pleasant and practicable, how jolly and lucky and rich I’ve been! I determined, at all events, that I would make some such characteristic words as these cross, at any cost, the footlights, as it were, of my frame. (ST 188)

29Cette superposition (sous le tableau, la scène) rend possibles tous les échanges, métamorphoses et révélations associés au monde du drame, voire du mélodrame. Inversement, c’est pour que ces échanges (souvent monnayés d’une manière ou d’une autre) puissent s’accomplir que l’action est mise en scène sous forme de représentation théâtrale. Le studio, l’atelier de l’artiste est un lieu de rencontre idéal. L’artiste lui-même sert d’intermédiaire et, chargé de la représentation en tant que peintre et narrateur, observe toutes les scènes, y compris celles qui échappent aux autres personnages, avec fascination, prêt à intervenir, lorsque l’exige l’intrigue, tel un deus ex machina.

30En outre, le talent spécial du modèle professionnel, représenté ici par Alice Dundene, fait d’elle une sorte de comédienne. Elle intéresse l’artiste, et Brivet lui-même, non pas tant par sa personnalité propre que par le nombre et la variété des masques que l’artiste peut lui faire porter : « She had always, for that matter, had a way of seeming each time a little different and a little better. » (ST 189) Ce flottement, ce vacillement baroque est désirable, puisqu’il permet l’échange et la circulation des rôles. Alice est Everywoman, et revient finalement, ennoblie par le chagrin, sous l’apparence de « a Princess in court mourning » (ST 190). Comédiennes, voire metteurs en scène ou régisseur, Mrs. Bridgenorth, Mrs. Cavenham et Lady Beldonald le sont aussi, parce qu’elles sont perpétuellement scrutées par le regard d’une société où chacun est constamment en représentation.

31A l’image de la société qu’elle dépeint, la narration est toujours animée par l’esthétique dramatique : levers de rideau, entrées, vraies et fausses sorties accompagnées de répliques cinglantes, et « scènes » se succèdent. L’action s’enclenche à l’occasion d’un quiproquo (la « beauté » remarquée par le peintre n’est pas Lady Beldonald mais sa dame de compagnie) d’un malentendu, d’une coïncidence ironique (le « lovely job » [TT 193] que l’artiste vient proposer à Mary Tredick est de représenter l’homme qui l’a perdue), qui aboutissent à des moments de révélation qui sont autant de coups de théâtre, où les machinations des prédateurs se voient déjouées, où l’objet de la possession s’envole hors de leur portée.

  • 2 Henry James. « Art: the Dutch and Flemish Pictures in New York », Atlantic Monthly, 29 (June 1872) (...)

32Ainsi, Lady Beldonald désire demeurer à jamais une beauté célèbre. Or : « The famous « irony of fate » takes many forms, but I had never yet seen it take quite this one... She [Mrs. Brash] had broken the law of her ugliness and had turned beautiful on the hands of her employer. » (BH 297) Mrs. Brash, d’abord le négatif, l’humble alter ego de Lady Beldonald, comparée quant à elle à un Titien, se mue magiquement en un Holbein, ce qui fait d’elle l’élément positif du couple. A ce propos, rappelons que James le critique d’art décèle en Italie une trop grande profusion de beauté déjà donnée et conclut que la peinture italienne souffre de cette influence démoralisante. Le peintre hollandais, en revanche, qui ne peut se contenter de prélever une beauté déjà présente dans la réalité qui l’entoure, mais doit aussi en ajouter une de son cru, arrive à la perfection2.

33Autre coup de théâtre, dans « The Special Type », c’est Alice Dundene, victime du complot de Brivet, qui vient rafler, avec la complicité de l’artiste, le portrait de Brivet commandé pour Mrs. Cavenham.

34« The Tone of Time » est aussi l’histoire d’un contrat rompu et d’une révélation dramatique. Mrs. Bridgenorth, la cliente qui commande un faux portrait dans le but de contrôler la transformation d’une fiction en réalité, pour pouvoir dire un jour, une fois la cristallisation achevée : « Oh, that’s an old sketch of my dear dead husband ! » (TT 197), reçoit « more than she bargained for » : un portrait au vitriol, craché et exact, de son amant. Le projet originel de « symbolisation » (TT 194) d’un être fictif aboutit à la résurrection d’un mort qui est exactement celui qu’il fallait peindre.

35En un autre échange frappant, la mort de Mrs. Brash, métamorphosée en un Holbein, est décrite en termes quasi-fantastiques: le « tableau » qu’elle est devenue « turns its face to the wall » (BH 306); « So it stood, without the intervention of the ghost of a critic, till they happened to pull it round again and find it mere dead paint. » (BH 306) Par une sorte de poetic justice, la circulation du portrait restaure ce qui a été endommagé ou spolié. Mrs. Brash, obscure et laide, se voit donner une nouvelle vie, où elle vole la vedette à sa belle parente. Elle en meurt, certes, mais elle aura du moins été « famous for fifteen minutes » dans l’univers bavard des salons.

36Mrs. Bridgenorth, l’usurpatrice responsable du malheur de Mary Tredick, attend de recevoir le portrait salvateur, et cette attente la fait ressembler à une maison neuve encore vide de meubles et de visiteurs, mais c’est Mary qui gardera le tableau pour l’adorer sur l’autel des morts. Bien que la réalisation du portrait vienne combler le désir secret des deux femmes (à la maison vide évoquée par Mrs. Bridgenorth correspond la blessure sanglante, jamais refermée, que le narrateur devine chez Mary), la tragédie de « The Tone of Time » est qu’il n’existe plus qu’un seul exemplaire de l’homme autrefois aimé. En rompant son contrat, en captant le portrait, Mary parvient à empêcher par-delà la mort les retrouvailles, les noces intolérables de son amant et de sa rivale. Pour elle cependant, la possession d’un mort devient possible.

37Dans « The Special Type », la réalisation de l’excellent portrait de Brivet pour Mrs. Cavenham ne suffit pas. Il faut encore que ce portrait, qui remplace la personne représentée, parvienne à compenser pour Alice l’impression de privation laissée par sa liaison fictive avec Brivet : jamais elle ne s’est trouvée seule avec lui. Elle désire le portrait « to live with, to make up » (ST 192). Ici, la représentation permet une sorte de dédoublement, d’ubiquité du modèle. Le peintre fait livrer le portrait à Alice le jour même où Brivet épouse Mrs. Cavenham. L art dans l'art chez James accomplit dans ses méandres la fusion de la peinture, du théâtre et du roman en une seule et même moire, analogue peut-être à cette patine dense et profonde, glace à l’ancienne, « tone of time », qui est la spécialité de Mary Tredick. Le dialogue, ou plutôt la fusion des arts est le lieu de glissements redoutables et magiques, et de tensions ambiguës entre frustration et compensation.

38Au bout d’un cheminement à l’aveugle autour de l’arbre de la connaissance, la possession de l’obscur objet du désir est bien loin d’aboutir à un moment de révélation, exposition finale et éclairante. En revanche, la dernière scène se joue en coulisses en une cérémonie secrète, où l’objet et son contemplateur vont s’abîmer ensemble, et nous laissent à la porte.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BOWDEN, Edwin Turner. The Themes of Henry James: A System of Observation through the Visual Arts. New Haven: Yale UP, 1956.

JAMES, Henry. «The Dutch and Flemish Pictures in New York». The Atlantic Monthly, 29 June 1872. 757-763.

— «The Special Type», Colliers Weekly, 16 June 1900.

— «The Tone of Time», Scribner’s Magazine, Nov. 1900.

— «The Beldonald Holbein», Harper’s New Monthly Magazine, Oct. 1901.

TINTNER, Adeline. Henry James and the Lust of the Eyes: Thirteen Artists in his Work. Baton Rouge: Louisiana State UP, 1993.

—. The Museum World of Henry James. Ann Arbor (MI): UMI Research P, 1986. TORGOVNICK, M. The Visual arts, Pictorialism, and the Novel: James, Lawrence, and Woolf. Princeton: Princeton UP, 1985.

WARD, J. A. «The Portraits of Henry James», Henry James Review, 10,1989, 1-14.

WINNER, Viola Hopkins. Henry James and the Visual Arts. Charlottesville: Virginia UP, 1970.

Notes

1 Désormais abrégées en ST (« The Special Type »), TT (« The Tone of Time ») et BH (« The Beldonald Holbein »).

2 Henry James. « Art: the Dutch and Flemish Pictures in New York », Atlantic Monthly, 29 (June 1872): 59-62.

Auteur

Université d’Orléans
Ancienne élève de l’École Normale Supérieure, agrégée d’anglais, a récemment soutenu une thèse de doctorat intitulée Figures de la possession dans les nouvelles de Henry James de la dernière période, 1898-1910. Elle est également l’auteur de divers travaux de traduction au nombre desquels Contes et Récits de Nathaniel Hawthorne à l’Imprimerie nationale et Lutte et Bruno de Frances Yates aux PUF.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540