Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Espace littéraire dans la littérature et la culture anglo-saxonnes

 | 
Bernard Brugière

Écriture de l’histoire et espace littéraire

Espace du Nouveau Monde et écriture de l’histoire : William Bradford, The History of Plymouth Plantation - 1620-1647

Catherine Bécasse

Texte intégral

  • 1 Perry G. Miller, The Puritans. A Sourcebook of their Writings, New York, Harper & Row, 1963, vol.  (...)

1Au XVIIe siècle, les représentations de l’Amérique étaient fortement influencées par les schémas installés dans les esprits européens, et le futur rôle du continent récemment découvert était souvent envisagé en fonction de l’Ancien Monde, de ses besoins ainsi que de ses souhaits. Mais pour une partie des colons américains, les relations entre les deux continents se définissaient en terme d’opposition : opposition aux systèmes idéologiques européens, et en particulier, opposition aux courants religieux dominants en Angleterre. C’est précisément le rejet de l’Église officielle d’Angleterre qui encouragea William Bradford à se réfugier en Hollande en 1609, après avoir vécu dix-huit années en Angleterre1. La congrégation séparatiste dont William Bradford faisait partie, espérait ainsi échapper aux persécutions religieuses.

  • 2 Ibid., p. 91.

2William Bradford séjourna un peu plus de dix ans en Hollande avant de s’embarquer, en 1620, à bord du célèbre Mayflower ; il fut même l’un des principaux organisateurs de cette émigration vers la Nouvelle Angleterre. En 1621, quelques mois après l’arrivée de son groupe de Séparatistes de Leyden, William Bradford fut élu gouverneur de la plantation de Plymouth, poste qu’il occupa sans interruption jusqu’en 1651. Il mourut en 16572.

3En 1630, alors qu’il était gouverneur depuis neuf ans, il entreprit de rédiger une histoire de la colonie de Plymouth, histoire qui devait couvrir les années 1620 (avec néanmoins quelques retours sur la période européenne de sa vie) à 1650. En réalité, il “manque” quatre années à ces annales, et cet article tentera de proposer une interprétation à l’arrêt brutal, en 1646, de la narration. En fait, dès l’énoncé du titre complet du texte de William Bradford, un problème de dates apparaît. En 1856, l’édition de la Massachusetts Historical Society faisait se terminer l’Histoire de la colonie de Plymouth en 1646. En 1912, l’éditeur Worthington C. Ford ajouta l’année 1647, et fut imité en cela, par Samuel E. Morison, en 1952. Les deux bornes retenues ici sont 1620 et 1647, sans oublier toutefois que, dans son texte, William Bradford mentionne les années 1647 et 1648.

  • 3 Thomas Morton, New English Canaan, London, 1637.

4Après ces quelques éléments chronologiques et ces repères biographiques, il faut souligner combien William Bradford, l’homme, est absent de son récit. Son History of Plymouth Plantation comporte peu de confidences autobiographiques. Plutôt que de lui-même, c’est de sa fonction officielle que William Bradford parle : il adopte le point de vue du gouverneur de la colonie de Plymouth. Et il est important de préciser à qui William Bradford destinait son récit. Contrairement à des contemporains tels que Thomas Morton, William Bradford n’essayait pas d’encourager des Anglais ou d’autres Européens à venir s’installer en Nouvelle Angleterre. Par conséquent, à la différence de New English Canaan3, l’histoire rédigée par William Bradford ne fut pas publiée en Angleterre, et ne contient pas de descriptions dithyrambiques vantant les ressources fabuleuses et inépuisables de la région. William Bradford poursuivait un autre but : il voulait assurer l’édification spirituelle et morale des descendants de ces Séparatistes qui étaient venus s’installer en Amérique.

5Malgré tout, The History of Plymouth Plantation n’est pas une sorte de gigantesque sermon de huit cents pages. En effet, la vie quotidienne et l’espace du Nouveau Monde y sont omniprésents. C’est pourquoi le premier point de cette étude consistera à examiner comment William Bradford décrit l’espace américain. Après quoi, l’élaboration d’une symbolique spatiale propre à The History of Plymouth Plantation sera analysée. Et la dernière partie montrera combien écriture et espace finissent par devenir antithétiques dans cette œuvre.

6Dans l’histoire du peuplement du Nouveau Monde, l’espace joua un rôle fondamental, et il n’est peut-être pas inutile de rappeler cette évidence. En effet, si la possession de territoires pouvait être source de conflits (tel fut le cas, par exemple, en 1635, lorsque Newtown et Dorchester occupèrent des terres revendiquées par la plantation de Plymouth), la présence d’étendues libres permettait aussi de résoudre spatialement les tensions : au lieu de prendre les armes, les dissidents religieux quittaient le groupe où ils vivaient pour s’installer plus loin, en toute quiétude. L’un des exemples les plus célèbres relatés par William Bradford, fut celui de Roger William, parti fonder, en 1636, sa propre colonie à Providence, Rhode Island.

7Voici comment William Bradford décrit ce départ :

  • 4 William Bradford, The History of Plymouth Plantation, 1606-1646, Worthington C. Ford, ed., Boston, (...)

Mr. Roger William (a man godly and zealous, having many precious parts, but very unsettled in judgmente)... this year begane to fall into some strong oppinions, and front opinion to practise; which caused some controversie between the church and him, and in the end some discontente on his parte, by occasion where of he left them some thing abruptly4.

8Fin de l’incident tel qu’il est rapporté par William Bradford.

  • 5 Ibid., vol. l, p. 156.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.

9Toutefois, de telles remarques se situent dans le second livre de The History of Plymouth Plantation. Mais lorsque Willam Bradford évoque le premier contact, en 1620, entre les Séparatistes et l’espace américain, il le fait en termes négatifs. Il s’agit du célèbre passage qui commence par : « they had no friends to Wellcome them, nor inns to entertaine or refresh their weatherbeaten bodys, no houses or much less towns to repaire too »5. Un peu plus loin, à l’intérieur du même paragraphe, après avoir évoqué les conditions climatiques défavorables en hiver, William Bradford demande : « Besides, what could they see but a hidious and desolate wildernes, ful of wild beasts and wild men? »6 Comme si le spectacle d’une étendue sauvage (l’étymologie du mot “wilderness” signifie “nest of a wild beast” et cette origine est soulignée par l’anaphore de “wild” dans le passage cité) n’était pas suffisamment inquiétant, les paysages sont en outre “désolés” et ne suggèrent en rien la Terre Promise. Un parallèle avec les textes bibliques ne pouvait donc offrir aucune consolation, puisque, contrairement à Moïse (autorisé, par Dieu à contempler depuis une proéminence les merveilles de la Terre Promise), « Nether could they [les passagers débarqués du Mayflower], as it were, goe up to the top of Pisgah, to vew from this willdernes a more goodly cuntrie to feed their hops »7. Autrement dit, l’une des techniques littéraires fréquentes dans les textes des Puritains, à savoir le recours aux Écritures pour se rassurer, s’avère inopérante au début du récit de William Bradford. L’étendue sauvage et désertique (wilderness) est présentée comme un lieu redoutable et effrayant. Contrairement aux Écritures, elle n’est pas perçue comme un lieu de passage permettant de se rapprocher de la clarté divine. Elle ne permet pas ici une expérience quasi mystique qui conduirait à un degré supérieur de la révélation : la lecture typologique des événements et de l’environnement se trouve négative. Et le texte se poursuit avec une personnification du Nouveau Monde, toujours dans la même tonalité : William Bradford utilise, pour décrire le pays tout entier, les termes “weatherbeaten face” et “wild and savage heiw”8.

10Telle est, au début de The History of Plymouth Plantation, la représentation négative que William Bradford donne de l’espace alentour. Cependant, c’est une représentation susceptible d’amélioration. Si la foi et la conduite des colons étaient satisfaisantes, l’espace américain leur renverrait une image autre que celle d’une déchéance spirituelle. Ils se trouveraient alors sur la voie de la réalisation de leurs idéaux religieux.

  • 9 Ibid., vol. 1, p. 360 (Lettre à Mr. Sherley).
  • 10 Ibid.

11Au cours des années 1623 et 1624, la perception de l’espace se modifia. Ainsi, aux objections formulées par d’anciens colons retournés en Angleterre (« The ground is barren and doth bear no grasse »)9, William Bradford répond : « It is hear (as in all places) some better and some worse; and if they well consider they words, in England they shall not find such grasse in them, as their feelds and meadows »10. Néanmoins, bien qu’élogieuses, ces remarques concernent des terres précises et limitées. En réponse aux accusations, William Bradford fournit des descriptions spatialement très ponctuelles : il ne tente pas d’appréhender une réalité plus vaste, des paysages plus étendus, pour en donner une interprétation typologique, mais se limite à tel ou tel champ, telle ou telle clairière.

12Le chroniqueur de la colonie de Plymouth est assez éloigné d’auteurs contemporains tels que John Woolman. John Woolman ne décrit jamais concrètement les régions traversées pour se rendre de Nouvelle Angleterre en Caroline, mais interprète systématiquement les lieux parcourus comme autant de preuves de sa propre dégénérescence ou de sa régénération spirituelle. William Bradford, lui, adopte le point de vue du gouverneur fier de sa colonie, et prêt à la défendre contre les détracteurs, mais sans tomber dans le travers du laudateur incapable de discernement.

13Cela ne signifie pas que William Bradford manque d’une vision globale. Mais cette vision globale, il l’applique plus volontiers à la communauté puritaine dans son ensemble. Lorsqu’il parle de la mission des colons de Plymouth, alors William Bradford emploie une métaphore qui associe temporalité et spatialité. Il oppose l’idéal (un fleuve progressant tout droit), aux déviations constatées dans la vie quotidienne (des courants rapides qui divergent de cet axe bien tracé) :

  • 11 Ibid., vol. 2, p. 309.

An other reason may be, that it may be in this case as it is with waters when their streames are stopped or damned up, when they gett passage they flow with more violence, and make more noys and disturbance, then when they are suffered to rune quietly in their owne chanels. So wickednes being here more stopped by strict laws, and the same more nerly looked unto, so it cannot rune in a comone road of liberty as it would, and is inclined, it searches every wher, and at last breaks out wher it getts vente11.

14Tout le monde attendait beaucoup de cette colonie de New Plymouth, et tous les efforts auraient dû converger vers la réalisation de l’idéal. De sorte que le moindre écart du chemin préétabli se trouvait grossi, la moindre faute amplifiée, et l’on finissait par accorder plus d’importance aux déviations bruyantes, qu’à la tranquillité du cours principal.

15En outre, l’élément fleuve symbolise également le courant du temps qui devait suivre une progression régulière et linéaire. Mais le réel obligeait à des concessions, des compromis, pour tenter de préserver, sans trop l’abîmer, l’idéal d’une société où tout aurait été en conformité avec la loi divine.

  • 12 Ibid., vol. 2, p. 308.

16Par rapport à l’idéal théocratique des Puritains, la vie dans la colonie de Plymouth présentait des écarts qu’il ne fallait ni ignorer, ni négliger. Bien que William Bladford s’étonne de la divergence entre les ambitions du départ, et le réel, il est contraint de la noter : « Marvilous it may be to see and consider how some kind of wickednes did grow and breake forth here, in a land wher the same was so much witnesed against, and so narrowly looked unto, and severly punished when it was knowne »12.

17La colonie disposait d’expédients pour se protéger de ceux qui étaient coupables de wickednes, et l’espace américain offrait un moyen de traiter les cas les plus graves de désobéissance : les dissidents étaient chassés. Le bannissement représentait une façon de se rassurer, car une fois la mauvaise herbe arrachée (la comparaison est utilisée par William Bradford), la communauté avait l’impression de retrouver non seulement ses habitudes antérieures, mais surtout sa cohésion initiale.

  • 13 lbid., vol. 1, p. 336.

18Ainsi, William Bradford mentionne dans The History of Plymouth Plantation plusieurs expulsions. Mais il en parle brièvement, sans faire de digressions sur la personnalité des “bannis”. Tel fut le cas en 1623, de Weston, récidiviste : « [he] came hither again, and afterward shaped his course for Virginie, and so for present I shall leave him »13. En quelques lignes, le sort de Weston se trouve réglé.

  • 14 Ibid., lettre du 9 juin 1625, vol. 1, note de la p. 413.

19Un autre exemple est celui de Oldham, banni en 1625. Toutefois, à propos de Oldham, William Bradford précisa dans une lettre à Cushman, resté en Angleterre : « We have rid ourselves of the company of many of those who have been so trouble some unto us, though I fear we are not rid of the troubles themselves »14. William Bradford se rendait parfaitement compte que le bannissement ne fournissait pas une solution exemplaire, et ne réglait le problème que de manière ponctuelle ou incomplète. Il se doutait que les dissidences représentaient des manifestations de surface, mais que le mal de la colonie était plus profond. Cependant, cet “aveu” de William Bradford à Cushman, ne se trouve pas directement intégré à sa chronique : William Bradford exprime son inquiétude dans une lettre, sous forme d’une confidence qui ne figure pas dans le texte même de ses annales. Dans The History of Plymouth Plantation, William Bradford souligne certes ce que de tels actes de désobéissance pouvaient avoir de négatif pour la communauté : la disparition de Oldham marqua le début d’un conflit entre les Indiens Pequente et les colons de Plymouth (à cause d’un navire ayant appartenu à Oldham, conservé par les Indiens, et récupéré par les habitants de la colonie). Mais à aucun moment du récit même, William Bradford n’écrit explicitement ses doutes sur l’efficacité de l’expulsion.

20Au contraire, dans ses annales, William Bradford affirme que le bannissement peut être satisfaisant, même s’il était parfois source de division (dans le cas de Oldham), même s’il risquait de déplacer le conflit. Plutôt qu’envisager, et nommer les raisons de l’atomisation de la colonie, à savoir l’affaiblissement de la ferveur et des idéaux religieux, William Bradford cherche à convaincre ses lecteurs, et à se convaincre lui-même, des résultats positifs obtenus grâce au bannissement. En effet, William Bradford n’oublie pas son but didactique, et il oppose à ces personnages négatifs chassés de la colonie, quelques portraits édifiants, ceux de Robinson ou Brewster, par exemple.

  • 15 Ibid., vol. 1, p. 210.

21La stratégie de William Bradford (et le terme “stratégie” n’est pas exagéré) consiste alors à relater dans The History of Plymouth Plantation, l’exclusion de certains individus, en espérant ainsi les exclure de la mémoire collective. Comme si, en prétendant que ces personnages n’existaient plus, le mal qu’ils incarnaient n’existait plus non plus. En affirmant comme il le fait à propos d’un certain Morton : « But I have been too long about so unworthy a person, and bad a cause »15, William Bradford donne l’illusion, et se donne l’illusion, que les idéaux de 1619-1620 sont intacts.

22Cette tentative pour combler, grâce a l’écriture, l’écart croissant entre la réalité et l’idéal, n’est pas en soi d’une originalité extrême. En revanche, ce qui est plus original, c’est son aboutissement, qui va être examiné dans le dernier volet de cette étude.

23Le voyage vers l’Amérique, entrepris par les Séparatistes, s’apparentait à une mission divine puisqu’il s’agissait de construire la Nouvelle Jérusalem dans le Nouveau Monde. Paradoxalement c’était un voyage vers l’invisible, mais un invisible rendu très concret, très visible dans le gouvernement quotidien de la colonie.

  • 16 Ibid., vol. 1, p. 236.

24Pour le Bradford du début du récit, la situation “théologique” était clairement établie. Un système de termes antithétiques, fonctionnant par paires, définissait le rôle de chacun : en ce qui concerne les colons, ils s’installaient en Amérique comme les représentants de Dieu. Dès lors, leur combat contre un environnement âpre s’assimilait à une lutte des Elus contre Satan, donc de Dieu contre Satan, du bien contre le mal, de la lumière contre les ténèbres. L’issue du combat ne faisait, bien sûr, aucun doute pour William Bradford, puisque le divin devait triompher du satanique : « and as one candie may light a thousand, so the light here kindled hath shone into many, yea in some sort to our whole nation; let the glorious name of Jehovah have all the praise »16.

25Mais le temps, c’est-à-dire la réalité, avec sa complexité, avec ses ambiguïtés vint bousculer l’ordonnancement précis du départ. Aux termes tranchés et nets des années 1620-1621, se superposent des nuances qui ne simplifient pas la tâche du chroniqueur. William Bradford et ses amis avaient quitté la Hollande, persuadés qu’ils étaient en marche vers le Paradis Retrouvé. Mais l’auteur de The History of Plymouth Plantation est contraint de se rendre a l’évidence : la vie dans la colonie de Plymouth ressemblait de plus en plus au Paradis Perdu. Malgré l’éradication de quelques traces du mal, le gouverneur William Bradford se rendait compte qu’il était impossible d’imputer tous les maux de la colonie à des éléments exclus, et que l’idéal s’était évaporé.

26Avant de s’installer dans le Nouveau Monde, les Séparatistes avaient traversé “a sea of troubles”. Malheureusement ils avaient débarqué en Amérique avec tous ces problèmes, si bien que cet océan de difficultés finit par se transposer à terre. La question obsédante pour William Bradford consistait à savoir si les habitants de la colonie étaient toujours “God’s chosen people”.

  • 17 Gérard Genette, Figures II, Paris, Seuil, 1969, p. 48.

27La seule réponse que William Bradford pouvait apporter, la seule défense qu’il pouvait opposer à la réalité, c’était le silence. Silence du récit pour les années 1647 et 1648. The History of Plymouth Plantation comporte pour ces deux années simplement ces deux dates, mais le texte est absent. Certes, dans ses annales William Bradford avait habitué le lecteur à une variété quantitative de ses commentaires. Chaque année ne “bénéficie” pas du même nombre de pages, alors que l’année 1624 se voit accorder une soixantaine de pages. Mais le récit, la narration des événements dans The History of Plymouth Plantation s’achève brutalement en 1646. William Bradford termine son histoire, regrettant le départ de Edward Winslow. Winslow, qui faisait partie des premiers colons de Plymouth, retourna en Angleterre en 1646, et William Bradford vécut ce départ non seulement comme la perte personnelle d’un ami, mais aussi comme un signe d’échec pour l’ensemble de la colonie. De sorte que la remarque, sous forme de clin d’œil de Genette (à propos de Proust et Sainte Beuve) « La parole y a pris la forme du silence »17, peut s’appliquer littéralement à l’œuvre de William Bradford.

28Si des êtres se perdent (délibérement, ou en obéissant à un ordre d’exil) dans l’espace américain, ce dernier empêche l’être de dire la réalité. Par conséquent, face à l’entreprise de William Bradford, l’espace devient logophage. Une fois les espoirs évanouis, et malgré les tentatives rassurantes d’explication, il ne reste que le silence. Simplement deux dates écrites : 1647 et 1648, dénuées de sens autre qu’une indication de continuité chronologique. Mais ce qui se produisit dans l'“espace” de ces deux années, William Bradford ne peut l’écrire. L’être et le discours se trouvent finalement dilués dans l’espace du Nouveau Monde.

29Ce vide narratif anticipa le vide institutionnel de la colonie de Plymouth. En effet, en 1692, une charte royale permit à la colonie de la Massachusetts Bay d’absorber entièrement celle de Plymouth. Donc, quelque quarante années après le silence de William Bradford, la colonie co-fondée par William Bradford cessa définitivement et officiellement d’exister.

30Il est intéressant, pour conclure, d’opposer William Bradford à quelques uns de ses contemporains. Contrairement à l’espace vide qui effrayait les cartographes jusqu’au XVIIe siècle (dans les cartes des Middle Colonies réalisées en 1749, Lewis Evans remplace l’absence de données géographiques, l’absence de relevés topographiques, et par conséquent l’absence de tracés, par des commentaires, des textes d’inspiration biblique, une glose sur le nom des montagnes), contrairement à cet espace rempli par tous les moyens, l’œuvre de William Bradford se clôt, elle, sur du vide, que rien ne vient combler. Les annales du gouverneur sont inachevées à cause de la réalité, à cause de l’espace américain qui permit un éparpillement physique, symétrique à la dilution, à la dissolution spirituelle des habitants.

31Bien entendu, l’ampleur de la déception de William Bradford était à la mesure de son investissement spirituel, politique et personnel. Si bien qu’en dépit des apparences, William Bradford propose en fin de compte un paysage intérieur. Malgré son retrait derrière sa fonction officielle, il se dit lui-même dans The History of Plymouth Plantation.

  • 18 Cotton Mather, Magnalia Christi Americana; or the Ecclesiastical History of New England from the f (...)

32Mais, d’un point de vue historique, le gouverneur intransigeant occulta le rôle positif joué par un espace qui favorisa l’ouverture sur l’extérieur. Presque deux générations plus tard, Cotton Mather, dans sa monumentale Magnalia Christi Americana18 parvint à écrire une œuvre dynamique ; bien qu’il fût, lui aussi, conscient du fléchissement de la ferveur religieuse chez les habitants du Nouveau Monde, Cotton Mather donna aux colons confiance en eux-mêmes, parce que confiance en leur espace.

Notes

1 Perry G. Miller, The Puritans. A Sourcebook of their Writings, New York, Harper & Row, 1963, vol. 1, p. 90.

2 Ibid., p. 91.

3 Thomas Morton, New English Canaan, London, 1637.

4 William Bradford, The History of Plymouth Plantation, 1606-1646, Worthington C. Ford, ed., Boston, 1912, vol. 2, p. 160.

5 Ibid., vol. l, p. 156.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Ibid., vol. 1, p. 360 (Lettre à Mr. Sherley).

10 Ibid.

11 Ibid., vol. 2, p. 309.

12 Ibid., vol. 2, p. 308.

13 lbid., vol. 1, p. 336.

14 Ibid., lettre du 9 juin 1625, vol. 1, note de la p. 413.

15 Ibid., vol. 1, p. 210.

16 Ibid., vol. 1, p. 236.

17 Gérard Genette, Figures II, Paris, Seuil, 1969, p. 48.

18 Cotton Mather, Magnalia Christi Americana; or the Ecclesiastical History of New England from the first Planting in the Year 1620, unto the Year of our Lord 1698, London, 1702.

Auteur

Sorbonne Nouvelle, Université de Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540