Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Espace littéraire dans la littérature et la culture anglo-saxonnes

 | 
Bernard Brugière

Avant-propos

Bernard Brugière

Texte intégral

1Ce volume rassemble plus d’une vingtaine de communications faites au cours des colloques organisés, entre 1990 et 1993, par le Centre de Recherches sur les littératures, les arts et les cultures de la Grande-Bretagne et des États-Unis. Des œuvres théâtrales (Shakespeare), romanesques (de Jane Austen à Vladimir Nabokov), poétiques (du romantisme à Ted Hughes) sont ici examinées à l’aide d’approches critiques complémentaires pour cerner la notion d’espace littéraire. Outre certains noms inévitables pour un pareil sujet (G. Bachelard, M Blanchot), la narratologie, la psychanalyse, la poétique et la stylistique fournissent les outils et les concepts les plus constamment employés.

2Dans les articles consacrés au roman, l’espace joue tantôt le rôle de signifié (il permet de situer des objets de référence possible, de constituer un univers de discours imaginaire), tantôt celui du signifiant Pour les narratologues, en effet, l’espace fictionnel met en jeu des notions spatiales entendues en un sens métaphorique : frontières, distances, dimensions, changements de niveau, etc... Tous les jeux qui renvoient à l’interpénétration, voire à la confusion vertigineuse entre le monde extradiégétique et l’univers diégétique manifestent par l’intensité de leur effet l’importance de la limite entre ces deux mondes : celui où l’on raconte ; celui que l’on raconte. Depuis Sterne, longue est la liste de ceux qui s’ingénient à franchir au mépris de toute vraisemblance cette frontière mouvante certes mais qui fonde la narration (ou la représentation) elle-même.

3Les articles consacrés à la poésie privilégient, dans le sillage de Bachelard ou de Richard, les images qui sont les affleurements d’une rêverie profonde. L’espace saisi par l’imagination poétique est vécu, non pas dans sa positivité ou son objectivité géométrique, mais avec toutes les partialités de l’imagination qui le structure selon un cadastre du désirable ou de l’indésirable. De plus, l’espace se trouve installé d’emblée au cœur du langage poétique grâce à cet intervalle variable, subtil et actif, qui ne cesse d’y jouer entre la lettre et l’esprit. Et c’est bien sur la figure, métaphore corporelle tirée de la rhétorique, que la poétique ou le poétique fondent leur règne. Si l’espace devient ici langage, c’est parce qu’en poésie, mieux que partout ailleurs, le langage lui-même s’espace.

4Dans un souci de pluridisciplinarité, cinq articles explorent la notion d’espace dans les arts plastiques et la musique. L’expression langage de l’espace change alors de sens, car c’est d’abord en dehors de toute métaphore que peintres, sculpteurs, architectes constituent ou reconstituent l’espace, édifient ces constructions plastiques qui sont autant d’allusions au vide d’où elles surgissent et qui les articule, les émet comme autant de paroles inouïes. Pour construire leurs plans, leurs figures, leurs harmonies ou dissonances de couleurs, les artistes empruntent à l’espace des géomètres un peu de son assiette et de son aplomb. Mais ils aiment aussi, surtout à l’époque baroque ou dans la peinture américaine contemporaine comme on le verra, égarer les repères, brouiller les frontières, affirmer le caractère fragmentaire, dissocié de la réalité. Ils se plaisent à inventer une topologie déconcertante, voire angoissante, à susciter un espace-vertige, à construire des perspectives emboîtées ou discordantes, à élaborer des labyrinthes où l’on se perd. A l’espace rassurant d’Euclide s’ajoute ou se substitue un paysage non-euclidien de l’univers qui intègre les humeurs et les nuances de la subjectivité tout autant que l’“admirable tremblement du temps” dont parle Chateaubriand. Mais c’est la musique surtout qui propose un espace-temps où l'on retrouve les métaphores spatiales et où l’on peut aussi s’interroger sur la(les) réalité(s) spatiale(s) de l’écoute.

5L’espace en tout cas a partie liée avec le langage puisqu’il lui fournit des termes, des métaphores, des figures permettant de constituer un discours pouvant s’appliquer aux objets les plus divers : littérature, arts plastiques, musique. Le tissu verbal ainsi formé renvoie à « un espace connoté, manifesté plutôt que désigné, parlant plutôt que parlé, qui se trahit dans la métaphore comme l’inconscient se livre dans un rêve ou dans un lapsus » (G. Genette, Figures, Seuil, 1966, p. 103).

6Langage, littérature, arts sont tissés d’espace.

7B.B.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540