Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Chapitre 6 : Documents

Les dix points

Helmut Kohl

Note de l’éditeur

Le 28 novembre 1989, le Chancelier Helmut Kohl présentait devant le Bundestag, à Bonn, un pro­gramme en dix points visant à surmonter la division de l’Allemagne et de l’Europe. Traduction parue dans la revue Scala.

Texte intégral

1Ce n’est pas autour du « tapis vert » ou un calendrier à la main que nous pouvons tracer la voie qui mène à l’unité. Les modèles abstraits ne sont d’aucune aide. Mais nous pouvons préparer dès aujourd’hui les étapes qui mènent à ce but. Permettez-moi de vous les présenter à l’aide du programme en dix points suivant :

21. Des mesures immédiates s’imposent, résultant des événements survenus ces dernières semaines, en particulier du mouvement d’exode et de la nouvelle dimension prise par les voyages. Le gouvernement fédéral est disposé à apporter une aide concrète et immédiate là où cette aide est nécessaire. Nous apporterons notre aide dans le domaine humanitaire et dans celui de l’assistance médicale dans la mesure où cela sera souhaité.

3Nous savons aussi que l’allocation de bienvenue versée une fois par an à tout visiteur venant de la RDA ne résout pas le problème du financement des voyages. C’est en dernier ressort la RDA elle-même qui doit accorder les devises nécessaires à ses citoyens désirant voyager. Nous sommes néanmoins disposés à contribuer à la création d’un fonds de devises pour une période de transition. Le préalable en est toutefois que le change minimum obligatoire pour les voyageurs se rendant en RDA soit supprimé, que les voyages en RDA en soient facilités et que la RDA fournisse une contribution substantielle à ce fonds.

4Notre objectif est de permettre les voyages dans les deux sens avec aussi peu d’entraves que possible.

52. Le gouvernement fédéral poursuivra comme auparavant sa coopération avec la RDA dans tous les domaines qui profitent directement aux hommes des deux côtés de la frontière. Cela vaut en particulier pour la coopération économique, scientifique, technologique et culturelle. Il est particulièrement important d’intensi­fier la coopération dans le domaine de la protection de l’environnement. Dans ce secteur, des décisions portant sur de nouveaux projets pourront être prises sans tarder.

6Nous voulons aussi apporter notre concours à une extension rapide du réseau téléphonique de la RDA.

7Nous continuons à négocier sur la modernisation de la ligne ferroviaire Hanovre-Berlin. Il faudra aussi débattre de questions fondamentales concernant le tracé des lignes dans une Europe aux frontières ouvertes et le raccordement du réseau de la RDA en fonction des trains à grande vitesse modernes.

83. J’ai proposé d’étendre largement notre aide et notre coopération si un chan­gement fondamental, irréversible et de caractère obligatoire, est amorcé dans le système politique et économique de la RDA. Irréversible signifie pour nous que les dirigeants de la RDA doivent s’entendre avec les groupes d’opposition sur une modification de la Constitution et sur une nouvelle loi électorale.

9Nous soutenons la revendication d’élections libres, égales et secrètes en RDA, avec la participation de partis indépendants, y compris non socialistes. Le mono­pole du pouvoir détenu par le SED doit être aboli. La création d’un état de droit signifie d’abord la suppression du droit pénal politique.

10L’aide économique ne peut être efficace que si le système économique est profondément réformé. Les expériences faites dans les pays membres du Comecon le montrent bien. Le système économique basé sur une planification bureaucratique doit graduellement disparaître. Nous ne souhaitons pas stabiliser une situation devenue intenable. Il ne peut y avoir d’essor économique que si la RDA s’ouvre aux investissements occidentaux, crée des conditions favorables à une économie de marché et permet les activités économiques privées. En Pologne et en Hongrie, des exemples qui peuvent aider la RDA à s’orienter existent déjà. Dans de telles condi­tions, il serait très vite possible de créer des joint-ventures. De nombreuses entre­prises allemandes et étrangères y sont d’ores et déjà disposées.

11Ces différents aspects ne constituent pas des préalables mais des conditions objectives pour que notre aide puisse avoir de l’effet. Il ne fait d’ailleurs pas de doute que les habitants de la RDA souhaitent un ordre économique qui leur apporte la liberté économique et, partant, la prospérité.

124. Le Premier ministre Hans Modrow a parlé d’une communauté contractuelle dans sa déclaration gouvernementale. Nous sommes prêts à reprendre cette idée. Car la proximité et le caractère particulier des relations entre les deux états alle­mands exigent un réseau toujours plus dense d’accords dans tous les domaines et à tous les niveaux.

13Cette coopération réclamera de plus en plus d’institutions communes. Les com­missions communes existant déjà peuvent se voir confier de nouvelles tâches, d’autres commissions peuvent être constituées. Je pense en particulier aux secteurs de l’économie, des transports, de la protection de l’environnement, de la science et de la technique ainsi que de la santé et de la culture. Il va de soi que Berlin doit être pleinement inclus dans cette coopération. J’appelle tous les groupes et institutions de la société à apporter leur concours à l’émergence de cette société contractuelle.

145. Nous sommes aussi prêts à faire un pas supplémentaire décisif, en mettant en place des structures confédérales entre les deux états allemands, et ayant pour ob­jectif la création ultérieure d’une fédération, c’est-à-dire un ordre fédéral en Alle­magne. Cela présuppose un gouvernement démocratiquement légitimé en RDA.

15Peu après la tenue d’élections libres, nous pourrions imaginer les institutions suivantes :

  • une commission gouvernementale commune chargée des consultations perma­nentes et de la coordination politique ;

  • des commissions communes chargées de ressorts particuliers ;

  • un organe parlementaire commun. La politique menée jusqu’ici envers la RDA a dû se limiter dans son ensemble à des mesures de moindre envergure, visant à atténuer les conséquences de la division pour les hommes et à renforcer et approfondir le sentiment d’unité nationale. Si, à l’avenir, nous avons pour partenaire un gouvernement démocratiquement légitimé, c’est-à-dire un gouver­nement élu librement, des perspectives totalement nouvelles s’ouvriront alors.

16De nouvelles formes de coopération institutionnelle émergeront et s’étendront graduellement. Un tel rapprochement s’inscrit dans la continuité de l’histoire alle­mande. L’organisation de l’état en Allemagne s’est toujours faite sous le signe de la fédération et de la confédération. Nous pouvons mettre à profit cette expérience historique. Personne ne sait aujourd’hui à quoi ressemblera une Allemagne réuni­fiée. Mais je suis certain que l’unité deviendra réalité si les hommes en Allemagne le veulent.

176. Le développement des relations interallemandes reste inscrit dans un pro­cessus européen global et dans le cadre des relations Est-Ouest. L’architecture future de l’Allemagne doit s’intégrer à l’architecture future de l’ensemble de l’Eu­rope. Dans cette optique, l’Ouest a joué un rôle de pionnier avec son concept d’ordre de paix européen durable et juste.

18Dans notre déclaration commune de juin dernier, le secrétaire général Mikhaïl Gorbatchev et moi-même mentionnions les matériaux de construction nécessaires à la « maison européenne ». Je cite à titre d’exemple :

  • le respect total de l’intégrité et de la sécurité de chaque état ; chaque état a le droit de choisir librement son système politique et social ;

  • le respect total des principes et des normes du droit international, en particulier le respect du droit à l’autodétermination des peuples ;

  • l’application des droits de l’homme ;

  • le respect et la sauvegarde des cultures des peuples européens qui se sont développées au cours de l’Histoire.

19Comme M. Gorbatchev et moi-même l’avons souligné, nous voulons ainsi nous inscrire dans le droit fil des traditions européennes qui se sont formées au fil des siècles et contribuer à surmonter la division de l’Europe.

207. La force d’attraction et le rayonnement de la Communauté européenne sont et restent une constante du développement de toute l’Europe. Nous voulons continuer à la renforcer.

21La Communauté européenne doit maintenant s’ouvrir avec franchise et flexibi­lité aux pays en voie de réforme en Europe centrale, en Europe de l’Est et en Europe du Sud-Est. Les chefs d’état et de gouvernement des pays membres de la Communauté l’ont d’ailleurs décidé à l’unanimité lors de leur dernière rencontre à Paris.

22La RDA doit naturellement être prise en compte dans ce processus.

23Le gouvernement fédéral se félicite donc de la signature prochaine d’un accord commercial et de coopération avec la RDA, qui élargit et garantit l’accès de la RDA au marché commun dans la perspective de 1992.

24Nous pouvons aussi imaginer pour le futur des formes d’association qui rappro­cheraient de la Communauté européenne les économies des pays d’Europe centrale et du Sud-Est en voie de réforme, et qui permettraient de réduire le fossé écono­mique et social qui existe actuellement sur notre continent.

25Nous considérons le processus de restauration de l’unité allemande comme une affaire européenne. Il doit donc se dérouler dans le cadre de l’intégration euro­péenne. Dans cette optique, la Communauté européenne doit rester ouverte aux pays démocratiques de l’Europe centrale et du Sud-Est, ainsi qu’à une RDA démo­cratique. La Communauté ne doit pas s’arrêter à l’Elbe mais préserver son ouverture à l’Est.

26Ce n’est que dans ce sens que la Communauté européenne peut devenir le fondement d’une unification européenne globale. Ce n’est que dans cet esprit qu’elle pourra sauvegarder, affirmer et faire évoluer l’identité de tous les Euro­péens. Cette identité ne prend pas ses racines dans la diversité culturelle de l’Europe, mais aussi et surtout dans les principes fondamentaux que sont la liberté, la démocratie, les droits de l’homme et le droit à l’autodétermination.

27Si les pays de l’Europe centrale et du Sud-Est remplissent les conditions néces­saires, nous serions aussi heureux de les voir adhérer au Conseil de l’Europe et, en particulier, à la Convention sur la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

288. Le processus de la CSCE est et reste la clé de voûte de cette architecture européenne et doit être poursuivi avec énergie. Il faudra donc mettre à profit les prochaines rencontres de la CSCE :

  • les conférences sur les droits de l’homme à Copenhague en 1990 et à Moscou en 1991,

  • la conférence sur la coopération économique à Bonn en 1990,

  • le symposium sur le patrimoine culturel à Cracovie en 1991

  • et, enfin, la prochaine rencontre consécutive à Helsinki.

29Lors de ces rencontres, nous devrions réfléchir à de nouvelles formes institu­tionnelles de coopération dans toute l’Europe. Nous pensons là à une institution commune chargée de la coordination de la coopération économique entre l’Est et l’Ouest et à la création d’un conseil chargé de la protection de l’environnement dans toute l’Europe.

309. Pour surmonter la division de l’Europe et la division de l’Allemagne, des mesures rapides et de grande envergure sont nécessaires dans le domaine du désarmement et du contrôle des armements. Désarmement et contrôle des arme­ments doivent suivre le rythme des développements politiques et devraient donc être accélérés autant que possible.

31Cela vaut en particulier pour les négociations à Vienne sur la réduction des forces conventionnelles en Europe, pour la convention sur les mesures de con­fiance et pour l’interdiction des armes chimiques à l’échelle de la planète. Cela exige aussi que les potentiels nucléaires des grandes puissances soient réduits au minimum indispensable sur le plan stratégique. La rencontre imminente entre le président George Bush et le secrétaire général Mikhaïl Gorbatchev devrait per­mettre de donner de nouvelles impulsions à ces négociations. Nous nous efforçons aussi de soutenir ce processus dans le cadre des entretiens bilatéraux avec les pays membres du pacte de Varsovie, RDA comprise.

3210. Avec cette politique globale, nous voulons créer une situation de paix en Europe, dans laquelle le peuple allemand pourra recouvrer son unité librement et par autodétermination. La réunification, c’est-à-dire le retour à une unité étatique en Allemagne, reste l’objectif politique du gouvernement fédéral. Nous sommes reconnaissants de ce que nos alliés nous aient à nouveau assurés de leur appui dans la poursuite de cet objectif au cours de la déclaration faite au sommet de l’OTAN à Bruxelles en mai dernier. Nous sommes conscients que des questions particuliè­rement complexes, auxquelles nous n’avons pas encore de réponses définitives, se poseront au cours du processus menant à l’unité allemande. La question concernant les structures supranationales de sécurité en Europe se pose notamment. L’associa­tion de la question allemande au développement de toute l’Europe et des relations Est-Ouest, comme je viens de la présenter en dix points, autorise un développe­ment organique qui tient compte des intérêts de toutes les parties concernées et garantit une coexistence pacifique en Europe.

33Ce n’est qu’ensemble et dans un climat de confiance réciproque que nous pour­rons surmonter dans la paix la division de l’Europe et de l’Allemagne. Nous devons tous faire preuve de sagesse, de bon sens et de pondération afin que l’évolution en cours puisse se poursuivre calmement.

34Ce ne sont pas les réformes mais leur refus qui pourrait troubler ce processus. Ce n’est pas la liberté qui est source d’instabilité mais la répression de la liberté. Chaque réforme couronnée de succès signifie un surcroît de stabilité et un gain de liberté et de sécurité pour toute l’Europe.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr