Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Chapitre 6 : Documents

La question allemande et la responsabilité européenne

Helmut Kohl

Texte intégral

  • * Professeur émérite, président du BILD, Joseph Rovan a enseigné à l’Institut d’Allemand d’Asnières

1Cher Monsieur Rovan,*

  • * * Thierry de Montbrial est directeur de l’IFRI.

2Cher Monsieur de Montbrial,**

3J’aimerais vous parler ce soir d’un sujet qui touche les hommes non seulement dans mon pays, mais aussi en France et dans l’Europe entière, je veux parler de la question de la place de l’Allemagne dans une Europe future. J’espère que les orga­nisateurs ne verront pas d’inconvénient à ce que je précise le sujet annoncé en ces termes.

4Il est impossible d’ignorer que la question allemande figure à l’ordre du jour de la politique européenne et internationale. Or, ce ne sont pas en premier lieu les hommes politiques ni les diplomates qui sont à l’origine de cette situation, mais les hommes descendus dans la rue à Leipzig, à Berlin et à Dresde.

5Il n’y a jamais pu y avoir le moindre doute sur le fait que la question allemande n’était pas réglée. En effet, la division de l’Allemagne – tout comme la division de l’Europe – avait été imposée de l’extérieur et ne pouvait être le dernier mot de l’histoire.

6La suppression de la confrontation Est-Ouest et l’éveil démocratique dans les pays de l’Europe centrale ainsi que de l’Europe de l’Est et du Sud-Est offrent désormais pour la première fois la chance réaliste de surmonter de manière paci­fique ces deux divisions, c’est-à-dire celle de l’Europe et celle de l’Allemagne.

7Nous ne pourrons accomplir cette tâche qu’ensemble – j’aimerais qu’à ce sujet il n’y ait aucun doute. Le choix d’une voie particulière nationale en vue de résou­­dre la question allemande serait présomptueux et voué à l’échec. Mais il serait tout aussi fatal que la méfiance et le doute en ce qui concerne les intentions mutuelles se substituent à la confiance sur le difficile chemin qu’il nous reste à parcourir.

8Nous Allemands tenons à faire ce chemin en commun, en particulier avec la France à laquelle nous lie une amitié profonde et précieuse. Cependant, je suis tout à fait conscient que les développements désormais mis en route provoquent chez vous en France – ainsi que chez d’autres voisins européens – également des ques­tions inquiètes. Et ce n’est sûrement pas seulement le rythme des changements qui rend sceptique plus d’un.

9En arrière-plan, il y a aussi le souvenir de l’histoire – sur ce point, nous devrions être ouverts et sincères les uns envers les autres. Nous Allemands ne pou­vons pas tout simplement nous débarrasser de ce fardeau de l’histoire ; nous ne le voulons pas non plus.

10Mais personne ne devrait pour autant ignorer le fait que l’Allemagne démo­cratique et libérale a fourni en l’espace de plus de quarante ans la preuve que les Allemands ont tiré la leçon du passé. La République fédérale d’Allemagne est aujourd’hui indissociablement unie à l’Europe libre et démocratique, et il ne s’agira pas non plus à l’avenir de rétablir les structures d’état national datant du xixe siècle.

11Le « défi allemand » qu’a évoqué tout récemment un grand quotidien parisien est en réalité un défi européen. Nous devrions faire face ensemble en tant qu’Euro­péens à ces défis. Notre responsabilité européenne commune consiste à nous atta­cher avec clairvoyance et persévérance à l’accomplissement des tâches qui nous incombent.

12Mesdames, Messieurs,

13Il est évident que nous nous trouvons aujourd’hui à un tournant de l’histoire européenne d’après-guerre. 1989 a été l’année des grands bouleversements – 200 ans après la Révolution française dont la proclamation des droits de l’homme et du citoyen n’a rien perdu de sa force historique. La Hongrie et la Pologne ont pro­gressé dans la voie de la liberté et de la démocratie. Puis, le mouvement s’est propagé en RDA où a débuté la première révolution pacifique qu’ait jamais connue le sol allemand.

14Aucun d’entre nous n’oubliera jamais cette nuit du 9 au 10 novembre durant laquelle les Berlinois ont pu pour la première fois depuis 28 ans circuler à nouveau librement dans leur ville et se serrer dans les bras, les uns des autres. L’ouverture de la porte de Brandebourg et la nuit du Nouvel An ont montré au monde entier que les Berlinois sont une seule et même famille. Nous Allemands avons ressenti en même temps une vague générale de sympathie et d’émotion partagée lorsque les hommes à Berlin-Est et en RDA ont franchi murs et barbelés et que les Allemands ont célébré leurs retrouvailles.

15En l’espace de quelques semaines, les Tchèques et les Slovaques se sont eux aussi débarrassés du joug communiste. Entre-temps, le changement pacifique s’est également mis en route en Bulgarie. Et finalement, les Roumains ont réussi à briser les chaînes imposées par le dictateur Ceausescu, lequel a tenté en vain de noyer dans le sang la révolte de son peuple meurtri.

16C’est le peuple lui-même qui, en tous lieux, a poussé la porte de la liberté et de la démocratie, suivant ainsi des femmes et des hommes courageux – pour ne citer qu’Andreï Sakharov qui vient de mourir, Lech Walesa et Vaclav Havel – qui leur avaient montré le chemin en résistant pendant de longues années.

17Mais ce changement ne se serait pas produit et ne serait pas en tout cas allé si loin, s’il n’y avait pas eu deux conditions décisives :

18Premièrement, la solidité de l’Alliance atlantique au cours des dures épreuves des années 1980 et la réussite du développement de l’intégration économique et poli­tique de la Communauté européenne. Ces deux éléments nous ont permis d’aborder cette phase décisive du changement dans la cohésion et avec une orientation poli­tique clairement définie ; en même temps, les mouvements de réformes en Europe centrale ainsi qu’en Europe de l’Est et du Sud-Est ont également été dynamisés du fait que la Communauté européenne se présentait à eux comme un modèle réussi du regroupement libre de peuples européens.

19Deuxièmement, la politique de réformes menée par le Secrétaire général Gorbatchev et surtout sa volonté de reconnaître aux états d’Europe centrale et d’Europe du Sud-Est le droit de choisir leur propre voie.

20Il n’empêche que, dans ses conséquences, ce pas clairvoyant et courageux permet au continent européen tout entier d’espérer enfin trouver la paix et la stabilité sur la base du droit et de la liberté, sans être plus longtemps menacé par la force et par une éventuelle ingérence. Si cette politique aboutit, elle constituera l’un des actes historiques de notre temps.

21La révolution que nous vivons actuellement résulte cependant aussi de déve­loppements à long terme que nous avons influencés très tôt déjà grâce à notre politique commune.

22Je me contenterai de rappeler ici la doctrine Harmel de 1967, dans laquelle nous avons associé de manière dynamique la solidarité au sein de l’Alliance et la garantie de sa capacité de défense à l’offre de dialogue et de coopération avec les états du Pacte de Varsovie. Le processus de la C.S.C.E., qui a été fortement marqué par notre système de valeurs, a également joué un rôle important.

23L’Acte final d’Helsinki, et en particulier le code de conduite qu’il contient pour les relations entre états, ainsi que les engagements visant à respecter les droits de l’homme et du citoyen et, enfin, la réaffirmation du droit à l’autodétermination sont devenus une base de référence importante pour les forces réformatrices en Europe centrale et en Europe de l’Est et du Sud-Est.

24Les progrès accomplis dans les domaines du désarmement et du contrôle des armements ont finalement contribué de manière décisive à accroître la confiance entre l’Ouest et l’Est, la signature du traité FNI ayant constitué une percée histo­rique.

25La République fédérale d’Allemagne a participé activement à ces dévelop­pements. Elle a parallèlement créé la base du développement de relations bilaté­rales prospères grâce à une vaste politique contractuelle à l’égard de l’Union soviétique et d’autres états du Pacte de Varsovie.

26Ceci vaut également pour « notre politique des petits pas » envers la RDA qui a assuré et renforcé la cohésion des Allemands dans des moments difficiles. Cette politique n’a cependant jamais eu pour objectif de perpétuer le statu quo.

27Mesdames, Messieurs,

28Le mouvement qui modifie l’Europe n’est pas près de s’arrêter. Il est impos­sible de prévoir dès aujourd’hui tout ce qui nous attend, mais une chose est cer­taine ; l’Europe sera plus diversifiée, plus vaste. Il s’agit de nous y adapter, car il ne suffit pas d’attendre, sceptiques, la suite des événements. Non seulement nos propres citoyens, mais également les hommes vivant dans la partie orientale de notre continent attendent de nous que nous leur disions à quoi ressemblera l’Europe de l’avenir.

29Permettez-moi de faire à ce sujet trois remarques fondamentales :

30Premièrement :Il s’agit tout d’abord de bien saisir notre rôle. Ce n’est pas à l’Ouest de décider du succès ou de l’échec des processus de réformes actuellement en cours en Union soviétique et dans d’autres états du Pacte de Varsovie, mais en premier lieu aux hommes et aux forces politiques de ces mêmes pays.

31Notre devoir est cependant de les encourager et de les soutenir dans la voie de la liberté, des droits de l’homme et de l’autodétermination. Mais il serait peu judi­cieux – et même néfaste – du point de vue politique de donner l’impression que nous voulons diriger ces processus de réformes à partir de l’Ouest ou prendre ces pays sous notre tutelle politique. Ils doivent décider eux-mêmes de la manière dont ils entendent organiser à l’avenir leurs rapports avec l’Europe libre.

32Il serait également peu judicieux d’intervenir dans la discussion concernant la place des différents états de l’Europe de l’Est vis-à-vis de l’Union soviétique ou l’organisation future du Pacte de Varsovie ou du C.A.E.M.

33Deuxièmement :Nous pouvons néanmoins contribuer à la réussite de la politique de réformes en maintenant et en continuant d’améliorer les conditions générales qui ont favorisé jusqu’à présent les changements, c’est-à-dire en poursuivant avec détermination le dialogue politique entre l’Ouest et l’Est – tant au niveau multi­latéral que bilatéral – et en accomplissant de nouveaux pas énergiques dans le domaine du désarmement et du contrôle des armements.

34La suppression progressive de la crise économique qui sévit – avec plus ou moins d’intensité – dans les pays de l’Europe centrale, de l’Europe de l’Est et du Sud-Est constituera un problème crucial pour la réussite des réformes. Nous ne pouvons certes que « promouvoir l’auto-assistance », mais cette aide devrait s’in­scrire dans une vaste stratégie de coopération économique, technologique et financière.

35Troisièmement :On ne peut pas nier que l’évolution de la situation à l’Est entraîne notamment un regain du rôle des identités nationales. C’est là aussi une manifestation de la liberté retrouvée que nous ne devrions pas critiquer. Mais c’est aussi un fait que la future Europe ne supportera rien moins que de revenir aux clichés de pensée et de comportement d’hier ou d’avant-hier.

36En réponse à ce phénomène, nous devons systématiquement et énergiquement développer la Communauté européenne. À aucun moment, il ne pourra s’agir pour nous de ralentir ou même d’inverser le processus d’intégration de la communauté européenne, car en agissant ainsi nous perdrions la carte décisive que nous déte­nons pour soutenir le processus de développement de l’ensemble de l’Europe qui s’amorce.

37Mesdames, Messieurs,

38J’ai proposé ici à Paris au mois de janvier 1988 que, face aux changements qui se dessinaient déjà à ce moment-là en Europe de l’Est, la France et la République fédérale d’Allemagne envisagent de mettre au point une politique commune à l’égard de l’Est. Je suis toujours d’avis que dans ce domaine une plus grande imbri­cation de notre politique – jusque dans sa mise en œuvre – pourra nous aider à mieux coordonner et réaliser les tâches que nous sommes appelés à remplir.

39La France et l’Allemagne devraient être aussi au plan de la politique étrangère le moteur d’une concertation encore plus étroite des pays de la C.E. à l’égard de l’Europe de l’Est. Nous avons accompli un premier pas important dans ce sens à l’occasion du sommet économique mondial au mois de juillet 1989 à Paris en nous entendant sur un programme commun d’aide à la Pologne et la Hongrie auquel participent aussi des partenaires extérieurs à la C.E. – notamment les états-Unis, le Canada et le Japon.

40Entre-temps un vaste programme de coopération a été développé et mis en route sous la responsabilité de la Commission des Communautés européennes. À la fin de l’année dernière, nous nous sommes déclarés prêts à inclure aussi dans cette coopération les pays de l’Europe centrale, de l’Europe de l’Est et du Sud-Est qui, ces derniers mois, ont rallié les mouvements de réformes.

41Les accords de commerce et de coopération conclus par la Communauté euro­péenne avec la Hongrie et la Pologne, pays engagés dans les réformes, ainsi que tout dernièrement avec l’Union soviétique, constituent une base importante pour le développement de la coopération à long terme. Je me félicite que des négociations sur un tel accord puissent bientôt commencer également avec la RDA.

42D’autre part, dans une perspective à longue échéance, nous devrions aussi réfléchir à des formules d’association déterminées visant à rapprocher le plus possible de la Communauté européenne les pays de l’Europe de l’Est ainsi que de l’Europe du Sud-Est orientés vers les réformes, et dont le but doit être de réduire l’écart économique et social au milieu de l’Europe. Je me félicite expressément des réflexions faites par le Président Delors à ce sujet dans le discours qu’il a prononcé à Strasbourg. J’appuie sa conception, à savoir que la coopération future devra reposer sur une base institutionnelle  – si tel est le souhait des pays de l’Europe centrale, de l’Europe de l’Est et du Sud-Est – pour donner plus de continuité au dialogue politique et économique.

43Ce n’est pas seulement l’ampleur des tâches à accomplir qui rend nécessaire une action communautaire. Cette démarche est également dictée par la raison politique, car une compétition entre les différents Etats membres de la Commu­nauté européenne serait en fin de compte préjudiciable aux intérêts de tous les participants.

44La Banque de l’Europe créée sur l’initiative du Président Mitterrand a donc obtenu mon soutien dès le début car elle reflète clairement notre volonté d’agir en commun. Le gouvernement fédéral insiste pour soutenir dans les années à venir le développement systématique de la politique communautaire à l’égard de l’Europe centrale, de l’Europe de l’Est et du Sud-Est, et lui donner une orientation globale européenne.

45Je voudrais aussi expressément souligner que – en dépit de la particularité du cas – l’approfondissement des relations entre la Communauté européenne et la RDA fait également partie de cette politique. Dans son discours d’aujourd’hui, le Président Delors s’est très clairement prononcé sur la vocation européenne de la RDA, et je l’en remercie expressément. Notre objectif commun doit être que les réformes engagées en Europe centrale, en Europe de l’Est et du Sud-Est se déve­loppent dans un cadre stable et aboutissent.

46Mesdames, Messieurs,

47En exposant dans le détail les tâches à assumer pour l’ensemble de l’Europe, j’ai voulu préciser que c’est un fait et une vérité qu’il ne peut être question de pratiquer une politique isolée à l’égard de l’Allemagne.

48Cela ne dispense cependant pas la République fédérale d’Allemagne de la responsabilité nationale particulière qu’elle doit assumer vis-à-vis des Allemands de la RDA et qui lui est assignée par la Loi fondamentale. Cette responsabilité m’a amené à élaborer un programme en dix points relatif à la politique concernant l’Allemagne que j’ai présenté le 28 novembre dernier devant le Bundestag.

49Dans le débat public qui s’ensuivit, on m’a parfois soupçonné d’avoir fixé une sorte de calendrier visant à infléchir le développement dans une direction détermi­née. Ce programme n’est nullement basé sur une telle intention et ne saurait être interprété dans ce sens. Au contraire, j’ai déjà expliqué au moment de la présen­tation de ce programme que la voie menant à l’unité allemande ne peut être orga­nisée de manière abstraite ou planifiée dans le temps.

50Je ne participerai donc pas non plus ici et maintenant à une discussion sur l’établissement d’un calendrier. Je suis plutôt partisan d’aborder la suite de ce développement avec un maximum de souplesse et d’ouverture. Il s’agit toutefois aussi de donner la priorité aux idées et aux désirs des personnes concernées. Sinon « la vie nous punira », pour reprendre en d’autres termes une formule de Mikhaïl Gorbatchev.

51Quiconque lit les Dix Points du début à la fin – car ils forment un tout – saura qu’il m’importe de mettre en œuvre un processus cohérent garantissant le droit à l’autodétermination des Allemands, conduisant à la liberté commune pour tous les Européens, et ce, en tenant compte des intérêts légitimes de tous en matière de sécurité pour préserver aussi à l’avenir la stabilité en Europe.

52Voilà le fond de mon message qui exprime en outre clairement le refus d’une voie allemande particulière et à plus forte raison le refus de tout nationalisme rétrograde.

53Comme il m’importe d’avoir notamment avec vous une discussion intensive à ce sujet, je voudrais saisir cette occasion pour résumer ici encore une fois les éléments essentiels de ce programme.

54• Il s’agit dans un premier temps de prendre les mesures d’urgence nécessaires, notamment de garantir matériellement la libre circulation des personnes nouvelle­ment acquise et de poursuivre rapidement la coopération pratiquée jusqu’à présent, par exemple au plan de l’économie, des transports et de la protection de l’environ­nement. Les entretiens menés avec la RDA à ce sujet ont déjà bien progressé.

55• J’ai, d’autre part, repris l’idée du Premier ministre Modrow et proposé une communauté contractuelle qui comprenne un réseau d’accords de plus en plus dense sur tous les plans et à tous les niveaux et qui soit dotée d’institutions com­munes appropriées. Il est évident que cette communauté contractuelle ne se fera qu’avec un gouvernement librement élu et devra par ailleurs être approuvée par un parlement libre élu en RDA.

56Il nous faudra en outre veiller à ce que l’égalité des chances soit réellement garantie dans les prochaines élections – une condition qui, en raison des structures politiques de la RDA, revêt une signification décisive.

57Il ne peut être dans notre intérêt de voir s’installer en RDA une situation incitant de plus en plus de personnes à quitter la RDA. Notre objectif est au contraire de veiller à ce que ces personnes voient leur avenir et celui de leurs enfants dans leur terre natale.

58En 1989, plus de 340 000 personnes de RDA sont venues s’installer chez nous. Je tiens à faire remarquer que, pour la même période, 377 000 immigrés de souche ou de nationalité allemandes sont arrivés, notamment d’Union soviétique et de Pologne. Depuis le début de cette année, en moyenne 1500 personnes par jour ont tourné le dos à la RDA pour commencer une nouvelle vie en République fédérale. Cette évolution pèse avant tout sur la République fédérale d’Allemagne. Mais nos amis ne devraient pas rester indifférents aux problèmes qui s’accumulent chez nous et dont la solution au plan intérieur constitue un grand défi.

59À la suite d’élections libres et de la formation d’un gouvernement librement élu en RDA, nous voulons passer à la création de structures confédérales afin d’arriver à prendre dès que possible des décisions communes dans de nombreux domaines. Dans cette optique nous envisageons les institutions suivantes :

  • une commission intergouvernementale commune chargée de consultations permanentes et de la concertation politique ;

  • des commissions communes spécialisées ;

  • un organe parlementaire commun.

60Au fur et à mesure, nous pourrons créer d’autres formes de coopération institutionnelle.

61Cette conception débouche sur un rapprochement cohérent des deux états allemands – un développement qui est dans la continuité de l’histoire allemande. Personne n’est en mesure de dire aujourd’hui quelle sera la forme que prendra finalement l’Allemagne à l’issue de ce processus. Mais personne ne doit non plus chercher à soumettre ce processus pacifique à des conditions, ce qui reviendrait en définitive à saper le droit à l’autodétermination des Allemands.

62La liberté des Allemands comprend essentiellement le droit de déterminer eux-mêmes leur avenir politique et à cet égard, nous savons que la France, le pays dans lequel la liberté européenne a pris naissance, nous comprendra parfaitement. C’est pourquoi je suis très reconnaissant au Président Mitterrand de s’être à plusieurs reprises, dernièrement à l’occasion de notre rencontre à Latché, exprimé explici­tement à ce sujet. Dans l’allocution qu’il a prononcée à Berlin-Est, le Président Mitterrand a rappelé que l’aspiration à l’unité plonge ses racines dans l’histoire et que c’est d’abord l’affaire des Allemands de se prononcer librement sur ce que sera leur destin.

63C’est en fait le point crucial : les hommes et les femmes à la fois en République fédérale d’Allemagne et en RDA doivent avoir le droit et la possibilité de décider eux-mêmes librement de la question de savoir s’ils veulent vivre dans un seul état allemand ou non. Ce que je voudrais clairement dire ici, c’est que nous respec­terons naturellement toute décision que prendront les citoyens de la RDA par libre autodétermination. Mais si les hommes et les femmes en Allemagne veulent l’unité, celle-ci se fera – et je suis convaincu qu’un tel vote des Allemands sera respecté à l’Ouest.

64Dans cette perspective, il reste essentiel pour nous que non seulement nos amis et partenaires à l’Ouest, mais également nos voisins à l’Est reconnaissent pleine­ment le droit des Allemands à disposer d’eux-mêmes. Notre objectif commun doit consister à « renforcer l’état de paix en Europe dans lequel le peuple allemand recouvre son unité par libre autodétermination » – pour reprendre la déclaration du Conseil européen à Strasbourg.

65Nous nous fions notamment à la parole de la France, de la Grande-Bretagne et des états-Unis d’Amérique qui se sont engagés à l’article 7 de la Convention de Bonn de 1952-54 à – je cite – « atteindre par des moyens pacifiques leur but com­mun : une Allemagne réunifiée, dotée d’une constitution libérale et démocratique telle que celle de la République fédérale, et intégrée dans la Communauté euro­péenne ».

66Naturellement, nous sommes conscients qu’aucun de nos voisins à l’Ouest ni à l’Est ne peut rester indifférent à la question du chemin que l’Allemagne emprun­tera à l’avenir en Europe. Ce n’est donc pas pour employer incidemment une formule mais pour mettre en relief un point essentiel que j’ai souligné expressé­ment dans mon programme en dix points que l’évolution des relations inter­allemandes reste ancrée dans le processus paneuropéen, c’est-à-dire automati­quement aussi dans les relations Ouest-Est.

67L’architecture future de l’Allemagne doit s’intégrer dans l’architecture future de l’ensemble de l’Europe. La « maison allemande » doit être construite sous un toit européen. Avec un concept d’ordre de paix européen durable et juste, l’Ouest a fourni un travail de préparation décisif.

68Quant à nous, Allemands, nous sommes conscients de la responsabilité que nous assumons également pour la paix et la sécurité en Europe. Dans cet esprit, nous avons néanmoins toujours souligné que la sécurité ne résulte pas uniquement du potentiel militaire. La situation politique en Europe représente également un facteur essentiel de la sécurité.

69C’est pourquoi il est tout aussi impossible de bâtir la stabilité sur un mur et sur des barbelés que sur une politique étouffant la liberté et la démocratie. Surmonter cet aspect du statu quo ne met donc la sécurité européenne nullement en danger – au contraire, tout progrès accompli sur la voie de la réforme accroît la stabilité et la sécurité pour l’Europe tout entière.

70Il n’est pas possible de donner dès aujourd’hui une réponse définitive à toutes les questions qui se posent à la lumière des changements en cours. De la même façon, il n’est pas possible de régler définitivement dès aujourd’hui toutes les questions qui se présenteraient dans le cadre d’une réunification.

71Dans ce contexte, l’intérêt de nos voisins se concentre naturellement sur la question de savoir quelles seraient les futures frontières d’un état regroupant les deux Allemagnes. À ce propos, je voudrais d’abord dire ceci en toute clarté : aucun responsable politique en République fédérale d’Allemagne, aucun groupement politique digne d’être pris au sérieux ne rêve d’un Großdeutschland pour reprendre cette notion funeste datant d’une époque tout aussi funeste. De par ce seul fait, la discussion que d’aucuns mènent à ce sujet – dans notre pays également – s’avère artificielle, voire superflue. Certaines contributions au débat portent beaucoup trop manifestement l’empreinte de la lutte électorale qui s’amorce.

72Permettez-moi de faire ici et aujourd’hui deux constatations sans équivoque :

73Premièrement, au plan juridique : la République fédérale d’Allemagne et la Pologne confirment dans le Traité de Varsovie de 1970 « l’inviolabilité de leurs frontières existantes dans le présent et l’avenir, et s’engagent réciproquement au respect sans restriction de leur intégralité territoriale. Elles déclarent n’avoir l’une envers l’autre aucune prétention territoriale et qu’elles n’en élèveront pas à l’avenir ». Parallèlement, les deux parties constatent que ledit traité « n’affecte pas les accords internationaux bilatéraux ou multilatéraux conclus précédemment par les deux parties contractantes ou les concernant ». Le Traité de Moscou signé auparavant contient des constatations semblables, en partie formulées de la même manière.

74Dans ces deux traités, le gouvernement fédéral de l’époque a tenu compte du fait qu’il n’y a pas de traité de paix et que la République fédérale d’Allemagne ne peut agir en tant qu’état souverain au nom des deux Allemagnes mais seulement en son propre nom. La situation ne se présente pas différemment aux yeux du gouver­nement fédéral d’aujourd’hui. Je me permettrai d’évoquer en outre qu’il a été affirmé d’un commun accord à l’article 7 de la Convention de Bonn de 1952-54 déjà cité plus haut que « la fixation définitive des frontières de l’Allemagne » doit attendre un règlement de paix pour l’ensemble de l’Allemagne, librement négocié.

75Deuxièmement, au plan politique : on peut se demander par ailleurs ce qu’en pense la majorité écrasante sans aucun doute, des Allemands, dont la volonté démocratique engagerait l’attitude d’un futur gouvernement allemand unique. Les Allemands – et nul ne devrait en douter – n’ont pas l’intention de déclencher dans l’Europe de demain une discussion à propos des frontières qui compromettrait obligatoirement l’ordre de paix européen auquel nous aspirons tous.

76Les Allemands désirent une réconciliation durable avec leurs voisins polonais et, pour cela, il faut également que les Polonais aient la certitude de vivre à l’inté­rieur de frontières sûres. Personne ne souhaite une seconde expulsion après les horreurs de l’expulsion que les Allemands ont eux-mêmes soufferte. C’est bien pour cela que personne ne veut lier la réunification au déplacement de frontières existantes – des frontières qui, dans une future Europe de la liberté, sont appelées à perdre de leur importance.

77Les expulsés allemands précisément n’ont jamais cessé de se prononcer en faveur d’un renoncement à la force. Dans la Charte des expulsés allemands qu’ils ont adoptée le 5 août 1950 à Stuttgart, ils ont opposé un refus sans équivoque à la vengeance et aux représailles, et ils ont proclamé leur attachement à une Europe unie « dans laquelle les peuples puissent vivre sans craintes ni contraintes ». En effet, nous ne pourrons bâtir l’Europe de demain si nous ne mettons pas un terme à l’engrenage de la haine et de la violence, de l’injustice et de l’expulsion.

78Mesdames, Messieurs,

79Nous venons d’entrer dans la dernière décennie de ce siècle – un siècle qui, dans sa première moitié notamment, a engendré une misère incommensurable pour les peuples d’Europe. Les années 90 nous offrent la chance historique de donner à ce siècle une note finale qui transforme le visage de l’Europe et fasse de cette dernière un continent qui soit source de paix et de liberté dans un monde agité.

80Dans son allocution de Nouvel An, le Président Mitterrand a parlé d’une confédération qui associe tous les états de notre continent dans une organisation commune et permanente d’échanges, de paix et de sécurité. J’ai déjà salué à Latché ces réflexions du Président français et je réaffirme ici encore ma volonté de participer à cette œuvre.

81Sur le fond, il s’agit maintenant de continuer à développer les formes de coopération qui existent déjà en Europe, une importance essentielle devant être accordée au processus de la C.S.C.E. pour ce qui est de l’approche paneuropéenne. Le sommet de la C.S.C.E. proposé dès 1990 par le Secrétaire général Gorbatchev pourrait - s’il est soigneusement préparé - être le point de départ de ces travaux. Parallèlement, nous devrions tout mettre en œuvre pour que ce sommet s’accom­pagne de la signature d’un premier accord sur une réduction des forces convention­nelles en Europe.

82Mon pays sera l’hôte de la Conférence sur la coopération économique en Europe qui se déroulera du 19 mars au 11 avril prochains à Bonn et qui pourrait amorcer la création d’un espace économique paneuropéen. La proposition faite aujourd’hui par le Président Delors d’aborder les deux conférences de la C.S.C.E. avec une ligne d’action commune qui reste à élaborer obtient mon plein appui.

83En effet, la Communauté européenne doit être l’élément moteur de ce pro­cessus et le Président Delors a raison en demandant à la Communauté d’adapter son dispositif en matière de politique étrangère au nouveau développement. Notre objectif commun doit être de développer la Communauté européenne avec détermi­nation afin d’en faire le noyau d’un futur ordre de paix - ou même d’une confédéra­tion européenne, pour reprendre l’expression employée par le Président Mitterrand.

84Mesdames, Messieurs,

85Comme nous l’avons clairement montré à tous lors du Conseil de Strasbourg, la politique sans équivoque menée par le gouvernement fédéral que je dirige continue d’être la coopération énergique à la réalisation des prochaines étapes de la politique communautaire, à savoir :

  • l’achèvement du marché intérieur ;

  • la mise en œuvre de sa dimension sociale ;

  • la création de l’union économique et monétaire.

86Nous jetons ainsi également les bases de l’union politique dont l’aménagement institutionnel comptera parmi les grandes tâches des années 90. C’est pourquoi personne ne devrait nous soupçonner d’être en train de redéfinir nos positions en matière de politique étrangère. Plus d’un théoricien politique se passionne en parti­culier pour le semblant d’alternative qu’est l’unité allemande ou l’unification euro­péenne. Je me suis constamment opposé dans notre pays à ceux qui essaient de faire se contredire ces deux objectifs – contradiction qui, par ailleurs, n’est pas originale puisqu’elle marque déjà la discussion des années 50.

87En vérité, l’unité allemande et l’intégration européenne ne sont nullement contradictoires. Ce ne sont pas des objectifs rivaux mais complémentaires qui nous sont imposés par la Loi fondamentale dont le préambule stipule que le peuple allemand reste convié « ... à défendre son unité nationale et politique et à contri­buer à la paix mondiale en tant que membre à part entière d’une Europe unie ».

88La République fédérale d’Allemagne ne deviendra donc pas – comme on l’a affirmé ici et là – le « cas problématique » dans la Communauté européenne. Nous avons fourni par le passé notre contribution au développement de la Commu­nauté – qu’il me suffise de rappeler la dernière présidence allemande – et nous continuerons à le faire également à l’avenir. Je me sens en droit de faire une telle constatation, puisque la Bible déjà nous encourage à ne pas mettre notre lumière sous le boisseau. La République fédérale d’Allemagne reste inconditionnellement fidèle à sa responsabilité européenne car précisément pour nous, Allemands, l’Eu­rope est notre destin.

89Le rôle-clé en ce qui concerne le développement de la Communauté continuera d’incomber – j’en suis persuadé – à la France et à la République fédérale d’Alle­magne. S’il est vrai que, par le passé, l’Europe n’aurait pu se faire sans la coopé­ration de partenaires qu’ont pratiquée nos deux pays, il est vrai également que l’Europe de l’avenir ne peut se faire sans une étroite concertation franco-alle­mande. Dans la période de l’après-guerre, la France et l’Allemagne ont fourni l’exemple unique de deux peuples voisins ayant parcouru le long chemin qui les a menés d’une rivalité destructrice pour l’Europe entière à une entente également bénéfique pour les autres partenaires européens.

90Ce chemin, nous continuerons à le parcourir à l’avenir.

Notes

* Professeur émérite, président du BILD, Joseph Rovan a enseigné à l’Institut d’Allemand d’Asnières

* * Thierry de Montbrial est directeur de l’IFRI.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr