Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Chapitre 6 : Documents

Rencontre avec les étudiants de Leipzig

François Mitterrand

Texte intégral

1Je vous remercie, Monsieur le Recteur et vous tous, de m’accueillir dans votre université, la plus grande, me dit-on, et la plus ancienne de la République Démo­cratique Allemande. Dans cette ville se retrouvaient des savants, des marchands, elle avait tout pour être l’un des principaux lieux de la culture allemande. C’est ce qu’elle est devenue effectivement. Pour un Français, apprendre que dans ces pupitres et ces chaires se sont succédé des gens comme Goethe, Lessing, Fichte, Wagner, Liebknecht et beaucoup d’autres, c’est évidemment impressionnant. Vous avez reçu ici trois prix Nobel ; au lendemain de la création de cet Etat, des chercheurs de grand renom s’y sont installés comme Ernest Bloch, Werner Kraus, Walter Markov dont tous les historiens connaissent les travaux sur la Révolution française. Quant on sait cela, on ne s’étonne pas que tout ait commencé cet automne dans cette ville de culture, de pensée et de foi. On a appelé Leipzig ville-héros, et c’est vrai pour cette ville que le passé a modelée et meurtrie. Aujourd’hui, l’histoire de votre pays (et donc l’histoire de l’Europe) s’écrit ici pour une large part.

2Je ne vais pas faire un cours d’histoire, je pense que vous en entendez assez. Vous connaissez la portée et les répercussions, cela vient d’être rappelé par Mon­sieur le Recteur, de la Révolution française dont nous venons de fêter le Bicen­tenaire. En effet, il y a deux cents ans, le peuple français a pris son destin en main, il s’est rassemblé avec puissance, la puissance que donnent le nombre et l’exigence des revendications justes, il a commencé de mener le pays vers la liberté, l’égalité et la fraternité qui restent toujours à conquérir.

3Aujourd’hui, comme il y a deux cents ans, des peuples cherchent en Europe à s’exprimer librement, à construire une société plus juste où chacun serait l’égal de l’autre, en tout cas en droit et le plus possible dans les faits. Une société dans laquelle une certaine fraternité s’exercerait entre tous à l’intérieur d’un même Etat, d’une même nation, d’un même continent, sur une terre vouée à l’unité. Nous savons à Paris que le message révolutionnaire de 1789 a été entendu chez vous. Et mon pays est bien placé pour comprendre et pour partager l’enthousiasme de la liberté. Je viens en son nom, vous dire, et au-delà de vous, je voudrais dire au peuple allemand dans son ensemble, que la France est à ses côtés à un moment où il vit des événements qui le touchent au plus profond de son histoire et de son âme. La France et la République fédérale d’Allemagne, de l’autre côté, ont travaillé ensemble depuis presque deux générations, depuis la fin de la dernière guerre mondiale. C’était vraiment nécessaire pour bâtir un édifice de paix qui remplace les antagonismes et les luttes de l’histoire par une communauté de destin. Alors on a été six, puis neuf, puis douze pour construire ce qu’on appelle la Communauté et nous espérons bien que les états de l’Est de l’Europe, sous une forme ou sous une autre, à eux de le dire, prendront place à nos côtés.

4Tout cela prendra naturellement du temps, mais on peut avancer vite si on le veut, en tout cas on peut le faire sur différents plans pratiques, les échanges par exemple entre universités, la circulation des étudiants aux quatre coins de l’Europe. C’est ce que nous avons décidé entre nos douze pays, où un étudiant peut aller où il veut. C’est vrai. Nous avons adopté pour cela des crédits au sein de la commu­nauté. Un étudiant qui commence ses études à Bologne, en Italie, peut les pour­suivre à la Sorbonne à Paris, et terminer à Oxford, pourquoi pas un jour à Leipzig ?

5Il est clair et on le sent bien ici, qu’une révolution démocratique d’une grande ampleur se déroule en Europe, à l’aube de ce nouveau siècle et même de ce nou­veau millénaire. On doit attendre des changements profonds dans votre société, dans la nôtre aussi. Je suis convaincu que l’esprit qui anime la jeunesse, votre jeunesse n’est pas simplement de copier des modèles, aussi serais-je heureux d’entendre les réponses. J’ai besoin de connaître les réponses que vous faites et que vous ferez aux questions soudaines que l’histoire vous pose. Cela me permettra de rentrer chez moi, en France, avec une meilleure connaissance de votre pays et de votre peuple.

Question – J’aimerais savoir ce que la France va faire pour aider notre pays ?

Le Président – Nous avons commencé d’en parler depuis déjà quelques semaines. Actuellement c’est la France, et donc moi-même, qui préside la Communauté Européenne, pas pour très longtemps, jusqu’au 31 décembre. Ce sont des prési­dences très provisoires, c’est bien comme cela et nous avons déjà décidé d’engager un traité de coopération commerciale avec la RDA. Nous avons décidé le mandat de négociation avant-hier soir. À partir du début janvier nous pourrons examiner, entre les douze pays d’Europe et vous, de quelle façon multiplier nos échanges.

Nous avons les mêmes idées pour la formation des cadres, pour les échanges de jeunes et dans beaucoup d’autres domaines. J’ai engagé une conversation hier, que j’ai poursuivie ce matin, avec les responsables actuels de votre pays. Je suis prêt à continuer. Il faut faire le bilan de ce qui serait utile ici et je pense que nous n’avons pas le droit d’attendre, c’est maintenant qu’il faut contribuer à vous aider à domi­ner votre situation actuelle et à préparer votre avenir. L’avenir, il commence dans une heure.

Question – Au sujet du rôle de la C.S.C.E.

Le Président – Vous savez qu’à Helsinki il y a quelques années tous les pays de l’Europe ou presque, avec les états-Unis d’Amérique et le Canada, c’est-à-dire 35 pays, ont signé une sorte de traité pour établir, maintenir, préserver la paix en Europe et pour commencer à dessiner ce que pourrait être un ensemble européen entre l’Est et l’Ouest. On ne vivra pas éternellement cette séparation. On com­mence à en voir les limites. Plusieurs responsables ont pensé qu’il serait bon de réunir cette conférence des 35 dès cette année, non pas pour se substituer à la conférence déjà prévue que l’on appelle Helsinki II, mais simplement pour pouvoir se rencontrer dès maintenant quand on sait ce qui se passe et cela va vite et ce n’est pas fini. Quand on pense à ce qui se passe en Europe, une concertation entre tous les pays d’Europe me paraît très utile. C’est une proposition de M. Gorbatchev que j’ai rencontré il y a quinze jours à Kiev et que j’ai tout de suite approuvée. Plu­sieurs autres pays s’interrogent encore. Ce n’est pas acquis et comme je suis convaincu que ce rendez-vous peut être utile à nous tous, l’ayant accepté, j’ai proposé qu’il ait lieu rapidement et je me suis contenté de proposer Paris. Bien entendu, si le choix se porte sur un autre lieu, je n’en serai pas embarrassé. L’essentiel, c’est que cette conférence ait lieu.

Question – Sur le désarmement.

Le Président – J’approuve toute action qui conduira les deux blocs militaires, celui de l’Est et celui de l’Ouest, à désarmer. Mais je vais préciser ma pensée. Je vais la préciser de la façon, je l’espère, la plus claire, pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté.

Il y a plusieurs domaines de l’armement. Le désarmement conventionnel corres­pond à celui des armes employées au cours des deux dernières guerres mondiales : les canons, les mitrailleuses, les chars, les avions, etc ... On en a discuté et les négociations se poursuivent actuellement à Vienne, en Autriche. Il y le désarme­ment chimique, on en discute à Genève et l’élan a été donné par une conférence mondiale qui s’est tenue au début de cette année à Paris.

Il y a le désarmement nucléaire. Encore faut-il établir plusieurs catégories à l’intérieur de cette forme de désarmement. Je pourrais m’attarder sur d’autres caté­gories d’armement, mais j’essaye d’être rapide et clair. Le désarmement nucléaire : c’est le plus compliqué. Il n’y a que cinq pays dans le monde aujourd’hui qui possèdent une arme atomique : l’Union soviétique, les états-Unis d’Amérique, l’Angleterre, la France, la Chine. Enfin, à notre connaissance.

Les armements nucléaires sont de nature différente. On distingue la stratégie à longue portée, celle qui traverse l’Atlantique, qui peut aller d’une super-puissance à l’autre et atteindre le sol des états-Unis ou le sol de l’Union soviétique, pour parler clair. On appelle cela l’armement nucléaire stratégique. Il y a une deuxième forme d’armement, celle de l’armement nucléaire à moyenne portée. Ce sont les fusées qui peuvent aller de 1000 à 5000 kilomètres. L’Atlantique est plus large que cela, donc, disons que c’est une arme européenne. Elle peut aller de l’Espagne au Nord de l’Union soviétique. Et, il y a l’armement nucléaire à très courte portée, c’est-à-dire moins de 500 kilomètres. Et de ce point de vue, l’Allemagne de l’Ouest et celle de l’Est sont bien servies, puisqu’elles se trouvent dans le rayon d’action des armes à très courte portée.

Je ne vais pas m’attarder sur l’armement chimique, je viens de vous le dire, la discussion est engagée. Elle s’est un moment ralentie à cause des exigences mu­tuelles des deux plus grandes puissances. Enfin, ça va plutôt bien. Le désarmement conventionnel classique a pris aussitôt une accélération récente. C’est même un débat très important, puisqu’il s’agit d’armes qui s’exerceraient sur notre continent, chez nous, chez vous. Et de ce point de vue, chacun compte sur ses doigts – si je puis dire – pour savoir lequel des deux blocs est le plus puissant. En Allemagne de l’Est, il y a beaucoup d’armes, et puis il y a l’armement nucléaire proprement dit. Un premier accord a été signé entre M. Reagan et M. Gorbatchev à Washington pour l’élimination des armes à moyenne portée : 1000 à 5000 kilomètres en Europe. La France a été le premier pays à approuver cette mesure. Seules les deux principales puissances possèdent ce type d’arme.

Les armes stratégiques sont celles qui font plus de 5000 kilomètres, qui tra­versent donc l’Atlantique. M. Reagan et M. Gorbatchev, à Reikjavik en Islande, ont commencé d’imaginer que l’on pourrait réduire ces armes de 50%. Qu’est-ce que cela veut dire 50% ? On peut estimer à plus de 12 000 charges nucléaires stra­tégiques, ce que détient l’Union soviétique, et autant sinon plus ce que détiennent les états-Unis d’Amérique. Je répète : plus de 12 000 charges pour chacun des deux camps. Après quoi, il faut descendre, c’est la France, avec un armement nu­cléaire de ce type, qui se situe entre 300 et 350 charges nucléaires, vous voyez déjà la différence. Puis, la Grande-Bretagne, un peu moins. La Chine, c’est un autre problème, mais je ne vais pas pour l’instant m’y attarder.

G. Bush et M. Gorbatchev ont reparlé de cette réduction des armements nucléaires stratégiques de 50%, lorsqu’ils se sont rencontrés à Malte. Et, nous leur avons dit, nous, Français, c’est la position de la France, faites-le. Alors on peut nous répondre, et vous alors ? Eh bien, je réponds oui. Mais, il faut bien com­prendre que l’Union soviétique et les Etats-Unis d’Amérique devront réduire consi­dérablement leur armement nucléaire, avant que la France ne vienne autour de la table. Réduire de 50% 12 000 charges nucléaires, c’est laisser un avantage considé­rable, par rapport au pays qui réduirait de 50%, lorsqu’il en a 300. Et nous ne voulons pas laisser à ces deux seules grandes puissances, la maîtrise absolue de la paix et de la guerre.

Si, en revanche, l’Union soviétique et les Etats-Unis d’Amérique arrivent à accélérer leur désarmement et à parvenir à des niveaux beaucoup plus bas, bien entendu d’une façon équilibrée, des deux côtés, la France aussi participera. Elle est tout à fait disposée à renoncer à son armement nucléaire si les autres le font. Et, comme les deux plus grandes puissances ont un énorme avantage, c’est à elles, pour l’instant de discuter entre elles de la diminution de leur potentiel nucléaire.

Voilà l’essentiel de ce que je pouvais vous dire. Quant aux armements nucléaires à très courte portée, ceux qui sont installés surtout dans la zone où vous vivez, ceux qui ne dépassent pas 500 kilomètres, il faudra bien que nous en parlions un jour, et ce débat n’est pas ouvert. Mais il existe en effet une très grande inégalité dans les forces classiques, à l’avantage des forces de l’Est et, pour compenser cet avantage, les pays de l’Ouest souhaitent garder un certain potentiel d’armes nucléaires de très courte portée.

Voilà, expliqué carrément le problème qui doit vous porter à la conclusion que tout peut être fait, ici et là, pour réduire considérablement les armements, à la condition que ce soit fait de part et d’autre.

Question événements en Roumanie.

Le Président – Ma réponse sur la Roumanie est presque trop simple. Comment supporter la dictature qui s’exerce dans ce pays ? On assiste partout dans ce que l’on appelle l’Europe de l’Est, ce qui n’est d’ailleurs même pas exact comme définition géographique, à la poussée des peuples vers la conquête de leur liberté. Et, là-bas, au contraire c’est la répression et même la répression sanglante. On ne peut même pas identifier le régime roumain à un régime idéologique, c’est un régime de pouvoir personnel, familial, qui n’a aucune raison honnête de subsister. Je pense, au demeurant, que les jours de ce régime, dans une Europe en plein mou­vement sont comptés, mais à quel prix ? Donc, je condamne très simplement la manière dont ce régime se comporte. Je pense qu’il serait bon que les Roumains puissent comme les autres peuples d’Europe décider eux-mêmes de ce qu’ils entendent faire. Mais, voilà, c’est un pays souverain. Qui peut intervenir ? Et au nom de quel principe ? C’est de Roumanie que doit venir la réponse à votre question, avec bien entendu le soutien moral, intellectuel et pratique, quand c’est possible, des autres peuples de l’Europe.

Question à propos des relations extérieures de la Communauté.

Le Président – Là encore vous avez une vue très vaste, je ne vous le reproche pas, mais cela rend difficile une réponse rapide. Il s’agit de la reconstruction de l’Europe, au-delà des blocs et de la séparation héritée de la dernière guerre mondiale. Il faut évoquer aussi l’attitude de cette Europe à l’égard du Tiers-Monde. Ce serait une grande chose de réunir ces deux politiques, mais nous n’en sommes pas là.

Première question : c’est la maison commune, qu’allons-nous faire de l’Europe, que va-t-elle devenir ? En Europe, il existe de notre côté, la Communauté Euro­péenne. Elle s’est donné pour objectif, à la fin de 1992, dans trois ans exactement, de supprimer les frontières intérieures entre les douze pays. Pour en arriver à un état commun, avec davantage de direction politique commune. Il y a déjà une vaste direction économique commune. En même temps nous souhaitons développer les cultures et apprendre les langues, les principales langues de l’Europe.

Alors, la Communauté de l’Europe représente un pôle d’attraction. On sait que cette communauté marche bien. Avec ses 320 millions d’habitants, c’est la pre­mière puissance commerciale du monde. Et cela pourrait être, avec une plus forte volonté politique, la première puissance industrielle.

Le pouvoir d’attraction, je le répète, de la Communauté Européenne est grand. Et elle va devoir engager le dialogue, elle a commencé, avec des pays comme le vôtre. On ne peut pas ignorer les autres peuples, les Allemands de RDA. On ne peut pas ignorer les Tchèques, les Polonais, les Hongrois, et la suite. Il faut tenir compte aussi des Russes et de l’ensemble des nationalités qui composent l’Union soviétique. Donc je crois que la maison commune constitue un cadre de référence très important. Au-delà des constructions particulières, même vastes comme la Communauté de 320 millions d’habitants, il faut commencer à concevoir l’orga­nisation de l’Europe tout entière. Ce qu’on appelle la conférence CSCE est une première esquisse, mais ce n’est pas suffisant. Il faudra aller peu à peu vers une forme d’organisation des pays de l’Europe quels qu’ils soient et couvrant toute la géographie de l’Europe. Donc aussi bien avec l’Union soviétique, avec l’Autriche, avec la Suède qui est neutre, avec l’Allemagne de l’Est, ainsi que tous les autres. Il y a là de quoi appliquer votre réflexion et la nôtre.

Comment concevoir l’Europe du siècle prochain qui va commencer dans dix ans ? Cela nécessitera beaucoup de réflexion et de travail. Comme M. Gorbatchev, dans une conférence de presse commune que nous tenions à Moscou, il y a quelques années, parlait de la maison commune, expression maintenant très fameuse, je lui disais : oui, mais il faudrait quand même savoir quels meubles on y met. Plus ou moins de liberté, etc ... Il faudrait aussi savoir quels sont ceux qui logeront au grenier ou à la cave et quels sont ceux qui logeront dans les endroits agréables, cela reste à examiner. Bref, l’Europe n’existera que s’il n’y a pas de suprématie d’un pays sur les autres. Alors voilà, cette discussion est engagée. Je souhaite que la Communauté Européenne passe des contrats de développement, de coopération et d’amitié avec tous les pays d’Europe qui le désirent. On discute déjà avec les six pays de l’Association européenne de libre-échange (l’Islande, la Finlande, la Suède, l’Autriche, la Suisse, etc ...).

Nous avons engagé aussi un travail en commun avec 70 pays, et même davantage, des pays du Tiers-Monde, d’Afrique, des Caraïbes, et du Pacifique. Le Premier ministre français vient de signer à Lomé, au Togo, une convention qui s’appelle Lomé IV, car c’est la quatrième fois qu’on passe cette convention qui porte sur douze milliards d’écus, répartis entre les signataires. Ce n’est pas suffi­sant. La politique à l’égard du Tiers-Monde doit se traiter à l’échelon des grandes institutions internationales, comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international. J’ai proposé tout un plan sur lequel on ne peut pas s’attarder main­tenant bien que ce soit quelque chose de fondamental. On ne pourra pas vivre avec des pays riches peu nombreux mais très puissants, et plusieurs milliards d’êtres humains plongés dans la misère. Cela sera générateur de désordres multiples et de guerres ; cette injustice n’est pas supportable. Vous avez raison de lier la notion de maison commune de l’Europe, qui va se construire, avec la notion des rapports de cette Europe avec le Tiers-Monde.

Question – Les relations entre les Allemagnes et entre la RDA et la France.

Le Président – La coopération économique entre les deux états allemands regarde les Allemands. Moi, je vous ai parlé de la coopération entre la Communauté Européenne et la RDA, comme je pourrais vous parler de la coopération entre la France et la RDA, mais je ne suis pas qualifié pour répondre sur les accords économiques à passer entre deux états allemands, cela c’est l’affaire du peuple allemand.

Entre la RDA et la France ? Nous avons constaté que la RDA bouge beaucoup et cela va très vite. On a de la peine à la rattraper. Et ce n’est peut-être pas fini. On a engagé des conversations, il y a déjà quelques semaines. Et je suis venu main­tenant pour pouvoir les approfondir. Alors nous avons déjà un certain nombre d’accords, je souhaite qu’ils soient signés, qu’ils entrent dans les faits, dès mainte­nant, sans tarder davantage. Avec moi sont venus un bon nombre de grands chefs d’entreprises, de grands industriels et de banquiers, qui sont entrés en relation avec des dirigeants allemands. Ah oui, des banquiers. C’est parfois utile parce qu’il faut investir. Et il faut que votre pays investisse dans les secteurs où il a vraiment besoin de se développer et dans un système de liberté démocratique. Votre démo­cratie ne tiendra vraiment que si vous êtes capables de fonder une prospérité économique. Les pays du Tiers-Monde, par exemple, sont très fragiles, lorsqu’il y a quelquefois des démocraties, parce qu’ils sont souvent trop pauvres. Voyez ce qui se passe en Amérique Latine où il y a toujours une menace sur les démocraties parce que ces pays sont trop endettés et leur déficit est trop lourd. Donc le déve­loppement démocratique de votre pays ira de pair avec son développement économique. Eh bien je vous dis que nous sommes prêts à souscrire aux engage­ments qui vous permettront dans la mesure de nos moyens de contribuer à ce développement.

Question – Sur l’enseignement du français dans les universités est-allemandes et les échanges d’étudiants.

Le Président – Je vous ai dit tout à l’heure que ce type d’échanges existait déjà à l’intérieur de l’Europe des Douze. Cela n’a pas été facile à faire accepter, mais certains financements ont été adoptés. Un étudiant, je le répète, pourra aller dans une université de son choix et en changer à diverses reprises pendant tout son cursus universitaire. Bien entendu, la Communauté a créé cela pour elle, mais ces échanges, je l’ai dit hier soir dans le discours officiel que j’ai prononcé lors de la réception d’état à Berlin, il faut pouvoir élargir ces accords à d’autres pays comme le vôtre. Cela devrait se décider rapidement car il ne s’agit pas de grandes masses financières. Mais l’urgence est évidente : c’est par là que commencera vraiment l’existence de l’Europe que nous voulons construire, par les relations entre les jeunes, par la connaissance de nos langues et par des études vécues en commun par la jeunesse de nos différents pays. Là se bâtiront des amitiés, là s’édifieront des vies, en particulier par les chemins de la culture. Eh bien, je vous prends au mot, Monsieur, et je souhaite pouvoir ne pas me tromper, je demanderai que cela soit possible dès la rentrée de 1990. Dans quelle proportion ? Dans quelle mesure ? Je ne peux pas vous le dire car cela exige l’accord de mes onze partenaires et je pense que nous l’obtiendrons.

Question – Monsieur le Président, nous savons votre passé antifasciste. Vous étiez interné dans un camp de prisonniers de guerre et vous avez combattu dans la Résistance. L’antifascisme est aussi une racine principale de notre pays, la RDA. Seriez-vous d’accord avec moi en disant que l’antifascisme a eu pour conséquence légitime l’existence d’un état : la RDA, état souverain au milieu de l’Europe ?

Le Président – Vous rappelez là mes souvenirs. La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était comme prisonnier de guerre, en Thuringe. Remarquez, la seule issue pour un prisonnier, c’est de s’évader et je l’ai fait. Comme je suis parti à pied, j’ai pu visiter l’Allemagne, c’était la première fois. Je ne peux pas dire que j’en garde un mauvais souvenir. Les pires rigueurs ou les pires brutalités de la guerre m’ont été épargnées. J’ai rencontré beaucoup de braves gens parmi vos compatriotes. C’était généralement des ouvriers, déjà un peu âgés ou des soldats blessés qui surveillaient des prisonniers de guerre. Ensuite, j’y suis retourné longtemps après pour précisément visiter cette région de Thuringe et refaire, avec mon ami Willy Brandt, ancien Chancelier allemand, le même chemin. La première fois, j’avais fait à pied ce voyage, la deuxième fois nous l’avons fait en automobile, je ne pouvais pas exiger de Willy Brandt qu’il fasse tout cela à pied !

À cette occasion j’ai pu voir certains aspects de la République Démocratique Allemande, j’ai même pu parler avec les habitants du village et de la ville voisine du lieu où j’étais prisonnier. J’avais été un peu étonné parce que nous avions été invités à déjeuner par les responsables politiques, administratifs de cette région. Pendant que je déjeunais, je leur posais des questions comme nous le faisons maintenant. J’espère que les actuels dirigeants me pardonneront cette indiscrétion – mais je leur disais : « il doit bien y avoir des choses qui ne marchent pas très bien ici ... Il y en a en France, il y en a partout ». — « Non ». Le déjeuner a bien duré plus d’une heure. Tout allait bien. À la fin de cette conversation mon hôte a eu une illumination, il me dit : « Si, il y a quelque chose qui ne va pas très bien : il n’y a pas assez de femmes dans la direction ». Je pensais qu’il avait raison, c’était une erreur, peut-être y en avait-il d’autres dont on aurait pu me faire confidence ! Bref, les échanges n’étaient pas faciles. Chacun agit comme il le veut, mais nous avons été très bien reçus, amicalement. Après les deux guerres mondiales qui nous ont séparés, je pense que le peuple allemand reste très ouvert pour des discussions humaines et pacifiques et j’en suis reconnaissant aux Allemands. Il faut que nous dominions les antagonismes d’autrefois. Ma troisième visite en RDA, c’est main­tenant.

Vous voyez que ma connaissance de votre pays n’est pas très importante, sinon par les livres, ce qui n’est pas suffisant.

L’antifascisme ... En décembre 1941, je me suis retrouvé dans une France occupée par les Allemands. Un pays coupé en deux – je sais ce que c’est. À ce moment-là, je ne pouvais choisir que le combat. Je suis allé dans toutes les provinces de France, en Angleterre, et même un moment en Algérie.

Je suis revenu ensuite en France, au début de 1944 et j’ai vu les grandes phases de cette terrible guerre. Après la fin de la guerre, je suis allé en Allemagne de l’Ouest et j’ai vu l’effroyable désastre des villes, Francfort, Nuremberg et les autres, réduites à rien. Vraiment la guerre était abominable et, de part et d’autre, nous nous sommes détruits follement. Donc, ce que vous appelez l’antifascisme, c’est aussi une certaine forme de défense de la paix et le refus d’une idéologie imposée par la force. Voilà ce que cela veut dire. Les idéologies sont saines. Il faut bien avoir des idées. Il est même bon d’avoir un corps de doctrine pour expliquer le monde, le rôle des individus dans une société, la relation entre l’Etat et le citoyen. Chacun selon sa préférence. Mais, quand on veut imposer son idéologie aux autres, on commet un crime contre l’esprit, et c’était cela le fascisme et le nazisme.

Remarquez que l’on connaît d’autres exemples. Alors, je me sens tout à fait en accord avec ce que vous exprimez. Et je m’aperçois que vous avez été plus de deux à me poser une question sur l’unité allemande. L’éventuelle unité. Il faut peut-être que je réponde. Est-ce que cela vous intéresse ?

L’unité allemande. Ma position est tout à fait simple. L’unité sous une forme ou sous une autre – on va en parler tout à l’heure – l’unité des Allemands regarde d’abord les Allemands. Seules des élections libres, ouvertes, démocratiques, per­mettront de savoir exactement ce que veulent les Allemands des deux côtés. Il faut passer par cette épreuve, qui est une bonne épreuve, avant de décider pour les Allemands. C’est à eux de dire ce qu’ils veulent.

Certes, il y a beaucoup de manifestations qui semblent l’indiquer. Mais, c’est aux citoyens de s’exprimer démocratiquement dans des élections libres et secrètes. Pour l’instant, il existe deux états. Ces deux états ont une existence souveraine. Chacun des deux est maître chez lui, parce qu’il s’exprime, ou est censé exprimer les volontés d’une nation, d’un peuple. On ne peut pas rayer d’un trait la réalité européenne, telle qu’elle s’est constituée après la deuxième guerre mondiale. Ce n’est pas votre faute, ce n’est pas la mienne, mais c’est comme cela.

Alors, un certain ordre – si l’on peut l’appeler comme cela – s’est créé en Europe, autour de deux alliances militaires, avec un équilibre entre ces deux alliances, et sur la base de frontières qui ont été enregistrées et consacrées par des accords internationaux dont le dernier date d’il y a 14 ans, ce sont les accords d’Helsinki.

Si on commence à toucher les frontières ici, cela bougera un peu partout. J’estime cependant que la frontière entre les deux états allemands est d’une nature différente des frontières qui existent ailleurs, car elles ont été créées à l’intérieur d’un même peuple et non pas entre deux peuples différents, comme c’est le cas dans le reste de l’Europe, d’une façon générale, même si ces frontières ne sont pas toujours justes. Vous connaissez les revendications en Transylvanie, en Moldavie et celles des Pays Baltes. Vous connaissez les revendications qui se sont mani­festées à l’égard de la Pologne. Avant de toucher à cette construction fragile, si l’on veut préserver la paix, il faut garder son sang-froid. On a le droit d’agir sur le coup de la passion et de l’espérance, mais il faut réintroduire quand même une certaine dose de raison. Donc, je dis l’unité allemande dépend d’abord essentielle­ment du peuple allemand. Si le peuple allemand décide qu’il doit en être ainsi, ce n’est pas la France qui s’y opposera.

Mais le peuple allemand doit se déterminer en tenant compte de l’équilibre européen. Il ne peut pas faire fi d’une réalité qui fait de lui, à l’Est, un membre très actif du pacte de Varsovie avec des armées étrangères puissantes sur son sol, pas plus que l’Allemagne fédérale ne peut faire fi d’une situation comparable, avec ses alliés de l’Ouest. Je dis donc que l’unité allemande, c’est ensuite l’affaire de vos voisins qui n’ont pas à se substituer à la volonté allemande, mais ont à veiller à l’équilibre de l’Europe. Voilà presque une contradiction. Deux éléments d’analyse différents qui peuvent être thèse et antithèse pour une synthèse. Je crois que c’est possible, c’est-à-dire qu’il faut faire avancer en même temps les formes d’unité allemande et européenne. Autrement, on va vers un déséquilibre sur lequel vous aurez le devoir de réfléchir lorsque vous voterez.

Mais, s’il s’agit des aspirations profondes du peuple allemand dans un sens ou dans l’autre, nous Français, nous devrons les comprendre et choisir toujours le parti de la liberté. Voilà ce que je pense d’une façon simplifiée et rapide du problème allemand tel qu’il se pose.

Le rôle de la Communauté Européenne doit être important dans ce processus, parce qu’elle peut passer des accords avec des pays comme le vôtre ; elle doit se renforcer pour que le problème allemand ne soit pas qu’un problème allemand, mais un problème européen. À ce moment là, nous nous entendrons bien pour trouver la bonne solution.

Question à propos des centres culturels français en RDA.

Le Président – Il existe déjà un centre culturel français à Berlin, que je considère comme le plus remarquable en Europe. Cela nous encourage et j’ai parlé de ce sujet précisément au Ministre français des Affaires étrangères. Nous avons l’inten­tion de créer un centre de ce type à Leipzig.

Question – Au sujet des visas pour les ressortissants de RDA voulant voyager en France.

Le Président – Il n’y a pas de visa exigé pour les Allemands de l’Ouest. Il n’y a pas de visa non plus à l’égard d’un pays comme la Suisse. Il n’y a pas de visa à l’égard des pays scandinaves. Il n’y a plus de visa avec des pays, je ne connais pas la liste exacte, enfin comme le Japon, comme un certain nombre de pays améri­cains.

C’est-à-dire que peu à peu la zone sans visa s’élargit. Nous avons été obligés, à un moment donné, de restreindre les visas parce que nous avons été victimes, surtout dans l’année 1986, d’actes de terrorismes, à Paris en particulier où il y a eu de très nombreuses victimes. Nous avons resserré notre dispositif douanier pour lutter contre le terrorisme qui venait de l’extérieur. Nous n’avons pratiquement pas de terrorisme national. Je pense que la suppression des visas devra suivre de peu l’aménagement de nos nouveaux contrats internes à ce que les uns appellent la maison commune européenne, que d’autres pourraient appeler la nouvelle organi­sation de l’Europe. Je pense que ce moment va venir, encore faut-il savoir où l’on en est. On ne le sait pas très bien.

Une discussion vient d’avoir lieu pour supprimer tous les contrôles aux fron­tières dès maintenant, sans attendre 1993, entre l’Allemagne de l’Ouest, la Hollande, la Belgique, le Luxembourg et la France. Avant d’étendre cette mesure à l’Allemagne de l’Est, il faut savoir quels seront les contrôles douaniers de l’Alle­magne de l’Est avec ses voisins du Nord. La France ne peut pas être un pays aux frontières ouvertes au monde entier. Il y a des immigrations de toutes sortes. Nous avons besoin d’un minimum de sécurité. Mais je suis favorable, dans un délai raisonnable, c’est-à-dire bref, à l’ouverture de ces dispositions à l’égard de l’Alle­magne de l’Est. Tout dépendra de votre évolution, des mesures de sécurité qui seront les vôtres, mais il ne faut pas les attendre avant 1993.

Quant aux 70 Marks, là, vous savez, nos Ministres des Finances, ils font bien des choses sans nous consulter. Est-ce que c’est trop cher, est-ce que cela n’est pas assez cher ? On dit, en France et ailleurs, que le Président de la République fran­çaise peut tout décider tout seul. Ce n’est pas vrai du tout. En effet, surtout à l’égard des jeunes, leur imposer des sommes de cette importance, c’est trop et je pense qu’on pourrait adopter des mesures particulières pour les jeunes, les étu­diants et les laisser venir sans qu’ils n’aient rien à payer. Je vois que le Ministre des Affaires étrangères approuve, je ne vois pas le Ministre des Finances parce qu’il est à Paris, mais au besoin on lui dira de le faire. Ce n’est pas une grosse dépense. Voilà.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr