Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Chapitre 5 : Le contexte international

Vers l’unification des deux états allemands

Du « Plan Kohl » à « 2 + 4 »

Andreas Wilkens

Texte intégral

1La démission d’Erich Honecker, chef d’état et premier secrétaire du parti SED, le 18 octobre 1989, a entraîné, en quelques semaines, non seulement la déroute du régime communiste, mais l’écroulement de l’État même de la République Démo­cratique Allemande. On voyait ainsi, avec une rapidité surprenante, se vérifier la thèse selon laquelle la RDA n’avait, au fond, qu’une raison d’être idéologique, imposée par la force, à savoir s’affirmer comme le contre-modèle de la RFA. Une fois l’échafaudage idéologique abattu, l’État n’avait plus les moyens de survivre faute d’avoir su obtenir, en quarante ans d’existence, l’adhésion – même mini­male – de ses propres citoyens.

  • 1 Texte du communiqué: Bulletin, 10.9.1987, n°.83, p.710 ff.

2La fin du régime communiste en RDA et l’ouverture du Mur de Berlin et de la frontière interallemande le 9 novembre 1989 bouleversent les données de la poli­tique intérieure allemande. Pour les Allemands c’est sans doute l’événement histo­rique le plus important depuis 1949. Il doit marquer les esprits d’autant plus profondément qu’au fil des années les gouvernements successifs de Bonn aussi bien que l’opinion publique ouest-allemande s’étaient résignés à l’idée de coexister pour une période encore indéterminée avec un gouvernement du« socialisme réel » à Berlin-Est. La visite qu’a effectuée Erich Honecker en septembre 1987 en Allemagne fédérale n’a‑t‑elle pas symbolisé en quelque sorte la reconnaissance pleine et définitive de la RDA par Bonn ? Le communiqué signé en commun avait, en énumérant de nombreux projets bilatéraux, confirmé le souhait des deux États de développer, dans l’esprit du Traité fondamental de 1972,« des rapports normaux de bon voisinage » et cela« sur la base de l’égalité ».1

3Dans la politique ouest-allemande à l’égard des bouleversements récents en RDA on peut distinguer assez nettement deux périodes. Dans un premier temps, l’établissement de « structures confédérales » entre les deux États allemands a été considéré comme le but maximal qui pouvait être atteint à moyen terme. Cette approche trouvait son expression dans le programme en dix points, présenté par le chancelier Helmut Kohl, fin novembre 1989. Celui-ci se fonde, en effet, sur la supposition que la RDA réussirait à maintenir une certaine stabilité, car l’Union Soviétique ne permettrait pas, pour des raisons stratégiques, sa dislocation com­plète. Dans une seconde phase, depuis le début de l’année 1990, la politique formu­lée à Bonn ne prévoyait plus d’étape confédérale, mais visait directement la réuni­fication. Ce changement était essentiellement dû à la « pression de la rue » en RDA, où s’exprimait d’une manière de plus en plus insistante la volonté de s’unir.

4Dans la première phase, le gouvernement fédéral devait tenir compte de plusieurs facteurs :

  1. Il fallait faciliter le développement démocratique en RDA en évitant l’accusation de vouloir imposer son propre système politique, compte tenu de la forte conscience du mouvement démocratique d’avoir généré sa propre « révolution ».

  2. Il était indispensable de donner une perspective au droit des Allemands à l’autodétermination et, si les circonstances le permettaient, à une forme d’union à long terme entre les deux parties de l’Allemagne.

  3. Sur le plan international, il convenait de tenir compte de la suspicion que ne pouvait manquer de provoquer la perspective d’une Allemagne unie. Il fallait donc placer l’évolution allemande dans le processus général en cours qui vise à surmonter la division de l’Europe.

5Dans une question d’une si grande importance pour la vie politique, le gouvernement de Bonn prenait également en compte la situation de politique intérieure en République fédérale, d’autant que 1990 s’annonçait comme une année électorale d’une extrême importance. Dans quatre Länder les électeurs allaient en effet élire les parlements régionaux avant de se prononcer en décembre sur le sort du gouvernement fédéral. Or, dès la chute du régime en RDA, le problème de l’organisation future des relations inter-allemandes prenait une place centrale dans le débat politique. Les chances d’une reconduction du gouvernement chrétien-libéral du chancelier Kohl paraissaient assez compromises jusqu’à l’été 1989, à cause du faible impact du chancelier sur l’opinion publique, d’une certaine remon­tée de SPD, mais aussi à cause de la naissance du parti d’extrême droite les Repu­blikaner. Ceux-ci montrèrent lors de plusieurs scrutins qu’ils pouvaient entamer l’électorat traditionnel des chrétiens-démocrates et leur faire perdre les quelques points décisifs pour la formation d’un nouveau gouvernement fin 1990.

  • 2 Carl-Christian Kaiser : « Der Ton ist gereizt » ; in : Die Zeit, 8.12.1989.

6Dans ce contexte, une démonstration de « leadership » politique était de mise pour le chancelier2. Il ne fait guère de doute que l’effet de surprise provoqué par la présentation du plan de confédération a été délibérément recherché. Le chancelier voulait rappeler que c’était bien lui qui définissait la politique en la matière et non le partenaire le plus populaire de la coalition, Hans-Dietrich Genscher, ministre des Affaires étrangères. Dans le choix du moment de l’intervention de M. Kohl entrait également en ligne l’imminence du sommet Bush/Gorbatchev à Malte (2./3.12.1989) et l’approche du Conseil européen de Strasbourg (8./9.12.1989).

7Enfin, Hans Modrow avait lui-même proposé, lors de sa déclaration gouver­nementale, le 17 novembre 1989, la construction d’une « communauté contrac­tuelle allant bien au-delà du traité fondamental et des autres traités encore existants entre les deux États ». Ses propos sur l’établissement d’une Vertragsgemeinschaft (communauté contractuelle) ayant trouvé un écho très favorable en RFA, le chancelier Kohl pouvait difficilement laisser au chef de gouvernement provisoire de Berlin-Est le soin de tracer à lui seul les lignes des futurs rapports entre les deux Allemagnes.

Le plan en dix points du chancelier Kohl

  • 3 Texte allemand : Bulletin, 29.11.1989, n°134, p.1141 ff. Texte français en annexe.

8À la surprise générale, le chancelier présenta, le 28 novembre 1990, dans le cadre d’un débat budgétaire du Bundestag son « programme en dix points pour dépasser la division de l’Allemagne et de l’Europe ». Ce plan voulait définir le cadre du développement futur des relations entre les deux Allemagnes3. Il avait été élaboré dans le cercle restreint de la chancellerie, sans consultation du ministère des Affaires étrangères ou du partenaire de coalition FDP, sans contact également avec les alliés occidentaux, l’Union Soviétique et la RDA.

9Les quatre premiers points du programme traitent de l’intensification à court terme de la coopération avec l’Allemagne de l’Est. Il s’agit de mesures immédiates dans le domaine humanitaire et dans celui de l’assistance médicale, ainsi que de la proposition de créer un fonds de devises pour faciliter des voyages. Le gouver­nement propose également de poursuivre « comme auparavant » la coopération avec la RDA dans tous les domaines, à savoir économique, scientifique, culturel et dans celui de la protection de l’environnement. L’extension de l’aide et de la coopération est prévue au cas où « un changement fondamental, irréversible et de caractère obligatoire serait amorcé dans le système politique et économique de la RDA », la prévision d’élections libres constituant le premier des changements nécessaires. Tout en se défendant de vouloir imposer l’introduction de l’économie de marché et des activités économiques privées comme préalables à l’aide écono­mique, le plan considère néanmoins qu’il s’agit là de « conditions objectives pour que notre aide puisse avoir effet ». Dans le quatrième point de son programme, le chancelier se déclare « prêt à reprendre » l’idée d’une « communauté contrac­tuelle » avancée par Hans Modrow, c’est-à-dire, selon la définition de M. Kohl, la création d’« un réseau toujours plus dense d’accords dans tous les domaines et à tous les niveaux ».

10L’essentiel du plan Kohl est contenu dans le cinquième point. Il prévoit la mise en place de « structures confédérales entre les deux États allemands » après l’élec­tion d’un gouvernement démocratique en RDA. L’objectif à long terme serait la création d’une « fédération, c’est-à-dire d’un ordre fédéral en Allemagne ». Après la tenue d’élections libres, diverses commissions gouvernementales se chargeraient de la coordination politique. Un « organe parlementaire commun » doit également faire partie des nouvelles formes de coopération institutionnelle qui « émergeront et s’étendront graduellement ». Les perspectives du rapprochement concret entre les deux États allemands s’arrêtent là, puisque – comme l’avoue le plan – « per­sonne ne sait aujourd’hui à quoi ressemblera une Allemagne réunifiée ». Pourtant, celle-ci demeure toujours – comme le rappelle plus loin le dixième point – le but à long terme : « La réunification, c’est-à-dire le retour à une unité étatique en Alle­magne, reste l’objectif politique du gouvernement fédéral. »

11Si les cinq premiers points du plan Kohl traitent de l’organisation des futures relations inter-allemandes, les cinq autres points s’emploient à insérer le règlement de la question allemande dans le cadre plus vaste des relations Est-Ouest et dans le processus de la construction européenne. Il est fait référence à la déclaration commune, signée en juin 1989 avec M. Gorbatchev et qui évoquait les éléments d’une future « maison européenne ». Un passage plus dense est ensuite consacré au développement de la Communauté européenne qui devrait s’ouvrir aux pays en voie de réforme en Europe de l’Est, RDA comprise. La politique européenne est décrite comme un axe essentiel de la politique allemande : « Nous considérons le processus de restauration de l’unité allemande comme une affaire européenne. Il doit donc se dérouler dans le cadre de l’intégration européenne. »

12Le processus de la CSCE est défini comme « la clé de voûte » de l’architecture européenne, de nouvelles formes institutionnelles de coopération dans toute l’Eu­rope pourraient être créées. Dans le domaine du désarmement, le plan Kohl se prononce pour « des mesures rapides et de grande envergure », ce processus devant suivre le rythme des développements politiques. Le dernier point, enfin, souligne encore une fois « l’association de la question allemande au développement de toute l’Europe et des relations Est-Ouest ». L’approche globale permet de reprendre la formule employée dans la loi fondamentale, qui est « de créer une situation de paix en Europe dans laquelle le peuple allemand pourra recouvrer son unité librement et par autodétermination ».

13Le plan Kohl ne fixe aucune échéance précise et s’adapte ainsi à une situation encore très fluide. Le chancelier évite aussi de prononcer le terme de « confédé­ration », préférant parler de « structures confédérales ». Ainsi tenait-il à signaler qu’une « confédération » ne constitue pas un but en soi et que les futures relations entre les deux parties de l’Allemagne restent ouvertes à une évolution vers une vraie unification. »

14Le programme en dix points ne constitue nullement une rupture dans la politique allemande. D’un côté, il propose des aides immédiates qui, en réalité, avaient déjà commencé à être organisées à des niveaux divers. De l’autre, le chancelier a largement mis l’accent sur la continuité de la politique extérieure, soulignant ainsi qu’il s’agit de la contribution allemande au dépassement de la division en Europe. L’indication de « structures confédérales » comme horizon politique paraissait, dans la mesure du possible, bien adaptée à l’évolution en cours. Le chancelier pouvait difficilement proposer moins, mais il était exclu à ce moment de viser la réunification directe.

  • 4 Les dix points d’Helmut Kohl peuvent se résumer ainsi :

15Enfin, il convient de remarquer que le chancelier évite de se prononcer sur quelques aspects importants, qui, dans la perspective du rapprochement allemand, attendent une solution. Kohl ne mentionne ni les droits et les responsabilités des quatre puissances pour l’Allemagne dans son ensemble, ni la situation de Berlin. S’il fait allusion à la possibilité de l’entrée de la RDA dans la Communauté européenne, le futur statut militaire de l’Allemagne de l’Est, toujours membre du Pacte de Varsovie, est passé sous silence. La non-évocation de la frontière Oder-Neisse dans ce programme, qui a pour ambition d’être un point de départ pour un règlement de la question allemande, suscité la plus grande irritation4.

La réaction du SPD

  • 5 Deutscher Bundestag, Stenogr. Berichte, 28.11.1989, p.13514 ff.

16D’une manière un peu inattendue, le plan en dix points trouvait, dans un premier temps, un soutien sans faille de la part des sociaux-démocrates. Répondant immédiatement à l’intervention du chancelier, le porte-parole du SPD pour la politique étrangère, Karsten Voigt, affirmait qu’il ne voyait « aucune différence de conception » avec les positions de son parti et qu’il était d’accord « avec les dix points »5.

  • 6 Süddeutsche Zeitung, 30.11.1989.

17Cependant, très vite, après le débat au Bundestag, le SPD se demandait si l’approbation sans réserves donnée au plan Kohl n’était pas allée un peu loin. Des critiques ponctuelles se référaient à l’emploi par le chancelier du mot « réunifica­tion », qui – selon Horst Ehmke – faisait croire aux voisins européens qu’il s’agis­sait d’une reconstruction du Reich allemand. De son côté, le maire de Berlin, Walter Momper, remarquait qu’on cherchait en vain dans la déclaration gouverne­mentale l’évocation de la situation et des problèmes spécifiques de sa ville6.

  • 7 Deutscher Bundestag, Stenogr. Berichte, 28.11.1989, p.13481.
  • 8 Service de presse « Die SPD im Deutschen Bundestag », n° 2807, 30.11.1989.

18Fier de l’invention de « la politique des petits pas » et du rapprochement avec l’autre partie de l’Allemagne dans les années 1960 et de la mise en œuvre, par le chancelier Willy Brandt, de la « nouvelle Ostpolitik » dans les années 1970, le SPD éprouvait un mal certain à s’adapter aux bouleversements des données de la politique allemande. Le concept de cette Ostpolitik – acceptation du statu quo, coopération dans la stabilité – paraissant tout un coup dépassé, le SPD se trouvait sur la défensive. Pris de court, les sociaux-démocrates cherchaient encore leur concept quand le chancelier présenta son plan. Sur le fond, le SPD partageait pleinement l’idée d’une confédération comme étape importante sur le chemin de l’unité allemande. Le président du parti, Hans-Jochen Vogel, avait lui-même recommandé cette évolution dans son discours au Bundestag juste avant le chan­celier7. Toutefois, la résolution présentée le 30 novembre au Bundestag donnait les premières indications sur le sens dans lequel le SPD souhaitait voir modifié et complété le plan Kohl8. Dans ce texte, tout en réitérant son soutien général aux propositions du chancelier, le SPD estimait que la reconnaissance définitive de la frontière occidentale de la Pologne constituait la condition indispensable pour le processus menant à l’unité de l’Allemagne par la voie de l’autodétermination. Deuxième point important, le SPD souhaitait accompagner le plan de confédération par une réduction immédiate et substantielle des dépenses militaires.

  • 9 « Berliner Erklärung der SPD » in : Frankfurter Rundschau, 12.12.1989.

19Trois semaines plus tard, lors de son congrès de Berlin, du 18 au 20 décembre 1990, le SPD adoptait une déclaration sur la politique allemande qui préconisait à son tour la création d’une communauté contractuelle débouchant à terme dans une confédération, dotée d’institutions communes. L’impulsion de Willy Brandt a été décisive pour l’adoption de ce programme marqué par son mot d’ordre : « Mainte­nant grandit ensemble ce qui constitue un ensemble » (« Jetzt wächst zusammen, was zusammengehört »). En revanche, Oskar Lafontaine, candidat probable à la chancellerie, préférait mettre l’accent sur les risques et les coûts d’un processus d’unification trop rapide9.

  • 10 Antje Vollmer/Bernd Ulrich : « Die sanfte Zwei-Staatlichkeit » ; in : Deutsches Allgemeines Sonntag (...)
  • 11 Deutscher Bundestag, Stenogr. Berichte, 28.11.1989, p.13527.

20Si un assez large consensus se dégageait entre les grands partis politiques pour désigner des structures confédérales comme étape importante et l’unité allemande comme but à long terme de la politique allemande, seuls les Verts restaient encore attachés au principe du maintien de deux États allemands. Antje Vollmer, figure de proue du parti écologiste, recourait en effet à l’argumentation suivant laquelle les expériences historiques avec l’État unitaire ne pouvaient que plaider en faveur d’une « distance calculable » entre les deux États allemands, séparés par une « fron­tière au service de la paix »10. En conséquence, Antje Vollmer récusait aussi le plan d’une confédération, au moins dans la forme présentée par le chancelier, qui, de plus, ne prendrait pas en compte le droit des citoyens de la RDA de se déterminer eux-mêmes11.

Le débat sur la frontière Oder-Neisse

  • 12 Cf. aussi l’article du conseiller du Chancelier Horst Teltschik : « Die Bundesrepublik Deutschland (...)

21D’une manière générale, c’était sur l’absence d’une clarification officielle à propos du caractère définitif de la frontière Oder-Neisse que se concentrait pour l’essentiel la critique du plan Kohl et cela de la part même de quelques person­nalités du camp gouvernemental. S’abritant derrière la position juridique selon laquelle les organes de la RFA n’étaient habilités qu’à se prononcer pour celle-ci et non au nom d’une future Allemagne réunifiée, le chancelier renâclait devant un pas supplémentaire qui consisterait à déclarer la frontière Oder-Neisse non seulement « intangible » – formule employée par l’accord germano-polonais de 1970 – mais « définitive »12. En réalité, il s’agissait là pour le chancelier, soucieux de ne pas s’aliéner un électorat de droite en partie influencé par les associations de réfugiés, d’une question de pur calcul politique. Il n’y a pas d’homme politique allemand qui ne considère la frontière occidentale de la Pologne comme définitive. Fait inhabi­tuel, c’était le président fédéral Richard von Weizsäcker en personne qui s’em­ployait – dans son message de Noël – à dissiper les ambiguïtés laissées par le gouvernement en déclarant à propos des territoires de l’Est :

  • 13 Bulletin, 27.12.1990, n° 151, p.1269 ff. ; Le Monde, 3.1.1990.

« Sur une vieille terre allemande vivent depuis des décennies des citoyens polonais. Si aucun d’entre nous ne peut aujourd’hui s’exprimer au nom d’une entité souve­raine allemande unie, nous pouvons et nous devons parler pour nous-mêmes claire­ment et sans équivoque : cela signifie que nous, Allemands, n’avons aucune inten­tion, aujourd’hui et dans l’avenir, de modifier la frontière occidentale de la Pologne. »13

22Dans cette discussion autour de la reconnaissance de la frontière Oder-Neisse, un certain poids devait revenir à l’avis du Tribunal constitutionnel. C’était en effet le célèbre jugement de la cour suprême de Karlsruhe en juillet 1973, à propos du Traité fondamental entre les deux États allemands, affirmant la persistance de l’existence, en termes de droit international, du Reich allemand dans les frontières de 1937, qui servait le plus souvent comme prétexte pour une prétendue impossi­bilité de reconnaître la frontière Oder-Neisse. Or, dans une prise de position remarquée, le président du Tribunal constitutionnel, Roman Herzog, faisait claire­ment entendre qu’il s’agissait là d’un constat juridique et non point de la descrip­tion d’un objectif politique contraignant :

  • 14 Roman Herzog: Interview der Woche, Deutschlandfunk, 31.12.1989, manuscrit.

« Il n’y a pas de juridiction du Tribunal constitutionnel indiquant que la réunifi­cation – surtout 45 ans après la fin de la Deuxième guerre mondiale – doit néces­sairement comprendre le Reich allemand dans les frontières de 1937. » 14

  • 15 Hannoversche Allgemeine, 3.1.1990.

23Pourtant, les sociaux-démocrates considéraient toujours que cette constatation n’allait pas suffisamment loin et reprochaient à M. Herzog de s’en tenir à des « positions juridiques sclérosées »15.

  • 16 Intervention lors du « Dreikönigstreffen » des Libéraux le 6.1.1990 à Stuttgart ; Hannoversche Allg (...)

24Se distinguant volontiers de la ligne floue du chancelier, le ministre des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher, prenait, pour sa part, fermement position en faveur d’une reconnaissance sans ambiguïté. Devant le congrès de son parti, le FDP, il affirmait au début de l’année que « rien, même pas un article de la constitution » n’empêchait de dire qu’aucun Allemand « ni en RFA ni en RDA, ni à présent ni au futur ne remettrait en cause la frontière occidentale de la Pologne »16.

  • 17 Conférence du 17.1.1990 à l’invitation de l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI) (...)

25Au bout de quelques semaines, le chancelier Kohl procédait à une mise au point de sa position sur le problème de la frontière Oder-Neisse qui, cette fois, était plus claire que les déclarations précédentes : « Les Allemands – et nul ne devrait en douter –, a déclaré le chancelier le 17 janvier 1990 à Paris, n’ont pas l’intention de déclencher dans l’Europe de demain une discussion à propos des frontières qui compromettrait obligatoirement l’ordre de paix européen auquel nous aspirons tous ensemble. […] Personne ne veut lier la réunification au déplacement des frontières existantes. »17

  • 18 Chiffres selon le « ZDF-Politbarometer » du mois de novembre 1989, in : Süddeutsche Zeitung, 21./22 (...)

26Dans l’opinion publique ouest-allemande, la reconnaissance sans ambages de la frontière germano-polonaise trouve un soutien assez large. S’il est vrai qu’au mois de novembre 1989 70% des Allemands se prononcaient pour une « réunification » des deux États allemands (15% contre, 12% indifférent, 3% sans opinion) – ce qui ne dit encore rien sur la forme et les conditions d’une telle réunification – il n’est pas moins vrai qu’un pourcentage à peine inférieur (66%) se déclarait favorable à la reconnaissance définitive de la frontière Oder-Neisse (19% contre ; 16% sans réponse)18.

L’évolution en RDA

  • 19 Libération, 29.11.1989.

27La rapidité des bouleversements en RDA se reflétait dans l’évolution de l’atti­tude à l’égard du problème de l’unité allemande. Dans l’immédiat, la réaction officielle du gouvernement est-allemand au programme du chancelier Kohl a été ambiguë. D’une part, le porte-parole du gouvernement, Wolfgang Meyer, estimait que les propositions du chancelier « ignorent non seulement les réalités, mais peuvent facilement provoquer des irritations », ajoutant qu’« une réunification n’est pas à l’ordre du jour » et que personne « à l’Ouest comme à l’Est ne souhaite un changement dans l’équilibre européen ». D’autre part, il prenait soin d’ajouter que les propositions sur la coopération offraient des « points de départ intéres­sants » pour l’ouverture des « négociations entre les deux pays »19.

  • 20 Les premiers textes et programmes des mois d’octobre et de novembre se trouvent dans : Gerhard Rein(...)
  • 21 « Für unser Land », in : Neues Deutschland, 29.11.1989.

28Plus importantes devaient être les attitudes des formations de l’opposition en RDA. D’une manière générale, les divers groupes d’opposition ont été cruellement pris de court par les plans du gouvernement de Bonn. Surpris par la rapidité de l’effondrement des structures de l’ancien régime, ils entendaient se tourner en priorité vers la réorganisation de la vie politique interne20. Des écrivains comme Stefan Heym et Christa Wolf ainsi que d’autres intellectuels indépendants récla­maient encore dans l’appel « Pour notre pays », lancé le 26 novembre 1989, l’indé­pendance de la RDA qui devait permettre de développer une alternative socialiste face à la RFA21. Dévalué par la signature successive de quelques dignitaires du SED, cet appel allait très vite être dépassé par les événements.

29La question de l’unité allemande n’étant pas soulevée publiquement par les contestataires du régime dans un premier temps, c’est seulement à partir de la fin du mois de novembre que le ton commençait à changer sensiblement dans les manifestations de rue. Si les premières voix réclamant la réunification de l’Alle­magne se faisaient entendre parmi les 200.000 manifestants du traditionnel défilé du lundi soir, le 20 novembre à Leipzig, ce mouvement prenait de l’ampleur dans les semaines suivantes. Le « Nouveau Forum », principale formation de l’opposi­tion de la première heure, réagissait en se dissociant des « réunificateurs » et en cherchant à les isoler, mais sans jamais y arriver. L’idée selon laquelle l’unité de la nation allemande serait le chemin le plus efficace pour tirer le pays de la misère économique et la meilleure garantie pour une démocratisation durable de la vie politique s’avérait bien plus forte que les appels des intellectuels pour saisir l’occasion afin de construire une société de « troisième type ». Ainsi la requête de la réunification ou de l’unité nationale paraissait-elle, dans un premier temps, moins comme l’expression d’un sentiment national à proprement parler que comme le désir de se débarrasser le plus vite possible des contraintes de l’ancien régime et de vivre « normalement ». La première euphorie passée, les doutes s’accumulaient très vite sur la sincérité et les chances de succès des réformes politiques et économiques engagées par le gouvernement de transition. Parallèle­ment, on découvrait que la situation économique de la RDA était encore plus précaire qu’on ne se l’imaginait au début. La découverte du désastre économique renforçait inexorablement l’idée d’une unification pure et simple avec la RFA.

30L’évolution des sociaux-démocrates est-allemands paraît à cet égard tout à fait éloquente. Fondé le 7 octobre 1989 dans la maison d’un pasteur sous le nom de Sozialdemokratische Partei in der DDR (SDP), ce parti prenait, lors de son premier conseil national, le 13 janvier 1990, le nom de Sozialdemokratische Partei Deutschlands (SPD), revendiquant ainsi la succession de l’ancien parti social-démocrate réuni de force en 1946 avec le parti communiste dans la zone d’occupation soviétique, tout en soulignant la volonté de s’associer le plus étroitement possible avec le SPD ouest-allemand. Dans leur « Déclaration sur la question allemande » les sociaux-démocrates de la RDA disent sans ambiguïté :

« Nous sociaux-démocrates, nous nous déclarons partisans de l’unité de la nation allemande. Une Allemagne unifiée constitue le but de notre politique ».

31Un gouvernement est-allemand dirigé par le SPD devrait

« viser prioritairement à l’établissement d’une union économique et monétaire entre les deux États allemands et prendre les mesures nécessaires sur le chemin de l’unité allemande, en accord avec le gouvernement de la République fédérale ».

  • 22 Texte de la déclaration : Frankfurter Rundschau, 15.1.1990. Süddeutsche Zeitung, 15.1.1990 : « Ziel (...)

32Les frontières des voisins de l’Allemagne seraient « intangibles »22.

33En se prononçant aussi clairement pour une Allemagne unifiée et sans prévoir une sorte de confédération, au moins comme étape intermédiaire, le SPD de l’Est accomplissait un pas lourd de signification pour l’évolution de la RDA.

Les réactions en France et dans d’autres pays

  • 23 Le Monde, 7 et 8.12.1989.

34À côté de la politique communautaire, comme Président du Conseil Européen, François Mitterrand déployait une extraordinaire activité diplomatique pour mon­trer que la France entendait jouer un rôle essentiel dans la restructuration de l’Europe. Le 6 décembre, M. Mitterrand s’est rendu à Kiev pour s’entretenir avec M. Gorbatchev sur sa propre invitation. Cherchant une entente avec Moscou sur le problème allemand, le président français estimait « prématuré » de parler de réunification de l’Allemagne et se ralliait d’ailleurs au projet soviétique de convocation de la CSCE en 199023.

  • 24 Ernst Weisenfeld : « Elefanten unter sich »; in: Die Zeit, 22.12.1989.

35Plus spectaculaire encore a été la visite que M. Mitterrand a effectuée du 20 au 22 décembre en RDA. Si le principe d’une telle visite – la première d’un chef d’État occidental – avait déjà été arrêté au mois de juin, celle-ci prenait naturelle­ment une toute autre signification après la chute d’Erich Honecker. Faisant l’éco­nomie d’une concertation diplomatique avec le chancelier fédéral, François Mitterrand contraignait Helmut Kohl à de difficiles manœuvres de calendrier pour ne pas arriver en seconde position à des entretiens avec les nouveaux dirigeants est-allemands24. Le maintien obstiné du voyage de M. Mitterrand en RDA, face à un régime en plein désarroi, semblait indiquer que le président français ne souhaitait nullement la disparition prochaine de la RDA de l’échiquier européen. Il déclarait à Berlin-Est qu’il comprenait l’aspiration à l’unité allemande « qui plonge ses racines dans l’histoire » et que la forme que prendra cette unité sera

  • 25 Le Monde, 22.12.1989.

« d’abord l’affaire des Allemands, qui auront à se prononcer librement sur ce que doit être leur destin »25.

36Enfin, dernier volet de son offensive diplomatique, François Mitterrand, en présentant ses vœux de Nouvel An aux Français, lance l’idée de l’avènement, dans les années 90, d’une

  • 26 Le Monde, 2.1.1990.

« confédération européenne, au vrai sens du terme, qui associera tous les États de notre continent dans une organisation commune et permanente d’échanges, de paix et de sécurité »26.

37Bien que M. Mitterrand s’abstienne de définir en détail les structures d’une telle association, il est toutefois évident qu’il s’est mis à la recherche d’une construction englobant les pays de l’Europe de l’Ouest comme de l’Est capable d’encadrer les deux Allemagnes de moins en moins séparées.

  • 27 Le Figaro, 29.11.1989 (échantillon national de mille personnes; pour l’Allemagne en collaboration a (...)

38Des sondages d’opinion ont confirmé que cet avis était largement partagé par le public. Il ressort, en effet, d’une enquête de la SOFRES pour Le Figaro, réalisée entre le 21 et le 23 novembre 1989, que les Français croyaient à ce moment beau­coup plus fermement à la réunification de l’Allemagne dans un avenir prévisible que les Allemands eux-mêmes27 :

39Question :

40Dans les prochaines années, la réunification de l’Allemagne de l’Ouest et de l’Allemagne de l’Est vous paraît-elle certaine, probable, peu probable ou exclue ? »

Résultats en France

Résultats en RFA

certaine

10%

8%

probable

56%

35%

peu probable

22%

44%

exclue

4%

11%

sans opinion

8%

2%

41Si les deux tiers des Français étaient convaincus de voir naître dans les années à venir une Allemagne réunifiée, il n’en allait de même que pour 43% des Alle­mands. Plus de la moitié des Allemands n’envisageaient pas une telle hypothèse, contre un bon quart des Français. À en croire les résultats de cette enquête, il est bien difficile de parler d’un enthousiasme en faveur de la réunification du côté allemand. À peine deux semaines après la destruction du Mur de Berlin, les Alle­mands avaient plus de mal à croire à l’unité allemande que les Français.

42Si la réunification des deux États allemands garde toujours un aspect inquiétant, elle est toutefois loin d’effrayer les Français. 49% l’estiment « souhaitable, mais pas avant plusieurs années », 15% seulement la qualifient de « pas souhaitable ». Jugeant les conséquences possibles de la réunification de l’Allemagne, les avis des Français sont partagés : 40% s’attendent à ce qu’elle rende l’union politique de l’Europe « plus difficile ». 38% enfin y voient « une chance pour la paix » en Europe contre 22% pour qui elle constitue, tout au contraire, « un danger pour la paix ».

Le tournant au début de l’année 1990 – Le plan Modrow

43Même avec les réformes introduites par le gouvernement transitoire, soutenu par la « Table ronde » des divers groupes d’opposition, des aides économiques promises de la part de la RFA et la perspective d’une étroite association à l’Alle­magne de l’Ouest, la situation en RDA ne s’est pas stabilisée.

  • 28 Süddeutsche Zeitung, 26.2.1990.

44Un nombre élevé d’Allemands de l’Est ont continué à tourner le dos à la RDA. Se répartissant à parts à peu près égales sur les mois de janvier et de février, près de 100 000 Allemands de l’Est ont quitté leur pays dans les deux premiers mois de l’année 1990 pour s’installer à l’Ouest28.

45Parallèlement les manifestations trouvaient toujours une adhésion massive. Le slogan n’était plus « Nous sommes le peuple », lancé au mois d’octobre au régime vacillant, mais plutôt « Nous sommes un peuple », expression de la revendication unitaire. Les élections libres ont dû être avancées du 6 mai au 18 mars pour ne pas laisser un trop long vide politique et institutionnel.

  • 29 « Gemeinsame Mitteilung » in : Bulletin, n° 148, p. 1249 ff.
  • 30 Le Monde, 31.1.1990. Süddeutsche Zeitung, 31.1.1990.

46C’est pendant les premières semaines de l’année que l’idée d’une unification sans « structures confédérales » préalables commençait à s’imposer aussi bien en RFA qu’en RDA. Cette évolution est intervenue, de toute façon, après la rencontre de Dresde, les 19 et 20 décembre, entre le chancelier Kohl et le Premier ministre Modrow, rencontre qui était encore nettement placée sous le signe du dévelop­pement « de rapports de bon voisinage entre les deux États ». Les deux parties ont convenu, à cette occasion, d’engager des négociations en vue de la conclusion d’un accord sur la future « communauté contractuelle »29. Or, le véritable compte à rebours pour la RDA a été déclenché quand le gouvernement de l’Union Sovié­tique signalait qu’il n’était plus, en principe, hostile à l’idée de l’unification des deux États allemands. Juste avant d’entamer des entretiens avec le Premier ministre Hans Modrow, le 30 janvier, M. Gorbatchev déclarait que la question de l’unité allemande « n’était pas inattendue. En principe, personne ne la met en doute »30. Le Premier ministre de la RDA exploitait à son tour cette position favorable.

  • 31 Texte : Süddeutsche Zeitung, 2.2.1990.

47Deux jours plus tard, à son retour à Berlin-Est, Hans Modrow présentait un plan pour la formation d’une Allemagne unie31. Arguant que « le moment est venu de tirer un trait définitif sur la Seconde Guerre Mondiale », il propose, à la fin du processus d’unification, la conclusion d’un traité de paix. Le projet prévoit quatre étapes :

  • Le premier pas serait la formation d’une communauté contractuelle entre les deux États allemands, qui contient déjà « d’importants éléments confédé­raux, comme une union économique et monétaire, et un rapprochement des législations ».

  • La deuxième étape verrait la confédération avec « des organes et des institutions communs, comme par exemple une commission parlementaire, une chambre des Länder et certains organes exécutifs communs ».

  • Ensuite les deux États transféreraient des droits souverains aux organes de la confédération.

  • La phase ultime prévoit « la formation d’un État allemand unique, sous la forme d’une fédération allemande ou d’un Bund allemand, grâce à des élec­tions dans les deux parties de la confédération, et la création d’un parlement unique, qui arrêterait une constitution unique et établirait un gouvernement unique siégeant à Berlin ».

48Si ces propositions présentent une assez grande similitude avec le plan en dix points du chancelier Kohl, Hans Modrow pose une importante condition préalable : « la neutralité militaire de la RDA et de la RFA sur le chemin de la confédé­ration ». Avec son programme d’unification, Hans Modrow suivait le mouvement d’opinion quasi-unanime en RDA. La pression était telle que le parti communiste n’osait pas se présenter aux élections du 18 mars, sans avoir inscrit l’unité alle­mande dans son programme. La demande de « neutralité » était évidemment inacceptable du point de vue de l’Allemagne de l’Ouest et a été immédiatement rejetée par tous les partis politiques. Hans Modrow lui-même relativisait peu de temps après cette condition, qui faisait ainsi plutôt figure d’une manœuvre tactique.

Programmes électoraux

  • 32 Süddeutsche Zeitung, 26.2.1990 : DDR-SPD beschließt « Fahrplan zur Einheit ». Le Monde, 27.2.1990.

49En RDA, les sociaux-démocrates adoptaient, à leur tour, lors de leur premier grand congrès à Leipzig, le 25 février 1990, une plateforme électorale qui contient un « calendrier pour l’unité allemande ». Ce plan prévoit notamment des négocia­tions interallemandes pour fixer les étapes vers l’unification et la création de com­missions mixtes à tous les niveaux. Un « Conseil de l’unité allemande », composé à parité de députés des deux parlements, devait élaborer une nouvelle Constitution commune sur la base de l’actuelle Loi fondamentale de la RFA. Après l’adoption de cette constitution au suffrage universel, on procéderait, dans les deux Alle­magnes, à l’élection d’un parlement unique. Sur le plan de la politique extérieure, le SPD de RDA demande que les deux parlements allemands reconnaissent aussitôt après les élections en RDA, d’une manière officielle, toutes les frontières actuelles et notamment la frontière Oder-Neisse. En avril, la conférence entre les deux gouvernements allemands et les quatre puissances victorieuses entame des négocia­tions sur le cadre juridique de l’Allemagne, à l’automne la CSCE commencera des discussions sur un nouvel ordre de sécurité en Europe, qui se substituera à long terme aux pactes militaires32.

  • 33 Süddeutsche Zeitung, 26.2.1990.

50Les partis conservateurs de RDA, réunis dans « L’Alliance pour l’Allemagne », créée sous la pression amicale des chrétiens-démocrates ouest-allemands, se sont prononcés, eux aussi, pour une réunification à un rythme accéléré. En RDA, il ne reste guère, au premier trimestre 1990, que quelques petits groupes d’opposition, des intellectuels et les églises protestantes qui se prononcent contre une réunifi­cation précipitée. Ainsi l’évêque protestant de Dresde, Johannes Hempel, deman­dait aux Allemands de l’Ouest, « d’attendre encore un peu pour l’embrassade » et cela pour permettre aux Allemands de l’Est de se retrouver d’abord eux-mêmes33.

  • 34 Bulletin, 20.02.1990, n° 27, p. 215.
  • 35 Süddeutsche Zeitung, 15.2.1990.
  • 36 Wolfgang Wagner : « Die Dynamik der deutschen Wiedervereinigung », in : Europa-Archiv, Folge 3/1990 (...)

51À ce stade de l’évolution, il existait une quasi unanimité autour du principe de l’unification allemande. Désormais, la question n’était plus de savoir si on est pour l’unité allemande, mais quelle unité allemande on vise et dans quelles conditions. Les problèmes économiques et sociaux posés aux deux États allemands par l’éta­blissement d’une Union économique et monétaire d’une part, et de l’autre les « aspects extérieurs » de l’unité se trouvent au cœur du débat. En marge d’une conférence sur le désarmement à Ottawa, le gouvernement ouest-allemand obtenait le 13 février 1990, l’approbation des quatre puissances victorieuses pour tenir, après les élections en RDA, une conférence sur les conditions externes de l’unifica­tion allemande, notamment « les questions liées à la sécurité des pays voisins »34. Selon les plans de Hans-Dietrich Genscher, cette conférence, dite « 2+4 » (les deux Allemagnes et les quatre vainqueurs de 1945), pourrait plus spécialement aboutir à un règlement du statut militaire de la RDA, acceptable aussi bien pour l’Ouest que pour l’Union Soviétique35. Le « plan Genscher » propose pour la RDA une large démilitarisation et consent pour cette partie de l’Allemagne une fois unifiée la non-intégration dans le cadre de l’OTAN. Vers la fin de l’année 1990 les résultats de la conférence à Six devaient être soumis à une session spéciale de la CSCE consacrée à la réunification. Tout en laissant entendre que l’appartenance d’une Allemagne réunifiée à l’OTAN serait inacceptable, l’Union soviétique n’a pas encore défini­tivement arrêté sa position à l’égard des questions de sécurité. Par contre, craignant une Allemagne non alignée, les gouvernements polonais et tchécoslovaque ont déjà signalé leur préférence pour une Allemagne intégrée dans l’Alliance atlantique à tout concept de neutralité36.

Querelle sur la ligne Oder-Neisse

  • 37 Le Monde, 27.2.1990.

52Dans la mesure où l’unification allemande semblait se réaliser dans des délais de plus en plus rapprochés, la pression augmentait, cependant, pour que le chan­celier lève enfin l’ultime équivoque qu’il laissait encore planer sur la reconnais­sance définitive de la frontière Oder-Neisse. Or, même le président américain George Bush n’est pas arrivé, lors de la visite du chancelier aux États-Unis, le 25 et le 26 février 1990, à arracher à Helmut Kohl plus qu’une répétition de son affir­mation selon laquelle « personne n’a l’intention de lier la question de l’unité nationale à celle d’un changement des frontières actuelles », assortie de la déclara­tion que « la question des frontières sera définitivement réglée par un gouverne­ment et un parlement librement élus représentant toute l’Allemagne ». Le président américain, pour sa part, confirmait que les États-Unis « reconnaissent formellement l’actuelle frontière germano-polonaise ».37

53Juste avant le départ de M. Kohl pour les États-Unis, un porte-parole de la chancellerie a écarté sans ménagement la demande formulée par le premier ministre polonais, M. Mazowiecki, de conclure un traité, entre la Pologne d’une part et les deux Allemagnes de l’autre, garantissant la frontière Oder-Neisse avant une éventuelle réunification.

  • 38 Dans une interview avec la Augsburger Allgemeine du 24.2.1990 ; Le Monde, 25/26.2.1990.
  • 39 Süddeutsche Zeitung, 2.3.1990. Alfred Grosser : « Le chancelier dérape sur la frontière » ; in : Le (...)

54Face à l’obstination du chancelier, Hans-Dietrich Genscher a admis que « l’in­certitude et l’absence d’engagement sur cette question font obstacle à l’unifica­tion »38. Les tergiversations du premier paraissent en effet incompréhensibles. Il est manifestement exclu, et Roland Dumas a été on ne peut plus clair là-dessus lors de sa visite à Berlin le 1er mars, que les quatre puissances victorieuses donnent leur aval à une unification sans avoir au préalable une garantie sur les frontières de cette Allemagne39. Helmut Kohl charge ainsi le processus d’unification d’une hypo­thèque supplémentaire et inutile, puisque, à la fin, l’issue ne peut pas faire de doutes. Les dégâts sur le plan international sont d’ores et déjà considérables. Si le gouvernement polonais est amené à ne pas demander le retrait des troupes sovié­tiques stationnées en Pologne à cause de la politique de Bonn, le gouvernement allemand compromet non seulement les relations germano-polonaises mais ralentit aussi tout le processus de rapprochement en Europe. La position du chancelier est devenue, à la fin, insoutenable quand il a semblé vouloir lier l’engagement pour la frontière Oder-Neisse au renoncement, par la Pologne, aux réparations de guerre et à la reconnaissance juridique des droits nationaux des Allemands vivant dans les territoires perdus. C’est seulement après le début d’une crise gouvernementale avec les partenaires libéraux de la coalition qu’Helmut Kohl recula et consentit, le 7 mars, à un règlement prévoyant au lendemain des élections du 18 mars, une déclaration commune des parlements ouest et est-allemands sur la reconnaissance – sans conditions – de la frontière occidentale de la Pologne. Pour sa part, le Bundes­tag ouest-allemand a déjà voté, le 8 mars, une motion demandant aux deux parle­ments de proclamer l’inviolabilité de la frontière germano-polonaise en ces termes :

  • 40 Süddeutsche Zeitung, 9.3.1990. Le Monde, 10.3.1990. Interview avec Jean-Pierre Chevènement in : Der (...)

« Le peuple polonais est assuré que son droit de vivre dans des frontières sûres ne sera pas remis en cause au moyen de revendications territoriales par nous, Alle­mands, ni maintenant ni dans l’avenir ».40

  • 41 Le Monde, 11/12.3.1990.

55Les sociaux-démocrates et les verts ont refusé leur soutien à la motion à cause de l’attitude générale du chancelier dans cette affaire. Compte tenu de l’engage­ment français en faveur de la frontière Oder-Neisse, déjà formulé par le général de Gaulle en 1944, il n’était pas surprenant que François Mitterrand exprima sa pleine compréhension pour la position polonaise lors de la visite du Président Jaruzelski et du premier ministre Mazowiecki, le 9 mars à Paris. Le Président français a, en effet, souhaité « qu’un acte juridique soit négocié le plus tôt possible, avant l’unification allemande »41.

56On aurait tort, du côté du gouvernement de Bonn, de sous-estimer les réticences que suscite, pour quelque motivation que ce soit, la perspective de la réunification à l’étranger. Si les sondages d’opinion continuent à affirmer que de confortables majorités dans les pays de l’Ouest se déclarent toujours favorables à la réunifi­cation allemande, ceux-ci révèlent en même temps la persistance de sentiments d’inquiétude.

  • 42 Sondage effectué entre le 19 et le 22.1.1990 et publié par The Economist du 26.1.1990. Cf. aussi le (...)
  • 43 La Croix, 9.3.1990. Le sondage, effectué entre le 28.2 et le 3.3.1990, arrive d’ailleurs au résulta (...)

57En janvier 1990, 61% des Français et des Américains ainsi que 45% des Britanniques et 41% des Polonais (44% opposés) se prononcent en faveur de la réunification ; il faut cependant constater qu’en même temps 50% des Britanniques et des Français ainsi que 29% des Américains et 69% des Polonais sont inquiets par « une Allemagne réunifiée qui devient la puissance dominante en Europe »42. Une autre enquête, publiée en mars 1990 par La Croix, arrive même à un score de 71% de Français qui acceptent en principe l’idée d’une réunification ; cependant, parmi eux, une grande majorité (45% de l’ensemble des Français) prend soin d’ajouter aussitôt « ... mais pas avant plusieurs années »43.

  • 44 Frankfurter Allgemeine, 5.1.1990. Le Monde, 25.1.1990

58Il était quasi inévitable que le spectre de la « Grande Allemagne » agite de nouveau une bonne partie de la classe politique en France. Le discours empreint d’une méfiance à l’égard de l’Allemagne tenu, à gauche, par le ministre de la Défense, Jean-Pierre Chevènement, n’a, dans ce domaine, rien à envier à celui de personnalités de droite comme Charles Pasqua ou Michel Debré44.

  • 45 Dans une interview au Sunday Times; Süddeutsche Zeitung, 28.2.1990. Le Monde, 26.2.1990. Jürgen Krö (...)

59Mais c’est le premier ministre britannique, Mme Thatcher, qui a fait entendre avec le plus d’éclat son mécontentement sur la manière dont le gouvernement ouest-allemand gérait le rapprochement entre les deux États allemands. Son gouvernement ne veut pas accepter que les autres États aient à accepter les faits accomplis des Allemands de l’Ouest et de l’Est. Mme Thatcher s’oppose égale­ment à une admission automatique de la RDA dans la Communauté européenne, avec l’argument étrange que cela signifierait accepter un État qui « depuis les années 1930 a été soit communiste, soit nazi »45.

60Si des prises de position de ce type semblent plutôt inspirées par un natio­nalisme rétrograde, le gouvernement allemand serait néanmoins dans une meilleure position s’il n’avait pas donné l’impression de ne voir dans des consultations avec les alliés qu’une obligation secondaire. Dans l’affaire de la reconnaissance de la frontière Oder-Neisse, Bonn s’est même isolé des gouvernements les plus proches.

61Il paraît évident qu’à force de vouloir brusquer les choses ou en surestimant ses propres moyens, le gouvernement de Bonn rend un bien mauvais service à la cause de l’unité allemande acceptée, au fond, comme juste et légitime. À l’heure où cette unité est déjà considérée comme « chose faite » il a plus que jamais intérêt à éviter toute velléité de faire cavalier seul.

Notes

1 Texte du communiqué: Bulletin, 10.9.1987, n°.83, p.710 ff.

2 Carl-Christian Kaiser : « Der Ton ist gereizt » ; in : Die Zeit, 8.12.1989.

3 Texte allemand : Bulletin, 29.11.1989, n°134, p.1141 ff. Texte français en annexe.

4 Les dix points d’Helmut Kohl peuvent se résumer ainsi :

1. Les mesures d’aide urgentes pour la RDA.

2. Le développement de la coopération entre les deux Etats.

3. Les changements politiques et économiques indispensables en RDA.

4. L’idée de communauté contractuelle.

5. Des structures confédérales à la fédération.

6. Relations interallemandes, Europe et rapports Est-Ouest.

7. Les Allemagnes et la Communauté Européenne

8. Les Allemagnes et la CSCE.

9. Désarmement et contrôle des armements.

10. Le droit des Allemands à l’autodétermination.

5 Deutscher Bundestag, Stenogr. Berichte, 28.11.1989, p.13514 ff.

6 Süddeutsche Zeitung, 30.11.1989.

7 Deutscher Bundestag, Stenogr. Berichte, 28.11.1989, p.13481.

8 Service de presse « Die SPD im Deutschen Bundestag », n° 2807, 30.11.1989.

9 « Berliner Erklärung der SPD » in : Frankfurter Rundschau, 12.12.1989.

10 Antje Vollmer/Bernd Ulrich : « Die sanfte Zwei-Staatlichkeit » ; in : Deutsches Allgemeines Sonntagsblatt, 1.12.1989.

11 Deutscher Bundestag, Stenogr. Berichte, 28.11.1989, p.13527.

12 Cf. aussi l’article du conseiller du Chancelier Horst Teltschik : « Die Bundesrepublik Deutschland und Polen – eine schwierige Partnerschaft im Herzen Europas », in : Außenpolitik, 1er trim. 1990, p. 3-14.

13 Bulletin, 27.12.1990, n° 151, p.1269 ff. ; Le Monde, 3.1.1990.

14 Roman Herzog: Interview der Woche, Deutschlandfunk, 31.12.1989, manuscrit.

15 Hannoversche Allgemeine, 3.1.1990.

16 Intervention lors du « Dreikönigstreffen » des Libéraux le 6.1.1990 à Stuttgart ; Hannoversche Allgemeine, 8.1.1990.

17 Conférence du 17.1.1990 à l’invitation de l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI) et du Bureau International de Liaison et de Documentation (BILD) ; Bulletin, 19.1.1990, n° 9, p.61 ff. Le Monde, 19.1.1990. Le texte est reproduit dans ce livre.

18 Chiffres selon le « ZDF-Politbarometer » du mois de novembre 1989, in : Süddeutsche Zeitung, 21./22.11.1989.

19 Libération, 29.11.1989.

20 Les premiers textes et programmes des mois d’octobre et de novembre se trouvent dans : Gerhard Rein (ed.): Die Opposition in der DDR. Entwürfe für einen anderen Sozialismus. Berlin, Wichern Verlag, 1989, 239 p.

21 « Für unser Land », in : Neues Deutschland, 29.11.1989.

22 Texte de la déclaration : Frankfurter Rundschau, 15.1.1990. Süddeutsche Zeitung, 15.1.1990 : « Ziel ist die Einheit der deutschen Nation ». Cf. : Hans Jürgen Fink : « Die SPD in der DDR » ; in : Deutschland Archiv, n° 2, février 1990, p. 180-185.

23 Le Monde, 7 et 8.12.1989.

24 Ernst Weisenfeld : « Elefanten unter sich »; in: Die Zeit, 22.12.1989.

25 Le Monde, 22.12.1989.

26 Le Monde, 2.1.1990.

27 Le Figaro, 29.11.1989 (échantillon national de mille personnes; pour l’Allemagne en collaboration avec l’Institut Emnid).

28 Süddeutsche Zeitung, 26.2.1990.

29 « Gemeinsame Mitteilung » in : Bulletin, n° 148, p. 1249 ff.

30 Le Monde, 31.1.1990. Süddeutsche Zeitung, 31.1.1990.

31 Texte : Süddeutsche Zeitung, 2.2.1990.

32 Süddeutsche Zeitung, 26.2.1990 : DDR-SPD beschließt « Fahrplan zur Einheit ». Le Monde, 27.2.1990.

33 Süddeutsche Zeitung, 26.2.1990.

34 Bulletin, 20.02.1990, n° 27, p. 215.

35 Süddeutsche Zeitung, 15.2.1990.

36 Wolfgang Wagner : « Die Dynamik der deutschen Wiedervereinigung », in : Europa-Archiv, Folge 3/1990, p. 79-88. Voir aussi interview de Mikhaïl Gorbatchev avec la télévision allemande, in : Frankfurter Allgemeine, 8.3.1990

37 Le Monde, 27.2.1990.

38 Dans une interview avec la Augsburger Allgemeine du 24.2.1990 ; Le Monde, 25/26.2.1990.

39 Süddeutsche Zeitung, 2.3.1990. Alfred Grosser : « Le chancelier dérape sur la frontière » ; in : Le Monde, 1.3.1990.

40 Süddeutsche Zeitung, 9.3.1990. Le Monde, 10.3.1990. Interview avec Jean-Pierre Chevènement in : Der Spiegel, 12.3.1990.

41 Le Monde, 11/12.3.1990.

42 Sondage effectué entre le 19 et le 22.1.1990 et publié par The Economist du 26.1.1990. Cf. aussi le sondage dans Libération, 19.1.1990.

43 La Croix, 9.3.1990. Le sondage, effectué entre le 28.2 et le 3.3.1990, arrive d’ailleurs au résultat surprenant, qu’une majorité relative de 34% des Français se déclare favorable à une neutralisation de l’Allemagne réunifiée, sans que l’on sache, comme l’explique Henri Ménudier dans son com­mentaire, « si les personnes sondées savent vraiment ce que recouvre le concept d’une Allemagne neutre ».

44 Frankfurter Allgemeine, 5.1.1990. Le Monde, 25.1.1990

45 Dans une interview au Sunday Times; Süddeutsche Zeitung, 28.2.1990. Le Monde, 26.2.1990. Jürgen Krönig : « Lieber bremsen als lenken » ; in : Die Zeit, 2.3.1990.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr