Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Chapitre 5 : Le contexte international

L’influence des pays de l’Est sur les changements en rda

Jean-François Tournadre

Texte intégral

1Les changements intervenus en RDA depuis la fin de l’été 1989 se situent au milieu d’une période qui a été marquée des bouleversements qui ont atteint la quasi-totalité des pays de l’Est, à l’exception peut-être de l’Albanie. Avant le mouvement qui a entraîné l’éviction de Honecker, l’Union Soviétique avait entamé une modification radicale, mais progressive, de sa conduite politique à l’initiative de M. Gorbatchev. Dans des conditions différentes, et plus récemment, la Pologne et la Hongrie avaient elles aussi connu des mutations qui avaient ébranlé en profondeur le système de relations conventionnelles existant entre les pays de l’Est européen.

2Au début de l’été 1989, nombreux étaient encore les observateurs qui estimaient que, même si le mouvement de réforme devait s’étendre à d’autres pays du Pacte de Varsovie, la RDA serait sans doute l’un des derniers à s’inscrire dans ce pro­cessus. Les arguments ne manquaient pas pour étayer cette appréciation : en raison à la fois de l’emprise du SED, de l’absence apparente de mouvements de contes­tation organisés, d’une situation économique sensiblement moins dégradée que dans d’autres pays de l’Est, et peut-être surtout de l’importance stratégique de la RDA dans le dispositif des forces internationales en Europe, il pouvait sembler que le gouvernement de la RDA résisterait à tout le moins plus longtemps que d’autres pays voisins au vent des changements. Ce n’est pas ce qui s’est produit. L’ampleur des manifestations, l’évolution des mots d’ordre (avec notamment la montée en puissance du thème de l’unification allemande), la vitesse à laquelle les événe­ments se sont succédé ont incontestablement surpris l’ensemble des analystes. Dans cette accélération subite de l’histoire, dont il serait hasardeux de pronostiquer jusqu’où elle peut aller, ne serait-ce qu’en raison des prochaines échéances électo­rales en RDA, la part prise par la dynamique des changements dans d’autres pays de l’Est a été importante, soit directement, soit indirectement, même si elle ne permet évidemment pas de rendre compte de l’ensemble du phénomène. Il est peut-être possible d’en faire un premier bilan intermédiaire, à quelques jours des élec­tions législatives.

Hésitations et réserves

3Lorsque M. Gorbatchev a inauguré pour l’Union Soviétique la perestroïka, les dirigeants du SED et de la RDA ont tout d’abord hésité à adopter une attitude. L’étroitesse et l’ancienneté des relations qui les liaient à l’URSS, et qui remontent au moins à la transformation en 1948 du SED en « parti d’un nouveau type » dans la zone d’occupation soviétique, semblaient leur interdire la mise en évidence d’une prise de distance en même temps que leur opposition au processus de réformes et leur crainte d’une contamination à l’ensemble des pays membres du COMECON et du pacte de Varsovie se faisaient de plus en plus évidentes et les conduisaient à adopter dans la pratique un comportement de rétention défensive que leurs déclarations publiques ne traduisaient pas.

4L’histoire des relations de la zone d’occupation soviétique, puis de la RDA avec l’Union Soviétique est nourrie de ces contradictions diplomatiquement passion­nelles et réellement problématiques. Lorsqu’à l’automne 1945, le KPD élabore la stratégie de la « voie allemande au socialisme », dont on a attribué la paternité ex­clusive à Anton Ackermann pour pouvoir plus commodément la répudier deux ans et demi plus tard, il est déjà difficile, en l’absence de possibilité d’accès à certains documents de l’époque, de démêler ce qui relève de l’initiative propre des commu­nistes allemands soucieux de renouer avec leur propre histoire, de trouver les moyens d’élargir leur audience dans les conditions de l’époque d’occupation et de marquer de ce fait une distance relative à l’égard de l’Administration militaire soviétique, et ce qui peut être attribué à la tactique de l’URSS occupante, désireuse à la fois de fixer la perspective du socialisme, de tenir compte de l’état de l’opinion allemande dans sa zone d’occupation et de créer les conditions pour que la conjonction entre ces deux impératifs puisse se réaliser. Mais l’évolution ultérieure vaut peut-être jugement sur cette question : la transformation du SED en parti communiste aligné sur la conception stalinienne du PCUS, l’intégration de la RDA dans le COMECON et le pacte de Varsovie parallèlement à l’intégration à l’Ouest de la RFA, le contexte de la guerre froide qui semble faire du centre de l’Europe le lieu d’affrontements possibles entre les États-Unis et l’Union Soviétique, alors qu’indirectement les deux blocs en formation s’opposent militairement en d’autres lieux éloignés de leurs zones d’influence directes paraissent confirmer l’importance stratégique essentielle des deux États allemands, et déterminent en tout cas pour la RDA un mode particulier de relation avec l’Union Soviétique. Dans cette situation se combinent la dépendance de la RDA vis-à-vis de l’URSS et l’utilisation que la RDA peut faire à partir des années 60 de la réversibilité de cette dépendance au niveau international. En effet, si la RDA doit son existence en partie au moins au rapport des forces international, inversement l’Union Soviétique et les autres pays de l’Est ont un intérêt croissant à ce que la RDA affirme son existence territoriale et confirme ses propres possibilités de développement politique, économique et social.

5Ces contradictions relationnelles n’ont guère posé problème tant que le pôle constitué par l’Union Soviétique a paru stable. Elles ont commencé à éclater à partir du moment où cette référence de dépendance relativement réciproque a bougé. Le désarroi des dirigeants du SED et de la RDA vis-à-vis de la perestroïka se manifeste clairement : alors que le Neues Deutschland continue à se faire l’écho des positions publiques du PCUS et de se réclamer de l’amitié indéfectible entre la RDA et l’URSS, la direction du SED censure ou interdit des publications sovié­tiques. C’est ici que la situation stratégique de la RDA sert d’amplificateur à des contradictions antérieures, et que la spécificité de cette situation se révèle source de tensions difficilement compatibles.

6Pour se limiter à l’une d’entre elles, il suffit d’évoquer ce cas particulier à la RDA, qui fait que la population reçoit – sans aucun problème de compréhension ! – les émissions télévisées et radiodiffusées de la RFA, et que, dans un pays où la première langue étrangère obligatoire enseignée est le russe, la lecture des journaux soviétiques est un exercice qui n’est pas réservé à une faible minorité. Tant que la propagande et l’emprise du SED se trouvaient en conjonction avec la presse soviétique pour s’opposer à la diffusion des émissions de RFA en accord avec celles que la RDA diffusait, cela se traduisait seulement par une activité idéo­logique largement supérieure à celle qui pouvait exister dans d’autres pays de l’Est, où la confusion entre parti dominant ou exclusif et État n’était pas soumise à ces effets de tension. À partir du moment où les choses changent, et où les efforts de la direction du SED visent à s’opposer à la fois pratiquement à une partie de ce qui est publié dorénavant en URSS et à l’écho de ces changements dans les émissions provenant de RFA, il se produit un effet d’accumulation objective auquel il est de plus en plus difficile de résister.

La phase du refus

  • 1 cf. Stern, 9 avril 1987 et Neues Deutschland, 10 avril 1987.

7Le choix de la direction du SED à ce moment-là est celui de l’occultation. Il est à la fois conforme à une conception de l’accord intemporel avec une certaine vision de l’Union Soviétique et contradictoire avec la glasnost prônée par Gorbatchev, avec la réalité des discussions à l’intérieur du SED et au-delà, et avec la diversité des sources d’information et de commentaire dont dispose la population du pays. Ce refus du changement se marque à la fois par la pratique de la censure et par un effort de plus en plus manifeste pour élaborer des contre-feux. En avril 1987, Kurt Hager résume cette dernière attitude dans une formule révélatrice : « lorsque votre voisin refait le revêtement mural de sa maison, vous sentiriez-vous obligé de refaire également le revêtement de la vôtre ? »1. L’attentisme se combine ici avec l’hostilité sur le fond. Il semble qu’à ce moment, où d’autres pays de l’Est n’ont pas encore connu de mouvement de réforme et où les initiatives de Gorbatchev se heurtent à une vive résistance à l’intérieur même de la direction du PCUS, les dirigeants de RDA aient parié sur l’échec à court terme de la perestroïka. Dans le même temps, ils veulent donner à penser que la portée des réformes annoncées ou entreprises par Gorbatchev se limite à des amodiations auxquelles la RDA aurait elle-même procédé dans le courant des années 70, notamment dans le domaine de la planification et de la gestion économiques.

8Il est difficile de discerner ce qui, dans cette sous-estimation à la fois de l’ampleur, des chances de succès et des possibilités de contamination de la perestroïka et de la glasnost, relève de l’erreur d’interprétation et ce qui correspond à une volonté délibérée de fermer les yeux sur ce qui est en train de se passer. La visite de Honecker en RFA, du 7 au 12 septembre 1987, est en tout cas utilisée pour accréditer l’idée que la RDA n’a pas besoin de se réformer pour progresser dans la reconnaissance de son statut international. Elle est ainsi à la fois en appa­rence un signe d’ouverture dans le cadre de l’amélioration des relations entre les deux États allemands et un signe de fermeture vis-à-vis d’une opinion publique de plus en plus réceptive aux initiatives de Gorbatchev. La preuve en est que, dès son retour en RDA, Honecker met un terme aux quelques mesures de décrispation qu’il avait dû consentir pour faciliter le déroulement de son voyage en RFA.

  • 2 cf. La montée de ce thème dans la revue théorique du SED Einheit pendant le premier semestre de 198 (...)

9Dans les mois qui suivent, la direction du SED va s’efforcer de conférer une assise théorique et une portée stratégique à son refus du changement, face à une jeunesse qui utilise de plus en plus souvent le nom de Gorbatchev pour fédérer ses mécontentements. C’est ainsi que, par un curieux retour de l’histoire, elle va en arriver à formuler la thèse du « socialisme aux couleurs de la RDA »2. Face à une contestation, il est vrai encore limitée dans ses formes d’expression, qui tente de retourner l’allégeance à l’Union Soviétique au bénéfice d’une volonté de réformes, les dirigeants de RDA tentent de leur côté de retourner la répudiation du modèle unique de socialisme formulée par Gorbatchev au bénéfice de l’immobilisme. De part et d’autre, la référence aux nouvelles orientations en Union Soviétique est à la fois tactique et révélatrice de problèmes de fond. Elle est tactique dans la mesure où elle n’est pas conçue comme l’occasion d’engager un débat sur l’ensemble de la perestroïka, soit que l’on retienne principalement, du côté des contestataires à l’extérieur ou à l’intérieur du SED, la manifestation d’une volonté de changement, soit que l’on s’efforce, du côté de la direction du SED, d’utiliser un aspect de la perestroïka (le refus du modèle) pour s’opposer à un autre (la mise en route d’un processus de réformes). Mais elle est en même temps globalement révélatrice de l’ébranlement que les initiatives de Gorbatchev suscitent en RDA : pour tous, le desserrement des liens entre RDA et Union Soviétique libère un nouvel espace pour l’expression soit de la volonté autonome de changement, soit du refus auto­nome des réformes. Cette ambivalence apparaîtra au grand jour lorsque la venue de Gorbatchev pour célébrer le 40e anniversaire de la RDA servira de détonateur pour les premières grandes manifestations, indépendamment même du contenu des discours qu’il prononcera à cette occasion, et lorsque l’on constatera, au fil de la succession de ces manifestations, que la référence à la perestroïka tendra à s’effacer.

  • 3 Cette visite, qui s’est déroulée du 25 septembre au 2 octobre 1989, a été rapportée pendant 10 jour (...)

10La position de la direction du SED devient plus difficile à partir du moment où en Pologne, puis en Hongrie se produisent des modifications de grande ampleur. Elle va tenter de répondre à cette extension, sous des formes par ailleurs diffé­rentes, du mouvement de réformes à l’Est en occultant pendant toute une période une partie de la réalité de ces changements tout en cherchant à se rapprocher de ceux des pays socialistes qui ne semblent pas affectés par ces mouvements ou qui choisissent de les réprimer par la force. Ainsi, pendant la période comprise entre le début de l’émigration par la filière hongroise et les premières grandes manifesta­tions en RDA, le Neues Deutschland, plutôt que de porter jugement sur les événe­ments en cours dans des pays voisins, préfère s’en tenir à des informations tron­quées, alors que les émissions de la télévision de RFA font pourtant une large part à ces évolutions. La Pologne n’est guère citée que lorsqu’il s’agit de réaffirmer le caractère intangible de la frontière Oder-Neisse, et la Hongrie n’est évoquée que dans les communiqués officiels qui lui reprochent avec véhémence le rôle qu’elle joue dans l’émigration de RDA. Cette occultation délibérée contraste avec la place que le même Neues Deutschland accorde à la « visite d’amitié » accomplie en Chine, au lendemain de la répression sanglante de la révolte, par une délégation dirigée par Egon Krenz. La présentation faite par le quotidien du SED3, dans la mesure où elle souligne la communauté de situation de la RDA et de la Chine face au « même adversaire impérialiste », vaut à la fois jugement indirect sur les évolu­tions en cours en Pologne, en Hongrie et peut-être même en Union Soviétique, et avertissement à l’adresse du mouvement de contestation qui commence à se dessiner de plus en plus nettement en RDA. Elle porte ainsi témoignage de l’in­fluence que les évolutions à l’Est exercent sur la situation en RDA et sur l’inquiétude des dirigeants qui n’hésitent même pas à apporter un soutien moral aux responsables de la répression en Chine. Quand Egon Krenz, peu de temps plus tard, succèdera à Honecker, le souvenir de sa participation à la délégation reçue en Chine ne sera pas éteint dans la population et contribuera sans doute à accélérer sa propre élimination et la montée de l’hostilité au SED.

Le choc du 40e anniversaire

11Les dirigeants de RDA ne pouvaient pas éviter de donner un éclat particulier à la célébration du quarantième anniversaire du pays, alors que la conjoncture inter­nationale ne s’y prêtait guère et que de surcroît la maladie de Honecker compli­quait encore les choses. Incapables d’esquiver ce rendez-vous, ils ont choisi de tenter d’utiliser à leur profit cette échéance. Il semble qu’ils aient cru pouvoir tirer parti de la position stratégique du pays et de la discrétion obligée des dirigeants invités pour trouver à l’extérieur des semblants de justification à leur propre refus des réformes. Si tel est le cas, ils ont à coup sûr sous-estimé l’impact de la seule présence de Gorbatchev à l’occasion des festivités qu’ils ont organisées.

12On chercherait en vain dans les déclarations officielles du Secrétaire Général du PCUS à cette occasion la moindre critique à l’égard du comportement de la direction du SED et de la RDA, mais la population ne s’attendait vraisemblable­ment à rien de tel, et a été d’autant plus attentive aux rares indices de désaccords qui ont pu être perçus. Il faut compter au nombre de ceux-ci la longueur inhabi­tuelle de l’entrevue en tête-à-tête entre Honecker et Gorbatchev. Sans doute, rien n’a filtré de son contenu, mais cette discrétion a pu être interprétée justement comme une confirmation de l’âpreté supposée des discussions. À cela s’ajoute la « petite phrase » énoncée par Gorbatchev, et répétée à plusieurs reprises par Guerassimov : « quand on est en retard, on est puni par la vie ». Là encore, l’insistance avec laquelle il a été précisé que ce jugement se rapportait exclusive­ment à l’Union Soviétique a favorisé contradictoirement la compréhension de son application au cas de la RDA.

13Quoi qu’il en soit, la concomitance entre la visite de Gorbatchev et les pre­mières grandes manifestations de rue en RDA ne peut pas être l’effet du hasard, même si l’on exclut l’hypothèse fort peu vraisemblable d’une intervention directe de l’URSS pour susciter ces mouvements. Au demeurant, le même phénomène s’était déjà produit auparavant, et précisément en Chine, à cette différence près – mais elle a pu jouer un rôle important – qu’il n’y a pas de troupes soviétiques stationnées en Chine. Les manifestants en RDA ont pu estimer que l’Union Sovié­tique s’abstiendrait de participer à une répression éventuelle de leur mouvement, ce qui permettait d’espérer des chances de succès autrement plus considérables qu’en 1953. La décision des dirigeants de RDA, prise dans des conditions sur lesquelles on a beaucoup glosé, de ne pas persister dans la voie de la répression du mouve­ment qu’ils avaient dans un premier temps adoptée, doit sans doute beaucoup à la conviction que les troupes soviétiques stationnées en RDA se refuseraient à intervenir, confirmée semble-t-il par le responsable de ces troupes. Privés du soutien militaire de l’URSS, ils se trouvaient de plus dans l’incapacité de faire jouer d’autres alliances, et renvoyés ainsi à leur propre responsabilité dans une situation où ils étaient encerclés par les réformes à l’Est.

  • 4 Ce thème du débauchage apparaît à partir du numéro du Neues Deutschland daté du 5 septembre 1989.

14Cet encerclement relatif est souligné par le refus de l’Union Soviétique de condamner la Hongrie pour le rôle qu’elle continue à jouer dans l’itinéraire des émigrants de RDA. Les déclarations officielles du PCUS sur ce point, si elles rejoignent les communiqués du SED sur la dénonciation du « débauchage » orga­nisé par la RFA4, sont en revanche muettes à propos de la Hongrie, y compris au moment où les dirigeants de RDA la prennent à partie de la manière la plus violente. Cet écart, même s’il ne signifie pas approbation par Gorbatchev des évolutions en Hongrie, où le PSOH accélère sa transformation en parti de type social-démocrate, confirme en tout cas la volonté de l’Union Soviétique de ne pas s’opposer aux mouvements de réforme dans les autres pays de l’Est, quelle que soit la direction empruntée.

  • 5 Cet article est intitulé « Les Allemands et l’Europe », et son auteur, Helmut Schmidt, est désigné (...)

15Dans un article publié le 20 janvier 1990 en première page de la Revue de politique internationale, éditée par l’Alliance socialiste du peuple travailleur de Yougoslavie5, l’ancien chancelier de RFA Helmut Schmidt pouvait ainsi écrire :

« N’oubliez pas ceci : sans les révolutions en Pologne puis en Hongrie, la révolution en RDA n’aurait jamais abouti sans effusions de sang – et sans la tolérance de la direction soviétique non plus. Gorbatchev a pris des risques en respectant le droit international ; Brejnev, en revanche, aurait fait donner les chars ».

16Autant que le contenu même de ces phrases, le fait qu’elles aient été publiées dans une revue d’un pays de l’Est voisin de la RDA peut paraître significatif.

Des influences réversibles

17S’il semble assuré que les événements en Union Soviétique, en Pologne et en Hongrie ont exercé une influence sur le déclenchement des mouvements en RDA, ils n’en sont pas la cause première, celle-ci devant être recherchée d’abord dans les options imprimées par la direction du SED à la politique intérieure du pays. L’accélération du processus, les modifications intervenues dans ses manifestations, la fragilité avérée de l’appareil du SED ont pu surprendre, y compris dans ceux des pays de l’Est qui avaient précédé la RDA dans la voie de réformes par ailleurs différentes. Dès le 5 novembre 1989, c’est-à-dire à un moment où pourtant le thème de l’unification allemande n’était guère encore apparu dans les manifesta­tions qui se succédaient en RDA, Lech Walesa déclarait :

« Nous pensions ici, en Pologne, que les demandes de réformes en RDA s’ampli­fieraient plus tard. Que tout cela arriverait d’abord chez nous, puis en Hongrie et dans d’autres pays, et seulement après en RDA. Or, voilà que ce pays est en troi­sième position. Cela m’inquiète car tout ce qui va trop vite est dangereux ».

18Depuis ce moment, le mouvement d’accélération des changements ne s’est pas démenti, au point de dépasser peut-être par son ampleur ce qui s’est produit dans d’autres pays de l’Est. Sans doute l’explication de ce phénomène tient-elle pour une part à la pression exercée par la RFA, notamment à partir de la publication du plan de H. Kohl pour la réunification de l’Allemagne, mais elle est aussi largement un effet en retour de la place occupée par la RDA dans le dispositif du bloc des pays de l’Est. S’il est vrai que la RDA constituait un pivot de ce dispositif au centre de l’Europe, il est également compréhensible qu’à partir du moment où l’effrite­ment de la cohésion des pays de l’Est produit par les premiers mouvements de réforme touche un de ses centres nerveux, celui-ci réagisse avec une énergie pro­portionnelle à l’importance qui lui avait été attribuée. La réserve manifestée par d’autres pays de l’Est, comme la Pologne ou la Tchécoslovaquie, vis-à-vis de la vitesse des événements en RDA, n’est donc pas exclusivement due aux craintes qu’ils éprouvent à l’égard de la perspective de l’unification allemande, mais exprime sans doute aussi une inquiétude quant à des effets en retour qui pourraient susciter dans des pays voisins de la RDA une accélération difficilement maîtrisable par les actuels gouvernements.

19Si l’étroitesse des relations et des dépendances entre pays de l’Est pouvait apparaître dans un passé encore récent comme un facteur de renforcement du pouvoir des dirigeants dans chacun d’entre eux, l’engagement d’un processus de réforme combine des effets plus complexes : en même temps qu’il desserre les liens conventionnels et favorise l’expression de la diversité des voies du change­ment d’un pays à l’autre, ce qui reste des interdépendances autorise des influences réciproques dans le sens d’une précipitation des événements. Autant l’Union Soviétique, la Pologne et la Hongrie ont pu contribuer indirectement au déclen­chement des mouvements en RDA, autant l’autonomie de l’évolution des mouvements pousse soit à des prises de distance, soit à des tentatives d’accom­modement, soit à des accélérations du processus dans ces mêmes pays.

Notes

1 cf. Stern, 9 avril 1987 et Neues Deutschland, 10 avril 1987.

2 cf. La montée de ce thème dans la revue théorique du SED Einheit pendant le premier semestre de 1989.

3 Cette visite, qui s’est déroulée du 25 septembre au 2 octobre 1989, a été rapportée pendant 10 jours en première page du Neues Deutschland, le point culminant de la valorisation de ce rapprochement se situant dans le numéro daté du 27 septembre.

4 Ce thème du débauchage apparaît à partir du numéro du Neues Deutschland daté du 5 septembre 1989.

5 Cet article est intitulé « Les Allemands et l’Europe », et son auteur, Helmut Schmidt, est désigné comme « ex-chancelier de la République Fédérale d’Allemagne ».

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr