Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Chapitre 4 : Société et culture

Pacifistes indépendants en RDA

Marc Thuret

Texte intégral

Denn bill’ge Furcht erwecket sich ein Volk,
Das mit dem Schwerte in der Faust sich mäßigt.
(Schiller, Wilhelm Tell, II, 2)

Le socialisme et la paix

1« Le socialisme, c’est la paix » était, en 1949, le plus crédible, sans doute, des slogans diffusés par le parti appelé à diriger l’état allemand fondé dans la zone d’occupation soviétique. Sa bonne foi ne faisait aucun doute : la classe dirigeante et l’élite culturelle regroupaient une majorité impressionnante de combattants antifascistes de la première heure. Anna Seghers en 1947, puis Bertolt Brecht en 1949 avaient choisi Berlin-Est. C’était un des signes proclamant que le nouvel état allemand s’emploierait à bannir de chez lui tout reliquat de la tradition nazie, notamment le militarisme, clairement dénoncé par l’intelligentsia et par les dirigeants est-allemands comme une des composantes essentielles de la tyrannie fasciste.

2En 1953, la RDA participe à la fondation de l’association Aktion Sühnezeichen, initiative destinée à manifester la volonté de paix et de réconciliation du peuple allemand, à l’Est comme à l’Ouest. C’était dire que l’état socialiste, instruit par l’expérience du fascisme, se déclarait prêt à revenir sur les principes du prag­matisme léniniste, à soutenir le message et les actions d’un pacifisme universaliste, même marqué d’idéalisme religieux ou bourgeois. Socialisme, antifascisme, anti­militarisme et pacifisme apparaissaient alors comme les différentes facettes d’une seule et même conviction, et les sympathies dont jouissait le nouvel état allemand dans la gauche occidentale se fondaient largement sur cette volonté de paix, si clairement affirmée dans les principes et par les hommes du deuxième état alle­mand. Elle était la meilleure de ses légitimations. Elle est du reste inscrite dans les institutions de l’état, qui se dote d’un « Conseil de la Paix » (Friedensrat der DDR) dès 1949.

Deux mouvements pacifistes

  • 1 « Soldaten sind sich alle gleich,/ Lebendig und als Leich ». Enregistrement du concert de W. Bierma (...)
  • 2 « Zum ersten Mal war da gesagt worden, daß auch die sowjetischen Atomwaffen keine Heils- und Friede (...)

3On mesure ainsi sans peine le scandale provoqué par Wolf Biermann quand il chantait, au début des années soixante : « Les soldats, morts ou vifs, se ressemblent tous »1, ou la consternation des autorités découvrant à travers les débats du congrès sur la paix rassemblé à Berlin-Est, en décembre 1981, qu’il existait en RDA, comme le note Stefan Heym, « non pas un, mais deux mouvements pacifistes », l’un réaffirmant sans les contester les formules du pacifisme officiel, l’autre que « les armes atomiques soviétiques ne sont pas messagères de salut et de paix, mais tout aussi meurtrières que celles de l’Occident »2.

4Les rencontres de Berlin, organisées sur une initiative de Stephan Hermlin pour démontrer le vaste consensus existant entre les amis de la paix et pour manifester les mérites de l’état est-allemand dans les progrès de l’idée pacifiste, furent en fait dominées par une querelle entre deux factions d’intellectuels est-allemands : aux diatribes anti-impérialistes des professeurs Wieland Herzfelde, Klaus Fuchs, Erik Neutsch ou Helmut Sakowski, des écrivains tels que Stefan Heym, Günter de Bruyn, Franz Fühmann, Thomas Brasch, Heiner Müller et Rolf Schneider oppo­sèrent des analyses impliquant un certain partage des torts et dénonçant la perte de crédibilité à laquelle la militarisation de l’enseignement et la répression de l’objec­tion de conscience pratiquées par l’état est-allemand exposaient le pacifisme offi­ciel.

  • 3 « So erfreulich die Unterstützung der westeuropäischen Friedensbewegung durch die DDR auch ist, so (...)

« Si positif que soit le soutien apporté par la RDA au mouvement pacifiste occidental, il restera, dans sa portée, sujet à caution, tant qu’on ne pourra pas se débarrasser du sentiment que ce qu’on applaudit là-bas est, chez nous, indésirable ».3

5L’auteur de cette remarque, Günter de Bruyn, montrait du doigt une contra­diction perçue par tout le monde, mais soigneusement tue dans le discours officiel, au nom d’une fiction intouchable : l’unanimité d’une opinion est-allemande en accord parfait avec les analyses du Parti sur tout ce qui concerne les questions de la paix.

Les étapes du divorce : l’église et l’objection de conscience

6Le divorce était pourtant bien antérieur à 1981. Depuis longtemps déjà, parents et enfants observent – et subissent – les efforts de militarisation de l’éducation. Chacun remarque la part croissante de l’armée dans les formes de représentation de l’état. Une part non négligeable de l’opinion, le tiers en tout cas de la population est-allemande qui a gardé quelque lien avec l’église protestante, est amenée à se demander comment l’état peut concilier ces progrès de la militarisation et son discours pacifiste.

  • 4 L’église est-allemande adopte en novembre 1965 le texte d’un document affirmant même la supériorité (...)
  • 5 Pour des travaux pénibles dans les services sociaux (soins aux vieillards et aux handicapés) mais a (...)
  • 6 « Der Feind hat keine Chance, mit der Phrase des sogenannten ‘sozialen Friedensdienstes’ gegen die (...)

7L’église protestante de RDA s’est, en effet, engagée elle aussi pour la cause de la paix, mais sur la base de principes bien différents. Dès la promulgation de la loi instituant un service militaire obligatoire, le 20 septembre 1961 (cinq semaines après l’érection du mur, après, par conséquent, que toute retraite eut été coupée aux jeunes réfractaires), l’église choisit de soutenir l’objection de conscience4. Rien n’est prévu, sauf la prison, pour qui refuse le port des armes. Ce n’est qu’en septembre 1964, à l’issue de difficiles négociations entre l’église et l’état, que ce dernier, se pliant à l’argument qu’il en allait de la liberté de foi et de conscience inscrite dans la constitution, propose de former des unités de « soldats bâtisseurs » (Bausoldaten). Ils porteront l’uniforme, vivront dans des casernes et travailleront, sous les ordres de gradés, à la réalisation d’équipements militaires, casernes et aéroports le plus souvent. Cette solution mettait fin au conflit sans satisfaire les consciences. Il n’y aura, au fil des ans, qu’une poignée d’objecteurs radicaux (Totalverweigerer) prêts à faire deux ans de prison pour obéir aux exigences de leur morale. L’église protestante luthérienne et les jeunes appelés hostiles au service armé se résigneront à ce compromis tout en continuant à lutter avec une obstination remarquable pour la constitution d’un véritable service civil. Ils multi­plieront les définitions pratiques, impliquant les propositions les plus généreuses5 de ce qu’ils appellent un « service social de paix » (sozialer Friedensdienst). Le non catégorique et les arguments opposés par Werner Walde, membre du bureau politique, à une nouvelle demande de l’église, en 1981, situent bien l’impasse de leur dialogue : Werner Walde jugeait cette revendication « contraire aux intérêts de la paix, antisocialiste et anticonstitutionnelle » et, montrant qu’il n’était nullement disposé à établir quelque distinction que ce soit entre la réalité et la propagande officielle, il ajoutait : « Toute notre République est elle-même un service social de paix »6. Ce n’est qu’en novembre 1989 qu’Egon Krenz, de retour de Moscou, acceptera la création de ce service civil revendiqué depuis 28 ans.

L’église et la jeunesse

8L’accord de 1964 sur les « soldats bâtisseurs » stipulait l’égalité de traitement de tous les anciens appelés, qu’ils se soient acquittés de leur service avec la pelle ou avec le fusil. Dans la pratique toutefois, bien des anciens bâtisseurs durent faire l’expérience de la discrimination et se virent, en particulier, écartés de l’université. Conséquence de ce refus ou choix préalable, nombre d’entre eux s’orientèrent vers les facultés de théologie, les seules qui leur restaient ouvertes. Ce phénomène explique en partie la multiplication des initiatives pour la paix dans les paroisses protestantes, en particulier dans les groupes de jeunesse (Junge Gemeinden). Le message pacifiste y est souvent porté par les convictions et l’expérience d’anciens objecteurs, et les églises, de leur côté, le mettent volontiers en avant car elles voient en lui le plus large des dénominateurs communs à la société civile et à elles-mêmes. Des « ateliers » et des « fêtes de la paix » proposant des expositions, des saynètes improvisées, des chansons, des montages vidéo ou des exposés sur les méfaits des guerres, le risque nucléaire, sur les liens entre le surarmement et la faim dans le monde, pour ne citer que quelques exemples, mobilisent avec un suc­cès croissant, au début des années quatre-vingts, l’activité des paroisses. Les blues messen du pasteur Eppelmann ouvrent les églises à la musique pop et à la chanson contestataire. Les thèmes pacifistes font aussi l’objet de « journées », de « décades », de « forums de la paix » ou simplement d’heures de méditation et de prière.

9Les églises attirent aussi, grâce à ces initiatives, une partie de la jeunesse élevée dans l’indifférence ou dans l’athéisme. Les manifestations pacifistes des Junge Gemeinden contrastent vivement, par leur spontanéité, par leur caractère presque familial, par leur amateurisme aussi, avec la sécheresse et le conformisme des formules de l’éducation socialiste subie à l’école et dans les rangs de la « Jeunesse allemande Libre » (FDJ), le mouvement officiel et quasiment obligatoire de l’état est-allemand.

L’Armée du Peuple contre le printemps de Prague

  • 7 Rowohlt, 1984.
  • 8 Un appel des vétérans de la SED, anciens déportés et détenus des camps de concentration nazis à Eri (...)
  • 9 Havemann adoptait déjà une stratégie et des arguments très proches de ceux du mouvement pacifiste i (...)

10Les événements de 1968 contribueront à rapprocher des positions de l’église une partie non négligeable des adultes qui avaient, jusqu’alors, jugé crédible la dialectique développée par le Parti sur les questions d’armement et d’éducation militaire : la première opération de l’armée nationale du peuple (NVA) était tournée contre un état frère. En campant dans les forêts de Bohême pour couvrir la mise au pas que les chars soviétiques imposaient aux Tchèques, l’armée est-allemande sug­gérait de surcroît de fâcheux parallèles avec les événements d’un chapitre d’his­toire vieux de trente ans à peine. Jürgen Fuchs se souvient, dans le livre inspiré par ses mois de régiment, Fassonschnitt7, de la honte ressentie en entendant un de ses officiers raconter les souvenirs de sa campagne tchèque. En choisissant la manière forte dans le règlement de tels conflits et en privilégiant toujours plus nettement les objectifs militaires, la RDA ne s’était-elle pas condamnée à trahir le socialisme ? Cette question s’impose aussi à la conscience de nombreux socialistes8 et pousse vers la dissidence des militants tels que Wolf Biermann, Rudolf Bahro ou Wolfgang Harich. Robert Havemann, antifasciste et communiste de la vieille garde, ancien compagnon de détention d’Erich Honecker, professeur à l’Université Humboldt et député de la Chambre du Peuple jusqu’en 1964, finira par joindre sa voix à celle du pasteur Eppelmann dans l’Appel de Berlin, formulé le 25 janvier 1982 pour demander à l’état est-allemand une autre politique de paix9.

Wehrerziehung et FDJ, la double militarisation de l’écolier allemand

11Le coup d’envoi du mouvement pacifiste indépendant fut au fond donné par le gouvernement lui-même, quand il décida, au début de l’année 1978, d’introduire dans les écoles une formation militaire obligatoire (Wehrunterricht). Les premières informations concernant cet enseignement suscitent une vive émotion dans la jeunesse et chez les parents. Devinant que l’opposition au projet s’exprimerait en priorité dans les paroisses, le gouvernement prend les devants et engage des négociations avec l’église. Erich Honecker et Albrecht Schönherr, président de la Fédération des églises évangéliques, se rencontrent le 6 mars 1978 et définissent leurs aires d’influence. Cette entente, destinée à éviter la confrontation, ne mettra pas fin à la contestation, qui reste très vive, chez les jeunes en particulier. La hiérarchie ecclésiastique cherchera cependant à la tempérer et à la discipliner en la confinant dans ses locaux et en lui imposant les formes et le style du témoignage religieux. L’église sera désormais le premier refuge et le foyer le plus vivant de l’agitation pacifiste, mais aussi son garde-fou. Elle agira bien souvent comme une sorte d’isolant phonique, et l’avant-garde du pacifisme indépendant cherchera bientôt, sans jamais y parvenir tout à fait, à se libérer de sa tutelle.

  • 10 Correspondant à la troisième et à la seconde des lycées français.
  • 11 La jeunesse n’est pas seule appréhendée par l’effort constant de militarisation. Une loi du 1er déc (...)

12L’enseignement militaire devient obligatoire dès le 1er septembre 1978, pour les garçons comme pour les filles, à partir des neuvièmes et dixièmes classes10. Peu de parents, hors du cercle des collaborateurs rémunérés par l’église, osent exiger que leurs enfants en soient dispensés. Les enfants se soumettent à cet enseignement sans enthousiasme le plus souvent. Les heures de « Théorie de la défense » res­sassent les clichés de la propagande et les explications manichéennes déjà enten­dues dans le cadre du mouvement de jeunesse. Le contenu idéologique des manuels composés pour cet enseignement est si sommaire, si consternant, voire inquiétant, que les enseignants eux-mêmes semblent en avoir honte : les élèves auront l’inter­diction de les emmener chez eux. Des extraits de ces manuels, diffusés au cours des « séminaires de paix » organisés par certaines paroisses, scandalisent les pa­rents. Les enfants, même les plus endurcis, seront sensibles au nouveau déficit de liberté et de vie privée que représente cet enseignement. Des périodes d’exercice et des camps de préparation militaire viennent s’ajouter aux stages dans la production et aux activités du mouvement de jeunesse. Les vacances de l’écolier est-allemand se réduisent comme une peau de chagrin. Comment s’étonner du succès de la contestation pacifiste dans la jeunesse ? Le dégoût suscité par ces tentatives, si maladroites, si arbitraires, si inutiles, de militarisation des générations nées dans la forteresse socialiste est-allemande11 est une des causes principales de l’essor du pacifisme indépendant en RDA.

À l’ombre du pacifisme occidental

  • 12 À l’exception de l’extrême sud de la RDA, trop éloigné des relais d’Allemagne de l’Ouest et de Berl (...)

13Mais la véritable éclosion du mouvement ne se produit que l’année suivante, dans le nouveau climat suscité par la naissance, en Occident, d’un puissant mou­vement pacifiste soutenu par les autorités de la RDA. Des milliers de pacifistes, des jeunes gens le plus souvent, s’organisent, en RFA principalement, pour tenter d’empêcher, par une action de masse, le renforcement du potentiel nucléaire de l’OTAN, décidé en décembre 1979, face aux SS 20 soviétiques. Les télévisions ouest-allemandes, bien reçues à l’Est, et plus déterminantes pour la formation de l’opinion publique que toute la propagande du Parti, vont montrer les images de manifestations à la fois pacifiques, massives et spontanées. Dans tous les foyers est-allemands12 retentissent alors des slogans très proches de la conviction intime de chacun, des slogans qui pouvaient facilement, au prix d’un léger effort de restriction mentale, se retourner contre le pacte de Varsovie.

  • 13 Slogans de 1982 : « Ehrendienst in der NVA ist Friedensdienst », « Frieden muß bewaffnet sein », «  (...)

14Le gouvernement avait choisi de soutenir le mouvement pacifiste ouest-allemand. Il érigeait lui-même en modèle cette jeunesse contestataire et ses formes d’opposition. Il prenait, certes, au même moment, la précaution d’organiser lui-même, par le biais de la FDJ, un mouvement pacifiste bien encadré et dirigé, et aussi conforme à la dialectique officielle que son inspirateur était spontané, critique et inconfortable. Qui ne fut pas, alors, en RDA, sensible à cette contradiction ? Des jeunes gens en uniforme, des formations impeccables, tenant, bien haut et bien tendues, des banderoles au graphisme irréprochable, défilaient pour défendre une cause soutenue à l’Ouest par une jeunesse affichant, dans sa tenue comme dans ses idées, son individualisme, son mépris des conformismes et son opposition aux ana­lyses des classes dirigeantes. Le Parti jouait avec le feu en prônant cet exemple. Il sous-estimait gravement, de surcroît, la nature à la fois indivisible et universelle du message pacifiste, qui ne signifie quelque chose que s’il est accepté comme un impératif catégorique. Il suffisait de citer la phrase d’Einstein : « à l’ombre de la bombe atomique, tous les hommes sont frères » pour renverser toutes les analyses manichéennes de la dialectique officielle sur la « paix armée » et sur les vertus pacifistes du « service d’honneur dans l’Armée nationale du Peuple ». On ne pou­vait pas vouloir à la fois le surarmement d’un camp et le désarmement de l’autre. La SED trahissait, avec quelque balourdise même, le mensonge de son discours pacifiste en opposant aux slogans des églises : « Faisons la paix sans armes », la formule : « Faisons la paix sans armes de l’OTAN »13.

Un pacifisme officiel armé jusqu’aux dents

15Pas plus à l’Est qu’à l’Ouest, l’opinion allemande ne réussissait à se persuader que la paix ait quelque chance sans renoncement bilatéral au surarmement. À l’Est, le fossé entre l’opinion et l’état était d’autant plus profond que ce dernier n’avait en rien modifié son discours volontariste : la supériorité militaire du camp socia­liste était présentée non seulement comme une nécessité, mais aussi comme un sujet de satisfaction et de fierté : « L’équilibre international des forces a continué à se modifier en notre faveur », proclamait E. Honecker dans un discours des années soixante-dix.

  • 14 « Das internationale Kräfteverhältnis hat sich weiter zu unseren Gunsten verändert. Daran gibt es n (...)

« C’est un fait qu’on ne peut ni discuter, ni contester, et quand, dans les médias de RFA, les idéologues bourgeois continuent de parler d’équilibre des forces, de “pat atomique” ou de “stratégie de l’équilibre”, ils ne veulent que camoufler cet état de fait. »14

16La dialectique de la dissuasion voulait par ailleurs qu’on affiche non seulement la supériorité de son armement, mais aussi la volonté de s’en servir, comme on peut le lire dans un ouvrage de 1981 sur les Guerres justes et injustes :

  • 15 « Natürlich ist auch ein gerechter Krieg Fortsetzung der Politik mit gewaltsamen Mitteln. Ebenso wi (...)

« Une guerre, quand elle est juste, n’est, bien sûr, que la prolongation de la politique avec des moyens violents. Les marxistes-léninistes rejettent, de façon générale, face au problème de la violence, tout point de vue abstrait et moral et savent distinguer violence révolutionnaire et violence réactionnaire. Ils ne raisonnent pas autrement dans le cas particulier du recours à la violence, de la guerre. »15

17Tendre des croche-pieds idéologiques à l’état est-allemand, empêtré à la fois dans la logique de la dissuasion, dans la course aux armements et dans son soutien au pacifisme occidental, n’était plus qu’un jeu d’enfant. L’opposition pacifiste de la RDA va s’y livrer avec malice, avec délectation, avec un certain humour aussi (qui distinguera très nettement ce mouvement de son grand frère ouest-allemand), mais non sans risque. L’état réagit aux gestes symboliques et aux facéties de la jeunesse pacifiste avec une nervosité dénotant au contraire un manque total d’humour, et, avec plus ou moins de retenue, il lui a toujours fait payer son indé­pendance avec une sévérité disproportionnée – très nuisible à la bonne réputation du « socialisme réel ».

« Des épées en socs de charrue »

18Voici, par exemple, l’affaire des écussons. En novembre 1981, au moment où la contestation pacifiste bat son plein en Europe de l’Ouest (et peu après que le Conseil de la Paix de la RDA eut recueilli, pour la même cause, treize millions de signatures), l’église lance, au cours des « décades de la paix », qu’elle vient d’inaugurer, un écusson représentant la silhouette d’une œuvre due au ciseau du sculpteur Wutchetisch et offerte par l’URSS, en 1961, à l’ONU. Le monument montre un forgeron-paysan-athlète, en tout point conforme aux canons du réalisme socialiste, transformant à grands coups de marteau un gigantesque glaive en soc de charrue. La statue se présentait comme une illustration du verset de l’Ancien Testa­ment (Michée, IV, 3) : « [Les nations] forgeront leurs épées en socs de charrue », formule citée en version abrégée sur le pourtour de l’écusson. Ce symbole combi­nant habilement les références à la Bible, à la paix et à l’Union soviétique, connut aussitôt un grand succès et une très large diffusion. Loin de se réjouir d’un rallie­ment aussi spontané et enthousiaste aux formes et au message du réalisme socia­liste, les autorités ne tardèrent pas à signaler que la plaisanterie n’était pas de leur goût. Radio DDR qualifie ceux qui portent l’écusson de « bornés et hypocrites » et annonce, en mars 1982, l’interdiction du symbole, mesure que la police dut faire respecter les ciseaux à la main : brandissant l’arme du censeur et bravant vaillam­ment le ridicule, elle intervint, à la sortie des écoles ou des églises, pour couper les fils et confisquer le symbole interdit. En lançant aussitôt après un contre-symbole, un écusson portant la colombe de paix de Picasso et le mot : paix, le pacifisme officiel ne faisait que signaler son manque d’imagination. Il apportait aussi la preuve que ce n’était pas le message en lui-même qu’il condamnait, mais la spon­tanéité de son expression. Le bien-fondé d’un slogan ne dépendait pas, pour la SED, de son contenu, mais de son origine. Une idée ne pouvait être juste que si sa formulation venait du sommet de la hiérarchie. L’affaire des écussons établissait que le Parti s’inquiétait plus de l’exercice de son autorité que de la cause de la paix (et c’était bien ce que les églises et le mouvement qu’elles soutenaient voulaient démontrer). Aucun message, même le plus orthodoxe, ne pouvait venir de la base. Le peuple ne pouvait qu’exécuter des consignes. Il était mis sous tutelle, comme un pupille irresponsable.

19Ces remarques apparaissent alors dans les propos de plusieurs intellectuels critiques ou dissidents (Robert Havemann, Stefan Heym, Christoph Hein) sensibles au divorce, encore méconnu en haut lieu, entre le Parti et le peuple. Nous pouvons mieux mesurer aujourd’hui la profondeur de l’aversion suscitée par cette mise sous tutelle, non seulement dans l’ensemble de la population, mais aussi à la base du Parti. Le livre publié l’an dernier sous le titre L’Etat-tuteur (Der vormundschaft­liche Staat) par Rolf Henrich, aujourd’hui co-fondateur du Nouveau Forum, signalait déjà le phénomène.

20Soucieux de garder le contrôle du mouvement, d’assurer par conséquent la prééminence du pacifisme officiel, le gouvernement, au lieu de tenter l’assimilation des indépendants, s’emploie, au cours de l’année 1982, à tracer des frontières nettes, à isoler les contestataires et à les maintenir à distance. Mais les autorités locales réagissent en ordre dispersé. L’accès aux cortèges officiels des grandes manifestations pacifistes de la FDJ, au printemps 1982, est quelquefois autorisé aux indépendants, mais leurs panneaux sont confisqués ou détruits, même quand leurs slogans sont les mêmes que ceux qu’arborent les officiels. Le plus souvent cependant, l’accès aux défilés leur est purement et simplement interdit.

Nouveaux groupes indépendants et nouveaux soutiens

  • 16 Neues Deutschland, 26.3.1982.

21Tout en veillant à l’organisation d’impressionnantes parades pacifistes, le gou­vernement s’inquiète d’« armer la paix ». « Le socialisme et la paix ont encore besoin de nos socs et de nos épées »16, déclare Heinz Hoffmann, ministre de la défense, devant la Chambre du Peuple, le 25 mars 1982, dans un discours précé­dant l’adoption d’une nouvelle loi sur le service militaire, loi qui renforçait les mesures prises en 1961, puisqu’elle prévoyait l’allongement du temps du service de réserve et la création d’un service militaire des femmes, dans l’organisation des secours et des soins comme dans les unités combattantes. Ces dispositions entraî­neront dès le mois suivant l’apparition d’un nouveau groupe pacifiste d’opposition, les « Femmes pour la paix », constitué par Bärbel Bohley (aussitôt exclue de l’Union des peintres), Ulrike Poppe, Katja Havemann. L’état s’obstine, par ailleurs, à poursuivre la militarisation de l’éducation ; au cours de l’été 1982, il diffuse des chars d’assaut en réduction permettant l’entraînement d’enfants de 12 et 13 ans, mesure que l’église et certains parents ressentent comme une véritable pro­vocation, car ils luttent depuis plusieurs années déjà contre la diffusion et l’usage du jouet militaire (auquel l’état reconnaît au contraire, jusque dans les jardins d’enfants, une grande valeur pédagogique).

22L’Allemagne socialiste glorifie la paix, mais elle renforce aussi son potentiel défensif et répressif : elle étend, au cours de l’été de la même année, les pouvoirs spéciaux des 150.000 « auxiliaires volontaires de la police ». Elle multiplie les gestes d’intolérance vis-à-vis des pacifistes indépendants. Ceux d’Iéna en parti­culier, qui tentent de s’organiser en dehors de l’église, sont, les premiers, grave­ment persécutés. L’un d’eux, Mathias Domaschk, 20 ans, arrêté et interrogé par la police, meurt en prison dans des conditions jamais élucidées, le 10 avril 1981. Les gestes imaginés par ses amis pour commémorer le premier anniversaire de sa mort provoquent l’arrestation d’un autre militant, le sculpteur Michael Blumhagen. Pendant sa détention, sa maison est rasée, ses biens confisqués. Le leader du mouvement, Roland Jahn et la plupart de ses amis, sont, à plusieurs reprises arrêtés, interrogés, condamnés à des peines disproportionnées pour des gestes sym­boliques ou des plaisanteries : Roland Jahn s’était joint au cortège du 1er mai grimé, sur une moitié du visage, en Staline, sur l’autre en Hitler, il avait traversé Iéna en arborant à sa bicyclette un fanion de Solidarnosc. Ils avaient, lui et ses amis, apposé des autocollants ou tenté des manifestations silencieuses.

23L’alourdissement de la répression va bientôt amener la plupart des leaders pacifistes ouest-allemands à se solidariser avec les indépendants et à prendre leurs distances vis-à-vis des officiels. La querelle qui oppose Günter Grass et Hermann Kant, au Congrès des écrivains pour la paix, à La Haye, en mai 1982, la dis­harmonie complète dans laquelle s’achève, l’année suivante, les rencontres de Berlin, marquent la fin de la coopération de l’état est-allemand avec le pacifisme international : la situation des pacifistes indépendants disqualifiait irrémédiable­ment le pacifisme officiel aux yeux d’une partie influente de l’opinion inter­nationale ; cette collaboration n’avait pu, d’autre part, ni empêcher ni même retar­der l’installation des Pershings en RFA. La RDA n’avait plus rien à perdre en frappant, aussi durement que possible, un mouvement qu’elle avait toujours considéré comme illégal.

  • 17 « Bis wann wollen Sie uns verströsten ? », « Herr Bischof, waren Sie bei der NVA ? », Fragestunde b (...)

24Le pacifisme indépendant d’Allemagne de l’Est avait pu s’épanouir un moment sous une double protection, celle de l’église et celle de l’édifice pacifiste inter­allemand tenté par la SED. Ces deux protections furent remises en cause au cours des années 1982 et 1983. L’église prit ses distances par rapport à un mouvement toujours plus difficile à contenir dans ses locaux et dans les schémas de la pensée religieuse, comme on avait pu le constater, dès le 13 février 1982, au cours du forum de la paix de la Kreuzkirche de Dresde. De jeunes militants pacifistes s’étaient, de tous les points de la République, donné rendez-vous à Dresde pour commémorer devant les ruines de la Frauenkirche le 37e anniversaire du bombar­dement de la ville et manifester leur horreur de la guerre. L’église était intervenue pour proposer, dans les locaux de la Kreuzkirche, un Friedensforum destiné à faciliter la rencontre, mais aussi à éloigner la manifestation de la rue, ainsi qu’à la détourner de son sens politique. Le dialogue entre les jeunes militants et les auto­rités religieuses révéla bientôt des positions inconciliables : un certain extrémisme (« Jusqu’à quand allez-vous nous proposer des formules de consolation ? »), une certaine insolence aussi (« M. L’évêque, avez-vous servi dans l’Armée nationale du Peuple ? »)17 s’opposaient à la modération ecclésiastique. Une partie de l’église en vint même à prendre ses distances vis-à-vis de l’Appel de Berlin, pourtant lancé par le pasteur Eppelmann, et à déconseiller sa signature. L’église de Brandebourg annule en avril les rassemblements pacifistes prévus pour Pâques 1982, celle de Saxe invite la jeunesse à renoncer aux fameux écussons : « épées en socs de charrue » (mais l’évêque Forck de Berlin le porte ostensiblement en chaire), celle de Thuringe choisit de se taire face aux persécutions dont sont victimes Roland Jahn et ses amis d’Iéna. Ce lâchage scandalise une partie de la jeunesse pacifiste du sud de la République, qui tente alors de fonder, à Halle et à Weimar, des groupes composites, tendant, comme la Communauté de la paix (Friedensgemeinschaft) d’Iéna, ou comme les « Femmes pour la paix », à s’émanciper de l’église.

  • 18 Engagement für den Frieden ist mehr als Engagement gegen den Krieg (Konzeption der Friedens­gemeins (...)

25Ces groupes comptaient en revanche sur la solidarité et sur l’influence des pacifistes ouest-allemands, sur les Verts en particulier, car il existait entre eux une étroite communauté de vue. Leur engagement pour la paix était bien plus qu’un « engagement contre la guerre »18. Comme les Verts, les Femmes pour la paix, le Cercle du lundi (Montagskreis) de Weimar ou la Friedensgemeinschaft de Iéna associaient la cause de la paix à celle de l’écologie, à celle du tiers-monde, à celle du féminisme aussi ; ils sont à la recherche de formes de vie « alternative » fondées sur une critique radicale des comportements, des habitudes de pensée, d’éducation ou de consommation, à l’Est comme à l’Ouest. Des députés des Verts (Gert Bastian, Petra Kelly, Roland Voß, Gaby Potthast) étaient venus manifester sur l’Alexanderplatz, le 12 mai 1983, en faveur de la non-violence et du désarmement bilatéral, comme auraient pu le faire leurs amis est-allemands, si la police leur en avait laissé la liberté. Une délégation des Verts, reçue par Honecker le 31 octobre 1983, à Berlin-Est, soumettait à l’approbation du secrétaire général un résumé des revendications du pacifisme indépendant. Petra Kelly avait passé un T-shirt portant l’emblème litigieux : « des épées en socs de charrue ». Mais la police dispersait rapidement, le 4 novembre 1983, une tentative de manifestation commune des indépendants et des Verts.

Tentatives de liquidation

  • 19 Voir Der Spiegel, 2 avril 1984.

26Dans le traitement de l’opposition, la maxime de l’Etat est-allemand avait toujours été : « wehret den Anfängen » (ne jamais laisser pourrir la situation, tou­jours prendre le mal à la racine, dès les premiers symptômes). Le soutien apporté aux pacifistes occidentaux avait créé de fâcheuses hésitations et des retards préoccupants dans la lutte contre un mouvement identifié dès son apparition comme une forme d’opposition. Mais entre octobre et décembre 1983, les arresta­tions se multiplient. La répression est rapide et cherche visiblement à intimider. On n’hésite pas à prendre des mesures propres à choquer l’opinion : à Weimar, ce sont des jeunes gens de 18 ans, auteurs présumés de graffiti, qui sont mis en prison ; à Berlin, c’est le jardin d’enfants « alternatif » fondé par Ulrike Poppe, une des femmes pour la paix, qui est fermé, et ses ouvertures sont murées. Ulrike Poppe elle-même, mère de jeunes enfants, et Bärbel Bohley, cofondatrices des Femmes pour la paix, sont mises en prison et n’en sortiront que sous la pression d’un mou­vement international de solidarité auquel s’étaient joints Gert Bastian, Petra Kelly, Olof Palme et Claude Cheysson (après que la Sûreté est-allemande (Stasi) eut fait courir le bruit d’une grève de la faim pour camoufler leur libération en geste humanitaire). Les arrestations se poursuivent cependant, dans les cercles pacifistes de Rudolfstadt et de Weimar par exemple. Il reste cependant impossible de donner des précisions chiffrées sur le nombre, l’âge et l’identité des détenus ou sur la durée de leur détention : l’état est-allemand n’a pas encore communiqué ses statis­tiques. Puis le gouvernement tente de se débarrasser de ces citoyens inconfortables en leur ouvrant la porte de l’émigration. Fin mars, début avril 1984, 26 000 citoyens est-allemands changent de passeport ; parmi eux, nombreux sont ceux qui viennent des groupes pacifistes constitués les deux années précédentes. Plusieurs d’entre eux sortent de prison ; quelques-uns n’avaient jamais demandé à quitter la RDA.19

27La méthode est cependant impuissante, comme les événements l’ont montré, à éliminer la contestation et l’opposition. Elles se poursuivent, avec la même vigueur, autour du thème de la paix, à l’intérieur des églises, qui maintiennent, aujourd’hui encore, leurs diverses manifestations pacifistes du début des années 80. Fêtes, forums, séminaires ou méditations continuent à associer les thèmes religieux et pacifistes, l’examen critique des réalités du monde et l’étude biblique, le happening contestataire et la fête de paroisse – des manifestations dont on ne peut plus sous-estimer l’importance depuis qu’on a vu la révolution de cet automne prendre naissance sur le parvis de la Nikolaikirche de Leipzig, à la sortie de la méditation pour la paix programmée tous les lundis.

Le thème pacifiste évolue

28La contestation pacifiste s’est aussi poursuivie hors des églises, chez les intel­lectuels et dans la jeunesse, mais on voit alors ses thèmes annexes (la défense de l’environnement, la revendication de la transparence, de l’ouverture et du dialogue) prendre une importance croissante. Hors des murs des églises, le mouvement paci­fiste se transforme toujours plus nettement en mouvement d’opposition pure et simple. Ce sont sans doute des militants pacifistes des années précédentes qui appellent, en avril 1984, au boycott des élections communales du 6 mai (que la propagande du Parti place sous le signe de la « défense de la paix »). C’est la « scène écolo-pacifiste » (die Friedens- und Ökoszene) qui manifeste le 17 janvier 1988 à Berlin pour célébrer la mémoire de Rosa Luxemburg et rappeler que la cofondatrice du premier parti communiste allemand défendait la liberté d’expres­sion et de pensée.

29Cette évolution s’explique aussi par le fait que les cercles contestataires de RDA ont trouvé en la personne de Mikhaïl Gorbatchev un nouveau parrain. Perestroïka et Glasnost sont, à partir de 1986, des mots d’ordre susceptibles de légitimer leur action et de mettre le gouvernement en contradiction avec lui-même. Hors des murs de l’église, l’opposition est-allemande, si importante soit-elle, ne peut se passer, sous une forme ou sous une autre, de la solidarité internationale. Si elle a pu se former, ce fut d’abord grâce à la dynamique et aux garanties que lui offrait le mouvement pacifiste ouest-allemand. Si elle a pu renaître et s’imposer, c’est grâce à la nouvelle philosophie adoptée à Moscou.

30Ceci n’implique nullement toutefois que cette opposition manque de person­nalité, qu’elle soit à la remorque (ou à la solde, comme la SED aimerait tant le faire croire) de courants internationaux. Bien au contraire. Mais l’opposition, en RDA, n’a pu échapper à l’étouffement que grâce aux apports d’oxygène de la conjoncture internationale. L’expression d’idéaux, non pas différents, mais seulement indépen­dants des consignes du Parti n’a jamais, jusqu’ici, été possible qu’aux moments où l’état SED s’est vu contraint par l’environnement international à renoncer pour un temps à sa stratégie d’enfermement, derrière son mur de béton, sous la cloche bien hermétique de sa langue de bois. Résignation apolitique, dédoublement de la pensée et du langage, ou tentatives de fuite en RFA ... la RDA ne laissait guère d’autres choix à ses citoyens. Le véritable héroïsme consistait à rester sur place, tout en restant soi-même.

« On ne peut pas tous nous enfermer! »

  • 20 « Ich habe mir angewöhnt, keine Angst zu haben. Das ist die Voraussetzung, wenn man sich hier für d (...)

31« J’ai pris l’habitude de ne pas avoir peur, c’est la condition à remplir pour qui veut, ici, s’engager pour la paix »20 disait Bärbel Bohley devant le forum de la paix réuni à la Petrikirche de Dresde, le 13 février 1983. De nombreux pacifistes est-allemands ont su, comme elle, manifester un courage civique à la fois obstiné et modeste, sans phrase pathétique, sans pose héroïque, un courage civique souvent teinté au contraire d’un certain humour et de cette nonchalance propre à la Szene est-allemande, d’où viennent tant d’entre eux.

  • 21 « Man kann uns nicht alle einsperren », FR, novembre 1983.

32Le curriculum vitae des leaders indépendants du mouvement pacifiste (Roland Jahn, Bärbel Bohley, Ulrike Poppe, Lutz Rathenow ou Wolfram Hasch) présente, dans les années 80, une liste impressionnante d’arrestations, d’interrogatoires, de périodes de détention et de mesures d’expulsion. L’esprit de résistance et le cou­rage civique ne constituent toutefois pas le mérite des seuls militants que les médias ont su découvrir et exhiber. L’abondance des témoignages donne à penser que les réfractaires restés obscurs ou anonymes furent très nombreux; « On ne peut pas tous nous enfermer »21, écrivait Bärbel Bohley le 18 novembre 1983, peu avant son arrestation, dans une lettre adressée à la Frankfurter Rundschau, exclamation qui traduit la certitude que ses concitoyens sont très nombreux à vouloir, comme elle, rester sur place et rester eux-mêmes, c’est-à-dire à faire acte d’opposition. Les événements viennent de montrer combien son intuition était juste.

33Le calme des manifestations de masse de Leipzig, Dresde et Berlin, la clarté et la justesse des slogans montrent d’autre part combien cette opposition se sent légitime : face à l’arrogance d’un Parti qui rejette toute initiative venue de la base comme « hostile à l’état et illégale », il suffit de scander : « Nous sommes le peuple », de même qu’il suffisait d’affirmer, face aux slogans officiels proclamant que « la paix doit être armée » : « Faisons la paix sans armes ! ». L’opposition de RDA s’est toujours sentie imbattable sur le plan des principes. Elle pouvait facile­ment montrer qu’elle prenait les idéaux socialistes bien plus au sérieux que le gouvernement lui-même. (Sa lutte contre le socialisme réel rappelle certaines fois celle de Luther contre le catholicisme romain). Elle pouvait surtout montrer, au cours du débat sur la paix déclenché en 1979 par la double résolution de l’OTAN, qu’elle était plus attachée que le Parti à la cause de la paix dans le monde, c’est-à-dire au principe fondateur de l’état est-allemand lui-même. Le mouvement paci­fiste a donc eu pour mérite non seulement de mobiliser l’opposition et de lui donner, pour la première fois, la conscience de sa force, mais aussi de lui permettre de trouver sa légitimation théorique et morale.

Bibliographie

* Klaus Ehring, Martin Dallwitz, Schwerter zu Pflugscharen, Friedens­bewegung in der DDR, Reinbek, rororo aktuell, 1982, 281 p.

* Norbert Haase, Lothar Reese, Peter Wensierki (Hg.), VEB Nachwuchs, Reinbek, Rowohlt, 1983, 250 p.

* Lutz Rathenow, Harald Hauswald, Berlin-Ost, die andere Seite einer Stadt, Harenberg-Edition, Dortmund 1989, 165 p.

* Wolfgang Büscher, Peter Wensierski, Null Bock auf DDR, Aussteigerjugend im anderen Deutschland, Spiegel-Buch, Reinbek, Rowohlt, 1984, 189 p.

* Jürgen Fuchs, Fassonschnitt, Reinbek, Rowohlt1984, 384 p.

* Rolf Henrich, Der vormundschaftliche Staat, vom Versagen des real existie­renden Sozialismus, Essay, Hamburg , rororo aktuell, 1989, 320 p.

* Hartmut Zimmermann, Horst Ulrich, Michael Fehlauer, DDR Handbuch, hg. v. Bundesministerium für innerdeutsche Beziehungen, Verlag Wissenschaft und Politik, Köln, 1985, 2 vol. 1660 p.

* Roland Jahn, « Du bist wie Gift », Der Spiegel, N° 25 u. 26.

* Rolf Schneider, « “Der Ludergeruch wird uns anhängen”, die SED und die Friedensbewegung in der DDR », Der Spiegel, N° 16, 1982.

* Stefan Heym, « Über die Friedensbewegung im Ost und West », Interview, Der Spiegel, N° 22, 1982.

* Bärbel Bohley, « Ich werde lauter sein als vorher », Interview, Der Spiegel, N° 32, 1988, « Wir werden immer mehr », Interview, Der Spiegel, N° 40, 1989.

* Robert Havemann, « Hineinschlittern in den Untergang ? », Die Zeit, N° 50, 1979.

* Marlies Menge, « Selig sind die sanftmütigen », Die Zeit, 23.9.1983.

* Allemagnes d’aujourd’hui, 1981, N° 78, 1983, N° 86, 1984, N° 87 et 89, 1985, N° 91, 1986, N° 98, 1987, N° 101.

* B.D.I.C., 5 dossiers sur la République démocratique allemande, 1976-1985, samizdats, extraits de presse et documents divers, dossier N°1 : Opposition, dossier N°2 : Pacifisme.

Notes

1 « Soldaten sind sich alle gleich,/ Lebendig und als Leich ». Enregistrement du concert de W. Biermann et W. Neuss, Berlin, 1965.

2 « Zum ersten Mal war da gesagt worden, daß auch die sowjetischen Atomwaffen keine Heils- und Friedensbringer sind, sondern ebenso tödlich wie die westlichen ». Stefan Heym devant le congrès des écrivains de La Haye et Scheveningen, du 24 au 26 mai 1982, à propos de la conférence précédente, à Berlin, du 13 au 14 décembre 1981, Frankfurter Rundschau, 26 mai 1982.

3 « So erfreulich die Unterstützung der westeuropäischen Friedensbewegung durch die DDR auch ist, so fraglich wird ihr Nutzen bleiben, solange der Eindruck entstehen muß, daß das drüben Bejubelte hüben unerwünscht ist ». Cit. in : Klaus Ehring, Martin Dallwitz, Schwerter zu Pflugscharen, p. 201.

4 L’église est-allemande adopte en novembre 1965 le texte d’un document affirmant même la supériorité morale de l’objection de conscience : Handreichung für Seelsorge an Wehrpflichtige. « Verweigerer im Straflager ... und auch Bausoldaten geben ein deutlicheres Zeugnis des gegen­wärtigen Friedensgebotes unseres Herrn (als Waffenträger) ». (Cit. in : Schwerter zu Pflugscharen, p. 35). Cette thèse est réaffirmée en 1983, au moment où la répression s’abat sur le mouvement pacifiste indépendant, par l’évêque Gottfried Forck de Berlin.

5 Pour des travaux pénibles dans les services sociaux (soins aux vieillards et aux handicapés) mais aussi pour la cause de l’écologie : entretien de la forêt, des rivières ou assainissement des eaux.

6 « Der Feind hat keine Chance, mit der Phrase des sogenannten ‘sozialen Friedensdienstes’ gegen die notwendige Stärkung des Sozialismus Front zu machen, wer auch zu solchen friedens-, sozialismus- und verfassungsfeindlichen Aktionen aufrufen möge. Dabei vergessen diese Leute, daß unsere ganze Republik sozialer Friedensdienst ist. » Neues Deutschland, 21/22 novembre 1981, cit. in : Schwerter zu Pflugscharen, p. 200.

7 Rowohlt, 1984.

8 Un appel des vétérans de la SED, anciens déportés et détenus des camps de concentration nazis à Erich Honecker, publié de façon anonyme dans la TAZ de Berlin, le 1er juillet 1987, révèle des doutes anciens et persistants sur le bien-fondé de la politique militaire est-allemande à l’intérieur même du Parti et jusque dans sa vieille garde.

9 Havemann adoptait déjà une stratégie et des arguments très proches de ceux du mouvement pacifiste indépendant dans ses lettres à Helmut Schmidt (juin 1981) et à Léonid Brejnev (octobre 1981), deux documents plaidant pour la création d’une zone dénucléarisée en Allemagne, une thèse qui fait l’unanimité des pacifistes. Quelque 200 signatures accompagnent ces textes.

10 Correspondant à la troisième et à la seconde des lycées français.

11 La jeunesse n’est pas seule appréhendée par l’effort constant de militarisation. Une loi du 1er décembre 1981 institue des cours obligatoires de formation à la défense civile (Zivilverteidigung) pour les citoyens entre 18 et 65 ans, une autre de mars 82 stipule que les femmes entre 18 et 50 ans seront mobilisables, si la situation l’exige.

12 À l’exception de l’extrême sud de la RDA, trop éloigné des relais d’Allemagne de l’Ouest et de Berlin, une situation que le gouvernement de RDA lui-même entreprendra de corriger par la construction de nouveaux relais sur son propre sol à la fin des années 80.

13 Slogans de 1982 : « Ehrendienst in der NVA ist Friedensdienst », « Frieden muß bewaffnet sein », « Frieden schaffen ohne (NATO-) Waffen ».

14 « Das internationale Kräfteverhältnis hat sich weiter zu unseren Gunsten verändert. Daran gibt es nichts zu drehen und nichts zu deuteln. Wenn dennoch bürgerliche Ideologen in den Massenmedien der BRD noch immer von einem “Gleichgewicht der Kräfte”, vom angeblichen “atomaren Patt” oder von einer “Strategie des Gleichgewichts” reden, so wollen sie gerade diese entscheidende Tatsache vertuschen. […] Wir bleiben wachsam, halten das Pulver trocken und leisten unseren Beitrag, um die militärische Überlegenheit der Warschauer Vertragsstaaten über den imperialisti­schen Klassengegner ständig zu sichern. » Erich Honecker : Zuverlässiger Schutz des Sozialismus, Ausgewählte Reden und Schriften zur Militärpolitik der SED, 2., wesentlich erweiterte Auflage, Berlin (Ost), 1977, S. 215 f. Cit. in : Schwerter zu Pflugscharen, p. 16

15 « Natürlich ist auch ein gerechter Krieg Fortsetzung der Politik mit gewaltsamen Mitteln. Ebenso wie die Marxisten-Leninisten gegenüber der Gewalt generell jeden abstrakt-moralischen Stand­punkt verwerfen und zwischen reaktionärer und revolutionärer Gewalt unterscheiden, so tun die das auch gegenüber dem besonderen Fall der Gewaltanwendung, dem Krieg. » Wolfgang Scheler/ Gottfried Kießling : Gerechte und ungerechte Kriege in unserer Zeit, Berlin (Ost), 1981, S. 20. Ibid. p. 17.

16 Neues Deutschland, 26.3.1982.

17 « Bis wann wollen Sie uns verströsten ? », « Herr Bischof, waren Sie bei der NVA ? », Fragestunde beim Dresdner Forum Frieden, Schwerter zu Pflugscharen, p. 76-87.

18 Engagement für den Frieden ist mehr als Engagement gegen den Krieg (Konzeption der Friedens­gemeinschaft in Jena, März 1983), Samizdat du Dossier n°2, Allemagne, République démocratique, 1976-1985, BDIC.

19 Voir Der Spiegel, 2 avril 1984.

20 « Ich habe mir angewöhnt, keine Angst zu haben. Das ist die Voraussetzung, wenn man sich hier für den Frieden einsetzen will! ». Frankfurter Rundschau, 31.12.1983.

21 « Man kann uns nicht alle einsperren », FR, novembre 1983.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540