Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Chapitre 3 : Population et économie

L’unité allemande par le mark ?

René Lasserre

Nota del editor

Article paru dans Le Monde Diplomatique de mars 1990, dans une version modifiée et complétée par la Rédaction

Texto completo

1Les peuples de l’Est ne dictent plus uniquement le rythme des changements dans le domaine politique, mais également dans le domaine économique. C’est ainsi qu’après avoir conquis la liberté, les Allemands de RDA aspirent légiti­mement au bien être et à la prospérité. Au contact immédiat de leurs compatriotes de l’Ouest, ils mesurent la faillite de l’économie socialiste planifiée et doutent chaque jour davantage de la capacité du système à se réformer. Faute de réelle perspective de changement et désespérant de voir rapidement leur situation s’améliorer, les plus impatients et les plus dynamiques d’entre eux quittent le navire, au risque d’en précipiter le naufrage.

2Depuis le début de l’année, ce sont près de 90 000 Allemands de RDA, généralement jeunes et qualifiés, qui sont venus s’installer en République fédérale. À ce rythme, la situation risque vite de devenir incontrôlable. L’économie de la RDA est au bord de l’effondrement : la production recule, les importations aug­mentent, l’insolvabilité guette. En RFA, l’afflux des nouveaux migrants – que l’on ne peut plus qualifier de réfugiés – est de plus en plus mal toléré. Les promesses de réforme et les discours politiques sur l’unité allemande ne suffisent plus à stabiliser la situation, des mesures économiques radicales s’imposent qui soient de nature à endiguer le flot.

3En décidant d’engager les négociations interallemandes sur l’union monétaire, le Chancelier Kohl suit davantage le mouvement qu’il ne le précède. Il s’agit moins pour lui, comme on le soupçonne en France et en Europe, de mener la réunification au pas de charge en faisant main basse sur la RDA que de tenter de stopper l’hémorragie. Le Chancelier doit en effet à tout prix empêcher que la RDA ne s’écroule et que l’exode ne s’amplifie, s’il veut éviter que le mécontentement des Allemands de l’Ouest n’explose dans les urnes à la fin de l’année. En outre, pour onéreuse qu’elle apparaisse, l’unification monétaire est sans doute la plus efficace des solutions, même si elle n’est pas sans inconvénients pour l’Europe.

4À bien des égards, l’unification monétaire telle que l’envisage le gouvernement fédéral tient de l’opération chirurgicale. Il s’agit de substituer purement et simple­ment le DM au mark-Est sur le territoire de la RDA. Au jour J, les marks-Est en circulation pourraient être convertis en DM à un contre un. Cela reviendrait à une réévaluation importante de la monnaie est-allemande qui se verrait du jour au lendemain reconnaître le même pouvoir d’achat que le DM. Les Allemands de l’Est seraient non seulement affranchis définitivement du problème de la conver­tibilité, mais ils seraient en plus dotés d’une monnaie forte, gage d’une élévation future de leur niveau de vie. Chaque mark gagné à l’Est aurait la même valeur qu’à l’Ouest et permettrait enfin d’accéder aux mêmes biens. Cela reviendrait presque à multiplier d’un coup leur pouvoir d’achat par 10, puisqu’au « marché noir » le cours mark-Est/DM est de 1 à 9.

5En elle-même la mesure aura un effet inflationniste, mais d’ampleur limitée. La masse monétaire se gonflera d’un volume à peu près équivalent au 9/10e des liqui­dités en circulation à l’Est, soit d’environ 14 Mrd de DM. Cela représente certes 10 % du volume des liquidités ouest-allemandes, mais guère plus de 1,2% de la masse monétaire totale. De plus, la conversion monétaire ne s’appliquera pas immédiatement à l’ensemble des avoirs en marks Est, et notamment aux 177 Mrd de marks dont disposent les Allemands de l’Est sous forme de dépôts d’épargne. Ces avoirs ne seraient convertis à parité que pour un montant forfaitaire limité, le reste demeurant bloqué avec un rendement garanti pour dix ans ou admis à la convertibilité par étapes successives et à moindre taux. Au-delà de cette promesse de mise à niveau, la conversion monétaire aurait en outre pour effet de placer d’emblée l’économie est-allemande sur les rails de l’économie de marché et de jeter les bases d’un espace économique allemand unifié. Avec tout ce que cela implique de conséquences douloureuses, mais aussi d’avantages.

6Dans un premier temps, l’économie est-allemande sera inévitablement soumise à un traitement de choc et devra être maintenue sous perfusion. En effet, la rééva­luation des revenus par alignement sur le DM imposera nécessairement la libéra­lisation et la revalorisation des prix. Le système de prix subventionnés devra être abandonné et les entreprises est-allemandes devront fixer leurs prix en fonction de leurs coûts réels. Mais elles seront en même temps directement confrontées à la concurrence de leurs voisines de l’Ouest, nettement plus compétitives. Il est d’ores et déjà certain que bon nombre d’entre elles, non rentables, seront condamnées à disparaître, tandis que les autres devront accroître leur productivité en commençant par dégraisser leurs effectifs. Le chômage, jusque-là déguisé, montera en flèche pour atteindre les deux millions de chômeurs sur quelque 9 millions d’actifs. Le coût humain de l’union monétaire sera donc, dans un premier temps, très élevé et les risques de dérapage politique ne sont pas exclus.

7Le prix à payer sur le plan financier n’est pas moindre. Il faudra créer et finan­cer de toutes pièces un système d’assurance-chômage qui, à lui seul, devrait coûter dans les 15 Mrd de marks par an. De même faudra-t-il revaloriser les pensions des retraités de RDA dont les 400 marks mensuels ne pèseront plus très lourd avec la hausse des prix. Rien que pour élever les retraites à un niveau équivalent à la moitié de ce qu’il est en RFA, on estime qu’il y faudrait, au bas mot, dans les 12 Mrd de DM.

8À ces transferts viendront s’ajouter les subventions publiques nécessaires pour moderniser et développer rapidement les infrastructures, de façon à ce que l’écono­mie est-allemande puisse tourner correctement et attirer les investisseurs de l’Ouest. Les besoins d’équipement sont estimés à quelque 350 Mrd de DM, soit 35 Mrd de DM sur 10 ans. Ces dépenses aggraveront à nouveau les déficits publics, car elles devront être financées par l’emprunt à défaut de pouvoir l’être par l’impôt. Elles feront grimper les taux d’intérêt et seront, au moins dans l’immédiat, généra­trices d’inflation. Les experts estiment que l’unification monétaire pourrait finale­ment entraîner un surcroît d’inflation de 1 à 2% au cours des deux premières années.

9Le coût de l’opération est donc loin d’être négligeable, mais il est relativement raisonnable au regard des dépenses improductives et des déséquilibres que pourrait générer la déconfiture de l’économie est-allemande. Mais surtout, l’union moné­taire présente de nombreux avantages et ouvre de nouvelles perspectives de crois­sance. Elle sera tout d’abord un premier pas décisif qui enclenchera immédia­tement les réformes de structure et la transition irréversible de l’économie est-allemande vers l’économie de marché. Alors que le processus sera sans doute long et laborieux dans les autres pays de l’Est, la libéralisation de l’économie est-allemande interviendra dans la foulée et bénéficiera d’un encadrement financier extrêmement favorable.

10En outre, l’unité monétaire aura pour effet de créer un espace économique unifié, dans lequel la modernisation de l’économie est-allemande pourra s’effectuer dans des conditions optimales et générer une forte dynamique de croissance. Dans ce marché élargi, l’effet de demande pourra jouer à plein, selon le principe des vases communicants : le surcroît de pouvoir d’achat et les dépenses d’infrastructure consentis à l’Est ouvriront aux entreprises ouest-allemandes de nouveaux débou­chés mais aussi de nouvelles perspectives d’investissement dans la partie orientale, elles-mêmes créatrices d’emplois et de revenus. Après une ou deux années diffi­ciles, on pourrait alors assister à un véritable miracle économique inter-allemand, qui pourrait gratifier l’Allemagne d’un point supplémentaire de croissance pour le reste de la décennie.

11Reste qu’à court terme l’unification monétaire allemande n’est pas sans risques pour l’Europe. Même si elles restent modérées, les tensions inflationnistes qu’elle induira mécaniquement inciteront les responsables de la Bundesbank à la plus grande rigueur. Ils n’hésiteront pas à relever les taux d’intérêt pour sauvegarder la stabilité monétaire interne et défendre le cours du DM. Cela aura sans doute un effet de contagion pour les autres partenaires du SME, et en premier lieu pour la France, qui devront ainsi payer à l’unité monétaire allemande le tribut d’un tour de vis supplémentaire. À moins que les tensions deviennent si fortes qu’elles n’im­posent un réalignement des parités au sein du SME.

12Enfin les contraintes de l’union monétaire allemande risquent de retarder le processus de l’union monétaire européenne. La Bundesbank ne disposera plus que de marges de manœuvre très réduites pour absorber le surcroît d’inflation importée inhérent à une solidarité monétaire européenne plus poussée. En outre, dans le même souci de stabilité, elle n’acceptera de franchir les étapes qu’avec un maximum de garanties.

13Inversement, si l’union monétaire allemande réussit et agit selon toute vraisem­blance comme le véritable levier de l’unité allemande, nos partenaires allemands auront quelque mauvaise grâce à ne pas reconnaître le rôle moteur que peut jouer la monnaie dans l’intégration économique et politique de l’Europe. De plus, l’unité monétaire allemande et celle de l’Europe ne sont pas antinomiques : en assurant l’intégration de fait de l’Allemagne de l’Est dans la Communauté, la première rend plus crédible la seconde : l’unité allemande et l’intégration européenne pourront alors effectivement aller de pair. Depuis l’ouverture du Mur, il serait en effet tout à fait illusoire d’imaginer que les Allemands de l’Ouest accepteront de faire avancer le convoi de l’Europe en abandonnant leurs compatriotes au bord du chemin...

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar

Volumen papel

amazon.fr