Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Chapitre 3 : Population et économie

L’économie de la RDA

Une étude de la Banque de France

Texte intégral

Dotée de ressources naturelles non négligeables et d’une population active bien formée, elle a pu, depuis sa création en 1949, mettre en place une forte infrastructure industrielle, dont la part dans le PNB est proche de 65%, mais en sacrifiant l’agriculture. Le centralisme administratif, en créant de grandes unités industrielles sous forme de monopoles, a pu développer des branches à hautes performances économiques, telles que l’électronique, mais d’autres secteurs seront très obsolètes.

S’agissant du niveau de vie de la population, le budget a consacré de plus en plus de ses ressources à son maintien par l’octroi d’importantes subven­tions (40% du revenu national), sans pour autant résoudre, à l’instar des autres pays de la zone, le problème des pénuries de biens de consommation.

En ce qui concerne les échanges commerciaux avec l’étranger et l’endette­ment, une dégradation constante est enregistrée depuis 1985. À la fin de l’année dernière, l’excédent commercial avec les pays de l’OCDE s’est élevé à $ 85 millions contre $ 1,1 milliard quatre ans auparavant et la dette exté­rieure brute s’est établie à plus de $ 19,5 milliards.

Confrontée à ces difficultés ainsi qu’aux revendications de la population, les autorités se trouvent contraintes actuellement de mettre en œuvre des réformes touchant à tous les aspects de la vie économique.

1La création de la RDA, en octobre 1949, en tant qu’unité politique a été la réponse à la constitution, dans l’autre partie de l’Allemagne, de la RFA, en mai 1949. Proclamée Etat indépendant par le traité du 20 septembre 1955 avec l’URSS, elle a rejoint l’ensemble des pays formant le Conseil d’Assistance Economique Mutuelle créé en 1949.

2D’une superficie de 108 000 km2, la RDA, bordée au nord par la mer Baltique, se divise en deux grandes régions : la plaine agricole du Nord et le Sud monta­gneux (massifs du Harz, du Thüringerwald et de l’Erzgebirge). Les sols agricoles occupent 62 620 km2, dont 75% sont arables et la forêt près de 30 000 km2. Les principales ressources naturelles du pays sont le lignite et la potasse. Les réserves de lignite sont estimées à 45 milliards de tonnes et plus de 300 millions de tonnes en sont extraites chaque année, faisant de cet Etat le principal producteur mondial. Les gisements de potasse, situés dans le sud-ouest du pays, sont exploités en vue de la production d’engrais potassiques, pour laquelle la RDA occupe la troisième place au monde avec 3,5 millions de tonnes produites chaque année, dont la quasi-totalité est exportée. Il convient également de mentionner le gaz naturel, localisé dans l’ouest du pays, dont les ressources, estimées à 108 millions de m3, ont cepen­dant une valeur calorique deux fois plus faible que celle des gisements du nord de l’Europe, et l’uranium, dont les réserves avoisinent 60 000 tonnes.

3S’agissant des voies navigables, ce pays possède, avec 2912 km de longueur de fleuves et 350 km de canaux, le réseau le plus dense d’Europe de l’Est. Enfin, il dispose de 29 barrages et bassins de retenue d’une capacité supérieure à 10 millions de m3, dont une dizaine produisent de l’énergie électrique.

4La RDA est peuplée de 16,6 millions d’habitants, même niveau qu’en 1939 pour la région, répartis administrativement dans quinze districts qui se sont substitués aux cinq anciens Länder du Reich (Saxe et Thuringe au sud, Saxe-Anhalt et Brandebourg au centre et Mecklembourg au nord) ; la densité moyenne du pays est de 154 habitants au km2. Les régions les plus peuplées sont situées dans la partie sud du pays, dans les districts de Karl-Marx-Stadt, de Leipzig et de Dresde où le rapport du nombre d’habitants au km2 dépasse le chiffre de 260. En ce qui concerne Berlin, la capitale, il dépasse celui de 3000. En revanche, dans la partie septentrionale, les districts de Neubrandenburg et de Schwerin sont les moins habités, avec des densités inférieures à 70.

5La population est fortement urbanisée, puisque moins de 4 millions de per­sonnes, soit 25% de la population, habitent des communes rurales. Les familles citadines souhaitant avoir au maximum deux enfants, cette répartition explique que le taux de natalité, qui était de 16,5‰ enfants en 1965, est tombé à 13,5‰. À cette diminution des naissances, il convient bien sûr d’ajouter les fortes vagues d’émi­gration qui se sont succédées depuis la création de l’état, entraînant la perte de plus de trois millions d’habitants. À titre d’exemple, le coût des récents départs vers la RFA, d’environ 250 000 personnes, a été estimé à près de 5% du produit national.

I. La RDA : un pays industriel

A – Les périodes de réparations et d’industrialisation (1945-1963)

6Les destructions avaient coûté à la région près de 20% du capital industriel d’avant la seconde guerre mondiale. Les démontages effectués par l’URSS se sont élevés à 26% du total de ce potentiel de l’industrie et les livraisons obligatoires vers ce pays ont été estimées à 10 milliards de dollars. Cette politique a considé­rablement affaibli le dynamisme économique, alors qu’avant 1939 l’Allemagne orientale produisait 50% des machines-outils, 68% des machines textiles et 47% des articles de confection fabriqués dans tout le pays.

7Le processus de nationalisation, engagé sous l’autorité de l’Union soviétique, a porté sur les principaux secteurs d’activité. En 1950, 75% de la production industrielle était passée sous le contrôle de l’état. Toutefois, les petites et moyennes entreprises demeurèrent jusqu’en 1972 dans le secteur non socialiste, situation originale, à cette époque, dans l’Europe de l’Est.

8À partir du premier plan quinquennal (1951-1955), il fut décidé de doubler la production industrielle et d’assurer, par là-même, une base énergétique et sidérur­gique puissante. À cette époque, l’agriculture fut totalement collectivisée, avec la création de 19 000 coopératives d’une superficie moyenne de 280 hectares. Les autorités poursuivirent cette politique au cours du deuxième plan jusqu’en 1960. Le taux de croissance annuel, en volume, du revenu national, sur cette période de 10 ans, s’est établi à 10%, celui de l’investissement à 16% et la production industrielle a progressé à un rythme supérieur à 11%. Même si les performances industrielles ont été significatives, aucun des plans ne put être réalisé.

B – Les réformes économiques des années 1960 et 1970

9Avec le développement extensif de l’économie, l’insuffisance de main-d’œuvre, d’énergie et de matières premières a conduit les autorités politiques de la RDA à mettre en place un « Nouveau système économique de planification et de gestion » dont le principe reposait sur une certaine décentralisation.

10Les mesures pratiques furent les suivantes :

  • financement d’une partie des investissements de l’entreprise par le profit et les crédits bancaires et non plus directement par le budget de l’état ;

  • formation du personnel à partir des ressources propres de l’unité de production ;

  • versement à l’état d’un impôt de 6% sur le capital et d’un prélèvement sur la part du profit dépassant les objectifs du plan ;

  • possibilité de modifier les prix en fonction des coûts de production.

11À la fin des années 1960, les difficultés rencontrées dans l’application de cette politique furent nombreuses, entraînant des augmentations de prix et des investis­sements excessifs ; aussi fut-il décidé de revenir au principe de gestion centralisée, au début des années 1970.

  • 1 Le Produit Matériel Net (P.M.N.) correspond au P.N.B. moins les services et les amortissements.

12Le taux de croissance annuel du P.M.N.1 s’est établi en moyenne, entre 1961 et 1970, à 4,3%, et au cours de la période 1971-1980, à 4,8%. Ce rythme de crois­sance, relativement élevé, était surtout imputable à d’importants investissements industriels dont le rythme de croissance annuel a atteint, pendant les années 1970, 5,6% (cf. annexe 1).

13S’agissant du commerce extérieur, la balance commerciale accusait, en 1980, un déficit de 5,8 milliards de valuta-marks ($ 1,8 milliard), sensiblement égal aux soldes négatifs des cinq années précédentes.

C – La politique industrielle depuis 1980

14Devenue une puissance industrielle reconnue, avec le niveau de vie le plus élevé des pays du C.A.E.M. et un P.N.B. par habitant de $ 12 500, plus d’une fois et demi supérieur à celui de la Pologne, selon les données statistiques de la CIA, la RDA a apporté au cours de ces dix dernières années, de nouvelles modifications dans son organisation industrielle.

15Les principales entreprises industrielles ont été regroupées dans des combinats. Il existe à ce jour 127 unités contrôlées par des ministères et 95 dépendantes des conseils régionaux, employant, en moyenne, respectivement 21 000 et 2000 sala­riés. Deux raisons ont motivé cette concentration : d’une part, l’amélioration de la communication entre les salariés de l’entreprise, d’autre part, l’intégration de la recherche, de la production et de la commercialisation dans une seule unité. La part des dépenses destinées à promouvoir la recherche dans le total des investissements industriels passa de 7% en 1980 à 22% en 1986.

16Les autorités adoptèrent, en outre, diverses mesures visant à :

  • faciliter l’adaptation des entreprises à l’évolution technologique,

  • développer les stimulants économiques,

  • décentraliser les prises de décisions,

  • adapter la main-d’œuvre à l’évolution industrielle,

  • modifier le système de financement.

1. Faciliter l’adaptation des entreprises à l’évolution technologique

17L’objectif était l’intensification de l’activité économique, l’augmentation des exportations et la réduction des importations de biens pouvant être produits par l’économie nationale. En 1975, 47,1% du total des investissements du pays étaient affectés à l’industrie. Cette part est passée à 58,2% en 1988, dont plus d’un tiers pour la construction mécanique (cf. annexe II). Dans le domaine des exportations, la priorité a été donnée à certaines branches compétitives sur le plan mondial, comme la production de machines-outils et de robots industriels, qui ont bénéficié, par ailleurs, de faibles coûts de transport vers l’Europe occidentale via la RFA.

2. Développer les stimulants économiques

18Les entreprises ont été incitées à concentrer leurs efforts sur la réduction des coûts et de la consommation d’énergie et sur la production de produits nouveaux. Le système de planification évolua d’un principe d’appréciation de la production en volume vers celui d’une comptabilisation des résultats en termes de production nette, de profit net et de performances à l’exportation. Un fonds d’investissement alimenté par les profits et des concours bancaires a été mis à la disposition de chaque entreprise. Toutefois, l’administration s’est réservé le droit de contrôler l’utilisation de ces ressources à partir du moment où elles ne seraient pas utilisées à financer des investissements destinés à répondre aux objectifs de rationalisation de la production.

3. Décentraliser les prises de décisions

19Le souci des gestionnaires a été d’adapter le tissu industriel aux besoins du marché en donnant plus de pouvoir aux directions des combinats.

20En 1982, l’administration centrale contrôlait la fabrication de 2136 produits et les responsables d’entreprises près de 2400. Cinq ans plus tard, l’Etat n’exerçait plus de contrôle que sur 1135 biens alors que les unités de production voyaient leur part passer à 3400. Paradoxalement, cette décentralisation de la gestion a permis aux responsables du plan d’obtenir une meilleure information sur la situation économique nationale grâce à la bonne connaissance du marché acquise par les entreprises elles-mêmes.

4. Adapter la main-d’œuvre à l’évolution industrielle

21Sur une population active de 8,6 millions de personnes, 85% d’entre elles ont terminé une formation professionnelle. Plus de 600 000 salariés ont un diplôme de fin d’études supérieures contre 260 000 vingt ans auparavant. Plus d’un million d’Allemands disposent d’un diplôme de fin d’études techniques contre 454 000 en 1970 et 4,7 millions de personnes sont titulaires d’un certificat d’aptitude profes­sionnelle contre 3,2 millions à la même époque. La RDA disposait, en 1988, de 198 000 salariés dans le secteur de la recherche et du développement.

22S’agissant de la répartition de la population active par branches d’activité économique, le secteur industriel est le plus important avec 37,5% de l’ensemble, suivi des branches dites « non productives » (administration, armée, enseignement, arts) pour 21,3%, puis de l’agriculture et du commerce avec chacun 10,5% et enfin du bâtiment et de l’artisanat avec, respectivement, 6,6% et 3,1%.

23La politique du plein-emploi a été conçue dans un cadre professionnel rigide. À côté du souci d’économiser les ressources matérielles, les entreprises ont dû accroître la productivité du travail. À partir de 1986, le nombre de salariés du secteur industriel a baissé pour la première fois, notamment pour des raisons démographiques. La robotisation et l’informatique ont dû répondre à ce déséqui­libre, estimé à près de 20% du temps de travail utilisé dans l’industrie. Par ailleurs, le gouvernement a instauré en 1984 un impôt sur les salaires à payer par les entre­prises, appelé « contribution aux fonds sociaux » qui a eu, notamment, pour effet de limiter le recrutement de personnel. Le licenciement étant impossible, les directeurs ont néanmoins eu la possibilité de transférer une partie de leurs salariés dans des ateliers ou services différents du combinat. Cette réorganisation a été accompagnée d’un programme intensif de formation professionnelle financé par l’unité de production.

5. Modifier le système de financement

24Après avoir été fixées de manière administrative, les autorités ont décidé d’intéresser les entreprises aux innovations grâce à une réforme caractérisée par la possibilité d’accroître les prix de vente afin d’y répercuter les coûts d’innovation et la marge bénéficiaire. Les combinats, souvent dans l’incapacité d’autofinancer leurs investissements, ont eu recours aux crédits bancaires, dont les taux n’étaient toutefois pas supérieurs à 5%. Les répercussions inflationnistes ont été sensibles, d’autant plus que la plupart des firmes jouissent de positions monopolistiques sur le marché intérieur. Pour pallier les hausses de prix, les autorités financières ont dû accroître les subventions visant à stabiliser les prix de vente des biens de consom­mation.

D – La situation actuelle

25De tous les pays du C.A.E.M., c’est en RDA que la contribution de l’industrie au produit national est la plus importante avec un rapport supérieur à 64% contre seulement 45% en URSS. Depuis cinq ans, elle a fortement diversifié ses secteurs d’activité, allant des branches à faible valeur ajoutée comme la métallurgie jusqu’à celles caractérisées par une forte productivité globale des facteurs tels que l’électronique. Ces divers secteurs cependant ont progressé à des rythmes diffé­rents. L’accent a été mis sur les technologies de haut de gamme.

26Les secteurs de pointe, comme l’électronique et la machine-outil, ont bénéficié de taux de croissance annuels respectifs de 14% et de 8,5%, alors que les branches peu productives ont eu tendance à être délaissées.

Part des principales branches dans le revenu national en 1988 (en %)

Industrie

64,2

Bâtiment

7,3

Agriculture

11,0

Transports, postes et télécommunications

5,3

Commerce extérieur

8,7

Autres secteurs

3,5

Total

100,00

Sources nationales

27S’agissant des dépenses en capital fixe, la part réalisée par les industries manufacturières a régulièrement progressé pour atteindre aujourd’hui près de 60% de l’ensemble des investissements réalisés dans l’économie. A l’inverse de la politique industrielle de l’URSS, elles ont essentiellement été orientées vers l’acquisition de biens d’équipements visant à rationaliser l’outil de production au lieu d’engager des dépenses d’infrastructure dont la rentabilité ne peut être appréciée que sur une longue période.

évolution de la production industrielle nette par secteurs d’activité économique (en % par rapport à l’année antérieure)

1985

1986

1987

1988

Total

9,2

8,4

6,5

7,0

énergie électrique et charbon

8,0

7,4

1,9

7,0

Minerai, métallurgie et potasse

10,9

10,6

9,6

1,0

Industrie chimique

10,6

4,5

1,8

7,8

électrotechnique et électronique

14,5

13,8

15,8

14,2

Construction métallique lourde et génie industriel

9,8

8,3

3,8

5,7

Construction de machines-outils et de machines de transformation

8,3

10,2

8,7

8,2

Construction mécanique générale (agricoles, véhicules touristiques)

13,4

7,6

5,8

5,5

Industrie légère

6,8

4,3

3,4

7,6

Industrie du verre et de la céramique

11,2

6,7

6,9

5,5

Géologie

14,5

9,6

13,0

Industrie alimentaire

8,7

7,3

4,8

5,3

Sources nationales

II. Un secteur bancaire centralisé et une création monétaire excessive

A – Le secteur bancaire et financier

1. Son organisation

28Le système bancaire, demeuré quasiment inchangé depuis 35 ans, comprend cinq institutions : la Banque d’état, la Banque pour l’économie agricole et fores­tière et l’industrie alimentaire, la Banque du Commerce extérieur, le réseau des Coopératives de crédit pour l’artisanat et les Caisses d’épargne.

29a) La Banque d’état de la RDA (Staatsbank der DDR) est la Banque Centrale et la principale institution de crédit du pays. Outre le siège social de Berlin, elle est organisée en 15 succursales régionales et 245 bureaux. Dans chaque combinat, elle dispose d’un bureau chargé de participer à l’élaboration des projets d’investisse­ment. En outre, elle exerce un contrôle sur la gestion des entreprises.

30Au plan macroéconomique, la Banque Centrale élabore avec le gouvernement la politique financière du pays et détermine l’activité bancaire des autres établisse­ments, notamment en ce qui concerne l’allocation des crédits aux entreprises.

31b) La Banque pour l’économie agricole et forestière et l’industrie alimentaire dispose de 15 succursales régionales et de 160 bureaux. Elle accorde des crédits aux entreprises et aux coopératives des secteurs agricole et de l’agro-alimentaire à partir des ressources obtenues de la Banque d’état. Elle effectue pour leur compte toutes les opérations de règlement et de crédit. Elle exerce un contrôle sur l’activité des coopératives agricoles.

32c) La Banque du Commerce extérieur (Deutsche Außenhandelsbank AG) est chargée d’assurer, sous le contrôle de la Banque Centrale, le service des règlements avec l’étranger et de fixer le cours de change du mark de la RDA.

33d) Le réseau des Coopératives de crédit pour l’artisanat, dont les ressources proviennent essentiellement du secteur non-socialiste, est dirigé par l’Union des Caisses Coopératives de l’Artisanat et de l’Industrie. Il est composé de 100 caisses et de 80 agences. Sa vocation est d’accorder des financements aux artisans et aux travailleurs indépendants à domicile. Depuis 1985, et compte tenu de leur poids dans la production des biens de consommation, les artisans peuvent désormais obtenir des crédits destinés à la modernisation de leur appareil productif.

34e) Les Caisses d’épargne forment le réseau le plus dense du système financier avec 2400 succursales. Les ménages y déposent leur épargne et les montants col­lectés, qui ont plus que doublé sur les quinze dernières années pour atteindre 135 milliards de marks de la RDA, constituent des ressources destinées à financer les crédits à la consommation et les prêts à l’acquisition de logements privatifs. L’administration des Postes possède également ses propres caisses d’épargne, mais les fonds collectés représentent à peine 3% de l’encours des Caisses d’épargne.

2. La politique du crédit à l’économie

35Déterminées par les autorités centrales du pays (gouvernement et comité du Plan), les orientations en matière de crédit ont été conçues de manière à favoriser le développement des différents secteurs de l’économie nationale.

a) Le secteur des combinats industriels

36Le taux d’intérêt moyen est de 5% l’an, mais, dans le cas de non respect des objectifs du Plan ou des échéances de remboursement, il peut s’élever jusqu’à 12%. Par ailleurs, la durée des prêts à long terme est de 5 ans d’une manière générale et au maximum de 3 ans dans le cas d’un concours bancaire destiné à moderniser l’appareil productif d’une entreprise.

b) Le secteur artisanal

37Les artisans ont la possibilité d’obtenir des crédits pour une durée de 8 ans au taux de 5% l’an. S’ils sont utilisés à compenser des pertes exceptionnelles, le taux est de 8%. Si les conditions de remboursement ne sont pas respectées, le taux passe à 12%.

c) L’agriculture

38Ce secteur est relativement favorisé par rapport aux autres. En effet, les crédits à long terme destinés à développer la production agricole ont une durée de 10 à 25 ans en fonction des dépenses engagées et les taux d’intérêt ne sont jamais supérieurs à 5%. La part des investissements dans ce secteur est cependant tombée de 10% à 8% du total de la FBCF depuis le début de la décennie, traduisant le choix politique en faveur de l’industrie.

3. La monnaie et les taux de change

39La RDA utilise un mark-devise et un mark-interne. À l’origine, la valeur de la monnaie nationale correspondait à une quantité d’or pur. À partir de cette parité, la Banque d’état fixait un cours de la monnaie-devise en dollars. Après 1971, ce cours a été révisé mensuellement ou plus fréquemment par référence à un panier de devises internationales. La valeur de la monnaie interne est déterminée à partir de la monnaie-devise et varie selon le type d’opérations réalisées et selon des moda­lités différentes pour chaque pays.

40Les principes de base du système des taux de change sont les suivants :

41a) pour le mark-devise (appelé également valuta-mark)

  • un taux officiel pour les opérations commerciales en devises convertibles ou en clearings exprimés en devises convertibles.
    Le fait que le mark de la RDA (Mark der DDR ou DDM) est inconvertible, de même que les autres monnaies du C.A.E.M., a une incidence sur les courants commerciaux. La valeur de cette unité de compte, fixée par les autorités moné­taires, varie en fonction des impératifs du commerce extérieur et des besoins d’importations et d’exportations du pays.
    S’agissant des opérations commerciales avec les autres pays occidentaux, les partenaires ont recours à des comptes en devises convertibles détenues par la RDA.
    Les transactions entre la RFA et la RDA reposent sur l’accord inter-allemand de 1951. Il est stipulé qu’elles sont effectuées par la voie de compensation bilaté­rale, sans droits de douane. La Bundesbank et la Banque d’état de RDA sont chargées d’en contrôler la réalisation.

  • un taux pour convertir en marks-devises les opérations commerciales avec les pays du C.A.E.M. effectuées en roubles transférables, fixé sur la base des parités-or du rouble et du mark de la RDA. Les échanges commerciaux se réalisent sur la base d’accords à long terme, compte tenu de la détermination quinquennale des prix, avec conversion du mark en rouble transférable. En effet, depuis l’accord de 1963 sur les règlements multilatéraux, cette dernière monnaie sert d’unité de compte entre les états socialistes pour calculer les prix des biens et des prestations de service (1 RT = 4,6 marks-devises).

  • un taux pour les opérations non commerciales effectuées en roubles transfé­rables avec les pays du C.A.E.M.

Il est à noter que pour les échanges avec les pays en voie de développement, le système de la compensation est fréquemment utilisé.

42b) Pour le mark-interne :

  • un taux de change pour les touristes occidentaux ou les Allemands ayant des devises convertibles (DEM 1 = DDM 1).

  • un taux bonifié d’une prime de change pour les opérations non commerciales en devises convertibles.

  • un change limité en DDM pour les citoyens des pays socialistes se rendant en RDA.

B – Une création monétaire excessive

43Alors que la RDA avait toujours insisté sur la croissance équilibrée de son économie, niant par là-même les déséquilibres internes, l’annonce récente par les autorités gouvernementales d’un déficit budgétaire de 15 milliards de DDM et d’une dette publique de 130 milliards reflète, d’une manière générale, les diffi­cultés financières auxquelles sont confrontés les pays du C.A.E.M., eu égard à leur mode de développement.

44Le déficit budgétaire de 15 milliards représente 7% du revenu national et 15% du total des subventions au bénéfice de la population. L’état consacre la majeure partie de ses ressources à la garantie de prix stables pour les produits de première nécessité, soit 48% de l’ensemble des subventions nationales, ainsi qu’au logement et à l’éducation qui représentent chacun 14% du total. En 7 ans, les aides à la population ont progressé de 100% (200% pour celles visant à stabiliser les prix), alors que la richesse nationale n’augmentait que de 30% en valeur. Cette politique sociale active, conjuguée à une croissance de l’activité économique relativement modérée, peut être considérée comme étant la cause principale du déséquilibre budgétaire.

45S’agissant du montant de 130 milliards de DDM de dette publique interne, représentant la moitié du revenu national, il ne saurait surprendre. Le mode de développement quantitatif des pays socialistes – où la logique du volume produit l’emporte sur la rationalité du marché – les a conduits à accroître leurs investisse­ments lourds aux dépens de la production des biens de consommation, donc du niveau de vie de la population.

46Des dépenses d’investissements trop importantes (projets souvent très ambi­tieux, abandonnés quelques années après leur lancement ou ne donnant pas les résultats souhaités), accompagnées de distributions massives de salaires, ont entraîné une création monétaire surabondante (cf. annexe III) qui ne trouve pas à s’employer dans l’achat de biens de consommation. L’épargne forcée est, en partie, drainée par les Caisses d’épargne, c’est-à-dire par l’état pour financer les déficits budgétaires, une autre partie étant thésaurisée par les ménages. L’épargne totale s’élèverait à 140 milliards de DDM.

47Selon les statistiques officielles, le coût de la vie est stable, mais il faudrait prendre en compte l’inflation réprimée par le biais des importantes subventions qui permettent cette stabilité des prix à la consommation.

48Il est difficile d’évaluer en termes de taux d’inflation ce que représente les désajustements entre l’offre de monnaie et l’offre de biens. Toutefois, si l’on s’inspire des calculs effectués par les économistes soviétiques confrontés à une situation identique, il est vraisemblable que, dans les conditions normales du marché, la hausse des prix pourrait être de l’ordre de 10%.

III. La structure des échanges commerciaux avec l’étranger et la dégradation récente des comptes extérieurs

49La République Démocratique Allemande a maintenu, au cours des années, une répartition géographique de ses échanges commerciaux à peu près constante. Les pays du C.A.E.M. représentent 69% du volume total (dont 39% pour l’Union soviétique), les pays industrialisés à l’économie de marché 25% et les pays en voie de développement 6% (cf. annexe IV)

A – La structure des échanges commerciaux

1. Les échanges avec les pays du C.A.E.M.

50Les principales exportations est-allemandes vers les pays du C.A.E.M. sont composées de biens d’équipement et de produits chimiques. Elles représentent 84% du total des ventes de ces produits à l’étranger. L’Union soviétique est le principal client avec une part supérieure à 50%.

51Concernant les importations de biens d’équipement, 74% des achats sont effectués dans la zone C.A.E.M., l’URSS y participant pour 25%. Par ailleurs, la quasi-totalité des produits énergétiques importés – dont, notamment, le pétrole brut (21 millions de tonnes) – proviennent de ce dernier pays. Le coût total des impor­tations d’hydrocarbures s’élève, selon les statistiques soviétiques, à 3,1 milliards de roubles ($ 4,8 milliards).

52Ces échanges, réglés selon le principe de la compensation, permettent à la RDA de faire l’économie de $ 3 milliards par an, en devises convertibles, en prenant en compte les prix mondiaux. Cet exemple illustre le poids financier que représen­terait l’abandon du système économique régissant les transactions intra-C.A.E.M.

2. Les échanges avec les pays occidentaux (cf. annexes V, VI et VII)

53La part des pays occidentaux dans le commerce extérieur est-allemand est restée à peu près stable au cours des cinq dernières années malgré une hausse relative de 3% des achats à cette zone et une baisse modérée de 2% des exportations.

54S’agissant de la composition des échanges, on peut observer sur les cinq dernières années une stagnation des exportations des biens d’équipement et une hausse de leurs importations ainsi qu’une baisse des ventes de pétrole raffiné. L’en­semble des partenaires commerciaux a été touché par ces changements et notam­ment la RFA qui est le pays occidental avec lequel la RDA entretient les rapports économiques les plus importants. Toutefois, de 1984 à 1987, la part de l’Alle­magne fédérale dans le total du volume du commerce extérieur de la RDA a régu­lièrement baissé, revenant de 8% à 7,1%. Depuis l’an dernier, un redressement des échanges inter-allemands semble se dessiner. Pour les dix derniers mois de 1989, les exportations de la RFA ont progressé de 13% alors que ses importations en provenance de RDA augmentaient de 8%. Plus de 80% des achats de l’Allemagne de l’Est ont porté sur des biens d’équipement alors que les produits alimentaires et les biens de consommation courante n’ont représenté que 16% du total.

55D’une manière générale, la RDA a eu à subir les conséquences de la baisse des prix du pétrole importé d’URSS et réexporté vers la RFA. En outre, elle a accru ses ventes de matières premières telles que les métaux et les produits chimiques. Par suite, le solde commercial s’est dégradé (voir infra paragraphe B) et dans ses échanges avec les pays occidentaux, ce pays industriel présentait une structure de commerce extérieur d’un pays exportateur de produits de base.

3. Les échanges avec les pays en voie de développement

56Les principaux partenaires – le Brésil, l’Inde, l’Iran, l’Irak et l’Egypte – im­portent essentiellement des biens d’équipement. La balance commerciale de la RDA avec l’ensemble des pays en voie de développement est généralement posi­tive (de près de $ 400 millions en 1987 et 1988), mais le problème principal porte sur ses créances qui, vis-à-vis de l’ensemble des pays du Tiers Monde, s’élèvent à près de $ 3,6 milliards dont une partie peut être considérée comme douteuse.

B – La dégradation des comptes extérieurs (cf. annexe IV)

57Depuis 1983, le solde commercial positif s’est sensiblement détérioré vis-à-vis des pays de l’OCDE. Il est passé de $ 1,3 milliard à $ 85 millions l’an dernier. Cette dégradation est imputable à la hausse moyenne annuelle de 3,5% des achats à l’étranger, alors que le rythme de croissance des exportations était inférieur à 1%. Les exportations en biens d’équipement, notamment, ont stagné, la RDA perdant des parts de marché dans les pays de l’OCDE au profit du Sud-Est asiatique. Les recettes liées aux ventes d’énergie ont baissé de près de 20% sur la période.

58L’excédent de la balance courante avec les pays de la zone OCDE s’est réduit, entre 1985 et 1988, de $ 1,6 milliard, pour s’établir à $ 0,59 milliard. Il faut noter que l’Allemagne de l’Est bénéficie de transferts financiers importants en prove­nance de la RFA qui concernent notamment l’entretien d’infrastructures et d’équi­pements situés en RDA ainsi que les droits de transit payés par les occidentaux traversant le pays. Le total de ces fonds est estimé à près de $ 2 milliards.

59L’endettement brut extérieur a augmenté, passant de $ 14,40 milliards en 1985 à plus de $ 20 milliards actuellement et les ratios d’endettement se sont alourdis. Les réserves en devises convertibles ont régulièrement progressé depuis cinq ans pour approcher deux ans d’importations en 1988 grâce, notamment, à la bonne gestion de la dette dont une partie des encours est venue gonfler ses réserves en devises convertibles. Toutefois pour la fin de l’année, une baisse de 26% par rapport à l’an dernier est à prévoir, en raison de la contraction de l’excédent de la balance courante et de la nécessité, pour la RDA, d’assurer le service de la dette.

Situation externe vis-à-vis des pays de l’OCDE

1985

1986

1987

1988

1988*

1989**

Balance courante (en Mds de $)

1,58

0,78

0,73

0,59

-

0,15

Dette brute (en Mds de $)

14,40

15,70

18,90

20,0

-

21,20

Dette nette (en Mds de $)

7,80

8,30

19,90

10,90

-

11,30

Dette nette/Exportation (en %)

89

89

107

106

(153)

119

Réserves/Importations (en %)

130

145

189

191

(59)

165

Service de la dette/ Exportations (en %)

41

46

50

72

(35)

70

* Moyennes du CAEM pour 1988
** Prévisions

Sources : OCDE, BRI

Principaux créanciers (Banques commerciales) en $ milliards au 31/12/1988

Japon

3,99

R.F.A.

2,90

France

2,14

Royaume-Uni

1,23

Italie

1,02

Suisse

0,57

Hollande

0,45

Etats-Unis

0,17

Divers

6,08

Sources : Planecon

IV. Les réformes économiques envisagées

60Depuis 1985, le rythme d’expansion de l’activité économique a eu tendance à se ralentir. En 1988, le taux de croissance du P.M.N. s’est établi à 3% alors que, trois ans plut tôt, il était de 5,2%. Tous les secteurs de l’économie ont été affectés, notamment agriculture et une partie de l’industrie. Toutefois, le secteur industriel, par son poids dans le revenu national, reste un atout important pour les perspec­tives de rapprochement avec les pays industrialisés à économie de marché. Le secteur des services caractérisé par une structure juridique individuelle et coopé­rative représente également un avantage économique et un point de passage vers une société où les mécanismes de marché devraient jouer un rôle accru.

61Le principe des réformes repose comme pour tous les pays de l’Europe de l’Est sur une modification des mécanismes économiques allant vers la libéralisation des secteurs industriels et financiers et la redéfinition du rôle de l’état. La priorité doit être donnée à l’assouplissement de la gestion centralisée. Le plan doit perdre son rôle moteur dans la définition des objectifs économiques et sociaux du pays. Toutefois, il peut garder une fonction indicative dans la politique économique.

62Le budget de l’état, qui couvre actuellement la quasi-totalité du revenu national, doit prendre une place beaucoup moins importante dans l’activité. L’assouplisse­ment des mécanismes économiques, en donnant une large place au marché, aura pour contrepartie une diminution des dépenses budgétaires aussi bien dans le secteur industriel que dans le domaine social.

63Les entreprises devront fonctionner de manière autonome. Les grands combi­nats pourraient être démantelés, à l’exception de ceux appartenant aux secteurs industriels prioritaires comme l’énergie, et les petites entreprises, seront privatisés. La modernisation des combinats – dont l’équipement a été insuffisamment renou­velé depuis le début de la décennie (le poids des subventions de prix à la consom­mation ayant réduit les capacités budgétaires de l’état) – nécessiterait, selon certaines estimations, une dépense équivalente au PNB annuel de la RDA ($ 200 milliards).

64Dans le secteur bancaire, où la politique financière dépend encore des objectifs du plan, une réorganisation devrait intervenir. La Banque Centrale devrait perdre ses fonctions commerciales, qui seraient transférées à des établissements financiers indépendants. Les taux d’intérêt peu élevés qui étaient pratiqués auparavant seront sans doute augmentés pour tenir compte de la nouvelle réalité économique du pays.

65Dans le cadre des négociations concernant le traité de novembre 1980 sur la création d’une « communauté contractuelle » visant à développer les liens écono­miques entre la RFA et la RDA, un nouveau taux de change touristique du DDM a été fixé à DEM 0,33 pour les Allemands de l’Ouest, alors que le cours officiel est DDM 1 = DEM 1. Sur le marché parallèle, la décote du DDM a approché 95%. Dans le cas d’une union monétaire avec la RFA, de nombreux problèmes de prix et de salaires seront à résoudre.

66Dans le domaine de l’organisation administrative, il devrait être procédé à des transferts de salariés des secteurs administratifs (ministères, combinats) vers les nouvelles branches qui se développeront telles que les industries de précision.

67S’agissant des relations économiques internationales, la RDA était le seul pays du C.A.E.M. à ne pas avoir encore de sociétés mixtes à capitaux étrangers. Les perspectives industrielles offertes devraient inciter les partenaires occidentaux à investir dans des branches telles que la chimie, l’électronique et la construction mécanique. La République fédérale d’Allemagne a, de son côté, décidé d’appliquer une politique active, sous la forme de création de sociétés mixtes, et par l’octroi de crédits garantis visant à favoriser des exportations de marchandises ouest-alle­mandes pour un montant de $ 3,5 milliards.

68Ces perspectives d’évolution pourront être pour certaines, sans objet, pour d’autres, considérablement accélérées, si l’unification des deux Allemagnes se précipitait.

ANNEXE I

Principaux indicateurs de croissance (en % de progression par rapport à l'année précédente)

Années

Produit matériel net

Production industrielle brute

Investisse­ment brut

Production agricole brute

Exporta­tions

Importa­tions

1970-1974 (1)

5,5

6,5

6,7

4,1

9,4

9,5

1975-1979 (1)

4,2

5,3

5,0

0,8

6,7

5,5

1980

4,4

4,7

4,0

0,7

3,6

5,1

1981

4,8

4,7

2,7

1,6

8,4

- 1,3

1982

2,6

3,1

- 1,4

- 4,0

5,4

- 4,7

1983

4,6

4,1

3,6

4,1

10,6

5,3

1984

5,5

4,2

- 7,4

7,7

2,1

3,6

1985

5,2

4,4

2,4

3,2

2,1

3,1

1986

4,3

3,7

5,5

-

0,5

4,7

1987

3,6

3,1

12,8

- 0,7

- 0,7

3,4

1988

3,0

3,7

5,0

- 4,0

1,0

3,3

1989 (2)

3,0

3,5

7,0

-

1,8

1,8

(1) Moyennes annuelles
(2) Prévisions

Sources: Commission Economique pour l'Europe - 1989-, OCDE et Planecon

ANNEXE II

Part des grands secteurs dans l'investissement (en %)

1980

1984

1988

Industrie, dont

52,26

55,03

58,21

- Construction mécanique

11,46

12,80

17,49

- Chimie et énergie

9,12

10,06

9,03

- Matériels de construction

1,96

1,21

1,00

- Textiles

1,28

1,70

1,85

- Agro-alimentaire

2,79

2,94

2,80

- Divers

25,65

26,32

26,04

Construction

2,60

1,43

1,50

Agriculture

10,33

8,61

7,97

Transports et communications

8,58

8,14

7,38

Commerce

2,95

2,59

2,40

Divers

1,26

1,35

2,50

Logement

11,54

13,67

11,64

Science, éducation, culture

4,01

3,78

4,08

Santé

2,03

1,65

1,27

Divers

4,44

3,74

3,05

Total

100,00

100,00

100,00

Sources : Planecon - Annuaire statistique de la RDA -

ANNEXE III

Evolution du revenu national produit, du revenu réel par habitant et de l'épargne des ménages (1970 = indice 100)

Années

Revenu national produit

Revenu réel par habitant

Epargne

1970

100

100,0

100

1975

130

-

144

1980

159

162,4

191

1981

167

-

197

1982

171

176,4

206

1983

179

180,6

217

1984

189

189,8

228

1985

199

199,6

239

1986

207

211,0

254

1987

215

220,7

272

1988

221

229,7

291

Sources : Annuaire statistique de la RDA

ANNEXE IV

Commerce extérieur de la RDA avec l'ensemble de ses partenaires économiques

1980

1985

1986

1987

1988

Total des exportations1)

57 130,6

93 490,5

91 501,1

89 910,0

90 175,8

Pays socialistes (2)

8 510,7

13 030,8

13 090,2

13 259,3

13 426,5

— URSS

4 370,7

7 606,9

7 345,5

7 256,0

7 150,9

— Europe

3 441,9

4 609,6

4 942,6

5 193,8

5 391,0

— Autres

698,2

814,3

802,1

809,5

884,6

Pays non socialistes (3)

5 276,9

8 832,5

9 217,4

9 313,3

9 360,1

— Europe

4 010,8

7 351,6

7 602,7

7 656,0

7 823,0

— Amérique du Nord

75,5

107,3

159,6

171,9

158,0

Pays en développement

1 105,0

1 236,4

1 311,9

1 318,9

1 197,0

Total des importations1)

62 970,3

86 701,0

90 465,1

86 646,3

87 161,2

Pays socialistes (3)

8 591,4

12 478,5

13 187,8

12 849,0

12 834,1

— URSS

4 759,8

7 380,4

7 788,7

7 417,8

7 092,6

— Europe

3 210,8

4 328,4

4 580,6

4 604,7

4 846,2

— Autres

620,9

769,7

818,4

826,5

895,3

Pays non socialistes (3)

6 932,4

7 694,0

8 764,3

8 865,1

9 275,1

— Europe

5 008,7

6 179,2

7 241,6

7 491,7

8 052,8

— Amérique du Nord

517,6

202,0

171,5

89,2

73,2

Pays en développement (3)

1 116,5

991,8

1 093,7

901,5

806,2

Balance commerciale (1)

– 5 839,7

6 789,5

1 040,0

3 263,7

3 014,6

Pays socialistes (2)

– 80,7

552,2

– 97,6

410,3

592,4

— URSS

– 389,1

226,5

– 443,2

– 161,8

58,3

— Europe

231,1

281,1

362,0

589,1

544,8

— Autres

77,3

44,6

– 16,3

– 17,0

– 10,7

Pays non socialistes (3)

– 1 655,5,

1 138,5

453,1

448,2

85,0

— Europe

– 997,9

1 172,4

361,1

164,3

– 229,8

— Amérique du Nord

– 442,1

– 94,7

– 11,9

82,7

84,8

Pays en développement (3)

– 11,5

244,6

218,2

417,4

390,8

(1) en millions de valuta-marks (en 1988 1 VM = $ 0,35)
(2) en millions de roubles ( en 1988 SUR 1 = 4,6 VM ou $ 1,6)
(3) en millions de dollars

Source : Planecon

ANNEXE V

Commerce extérieur de la RDA avec les pays d'Europe occidentale

Répartition par pays (en %)

1980

1981

1982

1983

1984

1985

1986

1987

1988

Total Europe occidentale

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

(Mds de marks devises) dont

29,8

35,2

38,1

43,2

48,3

50,1

48,9

45,6

46,7

R.F.A.

61,5

46,0

46,9

43,5

36,5

37,6

40,6

46,0

44,6

Autriche

6,6

7,4

7,9

10,9

9,7

8,5

6,4

6,9

7,5

Belgique

5,3

5,1

5,2

7,3

7,8

4,8

3,2

3,0

3,9

France

7,3

9,1

7,0

6,9

4,7

5,5

5,7

6,5

6,7

Grande-Bretagne

5,9

4,9

5,9

6,8

5,2

5,2

4,4

4,7

4,8

Italie

3,4

3,5

2,4

1,3

1,9

1,9

2,6

2,8

3,1

Hollande

5,9

6,3

3,2

4,0

4,3

3,7

3,3

4,2

6,1

Suède

5,0

4,5

5,8

3,8

4,0

3,4

2,9

4,4

3,8

Suisse

8,5

7,1

6,6

6,0

8,8

6,3

6,2

6,8

8,5

Turquie

0,6

0,4

0,4

0,2

0,1

0,1

0,1

0,2

0,2

Divers

-16,1

0,6

4,6

5,6

13,2

17,7

19,9

9,6

4,6

Sources : Planecon - Annuaire statistique de la RDA -

ANNEXE VI-1

Structure du commerce extérieur

Part des échanges par groupe de produits (en %)

1980

1984

1985

1986

1987

1988

Total des exportations

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Biens d'équipement

51,3

47,0

46,6

46,7

48,0

47,6

Energie et métaux

14,8

17,5

20,0

15,9

16,7

15,1

Matières premières agricoles

6,4

8,3

7,7

7,8

6,8

7,0

Produits manufacturés

14,8

15,1

14,1

16,4

16,0

16,4

Produits chimiques et mat. de construction

12,7

12,1

11,6

13,2

12,5

13,9

Total des importations

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Biens d'équipement

30,8

26,0

26,8

29,5

34,1

37,0

Energie et métaux

36,7

41,6

42,5

39,8

38,0

33,5

Matières premières agricoles

18,9

17,8

16,1

15,6

13,1

14,1

Produits manufacturés

5,0

5,7

6,2

6,5

5,7

5,7

Produits chimiques et mat.de construction

8,6

8,9

8,4

8,6

9,1

9,7

Sources : Planecon - Annuaire statistique de la RDA -

ANNEXE VI-2

Structure du commerce extérieur

Variation des échanges (en %)

1981

1982

1983

1984

1985

1986

1987

1988

Total des exportations

15,4

14,1

12,0

7,3

3,4

- 2,1

- 1,7

0,3

Biens d'équipement

10,0

13,2

10,3

5,5

2,5

- 1,9

- 1,0

- 0,5

Energie et métaux

31,0

25,7

7,1

6,1

18,2

- 22,2

-3,2

- 9,3

Matières premières agricoles

33,4

6,4

28,2

12,8

- 4,1

- 0,9

- 14,3

3,2

Produits manufacturés

9,9

14,9

10,4

15,8

- 3,4

13,8

- 4,1

2,8

Produits chimiques et mat. de construction

16,3

6,1

18,5

3,1

- 0,9

11,4

- 7,0

11,5

Total des importations

6,4

4,3

9,0

9,6

3,8

4,3

- 4,2

0,6

Biens d'équipement

10,5

4,9

1,3

- 4,7

7,0

14,9

10,7

9,1

Energie et métaux

6,7

13,1

8,2

15,1

6,1

- 2,3

- 8,6

- 11,3

Matières premières agricoles

0,2

- 4,5

19,1

9,6

- 6,1

1,1

- 19,6

8,3

Produits manufacturés

4,3

- 10,6

14,2

42,0

12,9

9,4

- 16,0

0,6

Produits chimiques et mat. de construction

5,2

- 9,2

22,3

17,5

- 2,0

6,8

1,3

7,2

Sources : Planecon - Annuaire statistique de la RDA -

ANNEXE VII-1 :

Echanges commerciaux de la RDA avec la RFA

Part de chaque produit

1980

1984

1985

1986

1987

1988

Total des exportations

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Biens d'équipement

10,72

10,09

10,40

13,44

13,41

13,29

Energie et métaux

29,39

25,85

24,92

15,43

15,85

12,96

Matières premières non agricoles *

25,34

30,51

30,92

33,61

33,41

38,31

Matières premières agricoles

10,82

9,26

9,26

9,25

9,55

9,47

Produits manufacturés

23,10

23,79

24,08

27,45

26,69

24,94

Divers

0,63

0,50

0,42

0,82

1,08

1,03

Total des importations

100,00

100,00

100,00

100,00

100,00

100,00

Biens d'équipement

24,90

15,17

16,77

26,00

33,89

35,39

Energie et métaux

16,80

11,67

15,50

7,81

6,89

5,34

Matières premières non agricoles*

39,05

49,17

44,78

42,73

40,37

39,94

Matières premières agricoles

10,83

15,36

13,19

10,42

8,60

8,29

Produits manufacturés

7,33

7,38

8,71

11,60

8,68

9,62

Divers

1,10

1,25

1,05

1,44

1,57

1,42

* dont produits chimiques

Sources : Planecon - Annuaire statistique de la RDA -

ANNEXE VII-2 :

Echanges commerciaux de la RDA avec la RFA

Variation des échanges (en %)

1981

1982

1983

1984

1985

1986

1987

1988

Total des exportations

8,4

9,7

3,6

12,6

- 1,4

- 10,4

- 2,9

2,1

Biens d'équipement

- 7,4

11,9

7,6

17,1

1,7

15,9

- 3,0

1,1

énergie et métaux

11,7

6,2

- 7,2

10,9

- 4,9

- 44,5

- 0,2

- 16,5

Matières premières non agricoles*

18,0

7,4

12,0

17,7

- 0,1

- 2,6

- 3,5

17,2

Matières premières agricoles

8,8

4,6

6,1

- 1,6

- 1,4

- 10,5

0,3

1,3

Produits manufacturés

1,1

19,1

5,4

12,6

- 0,2

2,2

- 5,5

- 4,6

Divers

2,9

16,7

- 19,0

- 14,7

- 17,9

75,0

28,6

- 2,8

Total des importations

5,3

14,5

8,9

- 7,8

23,3

- 5,7

- 0,6

- 1,8

Biens d'équipement

2,7

- 9,5

- 13,9

- 7,8

36,3

46,3

28,3

3,0

énergie et métaux

19,6

- 20,2

- 6,4

- 5,8

63,8

- 52,5

- 12,4

- 24,3

Matières premières non agricoles*

2,6

35,5

19,7

- 8,5

12,3

- 10,0

- 6,6

- 2,9

Matières premières agricoles

- 3,1

65,6

22,4

- 12,5

5,9

- 25,4

- 18,0

- 5,8

Produits manufacturés

7,0

6,3

3,2

4,0

45,5

25,7

- 25,7

8,2

Divers

17,2

10,3

2,7

3,9

3,8

28,9

8,4

- 11,2

* dont produits chimiques

Sources : Planecon - Annuaire statistique de la RDA

Notes

1 Le Produit Matériel Net (P.M.N.) correspond au P.N.B. moins les services et les amortissements.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr