Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Chapitre 3 : Population et économie

La rda 1949-1989 : Quarante ans d’histoire démographique

Michel Hubert

Full text

Tableau 1
a) Population de l’Allemagne en 1939*

Ouest

Centre

Est

Total

43,0

16,7

9,6

69,3

* (Frontières de 1937)

b) Population des Allemagnes 1949-1987

RFA

RDA

Total

1949

49,2

18,8

68

1960

55,4

17,2

72,6

1970

60,6

17,1

77,7

1980

61,5

16,7

78,2

1987

61,1

16,6

77,7

1Avant d’examiner plus en détail l’histoire de la population dans cette partie d’Allemagne, il convient d’effectuer une réflexion d’ensemble sur l’histoire du peuple allemand depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

2En un peu plus d’une génération, l’histoire de la population dans les deux états allemands nous offre un exemple saisissant de la plupart des grands mouvements décrits par les ouvrages théoriques : surmortalité et naissances différées après un conflit, migrations liées à la politique ou à l’économie, explosion et recul démo­graphiques, excédent des naissances puis des décès ; tout est là qui peut constituer la matière pour un précis de démographie.

3Mais ce qui frappe à l’examen, surtout en comparant avec les pays voisins, c’est l’amplitude des mouvements, qu’il s’agisse du mouvement naturel ou des mouve­ments géographiques. On pourrait penser que, sur ce point aussi, les deux États assument involontairement un héritage marqué de longue date par l’ampleur et la brutalité des phénomènes de population, si l’on songe à la catastrophe de la Guerre de Trente Ans, à l’irrésistible croissance du xixe siècle, au recul abrupt de l’entre-deux-guerres ou encore aux efforts natalistes déployés par les dirigeants d’un IIIe Reich redoutant la décadence démographique et la contamination étrangère.

4En 40 ans, les deux États allemands vont donc être confrontés à cette violence des faits démographiques. C’est cette histoire, vue sous l’angle de la RDA, que l’on peut maintenant tenter de brosser.

Graphique 1 : RFA- RDA Évolution de la densité démographique (1939) 1949-1986

Image 2000018B0000314D00001DDEB35E7C24.wmf

5Dans une première phase, ils connaissent des évolutions contradictoires : en RDA l’hémorragie, en RFA l’explosion démographique et l’irruption de réfugiés par millions. Puis, à la fin des années soixante, une convergence se manifeste. Au moment où ces deux morceaux de l’ancienne Allemagne renouent quelques liens, ils découvrent que leur fécondité s’effondre. Le retour à une situation proche de celle de Weimar fait alors apparaître la période nazie et la reconstruction comme un intermède dans une histoire qui, obstinément, poursuit la transition démogra­phique amorcée sous le Reich wilhelminien. Chaque État cherche des remèdes, l’un préférant la politique familiale, l’autre acceptant l’immigration, mais tous les deux doivent se résigner, au mieux, à une stagnation de leur population pour les décennies à venir.

A - 1949-1969 : les évolutions contradictoires et l’hémorragie en rda

6Si les deux décennies qui suivent la fondation de la RFA et de la RDA sont avant tout marquées par des évolutions contradictoires sur le plan démographique, l’explication en est, bien sûr, l’héritage de la Seconde Guerre mondiale avec la coupure de l’Allemagne et l’intégration des deux États dans des blocs antagonistes.

7On observe alors deux phénomènes inverses et, pour ainsi dire, complémen­taires – l’hémorragie en RDA et l’explosion démographique en RFA – dont le point culminant sinon ultime se situe en 1961, lorsque l’érection du Mur de Berlin vient parachever une séparation entreprise en 1946.

  • 1 Statistiques de Bruno Gleitze, Ostdeutsche Wirtschaft, cité par Gert Leptin, Die deutsche Wirtschaf (...)

8Pourtant, à l’origine, les structures démographiques étaient fort semblables dans ces deux parties de l’Allemagne qui allaient se dissocier : en 1939, le morceau qui allait devenir la RFA compte 39,4 millions d’habitants, soit 57% de la population du Reich (dans ses frontières de 1937) ; on observe que la production industrielle par tête y est de 1185 RM alors que dans la future RDA comptant 15,1 millions d’habitants, soit 22% du total, cette production atteint 1380 RM par tête1. Si l’on intègre les statistiques concernant Berlin, il apparaît qu’en 1939 la future RFA a une population de 43 millions et une densité de 173 hb au km; pour la future RDA la population est de 16,7 millions et la densité de 154 hb au km2 (cf. Tableau 1).

9En 1946, cette similitude des structures démographiques se vérifie encore ; on note même une progression plus rapide de la densité dans la zone soviétique d’occupation par rapport aux zones occidentales, le phénomène étant dû pour l’essentiel à l’afflux des réfugiés et expulsés venus des territoires de l’Est. C’est en 1948-1949, donc au moment où se constituent les deux États, qu’un tournant se dessine, indiquant que désormais ces Allemands déracinés se fixent de préférence dans la partie occidentale de l’Allemagne. Au cours de cette période également, se précise un mouvement de départ à l’Ouest d’habitants originaires de la zone orien­tale, et ce, sous l’effet des transformations politiques, économiques et sociales que l’on connaît ; après la fondation de la RDA, le processus se développe, constituant pour le pays une véritable perte de substance (cf. graphique 1).

10De 1949 à 1969, la population de la RDA est passée de 18,8 millions d’habitants à un peu plus de 17 millions, soit une diminution de 9,2% ; le pays ayant connu jusqu’en 1968 un excédent naturel, cette réduction du chiffre absolu de la population s’explique par un solde migratoire négatif.

1. Les pertes par émigration

11Alors qu’en 1950, déjà plus d’un million d’habitants originaires de la zone soviétique d’occupation sont recensés en RFA, la balance migratoire entre les deux États allemands témoigne, pour la période 1950-1961, d’une perte d’environ 3,1 millions de personnes, la construction du Mur de Berlin stoppant l’essentiel d’un mouvement qui, sur vingt ans, correspond au départ d’environ 3,8 millions de citoyens de RDA. Le mouvement inverse ayant été relativement modeste (530 000 personnes), cela représente au total une perte d’environ 1/6 par rapport à la population d’origine.

12Des fluctuations considérables apparaissent entre 1950 et 1960 dans ce mouve­ment d’émigration équivalant en moyenne au départ de 615 personnes par jour.

13Ainsi l’année 1953, celle de la mort de Staline, marquée par le soulèvement ouvrier à Berlin-Est et dans d’autres villes de RDA (le 17 juin), voit la fuite de 331 000 personnes contre 182 000 l’année précédente. En revanche, en 1954, la « libéralisation » esquissée après les troubles (der Neue Kurs) entraîne une nette diminution de l’hémorragie (184 000 personnes) ; celle-ci reprend en 1955-1957 avec de nouveau un maximum (280 000 personnes) en 1956, année de la révolution hongroise et des émeutes de Pologne. Au cours des années suivantes, le phéno­mène continue en reflétant à la fois la consolidation économique du régime (seule­ment 144 000 réfugiés en 1959) et les différents phases de la collectivisation et de la « socialisation », particulièrement dans l’agriculture (en 1958 et 1960 : 200 000 réfugiés par an).

14Jusqu’en 1957, la plus grande partie de ceux qui quittent la RDA arrivent en Allemagne fédérale par la voie du trafic dit « interzonal » qui fut progressivement limitée puis interdite par les autorités orientales à toute personne ne possédant pas un permis spécial. À partir de ce moment, la plupart des réfugiés entrent par Berlin-Ouest : cette unique voie de sortie fut « murée » le 13 août 1961.

15Dès lors, le mouvement d’émigration se tarit presque complètement. Sur les 280 000 Allemands de l’Est qui, entre 1962 et 1972, s’installent en RFA la moitié environ sont désormais des personnes âgées de plus de 65 ans ayant obtenu une autorisation de sortie.

  • 2 BUNDESINSTITUT für BEVÖLKERUNGSFORSCHUNG, Materialien zur Bevölkerungswissen­schaft, vol.18, p. 64.

16En revanche au cours de la période précédente, et plus particulièrement entre 1954 et 1961, 50% des réfugiés ont moins de 25 ans et seulement 6% plus de 65 ans.2

Graphique 2 : RDA Évolution du mouvement naturel 1949-1988

Image 2000011D0000314D00001DDE85C84F5F.wmf

2. Les conséquences démographiques

17En dehors d’un effet direct sur la densité de la population qui, de 174 hb au km2 en 1949, s’abaisse graduellement à 165 en 1955, 159 en 1960 et 158 en 1970, (cf. graphique 1) l’énorme déficit migratoire a deux conséquences principales pour la structure démographique de la RDA : il entraîne tout d’abord un tassement progressif de la natalité et il contribue également à aggraver le vieillissement de la population.

18En ce qui concerne la natalité, son taux (calculé par rapport à la population totale) commence à fléchir vers 1954 ; il devient inférieur à 16‰ au moment où, inversement, le taux de natalité de la République fédérale, stable depuis 1950, se redresse et augmente de façon régulière pendant près de 10 ans, passant de 15,7‰ en 1955 à 18,2‰ en 1964. C’est ainsi que, en RDA, la reprise des naissances s’effectue de façon plus brève et moins massive : le taux de natalité y est de 16,9‰ en 1959, 17,6‰ en 1963 et 17,2‰ en 1964.

19On peut expliquer ces différences de la façon suivante. Des deux parties de l’Allemagne, la RDA est la seule à enregistrer l’arrivée en âge de procréer des générations creuses de 1931-1933, d’où le fléchissement de 1954. La RFA ne se ressent pas du phénomène, car elle a reçu et continue à recevoir par migration un apport de population jeune et féconde. De la même façon, lorsque les générations plus nombreuses, nées entre 1934 et 1942, arrivent en âge de procréer, la natalité en RFA est supérieure à celle de la RDA, car ces classes d’âge y sont surreprésen­tées en raison de l’hémorragie démographique que l’on vient d’évoquer.

20Et pourtant, dans l’ensemble, la fécondité, c’est-à-dire le nombre d’enfants nés par femme en âge de procréer, reste en RDA plus élevée que celle de la RFA, du moins jusqu’en 1965.

21On peut supposer que le maintien d’une telle fécondité s’explique par des facteurs historiques traditionnels – la fécondité d’une Allemagne centrale et orien­tale supérieure à celle d’une Allemagne occidentale – auxquels s’ajoutent les effets conjoncturels de la politique d’équipements collectifs (crèches) et d’aides à la famille menée par le gouvernement.

22En revanche, la deuxième grande conséquence de cet exode de plus de 3 millions d’Allemands de l’Est se manifeste de façon particulièrement frappante : la structure par âge de la RDA, comparée à celle de la RFA, témoigne en 1961 de graves distorsions.

23Certes, pour les classes d’âges inférieures (de 0 à 15 ans), qui ne sont pas immédiatement concernées par l’émigration vers l’Ouest, l’on peut vérifier les effets d’une fécondité légèrement plus élevée en RDA ; ainsi les moins de 15 ans y constituent 22,3% de la population totale contre 21,7 en RFA. En revanche, le déficit est particulièrement lourd entre 21 et 60 ans (49,6% de la population en RDA contre 53,3% en RFA), et inversement l’excédent se révèle important au-delà de 65 ans (14,1% de la population en RDA contre 11,1% en RFA). C’est dans ce dernier phénomène que l’on trouve – pour l’essentiel – l’explication de taux de mortalité élevés qui prévalent en RDA par rapport à la RFA.

3. Les conséquences économiques

24Les effets de cette hémorragie démographique sont, on le conçoit aisément, désastreux pour l’économie de la RDA : aucun pays ne perd 1/6 de sa population sans être obligé de modifier profondément ses structures. Il est certes exact qu’une pression démographique moindre aurait pu, dans les premières années qui suivirent la fondation de la RDA, faciliter la reconstruction. Mais, globalement, ce déficit en main-d’œuvre, souvent jeune et qualifiée, a constitué un handicap, a accéléré le processus d’intégration des femmes dans la vie professionnelle et conduit les diri­geants à miser sur le progrès technique pour compenser le travail humain.

4. Après 1961 : une population stationnaire

25La période qui suit en RDA le verrouillage des frontières avec l’Ouest, inaugure pour l’histoire de sa population l’entrée dans une phase stationnaire. Trois caracté­ristiques se détachent.

  • 3 BUNDESMINISTERIUM für INNERDEUTSCHE BEZIEHUNGEN, DDR Handbuch, Bonn, Verlag Wissenschaft und Politi (...)

26C’est, tout d’abord, un arrêt dans la diminution du nombre global d’habitants, avec une stabilisation de ce chiffre autour de 17 millions, plus précisément 17.079 306 en 1961 et 17.068 318 au 1.1.19713.

27Le deuxième phénomène est lié à l’évolution du mouvement naturel. Les excédents des naissances sur les décès, encore proches en 1961 et 1963 des valeurs enregistrées entre 1950 et 1955, décroissent ensuite rapidement ; ils passent de 80 000 personnes environ en 1961 ou 1963 à 50 000 en 1965, pour devenir nuls en 1968, et ceci en raison d’une augmentation légère de la mortalité et d’une baisse rapide la natalité : au total, sur la période 1961-1968, le gain par accroissement naturel est d’environ 370 000 personnes.

28La troisième remarque procède des deux précédentes. Sachant que, pour une population pratiquement stable, l’accroissement naturel s’élève jusqu’en 1968 à 370 000 personnes, tandis que le déficit ultérieur est de 45 000 entre 1969 et 1971, on en déduit qu’il y a maintien d’un solde migratoire négatif d’environ 325 000 personnes, dont la plupart ont émigré en RFA. Pour la décennie 1961-1971, c’est donc dix fois moins que pour la décennie précédente, mais cela représente encore près de 2% de la population moyenne.

29Ainsi, en vingt ans environ, la RDA a vu émigrer vers l’autre État allemand plus de 3 millions de personnes, soit plus de deux fois l’équivalent de son accroissement naturel, ce qui explique de façon particulièrement implacable la diminution du chiffre absolu de sa population.

30Dans le même temps, la RFA gagnait plus de 10 millions d’habitants, passant de 49,2 millions en 1949 à 60,5 en 1970 : pour plus de la moitié, ce gain provient de l’accroissement naturel ; pour le reste, il résulte d’un apport migratoire dont l’essentiel est constitué par les réfugiés de RDA et par les migrants originaires des anciens territoires de l’Est.

B - les convergences et le tournant démographique à la fin des années soixante

31Après ces évolutions contradictoires, les deux États allemands connaissent, à la fin des années soixante, un tournant qui n’est pas seulement politique. Il y a un parallélisme frappant entre le dialogue qui s’engage au printemps 1970 pour abou­tir fin 1972 à un traité de reconnaissance mutuelle, et cette convergence des évolu­tions démographiques permettant désormais de renouer avec le passé commun.

32Quelles que soient les solutions apportées au déclin prévisible, les deux pays semblent se fondre de nouveau dans une même communauté de destin.

33La chute de la natalité et de la fécondité qui se produit de façon quasi simul­tanée en RDA et RFA se caractérise à la fois par sa brutalité et par son ampleur.

1. Les prémices

34Les prémices du phénomène sont les suivantes :

35Dès 1965, l’on peut observer dans les deux pays un net fléchissement de la nuptialité. Le taux de nuptialité qui, en RDA, dépasse 8,5‰ en 1954 et s’approche de 10‰ au début des années soixante (9,9‰ en 1961), diminue ensuite progressi­vement ; à partir de 1965 il tombe au-dessous de 8‰, pour se stabiliser ensuite entre 7,3‰ en 1969 et 7,7‰ en 1970.

36En RFA où, depuis 15 ans, l’évolution de ce taux était plus régulière – tout en se situant à un niveau généralement inférieur – la nuptialité baisse également : après un maximum de 9,4‰ atteint en 1961, elle passe à 8,3‰ en 1965 pour descendre à 7,3‰ en 1970.

37L’évolution de la fécondité va dans le même sens. Avec un léger décalage entre les deux États au profit de la RFA, le début des années soixante voit les deux Allemagnes atteindre leur apogée en la matière ; mais, dès 1965 en RDA et dès 1967 en RFA, intervient un recul de la fécondité qui revêt une ampleur considé­rable puisque, en 15 ans – de 1960 à 1975 – ce taux diminue de 16,5% pour la RDA et de 18% pour la RFA.

2. Le tournant commun

38En l’espace de quelques années, le phénomène se précise : dès la fin des années soixante pour la RDA et au début des années soixante-dix pour la RFA, le mouvement naturel s’en trouve affecté dans son ensemble (cf. graphique 2).

39Certes, à l’analyse des statistiques, il ressort que, pour une part, le déficit des naissances sur les décès pourrait être expliqué grâce à une légère remontée de la mortalité, dont les taux – calculés en fonction de la population totale – augmentent dans les deux États à la fin des années soixante. Après avoir été inférieurs à 13,5‰ en RDA jusqu’à 1965, ils s’élèvent jusqu’à 14‰, voire un peu plus entre 1968 et 1975. Pour la RFA, le même phénomène se manifeste, encore qu’atténué, puisque le taux de mortalité remonte également en 1968, passant de 11,5‰ en 1967 à 12,2 et 12,1‰ entre 1968 et 1970 ; mais cette différence est si faible qu’il convient de l’interpréter comme une simple manifestation du vieillissement de la population, à un moment où la mortalité affecte les classes d’âge nombreuses nées au tournant du siècle.

40Il est clair que, pour l’essentiel, le déficit du mouvement naturel résulte d’une baisse brutale, massive et durable de la natalité. Les chiffres sont là pour nous en convaincre : en RDA, le taux de natalité passe de 16,5‰ en 1965 à 13,9‰ en 1970, puis à 10,8‰ en 1975 ; en RFA il passe de 17,7‰ en 1965 à 13,4‰ en 1970, puis à 9,7‰ en 1975.

41Les conséquences d’un tel effondrement de la natalité en Allemagne – sur 10 ans une baisse de 35% en RDA et de 45% en RFA – sont particulièrement élo­quentes : désormais les décès l’emportent sur les naissances.

42C’est au cours de l’année 1969 que la RDA enregistre le premier solde naturel négatif : 238 910 naissances contre 243 732 décès.

43Trois ans plus tard, la RFA à son tour connaît un excédent des décès : en 1972, 731 264 décès pour 701 214 naissances, soit un déficit de 30 000 personnes qui, l’année suivante, s’élève à 100 000, si bien qu’en 1974, pour la première fois de son histoire, la RFA voit désormais sa population globale diminuer.

44En dehors des années de guerre 1915-1918 et 1942-1945, jamais situation semblable ne s’était présentée en Allemagne, les deux États allemands étant en 1972 les seuls au monde à connaître de tels déficits démographiques.

3. Portée historique du phénomène

45On est ainsi conduit à s’interroger sur la signification historique d’un tel phéno­mène dont les causes sont forcément multiples et complexes.

46Il semble, tout d’abord, nécessaire d’écarter les explications de type conjonc­turel, aucun « accident » économique ou politique ne justifiant une altération aussi durable du mouvement naturel.

47De la même façon, l’explication par le mécanisme démographique des cohortes ne peut être satisfaisante ; il est certes indéniable qu’à partir de 1965, les classes creuses des années 1942-1945 arrivant en âge de procréer, une diminution sensible du nombre des naissances aurait pu intervenir pendant quelques années. Mais com­ment expliquer un recul de la natalité d’une ampleur et d’une durée telles, qu’au-delà des remèdes apportés ici ou là, il apparaît désormais comme un phénomène profond, pour ne pas dire irréversible ?

  • 4 Charlotte Höhn et Johannes Otto, « Bericht über die demographische Lage in der Bundes­republik », Z (...)

48L’analyse des principaux phénomènes expliquant ce changement de régime démographique, par rapport au régime traditionnel des siècles et des millénaires antérieurs à la Révolution industrielle, permet de recourir à des concepts généraux tels que « modernisation », « industrialisation » et « urbanisation »4, chacun ayant l’avantage d’englober la multiplicité des causes selon les périodes historiques. On le sait, l’Allemagne industrielle a débuté sa transition démographique vers 1880, soit un siècle environ après la France et vingt ans plus tard que la Grande-Bretagne : le mouvement en fut d’autant plus rapide et brutal.

  • 5 Il existe sur ce sujet une littérature abondante ; ainsi les ouvrages théoriques de Gerhard Mackenr (...)

49La période qui s’ouvre à la fin des années soixante est ainsi le prolongement de ce processus5 : la modernisation, l’industrialisation et l’urbanisation font évoluer la population et entraînent une mutation du rôle dévolu à la famille.

4. Effets et remèdes

50L’évocation des causes historiques de ce recul des naissances conduit à en apprécier les effets avec l’espoir d’en connaître les remèdes.

51La modernisation, l’industrialisation et l’urbanisation ont, très schématique­ment, exercé un double effet. D’abord un effet sur la population dans son ensemble qui cesse d’augmenter, voire régresse tout en vieillissant ; mais aussi un effet sur la famille qui se transforme dans sa constitution et sa durée, dont la taille se réduit progressivement et qui voit sa finalité profondément modifiée.

52Trois types de remèdes sont susceptibles d’être utilisés : un apport extérieur peut intervenir sous forme d’immigration, les autorités peuvent choisir d’exercer une action directe sur la fécondité par une politique nataliste, et enfin une politique économique et sociale peut être mise en place pour agir à plus long terme sur le phénomène, tout ceci n’excluant pas l’emploi combiné de telle ou telle « théra­pie ». L’évolution des deux Allemagnes après 1970 en fournit l’illustration.

53Depuis vingt ans la population des deux États allemands est donc stationnaire avec quelques variations que l’absence de recul historique ne permet pas de consi­dérer comme déterminantes. Face au recul des naissances, chaque pays tente néanmoins d’adopter une attitude conforme à ses principes et à ses intérêts : la RDA s’en tient au dirigisme et enregistre quelques succès de sa politique nataliste ; la RFA, quant à elle, préfère le « laisser-faire » et la compensation par les flux migratoires régulés selon l’activité économique.

c - L’évolution démographique en rda 1970-1989 : déclin démographique et option nataliste

54En chiffres absolus, la population de la RDA est quasiment stationnaire depuis 1970, avec même un léger recul qui se précise depuis 1983. Le pays est ainsi passé de 17 068 000 habitants en 1970 à 16 640 000 en 1986 ; si le déclin enregistré, soit – 2,5%, n’a rien de comparable avec l’hémorragie de la période précédente, on observe que ce tassement est sensiblement du même ordre de grandeur que les pertes par émigration intervenues entre 1961 et 1969.

55Cependant, entre 1970 et 1988, le déclin résulte cette fois pour l’essentiel d’un déficit du mouvement naturel de la population.

1. Les trois phases du mouvement naturel

56L’évolution du mouvement naturel en RDA correspond à trois phases.

  • 6 BUNDESMINISTERIUM für INNERDEUTSCHE BEZIEHUNGEN, DDR Handbuch, op. cit., p.217 et Materialien zum B (...)

57De 1970 à 1975, le déclin démographique s’accentue : le taux de natalité dimi­nue nettement, passant de 13,9‰ en 1970 à 10,8‰ en 1975, alors que dans le même temps la mortalité s’élève légèrement. Il en résulte un déficit croissant des naissances sur les décès, qui passe de 3 900 personnes en 1970 à 58 600 en 19756. C’est au cours de cette période que la fécondité en RDA, traditionnellement supé­rieure à celle de RFA, s’effondre : le taux net de reproduction (nombre de nais­sances féminines par rapport au nombre de femmes en âge de procréer) qui reflète assez fidèlement l’aptitude d’une population à se renouveler, passe de 1,05 en 1970 à 0,74 en 1975 ; cela signifie que le remplacement des générations, autrefois garanti, n’est plus assuré désormais qu’aux trois quarts. Toutes les classes d’âge de la population féminine en sont affectées de 15 à 45 ans, encore que le nombre de naissances diminue plus rapidement chez les jeunes femmes de 19 à 23 ans, et ceci vraisemblablement sous l’effet de la légalisation de l’avortement décidée en 1972.

58La deuxième phase, de 1976 à 1985, est celle d’un relatif redressement du mouvement naturel sous l’effet de mesures natalistes (cf infra). C’est ainsi que le taux de natalité remonte rapidement, passant de 10,8‰ en 1975 à 13,9‰ en 1978 : il atteint même 14,6‰ en 1980, puis diminue ensuite légèrement de 14‰ en 1983 à 13,7‰ en 1984. Si la mortalité générale demeure relativement stable durant cette période, les efforts de la politique gouvernementale ayant également porté sur la mortalité infantile, celle-ci diminue de 40% environ entre 1970 et 1983, contri­buant ainsi au redressement du mouvement naturel. De la sorte, dès 1978, la RDA revient pour quelques années à une situation d’équilibre entre les naissances (232 151) et les décès (232 332) ; l’année suivante, un léger excédent des nais­sances se fait jour ( + 0,1‰, soit + 2.500 personnes en 1979) qui culmine entre + 0,4%0 et + 0,7%0 de 1980 à 1984, cette amélioration correspondant à un gain annuel d’environ 6.500 personnes par an. En 1985 l’écart se comble de nouveau et l’excédent n’est plus que de 0,2‰ .

59Il semble donc qu’en 1986 ait débuté une troisième phase dans l’évolution du mouvement naturel en RDA : le retour à un léger déficit des naissances (0,1‰) et la confirmation d’un tassement de la fécondité, déjà amorcé en 1982. C’est en effet vers 1982 que s’interrompt le redressement de la fécondité obtenu grâce aux me­sures natalistes : le taux net de reproduction qui était remonté de 0,74 en 1975 à 0,93 en 1980 pour approcher encore le seuil nécessaire au renouvellement des générations, fléchit ensuite et passe à 0,89 en 1982 puis 0,86 en 1983.

  • 7 STATISTISCHES JAHRBUCH der DDR, 34e éd., Staatsverlag der DDR, Berlin 1989, p. 366.

60La natalité reflète bien évidemment ce nouveau tassement de la fécondité et son taux, proche encore de 13,5‰ en 1986 et 1987, descend à 12,9‰ en 19887.

2. Succès et limites de la politique nataliste

61Une telle évolution permet de mesurer les succès et les limites de la politique nataliste appliquée par les autorités de RDA afin de lutter contre le recul des naissances.

62Cette politique, qui combine des mesures spécifiquement natalistes (primes diverses à la naissance, aide à la mère) avec des mesures économiques et sociales favorables à la famille, est mise en place en 1972 dans un État qui, depuis sa fonda­tion, insiste sur l’importance d’un tel environnement économique et social.

63Les mesures de 1972 visent, pour l’essentiel, à contrebalancer les effets de la légalisation de l’avortement, et ceci grâce à l’augmentation des primes à la nais­sance, désormais assorties de prêts aux ménages, non remboursables en cas de naissances ultérieures ; s’y ajoutent un allongement des congés de maternité et un aménagement des temps de travail pour les mères de familles nombreuses.

64Au vu des résultats fort modestes de ces incitations, les autorités décident en 1976 un second train de mesures destinées à relancer la natalité. Outre des allè­gements substantiels en matière de temps de travail, les femmes exerçant une activité obtiennent, dès la naissance d’un deuxième enfant et pour chaque nais­sance ultérieure, un congé rémunéré d’une année (Babyjahr) s’ajoutant au congé de grossesse et de maternité. L’impact de ces mesures est proportionnel à l’impor­tance du travail féminin qui, comparé à la situation prévalant en RFA, est bien supérieur en RDA. Parmi les actifs, la proportion de femmes exerçant une activité professionnelle passe, entre 1970 et 1983, de 76,2% à 82,5% en RDA, contre 52,7 à 55% en RFA. Alors qu’en République fédérale 1/3 de la population féminine totale exerce une activité, c’est le cas pour une femme sur deux (50,4%) en RDA. Les mesures de 1976 ont eu, sans conteste, un effet positif sur la natalité, le nombre moyen de naissances augmentant d’un tiers entre 1977 et 1984 par rapport à 1973-1975. À cela s’ajoutent diverses mesures d’accompagnement en matière de construction de crèches (70% des besoins couverts pour la classe d’âges concernée) ou de construction de logements dont, on le sait, la pénurie est importante en RDA.

65Il demeure, qu’après plusieurs années de redressement, les limites de cette politique nataliste se font sentir : une fois obtenues les naissances susceptibles d’intervenir sous l’effet de ces incitations matérielles, il faut inventer de nouvelles incitations ou bien revenir au régime démographique de base, celui d’une cellule familiale plus réduite qu’autrefois et comptant un à deux enfants. Sur ce point, RFA et RDA convergent finalement.

66Néanmoins, à deux reprises encore, les autorités s’efforcent de relancer la natalité en RDA ; en 1984 ces mesures tendent à favoriser les familles comptant trois enfants ou plus : on vérifie là qu’une nouvelle tentative est faite pour inverser le courant démographique précédemment évoqué. Enfin, en 1986, des dispositions sont prises accordant le Babyjahr dès la naissance du premier enfant. Cette dernière mesure prend en compte deux phénomènes encore plus marqués en RDA qu’un RFA : celui des mères célibataires et celui des jeunes divorcées (le taux des divorces est passé entre 1970 et 1983 de 1,6 à 3 pour 1000 personnes en RDA et de 1,2 à 2 en RFA).

67L’avenir indiquera si l’ensemble de ces dispositions peut enrayer durablement le recul des naissances qui les a suscitées ; il est permis d’en douter.

68En effet, s’il est vrai que la structure par âges est moins défavorable qu’en RFA, on observe en RDA une accumulation de facteurs alarmants : recul de la nuptialité, hausse de la divorcialité, généralisation des familles comptant un ou deux enfants au maximum. Or l’évolution récente des mouvements migratoires risque d’hypo­théquer encore plus l’avenir démographique du pays.

3. Les mouvements migratoires

69Depuis le début des années soixante et jusqu’à une période récente, les mouvements migratoires ont perdu de leur importance dans l’histoire démogra­phique de la RDA. C’est évidemment le cas pour l’émigration, c’est également valable pour les migrations intérieures, forcément faibles dans un pays dont la densité diminue ou stagne.

  • 8 BUNDESMINISTERIUM für INNERDEUTSCHE BEZIEHUNGEN, Zahlenspiegel BRD/DDR, Bonn, 3e édit. mai 1988, p. (...)

70Alors qu’en RFA l’urbanisation s’est largement poursuivie, en RDA le phéno­mène est atténué. En 1950, pour les deux Allemagnes, la part de population vivant dans des agglomérations inférieures à 2 000 habitants est encore de 29% ; en 1985 il n’y en a plus que 6% en RFA contre 23% en RDA.8

71Certes, dans les années qui ont suivi la fondation de la RDA, des migrations intérieures sont intervenues, particulièrement dans le sens Sud-Nord, en direction des districts de Rostock et Schwerin ; mais entre 1950 et 1970 leur importance par rapport à la population totale est trois fois moindre qu’en RFA. À partir des années soixante-dix, le mouvement Sud-Nord se stabilise. À sa place s’instaure un mouve­ment régulier mais modeste des régions du Sud (Karl-Marx-Stadt, Leipzig, Dresde et Halle) vers le Centre, plus précisément vers Berlin-Est et sa périphérie orientale (Francfort-sur-l’Oder).

72Pour ce qui est de l’immigration, son importance démographique demeure modeste. Malgré une discrétion très significative des statistiques officielles en matière de mouvements migratoires avec l’étranger, on peut estimer à environ 100 000 le nombre de travailleurs originaires de Pologne, Hongrie, Mozambique et Viet-Nam dont l’apport permet d’atténuer les effets économiques du déclin démographique.

73La troisième composante de ces mouvements migratoires – de loin la plus importante – est l’émigration, essentiellement « dirigée » vers la RFA.

74Entre 1970 et 1983, un flux annuel de 10 000 à 13 000 personnes entraîne l’émigration vers la RFA d’environ 200 000 personnes en 14 ans. On estime à 75% soit 150 000 le nombre d’émigrants légaux ; le reste est constitué de fugitifs illé­gaux dont certains effectuent le passage dans les conditions périlleuses que l’on connaît. Relèvent également de cette catégorie statistique les « prisonniers poli­tiques » rachetés par la RFA, qu’ils soient « de droit commun » ou « espion » selon la terminologie des autorités de RDA. En vingt ans – de 1963 à 1984 – 22 377 rachats de prisonniers ont eu lieu pour une somme que les autorités fédérales évaluent à 3 milliards de DM, ce qui tendrait à prouver que, nonobstant le cours forcé des monnaies entre les deux États allemands et malgré le contrôle des changes ou des frontières voulu par la RDA, la liberté d’un individu conserve ainsi son prix.

75C’est d’ailleurs en 1984 que les premiers craquements de frontières sont inter­venus après 23 ans de monolithisme : un octroi plus généreux des autorisations de sortie permet le départ de 40 900 personnes contre 11 300 l’année précédente. En 1985 encore 25 000 personnes, mais c’est en 1988 que le mouvement d’émigration prend une ampleur qui dépasse désormais la simple portée démographique : selon les sources statistiques 30 000 à 40 000 ressortissants de RDA auraient rejoint la RFA cette année-là, ils seraient plus de 300 000 en 1989 ?

76Un tel chiffre doit être vérifié mais, quel qu’il soit, son importance apparaîtra toute relative, comparée au mouvement qui saisit à nouveau le peuple allemand 45 ans après la défaite et la partition.

Les villes de RDA (nombre d’habitants)

1.

Berlin-Est

1 261 000

2.

Leipzig

550 000

3.

Dresden

420 000

4.

Chemnitz

315 000

5.

Magdeburg

290 000

6.

Rostock

250 000

7.

Halle

235 000

8.

Erfurt

215 000

9.

Potsdam

138 000

10.

Gera

130 000

11.

Schwerin

130 000

12.

Cottbus

125 000

13.

Zwickau

120 000

14.

Jena

107 000

15.

Dessau

104 000

16.

Brandeburg

95 000

17.

Neubrandenburg

85 000

18.

Frankfurt a. O.

79 000

19.

Görlitz

79 000

20.

Plauen

78 000

21.

Stralsund

76 000

22.

Hoyerswerda

69 000

23.

Weimar

64 000

24.

Wismar

58 000

25.

Gotha

57 000

26.

Suhl

55 000

27.

Altenburg

54 000

28.

Eberswalde-Finow

54 000

29.

Greifswald

54 000

30.

Wittenberg

54 000

31.

Fürstenwald

53 000

32.

Bautzen

52 000

33.

Freiberg

51 000

34.

Eisenach

50 000

35.

Stendal

50 000

Les Übersiedler et fugitifs de RDA

Un bilan après l’ouverture du Mur : plus de 616 000 personnes ont tourné le dos à l’Allemagne de l’Est entre 1961 et 1988. Après la fantastique accélération de l’été 1989, ce sont 350 000 « changeurs de résidence » ou fugitifs qu’il faut rajouter à ces statistiques, pour l’année écoulée.

« Übersiedler »

Fugitifs passés par d’autres pays

Fugitifs ayant traversé les fortifications et barrages

Détenus rachetés

Année

Total

Nombre

%

Nombre

%

Nombre

%

Nombre

%

1961

51 624

0,0

43 117

83,5

8 507

16,5

1962

21 356

4 615

21,6

10 980

51,4

5 761

27,0

1963

42 632

29 665

69,6

9 267

21,7

3 692

8,7

8

0,0

1964

41 873

30 012

71,7

7 826

18,7

3 155

7,5

880

2,1

1965

29 552

17 666

59,8

8 397

28,4

2 329

7,9

1 190

3,9

1966

24 131

15 675

65,0

6 320

26,2

1 736

7,2

400

1,7

1967

19 578

13 188

67,4

4 637

23,7

1 203

6,1

550

2,8

1968

16 036

11 134

69,4

3 067

19,1

1 135

7,1

700

4,4

1969

16 975

11 702

68,9

3 230

19,0

1 193

7,0

850

5,0

1970

17 519

12 472

71,2

3 246

18,5

901

5,1

900

5,1

1971

17 408

11 565

66,4

3 611

20,7

832

4,8

1 400

8,0

1972

17 164

11 627

67,7

3 562

20,8

1 245

7,3

730

4,3

1973

15 189

8 667

57,1

4 050

26,7

1 842

12,1

630

4,1

1974

13 252

7 928

59,8

3 255

24,6

969

7,3

1 100

8,3

1975

16 285

10 274

63,1

4 188

25,7

673

4,1

1 150

7,1

1976

15 168

10 058

66,3

3 010

19,8

610

4,0

1 490

9,8

1977

12 078

8 041

66,6

1 846

15,3

721

6,0

1 470

12,2

1978

12 117

8 271

68,3

1 905

15,7

461

3,8

1 480

12,2

1979

12 515

9 003

71,9

2 149

17,2

463

3,7

900

7,2

1980

12 763

8 775

68,8

2 683

21,0

424

3,3

881

6,9

1981

15 433

11 093

71,9

2 602

16,9

298

1,9

1 440

9,3

1982

13 208

9 113

69,0

2 282

17,3

283

2,1

1 530

11,6

1983

11 343

7 729

68,2

2 259

19,9

228

2,0

1 127

9,9

1984

40 974

34 982

85,4

3 459

8,4

192

0,5

2 341

5,7

1985

24 912

18 752

75,3

3 324

13,3

160

0,7

2 676

10,7

1986

26 178

19 982

76,3

4 450

17,0

210

0,8

1 536

5,9

1987

18 958

11 459

60,4

5 964

31,5

288

1,5

1 247

6,6

1988

39 845

29 033

72,9

9 129

22,9

589

1,5

1 094

2,7

Total

616 066

282 481

62,1

163 815

26,6

40 100

6,5

29 670

4,8

(Source : Bundesausgleichamt. Office d’indemnisation de la République fédérale) in : Documents. Revue des questions allemandes, 1989, N° 5, p. 69

Notes

1 Statistiques de Bruno Gleitze, Ostdeutsche Wirtschaft, cité par Gert Leptin, Die deutsche Wirtschaft nach 1945, Opladen, Leske, 1971, p. 49.

2 BUNDESINSTITUT für BEVÖLKERUNGSFORSCHUNG, Materialien zur Bevölkerungswissen­schaft, vol.18, p. 64.

3 BUNDESMINISTERIUM für INNERDEUTSCHE BEZIEHUNGEN, DDR Handbuch, Bonn, Verlag Wissenschaft und Politik, 3e édit., Bonn, 1984, vol. 1, p. 213.

4 Charlotte Höhn et Johannes Otto, « Bericht über die demographische Lage in der Bundes­republik », Zeitschrift für Bevölkerungswissenschaft, Boppard, Boldt Verlag, année 11, 4/1985, p. 466 et suiv..

5 Il existe sur ce sujet une littérature abondante ; ainsi les ouvrages théoriques de Gerhard Mackenroth ou de Hans Linde.

6 BUNDESMINISTERIUM für INNERDEUTSCHE BEZIEHUNGEN, DDR Handbuch, op. cit., p.217 et Materialien zum Bericht zur Lage der Nation, Bonn, mai 1987, pp. 266-267.

7 STATISTISCHES JAHRBUCH der DDR, 34e éd., Staatsverlag der DDR, Berlin 1989, p. 366.

8 BUNDESMINISTERIUM für INNERDEUTSCHE BEZIEHUNGEN, Zahlenspiegel BRD/DDR, Bonn, 3e édit. mai 1988, p. 7.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Buy

Print version

amazon.fr