Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Chapitre 2 : De la révolution à la démocratie

Les élections du 18 mars 1990

Henri Ménudier

Texte intégral

1Quelle surprise ! Les sondages laissaient pressentir une large victoire du SPD, qui recueillait jusqu’à 54% des intentions de vote. Les électeurs en ont décidé autrement.

  • Les chrétiens-démocrates de la CDU se détachent nettement avec 40,81% des suffrages exprimés. Les trois partis conservateurs regroupés dans l’Alliance pour l’Allemagne atteignent presque la majorité absolue (48,02%).

  • Le SPD vient en seconde position (21,88%), loin derrière la CDU.

  • Le PDS, qui a succédé au SED, prend une surprenante troisième place (16,39%).

  • Les libéraux, alliés potentiels de l’Alliance pour l’Allemagne, dépassent de justesse la barre psychologique des 5% avec 5,27%.

  • Toutes les formations citées atteignent ensemble 91,56%.

  • Six petites formations se partagent le reste (7,92%) des voix exprimées.

  • Douze autres groupements politiques, qui avaient présenté des candidats, ne réunissent que 0,45% des voix et n’ont pas d’élus.

  • Un dernier chiffre doit être tout particulièrement souligné, celui de la participation électorale qui atteint 93,38%.

2Il convient d’évoquer brièvement la campagne électorale avant d’examiner les résultats de façon détaillée, sur le plan global, sociologique, régional et en fonction des différents partis. Cette approche permettra de dégager la signification politique du vote.

3Cet article se réfère notamment aux analyses électorales de l’Institut de sondage INFAS, à Bonn (réalisées pour le compte de l’agence de presse DPA et reproduite dans le Süddeutsche Zeitung du 21 mars 1990) et aux analyses de Manfred Berger, Wolfgang G. Gibowski et Dieter Roth, membres du Mannheimer Forschungs­gruppe Wahlen, publiées dans Die Zeit (23 mars). Le quotidien Neues Deutsch­land, du 24 mars, a publié les résultats définitifs des élections, pour l’ensemble de la RDA et pour chacune des circonscriptions électorales, mais sans donner les pourcentages.

La campagne électorale

4La campagne électorale a surtout été marquée par l’intervention massive des partis politiques ouest-allemands et de leurs principaux responsables. Les nou­veaux partis de RDA n’ont guère eu la possibilité d’affirmer leur spécificité. Le problème de l’unité allemande était au cœur du débat politique ; celui-ci a porté moins sur l’opportunité de l’unité, acceptée par presque tous les partis, que sur les méthodes, le rythme et les conséquences de l’unité pour la RDA et pour la vie quotidienne de ses habitants. C’est cet aspect du débat qui a permis à la CDU et à ses amis de l’Alliance pour l’Allemagne de dépasser le SPD dans l’opinion publique, à la fin de la campagne électorale. Les acteurs de la révolution tranquille de l’automne précédent, plutôt réticents à l’égard de la réunification, ont été margi­nalisés par la dynamique unitaire. Le gouvernement Modrow s’est tenu assez en retrait pendant la campagne, à cause de son manque de légitimité démocratique ; le chef du gouvernement et ses amis du PDS se préparant à assumer un rôle actif dans l’opposition.

5Comme le souligne l’analyse de l’INFAS, deux camps se sont formés au cours de la campagne électorale. Il y avait, d’une part, celui des différentes forces poli­tiques favorables à l’unité allemande (avec cependant des divergences sur le rythme et les modalités), fortement soutenues par les partis correspondant en Répu­blique fédérale : les conservateurs regroupés dans l’Alliance pour l’Allemagne, le SPD de RDA et les trois familles libérales, membres de la même fédération. L’autre camp insistait au contraire sur l’autonomie et la spécificité de la RDA ; même sans refuser à terme l’idée de réunification, il désirait préserver certains des acquis des 40 dernières années. Dans ce camp, on trouve l’ancien SED, devenu PDS, les partis satellites du SED (DBD et NDPD), mais aussi les mouvements de citoyens regroupés dans Bündnis 90 et la nouvelle formation écologiste (parti vert et groupement indépendant des femmes). Le SED combattait autrefois ces mouve­ments de citoyens, mais leurs réticences communes à l’égard de la réunification allemande ne signifient pas qu’ils soient disposés à travailler ensemble. Les réponses à la question posée par l’INFAS : « Vous sentez-vous citoyens de la RDA ou Allemands ? » illustrent bien ces clivages. L’électorat du PDS ne se sent alle­mand qu’à 14%, celui du SPD à 60% et celui de la CDU à 78%. Pour le PDS et Bündnis 90, la citoyenneté de la RDA est plus importante.

Les partis en présence

6Début mars, 35 groupes politiques voulaient se présenter aux élections, 24 d’entre eux ont finalement été autorisés à le faire par la commission électorale, présidée par une étudiante de 25 ans, Petra Bläss.

7Parmi les 24 partis, on retrouve tout d’abord les anciens partis fondés entre 1945 et 1948, même s’ils se sont réformés.

  • l’ancien SED, le parti dominant du régime défunt, est devenu le Partei des demokratischen Sozialismus, PDS (parti du socialisme démocratique),

  • l’ancien Demokratische Bauernpartei Deutschlands, DBD (parti des paysans) et le National-Demokratische Partei Deutschlands, NDPD (parti national), deux satellites du SED, sont toujours présents,

  • les chrétiens-démocrates de la Christlich-Demokratische Union, CDU, se sont donnés une nouvelle direction politique et forment l’Allianz für Deutschland (l’Alliance pour l’Allemagne) avec la Deutsche Soziale Union, DSU (Union sociale allemande), soutenue par la CSU bavaroise, et le Demokratischer Aufbruch, DA (renouveau démocratique),

  • le Liberal-Demokratische Partei Deutschlands, LDPD (les libéraux) a fait aussi sa petite révolution en ne s’appelant plus que LDP et en acceptant de former le Bund Freier Demokraten (fédération des démocrates libres) avec le Deutsche Forum Partei (issu du mouvement de citoyens Neues Forum) et le nouveau FDP Die Liberalen,

  • l’ancien Demokratischer Frauenbund Deutschlands, DFD (fédération démocratique des femmes d’Allemagne) se présente aussi.

8Parmi les formations entièrement nouvelles, il y a :

  • le SPD de RDA, fortement soutenu par le SPD de RFA,

  • Bündnis 90 (Alliance 90) est, comme son nom l’indique, une alliance élec­torale entre trois mouvements de citoyens de gauche : Neues Forum (Nou­veau Forum), Demokratie jetzt (Démocratie maintenant) et Initiative für Frieden und Menschenrechte (Initiative pour la paix et les droits de l’homme), qui ont joué un rôle important dans le déclenchement des événements de l’année 1989.

  • la liste écolo-féministe s’appelle Grüne Partei + Unabhängiger Frauen­verband, UFV (Parti vert + Groupement indépendant des femmes),

  • des marxistes se retrouvent dans l’Aktionsbündnis Vereinigte Linke (AVL) et Die Nelken-VL (Unité d’action gauche unie, Les œillets).

9À ces douze listes, qui vont toutes avoir des élus, s’ajoutent douze autres petites listes, entièrement nouvelles, dont les noms seront indiqués lors de la présentation des résultats de chacune d’elles.

10Adopté en février, le système électoral s’appuie sur le principe de la pro­portionnelle, sans clause minimale (en République fédérale, un minimum de 5% des voix est exigé pour avoir des élus) afin de laisser s’exprimer librement le plus grand nombre de forces politiques, quitte à encourager l’éparpillement du corps électoral allemand. Chaque électeur dispose d’une voix. La RDA est divisée en 15 Wahlkreise (circonscriptions électorales), elles mêmes partagées en Stimmbezirke, avec près de 1500 électeurs pour chacun d’entre eux. Le système électoral précise que, si un député change de parti pendant la législature, il perd son siège à la Chambre du peuple. Mais les partis n’ont plus le droit de démettre les députés de leurs fonctions parlementaires, comme cela était le cas auparavant.

Des résultats surprenants

11Avant le 18 mars, les journalistes s’interrogeaient sur le degré de mobilisation du corps électoral. Sur 12,4 millions d’électeurs, 11,6 millions se sont effective­ment rendus aux urnes. Ce taux élevé de participation (93,38%) donne une incon­testable légitimité démocratique aux premières élections libres en RDA. À Berlin-Est, la participation est un peu moins élevée (87,6%). Elle atteint son taux le plus élevé en Thuringe (94,7%).

12Le choix en faveur de l’unité allemande ne manque pas de netteté également, car les partis qui lui sont le plus favorable (Alliance pour l’Allemagne, Libéraux et SPD) recueillent 75,17% des voix. La CDU, à elle seule, en réunit plus de la moitié (40,81%). Parmi les formations favorables à l’autonomie de la RDA, le PDS se distingue avec 16,39% des voix – un résultat plus élevé que celui qui était attendu.

13Les principaux résultats à retenir sont les suivants :

  • un taux élevé de participation : 93,38%,

  • un choix manifeste en faveur des partis les plus favorables à l’unité alle­mande (75,17%) qui profite surtout à l’Alliance pour l’Allemagne (48,02%) et à sa principale composante, la CDU, qui se place nettement en tête avec 40,81% des voix,

  • un résultat relativement élevé pour le PDS (ancien SED) qui, avec 16,39% des voix, vient en troisième position après le SPD (21,88%),

  • les libéraux sont plutôt faibles (5,27%), mais ils constituent, comme en République fédérale, un appoint indispensable à l’Alliance pour l’Alle­magne qui n’atteint pas la majorité absolue,

  • ces six partis (les trois partis de l’Alliance, le SPD, le PDS et les libéraux) recueillent 91,56% des suffrages exprimés, soit 367 sièges sur 400,

  • six autres petits partis se partagent 7,52% des voix et les 33 sièges restants,

  • 12 partis sont ainsi représentés à la Chambre du peuple,

  • les 12 autres partis qui faisaient acte de candidature ne totalisent que 0,45% des voix. Ils n’ont pas d’élus. L’Alternative Jugendliste, AJL (liste alterna­tive pour la jeunesse), créditée d’un siège le 18 mars, le perd lors de la proclamation des résultats définitifs.

14Les résultats électoraux dans les anciens Länder

Source : Die Zeit, n° 13, 23 mars 1990

Le vote par régions

15Les écarts importants qui se manifestent entre le Nord et le Sud de la RDA établissent un relatif équilibre sur le plan régional :

  • les trois Länder du Sud (Thuringe, Saxe et Saxe-Anhalt) sont les plus favorables à la CDU et à l’Alliance pour l’Allemagne,

  • Berlin-Est et les deux Länder du Nord (Mecklembourg et Brandebourg) sont les plus favorables aux partis de gauche (SPD, PDS et Bündnis 90).

16L’Alliance pour l’Allemagne détient la majorité absolue (selon les chiffres encore provisoires publiés dans Die Zeit du 13 mars) en Thuringe (60,2%) et en Saxe (57,7%), elle a une majorité relative en Saxe-Anhalt (47,7%). Ces majorités sont encore plus larges si on y ajoute les libéraux. En revanche, l’Alliance pour l’Allemagne n’a plus que 39,3% au Mecklembourg, 38,5% au Brandebourg et 21,6% seulement à Berlin-Est. L’Alliance vient en tête dans les cinq Länder, sauf à Berlin-Est où elle est devancée par le SPD et par le PDS. À Berlin-Est, l’Alliance pour l’Allemagne et les libéraux obtiennent ensemble un quart des voix (24,6%), contre 71,4% à la gauche. La DSU (le second parti de l’Alliance, après la CDU) s’affirme surtout en Saxe (13,2%) et en Thuringe (5,6%). éclaboussé par l’affaire Schnur (l’avocat Wolfgang Schnur, président de Demokratischer Aufbruch, a dû démissionner quelques jours avant les élections, après des révélations sur sa colla­boration avec la STASI ) n’obtient en moyenne que 0,91% des voix exprimées.

17L’écart entre l’Alliance pour l’Allemagne et le SPD s’établit ainsi en % :

CDU

SPD

écart

Thuringe

60,2

17,4

42,8

Saxe

57,7

15,1

42,6

Saxe-Anhalt

47,7

23,6

24,1

Mecklembourg

39,3

23,9

15,4

Brandebourg

38,5

28,9

9,6

Berlin-Est

21,6

35,0

13,4

18À Berlin-Est, « la capitale de l’état des ouvriers et des paysans », pour reprendre le jargon du SED, ceux qui profitaient directement du régime (fonction­naires, permanents et Intelligenz) ont voulu affirmer la spécificité de la RDA et conserver son autonomie. Le vote à Berlin-Est renoue avec la tradition électorale. Cette ville avait toujours voté à gauche, sauf aux dernières élections de 1932 ; aux élections municipales du Grand Berlin, le 20 octobre 1946, les voix se répartis­saient aussi selon la même hiérarchie qu’en 1990 : SPD, SED, CDU, LDPD. Aux élections municipales et régionales de 1946, les rapports de force entre la CDU et le LDPD étaient relativement équilibrés – cela ne se reproduit pas en 1990.

Aspects sociologiques

19Le vote des ouvriers en faveur des partis conservateurs, surtout dans les Länder du Sud (les places fortes traditionnelles du SPD), constitue une des principales surprises des élections du 18 mars. Dans les régions où les activités industrielles sont dominantes, l’Alliance dépasse la majorité absolue ; elle s’en approche là où il existe un meilleur équilibre entre les différents secteurs économiques. En revanche, l’Alliance se retrouve en dessous de sa moyenne générale dans le secteur des services (36%) et de l’agriculture (42%). Selon le sondage INFAS, réalisé à la sortie des urnes, 58% des ouvriers et 43% des employés auraient voté pour l’Alliance, les représentants de l’Intelligenz ne l’auraient fait qu’à 32%. Pour cette dernière catégorie, les votes se répartiraient ainsi : PDS : 26%, CDU : 24% ; SPD : 23%. Un autre clivage se dessine en fonction de l’habitat rural et urbain. L’Alliance obtient en effet les pourcentages les plus élevés dans les petites villes.

20En résumé, on peut retenir que l’Alliance pour l’Allemagne recueille ses meilleurs résultats dans les petites villes et dans les arrondissements ruraux, avec de nombreux ouvriers, surtout dans le Sud de la RDA. L’électorat de l’Alliance est beaucoup plus faible dans les grandes villes qui assument des fonctions admi­nistratives et dans lesquelles les services tiennent une place importante, principa­lement à Berlin-Est et dans le Nord de la RDA.

21Les chercheurs de Mannheim (Forschungsgruppe Wahlen) retiennent deux autres facteurs qui ont joué un rôle non négligeable dans le comportement électoral, la religion et l’âge. Les deux tiers des catholiques (qui ne représentent que 6,5% de la population en RDA) auraient voté pour l’Alliance, 11% en faveur du SPD, 4% pour le PDS. En RDA, 35% des habitants déclarent appartenir au protestantisme. L’Alliance aurait également une majorité des deux tiers chez les protestants, 20% d’entre eux voteraient pour le SPD, 4% pour le PDS. Parmi les électeurs de RDA qui déclarent ne pas appartenir à une des confessions chrétiennes (54% de la population) 40% auraient voté pour l’Alliance, 23% pour le SPD et 21% pour le PDS. Le facteur religieux intervient ainsi pour une part appréciable dans le succès de l’Alliance et principalement de la CDU.

22Selon les chercheurs de Mannheim, d’après le sondage à la sortie des urnes, l’âge des électeurs serait moins déterminant, même si la CDU est majoritaire dans tous les groupes. Le PDS et les Verts obtiennent leurs meilleurs résultats chez les électeurs de moins de 39 ans ; le SPD a de bons résultats surtout chez les électeurs de plus de 40 ans. Les libéraux sont relativement bien placés chez les personnes âgées. Bündnis 90 intéresse surtout les électeurs de 29-39 ans. Les différences de vote entre hommes et femmes sont limitées.

Les différents partis

PDS

23Promis à l’effacement en raison du lourd héritage du SED, le PDS n’a pas été ridiculisé par les élections avec 1,8 million de voix (16,39%) et 88 sièges. Un électeur sur six a voté pour ce parti. Il n’a certes pas retrouvé comme électeurs les 2,3 millions d’adhérents que le SED comptait en 1989, mais il a réussi à élargir son audience au-delà des 700 000 membres annoncés par la direction du PDS. Berlin et le Mecklembourg sont ses places fortes ; la Saxe et la Thuringe lui sont peu favorables. Le président du PDS, Gregor Gysi, et le dernier chef du gouvernement de l’ancien régime, Hans Modrow, pourront continuer à jouer un rôle politique.

DBD et NDPD

24Les résultats de ces deux partis satellites du SED ne sont pas particulièrement brillants. Le parti des paysans (DBD) obtient 251 236 voix (2,17%) et 9 sièges. Il est bien implanté dans le Bezirk de Rostock et atteint parfois jusqu’à 10% dans le Bezirk du Nouveau-Brandebourg. Le parti national NDPD doit se satisfaire de 44 292 voix (0,38%) et 2 sièges. Le NDPD avait recherché en février un accord électoral avec les libéraux et refusé toute coopération avec l’extrême-droite. Dans la Chambre des députés, élue en 1986, le pourcentage en sièges de ces deux partis avait été arbitrairement fixé à 10,4%.

Bündnis 90

25Les trois mouvements de citoyens, membres de Bündnis 90 (Neues Forum, Demokratie jetzt et Initiative für Frieden und Menschenrechte) n’ont sollicité aucune aide en République fédérale pour leur campagne électorale. Ils obtiennent un résultat honorable : 336 074 voix (2,91%) et 12 sièges. Bündnis 90 a même atteint 6,4% des voix à Berlin-Est. Il n’a que 2% en Thuringe.

SPD

26Le SPD de RDA a été le parti le plus déçu par les résultats du 18 mars, après les majorités absolues annoncées par les sondages. Le parti espérait au moins emporter la majorité relative. Or, avec 2,5 millions de voix (21,88%) et 88 sièges, il se place en seconde position, loin derrière la CDU (40,81%). Le SPD est bien implanté à Berlin-Est (où il vient en tête) et dans le Brandebourg (23,9%) où le PDS le suit de près (22,4%) ; il dépasse les 20% au Mecklembourg et en Saxe-Anhalt et il se situe en-dessous de 20% en Thuringe et en Saxe, (ses anciennes places fortes). Ibrahim Böhme, président du SPD de RDA, ne sera pas le chef du gouvernement issu des premières élections libres, malgré le fort soutien de Willy Brandt et du SPD occidental. Soupçonné d’avoir travaillé pour la STASI, Ibrahim Böhme se trouve dans une situation délicate, aussitôt après les élections. Le SPD a vu s’envoler son rêve, devenir le premier parti de RDA ; cent ans plus tôt, aux élections du Reichstag, le 20 février 1890, le SPD s’était imposé comme premier parti du Reich.

Alliance pour l’Allemagne

27Le rôle de chef du gouvernement issu des premières élections libres va être assumé par Lothar de Maizière, le nouveau président de la CDU. Comme on l’a vu plus haut, la CDU et l’Alliance pour l’Allemagne sont bien implantées électorale­ment en Thuringe, en Saxe et en Saxe-Anhalt. Fondée en juin 1945, la CDU a été mise au pas et a ensuite vécu à l’ombre du SED. Elle ne s’attendait pas à devenir la première force politique du pays. L’intervention du chancelier Kohl et la perspec­tive d’une proche réunification économique et monétaire, puis politique, ont été déterminantes. La CDU obtient 4,7 millions de voix (40,81%) et 163 mandats, elle devance le SPD de 2,2 millions de voix. Les rapports de la CDU avec la Deutsche Soziale Union (soutenue par la CSU bavaroise) ne seront pas très faciles. Avec 727 730 voix (6,30%) et 25 sièges, la DSU est la quatrième force politique du pays. Il n’est pas certain que Demokratischer Aufbruch puisse survivre longtemps avec seulement 106 146 voix (0,91%) et 4 sièges ; il pourrait être absorbé par la CDU. L’avenir des partis de l’Alliance dépendra de leur capacité à répondre aux pré­occupations et aux besoins socio-économiques des ouvriers, surtout dans le Sud de la RDA.

Les libéraux

28Le Bund Freier Demokraten (fédération des démocrates libres), fondé le 12 février 1990, regroupe trois partis. Le plus important est le LDP, qui assume l’héri­tage de l’ancien LDPD, fondé en 1945 et marginalisé par le SED. Les deux autres partis, le Deutsche Forum Partei et le FDP-Die Liberalen n’existent que depuis le début de l’année 1990 ; ils sont moins bien implantés et organisés, le nombre de leurs membres est encore limité. Les libéraux ont obtenu leurs meilleurs résultats en Saxe-Anhalt (7,7%) et en Saxe (5,7%) ; ils se situent en-dessous de 5% dans les autres Länder et n’atteignent même que 3% à Berlin-Est. Les libéraux atteignent 14% à Halle. Avec 608 935 voix (5,27%) et 21 sièges, les libéraux apportent cependant un appoint très précieux à l’Alliance pour l’Allemagne. Ils constituent la cinquième force politique en RDA et leur avenir n’est pas très assuré.

Verts et féministes

29Malgré les désastres écologiques qui frappent la RDA, le succès des écolo-féministes n’est pas très probant. Ils obtiennent 226 932 voix (1,96%) et 8 sièges. Ils ne dépassent 4% dans aucun Kreis. Leurs meilleurs résultats sont à Berlin et en Thuringe. Même dans les régions où les controverses écologiques sont les plus fortes en raison des destructions de l’environnement, le Grüne Partei + Unabhän­giger Frauenverband n’a pas réussi à percer.

DFD

30Le DFD se voyait attribuer arbitrairement 6,4% des sièges (soit 32) dans l’ancienne Chambre du peuple. Le 18 mars, les électeurs n’ont donné au Demokra­tischer Frauenbund Deutschlands que 38 182 voix (0,33%) et un seul siège. Où sont donc passés les 1,5 million d’adhérentes de cette organisation de masse qui s’adressait aux femmes ?

Gauche Unie

31Avec 20 242 voix (0,17%), soit près de la moitié de l’électorat du DFD, les marxistes de la Vereinigte Linke et Die Nelken réussissent à emporter le dernier siège à la Chambre du peuple. Ce groupement ne dépasse 2000 voix qu’à Berlin-Est et dans les Bezirke de Halle et de Karl-Marx-Stadt.

Les partis sans élus

32Douze partis envoient des élus à la Chambre du peuple, douze autres se sont présentés en vain. Le résultat est sans appel. Ils ne totalisent ensemble que 0,45% des voix, comme si les électeurs avaient voulu écarter le risque d’un trop grand éparpillement des voix. À l’exception de l’Alternative Jugendliste (Liste alternative de la Jeunesse) qui se présentait dans toutes les circonscriptions (et qui a perdu son unique mandat lors du décompte final), du parti communiste KPD, présent dans 12 circonscriptions sur 15 et du parti fédéraliste européen, présent dans 10 circon­scriptions, les autres formations ne présentaient des candidats que dans quelques circonscriptions, et même parfois dans une seule. Bien qu’admise aux élections, l’Europa-Union de RDA n’a présenté aucun candidat. À titre anecdotique, on retiendra que la Deutsche Biertrinker Union (Union allemande des buveurs de bière) a obtenu 2 534 voix à Rostock, la seule circonscription où elle s’est pré­sentée.

L’extrême-droite

33Des Skinheads et des extrémistes de droite se sont manifestés bruyamment en RDA depuis la fin de l’année 1989. L’extrême-droite n’était pas autorisée à se présenter aux élections, ainsi que les partis racistes ou xénophobes. Il est difficile de mesurer l’audience exacte de ce courant. Malgré différentes tentatives de son président, Franz Schönhuber, le parti des Républicains (l’extrême-droite en Répu­blique fédérale) n’a pas réussi à se rendre en RDA pour y fonder un parti.

Les enseignements à tirer des élections

34L’institut INFAS a souligné, à juste titre, l’importance du facteur socio-économique dans le comportement des électeurs de RDA. La victoire inattendue de la CDU et de l’Alliance pour l’Allemagne repose sur le vote atypique des régions les plus industrialisées, dans le sud de la RDA, en faveur des conservateurs. Déçus par la faillite sociale et économique du régime SED, les ouvriers désiraient un changement radical ; ils ont été rassurés par la perspective ouverte par une Alle­magne réunifiée dont la République fédérale serait l’élément moteur. L’Alliance pour l’Allemagne a semblé aux ouvriers plus crédible que les autres formations pour opérer les changements nécessaires. Au contraire, les élites administratives et intellectuelles redoutent de devoir s’adapter aux conditions de vie déterminées par la République fédérale ; elles craignent aussi de perdre les privilèges idéologiques et professionnels dont elles bénéficiaient dans l’ancien régime. Ces personnes ont préféré voter pour le PDS et Bündnis 90.

35Les chercheurs de Mannheim ont été frappés par la force d’attraction politique, sociale et économique de la République fédérale sur la majorité des citoyens de RDA. Les partis de Bonn et ceux qui se réclamaient d’eux, en RDA, étaient consi­dérés comme les plus capables pour réaliser les changements souhaités. La réunification s’est imposée comme une idée forte à 91% de la population, les partisans de l’Alliance pour l’Allemagne se montrent les plus impatients, ceux du SPD ne désirent pas bousculer le processus. La majorité de l’électorat de RDA pense que l’unification doit commencer par l’union économique et monétaire et que la monnaie est même une priorité pour le futur gouvernement. Mais les élec­teurs de gauche craignent que l’unité provoque le démantèlement de la protection sociale, le « bradage » de la RDA et la montée du chômage. 84% de l’électorat de la CDU, 83% de celui du SPD et quand même 48% de l’électorat du PDS croient que l’essor économique sera une conséquence très importante de l’unification. L’idée d’une Allemagne unifiée, neutre et démilitarisée rencontre plus de soutien au PDS (56% de l’électorat) qu’au SPD (39%) et à la CDU (14%).

36Le sondage effectué à la sortie des urnes par les chercheurs de Mannheim prouve aussi que l’expérience du socialisme en RDA a très gravement porté atteinte à l’idéal socialiste. Un quart seulement des citoyens de RDA se fait une haute idée du socialisme, la moitié n’en attend plus rien, les électeurs de l’Alliance étant ceux qui rejettent le plus le socialisme (65%). En revanche, 72% de ces mêmes électeurs apprécient le modèle de la RFA ; les électeurs SPD sont plus réservés (48%). 23% seulement des électeurs du PDS se sentent attirés par le modèle ouest-allemand.

37Tous les électeurs attendent, pour la RDA et pour eux-mêmes, des avantages positifs de la réunification, au moins à moyen et à long terme. Les inquiétudes les plus fortes se trouvent à gauche – ce qui explique le vote en faveur du PDS et de Bündnis 90. Mais les ouvriers, trop déçus par 40 ans de socialisme à la SED, se retournent vers les conservateurs de l’Alliance pour l’Allemagne et vers la Répu­blique fédérale pour changer leurs conditions de vie. Le vote du 18 mars en RDA a été moins un vote pour les partis ouest-allemands qu’un choix en faveur de leurs conceptions de l’unité allemande. En République fédérale, la CDU a bénéficié du fait que, étant au pouvoir, elle peut accélérer le processus de l’unité et en déter­miner les modalités.

Les articles 23 et 146

38Par quelle procédure l’unité va-t-elle se faire ? Les chiffres 23 et 146 dominent le débat. L’article 23 prévoit que la Loi fondamentale entrera en vigueur pour d’autres parties de l’Allemagne après l’adhésion de celles-ci. C’est par cette procédure que la Sarre est devenue membre de la République fédérale, au début de l’année 1957. L’article 23 permettrait un rattachement rapide de la RDA à la République fédérale, la RDA devant se fondre dans l’ensemble constitutionnel, politique, économique et social de la République fédérale. L’article 146, le dernier article de la Loi fondamentale, est ainsi rédigé : « La présente Loi fondamentale cesse d’avoir effet le jour auquel entrera en vigueur la constitution qui aura été adoptée par le peuple allemand libre de ses décisions ». Selon ce schéma, il fau­drait que les hommes politiques et les juristes des deux états allemands élaborent une constitution commune, soumise ensuite à référendum. Un nouvel état naîtrait, dont il faudrait redéfinir les engagements internationaux ; ce dernier point présen­terait des inconvénients certains pour les rapports avec la Communauté Euro­péenne et l’Alliance atlantique. L’article 23 permet une réunification rapide dans la continuité et la stabilité. Dès 1990, l’union économique et monétaire entre les deux Allemagnes va ouvrir la voie de l’unité politique qui pourrait se réaliser en 1991, après les élections fédérales, prévues en principe le 2 décembre 1990.

39En attendant, d’autres élections vont modeler le nouveau paysage politique de la RDA en sursis. Des élections municipales vont se dérouler le 6 mai 1990. Des élections régionales, probablement à l’automne, vont redonner vie aux cinq Länder (quel sera le statut de Berlin ?). La réunification étatique pourrait se faire par le biais des Länder qui deviendraient membres de la République fédérale.

40Les élections du 18 mars en RDA constituent un indéniable succès politique pour Helmut Kohl, surtout après le recul de la CDU aux élections régionales de Sarre (fin janvier 1990), le recul des chrétiens-démocrates étant confirmé une fois de plus, le 25 mars, lors des élections municipales au Schleswig-Holstein. Le 18 mars, la CSU subit elle aussi une défaite aux élections de Bavière. La perspective d’une proche réunification contribuera-t-elle à faire gagner la coalition CDU-CSU et FDP aux élections fédérales du 2 décembre 1990 ? Helmut Kohl rêve certai­nement de devenir le premier chancelier de l’unité allemande. Comme les rapports de force entre les partis vont évoluer en RDA, l’ensemble de la vie politique allemande va se modifier

Les élections du 18 mars 1990

Résultats définitifs

Inscrits

12 426 443

Votants

11 604 418 (93,38%)

Bulletins nuls

63 263

Exprimés

11 541 155

Voix

%

sièges

Christlich-Demokratische Union Deutschlands, CDU – Union chrétienne-démocrate d’Allemagne

4 710 598

40,81

163

Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD – Parti social-démocrate d’Allemagne

2 525 534

21,88

88

Partei des Demokratischen Sozialismus, PDS, Parti du socialisme démocratique

1 892 381

16,39

66

Deutsche Soziale Union – Union sociale allemande

727 730

6,30

25

Bund Freier Demokraten (DFP, LDP, FDP), Fédération des démocrates libéraux

608 935

5,27

21

Bündnis 90 – Alliance 90

336 074

2,91

12

Demokratische Bauernpartei Deutschlands, DBD, Parti démocratique des paysans d’Allemagne

251 226

2,17

9

Grüne Partei + Unabhängiger Frauenverband, Parti vert + Groupement indépendant des femmes

226 932

1,96

8

Demokratischer Aufbruch – Renouveau Démocratique

106 146

0,91

4

National-Demokratische Partei Deutschlands, LDPD – Parti national-démocrate d’Allemagne

44 292

0,38

2

Demokratischer Frauenbund Deutschlands, DFD – Fédération démocratique des femmes d’Allemagne

38 192

0,33

1

Aktionsbündnis Vereinigte Linke, AVL/Die Nelken – Unité d’action gauche unie – les œillets

20 342

0,17

1

Autres partis

52 773

0,45

0

100,00

400

Résultats définitifs, Neues Deutschland, 24-25 mars 1990

Partis non représentés à la Chambre du peuple

Alternative Jugendliste – Liste alternative des jeunes

14 616

0,13%

Christliche Liga – Ligue chrétienne

10 691

0,09%

Kommunistische Partei Deutschlands, KPD – Parti communiste, KPD

8 819

0,08%

Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands– SPD indépendant, USPD

3 891

0,03%

Europäische Föderalistische Partei, EFP – Parti fédéraliste européen

3 636

0,03%

Unabhängige Volkspartei – Parti populaire indépendant

3 007

0,03%

Deutsche Biertrinker Union, DBU – Union allemande des buveurs de bière

2 534

0,02%

Spartakist-Arbeiterpartei Deutschlands, SpAD – Spartakist-Parti des ouvriers d’Allemagne

2 417

0,02%

Einheit jetzt – Unité maintenant

2 396

0,02%

Bund Sozialistischer Arbeiter, BSA – Deutsche Sektion der 4. Internationale – Fédération allemande des ouvriers socialistes – Section allemande de la 4e Internationale

386

0,0%

Vereinigung der Arbeitskreise für Arbeitnehmerpolitik und Demokratie – Association des cercles de travail pour la politique des salariés et la démocratie

380

0,0%

Europa-Union der DDR – Europa-Union de RDA

0

0,0%

Résultats définitifs, Neues Deutschland, 24-25 mars 1990

Les nouveaux responsables politiques

Allianz für Deutschland

• Christlich-Demokratische Union, fondée en 1945
Président : Lothar de Maizière

• Deutsche Soziale Union
Président : Hans-Wilhelm Ebeling, pasteur

• Demokratischer Aufbruch
Président : Rainer Eppelmann, pasteur

Bund freier Demokraten

• Liberal-Demokratischen Partei, LDP (ancien LDPD)
Président : Rainer Ortleb, professeur de mathématiques, Rostock

• Deutsche Forum Partei
Président : Jürgen Schmieder, ingénieur

• FDP. Die Liberalen
Président : Bruno Menzel

Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD

Président : Ibrahim Böhme, historien
Directeur administratif : Markus Meckel, pasteur
Président d’honneur : Willy Brandt

Partei des Demokratischen Sozialismus

Président : Gregor Gysi

Demokratische Bauernpartei Deutschlands, DBD

Président : Günther Maleuda (depuis 1987)

Nationaldemokratische Partei Deutschlands

Président : Mr. Rauls, juriste

Demokratie jetzt

Wolfgang Ullmann
Porte-parole : Konrad Weis, documentaliste

Les grandes organisations

Demokratischer Frauenbund Deutschlands

Présidente : Eva Rohmann

Freie Deutsche Jugend

Présidente : Birgit Schröder

Freier Deutscher Gewerkschaftsbund

Présidente : Helga Mausch

Fédération des églises protestantes

Président : Christophe Demke

Neues Forum

Bärbel Bohley, artiste
Rolf Hinrich, avocat
Jens Reich, biologiste

Circonscriptions électorales et Bezirke

Circonscriptions électorales et Bezirke

Table des illustrations

Crédits Source : Die Zeit, n° 13, 23 mars 1990
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Circonscriptions électorales et Bezirke
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3720/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 448k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr