Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Chapitre 2 : De la révolution à la démocratie

L’opposition politique en rda

Origines, programmes, perspectives

Hubertus Knabe
Traduction de Alexandre Kostka

Note de l’éditeur

Texte publié dans Beilage zur Wochenzeitung Das Parlament « Aus Politik und Zeitgeschichte”, 5.1.1990. Pour une synthèse plus détaillée des idées de l’opposition contre le régime SED, il faut lire l’excellent livre d’Hubertus Knabe, Aufbruch in eine andere DDR. Reformer und Opposi­tionelle zur Zukunft ihres Landes, Reinbek bei Hamburg, Verlag Rowohlt-Aktuell, 1990, 320 p.

Texte intégral

1Le cataclysme politique qui a bouleversé la RDA et l’Europe de l’Est n’a pas seulement pris au dépourvu les politiciens occidentaux, mais aussi nos politologues et sociologues. Les spécialistes de la RDA n’ont-ils pas sous-estimé l’insatisfaction de la société est-allemande, l’instabilité du système politique, et passé sous silence les signes d’une contestation grandissante ? Les récents événements ne doivent donc pas servir la cause de ceux qui dénient aux sciences sociales la faculté de nous éclairer sur le cours futur de l’histoire – bien au contraire, ils devraient stimuler les chercheurs pour que le retard soit rattrapé le plus rapidement possible. La recherche dispose désormais de toutes les informations pour soumettre ses axiomes à un examen critique : elle doit enfin sortir de l’idéologie du statu quo qui a déterminé pendant si longtemps ses perspectives d’étude et répondre, en colla­boration étroite avec les collègues est-allemands, aux nombreuses interrogations laissées ouvertes par les travaux antérieurs.

  • 1 La seule étude exhaustive sur l’opposition est-allemande est due à un journaliste, Karl Wilhelm Fri (...)

2Un effort particulier s’impose dans l’étude scientifique des courants d’opposi­tion1. Jusqu’à présent, la recherche sur la RDA et les pays de l’Est avait tendance à négliger l’étude des formations contestataires, en arguant de la place marginale qu’elles occupaient dans les systèmes politiques des États du Pacte de Varsovie. Depuis, les choses ont bien changé, car l’opposition s’est trouvée en quelque sorte projetée sur le devant de la scène politique : l’érosion de la légitimité du pouvoir communiste, nécessitant une relève par des forces non compromises, l’a placée dans l’obligation – totalement inattendue pour la plupart des formations – d’assu­mer tout ou partie du pouvoir, et ce au plus tard après les premières élections libres. Cet article se propose de donner un aperçu – forcément provisoire – de l’origine de ces forces qui viennent d’apparaître sur l’échiquier politique, de leurs idées politiques et du rôle qui pourrait bientôt être le leur.

3Une telle entreprise pose un certain nombre de problèmes. Tout d’abord, il faut définir les concepts : que faut-il entendre par « opposition politique » dans le contexte spécifique de la RDA ? Le cadre de cet article ne se prête pas à un débat de fond sur la définition des notions de « contestation », « protestation », « opposi­tion » ou « résistance ». Il importe en premier lieu de souligner que – à la diffé­rence de la Pologne ou de la Hongrie notamment – les formations hostiles au régime ont longtemps évité de se définir comme opposition. En effet, revendiquer un statut d’opposition aurait immédiatement entraîné la suppression de tout moyen légal d’expression. Les groupes informels pour la paix et la protection de l’environ­nement et les représentants de l’Église évangélique ont donc eu le souci constant de ne pas consommer la rupture.

  • 2 cf. les propos de Markus Meckel, cofondateur du SPD in: Gerhard Rein/ Heinon Falcke/Friedrich Schor (...)
  • 3 cf. Matthias Hartmann: « Teile und herrsche », in: Deutschland Archiv, (1989), p. 834.

4Cette attitude d’apparent conformisme n’est abandonnée qu’à partir de 1988, c’est-à-dire à un moment où le système politique est déjà entré en crise et où les rapports entre l’État, les Églises et les diverses formations se sont gravement dété­riorés2. Le premier pas a d’ailleurs été fait par les Églises elles-mêmes, qui souhai­taient se débarrasser du rôle incommode qui leur était échu : servir de substitution à l’engagement politique. En effet, le SED avait adopté une stratégie en deux temps, consistant à refouler les tensions politiques dans l’espace de liberté des Églises, puis à faire intervenir l’appareil policier : aussi certains dirigeants religieux ont-ils été conduits dès l’été 1989 à plaider pour l’autorisation d’une opposition légale3.

5Depuis la démission d’Erich Honecker du poste de secrétaire général du SED, fait qui a ouvert la voie à l’autorisation de formations politiques indépendantes et à l’émancipation des organisations établies de la tutelle communiste, la définition du terme d’« opposition » est redevenue problématique. Dans leur majorité, les nou­velles formations ne refusent pas le système socialiste dans sa totalité – du moins pour l’instant. Un certain nombre de formations ont d’ailleurs des origines poli­tiques et sociales « traditionnelles », comme par exemple les associations profes­sionnelles indépendantes et les groupes d’intérêts. Même les « partis amis » du SED, comme le LDPD, le NDPD, le CDU et le DBD, prennent désormais une distance critique, tout comme les courants en faveur de réformes radicales au sein du parti communiste, qui clament également leur « opposition ».

6Afin de limiter notre domaine d’investigation, nous entendrons par « opposi­tion » des organisations nouvelles, elles-mêmes issues de groupes informels. Une définition restreinte comme celle-ci s’expose nécessairement au danger d’être rapidement dépassée par une dynamique propre aux événements, qui peut redessiner à tout moment les frontières politiques. Elle a cependant le mérite de pouvoir s’appuyer sur l’étude de l’évolution récente de l’opposition et de rester relativement proche de l’image qui s’est formée dans le public. Par ailleurs, l’exemple des pays où le processus de réformes s’est engagé plus tôt, tend à montrer que – du moins pendant la brève période de transition entre l’État-parti et le parlementarisme – le fait déterminant pour l’opposition est de ne pas avoir été mêlée, de quelque façon que ce soit, à l’exercice du pouvoir désormais déchu.

1. Les origines

7Dans les années quatre-vingt, l’Église évangélique servait de refuge à des courants d’opposition qui formaient une contre-culture très en marge du système politique. Faute d’avoir pu trouver d’autres possibilités d’expression, c’est dans le giron des Églises que se sont constituées les formations les plus importantes par leur programme politique et par le nombre des adhérents : le Nouveau Forum (Neues Forum – NF), le Parti social-démocrate (Sozial­demokratische Partei : SDP, puis SPD), le Renouveau Démocra­tique (Demokratischer Aufbruch : DA), le Parti Vert (Grüne Partei), le mouvement de citoyens Démocratie Maintenant (Demokratie Jetzt) et la Gauche Unie (Vereinigte Linke). Ces formations constituaient alors une mouvance assez hétérogène, réunie au gré des bouleversements politiques et des destinées personnelles. On y trouvait les courants les plus divers : des pacifistes opposés à la politique de réarmement et de militarisation, des adolescents insatis­faits, à la recherche d’un engagement, des chrétiens sensibles aux problèmes politiques et sociaux, des partisans d’un nouvel ordre post-matérialiste ou émanci­pateur, des marxistes hostiles à la politique du SED, ...

  • 4 Le nombre des diverses formations a été estimé en 1988 à 325, les plus grandes d’entre elles se sub (...)
  • 5 cf. Frithjof Heller: « Unbotmäßiges von Grenzfall bis Wendezeit. Inoffizielle Publizistik in der DD (...)

8Ces forces politiques formaient souvent des groupes informels dont le message dépassait rarement les cercles étroits de l’Église qui les abritait4. Puis, au milieu des années quatre-vingt, les opposants ont créé des « média parallèles ». Comme dans d’autres États socialistes, ils ont décidé d’éditer eux-mêmes des publications desti­nées à un public plus vaste et d’organiser des manifestations5.

9Le plus étonnant est sans doute l’absence totale de filiation entre la contestation « traditionnelle » que la RDA avait connue dès les années cinquante et les forma­tions nées dans les années quatre-vingt. La critique de la réforme agraire et de la collectivisation, l’opposition des ouvriers, les courants sociaux-démocrates ou bourgeois et les opposants au sein du SED, tout ce passé n’a laissé aucun héritage : ni patrimoine idéologique, ni personnalités politiques expérimentées. Seule la tradition contestataire des Églises est restée vivace – le Kirchenkampf des années cinquante, les manifestations des objecteurs de conscience des années soixante, le mouvement pour la paix des années soixante-dix. Puis, dans les années quatre-vingt, les Églises ont abrité un véritable réseau de groupes défendant la paix, les droits de l’homme, l’environnement, les femmes, les homosexuels ou le Tiers monde.

10Une deuxième source d’inspiration pour l’opposition actuelle – bien que son influence soit moins sensible – est le courant de réflexion marxiste. Les divers groupes qui le constituaient avaient échafaudé dès les années soixante et soixante-dix des propositions pour rénover le système social, mais ils avaient attendu les années quatre-vingt pour les exposer au public. Là encore, l’espace de liberté que constituent les Églises protestantes a permis de sortir d’une quasi-clandestinité. Seuls les opposants issus du monde culturel ont préféré garder leurs distances avec le milieu politico-religieux. S’il leur arrive de faire appel aux Églises, c’est généralement pour un service ponctuel.

11Le passé a donc marqué l’identité des formations d’opposition à un double titre : le premier trait marquant est l’importance de l’Église protestante, qui leur a transmis ses convictions éthiques, présenté des modèles chrétiens d’action et qui a mis à la disposition des opposants ses ressources matérielles et personnelles. Le rôle dominant des Églises est d’ailleurs attesté par le pourcentage élevé d’hommes d’Église parmi les membres fondateurs du SPD et du Renouveau Démocratique. Les manifestations de l’automne 1989 n’auraient probable­ment jamais vu le jour sans les prières publiques pour la paix célébrées réguliè­rement à Leipzig, et l’influence religieuse explique peut-être également la consigne de stricte non-violence et l’importance de l’éthique sociale.

12Le deuxième trait distinctif de l’opposition est-allemande est son orientation « anti-politicienne » (pour utiliser une formule forgée par le romancier hongrois Györgi Conrad). C’est là un facteur que tous les récents mouvements sociaux ont en commun : la culture passe avant la conquête du pouvoir, le centralisme est répudié au nom de la démocratie directe. L’opposition n’est pas une force offen­sive – elle préfère réagir à des questions concrètes plutôt que d’élaborer une stratégie d’ensemble. D’où un certain nombre de difficultés à remplir actuellement le vide laissé par l’implosion des institutions politiques créées par le SED.

  • 6 cf. Initiative Frieden und Menschenrechte : Grenzfall, réédition de tous les numéros parus en RDA ( (...)

13Paradoxalement, c’est la politique répressive du SED, en porte à faux avec l’évolution des autres pays de l’Est, qui a aidé ces mouvements à dépasser le cadre d’actions ponctuelles. L’arrivée au pouvoir de Mikhail Gorbatchev en Union Soviétique et les bouleversements en Pologne et en Hongrie ont attisé la contes­tation, et au milieu des années quatre-vingt les mouvements d’opposition, enhardis, ont commencé à plaider en faveur de réformes ambitieuses. Certaines formations, telles que l’Initiative pour la paix et les droits de l’homme (Initiative Frieden und Menschenrechte), ont joué un rôle de pionnier en établis­sant des relations avec l’opposition dans les autres pays de l’Est et en plaidant ouvertement pour des transformations profondes du système politique. Le groupe réclamait notamment un État de droit, la liberté de presse et d’opinion, la liberté de réunion et de coalition, le droit de grève et la nomination de candidats indépen­dants lors des élections régionales et nationales. D’autres exigences portaient sur l’assouplissement des restrictions des voyages, l’autodétermination sociale, la décentralisation, la démocratisation et la reconnaissance du pluralisme existant dans la société6.

14L’action des Églises évangéliques a également contribué à élargir le débat. Leurs efforts en faveur de la non-discrimination des chrétiens ont suscité, par un effet d’entraînement, un débat de fond sur le rapport entre le citoyen et l’État en RDA. En poursuivant un double objectif – instaurer un dialogue entre chrétiens et marxistes et souligner l’apport spécifique des chrétiens pour la solution de pro­blèmes politiques et sociaux – elles ont montré la voie pour une participation responsable du citoyen à l’État. Elles ont agi dans le même sens en reprenant à leur compte la question des droits de l’homme et celle d’une meilleure information, par exemple au sujet de la protection de l’environnement.

15Aux conceptions conservatrices du SED, incapable d’abandonner la moindre parcelle de son pouvoir, les Églises opposaient donc une stratégie de stabilité poli­tique fondée sur la participation des citoyens et sur le changement progressif. Sur ce point, elles rejoignaient par ailleurs les idées avancées par les réformateurs communistes.

« La contribution créatrice de chacun à la construction et à la stabilisation de son pays dépend dans une large mesure des conditions juridiques et des possibilités qui lui sont proposées »,

16soulignait notamment le synode de l’Association des Églises est-allemandes en 1985.

  • 7 Déclaration du Synode de l’Association des Églises de la RFA, qui s’est tenu du 20 au 24 septembre (...)

« Un État et son ordre social est d’autant plus stable qu’il peut compter sur la loyauté et la coopération responsable de ses citoyens »7.

17À côté de ces facteurs internes, l’opposition des autres pays de l’Est a servi de modèle en RDA. En effet, les réformes et le processus de démocratisation en Union Soviétique, en Pologne et en Hongrie ne suscitaient pas seulement un vague espoir, mais ils ont aussi montré une voie concrète du passage vers un système pluraliste. Les espoirs se sont notamment incarnés dans le secrétaire général du PCUS, Mikhaïl Gorbatchev : ses écrits étaient abondamment commentés, son portrait, reproduit de manière artisanale sur des plaquettes et des photos, est partout présent.

  • 8 Compte rendu de l’Église de la région de Greifswald, in: EPD-Information, 52/86, p. 29.

18La popularité de Gorbatchev est due notamment à son plan de désarmement, annoncé en janvier 1986, qui a tout de suite obtenu le soutien des autorités reli­gieuses. Les Églises ont déclaré à plusieurs reprises que les idées de Gorbatchev sur la paix étaient en parfaite conformité avec les leurs, parce qu’elles faisaient naître l’espoir d’une transformation politique générale. Au cours du synode d’automne 1986, les Églises ont fortement soutenu l’appel de Gorbatchev en faveur d’une « nouvelle pensée » et exprimé le souhait que « dans la société de la RDA », la participation des citoyens « puisse également devenir une réalité durable8 ».

  • 9 cf. « Beschluß zum Rechenschaftsbericht der Kirchenleitung », synode de l’Église évangélique de la (...)

19Les Églises espéraient que « l’amorce d’une ouverture dans notre société », dans le contexte des réformes en Union Soviétique, allait déboucher à terme sur des transformations plus profondes. D’où une politique de coopération entre forma­tions officielles et religieuses, dont témoigne notamment l’organisation commune de la « marche pour la paix en l’honneur d’Olof Palme », qui eut lieu en septembre 1987. L’assouplissement des restrictions de voyage, la publication d’une décla­ration commune sur le dialogue entre le SED et le SPD en août 1987, ainsi que la visite d’Erich Honecker à Bonn en octobre 1987 étaient interprétés comme autant de signes de bonne volonté du régime. La plus grande liberté dont bénéficiaient désormais les publications de l’Église, les activités plus étendues des groupes et la plus grande attention que les média officiels accordaient à la vie religieuse accré­ditaient l’idée que la politique d’ouverture vis-à-vis des Églises constituait en fait un test pour des réformes plus étendues9.

  • 10 cf. les débats du synode de Saxe en octobre 1987, en partie repris dans EPD-Dokumentation, 52/87, p (...)
  • 11 cf. synode de l’Église évangélique de Berlin-Brandebourg, résolution sur les « possibilités de voya (...)

20Les Églises voulaient se montrer reconnaissantes de ce changement de climat politique et, convaincues de l’importance de leur nouvelle mission, revendiquaient « un mandat politique particulier », en appelant les diverses formations militant en son sein à prendre des positions politiques plus explicites10. « Transparence » et « clarté » – les deux traductions du mot russe glasnost – ainsi que des notions telles que « dialogue », « encouragement à la contradiction » ou « maison européenne commune » furent les maîtres mots des discussions au sein des Églises. Des voix s’élevaient également pour demander des changements plus tangibles ; ainsi les Églises avaient pris position dès cette époque (donc bien avant les réformes de 1989) en faveur d’un cadre juridique précis pour les voyages à l’étranger, ouvrant, en cas de refus, sur un droit de recours11.

  • 12 in: Initiative Frieden und Menschenrechte, p. 102 (note 6).

21Les groupes d’opposition, quant à eux, préféraient rester sur la défensive. Alors que les Églises avaient droit à un traitement de faveur, les autorités brimaient les opposants par des amendes ou des refus de visas de sortie pour la Hongrie. « Les débuts de réforme que des observateurs bienveillants se plaisent à relever çà et là, » déclaraient en août 1987 des représentants du groupe Paix et droits de l’homme (Frieden und Menschenrechte), « ne sont généralement que des concessions passagères sans valeur juridique ou bien de simples opérations cosmétiques12 ».

  • 13 repris dans: EPD-Dokumentation, 43/88, p. 60 et suiv.

22En novembre 1987 eut lieu une perquisition à la Bibliothèque de l’environnement à Berlin-Est, et de nombreuses personnes furent arrêtées après les manifestations Liebknecht-Luxemburg en janvier 1988. Les groupes informels avaient donc vu juste : pour les dirigeants du SED, le seuil de tolérance était désormais dépassé. Une libéralisation accrue ou la constitution de forces politiques indépendantes sous le toit de l’Église n’étaient pas envisageables. Or, cette attitude inflexible avait pour conséquence de susciter, pour la première fois, une résistance massive qui prenait la forme de veilles et de prières, résistance qui a permis la libération de toutes les personnes arrêtées, même si certaines d’entre elles furent ensuite expulsées à l’Ouest. Le régime réagissait par une déclaration générale sur le rôle des Églises, transmise par un membre du Bureau politique, Werner Jarowinsky, au Président de l’Association des Églises de la RDA, l’évêque Leich13. La censure de ses publications, les contrôles policiers spectaculaires avant un office célébré par l’évêque Forck à l’Église Sainte Sophie à Berlin Est, avaient pour but de souligner la fermeté de la position officielle. Or, le refus marqué des dirigeants à s’engager dans une politique de réformes, le décalage de plus en plus sensible avec l’évolution dans les autres pays de l’Est, n’ont pas porté les fruits escomptés : bien au contraire, s’inspirant des modèles soviétique, polonais et hongrois, la contestation devint à la fois plus radicale et plus pragmatique.

  • 14 Synode de Berlin-Brandebourg, résolution sur « Les changements en Union soviétique », in: EPD-Dokum (...)
  • 15 Monseigneur Werner Leich, Président de la Conférence des Églises, allocution lors de la rencontre a (...)

23Les synodes devenaient alors des lieux de discussion pour ceux qui réclamaient de profondes réformes sociales, notamment davantage de transparence, de sécurité juridique et de participation. En avril 1988, le synode de Berlin-Brandebourg saluait « le processus de transformation socialiste, dû à la transparence et à la démocratisation en Union soviétique et dans d’autres pays socialistes » et exprimait le souhait qu’un « tel processus se produise également en RDA »14. Même le Président de l’Association des Églises en RDA, l’évêque Werner Leich, qui passait jusque là pour un « tiède », monta sur les rangs. Dans un entretien accordé par Erich Honecker en mars 1988, il exposa clairement à ce dernier les attentes des Églises ; en septembre il reprit, dans un discours devant le synode national, la formule tchécoslovaque d’un « socialisme à visage humain », en appelant de ses vœux une « société qui présente un visage humain dans la vie quotidienne »15.

  • 16 « Wider eine Gesellschaft der Gleichgültigen und Verantwortungslosen. Zwanzig Thesen zur Erneuerung (...)

24Entre temps, certains groupes informels avaient élaboré les premières propo­sitions de réforme, que le pasteur Friedrich Schorlemmer, de Wittenberg, s’était chargé de soumettre au synode de Halle en juin 1988. La vingtaine de « thèses », résultat d’une longue discussion entre les représentants de diverses tendances d’opposition, avaient pour modèle les propositions qui circulaient au sein du Parti Communiste soviétique dans la phase de préparation de son Congrès16. Mais les initiatives ne s’arrêtaient pas là. Dans une « Lettre aux chrétiens de la RDA et à leurs représentants » appelant à une « Action Nouvelle », présentée en marge du synode de Görlitz, divers groupes de base déclaraient que

  • 17 « Brief an die Christen der DDR und ihre Gemeindevertretung – Neues Handeln », in: EPD-Dokumentatio (...)

« les transformations en Union Soviétique doivent nous inciter à aborder les questions fondamentales liées à un renouveau politique et social. Il nous paraît impossible d’éluder plus longtemps des réformes du système politique, portant notamment sur la participation des citoyens, les élections et le mode de scrutin et sur l’instauration – par des journaux ou des initiatives de citoyens – d’un véritable pluralisme d’opinions17 ».

  • 18 cf. en particulier l’article « Mehr Gerechtigkeit in der DDR – unsere Aufgabe, unsere Erwartung », (...)

25La nécessité de présenter des alternatives véritables à la politique rigide des dirigeants de la RDA s’est également fait sentir lors des Rassemblements œcuméniques de Dresde et de Magdebourg. Débordant le cadre du thème annoncé, « La paix, la justice et la protection de la création », les Assemblées ont mis au point – malgré l’intervention personnelle du Secrétaire d’État aux Cultes – un catalogue étendu de propositions de réforme18.

  • 19 cité par Hartmann op. cit., p. 1026.

26Les Églises se montraient d’autant plus soucieuses de créer des conditions de vie « telles que plus personne ne voudrait partir19 » qu’elles devaient affronter ce problème depuis de longues années dans leur travail pastoral. Puisque les exhor­tations à rester s’étaient avérées vaines, une discussion sur les causes des départs était désormais ressentie comme une nécessité incontournable. L’exode massif n’était-il pas le symptôme d’une dépression que traversait la société tout entière ? On peut lire dans l’une des « thèses » présentées à Halle :

  • 20 cf. « thèses », note 16.

« Nous constatons que notre société est de plus en plus marquée par l’indifférence, la résignation et la stagnation ; le nombre de ceux qui ne se sentent plus concernés ou qui désirent partir augmente de jour en jour. Voilà pourquoi nous croyons que le moment est venu d’engager une discussion ouverte à ce sujet : si l’on veut donner aux citoyens le sentiment que leur participation est utile, alors c’est le cadre de notre société qu’il faut changer »20.

  • 21 Une ample documentation, s’appuyant sur des données précises, se trouve dans la brochure Wahlfall 8 (...)

27Jusqu’à ce moment, le SED avait réussi à isoler les groupes critiques et à maintenir le calme. Mais les élections communales en mai 1989 allaient montrer que la contestation avait gagné du terrain et que les citoyens étaient décidés à ne plus s’en laisser conter. Les discussions publiques – jadis purement formelles – qui précèdent la désignation définitive des candidats du Bloc National deve­naient parfois extrêmement houleuses et dans certains districts le Parti communiste évita même toute publicité afin d’éviter les dérapages. Face à cette limitation de la démocratie, certains groupes religieux réagissaient par un appel à bouder les urnes ou à voter contre les candidats officiels. Parallèlement fut organisée une surveil­lance des bureaux de vote couvrant presque toute la surface de la République, qui permit de relever des écarts parfois importants entre les résultats officiels et ceux enregistrés par les présidents des bureaux de vote, notamment pour le taux de participation et le nombre des votes négatifs. Alors qu’Egon Krenz (Président de la Commission électorale) annonçait le soir même des élections un taux de 98,85% des voix exprimées en faveur de la liste commune du Bloc National, certains bureaux avaient enregistré jusqu’à 20% de votes négatifs ou d’abstentions. Selon le journal du parti Neues Deutschland, les résultats pour la circonscription de Berlin-Weißensee étaient de 24 votes nuls, de 42.007 voix en faveur, et de 1.001 voix contre la proposition de vote du Bloc National ; or, les représentants des Églises, présents dans 66 des 67 bureaux de vote lors du dépouillement du scrutin, n’avaient compté que 27.680 voix exprimées, dont 46 voix nulles, 25.410 votes favorables et 2.224 hostiles21. Les nombreuses plaintes déposées par la suite pour fraude électorale et les demandes d’explication présentées par les Églises se sont heurtées à une fin de non-recevoir.

28La politique étrangère inflexible du SED constituait un élément supplémentaire de tension. Le régime condamna sévèrement le dégel en Pologne et en Hongrie et renforça de façon ostentatoire les relations privilégiées entretenues avec les com­munistes ultra-conservateurs au pouvoir à Prague, Pékin et Bucarest. La remise de la décoration Karl Marx à Ceaucescu, au moment même où les projets de destruction de villages commençaient à être connus, apparut comme un acte cynique. Mais la population se sentit littéralement couverte de honte lorsque la Volkskammer vota, en juin 1989, une déclaration solennelle en faveur des auteurs du massacre de Pékin. La visite effectuée par Egon Krenz en Chine, début octobre, constitua une nouveau témoignage de solidarité. L’attitude du SED allait jusqu’à réveiller les mauvais souvenirs de 1968. Ainsi, une déclaration du Comité Politique datant de juin 1989, affirma que :

  • 22 cf. Ilse Spittmann: « Auf dem Drahtseil », Deutschland Archiv, 1989, p. 722.

« Sous la bannière d’un renouvellement du socialisme se sont rassemblées des forces qui visent la destruction du socialisme. Dans ce contexte, l’évolution actuelle en Hongrie nous inspire la plus grande préoccupation »22.

  • 23 cf. l’interview avec Friedrich Schorlemmer dans l’émission de télévision « Kennzeichen D » (Plaque (...)

29À ce moment, les groupes d’opposition comprirent que le moment était venu de gagner leur autonomie pleine et entière. Ils tiraient par là les conséquences des élections communales et des relations désormais plus difficiles avec les instances dirigeantes des Églises, elles-mêmes soumises à une pression accrue de la part de l’État. L’exemple des autres États socialistes avait fait naître la conviction que la RDA avait besoin d’une opposition organisée à l’extérieur des Églises, susceptible de servir de point de ralliement pour toutes les forces critiques. Il fallait à tout prix dépasser l’alternative tragique entre « continuer comme avant » ou « le chaos ». Or, le rôle dirigeant du parti, inscrit dans la Constitution et la fiction de l’union politique et morale entre le Parti et le peuple semblaient ne laisser de place pour une troisième voie 23.

  • 24 cf. le compte rendu très détaillé du journal Tageszeitung
  • 25 Tageszeitung, 29 août 1989.
  • 26 Tageszeitung, 9 octobre 1989

30Des voix se firent donc entendre en faveur de la constitution d’un rassem­blement national de rénovation, susceptible de constituer une « véritable alter­native » lors des élections au Parlement en 1991. Le premier groupe à s’exprimer en ce sens fut l’Initiative contre le principe et la pratique de la séparation (Initiative für Absage an Prinzip und Praxis der Ausgrenzung), à un moment où l’exode atteignit des proportions critiques, marqué par l’abolition du Rideau de fer entre la Hongrie et l’Autriche et les occupations d’ambassades24. Peu après, se rassemblait un Comité qui s’était donné l’objectif de fonder un Parti social-démocrate en RDA et d’étudier les possibilités juridiques25. Dans l’espace de quelques mois, on put assister à l’apparition d’une demi-douzaine d’organisations et d’associations, dont les divergences se résumaient généralement à des oppo­sitions personnelles ou régionales. Ces divers groupes ne se sont adressé qu’une seule fois – le 4 octobre 1989 – à l’opinion publique dans un appel commun en faveur d’une transformation démocratique de l’État et de la société, ainsi que pour des élections libres sous le contrôle de l’ONU26.

31Le Nouveau Forum (Neues Forum) est pour l’instant le groupe d’oppo­sition le plus important. Il a été fondé le 9 septembre 1989 à Grünheide, l’ancien domicile de Robert Havemann, par 30 représentants venus de 11 régions. Parmi les signataires de la charte constitutive figurent les noms du peintre Bärbel Bohley, du physicien Martin Böttger, de Katja Havemann, la veuve de Robert Havemann, de l’avocat Rolf Heinrich, exclu du SED et interdit d’exercer sa profession, du physicien Sebastian Pflugbeil, du biologiste Pr. Jens Reich, du maçon Reinhard Schult et du directeur de l’Académie Évangélique de Magdebourg, Hans-Jochen Tschiche. Dans sa première déclaration, le Nouveau Forum s’est fixé comme seul objectif de servir de plate-forme politique permettant

« à des hommes et des femmes de toutes les catégories socio-professionnelles, venant des partis et groupes les plus divers, de participer à la discussion et à la solution de questions essentielles pour la survie de notre société ».

32Le Nouveau Forum ne se concevait donc pas (du moins jusqu’à la fin décembre, date à laquelle fut achevé cet article) comme un parti politique, mais comme un mouvement de rassemblement national sans programme définitif et dont les positions devaient encore être précisées, bien que les membres du comité constitutif se soient exprimés à plusieurs reprises sur des questions d’actualité.

33En septembre 1989, le Ministère de l’Intérieur refusait une première demande d’enregistrement du Nouveau Forum en tant qu’« association », en invo­quant d’abord son « hostilité » à l’État, puis en affirmant qu’il n’était pas « utile à la société ». Après une première prise de contacts au niveau local entre des représentants du Nouveau Forum et du SED, à la mi-octobre, l’attitude officielle s’assouplit ; peu après, le Ministère revint sur sa décision et accepta l’enregistrement. Après une occupation d’appartements, le Nouveau Forum obtint même, au début décembre, des locaux officiels. Plus de 200 000 personnes avaient alors signé sa charte constitutive, et partout en RDA apparaissaient des groupes au niveau régional ou d’entreprise. Ces groupes régionaux se sont depuis dotés de représentants démocratiquement élus. Par ailleurs se sont constituées des commissions spécialisées pour l’enseignement, l’économie, l’histoire de la RDA ou la protection de l’environnement.

34Le Renouveau démocratique – social et écologique (Demo­kratischer Aufbruch – sozial, ökologisch) est issu d’un comité préparatif, fondé en juin 1989, composé essentiellement de représentants des Églises. Une première réunion constitutive, le 2 octobre 1989, a été dispersée par la police. Néanmoins, une « résolution de programme » avait pu être présentée à cette occasion. Au cours d’une conférence qui s’est tenue le 30 octobre en présence de délégués venus de tous les districts de la RDA, le Mouvement a décidé de se constituer en tant que parti provisoire ; la constitution définitive n’eut lieu qu’à la mi-décembre, lors d’une Assemblée plénière. Le parti est présidé par Wolfgang Schnur, avocat à Rostock, les relations publiques ont été confiées à Christiane Ziller, 22 ans, originaire de Leipzig. Parmi les pères fondateurs du Mouvement, on trouve le pasteur berlinois Reiner Eppelmann, le théologien Edelbert Richter et le conseiller scientifique de l’Association des Églises de la RDA, Erhart Neubert. D’autres personnalités religieuse de renom ont également adhéré au mouvement, comme le théologien Friedrich Schorlemmer, de Wittenberg et le surintendant du district d’Erfurt, Heino Falck. Comme c’est le cas pour tous les mouvements d’opposition, le nombre des adhérents augmente rapidement : à la mi-novembre, ils étaient entre 10.000 et 20.000.

35Le Parti social-démocrate (SDP, puis SPD) a été officiellement fondé le 7 octobre 1989. Sa création avait été précédée par un groupe d’initiative com­posé de quatre pasteurs et d’un historien, constitué en juillet 1989 ; un premier appel de soutien avait été lancé à la fin août. Le comité directeur du parti est présidé par Ibrahim Böhme. Le SPD a présenté lors de sa fondation une charte constitutive, ainsi qu’un projet d’organisation du parti et une « déclaration d’inten­tion », concernant la politique générale, l’économie, l’agriculture, l’énergie, le social et les Affaires étrangères. À la fin novembre, le parti comptait environ 10.000 adhérents ; il est particulièrement bien implanté en Saxe et à Berlin. Le SPD, comme le Nouveau Forum, tente d’établir des liens et de coopérer avec toutes les tendances démocratiques en RDA, quelle que soit leur origine idéologique ou sociale. Le parti bénéficie du soutien actif du SPD ouest-allemand.

36Le mouvement de citoyens Démocratie Maintenant (Demokratie heute) a été précédé par un appel public de soutien, lancé le 12 septembre 1989 par plusieurs comités d’intellectuels berlinois, sous le titre « Thèses pour une trans­formation démocratique de la RDA ». Le texte était signé notamment par l’Initiative pour la paix et les droits de l’homme (Initiative Frieden und Menschenrechte), l’Initiative contre la pratique et la théorie de la séparation (Initiative für Absage an Prinzip und Praxis der Ausgrenzung), et par certains intellectuels berlinois. Le mouvement a plusieurs porte-parole : le physicien Hans-Jürgen Fischbeck, membre du synode berlinois ; Ulrike Poppe, également co-fondatrice du mouvement Femmes pour la paix (Frauen für den Frieden), ainsi que Wolfgang Ullmann, enseignant à la Faculté de Théologie. Le mouvement est essentiellement soutenu par le petit cercle des co-fondateurs berlinois. Néanmoins, le mouvement a essaimé depuis dans la plupart des grandes villes. Démocratie Maintenant se conçoit comme un groupe de travail spontané sans membres permanents.

37Démocratie Maintenant a su attirer l’attention sur elle par des suggestions rapidement adoptées. Ainsi le mouvement a demandé, avant tous les autres, la constitution d’une table ronde composée de représentants du SED, de ses partis « satellites », des Églises et des mouvements d’opposition. Il a également suggéré très tôt la tenue d’un référendum sur l’article 1 de la constitution de la RDA, qui définissait le « rôle dirigeant » du parti communiste.

38La Gauche Unie (Vereinigte Linke) est une association relativement peu structurée de groupes et de personnalités de tendance communiste. En septembre 1989, elle affirmait regrouper entre 300 à 500 personnes. Elle a été rejointe par d’autres mouvements d’opposition, comme le groupe Objections (Gegen­stimmen), et par le Mouvement contre le Fonds Monétaire International (Anti-IWF-Kampagne). Les groupuscules qui gravitent autour de la Gauche Unie ont une certaine tendance à s’organiser clandestinement, notamment au sein de la très officielle Fédération des syndicats allemands (FDGB, Freier Deutscher Gewerkschaftsbund). Les divers groupes de la Gauche Unie ont présenté en septembre 1989 un projet politique, appelé « programme de Böhlen », dont le style et le contenu s’insèrent dans la plus pure tradition de la gauche.

39En novembre 1989 s’est également créé un groupe d’initiative en faveur de la constitution d’un Parti Vert (Grüne Partei) ; il s’est présenté au public avec un manifeste soulignant la détérioration catastrophique de l’environnement. Parmi ses instigateurs, on trouve notamment le réseau L’Arche (Arche), ainsi que des écologistes proches des Églises, de l’Association des Écrivains et de la « Société pour la nature et l’environnement », jouissant du soutien du pouvoir communiste. Le parti a été fondé à la fin novembre. Il se veut ouvert à toutes les tendances, qu’elles soient chrétiennes ou communistes, mais entend jouer un rôle indépendant au sein des diverses assemblées, en coopération avec les autres partis verts en Europe.

40Par ailleurs se sont créés un certain nombre d’autres groupes, comme la Ligue Verte (Grüne Liga), l’Association féministe indépendante (Unab­hängiger Frauenverband), l’Union générale des étudiants (ASU, Allgemeine Studentenunion) et la Société pour un renouvellement culturel de la RDA (Gesellschaft für kulturelle Erneuerung in der DDR) ou le syndicat indépendant Réforme (Reform). Aux côtés du FDJ on a vu apparaître une Association des Étudiants socialistes (SSB, Sozialistischer Studentenbund) ainsi qu’un groupe chrétien, et une Association des jeunes libéraux de gauche (Linksliberale Alternative) proches des partis chrétiens démocrates et libéraux de la RDA (CDU et LDPD). Certains de ces groupes ont déclaré leur intention de participer aux élections.

2. Les programmes politiques

  • 27 cf. Richard Schröder: « Was kann DDR-Bürger miteinander verbinden? Gefährdung und Mög­lichkeit eine (...)

41Les origines historiques de l’opposition est-allemande ont profondément mar­qué ses conceptions politiques, très différentes de celles de l’opposition des autres pays du Pacte de Varsovie. Ainsi, les opposants est-allemands sont-ils restés dans leur majorité favorables au marxisme, qu’ils souhaitent simplement débarrasser des déformations stalinistes. Alors qu’en Pologne et en Hongrie l’idée d’une « troi­sième voie » avait été abandonnée au plus tard dans les années soixante-dix, vingt ans de « socialisme réel » n’ont pas mis un terme à des discussions sur un socia­lisme « différent ». Le Printemps de Prague avait été accueilli avec ferveur, comme l’ont été plus tard l’eurocommunisme et le livre L’Alternative de Rudolf Bahro. Cette tradition politique a été stimulée par le programme de Mikhaïl Gorbatchev. Les critiques formulées par les théologiens et autres intellectuels27 ne portaient pas tant sur le socialisme que sur son interprétation par le SED, auquel on reprochait notamment :

  • l’identité postulée par le « socialisme réel » entre l’État et la société et entre l’État et le parti communiste ;

  • la thèse marxiste du caractère autoritaire de l’État et du dépérissement progressif de l’État et du droit; – le principe léniniste du « rôle dirigeant du parti communiste » jouissant de l’appui de l’appareil administratif ;

  • la prétention de l’État socialiste à créer un consensus en faveur du marxisme dans la société ;

  • la promesse faite par l’État socialiste de conduire au bonheur et au bien-être ; l’utopie irréalisable d’une société socialiste d’abondance.

42L’effet conjugué des discussions sur un meilleur socialisme et des préoccu­pations plus ponctuelles des formations d’opposition a permis d’élaborer un certain nombre de programmes de réformes. Les « thèses de Halle », de juin 1989, en ont été la première manifestation d’importance ; elles ont inspiré bon nombre de groupes d’opposants. Initialement, les opposants avaient souhaité des réformes politiques, mais la décomposition accélérée des forces au pouvoir les a conduits à accentuer leurs positions, afin de pouvoir présenter des alternatives à la politique officielle dans les domaines les plus divers. Au moment de la rédaction de cet article, le processus de formation de l’opposition n’était pas encore achevé ; les prises de position que l’on trouvera ici ont donc un caractère forcément provisoire. L’accentuation des clivages politiques, les contraintes concrètes imposées par la participation à l’autorité imposeront sans doute des modifications, voire des révisions.

43Pour l’instant, le fait le plus marquant est le haut degré de consensus entre les formations d’opposition, et entre elles et les forces politiques en place, qui sont à la recherche d’un renouvellement. Jusqu’à présent, l’un des axiomes de base de la science politique, à savoir que le pluralisme d’opinions est indissociable d’un pluralisme de partis, ne s’est pas encore vérifié. La raison en est à chercher dans le fait que le processus de différenciation sociale et de discussion sur les différentes voies politiques vient à peine de commencer. La reconstitution de la « société civile » est une chose longue et difficile – l’exemple de la Pologne et de la Hongrie le montre assez.

  • 28 Le lecteur interessé trouvera d’autres informations dans: 40 Jahre DDR… und die Bürger melden sich (...)

44Le programme de l’opposition, tel qu’il apparaît dans les chartes constitutives et les premières prises de position, peut se résumer en cinq points 28:

1. La volonté de créer une alternative socialiste à la société de consommation capitaliste en RFA.

  • 29 Entretien accordé par Rolf Hinrich au journal Deutsches Allgemeines Sonntagsblatt, daté du 13 octob (...)

45Il règne un consensus sur le caractère social et éthique de la société future, que caractérisent par ailleurs des éléments utopiques, socialistes et anti-capitalistes. Bien que le Nouveau Forum n’ait pas utilisé la notion de « socialisme » dans sa charte constitutive, les prises de positions ultérieures des fondateurs montrent que le mouvement entend rester fidèle à une « société qui se fonde sur la propriété collective des moyens de production les plus importants »29. De même, la charte constitutive provisoire du Renouveau Démocratique affirme que l’hosti­lité au socialisme réel n’implique pas nécessairement la renonciation à l’idée d’une société socialiste. Le manifeste de Démocratie Maintenant reste dans la même ligne :

  • 30 Frankfurter Rundschau, du 3 octobre 1989.

« S’il ne veut pas être puni par l’histoire, le socialisme doit maintenant trouver sa véritable forme démocratique. Sa fin prématurée serait une catastrophe, car l’huma­nité menacée qui recherche de nouveaux modes de coexistence a besoin d’alter­natives à la société de consommation occidentale, dont le bien-être est acquis aux dépens du reste du monde30 »

  • 31 Berliner Morgenpost, du 29 octobre 1989.

46Le SPD affirmait également ne souhaiter « que ce qu’exprime l’idée du socia­lisme : une communauté juste et sociale31 ».

2. La création d’un système politique démocratique et d’un État de droit.

47Cela implique la possibilité pour tout citoyen de participer aux processus de décision, la séparation stricte entre l’État, la société et les partis, la séparation des pouvoirs, le multipartisme et la responsabilité parlementaire du gouvernement. L’opposition a également réclamé le rétablissement de l’autonomie régionale, la garantie du droit d’association, d’expression et de réunion, la libre formation de l’opinion publique, ainsi que la suppression de la censure. Le Ministère de la Sécurité de l’État (Stasi) devait être dissous, la formation paramilitaire supprimée, un service civil de remplacement autorisé, la liberté de mouvement pleine et entière garantie, le code pénal révisé. D’autres revendications portaient sur la création d’une juridiction constitutionnelle et administrative, l’indépendance totale du judi­ciaire et l’obligation pour les administrations de motiver leurs actes.

48La plupart de ces points font l’objet d’un vaste consensus entre l’opposition et les forces politiques en place ; certains sont déjà passés dans les faits. Seule la Gauche Unie souhaite accentuer la démocratie socialiste ; elle s’est prononcée pour

« un ancrage solide du pouvoir de l’État dans une ‘démocratie de base’, au moyen de référendums et de l’octroi de droits politiques aux conseils (Räte) d’entreprise et des ensembles d’habitation ».

  • 32 Gauche Unie: « Résolution finale des représentants de divers courants socialistes en RDA, lors d’un (...)

49Les organismes territoriaux (districts, communes) devaient obtenir une autonomie pleine et entière, y compris dans le domaine de la justice et de la police ; leur activité ne devait être « contrôlée que par des tribunaux, à l’exclusion de toute intervention étatique » ; du même coup, les districts devaient obtenir le « droit d’initiative en matière législative » et les « organisations démocratiques de masse (syndicats) », un « droit limité de veto »32.

3. La création de structures économiques efficaces, soumises à un contrôle démocratique, et respectueuses de la nature et de l’équilibre social.

50Le manifeste du Nouveau Forum affirme notamment :

« Nous souhaitons une offre plus importante et un meilleur ravitaillement, mais nous sommes conscients des coûts sociaux et écologiques et nous refusons une croissance forcenée. Nous plaidons pour une économie plus dynamique, mais cela ne doit pas déboucher sur la loi du plus fort. »

51Dans ses premières prises de position, le Renouveau Démocratique s’est également prononcé pour un contrôle des grandes industries exercé par le per­sonnel et par le public, pour le droit à la propriété des coopératives et des parti­culiers, la limitation de la planification et l’extension du principe de marché. Parallèlement, le mouvement souhaite accroître la productivité des entreprises, réduire leurs nuisances écologiques et militer pour davantage de justice sociale.

52Le SPD plaide, lui aussi, pour la décentralisation et la démocratisation de la vie économique, pour une économie de marché soucieuse de l’environnement et pour le maintien d’un secteur public à côté de l’entreprise privée. Le mouvement de citoyens Démocratie Maintenant souhaite que la planification dirigiste soit limitée à un encadrement minimum des entreprises dans des domaines d’utilité publique (environnement, impact social). La Gauche Unie reste fidèle à des principes plus traditionnels :

« Les industries-clés doivent rester propriété collective ; elles doivent être admi­nistrées en autogestion par les salariés, selon des règles démocratiques ; la rémunération doit correspondre au travail fourni ; les ouvriers doivent pouvoir contrôler collectivement le processus de production ; l’exploitation de l’homme par l’homme sera proscrite (appropriation du travail d’autrui) ».

53Globalement, on peut estimer que la politique économique des formations d’opposition n’a pas encore atteint sa forme définitive. Il est probable qu’elle sera précisée – et sans doute partiellement révisée – au cours des mois à venir.

4. La revendication de l’égalité, de l’autonomie et de la créativité dans la culture, l’éducation et les rapports sociaux.

« La vie intellectuelle et artistique doit s’émanciper, les sciences, la presse et l’édition gagner leur indépendance et l’éducation se libérer de la discipline et de l’ennui »,

  • 33 cf. le journal Der Tagesspiegel du 10 octobre 1989.

54affirme le « catalogue des problèmes à résoudre » du Nouveau Forum d’octobre 198933. Dans sa déclaration d’intention, le SPD souligne que « l’égalité entre l’homme et la femme, assurée au besoin par une discrimination positive » et « l’amélioration de la condition des enfants » constituent des valeurs prioritaires, qui doivent l’emporter sur toute autre considération politique.

55Pour Démocratie Maintenant

  • 34 cf. le journal Frankfurter Rundschau du 3 octobre 1989.

« les Écoles, Universités et autres instituts de formation ne doivent plus servir d’instrument d’endoctrinement aux mains d’un parti, même s’il est au pouvoir. L’enseignement secondaire et les diverses organisations de jeunesse existantes doivent être indépendants ; il faut envisager par ailleurs la création de nouvelles organisations de jeunesse et donner aux parents un droit de regard sur le dérou­lement des cours et sur les méthodes d’enseignement ; [...] dans les domaines de la science, de l’art et de la culture, les institutions doivent pouvoir jouir de l’autonomie qui leur est garantie par la constitution, et se débarrasser des consignes idéologiques qui entravent leur libre développement »34.

5. Une politique extérieure axée sur le désarmement, la justice mondiale, le processus d’unification européenne et la coexistence de deux États allemands séparés.

  • 35 cf. le journal Süddeutsche Zeitung du 26 septembre 1989.
  • 36 cf. l’hebdomadaire Deutsches Allgemeines Sonntagsblatt, du 13 octobre 1989.

56Bien que le manifeste du Nouveau Forum ait évité de se prononcer sur la politique extérieure et sur l’avenir des deux États allemands, certains membres fondateurs ont à plusieurs reprises exprimé leur opinion personnelle sur ces questions. Fin septembre, Bärbel Bohley avait déclaré que la réunification « ne constituait pas un sujet de discussion pour les formations d’opposition35 ». Selon Rolf Hinrich, la RDA devait d’abord former sa propre identité en prenant pour point de départ le socialisme et continuer à se distinguer « d’une certaine manière » de la RFA ; ceci ne devait cependant pas être interprété au sens d’une séparation stricte36. Dans un article écrit fin novembre 1986, Reinhard Schult estimait que

  • 37 Reinard Schult: « Offen für alle – das Neue Forum », in: Hubertus Knabe (éd.): op. cit., p. 168.

« après avoir provoqué deux guerres mondiales, nous autres Allemands ferions mieux de nous abstenir de battre le rappel de l’unité nationale ; il faut reconnaître les frontières issues de la guerre et cesser de donner aux associations de personnes déplacées (Heimatvertriebenenverbände) un statut d’utilité publique... Nous ne voulons donc pas d’un Anschluß en tant que douzième Land de la RFA37 ».

57Dans ses premières déclarations, le SPD reconnaît également « la situation actuelle de l’existence de deux États allemands séparés qui résulte d’un passé néfaste », sans préjuger d’une évolution ultérieure dans le cadre d’un règlement européen de la paix. Il plaide néanmoins pour des

« liens privilégiés avec l’Allemagne fédérale en vertu de l’appartenance à la même nation, à la même histoire et des responsabilités particulières qui en découlent, notamment pour la paix en Europe. »

58Par ailleurs, les sociaux-démocrates souhaitent un ordre économique international plus équitable, davantage de solidarité avec les peuples opprimés et la dissolution des alliances militaires.

59Avant sa constitution définitive, le Renouveau Démocratique partait également du postulat de l’existence séparée de deux États allemands, tout en plaidant en faveur d’un rapprochement futur au sein d’un ordre de paix européen. À la mi-décembre, lors du congrès constitutif, le parti nouvellement créé allait déjà plus loin en demandant, dans le programme voté à cette occasion, que le droit à l’unité nationale soit inscrit dans la constitution de la RDA. Partant d’une fédé­ration d’États (Staatenbund), les deux États allemands devaient constituer progressivement un seul État fédéral (Bundesstaat) respectueux des frontières occidentales de la Pologne, au sein d’un ordre européen de la paix.

60Dans sa charte constitutive, le mouvement Démocratie Maintenant affirme à propos de cette question :

« Nous autres Allemands avons des responsabilités particulières : les relations entre les deux Allemagnes doivent être exemptes de préjugés idéologiques et garder un caractère franc et équitable. Les deux États doivent procéder à des réformes convergentes afin de faciliter la réunification ».

61Le mouvement a présenté à la mi-décembre un projet de réunification en trois étapes.

3. Perspectives

62Vouloir apporter une réponse à la question de savoir quel sera le rôle et l’identité politique de l’opposition est un exercice périlleux. En effet, la crise politique et économique atteint actuellement son paroxysme, les structures sociales et les rapports de force se modifient d’un jour à l’autre. Néanmoins, l’analyse de l’évolution historique des formations d’opposition et de leurs programmes pourrait également permettre d’énoncer quelques hypothèses sur le développement futur.

63Il apparaît clairement que le principal problème de l’opposition est le décalage entre la décomposition accélérée des forces politiques établies, créant un vide politique, et les moyens notoirement insuffisants – à la fois sur le plan personnel, matériel et idéologique – dont dispose l’opposition pour profiter de l’occasion. Alors qu’en Pologne l’opposition avait pu constituer une « contre-société » avec le soutien de l’Église catholique bien avant la prise du pouvoir, alors qu’en Hongrie l’émancipation politique avait déjà touché une grande partie des cadres, laissant suffisamment de loisir à l’opposition pour mettre en place ses structures, l’oppo­sition est-allemande s’est pour ainsi dire trouvée du jour au lendemain dans l’obli­gation peu confortable d’exercer le pouvoir.

64De par son milieu d’origine, l’opposition appartient à une culture alternative, marginale, peu préparée à conquérir et à garder le pouvoir. Les spécialistes font cruellement défaut (la plupart d’entre eux appartiennent au SED), ainsi que le savoir-faire en matière d’organisation ; il en va de même pour les ressources matérielles et les personnalités affirmées : mais ce qui manque parfois le plus, c’est le goût du pouvoir. Certaines formations, comme le Nouveau Forum ou Démocratie Maintenant ont jusqu’à présent refusé de former un parti. Or, la chute du SED ne laisse de place que pour deux solutions : la régénération des partis traditionnels ou la professionnalisation rapide des partis d’opposition, avec le concours de spécialistes issus de l’appareil ou avec l’aide de la RFA. Le choix qui sera fait à cette occasion déterminera le sort de l’opposition est-allemande.

65De plus, l’opposition devra dépasser les limites que lui fixe le recrutement confidentiel de ses sympathisants et la rigueur de ses programmes. L’origine et les programmes de l’opposition révèlent clairement qu’elle ne représente pour l’instant qu’une fraction minime de la population : le fait qu’elle apparaisse sous les traits d’une multitude de partis et de groupuscules n’y change rien. Aux débuts de la crise, une grande partie de la société s’est identifiée aux formations d’opposition – depuis, leur popularité a décliné. Elles ne peuvent plus prétendre à un rôle de porte-parole exclusif, car elles ont cessé d’incarner l’unique espoir de changement. Une partie de la responsabilité incombe sans aucun doute aux programmes, qui soulignent le caractère socialiste de la future société et le maintien de deux États indépendants. Par ailleurs, il est probable que les positions écologistes seront rapidement en contradiction avec les attentes matérielles de la population. La même analyse peut être faite du programme économique de l’opposition et de l’idée d’une « troisième voie » spécifiquement est-allemande, qui exclurait une aide massive de la RFA.

66Ces orientations politiques sont manifestement de moins en moins bien acceptées ; elles devraient l’être encore moins lorsque sera connue la gravité de la crise économique et politique de la RDA, qui laisse peu de marges à des expériences politiques et sociales.

67Dès lors, on peut imaginer plusieurs scénarios. Première solution : les partis d’opposition perdent leur rôle déterminant au profit d’autres formations, anciennes ou récentes, qui s’affirment plus proches de l’opinion publique. Le LDPD, le NDPD et le CDU ont déjà manifesté qu’ils étaient prêts à lâcher du lest ; on s’attend à de nouvelles créations de partis dans le Nord et le Sud. Deuxième solu­tion : les dirigeants de l’opposition révisent leur programme politique pour se mettre à l’unisson avec la majorité du peuple ; une évolution en ce sens s’esquisse notamment pour le Renouveau Démocratique et le SPD. Arguant de leur désaccord sur l’idée d’une « troisième voie », des organisations régionales au grand complet ont déserté leurs partis : ce fait montre à lui seul la pression populaire. Troisième solution : les adhésions massives et le développement des organisations entraîneront la désignation de nouveaux porte-parole démocrati­quement élus qui remplaceront la génération des fondateurs. Une évolution en ce sens ne se dessine pas seulement chez le Renouveau Démocratique, mais aussi chez le Nouveau Forum, où l’on constate des différences notables entre le noyau des fondateurs et le Conseil des porte-parole récemment créé. La proxi­mité des élections oblige toutes les forces politiques à être réceptives aux senti­ments de la population et aux différences régionales.

68Le grand nombre de facteurs inconnus rend donc le pronostic quasiment impos­sible. La faiblesse de l’opposition l’oblige à nouer des alliances avec des forces politiques établies, qui entendent se servir d’elle pour se refaire une virginité. Jusqu’aux élections, la « Table ronde » – véritable « coalition de raison » – donnera certes une influence non négligeable à l’opposition, mais aussi une part de responsabilité dans la crise. Il sera d’autant plus important pour elle de garder intact le capital de confiance dont elle jouit dans la population et de le justifier par des stratégies politiques concrètes. Si l’on considère attentivement les programmes, alors la situation semble moins compromise qu’il ne paraît à première vue, car les propositions concrètes dans tel ou tel domaine politique – surtout du SPD – sont bien plus ouvertes que les déclarations sur une « troisième voie » socialiste ne le donnent à penser. De même, l’étroitesse du milieu de recrutement social et politique et l’insuffisance de ressources personnelles et matérielles pourraient bientôt être corrigées par des adhésions massives résultant de l’érosion des forces politiques établies.

69De même, l’affaiblissement réciproque des formations d’opposition du fait de leur homogénéité idéologique pourrait cesser à la suite d’un regroupement, de la différenciation politique ou par le jeu inévitable de la concurrence : on peut en observer dès aujourd’hui les premières manifestations. Une chose est certaine : si l’opposition ne parvenait pas à satisfaire l’attente de la société, d’autres forces prendront la relève.

Notes

1 La seule étude exhaustive sur l’opposition est-allemande est due à un journaliste, Karl Wilhelm Fricke, Opposition und Widerstand in der DDR. Ein politischer Report, Cologne 1984.

2 cf. les propos de Markus Meckel, cofondateur du SPD in: Gerhard Rein/ Heinon Falcke/Friedrich Schorlemmer/Vera Vollenberger/Erhart Neuberger: Im Prinzip Hoffnung. Gespräche über Alternativen zum real existierenden Sozialismus, 1989, 4, p.139.

3 cf. Matthias Hartmann: « Teile und herrsche », in: Deutschland Archiv, (1989), p. 834.

4 Le nombre des diverses formations a été estimé en 1988 à 325, les plus grandes d’entre elles se subdivisant souvent en plusieurs sous-groupes ; cf. Ulrike Poppe : « Das kritische Potential der Gruppen in Kirche und Gesellschaft », manuscrit non publié, Berlin-Est, 1988, p. 9.

5 cf. Frithjof Heller: « Unbotmäßiges von Grenzfall bis Wendezeit. Inoffizielle Publizistik in der DDR », in: Deutschland Archiv, 1988, N° 11, pp. 1188-1196.

6 cf. Initiative Frieden und Menschenrechte : Grenzfall, réédition de tous les numéros parus en RDA (1986/87), réunis par Ralf Hirsch et Lew Kopelew, Berlin 1989 (publiée à compte d’auteur).

7 Déclaration du Synode de l’Association des Églises de la RFA, qui s’est tenu du 20 au 24 septembre à Dresde, in: EPD-Dokumentation, 43/85. p. 44.

8 Compte rendu de l’Église de la région de Greifswald, in: EPD-Information, 52/86, p. 29.

9 cf. « Beschluß zum Rechenschaftsbericht der Kirchenleitung », synode de l’Église évangélique de la province de Saxe, 29 octobre – 1er novembre 1987, in: EPD-Dokumentation, 52/87, p. 33.

10 cf. les débats du synode de Saxe en octobre 1987, en partie repris dans EPD-Dokumentation, 52/87, p. 1 et suiv., p. 23.

11 cf. synode de l’Église évangélique de Berlin-Brandebourg, résolution sur les « possibilités de voyage", in: EPD-Dokumentation, 25/87, p. 30.

12 in: Initiative Frieden und Menschenrechte, p. 102 (note 6).

13 repris dans: EPD-Dokumentation, 43/88, p. 60 et suiv.

14 Synode de Berlin-Brandebourg, résolution sur « Les changements en Union soviétique », in: EPD-Dokumentation, 21/88, p.74.

15 Monseigneur Werner Leich, Président de la Conférence des Églises, allocution lors de la rencontre avec le Président du conseil Erich Honecker le 3 mars 1988, in: EPD-Dokumentation, 12/88, p. 2 et suiv.; Matthias Hartmann, « Hier ändert sich nichts », in: Deutschland Archiv, 1988, 10, p. 1025.

16 « Wider eine Gesellschaft der Gleichgültigen und Verantwortungslosen. Zwanzig Thesen zur Erneuerung und Umgestaltung, die auf dem Kirchentag in Halle vorgelegt und diskutiert wurden » (cité « thèses »), in: Frankfurter Rundschau, 13 juillet 1988.

17 « Brief an die Christen der DDR und ihre Gemeindevertretung – Neues Handeln », in: EPD-Dokumentation, 39 a/88, p.8.

18 cf. en particulier l’article « Mehr Gerechtigkeit in der DDR – unsere Aufgabe, unsere Erwartung », in: EPD-Dokumentation, 21/89, p. 27.

19 cité par Hartmann op. cit., p. 1026.

20 cf. « thèses », note 16.

21 Une ample documentation, s’appuyant sur des données précises, se trouve dans la brochure Wahlfall 89 (Élections 90), éditée artisanalement par la « Coordination pour les élections », Berlin-Est, 1989.

22 cf. Ilse Spittmann: « Auf dem Drahtseil », Deutschland Archiv, 1989, p. 722.

23 cf. l’interview avec Friedrich Schorlemmer dans l’émission de télévision « Kennzeichen D » (Plaque minéralogique D), le 30 août 1989.

24 cf. le compte rendu très détaillé du journal Tageszeitung

25 Tageszeitung, 29 août 1989.

26 Tageszeitung, 9 octobre 1989

27 cf. Richard Schröder: « Was kann DDR-Bürger miteinander verbinden? Gefährdung und Mög­lichkeit einer « DDR-Identität », in Kirche im Sozialismus, 1988, 5, pp. 177 ; Edelbert Richter: « Demokratische Umgestaltung. Ein Versuch, sie zu buchstabieren », in: Kirche im Sozialismus, 1989, 2, p. 60 et suiv.

28 Le lecteur interessé trouvera d’autres informations dans: 40 Jahre DDR… und die Bürger melden sich zum Wort (reproduction d’un manuscrit reproduit par les auteurs en RDA lors du 40e anniversaire de la République), Francfort, 1989 ; Gerhard Rein: Die Opposition der DDR, Berlin 1989 ; Gesamtdeutsches Institut, Bundesanstalt für gesamtdeutsche Aufgaben: Politische Ziel­vorstellungen wichtiger Oppositionsgruppen in der DDR, Bonn 1989 ; Hubertus Knabe (éd): Aufbruch in eine andere DDR. Reformer und Oppositionelle zur Zukunft ihres Landes, Reinbek 1989.

29 Entretien accordé par Rolf Hinrich au journal Deutsches Allgemeines Sonntagsblatt, daté du 13 octobre 1989.

30 Frankfurter Rundschau, du 3 octobre 1989.

31 Berliner Morgenpost, du 29 octobre 1989.

32 Gauche Unie: « Résolution finale des représentants de divers courants socialistes en RDA, lors d’une rencontre début septembre à Böhlen » in: Gesamtdeutsches Institut: op. cit., p. 74.

33 cf. le journal Der Tagesspiegel du 10 octobre 1989.

34 cf. le journal Frankfurter Rundschau du 3 octobre 1989.

35 cf. le journal Süddeutsche Zeitung du 26 septembre 1989.

36 cf. l’hebdomadaire Deutsches Allgemeines Sonntagsblatt, du 13 octobre 1989.

37 Reinard Schult: « Offen für alle – das Neue Forum », in: Hubertus Knabe (éd.): op. cit., p. 168.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr