Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Chapitre 2 : De la révolution à la démocratie

Du SED au PDS

Jérôme Vaillant

Texte intégral

1Lors des premières élections libres du 18 mars 1990 en RDA, qui ont vu triompher l’Alliance pour l’Allemagne forgée à froid par le chancelier Kohl sept semaines seulement avant les élections, le PDS, parti du socialisme démocratique issu de l’ancien parti communiste SED, a réalisé un score nettement plus élevé que prévu et s’est affirmé comme la 3e force politique de RDA. Avec 16,3%, il ras­semble près de 1,8 million de voix, soit environ trois fois plus qu’il n’a aujourd’hui d’adhérents, et sera représenté à la nouvelle Chambre du peuple par 65 députés sur 400. Il ne pourra certes pas bloquer à l’avenir la modification de la constitution de RDA nécessaire à l’unification des deux états allemands, mais il représente, comme l’a déclaré Hans Modrow le soir des élections, une force d’opposition non négligeable. Son président Gregor Gysi compte même sur le SPD pour empêcher que la Chambre du peuple demande purement et simplement que la RDA adhère à la constitution de la RFA, conformément à la clause d’adhésion prévue dans son article 23, son objectif étant de fonder « une nouvelle Allemagne qui soit quelque chose de mieux que l’actuelle RDA et que l’actuelle RFA ».

2Dans la mesure où les sondages d’opinion créditaient son parti de 5% seulement en janvier, G. Gysi se déclare satisfait du résultat obtenu le 18 mars et y voit la preuve que depuis le congrès extraordinaire du SED en décembre 1989, le PDS a fortement gagné en crédibilité auprès des électeurs. En fait, il ne peut être satisfait que dans la mesure où il craignait le pire. Pour autant qu’il soit possible de procéder à une analyse plus détaillée du scrutin le lendemain même des élections, il semble pourtant que le PDS n’ait pas que des raisons d’être satisfait. Il apparaît, en effet, que s’il a réalisé un score supérieur à sa moyenne ‘nationale’ dans les grandes villes (plus de 20%) et auprès de ce qu’il est convenu d’appeler en RDA die Intelligenz (plus de 25%), il n’a pas dépassé les 10% dans les milieux ruraux et ouvriers, milieux dans lesquels l’Alliance pour l’Allemagne avoisine les 60%. Le parti qui avait dirigé pendant quarante ans l’état des ouvriers et des paysans a été clairement désavoué par ceux-là même qu’il avait alors prétendu représenter.

3Les résultats du PDS varient également fortement d’une région à l’autre. Il fait moins bien en Saxe et en Thuringe que sa moyenne ‘nationale’, mais est plus forte­ment représenté dans le Brandebourg (près de 20%) et dans le Mecklembourg (plus de 25%), dans les régions nord de la RDA donc. À Berlin-Est, capitale où était concentré l’appareil du SED avec ses permanents et ses fonctionnaires d’état, il dépasse même les 30%, obtenant à peine moins que le SPD et nettement plus que les chrétiens-démocrates.

4On peut s’interroger sur les causes de cette relative bonne tenue du PDS aux élections du 18 mars, dès l’instant qu’il était entendu qu’il ne pourrait plus jouer en RDA un rôle dirigeant ou seulement déterminant. On peut y voir une réaction conservatoire des électeurs restés fortement liés par leurs fonctions et leurs activités à l’ancien parti dirigeant ainsi qu’une réaction face aux incertitudes que provoque dans ces milieux et d’autres la perspective prochaine d’une unification revenant à faire adopter pour l’essentiel à la RDA le système politique, écono­mique et social de la RFA. On peut y voir également un « effet Modrow », le chef du gouvernement est-allemand ayant réussi à gagner la sympathie d’électeurs qui lui étaient reconnaissants d’avoir assuré aussi bien que possible la transition entre la révolution d’octobre/novembre 1989 et les élections de mars 1990. On peut y voir enfin l’expression de l’attachement d’un nombre non négligeable d’électeurs à l’idée du communisme, aussi compromise fût-elle par l’effondrement du SED, ou à celle défendue aujourd’hui par le PDS, du socialisme démocratique. Quoi qu’il en soit, le PDS a réussi un rétablissement qui pour n’être pas spectaculaire n’en reste pas moins surprenant. D’autant plus qu’en se transformant de SED en PDS, l’ancien parti communiste dirigeant n’avait guère, lors de son congrès extra­ordinaire de décembre 1989, fait preuve d’une réelle capacité à changer radicalement.

Le congrès extraordinaire du SED de décembre 1989

5Fixé initialement aux 15, 16 et 17 décembre 1989, le congrès extraordinaire du SED – son congrès ordinaire était, lui, prévu à l’origine pour le mois de mai 1990 – est, le 3 décembre, avancé, en catastrophe, d’une semaine. Ce jour-là, lors de son 12e plénum, le Comité central du SED reconnaît qu’il n’a pas su trouver la con­fiance du peuple. Contestés en outre par les adhérents de base et plus particuliè­rement par les nouveaux délégués élus dans la perspective du congrès extra­ordinaire, qui leur reprochent de temporiser au lieu de faire toute la clarté sur les abus de pouvoir et les accusations de corruption lancées contre l’ancienne direc­tion, Comité central et Bureau politique démissionnent en bloc. Auparavant, le Comité central a, à la demande du Bureau politique, exclu de ses rangs Erich Honecker et Willi Stoph ainsi que dix autres anciens dirigeants. En même temps, « en raison de la gravité des manquements au statut du parti et eu égard aux nombreuses demandes formulées en ce sens par les conférences de délégués », il les a exclus du parti. C’est la fin du court règne d’Egon Krenz, qui n’aura duré que cinquante jours : élu à la tête du parti à la suite de la démission d’Erich Honecker le 18 octobre, puis élu le 24 Président du Conseil d’état et du Conseil national de défense, E. Krenz cesse ipso facto d’être secrétaire général du SED. Il se démet ensuite de ses autres fonctions officielles, étant remplacé le 6 décembre par Manfred Gerlach, président du LDPD, à la présidence du Conseil d’état et du Conseil de défense.

6Lors de ce même 12e plénum, une commission de travail de 25 membres dont aucun ne fait partie de l’ancien Bureau politique, est mise en place pour assurer la préparation du congrès extraordinaire. Dans un appel adressé aux citoyennes et citoyens de RDA ainsi qu’aux ‘camarades’ du parti, la commission constate :

« Vu la situation dans notre pays, la RDA, il est nécessaire d’agir avec déter­mination. Cette situation est née de la défaillance de la direction du parti que la base a forcée à démissionner, à l’incapacité de la précédente direction d’élaborer une politique constructive de renouvellement du socialisme et de faire la clarté sur les abus de pouvoir d’anciens membres du Bureau politique et d’autres permanents de notre parti ».

7On trouve déjà dans cet appel, pour aussi décidé qu’en soit le ton, ce qui va servir de ligne de conduite au congrès du SED : les anciennes directions sont respon­sables de tous les maux que connaissent le parti et le pays, mais la base, elle, ne saurait être mise en cause puisqu’aussi bien c’est elle qui a contraint celles-ci à démissionner. Il apparaît en outre que la commission de travail estime encore qu’elle reste investie d’une mission nationale, alors que depuis le 1er décembre 1989 « le rôle dirigeant de la classe ouvrière et de son parti marxiste-léniniste » a été rayé de la constitution de la RDA. C’est, à vrai dire, sous la pression des évé­nements se déroulant beaucoup plus rapidement en Tchécoslovaquie, que la Chambre du peuple s’était, plus tardivement, résolue, ce jour-là, à sauter le pas et à regretter en même temps « sincèrement la participation de la RDA aux actions militaires menées en août 1968 par le Traité de Varsovie en rapport avec les conflits intérieurs en Tchécoslovaquie ». Après s’être auto-décapité, le SED conti­nuait malgré tout de s’identifier avec l’état et estimait avoir à y jouer sinon un rôle dirigeant comme dans le passé, du moins un rôle déterminant. C’est ce qui ressortit des travaux de son congrès extraordinaire, menés en deux temps, tout d’abord les 8 et 9 décembre, puis les 16 et 17 du même mois.

8Dans un premier temps, le SED rompait avec ses structures staliniennes, dans le second, il cherchait à se donner une nouvelle image de marque, à défaut d’une véritable identité. Le lieu choisi pour le congrès devait manifester son intention de rompre avec les pratiques passées : le parti se faisait humble en siégeant dans la salle des sports plutôt austère du club Dynamo de Berlin-Weißensee. Si les 8 et 9, la tribune officielle était encore ornée du nom et de l’emblème du parti, l’un et l’autre en avaient disparu les 16 et 17 décembre suivants : signe de la désorien­tation du parti et de sa tentative de faire peau neuve.

9La veille du congrès, de nombreux délégués estimaient encore que le mieux était de prononcer la dissolution du parti, définitivement compromis par sa direction, pour en fonder un nouveau. Deux choses au moins les retinrent de le faire : l’appel pressant du chef de gouvernement, Hans Modrow, faisant valoir dans un discours digne de Winston Churchill que dissoudre le parti revenait à mettre en cause l’existence même de la RDA et l’argument de Gregor Gysi qui leur montra, en bon avocat qu’il était, qu’en conservant le nom de SED le parti évitait un difficile règlement de sa succession, qu’il resterait donc maître de la décision quand il devrait renoncer à quelques-uns de ses innombrables titres de propriété (locaux et écoles du parti, ses diverses entreprises, etc ...).

10Du moins, le SED cessait-il, au terme de la première partie de son congrès, d’être un parti stalinien et reconnaissait la nécessité d’abandonner une partie de ses biens pour les transformer en biens du peuple. Il renonçait au centralisme démocra­tique qui, malgré le principe d’éligibilité des fonctions existant au sein du parti, revenait à imposer à la base les décisions de la direction et supprimait les institu­tions qui exprimaient le mieux la pyramide hiérarchique qui en découlait : le Comité central, son secrétariat général et ses diverses commissions, le Bureau poli­tique. (Il supprimait également le statut de candidat pour adhérer au parti ou prétendre à une fonction dirigeante en son sein ; suppression non négligeable puisque pareil statut avait servi dans le passé à encadrer les militants, à vérifier leur attachement à la cause du parti et finalement à les mettre au pas). En leur lieu et place étaient créés sur le modèle d’organisation social-démocrate un président, flanqué de quatre vice-présidents, un comité directeur de 101 personnes élisant en son sein un praesidium de dix personnes, ainsi qu’une commission d’arbitrage. Tandis qu’était dissous l’appareil de direction et de gestion du Comité central qui disposait de près de 2000 collaborateurs, il était décidé que le comité directeur ne comprendrait que 10 des 15 délégués de district et trois des 260 secrétaires de cercle (Kreissekretäre) afin d’éviter que celui-ci ne se transforme en une représen­tation bureaucratisée de l’élite dirigeante du parti. Gregor Gysi, avocat connu pour avoir défendu dans le passé des dissidents et conseillé en septembre/octobre les fondateurs de Neues Forum, était élu président avec 95,53% des voix des 2753 délégués du congrès, Hans Modrow devenait un de ses quatre vice-présidents avec 99,4% des voix.

11Cette première partie du congrès redonnait une direction au SED, mais elle avait le caractère d’une improvisation. G. Gysi avouait ne pas avoir eu le temps de préparer le discours que lui avait demandé de faire la commission de travail et donc de ne pas tout à fait savoir ce qu’il avait à dire. Interrogé après son élection à la présidence d’un parti qui s’appelait encore SED, il répondait à la deuxième chaîne de télévision ouest-allemande (Was nun, Herr Gysi ?) que certes il était commu­niste, mais qu’il pouvait définir ce qu’était le socialisme !

12Le parti sauvé de la dissolution, il restait au congrès à se donner dans un deuxième temps un nouveau statut, peut-être un nouveau nom et à se fixer quelques points de repère idéologiques. C’est ce à quoi il s’employa les 16 et 17 décembre 1989. Les discussions y furent moins vives que l’on n’aurait pu attendre d’un parti libéré de son carcan stalinien. Le congrès entendit un rapport du professeur Michael Schumann sur les origines de la crise que connaissait la société de RDA et sur les responsabilités du SED, un projet d’action économique dressé par l’économiste de l’Université Humboldt, Dieter Klein, des rapports de diverses commissions et finalement un discours fleuve de G. Gysi qui avait tout d’un programme d’action électoral pour permettre au parti de repartir à la conquête du pouvoir. À mi-chemin d’un socialisme rénové et de la social-démocratie, ce programme avait le tort de traiter tous les problèmes immédiats en suspens, là où il aurait fallu donner une orientation programmatique véritablement nouvelle. Faute de cela, le nouveau statut du parti se contente d’être largement œcuménique sans qu’apparaisse un choix. Le marxisme-léninisme est abandonné au profit du seul marxisme qui « assimile de façon créatrice toutes les impulsions théoriques et conceptuelles venant d’autres courants de pensée qui servent à l’épanouissement de la personnalité dans la société socialiste et garantissent la survie de l’humanité ». En conséquence, il n’est plus fait référence au caractère « scientifique » du marxisme-léninisme, le parti dit même vouloir fonder sa politique sur les « sciences sociales modernes ». Toutefois, Lénine réapparaît à côté de Marx quand il s’agit de préciser les sources principales auxquelles puise le parti :

« Il prend racine dans le mouvement ouvrier communiste et social-démocrate ainsi que dans les traditions socialistes, antifascistes, pacifistes et internationales de gauche, en particulier dans celle de Lénine. »

Une confrontation insuffisante avec le passé

13L’exposé de M. Schumann était à cet égard significatif : il s’en prend d’autant plus vigoureusement au stalinisme et à sa conception d’un système politique et économique fondé sur la gestion administrative par le haut qu’il entend disculper Lénine. La critique du stalinisme se transforme de ce fait en un simple slogan qui doit permettre d’affirmer la pureté des intentions premières : réduit à une déforma­tion du communisme, la critique du stalinisme est instrumentalisée et sert finale­ment à sauver de la critique les pères fondateurs. M. Schumann procède de la même façon quand il aborde, fort sommairement, à vrai dire, l’histoire du SED. Dans la phase de transformation démocratique-antifasciste de la société est-allemande, le SED aurait été de 1946 à 1948 l’heureuse synthèse des deux élé­ments constitutifs du mouvement ouvrier, le communiste et le social-démocrate ; l’erreur aurait consisté dans le passage à un « parti de type nouveau » à partir de 1948, c’est-à-dire à un parti de type stalinien s’arrogeant tout d’abord la « supré­matie » en zone d’occupation soviétique pour s’attribuer à la fin le droit constitu­tionnel de diriger l’ensemble des affaires de l’état et de la société en RDA. M. Schumann se situe ainsi très clairement dans la tradition de l’historiographie est-allemande qui fait essentiellement apparaître la volonté commune des deux partis ouvriers de s’unir en 1946 pour mettre un terme à la lutte fratricide qui favorisa en son temps l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Si l’historiographie occidentale a par contre tendance à privilégier la thèse de la fusion forcée entre KPD et SPD pour donner naissance en avril 1946 au SED et sous-estime leur volonté d’action commune en zone soviétique immédiatement après la guerre, allant pour certains effectivement jusqu’au désir de fusionner, celle-ci n’en fait pas moins apparaître que la fondation du SED a permis au KPD d’absorber le SPD pour mieux procéder ensuite à sa liquidation. M. Schumann ne dit rien des épurations successives menées contre le « social-démocratisme », bref des persécutions dont ont été vic­times de nombreux sociaux-démocrates en zone d’occupation soviétique, puis en RDA. Il n’effleure également que fort rapidement les deux autres grands sujets tabous de l’histoire de la RDA, le 17 juin 1953 et la construction du mur de Berlin, le 13 août 1961. À ce prix, son intention déclarée d’engager le SED sur la voie d’« un renouvellement radical » n’était que partiellement crédible. Avec cette façon d’énoncer les tabous sans s’y attaquer vraiment, de critiquer seulement le stalinisme pour récupérer un mythe primitif supérieur, M. Schumann cherchait en fait à redonner une nouvelle vertu au SED et à lui redonner courage dans l’adver­sité, comme il apparaît clairement au détour d’une phrase :

« Les citoyens de notre pays et les membres de notre parti qui se sont de tout temps engagés de bonne foi et avec ardeur pour le socialisme sur le sol allemand ont besoin de la certitude qu’ils ont choisi une bonne voie dans l’histoire ».

14Il n’était pas moins révélateur que le grand méchant dans l’histoire était Erich Honecker – le nom de son prédécesseur, Walter Ulbricht, n’était pas mentionné une seule fois –, assisté de quelques comparses mis désormais hors d’état de nuire. De 1945 à 1989, les discours se ressemblent : il n’y aurait eu en RDA qu’un seul coupable, au pire, seul le Bureau politique du SED aurait été responsable ; les autres n’auraient fait qu’exécuter les ordres ! En fait, comme après 1945 et toutes proportions gardées, entre la culpabilité des seuls dirigeants et la culpabilité de tous, il n’y a pas à choisir. Ce qui est en cause, c’est un régime politique, une dictature qui a produit à des titres et à des niveaux divers des coupables qui n’engagent ni la responsabilité de l’ensemble des adhérents du SED, ni celle de tous les Allemands de l’Est ; avec toute l’ambiguïté qui subsiste dans plus d’un cas entre coupables et victimes.

15Dans son discours final, G. Gysi commit par ailleurs une série d’erreurs d’appréciation qui allaient au mois de janvier 1990 être lourdes de conséquences pour son parti. Il annonçait que les services de la Sécurité d’état (Stasi), alors déjà transformés en services de la Sécurité nationale (Nasi !), ne seraient pas simple­ment démantelés comme le réclamait l’opposition, mais transformés en un service de protection de la constitution et en un autre de renseignements, sur le modèle ouest-allemand. Le SED montrait qu’il n’avait pas pris la mesure de la méfiance et de la haine qu’avaient engendrées ces services au sein de la population est-allemande. G. Gysi justifiait cette mesure en arguant de la raison d’état, mais également de l’importance grandissante qu’était en train de prendre, selon lui, le néo-fascisme en RDA. Il appelait en conséquence le SED à former un large front populaire avec toutes les forces démocratiques opposées au fascisme. En 1989, le SED tentait de justifier son existence avec les mêmes arguments qui lui avaient permis, après la guerre, d’installer sa dictature. Conséquence : en janvier, le gou­vernement Modrow était contraint de revenir sur les décisions prises sur le Staats­sicherheitsdienst, après la mise à sac de sa centrale à Berlin-Est et de nombreuses manifestations en province. La manifestation organisée par le parti devant le monument aux soldats soviétiques morts pendant la deuxième guerre mondiale à Berlin-Treptow – sous prétexte que des néo-nazis l’avaient souillé, malgré la garde vigilante de soldats de l’Armée Rouge – confirmait les plus vives appréhensions de la population de RDA. L’affaire avait tout d’un coup monté et nuisait considéra­blement au peu de crédibilité que le parti pouvait avoir jusqu’alors reconquis. Quand, courant janvier, le maire de Dresde, Wolfgang Berghofer, qui avait présidé aux travaux du congrès de décembre et passait encore avec Hans Modrow pour être un de ses représentants réformateurs les plus en vue, quitte le parti et en demande la dissolution, il lui porte un terrible coup. De plus en plus d’adhérents renvoient alors leurs cartes.

16Mais il y eut d’autres moments surprenants lors du congrès extraordinaire du SED, par exemple lorsque, au terme du discours de G. Gysi, il décida à l’unani­mité, sur la proposition d’un seul délégué, de ne pas en discuter afin de ne pas compromettre la belle unité du parti. Il ne vint, semble-t-il, à l’idée d’aucun délé­gué que celui-ci faisait ainsi la preuve du même monolithisme que le SED dans le passé. Les délégués étaient heureux d’avoir retrouvé un chef ! Sans doute, cette unité n’était-elle que de façade. Il restait que le parti donnait le sentiment qu’à peine déchu de sa fonction dirigeante il pouvait passer à l’ordre du jour et partir en campagne électorale, comme si de rien n’était. Il tournait la page, pour repartir à la conquête du pouvoir. L’exposé de M. Schumann avait, au moins, et, aussi impar­faitement qu’il l’ait fait, cherché à analyser le passé, le discours de G. Gysi était lui, entièrement tourné vers l’avenir : le passé était déjà oublié.

17Au cours d’une séance publique, le congrès extraordinaire eut encore, avant de clore ses travaux, à se prononcer sur le nom qu’il devait se donner. Pour les raisons évoquées plus haut, il décidait d’ajouter à son ancien nom celui de Parti du socialisme démocratique (PDS). Les adhérents étaient appelés à trancher d’ici le prochain congrès ordinaire du parti. En fait, le comité directeur a entre-temps choisi à leur place et adopté le nom de PDS.

18Ce parti, dont les orientations idéologiques restent encore floues n’est plus, de par ses structures, un parti stalinien. Il n’est plus comme le SED un parti à la fois de masse et de « cadres permanents ». Il a perdu un nombre considérable d’adhé­rents, passant en quelques mois de 2,3 millions à 600 000. Il dispose encore d’un bon appareil, même si l’ancien a été démantelé et s’il a été obligé d’abandonner une partie importante de son patrimoine. Il s’est retiré de l’appareil d’état et des entreprises en tant que parti. Il y conserve toutefois à titre individuel des positions-clés. S’il n’a pas définitivement tranché en matière d’organisation entre la section d’entreprise et la section territoriale, il favorise aujourd’hui plutôt la seconde. Il est en train de devenir un parti comme les autres. Mais à l’inverse des autres, nou­veaux partis fondés depuis octobre 1989 ou partis de l’ancien « bloc démocra­tique », il reste l’héritier de 40 ans de dictature en Allemagne de l’Est. Vu cet héritage, il a surmonté sa crise morale de l’hiver plutôt rapidement et opéré un rétablissement surprenant lors des élections du 18 mars 1990. Il apparaît même comme un concurrent sérieux pour le nouveau parti social-démocrate de RDA, qui a lui-même sans doute souffert de l’amalgame faite par de nombreux électeurs entre ces deux partis issus du mouvement ouvrier. Dans la perspective de l’unifi­cation de la RFA et de la RDA, il ne peut toutefois prétendre jouer un rôle majeur, quand bien même il disposerait à l’avenir de quelques points de chute en RFA, d’anciens militants dissidents du DKP ouest-allemand s’employant à y créer des sections locales PDS, comme par exemple récemment à Hambourg.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr