Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Chapitre premier : Petite histoire de la RDA

L’histoire de la RDA

Repères chronologiques

Henri Ménudier

Volltext

1L’histoire de la République démocratique allemande (RDA) ne commence pas en 1949, ni même en 1945. Pour la comprendre, il faut se souvenir de l’histoire du mouvement ouvrier allemand et tout particulièrement des rapports très tendus entre le SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschland, Parti social-démocrate d’Alle­magne) et le KPD (Kommunistische Partei Deutschlands, Parti communiste d’Allemagne) sous la République de Weimar. La lutte entre le courant modéré et le courant révolutionnaire au sein de la social-démocratie allemande commence en réalité dès les années 1860. En 1933, le KPD et le SPD sont interdits par le pouvoir national-socialiste, mais leurs activités clandestines en Allemagne et à l’étranger les rapprochent quelque peu. Les fondements politiques, idéologiques et socio-économiques de la RDA sont élaborés pendant la Seconde Guerre mondiale et sur­tout au cours des années 1945-1949 ; depuis 1919, le KPD songe à la création d’une République de type soviétique en Allemagne. L’existence de la RDA est déterminée aussi de façon décisive par la spécificité des rapports germano-soviétiques.

Un héritage qui remonte à l’Empire

2Le SPD est le plus ancien parti d’Allemagne, ses origines remontent à 1863. Depuis le Congrès de Gotha, en 1875, il intègre deux courants, l’un réformiste (marqué à l’origine par Ferdinand Lassalle), l’autre révolutionnaire (inspiré par August Bebel et Karl Liebknecht). Réprimé sous Bismarck après la fondation de l’Empire, le SPD se développe rapidement, au point de prendre la première place sur le plan électoral, à partir des années 1890. En 1912, il obtient son meilleur résultat dans toute l’histoire de l’Empire, avec 34,8% des voix ; le second parti, le Zentrum, n’atteint que 16,4%. Mais le SPD ne participe pas au pouvoir sous l’Empire.

3Après l’abdication de Guillaume II, le SPD se prononce pour la démocratie parlementaire. Cette orientation modérée provoque une scission et une tradition d’hostilité au sein du mouvement ouvrier allemand qui va être fatale à la Répu­blique de Weimar. Le Spartakusbund se crée en effet à Berlin, le 11 novembre 1918, avec Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht, Franz Mehring, Paul Lévi et Wilhelm Pieck (ce dernier sera le premier président de la République démocratique allemande, en 1949). Malgré la décision d’agir au sein de l’USPD (Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands) créé par les socialistes indépendants de l’aile gauche qui ont quitté le SPD en 1917 par désaccord sur la poursuite de la guerre, les Spartakistes s’en séparent et fondent, avec le concours des extrémistes de gauche de Brême le Kommunistische Partei Deutschlands, KPD (le parti communiste d’Allemagne) du 30 décembre 1918 au 1er janvier 1919. Décidés à établir la dictature du prolétariat, comme les Soviétiques l’ont fait en Russie, ils tentent de prendre le pouvoir à Berlin, du 6 au 11 janvier 1919. Leur révolution est durement réprimée par Gustav Noske, SPD, chargé de l’armée et de la marine au sein du Conseil des commissaires du peuple depuis fin décembre 1918 (gouverneur militaire de Kiel, il a écrasé la révolte des marins dans cette ville, en novembre). Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg sont arrêtés et assassinés le 15 janvier 1919 (leur souvenir sera commémoré en RDA, mais les manifestations du 15 janvier deviendront dans la seconde moitié des années 1980 le point de ralliement de certains opposants au régime de Berlin-Est).

4Le SPD retrouve sa forte position électorale aux élections de 1919 (37,9%), l’USPD obtient 7,6% ; le premier parti après le SPD est le parti catholique, le Zentrum avec 19,7%. L’année suivante le SPD n’a plus que 21,7% et il restera désormais dans la tranche des 20% ; il monte à 29,8% en 1928. Le NSDAP (parti national-socialiste), avec 37,3%, dépasse pour la première fois le SPD (21,6%) en juillet 1932. Encore marginal en 1920 (2,1%), le KPD atteint 12,6% en mai 1924 ; il progresse de 13,1% en 1930 à 16,9% en novembre 1932 ; il devient la troisième force politique du pays, après le NSDAP et le SPD. Aux dernières élections géné­rales, celles du 5 mars 1933 (très marquées par la terreur que font régner les nazis) le SPD obtient 18,3%, le KPD 12,3% ; le NSDAP se situe nettement en tête avec 43,9%, sans atteindre cependant la majorité absolue.

5Le premier Président de la République de Weimar (Friedrich Ebert) appartient au SPD et ce parti dirige plusieurs gouvernements de 1919 à 1930. Le KPD ne participe pas au pouvoir. En 1923, après une phase d’opposition systématique, il s’engage dans les luttes de la Ruhr et essaie de coopérer avec le SPD. Cette ten­dance est vite combattue, et le KPD, dirigé par Ernst Thälmann, reprend une lutte sans merci contre les sociaux-démocrates. Il vise à bloquer le fonctionnement du système parlementaire. SPD et KPD sont interdits en 1933. Né à Hambourg, le 16 avril 1886, Ernst Thälmann incarne les conflits et les tragédies qu’a vécus le mouvement ouvrier allemand. Membre du SPD, il adhère en 1917 à l’USPD et en 1920 au KPD dont il devient le chef de 1924 à 1933. Homme de confiance de Staline, il siège au Reichstag de 1924 à 1933. Il se présente aux élections prési­dentielles de 1925 et de 1932. Arrêté le 3 mars 1933, il est assassiné par les SS au camp de concentration de Buchenwald, le 18 août 1944.

6En 1935, au 7e congrès mondial de l’Internationale communiste, les commu­nistes abandonnent la thèse considérant la social-démocratie comme une variante du fascisme ; ils renoncent aussi à l’objectif d’une Allemagne soviétique. Ils privilégient au contraire la tactique unitaire et celle du front populaire. Les commu­nistes allemands conçoivent l’Allemagne après Hitler comme une république populaire démocratique, très différente de la République de Weimar. Dans les « lignes directrices pour l’élaboration d’une plate-forme politique du front popu­laire allemand », un document de 1936, publié en 1937, le KPD se montre favorable au maintien des libertés fondamentales et à un exécutif fort. Mais il s’en prend fermement à ce qu’il considère comme les restes d’une société féodale et les piliers de la société capitaliste. Il se prononce pour une réforme agraire, pour la nationalisation des banques et des moyens de production industriels. L’armée et la fonction publique devront être purgées de leurs éléments fascistes. Sans annoncer de profonds bouleversements sociaux, de telles mesures permettraient au moins de les préparer.

7Le comité central du KPD précise ses conceptions de la démocratie parle­mentaire dans une résolution du 14 mai 1938 qui inspirera fortement le régime mis en place à Berlin-Est entre 1945 et 1949. L’ampleur des transformations envisa­gées est encore plus nette. Dans la république démocratique, c’est le peuple qui décidera ; il éliminera le fascisme à sa racine en le privant de ses bases matérielles (expropriation des grandes propriétés et des grandes entreprises). La république antifasciste veut se débarrasser de l’hégémonie d’une bourgeoisie qui n’accorde qu’une importance limitée aux intérêts de la classe ouvrière. Grâce au front popu­laire, l’alliance de la classe ouvrière et des paysans, avec le concours des classes moyennes et des intellectuels, représentera les intérêts du peuple. Attachée à la paix, cette nouvelle Allemagne entretiendra des relations très étroites avec l’URSS. La résolution du 14 mai 1938 souligne très clairement le rôle des dirigeants de la classe ouvrière. Ces positions sont réaffirmées lors d’une conférence du KPD en exil, près de Paris, du 30 janvier au 1er février 1939. Les responsables du parti indiquent aussi que cette démocratie populaire constituerait une solution transitoire avant la transformation en république allemande soviétique.

8L’attaque de la Wehrmacht contre l’URSS, en juin 1941, met fin provisoirement aux réflexions des communistes allemands sur l’avenir de leur pays après la défaite du IIIe Reich. Les projets reprennent en 1944. Sous la direction de plusieurs responsables, une commission mise en place en février se penche sur six questions :

  • la situation en Allemagne avant le renversement d’Hitler (Peter Florin)

  • la direction politique d’une nouvelle Allemagne (Walter Ulbricht)

  • le rôle de l’URSS dans l’Allemagne d’après-guerre (Rudolf Hermstadt)

  • les nouveaux syndicats (Hermann Matern)

  • l’économie et la politique économique (Anton Ackermann)

  • les problèmes agricoles (Erwin Hoernle).

9Sur la base de ces travaux, un « programme d’action du bloc de la démocratie combattante » est élaboré en octobre 1944 par Anton Ackermann, Wilhelm Pieck et Walter Ulbricht – trois responsables communistes qui vont jouer un rôle essentiel après 1945. Ce programme, qui ne laisse déjà plus rien au hasard, vise à instaurer un ordre antifasciste et démocratique. Il traduit la volonté de ne pas répé­ter les erreurs de 1919 en laissant intact le pouvoir des classes possédantes et en facilitant le jeu de la réaction par la politique d’alliance du SPD. Ses auteurs y présentent aussi les mesures d’urgence à prendre dans une Allemagne libérée pour éliminer de façon radicale les bases du fascisme et mettre en place la démocratie. Aucun doute n’est laissé sur l’avènement d’une société socialiste conçue selon le modèle soviétique et sur l’ampleur du processus révolutionnaire.

10Malgré ces préparatifs, les communistes allemands connaissent en 1945 une double déception : le peuple allemand ne se soulève pas contre Hitler et le NSDAP à l’approche de l’effondrement, et l’URSS est obligée de partager l’occupation de l’Allemagne avec les trois autres vainqueurs occidentaux. Les communistes doivent donc renoncer à l’espoir de s’emparer d’un coup de la totalité de l’Alle­magne mais, dans la partie qui leur revient, ils sont bien décidés à confier les postes-clés à des hommes sûrs du parti afin de réaliser leur programme : création d’un système de partis et d’organisations de masse étroitement contrôlés par les communistes, réforme agraire, nationalisation des banques, des assurances et des entreprises, mise en place d’administrations centrales, élaboration d’une constitu­tion qui tiendrait compte des nouveaux rapports de force, alignement sur l’URSS pour la politique étrangère et les relations internationales. Ne se résignant pas à imposer leur système à une partie seulement de l’Allemagne, les communistes espèrent l’étendre à l’Allemagne de l’Ouest.

Allemagne-URSS : des rapports ambigus

11La RDA est un produit de la politique soviétique, élaborée avec le concours des communistes allemands. Au-delà de l’intérêt géostratégique de l’URSS à occuper une partie de l’Allemagne, il ne faut pas oublier que l’Allemagne et l’URSS ont toujours entretenu des rapports ambigus, marqués par des désaccords profonds et par des phases de coopération.

12Après l’armistice du 15 décembre 1917 et les dures conditions de la paix de Brest-Litovsk, annulées par les Soviétiques le 13 novembre 1918, des relations tendues existaient entre les deux pays : l’ambassadeur allemand fut assassiné en juillet 1918 et l’URSS espérait que l’Allemagne basculerait dans le camp de la révolution. Le dialogue est renoué en avril 1920 à propos du rapatriement des prisonniers de guerre et, le 6 mai 1921, Berlin reconnaît le gouvernement sovié­tique.

13Le traité de Rapallo, du 16 avril 1922, signé par les ministres des Affaires étrangères Walter Rathenau et Georges Tchitchérine, marque, à la stupeur des Occidentaux, un des sommets du rapprochement germano-soviétique. Les deux états renoncent aux dommages de guerre et décident une étroite coopération com­merciale sur la base de la clause de la nation la plus favorisée. Premier pays à s’engager sur la voie de la reconnaissance diplomatique, l’Allemagne va pour­suivre une intense coopération militaire avec l’Armée Rouge. Les proscrits de Versailles narguent à leur façon les vainqueurs de novembre 1918 et sortent de l’isolement dans lequel ils avaient été placés. Un demi-siècle plus tard et même au-delà, le « mythe de Rapallo » continue à hanter de nombreux esprits.

14Malgré le travail de sape auquel le parti communiste allemand se livre contre la République de Weimar, la coopération germano-soviétique se développe, y com­pris sous le IIIe Reich, après l’interdiction du KPD. L’accord économique du 12 octobre 1925 est renouvelé le 9 avril 1935. Le traité de neutralité et d’amitié, conclu à Berlin le 24 avril 1926, reconduit en 1931, entre de nouveau en vigueur le 5 mai 1933.

15Le rapprochement germano-polonais en 1934 et la signature du pacte antikomintern avec le Japon et l’Italie en 1936 et 1937 mettent fin provisoirement à ces bons rapports. Mais, peu rassurée par l’efficacité du système de défense collective, l’URSS découvre de nouveau qu’elle a intérêt à s’entendre avec son puissant et riche voisin de l’Ouest. Un nouvel accord économique est signé le 19 août 1939 ; le pacte de non-agression comporte une partie secrète qui fixe les sphères d’influence des deux états en Europe. Le traité d’amitié du 28 septembre, signé à Moscou entre l’Allemagne et l’URSS, partage la Pologne, envahie par les troupes hitlériennes le 1er septembre.

16Incapables de concilier leur soif d’expansion, les deux impérialismes entrent en guerre l’un contre l’autre. Hitler attaque l’URSS le 22 juin 1941 et la bataille de Stalingrad, de septembre 1942 à janvier 1943, marque le tournant de la guerre sur le front oriental et le début de la défaite du Führer. Avec les trois alliés occi­dentaux, l’URSS sera du côté des vainqueurs au terme d’un effort militaire et de sacrifices considérables. Elle se partage la Prusse orientale avec la Pologne, elle confie unilatéralement à l’administration polonaise les territoires allemands situés à l’est de la ligne Oder-Neisse, elle occupe la partie centrale de l’Allemagne et ne renonce pas à l’idée d’étendre son influence vers l’Ouest.

17Dans sa zone d’occupation, l’URSS est bien décidée à mettre en place, avec le concours des communistes allemands, un régime qu’elle contrôle entièrement. C’est ainsi que naît la RDA en 1949, un état étroitement inséré dans la sphère d’influence soviétique. La création de la République fédérale d’Allemagne et son intégration, en 1955, dans le camp occidental met fin au projet d’extension sovié­tique vers l’Ouest et à la constitution d’une Allemagne unifiée, sous influence soviétique. L’URSS s’accommode de cette situation nouvelle en établissant des relations diplomatiques avec Bonn en 1955 et en développant sa coopération avec l’état ouest-allemand à partir du début des années 1970.

18Quel retournement de situation quand on songe que, par sa politique de réforme en URSS, à partir de 1985, M. Gorbatchev contribue à faire tomber les régimes communistes en Europe de l’Est, y compris celui de la RDA, et ouvre en 1990 la voie de la réunification allemande, au profit de la République fédérale d’Alle­magne ! Est-ce que la neutralité éventuelle de l’Allemagne réunifiée permettra à l’URSS de placer les Allemands dans sa sphère d’influence ? Ce sera sans nul doute l’enjeu des négociations internationales du début des années 1990.

19La spécificité de la RDA est plus évidente quand on voit sa genèse et son histoire sous la double perspective des rapports entre le SPD et le KPD et des relations germano-soviétiques. Après la fusion entre les deux partis, le SPD a été marginalisé par le KPD au sein de la nouvelle formation appelée Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, SED (parti socialiste unifié d’Allemagne) dès 1947-1948, avant même la fondation de la RDA. Après l’effondrement du SED à la fin de l’année 1989 et au début de 1990, n’est-il pas surprenant de constater que le SPD s’affirme comme l’un des principaux partis de la RDA avant les premières élections libres du 18 mars 1990 ? Après avoir été artificiellement écarté de la vie publique et du pouvoir pendant 57 ans (1933-1990), il revient en force dans cette partie de l’Allemagne qui lui a été toujours très favorable depuis la fin du xixe siècle. Brimé par Bismarck, puis par Hitler et ensuite par les communistes, aidés des Soviétiques, le SPD retrouve son influence traditionnelle après avoir été contraint de s’effacer pendant une quarantaine d’années qu’il faut examiner de très près.

Les années 1945-1949

1945

20En avril et mai 1945, à la fin de la guerre, des membres du KPD, en provenance d’URSS, où certains vivaient dans l’émigration depuis 1933, rejoignent la partie de l’Allemagne occupée conquise par les Soviétiques et que l’URSS va occuper. Le groupe de Walter Ulbricht arrive le 30 avril, celui d’Anton Ackermann le 1er mai et celui de Gustav Sobbotka le 6 mai. Après la capitulation et le discours de Staline, le lendemain, annonçant que l’URSS n’a pas l’intention de diviser ou de détruire l’Allemagne, les Soviétiques se mettent aussitôt au travail. La radio de Berlin reprend ses émissions le 13 mai, le quotidien soviétique en langue allemande Tägliche Rundschau paraît le 15. Le conseil municipal du Grand Berlin est installé le 17 sous la direction d’Arthur Werner – les communistes occupent partout les postes-clés. Les premières unités de la police populaire allemande sont formées le 1er juin.

21Par leur déclaration commune à Berlin, le 5 juin, les quatre commandants en chef annoncent qu’il assument le pouvoir suprême en Allemagne, mais sans vou­loir annexer ce pays. Les Quatre se réfèrent aux frontières de 1937, celles de l’Allemagne avant l’Anschluß de l’Autriche et l’extension aux Sudètes. Dans les organismes de contrôle et de coordination (conseil de contrôle pour l’ensemble de l’Allemagne occupée et Kommandatura pour le Grand Berlin) les décisions sont prises à l’unanimité. Cette procédure aura pour effet de paralyser ces structures dès que surgiront les désaccords entre les vainqueurs.

22Mise en place le 9 juin à Berlin-Karlshorst, où se trouve le Quartier Général de l’Armée Rouge, la Sowjetische Militäradministration in Deutschland, SMAD (Administration militaire soviétique en Allemagne) est placée sous les ordres du Maréchal Georgi K. Schukow. Dès le lendemain, la SMAD autorise, sous son propre contrôle, la fondation de « partis antifascistes » et de syndicats libres. Dans les autres zones, les partis ne sont autorisés qu’à la fin de l’année. Le KPD est le premier à lancer un appel, le 11, suivi du SPD le 15, de la Christlich-Demokra­tische Union in Deutschland, CDU (Union Chrétienne-démocrate) le 26 et du Liberal-Demokratische Partei Deutschlands, LDPD (parti libéral) le 5 juillet. Dans une déclaration du 15 juin, Walter Ulbricht s’oppose à la fusion entre le KPD et le SPD, bien qu’une commission de travail entre les deux partis se constitue le 19 juin. Dès le 14 juillet, les quatre partis (KPD, SPD, CDU, LDPD) forment à Berlin un « front unitaire des partis antifascistes et démocratiques » (Antifa-Block), appelé ultérieurement « Bloc démocratique ». Dès le départ, cette structure permet à la SMAD et au KPD d’imposer leurs vues aux autres partis et de les contrôler de près, car ils ne leur inspirent pas une grande confiance.

23Au début du mois de juillet, les troupes américaines et britanniques se retirent de Saxe, de Thuringe et du Mecklembourg (territoires devant être occupés par les Soviétiques selon les accords de Yalta, en février 1945). Les troupes alliées occi­dentales prennent possession de leurs secteurs à Berlin-Ouest. Le 7 juillet, la SMAD crée cinq Länder ou provinces dans sa zone : Brandebourg, Mecklembourg, Saxe, Saxe-Anhalt, Thuringe.

24La conférence de Potsdam se déroule en deux sessions, du 15 au 25 juillet avec Winston Churchill, Harry Truman et Joseph Staline, puis du 28 juillet au 2 août, Churchill étant remplacé par Clement Attlee, chef du Labour qui vient de rem­porter les élections en Angleterre. La conférence est importante pour l’avenir de l’Allemagne car elle arrête les principes politiques et économiques de l’occupation (démilitarisation, dénazification, démocratisation, décentralisation et démontages), l’Allemagne devant cependant être traitée comme une unité. Les territoires à l’Est de la ligne Oder-Neisse sont occupés par la Pologne, la délimitation finale de la frontière germano-polonaise est renvoyée au traité de paix. Les Trois décident de transférer vers l’Ouest les minorités allemandes se trouvant dans les pays d’Europe de l’Est et de créer un conseil des Ministres des Affaires étrangères. La France n’est pas invitée à Potsdam, mais elle accepte les décisions des Trois ; elle émet cependant des réserves sur la création de partis politiques et d’institutions centrales en Allemagne.

Source : Le Figaro, 9.3.1990

25Dès le 27 juillet, la SMAD installe onze administrations centrales dans sa propre zone, susceptibles de s’étendre aux autres zones. La réforme agraire com­mence en septembre. La CDU de la zone soviétique s’oppose à ces premières orientations ; le premier président de la CDU, Andreas Hermes, est démis de ses fonctions le 19 décembre 1945 ; il est remplacé par Jakob Kaiser qui connaîtra ultérieurement le même sort. La première réunion à Londres du Conseil des Ministres des Affaires étrangères, fin septembre/ début octobre, est déjà très mar­quée par les désaccords entre les Alliés car l’URSS demande un gouvernement central pour toute l’Allemagne et le contrôle quadripartite de la Ruhr (ce qui lui permettrait d’étendre son influence vers l’Ouest).

26Le conseil de contrôle dissout toutes les organisations nazies le 10 octobre ; dès le mois d’août, la SMAD avait arrêté des membres de la SA, SS, Gestapo et de la Wehrmacht. Les anciens membres du NSDAP sont écartés de l’appareil judiciaire.

27À la conférence du SPD, à Wenningsen, près de Hanovre, du 5 au 7 octobre, Kurt Schumacher devient le responsable du SPD des zones occidentales, Otto Grotewohl est chargé du SPD de Berlin et de la zone soviétique. Inquiet de la progression du SPD en zone soviétique et des mauvais résultats électoraux des partis communistes dans quelques pays d’Europe de l’Est, le KPD, pressé par les Soviétiques, décide de préparer la fusion avec le SPD en zone soviétique. Les deux partis acceptent le principe lors d’une conférence commune à Berlin-Est, le 20 et 21 décembre. Kurt Schumacher et le SPD occidental s’y opposent.

1946

28Le 9 février 1946, Anton Ackermann, membre du secrétariat central et idéo­logue du KPD, publie dans le premier numéro de la revue Einheit (« mensuel pour préparer le parti socialiste unifié ») un article sur « la voie allemande particulière vers le socialisme ». à Berlin-Ouest, les membres du SPD écartent à une forte ma­jorité (82%) la fusion avec les communistes, mais acceptent majoritairement le principe de l’unité d’action avec eux ; un tel vote est interdit dans le secteur et dans la zone soviétiques. Les 19 et 20 avril, le 15e congrès du KPD et le 40e congrès du SPD approuvent la fusion (pour la zone soviétique seulement). Le congrès de la fusion se déroule à Berlin-Est les 21 et 22 avril. Il donne naissance au Sozia­listische Einheitspartei Deutschlands, SED (parti socialiste unifié d’Allemagne), avec comme présidents Wilhelm Pieck (KPD) et Otto Grotewohl (SPD). L’organe quotidien du nouveau parti, Neues Deutschland, paraît à partir du 23 octobre.

29D’autres structures se mettent en place. Le Freier Deutscher Gewerkschafts­bund, FDGB (confédération libre des syndicats allemands) est fondé du 9 au 11 février 1946. La Freie Deutsche Jugend, FDJ (jeunesse allemande libre) voit le jour le 7 mars ; le premier parlement de la FDJ porte Erich Honecker à la présidence de l’organisation, (il s’occupait auparavant des jeunesses communistes de la zone soviétique). La fondation de la FDJ avait été précédée par des comités de jeunes antifascistes, coiffés par un comité central de 100 membres, dont 80 communistes. L’enseignement scolaire a repris dès le 1er octobre 1945, l’ensei­gnement universitaire commence le 20 janvier 1946 à Berlin. La première foire de Leipzig de l’après-guerre s’ouvre le 8 mai. La Vereinigung der gegenseitigen Bauernhilfe, VdgB (association d’assistance mutuelle paysanne) organise une première séance de travail les 9 et 10 mars. L’Académie allemande des sciences reprend ses activités à Berlin le 1er août. La police allemande des frontières est constituée le 28 novembre.

30Les rapports Est-Ouest se tendent. Dans un discours aux états-Unis, à Fulton, Winston Churchill évoque le « rideau de fer » qui s’est abattu en Europe. Le 26 mai, le gouverneur militaire adjoint américain, le général Clay, arrête les livraisons provenant des démontages de sa zone, destinées à la France et à l’URSS. Le 6 septembre, le secrétaire d’état américain aux Affaires étrangères, James Byrnes, annonce lors d’un discours prononcé à Stuttgart, le 6 septembre, l’assou­plissement de la politique américaine à l’égard de l’Allemagne. La fusion des zones d’occupation américaine et britannique est décidée le 10.

31En Saxe, un référendum approuve le 30 juin, avec 77,6% de oui, l’expropriation des entreprises des criminels de guerre et des activistes nazis. En juillet et en août, de telles mesures sont appliquées directement par la voie administrative dans les autres Länder de la zone soviétique.

32Dans cette zone les seules élections à peu près libres se déroulent au cours de l’automne 1946. Le SED possède certes une nette avance sur les autres partis, mais les cas de majorité absolue sont plutôt rares. Les élections municipales ont lieu entre le 1er et le 15 septembre. Le SED s’approche de la majorité absolue dans trois Länder, ceux de Thuringe (46,4%), Saxe (48,2%) et Saxe-Anhalt (49,5%) ; il dépasse les 50% au Brandebourg (54,3%) et au Mecklembourg (63,2%). La CDU obtient des résultats qui varient entre 13,3% et 19,7%, le LDPD se situe entre 9,5% et 23,7%.

33De nature différente, les élections pour les cinq diètes régionales (Landtage) se déroulent le 20 octobre. Même s’il convient d’être prudent dans les comparaisons entre les deux types d’élections, on peut malgré tout remarquer qu’après avoir eu 52,3% pour l’ensemble des élections municipales, le SED ne retrouve plus que 47,5% des voix aux élections régionales. Cette fois-ci, il ne détient la majorité absolue dans aucun Land, ses résultats extrêmes se situent entre 43,5% pour le Brandebourg et 49,5% au Mecklembourg. Le LDPD vient en seconde position avec un résultat moyen pour les cinq Länder de 24,8%, juste devant la CDU qui totalise 24,5%. La part des organisations de masse se réduit à 3,4%.

34Les élections municipales du Grand Berlin, le 20 octobre également, limitent encore davantage l’impact du SED car les quatre partis (CDU, LDPD, SED et SPD) sont autorisés à se présenter dans chacun des quatre secteurs. Même en secteur soviétique, le SPD (340 572 voix) l’emporte nettement sur le SED (233 311 voix) ; dans les secteurs occidentaux, les écarts sont encore plus grands. Pour l’ensemble du Grand Berlin, le SPD obtient en moyenne 48,7%, suivi de loin par la CDU (22,2%) ; le SED ne vient qu’en troisième position avec 19,8%. Le LDPD occupe la dernière place.

1947

35Déjà bien amorcée en 1946, la rupture Est-Ouest se confirme en 1947. La « bizone » regroupe les zones américaine et britannique depuis le 1er janvier. Le président américain Harry Truman proclame le 12 mars la doctrine de l’endi­guement (containment) du danger communiste. Le 5 juin, le général Marshall, secrétaire d’état aux Affaires étrangères, propose un plan d’aide à l’Europe. L’URSS ne veut pas coordonner son économie et celle de sa zone avec celle des Occidentaux, aussi refuse-t-elle de participer à ce plan ; le SED se prononce naturellement dans le même sens le 23 juillet. L’emprise soviétique sur les pays de l’Europe de l’Est se traduit par la fondation du Kominform (bureau d’information communiste) dont le siège est fixé à Belgrade. Pour les communistes, le monde se divise désormais en deux camps, d’un côté, les impérialistes et les capitalistes, de l’autre les anticapitalistes et les anti-impérialistes. La cinquième conférence des quatre ministres des Affaires étrangères, appelée conférence de la dernière chance, se tient à Londres du 25 novembre au 15 décembre ; un profond désaccord sépare Occidentaux et Soviétiques sur la question allemande. C’est la fin du directoire des Quatre sur l’Allemagne. Chacun des deux camps songe à susciter la création de « son » état allemand.

36Les relations interallemandes souffrent de la détérioration des rapports entre les occupants. Les fédérations CDU des quatre zones se réunissent à Königstein les 5 et 6 février 1947 ; ce sera la dernière fois. En revanche, du 6 au 8 juin, à Munich, l’unique conférence des Ministres-Présidents des Länder des quatre zones échoue avant même d’avoir commencé. Les représentants de la zone soviétique se retirent à cause du désaccord sur l’ordre du jour (malgré l’hostilité française à ce projet, ils voulaient proposer la mise en place d’une administration centrale allemande avec la participation des partis politiques et des syndicats, sous l’égide du SED pour le côté soviétique). Le 24 juin, Ernst Reuter, SPD, est élu maire de Berlin, mais les Soviétiques s’opposent à l’entrée en fonction de cet ancien communiste devenu SPD. À Berlin, malgré les tensions, un accord est signé le 27 janvier entre les administrations allemandes sur l’organisation du commerce et sur l’augmentation de son volume entre la bizone et la zone soviétique ; ce sera le fondement du futur accord interzone sur le commerce.

37De nouvelles organisations de masse sont créées en zone soviétique. Le Demokratischer Frauenbund Deutschlands, DFD (fédération démocratique des femmes d’Allemagne) est fondé lors d’un congrès à Berlin, les 7 et 8 mars. La Gesellschaft zum Studium der Kultur der Sowjetunion (société pour l’étude de la culture de l’Union soviétique) voit le jour à Berlin le 30 juin. Le premier congrès des écrivains du Kulturbund (fédération culturelle) a lieu le 4 octobre. Les structures régionales se précisent. Les quatre Alliés décident, le 25 février, de dissoudre le Land de Prusse (qui n’existait plus concrètement) car ils le considèrent comme un « organe du militarisme et de la réaction en Allemagne ». Le 21 juillet, les anciennes provinces de Brandebourg et de Saxe-Anhalt deviennent des Länder.

38Les Alliés délèguent des responsabilités accrues aux Allemands. À l’Ouest, un organe particulier, appelé le Conseil économique est créé dans le cadre de la bizone, le 29 mai. Le 11 juin, la SMAD met en place pour la zone soviétique la Deutsche Wirtschaftskommission, DWK (commission économique allemande) qui devient la plus haute instance administrative allemande de cette zone. L’idée de la création d’un état est-allemand progresse. Le 1er mars, le comité directeur du SED lance un appel pour un référendum en faveur de la formation d’un état allemand unitaire qui serait suscité par un mouvement de masse dans les quatre zones. Le 26 novembre, le SED lance un autre appel pour un « congrès du peuple allemand pour l’unité et une paix juste ». Un premier congrès se réunit à Berlin les 6 et 7 décembre. La CDU de la zone soviétique, présidée par Jakob Kaiser et Ernst Lemmer, refuse d’y participer, la SMAD les démet de leurs fonctions le 19 décem­bre. De 1948 à 1957, la CDU sera dirigée par Otto Nutschke, plus docile aux injonctions soviétiques. Aux différences politiques et administratives entre les zones occidentales et soviétique s’ajoutent des orientations peu compatibles entre elles sur le plan économique et social. Ainsi la SMAD nationalise-t-elle l’industrie minière le 30 mai.

1948

39La rupture entre les Soviétiques et les Occidentaux s’accélère en 1948, chacun des deux camps s’engage de façon irréversible vers la création de « son » état allemand. Du côté occidental, la Conférence des Six (les trois Occidentaux et les pays du Benelux) recommande la création d’un état fédéral ouest-allemand ; la conférence se déroule du 23 février au 6 mars, puis du 20 avril au 2 juin. Le second Congrès du peuple allemand, à Berlin-Est, décide les 17 et 18 mars d’organiser un plébiscite pour l’unité allemande et convoque le Deutscher Volksrat (conseil du peuple allemand) qui a l’ambition de représenter l’ensemble du peuple allemand ; ce conseil adopte le 14 novembre un projet de constitution pour une république démocratique allemande. Le 23 mars, le gouverneur militaire soviétique, le maré­chal Sokolowski, quitte le Conseil de contrôle pour protester contre la Conférence des Six à Londres et met fin ainsi à l’administration quadripartite de l’Allemagne; le 16 juin, l’URSS quitte également la Kommandatura, chargée de coordonner l’action des quatre occupants à Berlin.

40Pour limiter encore davantage l’influence de la CDU et du LDPD, le SED suscite la création de deux nouveaux partis dont la clientèle pourrait se trouver tant chez les chrétiens-démocrates que chez les libéraux. Le Demokratische Bauern­partei Deutschlands, DBD (parti démocrate des paysans) est fondé le 29 avril. Le National-Demokratische Partei Deutschlands, NDPD (parti national démocrate d’Allemagne) voit le jour le 25 mai pour intégrer les officiers et les anciens membres du NSDAP. Ces deux partis sont dirigés par d’anciens communistes. Le SED décide, pour mieux répondre à sa vocation de parti marxiste-léniniste, de se transformer en un parti d’un type nouveau. Les enfants n’échappent pas à l’enca­drement, car l’organisation des « jeunes pionniers » s’intéresse à eux à partir du 13 décembre.

41L’année 1948 est aussi celle des réformes monétaires séparées et de la division de Berlin. Faisant suite au Reichsmark, le Deutsche Mark est introduit dans les zones occidentales et à Berlin-Ouest à partir du 20 juin. L’Union soviétique pro­cède également à une réforme dans sa zone et dans son secteur. Elle refuse la monnaie occidentale et les Occidentaux ne veulent pas de la nouvelle monnaie est-allemande à Berlin-Ouest. Elle organise alors le blocus des voies d’accès à Berlin-Ouest par terre et par eau. Les Occidentaux, mais surtout les Américains, répli­quent par la mise en place du pont aérien ; cette épreuve de force va durer jusqu’en mai 1949. Le conseil municipal du Grand Berlin se divise. Les 26 et 27 août, des manifestants communistes empêchent la réunion du conseil. Pour échapper à ces pressions, une partie des conseillers municipaux quitte la mairie de Berlin, située à Berlin-Est, pour se réunir dans le secteur britannique, à Berlin-Ouest. Le 30 novembre, un conseil municipal « provisoire et démocratique » est formé à Berlin-Est, sous la direction de Friedrich Ebert, (le fils de l’ancien président de la Répu­blique de Weimar est membre du SED). Un nouveau conseil municipal est élu à Berlin-Ouest, le 5 décembre ; Ernst Reuter devient maire de cette partie de la ville. La division de Berlin est consommée. L’université se scinde aussi ; avec l’aide des Américains, des professeurs et des étudiants fondent à Berlin-Ouest la Freie Universität, l’Université libre.

42Outre la réforme monétaire, des mesures économiques importantes sont prises en zone soviétique en 1948. Après des plans trimestriels de 1947 à 1948, un projet de plan semestriel est adopté pour la seconde partie de 1948. Un plan biennal est même préparé pour 1949-1950. Le mouvement des activistes est lancé le 13 octobre par un mineur, Adolf Hennecke, qui dépasse ses normes de rendement de 300%. Les premiers points de vente des Handelsorganisationen, HO (les magasins d’état) ouvrent le 15 novembre. En novembre, les compétences de la commission économique allemande sont élargies.

43D’autres structures apparaissent. La police armée encasernée est fondée le 3 juillet. Malgré la division entre les deux Allemagnes, les protestants de l’Est et de l’Ouest appartiennent à la même organisation, l’Evangelische Kirche in Deutsch­land, EKD (église évangélique en Allemagne) dont le statut est adopté à l’Ouest le 13 juillet. En revanche, la conférence interzone de tous les syndicats, à Linden du 17 au 19 août, ne peut empêcher la rupture définitive entre les syndicats occiden­taux et ceux de la zone soviétique regroupés dans le FDGB.

1949

44Une Organisation Européenne de Coopération économique, OECE, a été créée à l’Ouest pour répartir et coordonner l’aide Marshall à l’Europe de l’Ouest. Un « Conseil pour l’aide économique mutuelle », Comecon, est créé à l’Est, le 15 janvier 1949. Le pacte de l’Atlantique Nord, signé à Washington le 4 avril, donne naissance à l’OTAN. La République fédérale d’Allemagne est officiellement fondée à Bonn le 23 mai, avec l’entrée en vigueur de la Loi fondamentale, élaborée par le Conseil parlementaire. Un accord entre les Américains et les Soviétiques met fin au blocus de Berlin le 12 mai.

45élu selon le principe de la liste unique, le 15 et 16 mai, le 3e congrès populaire allemand adopte à la fin du mois le projet de constitution du futur état est-allemand, les 29 et 30 mai, juste après l’entrée en vigueur de la Loi fondamentale. Le 5 octobre, le congrès populaire allemand se transforme en Chambre populaire provisoire. Cette dernière proclame, le 7 octobre, l’entrée en vigueur de la consti­tution de la Deutsche Demokratische Republik, DDR (République Démocratique Allemande, RDA). Deux états existent dorénavant sur le territoire allemand. La République fédérale couvre (avec la Sarre qui sera rattachée le 1er janvier 1957) 52,9% du territoire de l’Allemagne dans les frontières de 1937, la RDA 23% seulement.

De la fondation de la RDA à l’entrée dans le Pacte de Varsovie, 1949-1955

46La constitution de la RDA, dans sa version de 1949, peut faire penser à une forme de gouvernement parlementaire. À l’article 50, la Chambre du peuple est présentée comme l’organe suprême de la République. Selon l’article 51, « les députés sont les représentants du peuple dans son ensemble. Ils ne sont soumis qu’à leur conscience et ne sont pas soumis à des mandats ». Ce texte rappelle presque mot pour mot l’article 38 de la Loi fondamentale de la République fédérale. L’article 63 charge la Chambre du peuple de confirmer, de contrôler et de renvoyer le gouvernement. L’article 94 précise : « Le gouvernement et chacun de ses ministres ont besoin, dans l’exercice de leurs fonctions, de la confiance de la Chambre du peuple ».

47Un gouvernement réellement issu, contrôlé et renvoyé par le Parlement ? La condition indispensable serait que des partis libres participent à des élections libres. Or ces conditions ne sont pas réunies en RDA, en raison de la position dominante du SED et du système électoral de la liste unique qui ne permet pas l’expression d’une opposition. Comme les objectifs de l’état et du SED sont identiques, la Chambre du peuple n’a pas à se prononcer entre des choix différents, elle est là pour confirmer la justesse des orientations et des décisions des dirigeants du parti. Antérieur à l’état, fondé idéologiquement sur le marxisme-léninisme, le SED est organisé selon le principe du centralisme démocratique, il se définit comme un parti révolutionnaire. C’est lui qui va imprimer sa marque au nouvel état qui s’installe.

48La SMAD est dissoute le 10 octobre. Elle est remplacée par la Sowjetische Kontrollkommission, SKK (commission de contrôle soviétique). Ses fonctions administratives sont transférées au gouvernement de la RDA. Le 11 octobre, Wilhelm Pieck (ancien KPD, maintenant SED) est élu président de la République par la Chambre populaire provisoire du peuple et par la Chambre provisoire des Länder. Le même jour, la plus importante manifestation de l’après-guerre se déroule sur la place August Bebel, à Berlin. Des centaines de milliers de tra­vailleurs et des jeunes viennent dire leur attachement au premier « état allemand des ouvriers et des paysans ». Le président de la jeunesse FDJ lit « le serment de la jeunesse allemande » : « Nous, la jeunesse allemande, promettons d’être fidèles à la République Démocratique Allemande, parce qu’elle se propose d’offrir la paix et une vie meilleure à la jeunesse et parce qu’elle le fera ... ». Le 12 octobre, Otto Grotewohl (ancien SPD devenu président du SED avec Wilhelm Pieck) est élu chef du gouvernement par la Chambre du peuple. Le 15, la RDA et l’URSS établissent des relations diplomatiques ; jusqu’en décembre, des relations diplomatiques sont établies avec la Bulgarie, la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Roumanie, la Hongrie, la Chine populaire, la Corée du Nord et l’Albanie. Depuis le 8 octobre, l’accord de Francfort règle le problème du commerce interzone entre les deux Allemagnes. Le 11 novembre, un texte de Johannes R. Becher devient l’hymne national de la RDA.

1950

49Des institutions importantes sont fondées en 1950 : le conseil national du Front national (regroupant les partis et les grandes organisations, son rôle est surtout de patronner les élections, d’entretenir le dialogue politique et de stimuler la vie culturelle), le ministère de la sécurité d’état (la Staatssicherheit ou Stasi, la redou­table police politique), l’Académie allemande des Arts, l’Association allemande des écrivains au sein du Kulturbund. La RDA et la Pologne reconnaissent la ligne Oder-Neisse comme frontière commune le 6 juillet (accord de Görlitz). Lors de sa première réunion, le 25 juillet, le comité central du SED élit le bureau politique et le secrétaire général, Walter Ulbricht, qui va rester l’homme fort du régime pendant 22 ans, jusqu’en 1971. La RDA devient membre du Comecon en sep­tembre. Aux élections du 15 octobre (Chambre du peuple, Landtage, assemblées de Kreis et conseils municipaux) la participation électorale est de 98,44%, la liste unique recueillant 99,7% de oui. Otto Grotewohl propose au chancelier Konrad Adenauer, le 15 décembre, un conseil pan-allemand. De nombreuses autres propo­sitions en faveur de la réunification suivront ; la RDA refuse les élections libres demandées par Bonn.

1951

50Le SED durcit sa lutte contre les intellectuels en dénonçant le formalisme dans l’art et la littérature et en recommandant le réalisme socialiste. Le premier monu­ment à la gloire de Staline est dévoilé à Berlin-Est le 5 août. Le rationnement d’un certain nombre de produits alimentaires est levé en octobre. Le premier plan quinquennal 1951-1955 est adopté le 1er novembre. Un programme national de construction est mis au point le même mois. Devant la commission politique de l’ONU, à Paris, le 11 décembre, une délégation gouvernementale de la RDA refuse qu’une commission de l’ONU vienne surveiller des élections qui se dérouleraient simultanément dans les deux états allemands. L’Institut des sciences sociales auprès du comité central du SED est ouvert le 21 décembre.

1952

51Les salaires sont augmentés en 1952. Le 10 mars, Staline propose aux Occi­dentaux des négociations pour un traité de paix afin de réunifier l’Allemagne dans la neutralité (retrait des troupes étrangères). Les Occidentaux et Konrad Adenauer refusent et demandent des élections libres dans toute l’Allemagne. Ils jugent que cette initiative est destinée à empêcher l’intégration de la République fédérale dans le camp occidental. L’association des écrivains allemands se dégage du Kulturbund et devient autonome (sous la présidence d’Anna Seghers). Le conseil des ministres de la RDA déclare zone interdite, le 26 mai, une bande de 5 kilomètres de profondeur, le long de la frontière interallemande à l’exception de Berlin. En juillet, le SED décide de mettre en place les fondements du socialisme en RDA. Dans le cadre d’une réorganisation administrative, les Länder sont supprimés, la RDA est divisée en 14 Bezirke (régions) et 217 Kreise (arrondissements). La Gesellschaft für Sport und Technik, GST (organisation de masse, société pour le sport et la technique) est fondée le 7 août. Des grades militaires sont introduits au sein de la police populaire casernée. Des sociétés de coopératives agricoles voient le jour en décembre.

1953

52La RDA connaît sa première grande crise de légitimité en 1953, après la mort de Staline, survenue le 5 mars. En avril, les évêques protestants se plaignent officiellement des entraves mises aux activités religieuses par les organes de l’état. Le 28 mai, le conseil des ministres décide d’augmenter les normes de travail de 10%. Le SED veut resserrer les liens entre le parti, l’état et la population, tout en augmentant le niveau de vie. C’est der Neue Kurs, le nouveau cours. Des grèves éclatent à Berlin le 16 juin, elles sont parties des chantiers de l’avenue Staline, en cours de construction. Des émeutes se produisent à Berlin-Est et dans plusieurs villes de RDA, le 17 juin. L’Armée soviétique intervient, la révolte est écrasée. L’état d’urgence est maintenu jusqu’au 11 juillet. Le comité central du SED accuse les Occidentaux d’avoir provoqué un putsch fasciste et contre-révolutionnaire. Les premiers groupes de combat de la classe ouvrière sont mis en place en juin ; il s’agit d’organisations paramilitaires au service du SED et de l’état ; elles ne seront dissoutes qu’à la fin de l’année 1989. En juillet, la ligne générale du Nouveau Cours est maintenue. En août, la RDA obtient une diminution des réparations à payer à l’URSS. De nouvelles relations s’établissent entre les deux états. La Com­mission de contrôle soviétique, la SKK, est supprimée depuis le 28 mai, l’URSS étant représentée jusqu’alors par un Haut commissaire ; des ambassadeurs sont désormais échangés entre Berlin-Est et Moscou dans le cadre des relations diplo­matiques. Les exclusions du SED, les arrestations et les condamnations se multiplient. Les opposants à Walter Ulbricht au bureau politique et au comité central du SED sont écartés.

1954

53Le ministère de la Culture est fondé le 7 janvier 1954, l’écrivain Johannes R. Becher devient ministre. Plusieurs personnalités importantes sont exclues du parti et du comité central. Le 25 mars, l’URSS reconnaît la souveraineté de la RDA. Les prix de certains produits alimentaires sont baissés. Aux élections à la Chambre du peuple, le 17 octobre, la liste unique obtient 99,46% des voix.

1955

54Les gouvernements de Moscou et de Berlin-Est multiplient les propositions pour empêcher la République fédérale d’Allemagne de ratifier les accords de Paris qui créent la Bundeswehr et permettent à l’Allemagne de l’Ouest de devenir membre de l’alliance atlantique. Le 25 janvier, l’URSS met fin à l’état de guerre avec l’Allemagne. Les premières Jugendweihen ont lieu à Berlin-Est le 27 mars 1955. Les premiers groupes de combat des entreprises « Prêts au travail et à la défense du pays » défilent lors des manifestations du 1er mai. La RDA fait partie des états signataires du pacte de Varsovie (11-14 mai), sorte de réplique de l’URSS avec les pays de l’Europe de l’Est à l’Alliance atlantique. L’URSS recon­naît en même temps la souveraineté de la RDA, avec laquelle elle signe un traité d’amitié. Chacun des deux états allemands ne dispose que d’une souveraineté extérieure limitée par les droits et les responsabilités des Quatre vis-à-vis de l’Allemagne dans son ensemble, mais se trouve complètement intégré, sur le plan économique et militaire dans le camp qui a suscité sa naissance. L’URSS abandonne les projets de réunification allemande au profit de la théorie des deux états ; elle considère que la réunification dépend directement des Allemands eux-mêmes. À la conférence des ministres des Affaires étrangères, à Genève (27 octobre-16 novembre), la RDA déclare qu’elle n’accepterait des élections dans les deux états qu’après « la démocratisation et la démilitarisation » de la République fédérale. Le Comité olympique national de la RDA est accepté comme membre provisoire au Comité olympique international, en juin 1955 ; le 27 août, les Comités nationaux olympiques de République fédérale et de RDA acceptent d’envoyer une équipe commune aux Jeux Olympiques de Melbourne, en 1956.

Les Länder de la RDA jusqu’en 1952

Les Länder de la RDA jusqu’en 1952

Source : Süddeutsche Zeitung, 4.1.1990

Les années 1956-1961 : du réarmement au Mur de Berlin

1956

55Le 18 janvier 1956, la Chambre du peuple vote la fondation de la Nationale Volksarmee, NVA (armée nationale populaire) et du ministère de la Défense. Walter Ulbricht déclare le 4 mars que « Staline n’est pas un classique du marxisme ». En mai, le 5e congrès pédagogique de Leipzig décide d’introduire le système d’éducation polytechnique. Les frais d’entretien des forces armées soviétiques sont diminués de 50% pour Berlin-Est.

1957

56Une loi du 17 janvier introduit progressivement la semaine de 45 heures. La Jeunesse allemande libre, FDJ, devient le 25 avril « l’organisation de jeunesse socialiste ». Les relations diplomatiques entre la RDA et la Yougoslavie sont établies le 15 octobre. Le SED décide de développer davantage les industries de base et de renforcer la collectivisation de l’agriculture. Le premier réacteur atomique de la RDA commence à fonctionner le 16 décembre. Le SED et le gouvernement de Berlin-Est se prononcent à plusieurs reprises pour une confé­dération entre les deux Allemagnes.

1958

57La réorganisation industrielle est décidée en février 1958 : création des Vereinigungen volkseigener Betriebe, VVB (associations d’entreprises qui appartiennent au peuple) et dissolution des ministères de l’Industrie. En mai, abolition du rationnement, fixation de prix homogènes pour tous les produits alimentaires, augmentation des salaires, rémunérations et retraites. L’URSS renonce aux frais de stationnement pour ses troupes à partir du 1er janvier 1959. Le 5e congrès du SED décide que « la victoire des conditions de production socia­listes » est la tâche des partis et des organisations de masse. Le 16 novembre, élection à la Chambre du peuple ; 99,87% des votes vont à la liste unique. Le 10 novembre, Khrouchtchev lance un ultimatum aux Occidentaux en exigeant que Berlin-Ouest devienne une ville libre démilitarisée. Le 8 décembre, la Chambre du peuple décide de dissoudre les Länder (qui ont été remplacés par des Bezirke).

1959

58En janvier 1959, le SED décide de modifier l’organisation scolaire et d’intro­duire une 10e année pour la formation scolaire polytechnique. La 1ère conférence culturelle de Bitterfeld se tient le 25 avril, sur le thème : « Prends ta plume, camarade ! La culture socialiste a besoin de toi ». C’est ce qu’on appellera le Bitterfelder Weg. La Chambre du peuple adopte un plan économique de 7 ans (1959-1965) et une loi sur le nouveau drapeau de la RDA (trois couleurs natio­nales, avec, au centre, le compas et le marteau entourés d’une couronne).

1960

59Le 10 février 1960, Walter Ulbricht devient président du nouveau Nationaler Verteidigungsrat, conseil national de défense. La collectivisation de l’agriculture est achevée le 14 avril. Après la mort du président de la République, Wilhelm Pieck, survenue le 7 septembre, la présidence de la République devient un organe collectif, appelé Staatsrat (conseil d’état) et dont le premier président est Walter Ulbricht. Il cumule ainsi les trois principales fonctions, comme le feront ses suc­cesseurs Erich Honecker et Egon Krenz : le secrétariat général du SED, le conseil national de défense et la présidence de la République.

1961

60L’année 1961 semble devoir être entièrement consacrée à des problèmes de réorganisation interne : adoption d’un nouveau code du travail en avril, ordon­nances du 28 juin sur l’organisation territoriale, le rôle et les méthodes de travail dans les assemblées élues (assemblées des Bezirke, des Kreise et assemblées municipales), création en juillet d’une commission étatique du plan et du conseil économique, adoption en septembre d’une loi sur la défense militaire de la RDA (service militaire et intervention de l’armée en cas de crise). Mais l’événement-clé de l’année 1961 est naturellement la construction du Mur de Berlin, à partir du 13 août, pour arrêter le flot des réfugiés.

61Lors d’une conférence de presse, le 15 juin, Walter Ulbricht déclare : « Per­sonne n’a l’intention de construire un mur ». Mais le nombre élevé de citoyens de RDA qui se réfugient en République fédérale d’Allemagne constitue une sérieuse menace de déstabilisation du régime. Depuis 1949, le nombre des réfugiés fluctue entre 129 245 (1949) et 331 390 en 1953. 199 158 personnes se sont enfuies en 1960 (contre 143 917 en 1959). Du 1er janvier au 13 août 1961, il y a déjà 155 402 réfugiés. De 1949 au 13 août 1961, le nombre des réfugiés atteint 2,6 millions. L’hémorragie qui s’accélère en 1961 menace le régime. Du 3 au 5 août, les res­ponsables des pays du pacte de Varsovie se réunissent à Moscou pour étudier des mesures destinées à y mettre fin. Le 11 août, la Chambre du peuple, à Berlin-Est donne son accord aux mesures décidées à Moscou et charge le gouvernement de les appliquer. La coupure entre les deux Berlin devient effective le 13, la construction du Mur commence. La frontière entre les deux Allemagnes devient presque infran­chissable. Il y a encore 41 624 réfugiés du 14 août à fin décembre 1961. Le chiffre tombe à 16 741 l’année suivante et se situe nettement en dessous de 10 000 à partir de 1966. Le régime se stabilise, mais à quel prix ! Ce ne sont pas les mesures de déstalinisation prises en novembre 1961 (la ville de Stalinstadt retrouve son nom d’origine Eisenhüttenstadt et la Stalinallee à Berlin-Est, d’où est partie la révolte du 17 juin 1953 devient Karl Marx Allee et reprend même son ancien nom, Frank­furter Allee) qui lui redonnent sa crédibilité. Le régime va accorder davantage d’attention aux problèmes économiques et accepter une certaine détente sur le plan culturel mais sans relâcher sa pression idéologique sur la population.

De la stabilisation du régime au départ d’Ulbricht, 1961-1971

1962

62L’année 1962 voit l’adoption d’une nouvelle loi sur le service militaire obli­gatoire. La Kommandatura soviétique à Berlin-Est est dissoute, un général de l’Armée nationale populaire est nommé commandant de Berlin-Est. Début octobre, le comité central du SED décide de préparer un nouveau programme et un nouveau statut pour le parti.

1963

63Ceux-ci sont adoptés par le 6e congrès du SED, du 15 au 21 janvier 1963. En juin, le SED élabore un nouveau système économique pour la planification et la direction de l’économie, appelé das Neue ökonomische System der Planung und Leitung der Volkswirtschaft, NÖSPL. Aux élections de la Chambre du peuple, le 20 octobre, la liste unique obtient 99,95% des suffrages. Le premier accord sur les laissez-passer permet aux habitants de Berlin-Ouest de rendre visite à leurs parents à Berlin-Est lors des fêtes de Noël et du Nouvel An. L’accord est signé entre le gouvernement de Berlin-Ouest et celui de la RDA.

1964

64à partir de 1964, les cartes d’identité portent la mention « citoyen de RDA ». Aux Jeux Olympiques d’Innsbruck et de Tokyo, les sportifs de RDA et de République fédérale forment pour la dernière fois une équipe commune. En raison de ses critiques contre le régime, le professeur Robert Havemann perd sa chaire à l’Université Humboldt. La seconde conférence de Bitterfeld sur la culture socialiste se tient en avril. Un nouveau traité d’amitié entre l’URSS et la RDA est signé le 12 juin. Le 1er septembre, la Chambre du peuple vote l’imprescriptibilité des crimes nazis et des crimes de guerre. Le 9 septembre, le conseil des ministres accepte le principe d’une visite annuelle en République fédérale et à Berlin-Ouest pour les citoyens de RDA ayant atteint l’âge de la retraite. Après la mort d’Otto Grotewohl (21 septembre), Willi Stoph dirige le gouvernement. En décembre les résultats du dernier recensement font apparaître une baisse de la population de 18,3 millions d’habitants en 1949 à 17 millions en 1964. Au troisième recensement, celui de 1970, le nombre d’habitants reste identique.

1965

65En 1965, la RDA affirme sa présence sur la scène internationale : visite officielle de Walter Ulbricht en égypte (fin février-début mars), visite officielle de Tito à Berlin-Est en juin. Le ministre des Affaires étrangères, Lothar Bolz, NDPD, est remplacé par Otto Winzer, SED. Le Comité olympique international accepte le principe de deux équipes allemandes distinctes pour les Jeux de 1968. La politique culturelle de la RDA se durcit contre les critiques de Wolf Biermann et de Stefan Heym. Le conseil économique créé en 1961 est remplacé par neuf nouveaux ministres de l’industrie. En décembre, le conseil des ministres crée un secrétariat d’état pour les questions concernant l’Allemagne dans son ensemble. Appelé secrétariat d’état pour les questions ouest-allemandes en 1967, et il sera dissout quelques années plus tard.

1966

66Le 1er avril, l’Académie des sciences à Berlin-Est déclare contraire à ses statuts l’exclusion de Robert Havemann. À partir du 9 avril, les habitants de RDA ne travaillent plus qu’un samedi sur deux. Le 6 juillet, le pacte de Varsovie adopte une déclaration dans laquelle il propose la convocation d’une conférence sur la sécurité et la coopération en Europe. Le projet d’échanges d’orateurs entre le SPD et le SED, lancé en février, échoue fin juin. Un défilé militaire a lieu à Berlin-Est, le 13 août, à l’occasion du 5e anniversaire de la construction du Mur. Le 6 octobre, la RDA accepte le principe de laissez-passer à l’Ouest pour affaires familiales urgentes.

1967

67Pour répondre à la politique plus active à l’égard de l’Europe de l’Est, entre­prise par le gouvernement de grande coalition à Bonn, la RDA signe en 1967 des traités d’amitié, de coopération et d’assistance avec la Pologne, la Tchécoslova­quie, la Hongrie et la Bulgarie. La loi sur la citoyenneté de la RDA est adoptée le 20 février par la Chambre du peuple. En avril, le 7e congrès du SED proclame « le système développé du socialisme » et « le système économique du socialisme » comme seconde étape de la réforme économique. La semaine de 5 jours (43 heures 30) est introduite en mai. Les élections du 2 juillet donnent 99,93% des voix à la liste unique. En décembre, une commission présidée par Walter Ulbricht est chargée d’élaborer une nouvelle constitution socialiste.

1968

68Acceptée par référendum le 6 avril 1968, avec 94,49% des voix, la nouvelle constitution entre en vigueur le 8. Ce texte tient compte davantage que le précédent de la pratique politique et du rôle dominant du SED. L’article 2 souligne que le pouvoir politique est exercé « par les travailleurs » (et non plus par le peuple). D’après l’article 3, seuls les partis qui appartiennent au Front National peuvent présenter des candidats, dont la liste reste étroitement contrôlée par le SED. La notion de mandat libre est abolie dans la mesure où les députés sont totalement soumis, par les articles 56 et 57, à leurs organisations politiques et à leurs électeurs. Le parlementarisme de type occidental disparaît dans les textes comme dans la pratique.

69Un nouveau code pénal est adopté en janvier. Le 11 juin, la Chambre du peuple décide d’exiger des passeports et des visas pour la circulation en transit et pour les voyages entre la République fédérale et Berlin-Ouest d’une part et la RDA d’autre part. Les 14 et 15 juillet, des représentants de plusieurs pays d’Europe de l’Est (URSS, RDA, Pologne, Hongrie et Bulgarie) se rencontrent à Varsovie pour traiter de la situation en Tchécoslovaquie et du printemps de Prague. Le 12, Walter Ulbricht rencontre Alexandre Dubcek à Karlsbad. Les 20 et 21 août, les troupes de la RDA participent à l’occupation de la Tchécoslovaquie avec celles des quatre autres pays du pacte de Varsovie. Le 21, le comité central du SED lance un appel à tous les citoyens pour sauvegarder le socialisme en Tchécoslovaquie. En septem­bre, le 4e congrès de la Gesellschaft für Sport und Technik, GST (société pour le sport et la technique) décide de faire subir aux adolescents une formation pré­militaire.

1969

70Le Cambodge est le premier pays du monde non communiste à établir des relations diplomatiques avec la RDA, le 8 mai 1969. Après la mort de Johannes Dickmann, LDPD, Gerald Götting, CDU, est élu président de la Chambre du peuple. Les églises protestantes de RDA qui appartenaient à l’EKD forment le Bund der evangelischen Kirchen in der DDR, la fédération des églises évangé­liques en RDA. La télévision de RDA émet un second programme à partir du 3 octobre (en couleurs le week-end). En septembre, des négociations commencent entre les ministères des Postes et des Transports des deux états allemands. La RDA ratifie le traité de non-prolifération des armes nucléaires, le 29 septembre. Le 18 décembre, Walter Ulbricht propose au Président de la République fédérale, Gustav Heinemann, un traité pour l’établissement de relations diplomatiques entre les deux états.

1970

71Deux faits marquent l’année 1970. Les rencontres d’Erfurt (19 mars) et de Kassel (21 mai) entre les deux chefs de gouvernement, Willy Brandt et Willi Stoph, amorcent le début du dialogue entre les deux Allemagnes dans le cadre de l’Ostpolitik entreprise par le chancelier Brandt. Le SED décide de modifier profondément le système économique et d’accentuer la centralisation dans ce domaine. Des négociations quadripartites sur Berlin commencent le 26 mars au siège du Conseil de contrôle allié, à Berlin-Ouest.

1971

72Le 16 mars, la RDA et le Chili établissent des relations diplomatiques ; 28 états seulement entretiennent des relations diplomatiques avec Berlin-Est. Du 30 mars au 9 avril, une délégation du comité central du SED, dirigée par Walter Ulbricht, participe au xxive congrès du PC d’URSS, à Moscou. Le 3 mai, lors de la 16e réunion du comité central du SED, Walter Ulbricht, 78 ans, démissionne de ses fonctions de secrétaire général du parti « pour raisons de santé ». Il est remplacé par son dauphin, Erich Honecker, 59 ans. Walter Ulbricht a commis la double erreur de s’opposer à la politique de normalisation entre la République fédérale et l’Europe de l’Est, souhaitée par l’URSS, et de trop vouloir ériger en modèle l’expérience socialiste de la RDA. Walter Ulbricht reste cependant président du Conseil national de défense jusqu’au 24 juin (fonctions exercées ensuite par Erich Honecker). Il conserve la présidence du Conseil d’état (la présidence collective de la République) jusqu’à sa mort le 1er août 1973. Au viiie congrès du SED, du 15 au 19 juin, Walter Ulbricht est même élu président d’honneur du SED, une fonction qui n’existait pas auparavant.

L’ère Honecker, 1971-1989 : respectabilité et décadence

73Contrairement à son prédécesseur, Erich Honecker resserre les liens avec l’URSS dont il se plaît à souligner le rôle dirigeant. Malgré cette fidélité fortement réaffirmée et cet alignement encore plus net, l’ironie de l’histoire voudra que ce soit précisément Moscou qui précipite la chute du nouveau maître de Berlin-Est en 1989. Au début d’un règne qui va durer 18 ans, Erich Honecker prend énergique­ment en main le parti, sans cesser de rappeler aux autres formations et aux organi­sations de masse, invitées elles aussi à ne plus discuter le rôle dirigeant de l’URSS, la responsabilité particulière de la classe des travailleurs. Le niveau de vie s’élève, mais il ne peut satisfaire toutes les attentes. La lutte idéologique avec la Répu­blique fédérale reste intense et le durcissement de la politique culturelle provoque le départ de nombreux artistes et écrivains. À la recherche de son identité, la RDA découvre l’importance de l’Histoire. La diplomatie des voyages à l’étranger, entre­prise par Erich Honecker, est couronnée par la visite de ce dernier en République fédérale d’Allemagne, en septembre 1987. La RDA serait-elle un état « normal », comme les autres ? La multiplication des liens entre les deux états allemands rend encore plus fort le désir de liberté de la population de la RDA qui supporte de plus en plus mal les contraintes du régime socialiste. Sous l’effet des réformes entre­prises dans les autres pays socialistes (URSS, Pologne et Hongrie), de l’exode des citoyens de RDA vers la République fédérale et des manifestations de rue, le régime ne survit pas à son 40e anniversaire.

74Le reste de l’année 1971 est marqué par les préoccupations économiques et par les négociations avec la République fédérale. Le 8e congrès du SED (15-19 juin) décide de mieux coordonner la politique économique et la politique sociale ; des directives pour le plan des années 1971-1975 sont adoptées. Le parti manifeste un désir d’ouverture dans le domaine culturel. La position d’Erich Honecker est renforcée par son élection à la tête du Conseil national de défense. Aux élections à la Chambre du peuple, la liste unique obtient 99,8% des voix. L’accord quadri­partite de Berlin est signé le 3 septembre 1971. Les accords sur la circulation en transit entre les deux états allemands sont signés le 17 décembre ; ils entrent en vigueur le 3 juin 1972.

1972

75à partir de janvier 1972, les visas sont abolis entre la RDA, la Pologne et la Tchécoslovaquie. Le 9 mars, la Chambre du peuple vote la loi sur l’interruption volontaire de grossesse avec 14 voix contre et 8 abstentions. En juillet, le SED réfléchit à l’élargissement et à la diversification de la vie culturelle ; il crée une commission pour réviser le statut et le programme du SED. Aux Jeux Olympiques de Munich, la RDA vient en 3e position pour les médailles. En octobre, de nombreux détenus bénéficient d’une large amnistie. La loi du 16 octobre décide de renforcer la position du gouvernement par rapport au Conseil d’état.

76Les négociations avec la République fédérale font des progrès considérables car le traité sur la circulation entre les deux états est signé le 26 mai (il entre en vigueur le 17 octobre), les négociations sur le Grundlagenvertrag (traité sur les bases des relations entre les deux états) est signé dès le 21 décembre (il entre en vigueur le 21 juin 1973). Le début de la normalisation des rapports interallemands permet à la RDA d’établir en 1972 des relations diplomatiques avec une vingtaine d’états. Le 22 novembre, la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe, CSCE, commence ses travaux à Helsinki. Le 24 décembre, la RDA entre à l’UNESCO.

1973

77D’autres états reconnaissent la RDA en 1973 ; la Grande-Bretagne et la France viennent ainsi en 70e et 71e position, le 9 février. La RDA refuse de payer des réparations à Israël. Walter Ulbricht, président du Conseil d’état, meurt le 1er août, à l’âge de 80 ans. La RDA entre à l’ONU le 18 septembre, comme 133e état ; c’est pour elle le début de la consécration internationale. Le 3 octobre, Willi Stoph est élu par la Chambre du peuple président du Conseil d’état et Horst Sindermann président du conseil des ministres. Un programme de construction de logements est adopté pour les années 1976-1980. Le taux de change obligatoire pour les visiteurs étrangers (des pays non socialistes) se rendant en RDA est doublé le 5 novembre.

1974

78Depuis le 1er janvier 1974, pour les véhicules de RDA se rendant à l’étranger, le sigle « D » pour Deutschland est remplacé par le sigle « DDR » (RDA). Le 30 avril, un nouveau programme social est adopté. La représentation permanente de la République fédérale à Berlin-Est et celle de la RDA à Bonn sont ouvertes le 2 mai. De nouveaux billets de banque entrent en circulation le 14 septembre. Le « Mark de la banque d’émission allemande » est remplacé par le Mark de la RDA. La constitution, entrée en vigueur le 8 avril 1968, est amendée le 27 septembre par une décision de la Chambre du peuple qui supprime notamment la référence à la « nation allemande » (entrée en vigueur, le 7 octobre). Le 17 novembre, les évêques catholiques en RDA publient une lettre pastorale contre le monopole étatique en matière d’éducation.

1975

79Otto Winzer, ministre des Affaires étrangères, est remplacé par Oskar Fischer (SED), le 20 janvier 1975. Le 26 juillet, la RDA et l’URSS décident de coordonner leurs plans économiques pour les années 1976-1980. Du 30 juillet au 1er août, la RDA participe à la conférence finale de la CSCE, à Helsinki ; à cette occasion, Erich Honecker s’entretient avec Helmut Schmidt, chancelier de la République fédérale depuis mai 1974. Le 7 octobre, la RDA et l’URSS signent à Moscou un nouveau traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle. Le 26e anni­versaire de la fondation de la RDA est célébré pour la première fois comme fête nationale.

1976

80Situé sur la place Marx-Engels, à Berlin-Est, le Palais de la République (où siège notamment la Chambre du peuple) est officiellement inauguré le 23 avril 1976. Le 9e congrès du SED adopte, du 18 au 22 mai, un nouveau programme et un nouveau statut. Erich Honecker se voit attribuer le titre de secrétaire général du SED, en remplacement du premier secrétaire. Le 24 juin, le mandat de toutes les assemblées est porté de 4 à 5 ans, l’âge électoral passif et actif avancé de 21 à 18 ans. Les 29 et 30 juin, 29 délégations de partis communistes se réunissent à Berlin-Est : les partis invités se prononcent pour les droits civiques et le pluralisme. Aux Jeux Olympiques de Montréal, en juillet, la RDA vient en seconde position pour les médailles, après l’URSS et devant les états-Unis d’Amérique. Les élections du 17 octobre à la Chambre du peuple donnent 99,86% à la liste unique. Le 29 octobre, la Chambre du peuple élit Erich Honecker président du Conseil d’état (après la mort de Walter Ulbricht, cette fonction était assumée depuis le 3 octobre 1973 par Willi Stoph). Erich Honecker conserve ses responsabilités à la tête du SED et du Conseil national de défense. Willi Stoph, SED, devient président du conseil des ministres et Horst Sindermann, SED, est élu président de la Chambre du peuple. Erich Honecker, Willi Stoph et Horst Sindermann conservent toutes ces fonctions jusqu’à la fin de l’année 1989. Il faut noter aussi que toutes ces responsabilités sont assumées par des membres du SED. Le chanteur Wolf Biermann, célèbre pour ses critiques à l’égard du régime, est déchu de sa citoyenneté de la RDA, le 16 novembre, lors d’une tournée en République fédérale. Il ne peut plus revenir en RDA ... avant la fin de l’année 1989. Le professeur Robert Havemann est placé en résidence surveillée.

1977

81La contestation se poursuit en 1977. Exclu de l’association des écrivains de RDA, Rainer Kunze se réfugie en République fédérale d’Allemagne le 14 avril 1977 ; d’autres écrivains et des artistes en feront autant au cours des mois suivants. Le dissident Rudolf Bahro est arrêté le 23 août pour avoir publié en République fédérale son livre Die Alternative ; il sera condamné à une lourde peine de prison puis expulsé en République fédérale. Des manifestations sur l’Alexanderplatz à Berlin-Est, à l’occasion d’un concert pour l’anniversaire de la fondation de la RDA, provoquent, le 7 octobre, trois morts dont deux policiers.

1978

82Le 6 mars, Erich Honecker s’entretient avec le président des églises évangé­liques en RDA, l’évêque Albrecht Schönherr, pour préciser les rapports entre l’état et les églises. En juin, les évêques protestent contre l’introduction de l’enseigne­ment militaire dans les écoles à partir du 1er septembre. Du 26 août au 3 septembre, un cosmonaute de RDA participe pour la première fois à un vol spatial soviétique. Erich Honecker reçoit Yasser Arafat à Berlin-Est.

1979

83En 1979, Erich Honecker se rend en visite officielle en Inde et en Afrique. Le 7 juin, neuf écrivains, dont Stefan Heym, sont exclus de l’Association des écrivains de RDA. La Chambre du peuple décide, le 28 juin, que les députés de Berlin-Est à la Chambre du peuple seront désormais directement élus au suffrage universel. Le même jour, les députés adoptent un nouveau droit pénal politique, plus rigoureux que le précédent.

1980

84En janvier 1980, la RDA est élue membre non permanent du Conseil de sécurité, à l’ONU, pour une période de deux ans. Le 8 mai, Helmut Schmidt et Erich Honecker se rencontrent en marge des funérailles de Tito, en Yougoslavie. Le comité d’état pour la préparation du 500e anniversaire (10 novembre 1983) de Martin Luther se constitue le 13 juin. Dans un discours prononcé à Gera, le 13 octobre, Erich Honecker précise les conditions pour la normalisation des rapports avec la République fédérale d’Allemagne : reconnaissance de la citoyenneté de la RDA, transformation des représentations permanentes en ambassades et suppres­sion du centre de Salzgitter, près de Hanovre (ce centre réunit la documentation sur la violation des droits de l’Homme en RDA et sur les abus de la justice). La première semaine du cinéma de la République fédérale est ouverte à Dresde, le 16 octobre. Fin octobre, la RDA réduit les voyages entre la RDA et la Pologne. Erich Honecker se rend en visite officielle au Japon (26-31 mai), au Mexique (9-13 septembre) et en Autriche (26-31 mai). En août, il reçoit à Berlin des représentants du conseil œcuménique.

1981

85Du 11 au 16 avril, le Xe congrès du SED décide de moderniser l’économie par une utilisation accrue de la microélectronique. Aux élections à la Chambre du peuple, le 14 juin, la liste unique obtient 99,86% des voix. Le plan quinquennal 1981-1985 est adopté le 3 décembre par la Chambre du peuple. À l’initiative de Stephan Hermlin, des écrivains de l’Est et de l’Ouest se rencontrent à Berlin-Est, les 13 et 14 décembre pour promouvoir la paix. Le chancelier Helmut Schmidt rencontre Erich Honecker en RDA, au Werbelinsee, du 11 au 13 décembre ; la loi martiale en Pologne est proclamée au cours de cette visite. Le 15, l’agence de presse officielle de la RDA, l’Allgemeiner Deutscher Nachrichtendienst, ADN, se réjouit de la décision des autorités polonaises.

1982

86Le pacifisme gagne du terrain dans les deux états allemands à cause de la querelle sur les euromissiles. La RDA le soutient. Elle désapprouve le mouvement pacifiste autonome qui se développe chez elle, avec le concours de l’église protestante. Un forum de la paix réunit le 14 février 1982 quelque 5000 jeunes à la Kreuzkirche de Dresde. L’évêque Johannes Hempel succède le 13 novembre à Albrecht Schönherr comme président de la conférence des églises protestantes en RDA. En mars, Erich Honecker reçoit à Berlin-Est Yasser Arafat avec les honneurs réservés à un chef d’état ; la représentation de l’OLP est élevée au rang d’ambassade. En octobre, Erich Honecker se rend en visite officielle en Syrie, à Chypre et au Koweit.

1983

87Le 100e anniversaire de la mort de Karl Marx (né le 5 mai 1818 à Trèves, mort le 14 mars 1883 à Londres) est officiellement commémoré à Berlin-Est le 11 mars 1983. De nombreuses manifestations ont lieu également pour le 500e anniversaire de la mort de Martin Luther (né le 10 novembre 1483, mort le 18 février 1546) ; après des travaux de restauration, la Wartburg (le château près de Eisenach où Martin Luther se réfugia en 1521-1522) est rouverte. Du 29 juin au 2 juillet, le secrétaire général de l’ONU, Pérez de Cuellar, est reçu en visite officielle en RDA. Le président de la République autrichienne, Rudolf Kirchschläger, fait aussi une visite officielle en RDA, du 11 au 14 octobre. La querelle sur les euromissiles complique les rapports interallemands ; le 28 avril, Erich Honecker annule un projet de voyage en RFA et, en décembre, le synode de l’église protestante en Thuringe critique l’installation de nouvelles fusées soviétiques en RDA (des fusées américaines sont installées en République fédérale). Malgré ces tensions, le gou­vernement fédéral garantit le 29 juin un crédit d’un milliard de DM à la RDA, le Ministre-Président de Bavière, Franz Josef Strauss ayant joué un rôle important d’intermédiaire ; le crédit est accordé par un consortium de banques dirigé par la banque régionale de Bavière. (Un second crédit de 950 millions de DM est accordé en 1984). Plutôt connu pour ses positions anticommunistes, Franz Josef Strauss se rend fin juillet en RDA où il est reçu par Erich Honecker. Ce dernier accueille pour la première fois à Berlin-Est, le Maire-régnant de Berlin-Ouest, Richard von Weizsäcker, CDU, le 5 octobre.

1984

88Comme d’autres pays d’Europe de l’Est, la RDA annule le 10 mai 1984 sa participation aux Jeux Olympiques de Los Angeles. Le même mois, la RDA prend des mesures en faveur des familles de trois enfants et plus, les retraites sont augmentées. Le 23 août, Erich Honecker est le seul chef de parti et chef d’état des pays membres du pacte de Varsovie à participer aux manifestations du 40e anni­versaire de la libération de la Roumanie. En mars/avril et juin/juillet, des groupes de citoyens de RDA occupent l’ambassade ouest-allemande à Prague et la repré­sentation permanente de la République fédérale d’Allemagne à Berlin-Est. Ils quittent ces bâtiments et reviennent chez eux après avoir obtenu l’assurance que leur demande de départ en RFA sera examinée rapidement et de façon favorable. En décembre, la RDA commence à démonter les dispositifs de tir automatique installées le long de la frontière interallemande. Le nombre d’autorisations offi­cielles pour quitter la RDA afin de s’installer en République fédérale d’Allemagne passe de 11 300 en 1983 à 40 900 en 1984 (il sera de 24 900 en 1985). Les activités diplomatiques d’Erich Honecker sont particulièrement importantes en 1984. Il rencontre Helmut Kohl à Moscou, le 13 février, en marge des funérailles d’Andropov, il reçoit en visite officielle plusieurs chefs de gouvernement : Olof Palme (Suède), Andreas Papandréou (Grèce), Benito Craxi (Italie) et Fred Sinowatz (Autriche). Il se rend en visite officielle en Finlande et en Algérie.

1985

89Cette activité diplomatique se poursuit en 1985. Erich Honecker et Helmut Kohl se rencontrent de nouveau à Moscou pour les funérailles de K. U. Tschernenko (12 mars). Erich Honecker se rend en visite officielle en Italie, en Yougoslavie et en Grèce. Il rencontre M. Gorbatchev à Moscou, les 4 et 5 mai. Il reçoit le vice-premier ministre chinois, Li Peng. Laurent Fabius se rend en visite officielle en RDA les 10 et 11 juin – c’est la première fois qu’un chef de gouvernement français (de surcroît l’un des trois Occidentaux) effectue un tel déplacement. Le comité d’État pour le 750e anniversaire de la fondation de Berlin est constitué le 7 février 1985. Après des travaux de restauration qui ont duré trois ans, l’Opéra Semper de Dresde est ouvert le 13 février. Le 19 juin, le SPD et le SED proposent la création en Europe d’une zone sans armes chimiques. Willy Brandt se rend en RDA, à l’invitation d’Erich Honecker, du 18 au 20 septembre. La RDA aurait, le 1er novembre, enlevé toutes les mines qu’elle avait placées le long de la frontière entre les deux États allemands.

1986

90L’évêque de la province de Thuringe, Werner Leich, succède le 2 février 1985 à Johannes Hempel, comme président de la Fédération des Églises protestantes en RDA. Devant le synode de l’église de Berlin-Brandebourg, l’évêque Gottfried Forck dénonce, début avril « la profonde résignation de l’Église et de la société en RDA ». Le XIe congrès du SED, du 17 au 21 avril, est placé sous le signe de la continuité personnelle et politique. Aux élections de la Chambre du peuple, le 8 juin, la liste unique obtient 99,94% des voix ; la Vereinigung der gegenseitigen Bauernhilfe, VdgB (l’entraide paysanne) forme le 10e groupe parlementaire repré­senté à la Chambre du peuple. Le 15 mars Erich Honecker et Helmut Kohl se rencontrent à Stockholm, lors des funérailles d’Olof Palme. Erich Honecker se rend en visite officielle en Suède (en mars) et en Chine (en octobre) ; il reçoit à Berlin-Est le Premier Ministre belge F. Maertens. La Chambre du peuple adopte la loi sur le plan quinquennal (1986-1990). Après de longues années de négociations, un accord culturel est signé entre la RDA et la République fédérale, le 6 mai. Paraphé le 25 avril, le premier jumelage entre deux villes de RDA et de République fédérale est officiellement signé le 19 septembre et le 6 octobre (15 jumelages ont vu le jour jusqu’au 27 juin 1989, 3 jumelages sont convenus en 1986, 17 en 1987, 27 en 1988 et 4 en 1989 ; la RDA avait donné son accord à 8 autres jumelages jusqu’à l’été 1989). Le premier jumelage unit les villes de Sarrelouis et Eisenhüttenstadt.

1987

91La politique de réforme de M. Gorbatchev gêne la RDA. Le 28 janvier 1987, l’organe quotidien du SED, Neues Deutschland, publie le discours du secrétaire général du PC d’URSS sur les réformes et la politique des cadres du parti, sans reproduire les passages les plus critiques de Gorbatchev sur ses prédécesseurs. Dans un entretien à l’hebdomadaire Stern, le 8 avril, l’idéologue du SED, Kurt Hager, exprime en ces termes le refus de la direction du SED de suivre l’exemple soviétique en matière de réformes : « Si votre voisin pose de nouveaux papiers dans son appartement, vous sentiriez-vous obligé de retapisser le vôtre ? ».

92Erich Honecker poursuit ses voyages à l’étranger en se rendant aux Pays-Bas et en Belgique ; il reçoit le 23 juin le président de la Jewish Claims Conference, le rabbin Israel Miller. Le Conseil d’État de la RDA abolit la peine de mort, le 17 juillet. Une manifestation officielle de l’État marque, le 23 octobre, le 750e anni­versaire de la fondation de Berlin. Au 10e congrès des écrivains de la RDA, plusieurs auteurs demandent la suppression de l’autorisation d’imprimer. Des per­quisitions sont effectuées le 13 novembre dans les locaux d’une paroisse protestante (Zionsgemeinde), des militants pacifistes et écologistes sont arrêtés ultérieurement. Selon une déclaration officielle, 24 612 personnes auraient béné­ficié d’une amnistie.

93Même si le 750e anniversaire de Berlin ne donne pas lieu aux rencontres pré­vues entre les maires des deux Berlin et entre les dirigeants des deux États alle­mands, les relations interallemandes connaissent des développements contrastés en 1987. Ouverte le 10 mai, à Duisbourg, une grande exposition présente les réalisations culturelles et artistiques de la RDA.

94Un concert de rock, près de la porte de Brandebourg, à Berlin-Ouest, le 8 juin, donne lieu, de l’autre côté du Mur, à Berlin-Est, à des heurts entres les jeunes et la police, de nombreux journalistes occidentaux étant malmenés. Le 6 janvier, le ministère des Affaires étrangères à Berlin-Est annonce que 573 000 ressortissants de RDA ont obtenu l’année précédente l’autorisation de faire une visite en Répu­blique fédérale pour « affaires familiales ». Le 27 août, la commission des valeurs fondamentales du SPD et l’Académie des sciences sociales auprès du comité central du SED adoptent un texte intitulé : « La querelle des idéologies et la sécurité commune ». Du 7 au 11 septembre, Erich Honecker fait sa première visite officielle à Bonn où il est reçu avec les égards réservés à un chef d’État ; il se rend également en Rhénanie du Nord-Westphalie, en Rhénanie-Palatinat et en Bavière ; différents accords sont signés. Le traité pour le retrait des fusées à moyenne portée par l’OTAN et le pacte de Varsovie est signé le 8 décembre à Washington.

1988

95Erich Honecker commence l’année 1988 en se rendant en visite officielle à Paris, du 7 au 9 janvier ; c’est la première visite du chef de l’État est-allemand dans une des trois capitales occidentales. Des heurts se produisent à Berlin-Est, le 15 janvier, lors des manifestations à la mémoire de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg ; 120 membres des groupes écologistes, pacifistes et des groupes pour les droits de l’Homme sont arrêtés, 54 d’entre eux sont contraints de partir en République fédérale d’Allemagne. Dix ans après la rencontre au sommet entre les représentants de l’État et de l’Église évangélique, Erich Honecker reçoit, le 3 mars, le président de la confédération des Églises protestantes en RDA, Werner Leich. Les Églises demandent de créer des conditions de vie qui permettent aux habitants de RDA de continuer à vivre dans cet État. Le problème de la censure est offi­ciellement évoqué le 10 août, lors d’un entretien entre Werner Leich et le nouveau secrétaire d’État aux questions religieuses, Kurt Löffler. Le 10 octobre, à Berlin-Est, une marche silencieuse de quelque 200 personnes, qui protestent avec des banderoles contre la censure des journaux religieux, est arrêtée par les forces de sécurité ; celles-ci empêchent avec brutalité les journalistes de la télévision de faire leur travail. Erich Honecker poursuit son rapprochement avec les Juifs en recevant le président des communautés juives en RDA (Siegmund Rostein), le président du conseil central des juifs en Allemagne (Heinz Galinski) et le président du congrès juif mondial (Mr. Bronfman). La première pierre pour la reconstruction de la nouvelle synagogue est posée à Berlin-Est le 10 novembre. Le 26 juillet, 40 obser­vateurs de 20 pays signataires de la CSCE se réunissent à Potsdam pour suivre les manœuvres des troupes soviétiques et des troupes de la RDA. Le gouvernement de la RDA et la Commission de la Communauté Européenne établissent des relations diplomatiques le 15 août.

96En janvier 1988, la RDA communique les chiffres officiels des voyages en 1987 : il y a eu 5 062 914 visites en République fédérale (Berlin-Ouest compris), dont 1 286 896 visites de personnes en-dessous de l’âge de la retraite. À la fin de l’année, la nouvelle réglementation sur les voyages à l’Ouest provoque des pro­testations, elle est quelque peu assouplie en janvier 1989. Eberhard Diepgen, Maire-régnant de Berlin-Ouest, rencontre Erich Honecker, le 11 février. Les Églises protestantes des deux États allemands signent un texte commun à l’occa­sion du 50e anniversaire de la Nuit de Cristal (9 novembre 1938). Le 18 novembre, la RDA prend une mesure spectaculaire en interdisant la diffusion de la revue soviétique Sputnik (180 000 exemplaires), coupable d’avoir publié un article trop critique sur Staline. Selon les explications officielles, la revue n’apporte « aucune contribution pour renforcer l’amitié germano-soviétique, au lieu de cela elle donne une vision déformée de l’histoire ».

97Un rapport du secrétariat du comité central du SED, publié dans Neues Deutschland, le 11 janvier 1989, annonce que le SED compte à la fin de l’année 1988 2 324 995 membres et candidats, soit 3 336 personnes de moins qu’en 1987.

98Selon les données du ministère de l’Intérieur à Bonn, le 3 janvier 1989, 29 021 personnes de RDA ont émigré légalement en République fédérale, 9 718 personnes ont fui le régime. Le 4 janvier 1989, Neues Deutschland publie des statistiques sur les voyages entre la RDA et les pays étrangers occidentaux. En 1988, il y a eu 6 988 349 voyages dans les pays non socialistes et à Berlin-Ouest, dont 2,7 millions en République fédérale d’Allemagne et 3,9 à Berlin-Ouest ; 241 506 voyages ont eu lieu dans d’autres pays non socialistes. En sens inverse, sur les 7 043 140 voyages des pays non socialistes et de Berlin-Ouest en RDA, 3,5 millions proviennent de République fédérale d’Allemagne et 1,9 de Berlin-Ouest. Le nombre des voyages n’est pas identique au nombre de voyageurs car certaines personnes, surtout des retraités, font parfois plusieurs déplacements en cours d’année. Ces chiffres traduisent malgré tout une forte progression par rapport aux années précédentes.

1989 : l’année de la déstabilisation

99L’année 1989 commence de façon ambiguë avant de s’achever par la déroute du régime SED. Les signes de tension au sein de la société est-allemande se multiplient. La volonté de développer la coopération entre les deux États allemands reste très forte, mais la nervosité croissante de Berlin-Est rend les milieux politiques à Bonn plus circonspects dans leurs contacts avec les responsables de RDA.

100À l’occasion des cérémonies du 15 janvier 1989 pour commémorer le 70e anniversaire de l’assassinat de Karl Liebknecht et de Rosa Luxemburg, plusieurs centaines de personnes exigent à Leipzig le droit à la liberté d’expression, la liberté de réunion et la liberté de presse ; plus de 80 personnes sont tempo­rairement arrêtées. Comme pour calmer les esprits, les autorités mettent fin aux poursuites deux semaines plus tard.

101Erich Honecker persiste et signe dans sa volonté de conserver le Mur de Berlin, considéré par les Allemands et les étrangers comme le symbole même du caractère répressif du régime. Le 19 janvier, le secrétaire général du SED déclare que « le Mur de protection antifasciste » a contribué à stabiliser la situation en Europe et à sauver la liberté. Le Mur restera aussi longtemps que ne seront pas changées les conditions qui ont conduit à sa construction. Il se maintiendra fermement dans 50 et même dans 100 ans si les raisons qui le justifient n’ont pas été supprimées. Dans un entretien avec le journal de la FDJ, Erich Honecker reproche à la République fédérale d’avoir odieusement exploité la RDA en encourageant l’exode des réfu­giés de RDA vers l’Ouest ; les pertes subies par la RDA s’élèveraient entre 1949 et 1961 à 112 milliards de Marks est-allemands.

102Malgré de tels reproches, les contacts se poursuivent au niveau officiel. Lors d’une rencontre entre le Ministre-Président du Schleswig-Holstein, Björn Engholm, et Erich Honecker, le 31 janvier, une coopération est envisagée entre ce Land et les Bezirke du nord de la RDA. Erich Honecker reçoit au cours du premier semestre les chefs des gouvernements régionaux de Bade-Wurtemberg, de Brême et de Rhénanie du Nord-Westphalie ; il s’entretient aussi avec Walter Momper, SPD, le nouveau Maire-régnant de Berlin-Ouest. En mai, le SPD reçoit à Bonn une délégation de la Chambre du peuple de Berlin-Est. Les rapports entre le SPD et le SED se tendent progressivement, car le SPD reproche à ses interlocuteurs de Berlin-Est de ne pas respecter les principes de tolérance arrêtés en commun en août 1987 ; le SPD constate que le dialogue social se rétrécit et que les conditions se détériorent. En septembre, une délégation de députés fédéraux du SPD annule un projet de voyage à Berlin-Est, à un moment où l’avenir du régime commence déjà à chanceler.

103Le durcissement du régime inquiète les responsables politiques à Bonn car les incidents se multiplient en RDA. Un jeune homme de RDA, âgé de 26 ans, est arrêté par une patrouille est-allemande en bateau, le 14 février, alors qu’il tentait de rejoindre Berlin-Ouest en traversant la Spree à la nage. Le 16 février, quatre habitants de RDA défoncent avec une voiture une barrière de la Représentation permanente de la République fédérale à Berlin-Est et se réfugient à l’intérieur des locaux ; un policier est-allemand est blessé. Les incidents le long du Mur se multi­plient, Bonn répond par de sérieuses mises en garde à l’égard de Berlin-Est, des ministres et des délégations politiques annulent leurs déplacements à l’Est.

104Les manifestants sont sévèrement réprimés. Quatre membres du Cercle du tra­vail pour la justice et la paix, qui se réunissent à la Bekenntniskirche de Berlin-Est sont condamnés à des peines de 12 à 22 mois. Il leur est reproché d’avoir noué des contacts interdits, transmis des informations, diffamé les organes de l’État. Le 13 mars, à Leipzig, quelque 600 personnes manifestent publiquement leur désir d’émi­grer à l’Ouest ; des journalistes occidentaux filment cet événement, bien que la police essaie de les en empêcher. Des manifestants sont arrêtés. La commission des valeurs fondamentales du SPD demande au SED de faire preuve de plus de tolérance et de souplesse.

105De nombreux signes traduisent la nervosité d’un régime qui commence à ne plus maîtriser les évolutions intérieures. Malgré les menaces de celui-ci, les Églises critiquent de plus en plus ouvertement les dirigeants de Berlin-Est, les accusant de pousser la population à la résignation et au désespoir par l’incapacité à proposer des réformes. Les manifestations, encore rares et fermement réprimées, laissent éclater parfois la rancœur des habitants. Depuis 1984, certains de ceux qui n’obtiennent pas l’autorisation légale d’émigrer en République fédérale d’Alle­magne se réfugient dans la représentation permanente de Bonn à Berlin-Est, ou dans les ambassades ouest-allemandes en Europe de l’Est. La RDA cède en général en s’engageant à traiter rapidement et de façon favorable ces demandes. La politique de l’URSS accentue la nervosité du régime, d’autant plus que les contestataires scandent volontiers le nom de Gorbatchev. La direction du SED et de l’État est désemparée face au progrès des réformes en URSS, en Pologne et en Hongrie, qui encourage les dissidents en RDA. Par son aspect contagieux, la force révolutionnaire de la liberté met en cause la logique coercitive du système socialiste en RDA.

106Plusieurs événements contribuent à approfondir le fossé entre les dirigeants et la population au cours du premier semestre 1989. Le 2 mai 1989, la Hongrie annonce le démantèlement progressif du « rideau de fer », le long de la frontière avec l’Autriche. De nombreux citoyens de RDA y voient tout de suite une possibilité inespérée de passage d’Est en Ouest. La Hongrie deviendra effectivement la plaque tournante dans l’exode des mois suivants vers la République fédérale d’Allemagne. Ce nouvel espoir est exacerbé par l’évolution du régime toujours aussi jaloux de son pouvoir exclusif et aussi rigide sur le plan idéologique. Aux élections munici­pales du 7 mai, les autorités de Berlin-Est ont l’impudence d’annoncer que 98,85% des électeurs aux élections municipales ont accepté les listes uniques. Or, selon les pointages des groupes de dissidents et des représentants de l’Église, les « non » étaient beaucoup plus importants. La falsification des résultats jette le discrédit sur le SED. Le régime se déconsidère encore davantage en RDA et sur le plan inter­national, en se félicitant publiquement de l’écrasement de la révolte estudiantine à Pékin, au début du mois de juin. Quand les pays du pacte de Varsovie abandonnent la doctrine Brejnev de la souveraineté limitée des pays socialistes (intervention de l’URSS pour sauver les acquis du socialisme), les autorités de RDA savent qu’elles ne peuvent plus désormais compter que sur elles-mêmes, face aux contestataires qui s’enhardissent. La maladie d’Erich Honecker, au cours de l’été, paralyse les mécanismes de décision.

Exode et manifestations

107L’exode massif de la population de RDA vers la République fédérale, d’août à novembre, déstabilise le régime. La représentation permanente de Bonn à Berlin-Est et les ambassades ouest-allemandes à Varsovie, Budapest et Prague doivent être temporairement fermées tant le nombre de candidats au départ devient élevé. Plus de 2500 personnes occupent les locaux et les jardins de l’ambassade alle­mande à Prague. De nombreuses fuites se produisent par la « frontière verte » entre la Hongrie et l’Autriche. Le 10 septembre, Budapest décide que les Allemands de l’Est peuvent gagner librement les pays de leur choix. Des milliers de ressortissants est-allemands passent ainsi en Autriche au volant de leur petite voiture Trabant. Fin septembre, le ministre des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher, obtient de Berlin-Est que les réfugiés à l’ambassade ouest-allemande de Varsovie puissent rejoindre la République fédérale directement en avion (en train, ils auraient dû traverser le territoire de la RDA). Ceux de Prague sont autorisés à partir en train. Au début, pour faire respecter sa souveraineté, la RDA exige que les convois partis de Prague passent par son territoire. Mais les passages des « trains de la liberté » provoquent presque des émeutes dans les gares est-allemandes car de nombreux candidats au départ veulent prendre ces trains d’assaut pour fuir à l’Ouest.

108L’exaspération des pays d’Europe de l’Est, obligés d’accueillir autant de réfu­giés dans des conditions très difficiles, pousse la RDA, complètement débordée, à ouvrir subitement le Mur de Berlin et la frontière interallemande, le 9 novembre, dans l’espoir que l’exode s’arrêtera. Les habitants de RDA n’ont plus besoin de transiter par les pays d’Europe de l’Est et par l’Autriche, ils peuvent désormais passer directement en Allemagne de l’Ouest. La population qui part est souvent jeune et qualifiée. Une telle hémorragie affaiblit de façon dramatique la RDA, surtout dans le secteur médical et dans celui des services. Il pose aussi d’énormes problèmes d’accueil à la République fédérale. En 1989, plus de 350 000 habitants de RDA se réfugient à l’Ouest.

109Outre l’exode, les manifestations de rue, d’une ampleur et d’une fréquence jamais vues en RDA, contribuent à partir de septembre/octobre à saper l’autorité du pouvoir, incapable de maîtriser de tels mouvements de foule. Parties des Églises, ces manifestations dénoncent au début le refus du pouvoir d’accorder davantage d’autorisations d’émigration légale ou de reconnaître les mouvements d’opposition comme le Nouveau Forum (Neues Forum). Les manifestations changent de carac­tère lorsque les participants annoncent leur désir de rester en RDA mais en exigeant la réforme du régime. Les revendications portent sur la liberté de voyage, l’instauration d’une véritable démocratie et la fin de la tutelle du SED sur la population. « C’est nous le peuple » proclament les banderoles. Les traditionnelles manifestations du lundi à Leipzig réunissent parfois plusieurs centaines de milliers de personnes. Les habitants de Dresde, de Berlin-Est et dans de nombreuses autres villes descendent massivement dans la rue. Le régime n’avait jamais connu une telle forme de contestation. Le 9 octobre, l’effusion de sang est évitée de justesse, la police renonçant au dernier moment à intervenir malgré les ordres reçus. Un million de personnes manifestent à Berlin-Est, le 4 novembre, en faveur des réformes. Le mouvement se poursuit ensuite jusqu’en décembre pour demander l’accélération des réformes et l’élimination de la Sécurité d’État. À partir du 20 novembre, des slogans en faveur de la réunification apparaissent. Trop occupés par les réformes politiques et économiques, les responsables de l’opposition auraient souhaité que le débat sur l’unité allemande ait lieu plus tard.

Source : Libération, 11.11.1989

Le régime s’effondre

110Incapables de concevoir d’autres solutions que celle de la répression, mais impossible à réaliser à moins de risquer la guerre civile, Erich Honecker est poussé à la démission le 18 octobre, onze jours après les cérémonies du 40e anniversaire de la RDA. Son dauphin, Egon Krenz, 52 ans, devient secrétaire général du SED ; le 24 il est élu chef de l’état et il prend également la présidence du Conseil national de défense. Plusieurs dirigeants importants du parti perdent leurs fonctions. Dans la panique, le nouveau pouvoir décide, le 27 octobre, de faciliter les autorisations de voyage à l’étranger ; le 4 novembre, il annonce une amnistie pour les réfugiés et les manifestants. Mais le projet de loi sur les voyages à l’étranger est considéré comme trop timoré, même par la commission compétente de la Chambre du peuple.

111Le gouvernement de Willi Stoph, SED, avec ses 44 ministres démissionne le 8 novembre. Le bureau politique du SED en fait autant. Le 9, Egon Krenz, fait annoncer brusquement, à 18 h 57 l’ouverture du Mur de Berlin et de la frontière interallemande, provoquant d’extraordinaires retrouvailles entre des millions d’Allemands, séparés depuis 1961, voire depuis 1945. Le 13 novembre, le réforma­teur Hans Modrow, responsable du SED à Dresde, est élu chef du gouvernement. Il forme un cabinet de 28 ministres seulement, 17 appartenant au SED, les autres aux partis traditionnels contrôlés par le SED. Voulant aller au-delà des traités en vigueur, il propose une « communauté contractuelle » entre les deux États alle­mands, mais il s’oppose à l’idée de réunification.

112Le 1er décembre, le SED renonce à son rôle dirigeant, inscrit dans la consti­tution, à l’article 1. Le 3, le comité central et le bureau politique du SED annoncent leur dissolution après des révélations sur les abus de pouvoir et les privilèges sous le régime Honecker qui ont provoqué la colère populaire. Du même coup, Egon Krenz perd le secrétariat du SED tandis que plusieurs des anciens dirigeants sont inculpés de corruption et d’abus de pouvoir. La dissolution de la Stasi est annon­cée. La désagrégation des institutions avance rapidement car le pilier du régime, le SED, se décompose. Le SED comptait 2,6 millions d’adhérents au début de l’an­née ; en décembre 1989 il n’en recense plus que 1,2 million. Le 6 décembre, Egon Krenz renonce à la présidence de la République ; il est remplacé de façon transi­toire par Manfred Gerlach, LDPD, qui lui aussi abandonnera ses fonctions politiques après le 18 mars 1990. Depuis le 7 décembre, une « table ronde » entre les partis traditionnels, le SED et les nouvelles forces de l’opposition (à l’intérieur desquelles se distingue le SPD) assure l’interrègne, les rapports étant souvent tendus avec le gouvernement qui ne procède pas assez rapidement aux réformes annoncées, notamment à l’égard de la Stasi.

113Au congrès extraordinaire du SED, le 10 décembre, l’avocat Gregor Gysi, 41 ans, est élu président du SED qui, une semaine plus tard décide de s’appeler SED, Partei des demokratischen Sozialismus, PDS (parti du socialisme démo­cratique).

114Le 28 novembre, le chancelier Helmut Kohl propose un plan en dix points visant à unifier l’Allemagne, par la voie d’une confédération, puis d’une fédéra­tion, dans le respect des engagements internationaux. Le 19 décembre, il se rend à Dresde où il rencontre Hans Modrow ; le 20, il assiste avec lui à l’ouverture de la Porte de Brandebourg. Le 24, une totale liberté de circulation est assurée entre les deux Allemagnes.

115La question allemande (la question des frontières avec la Pologne, la réunifi­cation, Berlin, le traité de paix, les droits et responsabilités des Alliés) est posée de façon inattendue, suscitant espoir et inquiétude. Les principaux partenaires de la République fédérale réagissent avec prudence, mais chacun sait que les événements de l’année 1989 marqueront profondément l’avenir de la Communauté européenne, de l’Alliance atlantique et des relations Est-Ouest.

116Quand on connaît les bouleversements de l’année 1989, on apprécie le tableau idyllique de la vie politique, selon le pur style de la langue de bois, présenté dans la publication officielle La RDA en 1989, Faits et chiffres (Berlin-Est, Panorama DDR, 1989, p. 25) : « La politique intérieure s’est caractérisée par un climat de confiance réciproque entre le SED, le gouvernement et le peuple. Dans le cadre d’une coopération amicale, les adhérents aux divers partis et organisations de masse ont fourni leur apport spécifique à l’affermissement continu de l’État socia­liste à la Chambre du peuple et dans les autres assemblées populaires, au Conseil d’État et au Conseil des Ministres ». Cette brochure ne dit naturellement pas un mot sur le divorce profond qui existait depuis longtemps entre l’appareil du pouvoir et la société.

Source : Tribune d’Allemagne N° 1271, du 22 octobre 1989

1990

117Les deux premiers mois de l’année 1990 sont marqués par l’effondrement du SED, dû à sa perte de crédibilité et à la nécessité de renforcer le gouvernement Modrow en y faisant entrer des ministres sans portefeuille qui appartiennent aux partis d’opposition. Le chef du gouvernement, Hans Modrow, rencontre M. Gorbatchev et H. Kohl ; il essaie de reprendre l’initiative politique en proposant un plan par étapes, peu convaincant, pour une unité allemande dans la neutralité. Très vite, les problèmes internationaux, liés à la solution du problème allemand, passent au premier plan ; la coopération franco-allemande est mise à l’épreuve, des inquiétudes s’expriment à propos de l’avenir de la Communauté Européenne et un débat de fond s’engage sur le rôle d’une Allemagne unifiée en matière de sécurité. Les imprécisions d’Helmut Kohl à propos de la ligne Oder-Neisse contribuent à aigrir le ton de la campagne électorale en RDA comme en République fédérale. Revoyons brièvement ces différents points.

118Déchus, les maîtres d’hier ne jouent plus aucun rôle politique. Déjà accusé, depuis le 8 décembre 1989, d’abus de pouvoir et de corruption, Erich Honecker se voit même inculpé, le 15 janvier 1990, de haute trahison. Opéré d’une tumeur à un rein, il passe une journée en prison, fin janvier, à la sortie de l’hôpital. Il est finalement recueilli, avec son épouse, dans la maison d’un pasteur protestant, à Lobetal, au nord de Berlin. Son successeur, Egon Krenz, est exclu du SED/PDS. Il se consacre à la rédaction de ses mémoires Wenn Mauern fallen – die friedliche Revolution, à paraître aux éditions Neff, à Vienne. Horst Sindermann, ancien président de la Chambre du peuple, est arrêté. L’ancien chef de l’espionnage de RDA, Markus Wolf, se réfugie en URSS, après avoir vainement tenté de jouer un rôle politique.

119En essayant de conserver une partie de l’ancienne police politique, la STASI, Hans Modrow provoque la colère populaire. Le 15 janvier, la foule envahit et saccage le siège de la STASI, à Berlin-Est ; le chef du gouvernement doit renoncer à ses projets. Le SED/PDS voit fondre ses effectifs. Il décide, le 15 janvier, de rendre à l’État une partie importante du patrimoine qu’il avait constitué par des expropriations ou en entretenant la confusion entre le parti et l’État. Début février, il renonce à son nom d’origine « SED » pour s’appeler Partei des demokratischen Sozialismus, PDS (parti socialiste démocratique). Le parti annonce qu’il dispose d’un budget de 5,5 millions de Mark pour la campagne électorale ; Hans Modrow accepte finalement, après une longue période d’hésitation et même de refus, de conduire le PDS aux élections. Le chef du gouvernement de Berlin-Est est popu­laire, mais son parti est largement rejeté, tant les 40 années d’hégémonie du SED ont laissé de mauvais souvenirs. Fin janvier, le maire de Dresde, Wolfgang Berghofer, démissionne du parti car il doute de la capacité du PDS à s’engager dans la voie des réformes. Wolfgang Berghofer était considéré comme un des espoirs du parti car il incarnait la volonté de renouveau.

120En janvier, les rapports entre le gouvernement Modrow et la Table Ronde se détériorent sensiblement, car l’opposition reproche au pouvoir de ne pas vouloir faire disparaître la STASI. Pour sauver son fragile pouvoir et éviter que le chaos s’installe en RDA, Hans Modrow accepte que l’opposition, représentée à la Table Ronde, soit associée au pouvoir exécutif pour former un nouveau « gouvernement de responsabilité nationale ». Un accord intervient également le 29 janvier pour avancer la date des élections générales, du 6 mai au 18 mars, afin de réduire les incertitudes de la période intermédiaire et de mettre rapidement en place un pouvoir qui bénéficie d’une légitimité démocratique. Les élections municipales du 7 mai 1989 sont annulées à cause des nombreuses fraudes qui ont été constatées.

121Bien que ses pouvoirs soient réduits, Hans Modrow essaie d’agir. Il rencontre M. Gorbatchev et H. Kohl. Le premier lui fait savoir à Moscou que l’URSS ne s’oppose plus au principe de l’unité allemande. Hans Modrow propose aussitôt un plan par étapes d’unification pour une Allemagne qui affirmerait sa neutralité. Cette idée est rejetée à Bonn et par les pays occidentaux. Accompagné de nombreux ministres, Hans Modrow se rend les 13 et 14 février à Bonn, exigeant une aide immédiate de 15 milliards de DM. Helmut Kohl ne veut visiblement plus négocier avec un gouvernement qui gère la faillite. Le gouvernement fédéral adopte cependant un budget additionnel de 6,9 milliards de DM, dont 5,3 sont destinés à la RDA.

122Berlin-Est et Bonn s’inquiètent car le flot des réfugiés de RDA qui viennent s’établir en République fédérale reste important, soit 1500 à 2000 personnes par jour. Plus de 100 000 ressortissants de RDA abandonnent leur pays en janvier et février pour passer définitivement en République fédérale. Les problèmes d’accueil deviennent difficiles à résoudre et, à l’Ouest, la population se montre moins bien disposée à l’égard des nouveaux arrivants. Cette donnée explique qu’Helmut Kohl précipite le processus de l’unité allemande en proposant une union économique et monétaire entre les deux États allemands. Il provoque l’inquiétude de ses parte­naires européens qui s’interrogent sur les effets de cette initiative sur l’union économique et monétaire de la Communauté Européenne.

123En acceptant, fin janvier, le principe de l’unité allemande, qu’il avait toujours rejeté, M. Gorbatchev donne un prodigieux coup d’accélérateur au débat sur la réunification. Il confirme cette nouvelle approche du problème allemand lors du voyage d’Helmut Kohl, le 10 février. Le chancelier rencontre ensuite dans un délai très rapproché les représentants des trois anciennes puissances victorieuses (François Mitterrand, Mme Thatcher et George Bush) qui conservent des droits et responsabilités vis-à-vis de l’Allemagne dans son ensemble.

124Le président américain bouscule les négociations sur le désarmement en pro­posant dans son message sur l’état de l’Union, fin janvier, une importante réduc­tion des troupes américaines et soviétiques en Europe qui ne devraient pas dépasser 195 000 hommes de part et d’autre. Les ministres de la défense de Belgique et des Pays-Bas annoncent leur intention de retirer leurs troupes d’Allemagne (25 000 soldats belges et 7 000 néerlandais y stationnent).

125La dimension internationale du problème allemand est illustrée par l’accord qui intervient à Ottawa (Canada), le 14 février en marge de la conférence « Ciel ouvert » (pour donner l’autorisation aux avions d’un des deux camps de survoler le territoire de l’autre). Les gouvernements des quatre puissances alliées de 1945 et des deux États allemands acceptent l’ouverture d’entretiens sur l’unité allemande après les élections du 18 mars (les premiers entretiens techniques commencent même la semaine avant les élections). Ce sera la conférence des « 4 + 2 ». à Ottawa, Américains et Soviétiques confirment leur intention de réduire leurs troupes en Europe à 195 000 hommes de chaque côté, les réductions soviétiques devant être plus massives que celles des Américains pour établir une symétrie des rapports de force.

126Les douze ministres des Affaires étrangères de la Communauté Européenne, réunis le 20 février à Dublin, approuvent le processus de réunification de l’Alle­magne tel qu’il a été présenté par Hans-Dietrich Genscher, ministre des Affaires étrangères de Bonn ; celui-ci fait part à ses collègues de la volonté du gouver­nement fédéral de tenir informés les partenaires de la Communauté « de la façon la plus approfondie » et à chaque stade de la négociation avec le gouvernement qui sera issu des élections du 18 mars en RDA. En vue de préparer la réunion du Conseil Européen extraordinaire qui se tiendra à la fin du mois d’avril, les ministres des Affaires étrangères des Douze ont chargé la Commission Européenne d’élaborer deux rapports : l’un concernant les effets de l’intégration sur la coopé­ration monétaire, le second sur les relations de la Communuauté avec les autres pays de l’Europe de l’Est. Les Douze confirment leur soutien à l’unification de l’Allemagne, le 5 mars.

127Le désir des Quatre et de la Communauté Européenne de ne pas freiner le processus de l’unité allemande ne rend que plus désagréable le refus du chancelier Kohl, malgré les pressions allemandes et internationales, de reconnaître clairement et définitivement la frontière entre la RDA et la Pologne, matérialisée par la ligne Oder-Neisse. Dans le discours prononcé à Paris, le 17 janvier, Helmut Kohl s’était montré rassurant pour revenir ensuite à des positions plus ambiguës. Alfred Grosser publie dans Le Monde, du 1er mars, un article au titre évocateur : « Le chancelier dérape sur la frontière ». L’auteur conclut en ces termes : « Helmut Kohl court alors le risque, lui, d’apparaître aux historiens de l’avenir comme le chan­celier qui, payant un prix politique énorme, sur un point de droit, au départ sans importance réelle, n’a pas su se comporter en homme d’État au moment décisif ». Le même jour, 1er mars, le ministre français des Affaires étrangères demande au gouvernement allemand de s’exprimer avec clarté sur la ligne Oder-Neisse : « Il y a des moments où le silence est lourd d’ambiguïtés ».

128Helmut Kohl se prononce pour une déclaration des deux Parlements allemands après les élections du 18 mars, afin de garantir la frontière polonaise mais en la liant au renoncement des Polonais aux réparations de guerre et à des garanties pour la minorité allemande en Pologne. Hans-Dietrich Genscher critique cette présenta­tion du problème. Les Polonais, très inquiets par l’entêtement du chancelier, dé­sirent être associés aux négociations « 4 + 2 », du moins pour la partie se rapportant aux frontières.

129Le 6 mars, Helmut Kohl cède finalement aux pressions de son ministre des Affaires étrangères et accepte de reconnaître l’intangibilité de la frontière occi­dentale de la Pologne. Une motion sur le respect de la ligne Oder-Neisse est soumise le 8 mars au Bundestag. La Chambre du peuple adoptera le même texte après les élections du 18 mars. Un traité entre le futur gouvernement de l’Allemagne unifiée et celui de la Pologne confirmera ensuite définitivement la reconnaissance de la frontière. Le chancelier renonce ainsi à lier la reconnaissance de la ligne Oder-Neisse à des réparations de guerre. Le texte du gouvernement fédéral se réfère cependant à l’engagement de la Pologne du 23 août 1953 à renoncer aux réparations (mais cet engagement n’était pris que vis-à-vis de la RDA et n’exclut pas des demandes de réparations individuelles), ainsi qu’au commu­niqué commun Kohl/Mazowiecki, du 10 novembre 1989, garantissant la protection des Polonais de souche allemande. Cette nouvelle attitude de Bonn ne satisfait pas totalement Varsovie. Hans Modrow se rend une nouvelle fois à Moscou. Avec M. Gorbatchev il réaffirme que le processus de la réunification allemande devrait être graduel et entouré de strictes garanties ; les deux hommes d’État rejettent l’absorption de la RDA par la République fédérale.

130À l’invitation du Président de la République Française, le Président polonais, le Général Jaruzelski, et le chef du gouvernement, Tadeusz Mazowiecki, viennent à Paris s’entretenir de la ligne Oder-Neisse, de la réunification allemande et de la création d’un nouvel ordre international. François Mitterrand confirme qu’il sou­haite un accord international sur la frontière germano-polonaise avant la réunifi­cation allemande. Dans la conférence de presse du 9 mars, tenue avec le Président polonais, François Mitterrand déclare que la frontière Oder-Neisse, c’est-à-dire la frontière entre l’Allemagne et la Pologne, est « intangible, et de ce fait toute décla­ration qui ne dirait pas cela clairement serait insuffisante ». La position française va plus loin que celle du Bundestag car Paris demande que « l’intangibilité de la frontière Oder-Neisse soit proclamée et consacrée par un acte juridique interna­tional ». La France souhaite que la Pologne soit associée aux travaux de la confé­rence des « 4 + 2 » lorsque celle-ci traitera des frontières.

131Dans cette conférence de presse, François Mitterrand rappelle ses « pétitions de principe » sur l’unité allemande qui dépend, selon lui, de l’autodétermination des citoyens, mais celle-ci ne peut s’exercer que dans le cadre des frontières actuelles des deux États. Le Président français souligne que « toutes les conséquences qui découlent de la probable unification relèvent de la compétence de tous les pays de l’Europe et d’abord, bien entendu, des pays voisins qui ont été mêlés à la cruelle histoire de ce siècle ». Les conséquences de l’unité allemande pour la sécurité, les Alliances et la Communauté des Douze doivent être examinées. Et François Mitterrand de conclure par cette constatation : « Tout cela tourne autour du pro­blème majeur de l’équilibre européen ». Aussi a-t-il présenté un projet de Confédé­ration européenne sur lequel il s’est déjà exprimé plusieurs fois.

132La France manifeste concrètement sa solidarité avec l’Allemagne en accueillant provisoirement, début mars, quatre-vingts Allemands de l’Est dans la ville de Farébersviller, en Moselle. L’opération, la première du genre en France, doit s’étendre sur une période de trois à six mois. Elle est prise en charge par le Land de la Sarre où les ressortissants de RDA étaient jusqu’alors hébergés dans des gymnases. Cette action devrait concerner au total 150 personnes qui attendront en France que la Sarre ait terminé ses programmes de construction pour faire face à l’afflux des réfugiés. Les logements français appartiennent à la société des houillères du bassin de Lorraine.

133Les contraintes de la campagne électorale ne suffisent pas à expliquer les positions du chancelier sur la ligne Oder-Neisse. Anciens et nouveaux partis se lancent dans la campagne électorale. 24 formations sont finalement autorisées à se présenter aux élections du 18 mars. Les partis ouest-allemands interviennent massivement, réunissant souvent des publics considérables. La nette victoire d’Oskar Lafontaine aux élections régionales de Sarre pousse celui-ci à se présenter à la chancellerie contre Helmut Kohl, à l’occasion des élections fédérales, prévues en principe le 2 décembre 1990. Contrairement à Willy Brandt, Oskar Lafontaine veut freiner le processus de la réunification, surtout pour mieux en maîtriser les coût sociaux. Le Ministre-Président de la Sarre déclare aussi que l’Allemagne réunifiée ne pourra pas rester membre de l’OTAN. Elle devra être intégrée dans une sorte de communauté européenne de défense, dans un système de défense collective en Europe qui coopérerait avec les États-Unis, le Canada et l’URSS.

134Deux conceptions s’opposent pour parvenir à l’unité étatique de l’Allemagne. Helmut Kohl et les conservateurs en RDA se réfèrent à l’article 23 qui prévoit la possibilité, pour la Loi fondamentale, d’entrer en vigueur dans d’autres parties de l’Allemagne après l’adhésion de celles-ci (c’est par ce procédé que la Sarre est devenue membre de la République fédérale au début de l’année 1957). Le SPD préfère le processus prévu par l’article 146 : « La présente Loi fondamentale cesse d’avoir effet le jour auquel entrera en vigueur la Constitution qui aura été adoptée par le peuple allemand libre de ses décisions ». Il y aurait élaboration d’un texte commun par les deux États allemands, placés sur un pied d’égalité, et adoption de la constitution par référendum. Contrairement à l’article 23, cette procédure évite­rait à la RDA d’être purement et simplement absorbée par la République fédérale.

135La première réunion de la Table Ronde a eu lieu le 8 décembre 1989, à l’initiative des Églises qui ont servi de médiateur. Elles ont contribué également à modérer les affrontements avec le SED. La Table Ronde a pris l’habitude de se réunir le lundi, son secrétariat étant pris en charge par l’État. Les travaux ont été transférés ensuite au Centre de conférences du château de Niederschönhausen, l’ancienne résidence du premier Président de la République, Wilhelm Pieck, situé dans l’arrondissement de Pankow.

Partis et organisations représentés à la Table Ronde

I. Les partis représentés

Nombre de représentants

SED-PDS

3

LDPD

3

NDPD

3

DBD

3

CDU

3

VdgB

2

FDGB

2

TOTAL

19

II. Les organisations de l’opposition

Initiative Vereinigte Linke

2

SPD in der DDR

2

Demokratie Jetzt

2

Neues Forum

3

Grüne Partei

2

Initiative Frieden und Menschenrechte

2

Grüne Liga

2

Unabhängiger Frauenverband

2

Partei Demokratischer Aufbruch

2

Minorité Sorabe

1

TOTAL

20

III. Observateurs

Demokratischer Frauenbund

Fédération des consommateurs

Parti de l’environnement

(Source : FAZ, 29.1.1990)

Les Présidents des partis politiques

  • Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, SED
    (Parti socialiste unifié d’Allemagne)

136Né de la fusion entre le KPD et le SED (communistes et sociaux-démocrates) les 21 et 22 avril 1946, ce parti marxiste-léniniste a été la force politique dirigeante en zone soviétique, puis de 1949 à 1989. Il a compté jusqu’à 2,3 millions d’adhérents, pour une population de 16,5 millions d’habitants.

Présidents du SED

1946-1950, Wilhelm Pieck, Otto Grotewohl

Présidents du Comité central

1950-1954, Wilhelm Pieck, Otto Grotewohl

Secrétaire général du C.C

1950-1963, Walter Ulbricht

Premier secrétaire du C.C.

1963-1971, Walter Ulbricht

1971-1976, Erich Honecker

Secrétaire général du C.C.

1971-1989, Erich Honecker

Président du SED le 10.12.1989

1989-1990, Gregor Gysi

Président du PDS

1990 , Gregor Gysi

Organe central du SED

Neues Deutschland, quotidien

  • Christlich-Demokratische Union Deutschlands, CDU
    (Union chrétienne-démocrate)

137Fondée le 26 juin 1945, la CDU comptait 140 000 membres en 1989.

Présidents

1945, Andreas Hermes, Walter Schreiber

1946-1947, Jakob Kaiser, Ernst Lemmer

1948-1957, Otto Nuschke

1958-1966, August Bach

1966-1989, Gerald Götting

1989, Lothar de Maizière

Organe central, CDU

Neue Zeit

  • Liberal-Demokratische Partei Deutschlands, LDPD
    (Parti libéral démocratique d’Allemagne)

138Fondé le 5 juillet 1945, le LDPD avait 104 000 adhérents en 1989.

Présidents

1945, Waldemar Koch

1946-1948, Wilhelm Külz

1948, Arthur Lieutenant

1949-1950, Hermann Kastner, Karl Hamann

1951-1952, Karl Hamann, Hans Loch

1960-1967, Max Suhrbier

1967-1990, Manfred Gerlach

Président du LPD réformé

1990, Rainer Ortleb

Organe central

Der Morgen

  • Demokratische Bauernpartei Deutschlands, DBD
    (Parti démocratique des paysans d’Allemagne)

139Fondé le 9 avril 1948, le DBD comptait 115 000 membres de 1987 à 1989.

Présidents

1948-1982, Ernst Goldenbaum

1982-1987, Ernst Mecklenburg

1987, Günther Maleuda

Organe du parti

Bauern-Echo

  • National-Demokratische Partei Deutschlands, NDPD
    (Parti national-démocratique d’Allemagne)

140Fondé le 25 mai 1948, le NDPD compte 115 000 membres depuis 1987. Ses adhérents sont en majorité des artisans et des commerçants, des employés et des intellectuels.

Présidents

1948-1972, Lothar Bolz

1972-1989, Heinrich Homann

1989, Wolfgang Rauls

Organe du parti

National-Zeitung

Les organisations de masse

  • Freier Deutscher Gewerkschaftsbund, FDGB
    (Confédération libre des syndicats allemands)

141Le FDGB a été fondé le 15 juin 1945. Organisation syndicale unitaire, elle compte plus de 9 millions d’adhérents, répartis entre 16 fédérations. Le FDGB adhère, depuis le 1er janvier 1949, à la Fédération syndicale mondiale.

Présidents

1946-1948, Hans Jendretky, SED

1948-1975, Herbert Warnke, SED

1975-1990, Harry Tisch

1990, Helga Mausch

Organe de presse

Tribüne

  • Freie Deutsche Jugend, FDJ
    (Jeunesse allemande libre)

142Fondée le 7 mars 1946, la FDJ était l’organisation unitaire de la jeunesse. Elle réunissait 2,3 millions d’adhérents, soit près des trois quarts des jeunes entre 14 et 25 ans. La FDJ est membre de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique depuis 1948 et de l’Union internationale des étudiants depuis 1950. Les enfants de 6 à 14 ans font partie des pionniers Ernst Thälmann.

Présidents

1945-1955, Erich Honecker

Premier secrétaire du C.C. (le Zentralrat)

1955-1959, Karl Namokel, SED

1959-1967, Horst Schumann, SED

1967-1974, Günther Jahn, SED

1974, 1983, Egon Krenz, SED

1983-1989, Eberhard Aurich, SED

1990, Birgit Schröder

Organe de presse

Junge Welt

  • Demokratischer Frauenbund Deutschlands, DFD
    (Fédération démocratique des femmes d’Allemagne)

143Fondée le 8 mars, le DFD est l’organisation unitaire des femmes. Elle se propose de faire participer activement les femmes de toutes les couches de la population à la vie collective. Le DFD comptait en 1989 près de 1,5 million d’adhérentes.

Présidentes

1947-1948, Anne-Marie Durand-Wever

1948-1949, Emmy Koenen-Damesius

1949-1953, Elli Schmidt, SED

1953, Ilsa Thiele, SED

Revue du DFD

Lernen und handeln

  • Kulturbund der DDR
    (Association pour l’action culturelle)

144Fondée le 3 juin 1945, le KB compte plus de 270 000 adhérents et quelque 11 700 associations culturelles.

Présidents

1945-1958, Johannes R. Becher, SED

1958-1977, Max Burghardt, SED

1977, Hans Pischner, SED

Organe de presse

Sonntag

  • Vereinigung der gegenseitigen Bauernhilfe, VdgB
    (Association d’entraide paysanne)

145Fondée en 1946, la VdgB est l’organisation de masse des paysans coopérateurs et des maraîchers. Elle compte quelque 632 000 membres.

Présidents

1947-1950, Otto Körning, SED

1950-1964, Friedrich Wehmer, SED

1964-1979, Ernst Wulf, SED

1979-1982, Fritz Zeuner, SED

1982, Fritz Dallmann, SED

Organe de presse

Neue Deutsche Bauernzeitung

  • Nationalrat der Nationalen Front
    (Conseil national du Front National)

146Le Front National est issu du Volkskongreßbewegung für Einheit und gerechten Frieden, en 1949. Le conseil national a été formé le 3 février 1950. Le Front National est, selon le discours officiel, « le mouvement populaire socialiste au sein duquel coopèrent tous les partis, organisations de masse ainsi que les représentants de toutes les classes et couches du pays. Il organise les élections en RDA. Le Front National se fixe pour objectif d’élever la responsabilité civique, de coopérer étroitement à cette fin avec les assemblées populaires, les entreprises et les insti­tutions et de promouvoir une vie culturelle à la ville et à la campagne » (La RDA se présente, Berlin-Est, Panorama DDR, 1989, p. 37-38).

Présidents du Conseil National

1950-1981, Erich Correns (sans parti)

1981, Lothar Kolditz (sans parti)

  • Le Bloc démocratique des partis et des organisations de masse

147Ce bloc rassemble tous les partis ainsi que le FDGB, la FDJ, la DFD, l’Association pour l’action culturelle et l’Association pour l’entraide paysanne. Le travail de cet organisme se base sur l’examen en commun des tâches nouvelles figurant à l’ordre du jour et ayant une importance particulière pour la politique intérieure et extérieure. L’esprit de camaraderie qui règne au sein de cette alliance est une base essentielle de la stabilité politique en RDA (La RDA se présente, 1989, p. 38)

  • Églises et communautés religieuses

148La confession protestante est majoritaire en RDA. Depuis 1969, les huit Églises évangéliques régionales ont quitté l’EKD pour former la Confédération des Églises évangéliques en RDA. Quelque 4300 pasteurs, hommes et femmes, célèbrent l’office dans 7200 paroisses.

149L’Église catholique est divisée en deux évêchés, trois offices épiscopaux et une administration apostolique. Elle est dirigée par la Conférence épiscopale de Berlin, réunion des évêques de RDA. Elle a 11 155 prêtres dans 916 paroisses.

150Parmi les 40 autres Églises libres et communautés religieuses figurent l’Église méthodiste, la Nouvelle Église apostolique, la Communauté des adventistes du 7e jour et la Société des Amis (quakers).

151Les Églises et communautés religieuses les plus importantes gèrent des hôpitaux et des sanatoriums, des foyers pour handicapés mentaux et physiques, des maisons de retraite et des infirmeries. L’État subventionne ces activités.

152Il existe six facultés de théologie.

Source : La Tribune d’Allemagne, N° 1271 du 22.10.1989

Abbildungsverzeichnis

Impressum Source : Le Figaro, 9.3.1990
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3713/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 640k
Titel Les Länder de la RDA jusqu’en 1952
Impressum Source : Süddeutsche Zeitung, 4.1.1990
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3713/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 1,4M
Impressum Source : Libération, 11.11.1989
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3713/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 600k
Impressum Source : Tribune d’Allemagne N° 1271, du 22 octobre 1989
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3713/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 524k
Impressum Source : La Tribune d’Allemagne, N° 1271 du 22.10.1989
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3713/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 520k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3713/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 797k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen

Printversion

amazon.fr