Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Introduction

Nos illusions sur la rda

Kurt Sontheimer
Traduttore: Michel Kauffmann

Nota dell’editore

Cet article a été publié dans lhebdomadaire Rheinischer Merkur le 23 février 1990.

Testo integrale

1Il n’y avait de réelle que la beauté de l’illusion.

2Le système politique de la RDA s’est effondré en novembre dernier. Ce fut un effondrement en quelques brèves étapes : d’abord, démission de Honecker, puis son remplacement par Krenz, puis formation du gouvernement Modrow, qui entre-temps a perdu pratiquement toute capacité d’action et exerce ses fonctions par intérim, en attendant qu’une Chambre du Peuple légitimée par des élections libres mette en place un nouveau gouvernement. Dans l’intervalle sont intervenus la renonciation par le SED, parti autrefois tout-puissant, à son rôle dirigeant dans l’état, et une tentative désespérée de rénovation interne, qui restera sans doute vaine face aux réactions de plus en plus hostiles de la population. On assiste simultanément à des tentatives multiples et maladroites en vue de constituer de nouveaux groupements politiques, mais ceux-ci rencontrent tant de problèmes lors de leur création qu’ils sont, dans les faits, largement gérés par les partis politiques d’Allemagne de l’Ouest.

3L’effondrement de la vieille RDA, qui avait tout de même atteint les quarante ans, s’est déroulé avec une rapidité extraordinaire. Là où un parti tout-puissant régnait de manière incontestée sur le prétendu pays modèle du socialisme réel, on ne trouve plus, au bout de quelques semaines à peine, qu’un lamentable champ de ruines, un vide politique. Si ce pays doit encore espérer en des jours meilleurs, ce ne sera qu’en étroite liaison avec la RFA, la forme politique de cette liaison restant à définir.

4Personne ne pouvait prévoir cet effondrement rapide, c’est pourquoi l’on ne peut certainement pas adresser aux professionnels de la politique, que ce soient les hommes politiques eux-mêmes ou les observateurs de la politique, dans les media, le reproche de ne pas nous avoir préparés à cette éventualité.

5Mais on peut fort bien se poser la question de savoir si l’image de la RDA que les historiens, les politologues et les journalistes ont transmise à l’opinion publique allemande jusqu’à l’été dernier était une image juste, appréhendant pleinement la réalité. Je pense que cela n’a pas été le cas.

6J’ai dû m’adresser cette question à moi-même, car je suis co-auteur d’un manuel sur le système politique de la RDA, ouvrage qui a rencontré un certain succès et qui a connu sa 5e édition en 1982. Relisant, ces jours-ci, mon texte à la lumière des bouleversements historiques en train de s’accomplir en RDA depuis octobre 1989, je n’ai certes pas eu à me reprocher d’avoir décrit le système politique de la RDA de façon tout fait unilatérale ou fausse, mais l’ensemble de l’ouvrage partait cepen­dant du postulat que l’évolution politique était irréversible : dans l’avenir aussi, la RDA resterait un état socialiste. Certes, je n’édulcorais pas le caractère de domina­tion totalitaire de l’état-SED, mais j’enregistrais soigneusement tous les signes qui semblaient indiquer qu’une conscience étatique propre, socialiste, se développait en RDA, que les citoyens de la RDA, dans leur grande majorité, s’arrangeaient avec le système socialiste et qu’ils parvenaient à y trouver quelques aspects positifs – même en comparaison avec la RFA. En un mot : la consolidation de la RDA, état allemand socialiste et viable, paraissait tellement irrécusable et irré­sistible qu’il était impossible d’envisager l’idée que ce système de domination stable puisse s’effondrer en peu de temps.

7Cette tendance à voir sous des traits positifs et dans de nombreux domaines, l’évolution de la RDA dans le cadre du monde socialiste, s’est manifestée plus nettement encore dans les reportages de nombreux journalistes occidentaux. J’en donnerai deux exemples : des rédacteurs de l’hebdomadaire Die Zeit ont parcouru la RDA en 1988, et ils ont relaté de façon très détaillée ce qu’ils avaient vu. Mais dans leurs reportages on ne lisait rien sur la terrible omniprésence du « Service de la Sécurité d’état », rien sur la pression permanente exercée par le SED sur la population, rien sur la grave dégradation des villes, rien qui eût pu attirer l’atten­tion sur la fragilité et l’inconsistance du système.

8Au lieu de cela, la rédaction du journal présentait l’image d’une RDA vivante, dynamique, en plein mouvement, progressant activement. Comme le disait le rédacteur en chef Theo Sommer :

« La RDA en 86. Ce qui prédomine, c’est le mouvement, non la stagnation, le doute a cédé la place à une tranquille assurance, partout le gris recule, remplacé par des couleurs riantes, envolée l’accablante tristesse... Surtout, le pays paraît plus coloré, ses habitants sont plus joyeux. »

9Ce jugement avait été formulé en comparaison avec la phase dure des débuts de la RDA, l’époque d’Ulbricht, mais la série d’articles, publiée également sous forme de livre, communiquait bien dans l’ensemble l’image d’une RDA pleine de vitalité, éclatante de force et d’assurance, et d’un niveau de vie nettement amélioré ; on parlait du « sentiment de sécurité » que l’état-SED, malgré ses « mesquineries et ses désagréments » aurait offert à ses citoyens, et l’on louait particulièrement la « chaleur humaine » que l’on aurait trouvée de l’autre côté, mais non chez nous.

10C’est sans aucun doute Günter Gaus qui a été le plus loin dans cette vision idéalisée des choses, qui relativisait largement les aspects répressifs et brutaux du système de domination communiste. Gaus avait tout de même été, six années durant, le représentant de la RFA à Berlin-Est. Il écrivit ensuite, en 1983, un livre qui a connu un succès extraordinaire, Wo Deutschland liegt, où il décrivait la RDA, y compris son équipe dirigeante, avec une pointe de tendresse. À la lecture du livre de Gaus, de nombreux aspects de la vie et de la politique en RDA pouvaient paraître franchement sympathiques : son plaidoyer pour la « nation des petites gens », son éloge de la dimension humaine de ce qu’il appelait la « société des petits territoires privés », son affirmation, selon laquelle la RDA serait venue à bout du national-socialisme beaucoup mieux et de manière plus conséquente que la RFA, oubliant totalement, à cette occasion, que les pratiques totalitaires du régime-SED s’apparentaient assez à celles du régime nazi.

11Gaus attestait un degré élevé de « normalité » à la société industrielle de RDA, que l’on dit actuellement à bout de souffle, en un mot : sa présentation par trop empathique de la RDA transmettait l’impression d’une autre Allemagne, dont les aspects positifs, voire chaleureux et allemands, au sens traditionnel du terme, semblaient nettement l’emporter sur les côtés négatifs.

12Comment a-t-on pu en arriver à ces jugements sur la RDA, qui n’excluaient certes pas la critique, mais qui dans leur tendance principale manifestaient une sympathie marquée ? Lorsqu’on est confronté à ce que la population, et même les anciens dignitaires de la RDA, disent aujourd’hui du système que l’on avait imposé au peuple, quelques-uns de ces rapprochements amicaux à l’égard de la RDA paraissent assez aberrants, comme si l’on avait souvent pris l’apparence flatteuse pour la réalité.

13Il y a pour l’essentiel, trois causes à ce relatif manque d’objectivité. D’abord, on admettait comme allant de soi l’idée que la RDA continuerait, dans un avenir prévisible, à faire partie intégrante du bloc des pays socialistes dominé par l’Union soviétique, et que dans ce cadre il était tout fait possible d’enregistrer certains changements, et des évolutions positives. En deuxième lieu, il existait une vague sympathie pour tout ce qui était socialiste. La troisième cause résidait dans le senti­ment d’appartenance à la nation allemande. S’il fallait déjà considérer la division comme irrévocable, on se réjouissait, en tant qu’Allemand, de pouvoir au moins signaler quelques aspects positifs concernant la RDA. C’est ainsi qu’on en est arrivé à cette perspective déformante.

14Cette expérience inquiétante que nous avons faite dans notre rapport à la réalité supposée de la RDA devrait à tout le moins nous faire prendre conscience d’une chose : tout savoir est fragmentaire, provisoire. Même le réalisme le plus rigoureux n’est pas un fondement fiable pour notre jugement. D’un point de vue réaliste, il était effectivement invraisemblable, voire impensable, que la RDA, en tant qu’état socialiste, s’effondre dans un avenir si proche, et qui plus est avec une rapidité aussi vertigineuse, et pourtant c’est arrivé ! D’un point de vue réaliste, il n’y avait pas l’ombre d’une chance pour une réunification allemande, et maintenant elle est à portée de main !

15Tout ceci prouve que nous pouvons nous tromper, même lorsque nous croyons avoir maintes raisons, toutes bonnes et plausibles, pour étayer notre jugement. L’insuffisance de nos jugements sur la RDA, dans un passé proche, devrait aussi nous enseigner qu’il y a, dans l’évolution historique, des tendances et des éléments latents qui restent souvent cachés à notre regard superficiel, que nous ne voyons pas ou auxquels nous ne prêtons pas attention, fascinés que nous sommes par le positif et le nouveau.

16La vieille RDA appartient désormais au passé. Mais c’est précisément dans cette perspective de l’avenir des deux états allemands qu’il importe encore que nous nous formions d’elle une image juste.

17L’erreur est humaine, dit-on, mais ce qui est encore plus humain, c’est de fuir l’erreur et le préjugé.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista

Versione a stampa

amazon.fr