Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La RDA 1949-1990. Du stalinisme à la liberté

 | 
Henri Ménudier

Introduction

Une nation tard venue

Etienne François

Note de l’éditeur

étude parue dans Le Monde du 3 novembre 1989

Texte intégral

1En un moment où la « question allemande » est redevenue d’actualité et où beaucoup se demandent si elle ne sera pas la boîte de Pandore de l’Europe de demain, le crochet par le passé s’impose, ne serait-ce que pour mieux comprendre en quoi l’histoire de la conscience nationale allemande et des rapports entre état et nation éclaire les interrogations d’aujourd’hui. Car si proches que soient devenues France et Allemagne, les termes dans lesquels se pose la question de l’identité allemande n’en sont pas moins radicalement différents de ceux de l’état national monarco-jacobin la française.

2Alors qu’en France les destins croisés de l’état et de la nation sont étroitement liés dès le Moyen-Age, l’évolution de l’Allemagne jusqu’à la fin du dix-huitième siècle est au contraire placée sous le signe du morcellement et du pluralisme : morcellement politique poussé à l’extrême après l’échec des tentatives de restau­ration de l’autorité impériale et les traités de Westphalie (1648), avec l’affirmation d’une multitude d’Etats territoriaux quasi souverains ; éclatement culturel à la suite de la Réforme, du durcissement des clivages religieux et de l’intériorisation des identités confessionnelles traçant entre les régions et les familles autant de « fron­tières invisibles » difficiles à franchir.

3À cette réalité première de l’éclatement, deux limites seulement : la persistance d’un sentiment d’appartenance à un même ensemble dont les contours corres­pondent en gros à ce qui subsiste du rêve impérial médiéval, le « Saint Empire romain de nation allemande » ; la formation, à partir du second tiers du dix-huitième siècle, d’une opinion publique et d’une communauté culturelle alle­mandes qui transcendent les frontières étatiques et religieuses, amorce de « nation culturelle » antérieure à la nation politique et portée par le dynamisme de l’Auf­klärung et le renouveau de la littérature allemande. Jamais autant qu’au dix-septième et dix-huitième siècles le pluriel « les Allemagnes » n’a mieux corres­pondu à la réalité. L’Allemagne, pour reprendre l’expression forgée après la der­nière guerre par le philosophe Helmuth Plessner, est une nation « tard venue » (eine verspätete Nation).

Le modèle français

4À l’origine de l’émergence de la question allemande en tant que question politique, on trouve d’abord les conséquences de l’onde de choc de la Révolution française et des bouleversements de la période napoléonienne.

5Tandis que la réduction brutale du nombre des principautés et la modernisation de leurs structures amorcent la destruction de l’ordre traditionnel, le rayonnement du modèle français (comme exemple ou comme défi) mais aussi l’humiliation de la défaite et de l’occupation débouchent pour la première fois sur l’appel à une Allemagne politique unifiée et moralement régénérée.

6« Qu’on ne parle plus d’Autriche et de Prusse, de Bavière et de Tyrol, de Saxe et de Westphalie, mais d’Allemagne », s’exclame en 1813 Ernst-Moritz Arndt, porte-parole exalté de ce premier nationalisme. La mise sur pied avec le Zollverein (1834) d’un marché commun allemand, la constitution rapide d’un réseau ferré cohérent, les débuts de l’industrialisation et les brassages de populations qu’elle entraîne, poussent au reste dans le même sens puisque tous, à leur manière, contri­buent au resserrement des liens interallemands.

L’échec de la révolution de 1848

7À eux seuls cependant, le mouvement national et la dynamique d’intégration économique sont bien incapables de réaliser l’unité allemande ainsi que le montre l’échec de la révolution de 1848. Divisés sur leurs objectifs, incapables de se mettre d’accord sur les contours de la future Allemagne (faut-il ou non y inclure l’Autriche ?), les révolutionnaires de 1848 sont surtout trop faibles pour venir à bout des particularismes, des égoïsmes des Etats princiers et de leurs armées.

8Si bien que l’unité allemande ne sera pas faite d’en bas, mais d’en haut, sous la direction d’une Prusse assez habile pour reconnaître que le meilleur moyen de préserver ses intérêts de puissance est de mettre la force de ses troupes et l’intelli­gence politique de son chancelier au service de la cause nationale.

9Soit, au total, une unité allemande tardive (la proclamation du nouvel empire n’a lieu que le 18 janvier 1871), une unité difficile arrachée au prix de deux guerres (la guerre de 1866 durant laquelle la Prusse élimine l’Autriche de la compétition, puis la guerre de 1870-1871, qui réalise enfin l’union sacrée contre l’ennemi héré­ditaire) et surtout une unité qui tient plus du compromis que de l’aboutissement glorieux.

10Compromis « prudent, subtil et équilibré » (Pierre Ayçoberry) entre unité natio­nale, hégémonie prussienne et fédéralisme, entre principes dynastiques, pouvoir monarchique et suffrage universel. Mais aussi compromis imparfait puisque la nouvelle unité allemande est imposée contre leur gré aux Alsaciens-Lorrains annexés, ainsi qu’aux Polonais des provinces orientales du royaume de Prusse, et qu’elle repose sur l’exclusion des Allemands d’Autriche et la dénonciation des catholiques (Kulturkampf) et du mouvement ouvrier suspectés de ne pas adhérer au nouvel idéal national.

11Les trois quarts de siècle qui séparent la proclamation de l’unité allemande de l’effondrement de l’Allemagne nazie – le seul moment du devenir allemand où son histoire est pratiquement identique à celle de l’état national – sont à la fois marqués par le succès du modèle bismarckien d’unité et par sa perversion fatale. Le succès l’emporte au début.

12À l’intérieur de l’Allemagne hétéroclite et unifiée de force de 1871, la dyna­mique d’unification, contrairement aux appréhensions de Bismarck, se développe à un rythme accéléré. Emportée par l’impétuosité des rattrapages, elle entraîne tout dans sa vague, au point qu’en 1914, au moment de la déclaration de guerre, les sociaux-démocrates descendants des « compagnons apatrides » pourchassés par Bismarck, votent les crédits militaires et admettent la formule de Guillaume II : « Je ne connais plus de partis, je ne connais que des Allemands ».

Les ambiguïtés de la construction bismarckienne

13Pourtant ce succès est inséparable de sa perversion car, dès l’époque wilhelminienne et plus encore au lendemain de la première guerre, la passion nationale puis le traumatisme de la défaite, du traité de Versailles et de la crise, font éclater au grand jour les failles et les ambiguïtés de la construction bismarckienne.

14Plus que jamais la référence devient le Volk, c’est-à-dire la nation, dans ce qu’il a de plus irréductiblement allemand, communauté mystique et raciale à laquelle appartiennent tous ceux qui sont de langue et de sang allemand, mais aussi communauté messianique chargée par l’Histoire de sauver le monde et de le dominer, d’où un triple programme, repris en compte et poussé à son paroxysme destructeur et suicidaire par le nazisme, de remise en cause des frontières du traité de Versailles pour englober dans le nouveau Reich tous les Allemands qui en étaient exclus, de centralisation extrême pour faire disparaître tous les particula­rismes contraires à la vocation d’unité constitutive du vrai Volk allemand, et enfin d’exclusion et d’élimination de tous ceux dont le sang, les idées représentent un danger pour la communauté du Volk.

15Quarante-quatre ans après l’effondrement du IIIe Reich mais aussi quarante ans après la fondation des deux états allemands, peut-on encore parler de « question allemande », ou sommes-nous au contraire revenus à une situation proche de celle qui existait avant le dix-neuvième siècle ? Sur trois points au moins l’évolution des dernières décennies a apporté des réponses nettes. Le premier acquis est une clarification, grâce à la solution enfin trouvée au problème autrichien, qui avait jusque-là représenté une des incertitudes majeures de la question allemande : malgré les relances épisodiques du débat sur les « frontières de 1937 » par les milieux conservateurs ouest-allemands, on sait aujourd’hui où commence l’Alle­magne et où elle se termine, et la question allemande ne concerne plus que les rapports entre les deux états allemands et leurs populations.

Le délire monstrueux du IIIe Reich

16Le deuxième est un « désenchantement » radical par rapport au fait national : entraînée dans le délire meurtrier du IIIe Reich, la conception de l’Allemagne comme Volk messianique et racial a définitivement sombré avec lui ; quant au nationalisme allemand sous sa forme ancienne, il ne subsiste plus qu’à l’état de traces résiduelles.

17Le troisième acquis, enfin, est la prise de conscience précipitée par la normalisation des rapports entre les deux états allemands à la suite du traité fondamental de 1972, du caractère définitivement révolu du modèle bismarckien d’unité nationale : discrédité par les conséquences fatales de ses ambiguïtés et impossible à restaurer, il a cessé d’être un exemple et une référence.

18Mais l’évolution des dernières décennies a mis également en lumière un double constat : d’une part, les limites des tentatives de refoulement du fait national ou au contraire son dépassement souvent tentés en RFA, et, d’autre part, l’échec des efforts obstinés entrepris par les dirigeants de la RDA pour faire naître à coups de médailles olympiques, de récupération de l’histoire allemande et d’embrigadement de la jeunesse, un véritable sentiment national est-allemand. S’il y a bien deux états allemands, il n’y a manifestement pas deux nations allemandes.

19La vivacité des débats menés depuis une dizaine d’années autour de l’identité et de l’histoire allemandes, le fait qu’entre RFA et RDA les rapports ne soient pas et ne puissent pas être de même nature que ceux existant entre deux états étrangers, l’intensité enfin avec laquelle, des deux côtés de la frontière, on vit et ressent ce qui agite la RDA depuis l’été (alors même que la majorité des Allemands d’aujour­d’hui n’ont jamais connu d’état national unifié), ne permettent plus d’éluder la question : ce qui se cherche aujourd’hui, si difficile que cela soit à comprendre pour un Français, n’est-ce pas une définition nouvelle et inédite de la nation alle­mande, qui, tout en partant de l’existence de deux états allemands et sans porter la moindre atteinte à l’enracinement occidental, démocratique et libéral de la RFA, aille au-delà de la simple « nation culturelle » ?

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr