Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Karl Kraus et son temps

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gerald Stieg

4. Penseur et moraliste

Karl Kraus éducateur

Gilbert Krebs

Texte intégral

  • 1 Eugène Susini, "Karl Kraus et nous", in : Karl Kraus, L’Herne N°28, sous la direction d’Eliane Kauf (...)

1Maître à penser de la jeunesse intellectuelle viennoise, guide spirituel et moral, traînant dans son sillage une cohorte d’admirateurs inconditionnels, sur lesquels il exerce une emprise voisine de la fascination : c’est un rôle dans lequel Kraus apparaît souvent dans les souvenirs de ses contemporains, amis ou ennemis. Eugène Susini a raconté comment, étudiant à Vienne dans les années vingt, il eut l’occasion d’assister à l’une de ces "fameuses soirées de lectures au Konzerthaus bondé, pris d’assaut surtout par des jeunes gens pour qui Kraus était le guide, le modèle, l’autorité incontestée"1, et put constater que Kraus déchaînait "l’enthousiasme d’une bonne partie de la jeunesse".

« Il a tenu sous son charme un grand nombre de mes contemporains. »

  • 2 Friedrich Torberg, in : Karl Kraus, L’Herne, op. cit. p. 193.

2se souvient Friedrich Torberg2, qui ajoute :

« Nous étions des partisans enthousiastes, voire fanatiques, de Karl Kraus – ses adversaires nous appelaient les "Krausiens" [...] – nous l’avions élu pour guide et modèle, nous faisions entièrement nôtres ses jugements littéraires et nous n’admettions aucune contradiction à son sujet. »

  • 3 ibid. p. 194.

3Pour ses disciples, Kraus était ainsi la référence suprême fixant « les critères absolus pour l’établissement de valeurs et de non-valeurs, pour la vérité et le mensonge... » L’influence qu’il exerçait ressemblait à un véritable envoûtement : « Nous étions effectivement persuadés de son infaillibilité et nous le suivions aveuglément. »3

  • 4 Cf. les nombreux témoignages réunis par Eliane Kaufholz dans le Cahier de l’Herne cité ci-dessus.

4On pourrait multiplier les exemples de cette fascination qui émanait de Kraus4. Le caractère excessif, voire malsain et inquiétant de cette sujétion est évident et certains en eurent conscience – sinon sur le moment, du moins par la suite. Le philosophe Ferdinand Ebner assimila ainsi le « krausianisme » dont il fut atteint dans sa jeunesse à une maladie infantile :

  • 5 Ferdinand Ebner, in : L’Herne, op. cit. p. 207.

« Richard Wagner, Otto Weininger, la psychanalyse, Karl Kraus – telles sont les maladies spirituelles que nous avons dû surmonter dans notre enfance [...]. Les plus violentes furent les deux premières, mais elles prirent fin rapidement. La troisième sombra dans l’ennui qu’elle sécréta. Seule la quatrième dura normalement quelques années et pouvait devenir dangereuse. »5

  • 6 Karl Borromäus Heinrich, "Karl Kraus als Erzieher", in : Der Brenner, III. Jahr, N°9, 1er février 1 (...)

5Dans la revue Der Brenner on trouve en février 1913 un témoignage particulièrement frappant de l’exaltation qui saisit certains « krausiens » quand ils rendaient hommage à leur idole. Sous le titre Karl Kraus als Erzieher, Karl Borromäus Heinrich montre ce que Kraus pouvait représenter pour un jeune homme d’alors. En un temps, dit-il, où toutes les valeurs, celles de la religion comme celles de la morale et du droit, sont tombées en décadence, en un temps qui ne sait plus reconnaître la grandeur, ni dans le domaine de l’art, ni dans celui de la vie publique, il fallait qu’un flambeau vienne éclairer ces ténèbres. Ce « messager radieux de Dieu » c’était, pour K.B. Heinrich, Karl Kraus, « guide appelé à montrer le chemin, à redonner courage, à agir comme la conscience du monde. »6

  • 7 Non seulement le titre de l’article de K.B. Heinrich, mais encore toute sa critique du temps présen (...)

6Discours typique du Kulturpessimismus7, tempéré par la certitude que le sauveur était déjà là, qu’il suffisait de le reconnaître et de le suivre. La figure de Kraus se trouve ainsi haussée au niveau du mythe et de la religion. Il devient une sorte de Messie ou d’archange de lumière comme dans le poème de Georg Trakl

  • 8 Georg Trakl, cité d’après G. Stieg, "Karl Kraus et Georg Trakl", in : L’Herne, op. cit. p. 253.

« Grand-Prêtre blanc de la vérité,
Voix cristalline, habitée du souffle glacial de Dieu
Magicien courroucé,
Sous son manteau flamboyant cliquète le harnais bleu du guerrier. »8

7Comment Karl Kraus réagissait-il devant l’admiration souvent excessive et exaltée – inévitablement envahissante – que lui vouaient nombre de ses lecteurs et auditeurs, notamment parmi les plus jeunes ? Il devait y trouver certes de l’agrément, tout comme il goûtait sa notoriété, compensation tardive des années d’obscurité, de frustrations et d’humiliations mal supportées. Il suffit de lire dans la Fackel les comptes rendus flatteurs qu’il publiait sur ses lectures publiques à Vienne ou à l’étranger, pour se faire une idée de la vanité phénoménale du personnage, une vanité que ses ennemis lui reprochaient volontiers et dont, du reste, il était parfaitement conscient lui-même. On sait aussi que Kraus a su être, pour quelques rares élus, un ami attentif et fidèle. Mais de là à accepter ce rôle qu’on voulait lui faire jouer de maître à penser de la jeune génération, de guide auprès de qui l’on pouvait venir chercher réconfort et conseils, il y avait un grand pas que Kraus s’est toujours refusé à franchir. Peut-on s’en étonner de la part de ce solitaire égocentrique, de ce maniaque de l’oeuvre, de ce perfectionniste qui avait fini par rédiger tout seul sa revue, estimant être ainsi mieux à même d’approcher de la perfection qu’il poursuivait sans relâche ?

8La prétention de ses lecteurs à être ses « disciples » ne pouvait manquer de devenir importune. Il y voyait la rançon du succès, le revers de la médaille et il le dit sans ambages : « ...un des aspects les plus déplaisants de la Fackel ce sont ses lecteurs » (F 546, juillet 1920, p.71). La plainte se précise et s’amplifie dans les livraisons suivantes. Elle reste d’abord sur le mode plaisant et badin, comme le montre un petit poème intitulé Die Verehrer (F 557-560, janvier 1921, p. 27)

« Sie nannten ihn ihren Erzieher.
Er hatte mit ihnen Geduld.
Jedoch eine einzige Schuld
sich selbst nicht vergab und verzieh er.
Er war ihnen allen gewogen.
Sie wollten nicht, daß er schliefe.
Sie schrieben im ihre Briefe.
Er hatte so schlecht sie erzogen. »

9Puis, toujours dans la même numéro, le ton se fait plus véhément, la plainte se mue en imprécation et Kraus voue aux gémonies ces admirateurs qui croient avoir des droits sur lui parce qu’ils l’ont lu et entendu et qui, s’il se dérobe et ne répond pas à leurs avances importunes, se mettent à le haïr et deviennent ses pires ennemis

« […]
Drum wenn ich nur höre von einem Verehrer,
hör’ ich auf und hör nur den Ruhestörer
und erwehre mich derer, die stets ich vermehre
und deren jeder entschlossen doch wäre,
bei mir zu schlafen, zu meinen Ehren,
statt meiner auf meinen Lorebeeren.
Und mag ich nicht was ich gebäre begehren –
sie, die sich in sehrender Sehnsucht verzehren
und das Hehre daher in Haß gleich verkehren,
sie werden wie weiter eiternde Schwären
fortwährend noch mehr hysterisch gären
und, während sie zehrend am Namen sich nähren,
sich über und gegen und durch mich empören
und den Krieg wie vorher mir die Liebe erklären
und sagen, ich soll mich zum Teufel scheren !
Denn ihre Bekehrung ist echt und innig.

War ich der Betörte ? Bin ich der Lehrer ?
Sind sie die Verehrten ? War ich der Verehrer ?
Was immer ich füllte, es bleibt eine Leere.
Und nährt sich das Nichts auch an kosmischer Sphäre,
wird dennoch sein Anspruch an mich nicht verjähren.
Sie zerren mich fort durch ihre Miseren,
um aufbegehrend mein Werk zu erschweren –
Gefährten ? Nein, miserable Hetären,
kehren.
Erinnyen sind es, die mich beehren,
mißratene Huren, gelungene Keren !
Sie stechen mit den mir gestohlenen Speeren
und versperren den Weg mir, mich zu durchqueren.
Und wenn sie nur meinen Namen röhren,
dann werde ich, eh sie selber es wären :
mir abtrünnig ! »
(
Miserere, F 557-560, p. 47-48)

10Et pour ceux qui n’auraient toujours pas compris, on trouve dans le même numéro de la Fackel, cette mise au point sans ambiguïté

« Ich
lese keine Manuskripte und keine Drucksachen,
brauche keine Zeitungsausschnitte,
interessiere mich für keine Zeitschriften,
begehre keine Rezensionsexemplare und versende keine,
bespreche keine Bücher, sondern werfe sie weg,
prüfe keine Talente,
gebe keine Autogramme
[...]
erteile keinen Rat und weiß keinen,
[...] »
(F 557-560, p. 45-46)

11Finalement, il conseille à ceux qui seraient, malgré tout, tentés de lui écrire, de faire l’économie d’un timbre et de verser l’argent ainsi gagné à une oeuvre charitable dont il indique même le nom et l’adresse.

12Il ne s’agit pas d’un mouvement d’humeur passager. On retrouvera cet avertissement, cette fin de non recevoir à l’adresse de ses lecteurs trop empressés, dans de nombreuses livraisons ultérieures de la Fackel, même si le ton en est généralement moins vif.

13Kraus cherche-t-il seulement à se protéger des importuns pour ménager son temps et préserver son œuvre ? En manifestant clairement sa volonté de n’être en aucun cas ce mentor et ce guide qu’on voulait voir en lui à tout prix, ne cherche-t-il pas aussi à marquer nettement les limites du rôle du satiriste ? La satire fait la leçon à son temps en épinglant les petits travers et les grands vices des contemporains, en mettant en évidence les insuffisances des hommes ainsi que des institutions créées par eux : pour cela elle compare leur réalité à leurs prétentions et elle juge par référence à des normes et des lois générales, d’ordre éthique ou esthétique. Mais pour autant, le satiriste ne se sent pas appelé à montrer comment, par quelles voies et quels moyens, on pourrait approcher davantage de cet idéal. Il établit le diagnostic et prononce le jugement, il n’apporte pas le remède. Il est juge, non médecin. N’est-ce pas là une des sources principales du malentendu permanent au sujet des positions politiques de Kraus ? Il pouvait certes se trouver en accord avec un parti pour dénoncer un scandale ou un crime, pour lutter au coude à coude avec lui afin d’y mettre fin et de faire châtier les coupables ; il pouvait aussi devant la menace de l’hitlérisme s’allier au régime du chancelier Dollfuß comme ultime recours. Mais il ne pouvait adhérer inconditionnellement à quelque programme politique que ce fût, prétendant apporter un message salvateur et conduire l’humanité vers un avenir meilleur.

*

14Il suffit de lire attentivement la Fackel pour constater que, de toute évidence, Karl Kraus n’a jamais été tenté sérieusement par le rôle d’éducateur du genre humain ni même par celui, plus modeste, de maître face à des disciples. Volontiers accusateur et juge, il n’avait aucun goût pour les rôles de guérisseur et de guide. Certes, il ne voulait pas prêcher dans le désert, il souhaitait que son action, ses combats, son exemple eussent une influence bénéfique sur ses contemporains, mais il n’avait nul projet éducatif et même, d’une manière générale, ne croyait guère aux vertus de la pédagogie.

15Les problèmes de l’éducation tiennent une place très modeste dans son oeuvre et en particulier dans la Fackel. Pourtant ces questions, les problèmes de la réforme du système éducatif, les nouvelles conceptions en matière de pédagogie, de psychologie de l’enfant, de relations maître-élève étaient sans nul doute parmi les sujets brûlants du débat intellectuel au début du xxe siècle. Dans les pays de langue allemande encore plus qu’ailleurs, ils passionnaient non seulement les spécialistes mais aussi le grand public, les intellectuels et les écrivains et ils donnaient lieu à des affrontements politiques. De cet intense débat d’idées sur les problèmes pédagogiques – comparable à celui qui avait eu lieu à la fin du xviiie siècle – on ne trouve dans la Fackel qu’un écho lointain et singulièrement assourdi et déformé.

16Les articles, les gloses, les poèmes et les aphorismes ainsi que les lettres de lecteurs consacrés à différents aspects de l’éducation, au système scolaire et à ses insuffisances, aux lycées et aux universités ainsi qu’aux scandales qu’on y découvrait ne manquent certes pas dans la revue. Pourtant le nombre de ces textes reste relativement modeste, surtout si on le compare à ceux que la Fackel consacre, par exemple, aux scandales du théâtre, de la presse ou de la justice. Même le mauvais fonctionnement des chemins de fer autrichiens semble, à certain moment, susciter davantage l’indignation de Karl Kraus qu’un système éducatif dont les insuffisances étaient pourtant bien connues et souvent dénoncées dans la presse et dans la littérature de l’époque. En fait, tout se passe comme si ces problèmes n’intéressaient pas vraiment Kraus et comme s’il ne les abordait que poussé par l’actualité, par un de ses collaborateurs ou par des lettres de lecteurs. À cet égard, il y a un indice qui ne trompe pas : à partir du moment où Kraus rédigea seul la Fackel, les questions d’éducation en disparurent rapidement. Les textes dont nous parlons ci-dessous datent exclusivement de la période d’avant-guerre.

*

17Les premières questions abordées dans la Fackel dans cet ordre d’idées concernent l’université. Dans la quatrième livraison (F 4, mai 1899, p.1), on voit apparaître une chronique qui se poursuivra, à des intervalles plus ou moins longs, pendant plusieurs années, généralement sous le titre Universitätsbummel. Cette chronique est consacrée à différents aspects de ce que Kraus appelle la décadence de l’université de Vienne et surtout de sa faculté de médecine. Naguère une des plus prestigieuses d’Europe, elle est aujourd’hui, selon Kraus, incapable d’attirer ou de retenir des savants de renom et de valeur. Les responsables de cet état des choses sont, à l’en croire, les professeurs eux-mêmes et leur scandaleuse pratique du népotisme. Pour pouvoir placer leurs fils, gendres ou neveux (Kraus publie plusieurs listes de professeurs responsables ou bénéficiaires de ces pratiques), ils n’hésitent pas à écarter les talents véritables qui en sont réduits à s’exiler en Suisse ou en Allemagne. Tout aussi scandaleuses sont, aux yeux de la Fackel, les influences politiques et cléricales qui s’exercent lors de l’élection à une chaire vacante, ou les abus du « recrutement local » (cf. par exemple, F 16, septembre 1899, pp. 21-23).

18De ses « flâneries universitaires », la Fackel rapporte encore d’autres sujets de polémique : des professeurs qui profitent du prestige de leur fonction pour prendre position sur des questions politiques et qui, ensuite, s’étonnent et s’indignent si leurs étudiants veulent les juger non sur leur valeur scientifique mais sur leur comportement politique (cf. F 24, novembre 1899, p. 5, à propos du professeur Masaryk de Prague.)

19Il enregistre aussi et commente des mouvements de mécontentement qui se manifestent dans les rangs des étudiants à l’encontre de certains projets de réforme des études ou des examens : en médecine (F 31, février 1900, p. 12-13; F 89, décembre 1901, p. 17) ou en droit (F 199, mars 1906, p. 7) ; il répercute les plaintes d’universitaires sur l’insuffisances des crédits et la vétusté des locaux, sur la lenteur des procédures qui retardent la construction de nouveaux bâtiments et les erreurs de conception qu’on découvre une fois que ces constructions sont terminées. Il se fait l’écho des discussions qui se sont enflammées lorsqu’il a été question de créer un diplôme de doctorat pour les techniciens et les ingénieurs, et qui mettaient en doute la valeur d’un tel titre, notamment par rapport aux doctorats traditionnels des disciplines nobles (F 31, février 1900, p. 12, sq. ; F 49, août 1900, p. 17).

20Sur toutes ces questions, il est rare que Kraus prenne position personnellement quant au fond. Le plus souvent, il se contente de donner la parole à ceux qui protestent ou se plaignent. De toute évidence, ces questions ne le passionnent pas vraiment et il n’a pas d’idées bien arrêtées sur la plupart de ces sujets. Il lui servent surtout à montrer le mauvais fonctionnement d’une société où, à tous les niveaux, dans tous les domaines, même dans celui de la science, règne la corruption, où les considérations de mérite, de compétence, de valeur pèsent de peu de poids devant les intérêts particuliers ou les influences politico-idéologiques. C’est dans le même esprit qu’il ouvre largement les colonnes de sa revue aux pamphlets de H.S. Chamberlain, gendre de Richard Wagner et théoricien bien connu du racisme, qui s’élevait contre les tentatives répétées des milieux catholiques pour influencer les nominations de professeurs dans les universités allemandes (F 87 ; F 89 ; F 90 ; F 91 ; F 92, septembre 1901-janvier 1902). C’est aussi pourquoi, chaque fois qu’il le peut, Kraus personnalise ses attaques et dénonce nommément ceux qu’il considère comme coupables, par exemple le ministre de l’éducation von Hartel (F 111, août 1902, p. 18 sq.).

21Très rapidement pourtant les questions universitaires disparaissent de la Fackel. Après le N° 199 (janvier 1906) le thème n’apparaît plus qu’une seule fois, en relation avec les problèmes littéraires et avec le rôle néfaste de certains professeurs de littérature (F 321, F 393-394 mars 1914). Il en sera de même avec les articles consacrés aux problèmes de l’enseignement primaire et secondaire : leur nombre et leur importance décline constamment. À la veille de la première guerre mondiale, ces questions disparaissent complètement.

*

22C’est dans le N° 9 (juin 1899, pp. 11-14) de la Fackel qu’on voit apparaître pour la première fois un des thèmes favoris du mouvement de réforme pédagogique (Reformpädagogik) de la fin du xixe siècle : la critique du système des examens. Kraus y évoque le triste sort des candidats bacheliers qui se trouvent à la veille d’un examen dont dépendent tant de choses, qui décidera de leur vie entière. Ils s’apprêtent à affronter le « juge d’instruction après huit années de détention préventive » et ils passent leurs journées à réviser, à « bourrer leur crâne d’un bric-à-brac monstrueux de faits et de dates », à « ruminer avec une application stupide leurs connaissances dans les domaines les plus disparates », sans se rendre compte qu’en réalité le résultat de l’examen dépend surtout du hasard et du bon vouloir de l’examinateur. Le sujet revient à plusieurs reprises dans la Fackel, le plus souvent sous la forme de lettres de lecteurs (p.ex. F 45, juin 1900, p. 18; F 108, juillet 1902, p. 10).

23La livraison N° 11 (juillet 1899, pp. 8-16) publie plusieurs opinions de lecteurs sur les méthodes et les objectifs de l’enseignement au lycée, sur les manuels et sur la pression psychologique qui résulte de la pratique de la notation et du classement. En la circonstance, Kraus prête ses colonnes à ses lecteurs, mais ne s’associe pas pour autant à leur campagne ; sur ces problèmes pédagogiques, il ne cherche ni à approfondir sa réflexion, ni à s’engager vraiment.

24À l’occasion de la rentrée scolaire suivante (F 16, septembre 1899, pp. 9-20), Kraus signale qu’il a reçu de nombreuses lettres à propos des problèmes scolaires ; il regrette que l’enquête sur l’enseignement secondaire, entreprise quelque temps auparavant par son collaborateur Robert Scheu, n’ait pas encore abouti ; il constate que le sujet intéresse toujours beaucoup ses lecteurs et affirme qu’il ne peut rien faire de plus que d’évoquer ou de laisser évoquer ces questions « à l’occasion » (gelegentlich). Comment ne pas être frappé par l’indifférence ou la tiédeur de Kraus en la matière, surtout lorsqu’on connaît la promptitude avec laquelle il s’enflamme d’habitude.

25Il tient parole cependant : les problèmes pédagogiques reviennent régulièrement dans la Fackel, parfois sous la forme d’une brève note de Kraus lui-même, le plus souvent cependant par des articles de ses collaborateurs ou des contributions de lecteurs. Les sujets abordés sont, parmi d’autres, les abus d’autorité de certains inspecteurs (F 12, juillet 1899, p. 21), le mépris dont les enseignants ont à souffrir (F 71, mars 1901, p. 13 : Lehrerverfolgung) ou certaines formes abusives de l’enseignement religieux.

26La Fackel s’intéresse aussi aux progrès de l’enseignement technique qui, en dépit de déclarations d’intentions officielles, a beaucoup de mal à s’imposer face aux défenseurs des humanités classiques. Le ministre von Hartel lui-même, qui prétend vouloir développer l’enseignement technique est d’accord au fond avec tous les « rétrogrades autrichiens » (österreichische Rückwärtsler) dont le mot d’ordre est « weniger Realien, mehr Philologie » (F 59, novembre 1900, p. 15). Le cas est intéressant, car il manifeste toute l’ambiguïté de Kraus : il attaque un ministre qui pratique le double langage, qui ne met pas ses actes en conformité avec ses déclarations officielles. Mais, sur le fond, nous savons que Kraus n’est pas loin de partager l’opinion de ces « Rückwärtsler », lui qui est un fervent défenseur des humanités classiques et qui trouve que le latin est la meilleure formation possible pour l’esprit.

27Pour ce qui est des méthodes d’éducation, Kraus manifeste la même position nuancée, parfois ambiguë. Il est bien entendu contre les châtiments, en particulier contre les châtiments corporels et contre toutes les mesures portant atteinte à la dignité et à l’intégrité de la personnalité des élèves. Il s’élève contre des maîtres qui insultent leurs élèves, ce qu’il appelle la Schimpfpädagogik (F 90, décembre 1901, p. 30) et publie une lettre attaquant les pédagogues fanatiques au point de devenir sadiques (F 114, septembre 1902, p. 8). Il consacre plusieurs articles ou notes au cas tragique d’adolescents qui se sont donné la mort à la suite et à cause de réprimandes ou de mauvaises notes obtenues à l’école ( F 74, avril 1901, p. 27; F 83, octobre 1901, p. 25, etc.).

28Mais s’il n’admet pas que les professeurs soient ainsi investis d’un véritable droit de vie et de mort dont ils usent et abusent, il ne prêche à aucun moment le laxisme ou une coupable indulgence. Alors que le mouvement de la Reformpädagogik mettait l’enfant au centre de ses préoccupations (Pädagogik vom Kinde aus) et demandait qu’on évite tout ce qui pouvait le traumatiser, Kraus est toujours partisan d’une pédagogie de l’effort, des notes et de l’examen :

« L’école sans notes a dû être inventée par quelqu’un qui s’était enivré de vin sans alcool » (F 360/363, novembre 1912, p. 21).

  • 9 Ellen Key, Das Jahrhundert des Kindes, S. Fischer, Berlin, 1902, 391 pages (édition originale suédo (...)

29L’opposition de Kraus à cette nouvelle pédagogie qui met l’enfant par-dessus tout s’est manifestée à plusieurs reprises. Lorsqu’une des représentantes les plus en vue de ce courant, l’institutrice féministe suédoise Ellen Key vient faire des conférences à Vienne, Kraus ne la ménage guère : il l’appelle sarcastiquement la « masseuse suédoise » (F 178, mars 1905, p. 1 et sq. ; F 179, avril 1905, p. 13), ce qui, sous sa plume et compte tenu de ce qu’il pense des soi-disant instituts de massage, n’est certes pas un compliment. Dans une livraison ultérieure de la Fackel (F 227, 8 juin 1907, p. 10), Karl Hauer part en guerre contre le mot d’ordre du « siècle de l’enfant », lancé précisément par Ellen Key et qui servait de cri de ralliement aux partisans de la nouvelle éducation9. Hauer montre les dangers et l’hypocrisie de ce culte de l’enfant ; il y voit un signe de plus de la décadence du monde moderne dans le sens de l’infantilisation et de la féminisation. Cet amalgame entre réforme pédagogique et revendications féministes se retrouve sous la plume de Bruno Wolfgang (F 267-268, décembre 1908, p. 44) qui affirme que cette histoire de « siècle de l’enfant est une invention de vieilles filles stériles ». De même, Otto Soyka (F 275, mars 1909, p. 11) dénonce le « sentimentalisme » des nouveaux pédagogues et plaide pour le maintien de l’effort à l’école.

30La Fackel ne fait pas un accueil plus favorable à d’autres thèmes favoris de la nouvelle pédagogie, par exemple à celui de l’éducation sexuelle, qui était aussi un thème littéraire très prisé à l’époque (cf. Wedekind : Frühlings Erwachen). Dans le N° 250 de la revue (avril 1908, p. 16), on trouve un article de Fritz Wittels qui s’élève contre ce curieux mélange de conseils d’hygiène, de pédagogie, de sciences naturelles et de christianisme qu’on propose aux élèves sous l’appellation « éducation sexuelle ». Kraus lui-même déplore cette éducation qui enlève à l’amour tout mystère et toute poésie :

« Une pédagogie qui veut, dès Pâques, préparer la jeunesse avec ménagement au merveilleux cadeau qu’elle recevra (..) à Noël » (F 406-412, octobre 1915, p. 135).

31Il n’est pas davantage du côté de ceux qui critiquent ces internats (Konvikt) où règne une discipline mi-monacale, mi-militaire et dont le résultat est de briser physiquement et moralement les adolescents trop sensibles : thème littéraire abondamment traité à l’époque, par exemple par Hesse, Rilke ou Musil. « Que reproche-t-on donc à ces internats ? » s’interroge Kraus (F 389-390, décembre 1913, p. 36), « La vie est-elle vraiment plus belle dans l’enclos de la liberté où les jeunes gens pratiquent la psychologie mutuelle ? »

32La gauche autrichienne n’a pas non plus trouvé en Kraus un allié dans son combat pour la démocratisation de l’enseignement, pour des réformes de structure et pour une plus grande unité des formations, garante, selon elle, de l’égalité des chances. Au contraire, il publie dans la Fackel deux articles de Viktor Loos prônant la diversification des établissements et la création de nouveaux types de lycées pour que « chaque classe de la population puisse avoir l’école qui lui convient » (F 115, septembre 1902, p. 24 et F 116, septembre 1902, p. 17). Rendant compte (F 100, avril 1902, p. 3) d’un discours du député socialiste Seitz sur les insuffisances de l’école élémentaire, Kraus admet qu’il y a là bien des problèmes, mais conclut qu’en quatre heures de discours le député Seitz n’a rien prouvé sinon son incompétence et ses mauvaises manières.

33Il est clair que l’attitude de Kraus à l’égard des problèmes de pédagogie se caractérise par une grande réserve et comporte beaucoup d’ambiguïtés. D’un côté, la Fackel se fait l’écho des critiques que les pédagogues réformateurs ou les victimes du système adressent à l’école telle qu’elle existe et fonctionne. Mais d’un autre côté, Kraus n’a à aucun moment engagé clairement sa revue dans ce débat aux côtés des réformateurs. Bien au contraire, il s’en est pris souvent aussi aux nouveaux pédagogues et à leurs conceptions trop libérales. Loin de s’y associer il ne pouvait que combattre cette évolution en rappelant l’existence de valeurs et de règles intangibles. Le vrai éducateur, pour Kraus, n’est pas celui qui se penche sur les états d’âme de ses élèves et subordonne tout au libre développement de la personnalité. Il y a pour lui des valeurs qui dépassent l’individu, et le rôle de l’éducateur est d’enseigner le respect de ces valeurs et des règles qui en découlent.

34Trois textes parus dans la Fackel sont significatifs à cet égard. Le premier est une réaction de Kraus à quelques réformes d’inspiration « libérale » qui venaient d’être introduites dans les lycées autrichiens. En le lisant, on comprend mieux la tiédeur et l’ambiguïté que Kraus avait manifestées au cours des années précédentes pour joindre sa voix au choeur de ceux qui critiquaient l’école telle qu’elle fonctionnait :

« Nicht der Stock war abzuschaffen, sondern die Lehrer, die ihn schlecht anwenden. Die neue Gymnasialreform ist, wie alles humanitäre Flickwerk, ein Sieg über die Phantasie. Dieselben Lehrer, die bis nun nicht imstande waren, mit Hilfe des Katalogs zu einem Urteil zu gelangen, werden sich jetzt liebevoll in die Schülerindividualität versenken müssen. Die Humanität hat den Alpdruck der Furcht vor dem "Drankommen" beseitigt, aber das gefahrlose Schülerleben wird unerträglicher sein als das gefährliche. Zwischen vorzüglich und ganz ungenügend lag ein Spielraum für romantische Erlebnisse. Ich möchte den Schweiß um die Trophäen der Kindheit nicht von meiner Erinnerung wischen. Mit dem Stachel ist auch der Sporn dahin. » (F 259-260, 13 Juli 1908, p. 49)

35L’élève qui sera ainsi traité avec tous les ménagements possibles à l’école ne sera plus préparé à affronter les dangers de la vie :

« Der Gymnasiast lebt ehrgeizlos wie ein lächelnder Weltweiser und tritt unvorbereitet in die Streberei des Lebens, die sein Charakter ehedem schadlos antizipiert hatte, wie der geimpfte Körper die Blattern. Er hatte früher alle Gefahren des Lebens bis zum Selbstmord verkostet. Anstatt daß man die Lehrer verjagt, die ihm das Spiel der Gefahren manchmal zum Ernst erwachsen ließen, wird jetzt der Ernst des geruhigen Lebens verordnet. Früher erlebten die Schüler die Schule, jetzt müssen sie sich von ihr bilden lassen. Mit den Schauern ist die Schönheit vertrieben und der junge Geist steht vor der Kalkwand eines protestantischen Himmels. Die Schülerselbstmorde, deren Motiv die Dummheit der Lehrer und Eltern war, werden aufhören, und als einziges legitimes Selbstmordmotiv bleibt die Langeweile zurück. » (ibid. p.49-50)

36Il s’en prend en particulier à ceux qui voudraient réduire la place des langues mortes au lycée, sous prétexte qu’elles n’ont pas d’utilité pratique pour la vie :

« Eine Gymnasialreform, die auf die Abschaffung der toten Sprache mit der Begründung hinarbeitet, man brauche sie eben nicht fürs Leben, ist lächerlich. Brauchte man sie fürs Leben, so müßte man sie eher abschaffen. [...] Die Schule dient nicht der Anhäufung praktischen Wissens. Aber Mathematik reinigt die Gehirnbahnen, und wenn man Jahreszahlen büffeln muß, die man nach dem Austritt sogleich vergißt, so tut man trotzdem nichts Unnützes. » (ibid. pp. 48-49)

37de surcroît, explique-t-il, le latin est le meilleur moyen pour pallier les graves insuffisances de l’enseignement de l’allemand

« Wer gute deutsche Aufsätze macht, wird in der Regel ein Kommis. Wer schlechte macht und dafür im Lateinischen besteht, wird wahrscheinlich ein Schriftsteller. »(ibid., p.49)

38Les mêmes thèmes apparaissent quelques années plus tard à propos d’une polémique née à l’université de Vienne sur la succession dans la chaire du germaniste Minor. Raillant les protagonistes qui se sont passionnés pour cette querelle comme si l’avenir de la culture en dépendait, Kraus les renvoie dos-à-dos en affirmant

« daß das wahre Studium bis zur Matura reicht und an den Brüsten der Alma mater aufhört. Daß es durch die Charaktermassage des Gymnasialunterrichts besorgt und durch die Wissenschaft vernachlässigt wird. Daß der ödeste Formelkram des Mittelschullebens besser zum Leben hilft als der Geist der Hochschulfreiheit zur Freiheit. Daß Mathematik wichtiger für die Literatur ist als Literaturgeschichte. Daß man Deutsch durch Latein besser lernt als durch Deutsch. Und daß es ganz egal ist, welchen Literaturprofessor die Deutschlehrer an den Mittelschulen gehört haben. » (F 393-394, mars 1914, p. 21).

39À l’occasion de cette polémique sur la succession de Minor, Kraus réaffirme ainsi une conviction qui est aux antipodes des conceptions à la mode, une conception plus proche de l’idéal éducatif d’un Guillaume de Humboldt que de celui des pédagogues « réformateurs » de son temps : à savoir que seule une sévère discipline de l’esprit est formatrice. Grâce à la rigueur des règles qu’ils forcent l’élève à apprendre et à appliquer, les mathématiques et le latin sont les deux disciplines les plus aptes à donner aux élèves cette formation de l’esprit qui est le véritable but de l’éducation. Par rapport au texte de 1908, on constate la parfaite continuité dans la pensée de Kraus et aussi que, de toute évidence, le relâchement de la discipline et de l’effort qu’il avait craint pour le lycée n’a pas eu lieu.

40Le troisième de ces textes est un poème consacré à l’un de ses vieux maîtres : An einen alten Lehrer (F 423-425, mai 1916, p. 39)

« [...]
Von strenger Milde war dieser Unterricht.
Du guter Lehrer hattest den Schüler gern.
Doch näher deinem reinen Herzen
Lag wohl das Wohl eines armen Wortes.

Latein und Deutsch : du hattest sie mir beigebracht.
Doch dank ich Deutsch dir, weil ich Latein gelernt.
Wie wurde deutsch mir, als ich deinen
Lieben Ovid lesen konnte!
[…]
Ich sehe dich, wie du mit der feinen Hand
Die Stirn dir streichst, die sorgende, als ob du
Ein krankes Wort betreuen müßtest  —
Heilige Pflicht vor profanen Zeugen. »

41Dans ce portrait attendri, on retrouve la même conception d’un enseignement qui, au-delà de tout utilitarisme et de tout sentimentalisme, s’attache à la transmission des vraies valeurs et met l’accent sur la formation des esprits par l’entraînement au respect de règles abstraites et contraignantes, notamment celles de la langue. C’est sans doute aussi le portrait du maître idéal selon Kraus, celui qu’il aurait aimé être s’il s’était jamais senti la moindre vocation pédagogique et s’il ne lui avait pas manqué précisément cette indulgence et cette patience qui permettent de tempérer un zèle pédagogique trop vif. Kraus a toujours été trop soucieux de la bonne santé de la langue pour s’intéresser vraiment à la psychologie de ceux qui la maltraitaient.

*

42Comment expliquer alors que Kraus, qui a toujours refusé avec autant de détermination et de constance le rôle d’éducateur et qui affichait parfois à l’égard de ses disciples un tel mépris, ait pu exercer sur ses lecteurs et ses auditeurs une influence aussi profonde et durable ? Il n’est peut-être pas inutile de revenir aux témoignages de ses disciples pour mieux cerner la nature de la fascination qu’il exerçait.

  • 10 Heinrich Fischer, Karl Kraus und die Jugend. Conférence tenue le 29 avril 1934 à Vienne, parue en p (...)

43Dans un texte de 1934, Heinrich Fischer10, à l’occasion du soixantième anniversaire de Karl Kraus, analyse la nature des rapports entre le polémiste et la jeunesse :

« Quelle transfiguration, quelle félicité, quelle fièvre pour le jeune homme de vingt ans lisant la Fackel pour la première fois, entendant pour la première fois Karl Kraus dans une de ses lectures publiques ».

44S’interrogeant sur cette passion suscitée par Kraus, Fischer pense qu’elle était due au plaisir de voir à l’oeuvre un grand « démolisseur », ainsi qu’un acteur et un artiste de talent. Mais elle était causée aussi par la force de persuasion qui émane d’un grand moraliste. Le jeune homme trouve en Kraus un modèle de liberté d’esprit, de lutte contre toutes les conventions et toutes les phraséologies, de gauche comme de droite. Mais, poursuit Fischer, cette admiration sans bornes des adorateurs de Kraus doit mûrir et se décanter. Il faut, pour cela, des années. Beaucoup ne franchissent pas ce cap difficile : ils trahissent leur jeunesse, d’une manière ou d’une autre, acceptent des compromis avec leur idéal ou se tournent contre celui qui a été leur idole, brûlant ce qu’ils ont adoré. Mais pour ceux qui ont victorieusement surmonté l’épreuve du temps, Karl Kraus devient pour toujours l’exemple que chacun doit suivre pour mener son propre combat avec ses propres moyens et dans les limites de ses propres possibilités. Il ne cherchera alors plus à singer son modèle, mais à trouver en celui-ci la force nécessaire pour s’accomplir soi-même et pour agir sur le monde. Kraus apparaît ainsi non comme un éducateur mais comme l’exemple vivant d’un grand combattant.

  • 11 Elias Canetti, Die Fackel im Ohr. Lebensgeschichte 1921-1931, Hanser Verlag, München-Wien, 1980.

45L’analyse qu’Elias Canetti, qui fut pendant un temps parmi les disciples les plus fervents de Kraus, fait de ses rapports avec celui-ci n’est pas très éloignée de celle de Fischer11. Canetti a d’abord entendu parler de Kraus par des amis :

  • 12 Elias Canetti, op. cit. p. 78.

« C’est, me disait-on, l’homme le plus sévère et le plus éminent qui vit aujourd’hui à Vienne. Personne ne trouve grâce à ses yeux. Dans ses lectures publiques, il attaque tout ce qui est mauvais et corrompu » [...] « Il est à la fois accusateur et juge. Point de défenseur, ce serait inutile, car il est si juste que nul n’est accusé s’il ne le mérite pas. Il ne se trompe jamais, il est tout simplement incapable de se tromper. »12

  • 13 ibid. p. 83-84.
  • 14 ibid. p. 145.

46Canetti décrit ensuite comment, malgré son scepticisme initial, malgré la déception qu’il éprouve à la lecture de la Fackel, il se rend à une séance de lecture et découvre le public de Kraus, un public tout acquis d’avance et qui réagit à toutes les allusions du texte de Kraus par un rire « fanatique et enthousiaste, satisfait et menaçant à la fois […] un rire affamé ».13 Canetti succombe au charme à son tour et devient un fidèle auditeur : à chaque séance de lecture, il est « ébranlé et bouleversé » et applaudit « jusqu’à ce que les mains lui fassent mal » en criant « Vive Kraus »14.

47L’influence de Kraus sur son jeune admirateur prend les allures d’une véritable possession. Lorsqu’à l’invitation de la femme qu’il aime Canetti prend en main un livre que Kraus avait condamné (Heine !), il ressent ce geste comme un sacrilège, la violation d’un tabou. Mais comme Fischer et d’autres, Canetti a senti le danger :

  • 15 ibid. p. 298.

« Depuis quatre ans sous l’influence de Karl Kraus, j’étais plein de ses mépris et de ses malédictions, je ne tolérais rien qui fût déterminé par l’égoïsme, l’avidité et la négligence. Tous les objets de malédiction étaient prescrits par Kraus ... C’était une vie intellectuelle stérilisée que l’on menait à Vienne »15.

48Il a fallu à Canetti un séjour à Berlin pour pouvoir prendre ses distances et mettre fin à l’envoûtement.

49Le type de relations qu’on découvre dans ces deux témoignages peut difficilement être qualifié de relation pédagogique. Il s’agit plutôt, en apparence, d’une forme de possession à laquelle il était difficile d’échapper. Pourtant tous ceux qui ont éprouvé cette admiration passionnée et exclusive pour Karl Kraus et qui ont su se soustraire à son influence s’accordent pour dire que cette expérience a été un des faits les plus importants et les plus formateurs de leur existence. Ils ont pu assister au spectacle d’un homme qui, inlassablement s’est battu, seul, contre toutes les formes de la « barbarie moderne » et qui a mené une « guerre de Trente ans contre les forces intellectuelles et morales de cette bourgeoisie » (F 777, janvier 1928, p. 6) et cet exemple ne sera jamais perdu.

50Kraus n’a jamais voulu être un éducateur. Pour envisager d’éduquer ses semblables il faut avoir ne serait-ce qu’un soupçon d’espoir en la possibilité de détourner la catastrophe menaçante. Karl Kraus n’avait aucun espoir. Mais il n’a jamais cessé de défendre les valeurs auxquelles il croyait, et le spectacle d’un homme qui lutte sans le moindre espoir de vaincre est plus efficace que toutes les leçons.

« […] Nur mein Vollbringen sei das Vorbild, nicht mein Werk »
(Nach dreißig Jahren, F 810, Ende Mai 1929, p.12)

51En tenant sans défaillance son rôle de juge impitoyable et incorruptible, de « dernier des justes », Kraus, cet anti-pédagogue par excellence, a été un grand éducateur malgré lui.

Annexes

Karl Kraus als Erzieher

Die 1913 von K.B. Heinrich im Brenner veröffentlichte Studie « Karl Kraus als Erzieher » ist ein Beispiel unter zahllosen anderen, in denen sich die bedingungslose Gefolgschaft der oft jugendlichen Anhänger und Schüler Kraus’ dithyrambisch manifestierte. Kraus selbst hat diese Rolle des Lehrers, des geistigen und moralischen Erziehers und Führers nie auf sich nehmen wollen und oft verärgert oder zornig auf die Annäherungsversuche seiner selbsternannten « Schüler » reagiert. Der Grund dafür liegt nicht nur in dem Willen, sich selbst und sein Werk vor zeitraubenden und lästigen Ansprüchen von außen zu schützen, sondern in der bewußten Ablehnung eines pädagogischen Verhältnisses zu seinen Lesern und Hörern.

Durchsucht man die Fackel nach Texten, die ausdrücklich Problemen der Erziehung gewidmet sind, ist man zunächst erstaunt über den geringen Raum, den diese Fragen darin einnehmen (dies in einer Zeit, wo Literatur und Presse davon beherrscht waren). Gewiß kommt es vor, daß in der Fackel Mißstände oder Skandale im Bereich des Schul- und Hochschulwesens denunziert werden (Vetternwirtschaft an der Universität Wien, Schimpf- und Prügelpädagogik, die Belastung der Schüler durch das Noten- und Prüfungssystem, Schülerselbstmorde). Aber diese Themen werden nur selten von Kraus selbst aufgegriffen, meistens läßt er seinen Mitarbeitern und Lesern das Wort.

Man ist betroffen von der ambivalenten Haltung Kraus’ in diesem Bereich, denn genau so scharf geht er mit den Vertretern der Reformpädagogik ins Gericht, die unter dem Schlagwort Das Jahrhundert des Kindes (Ellen Key) für eine Pädagogik « vom Kinde aus » eintreten. Eine « Schule ohne Noten » war für ihn ein Unding, die gesamte Bewegung nur eine Erscheinung des verhaßten Liberalismus. Wie ein guter Lehrer auszusehen hat, geht aus dem Porträt hervor, das er von seinem alten Lateinlehrer entwirft (An einen alten Lehrer)

Wenn Kraus eine ganze Generation geprägt hat, so war es nicht durch seine Lehre, sondern durch das Vorbild, das er gegeben hat, durch sein gesamtes Leben und Werk, die eine untrennbare Einheit bilden. Weder als Lehrer noch als Arzt seiner Zeit, sondern als unbestechlicher Richter war dieser Anti-Pädagoge ein großer Erzieher wider Willen.

Karl Kraus as a pedagogue.

Numerous witnesses quote the real fascination that Karl Kraus exerted upon his readers and listeners, particularly youths. In spite of Kraus, a sort of community surrounded him, made up of unconditional disciples to whom he was the supreme reference, the spiritual and moral guide. But Kraus seems to have never been willing to take upon himself this role of spiritual leader. If he reacted with annoyance, sometimes even violently, against the importunate claims of his disciples, it was not only to protect himself as well as his work, but also because of a conscious refusal to allow a pedagogical type of relations between himself and his public.

When one goes through the texts in Die Fackel dealing with the problems of education, one is at first struck by the little space granted them, whereas these questions were then in the limelight. Indeed, the magazine happens to condemn the scandals about these questions (for example, nepotism prevailing in the University of Vienna, masters resorting to corporal punishments, evil consequences of the system of grades and examinations, young people’s suicides). But that is not Kraus’s favorite battleground; he mostly leaves it to his readers and collaborators. Besides, Die Fackel is not more indulgent towards pedagogical innovators who, with the slogan « the child’s century » (Ellen Key) want to reform education from top to bottom. He could see nothing there but laxism, feminisation, in a word, various forms of hateful liberalism. Kraus’s pedagogical ideal shows through the portrait he draws of his former Latin teacher : fond of his pupils, indeed, but more intent on their not mistreating the language he was teaching them.

Kraus never felt a pedagogical vocation ; he no doubt did not believe it possible to educate Mankind. He left his mark upon a whole generation not by his teachings, but through the example he showed throughout his work and his life, indissolubly linked. Neither an educator nor a healer for his time, this anti-pedagogue, the last of the righteous, has been a great educator in spite of himself by being an incorruptible and pitiless judge.

Notes

1 Eugène Susini, "Karl Kraus et nous", in : Karl Kraus, L’Herne N°28, sous la direction d’Eliane Kaufholz Paris, 1975, p. 183.

2 Friedrich Torberg, in : Karl Kraus, L’Herne, op. cit. p. 193.

3 ibid. p. 194.

4 Cf. les nombreux témoignages réunis par Eliane Kaufholz dans le Cahier de l’Herne cité ci-dessus.

5 Ferdinand Ebner, in : L’Herne, op. cit. p. 207.

6 Karl Borromäus Heinrich, "Karl Kraus als Erzieher", in : Der Brenner, III. Jahr, N°9, 1er février 1913, pp. 373-385.

7 Non seulement le titre de l’article de K.B. Heinrich, mais encore toute sa critique du temps présent fait penser au livre de Julius Langbehn, Rembrandt als Erzieher. Mais Langbehn voyait le salut dans une "nordification" de la culture allemande et se proposait lui-même comme guide sur cette voie.

8 Georg Trakl, cité d’après G. Stieg, "Karl Kraus et Georg Trakl", in : L’Herne, op. cit. p. 253.

9 Ellen Key, Das Jahrhundert des Kindes, S. Fischer, Berlin, 1902, 391 pages (édition originale suédoise, Stockholm, 1900).

10 Heinrich Fischer, Karl Kraus und die Jugend. Conférence tenue le 29 avril 1934 à Vienne, parue en plaquette aux éditions Richard Lanyi, Vienne, 1934, 22 pages.

11 Elias Canetti, Die Fackel im Ohr. Lebensgeschichte 1921-1931, Hanser Verlag, München-Wien, 1980.

12 Elias Canetti, op. cit. p. 78.

13 ibid. p. 83-84.

14 ibid. p. 145.

15 ibid. p. 298.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr