Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Karl Kraus et son temps

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gerald Stieg

3. Le polémiste

Karl Kraus, le juge suprême de la vie intellectuelle – une stratégie

Michael Pollak

Texte intégral

« Dans l'enfer de la littérature judéo-allemande, Kraus est le grand vigile, le grand castigateur et c'est là son mérite. Il n'oublie qu'une chose, c'est que lui-même a toute sa place dans cet enfer parmi ceux qu'il faut châtier ».

1De tous les commentaires faits sur Kraus, cette phrase prononcée par Franz Kafka me semble particulièrement intéressante dans la mesure où elle rompt à la fois avec l'admiration absolue des inconditionnels de Kraus et avec la critique amère qui réduit celui-ci au statut d'un polémiste faisant de la critique pour le plaisir de la critique. En effet, la position que Karl Kraus a occupée dans le champ intellectuel viennois est unique, tout comme le sont les réactions passionnées qu'il a suscitées de son vivant et qu'il continue de susciter. Tout se passe comme si même les commentateurs actuels, tout comme les contemporains de Kraus, ressentaient un besoin de justifier leurs propres choix et compromis en face d'une instance morale. Dans son jugement nuancé, Kafka invite à échapper à cette règle. Il reconnaît les mérites de Kraus. En même temps, il le renvoie à sa place « parmi ceux qu'il faut châtier ». En un mot, Kafka, qui avait été lui-même obsédé par la question du succès littéraire et qui a fait l'expérience de rêves de domination et de l'angoisse que provoque le rapport avec le public, suggère à Kraus de faire l'analyse sociologique de sa propre position au sein du monde littéraire. Je vais essayer de relever ce défi et d'esquisser la stratégie sociale et intellectuelle qui sous-tend l'oeuvre de Kraus.

2Pour comprendre Kraus, il ne suffit pas d'avoir à l'esprit les jugements qu'il avait émis sur tel ou tel autre de ses concurrents littéraires, faisant ainsi une véritable oeuvre de classement du monde intellectuel viennois. Tout autant faut-il comprendre comment Kraus s'est lui-même placé dans le champ intellectuel viennois. Car il n'a pu jouer son rôle de juge suprême de la vie intellectuelle qu'après avoir consenti de nombreux investissements préalables à sa métamorphose d'un littérateur-journaliste, qu'il avait été au début de sa carrière, en instance suprême de jugement moral infaillible.

3Je voudrais mettre au centre de mon intervention le travail de construction de cette identité sociale que Kraus a réussi à se procurer et à faire admettre par son public. Par cette approche, je ne voudrais nullement suggérer que le cheminement de Kraus corresponde à une stratégie planifiée et conçue d'avance. Mais son ascension au rôle d'une instance morale est à relier à sa volonté et à son obstination de pouvoir un jour se proclamer maître de la vie culturelle sans autre garant que soi-même.

4Pour développer la thèse de cette construction d'une identité spécifique, celle d'une instance infaillible de jugement, je vais me concentrer sur la période qui va jusqu'à la première guerre mondiale et qui correspond dans la trajectoire de Kraus à la constitution progressive de sa renommée et d'un public fidèle. Mais avant de me consacrer à la trajectoire de Kraus, il faut le replacer rapidement dans le contexte d'un moment crucial du développement de la littérature viennoise. À partir des années 1880, la croissance d'un public cultivé de lecteurs a pu nourrir des espoirs d'indépendance et d'autonomie des écrivains. Pour la première fois, ils pouvaient envisager d'échapper aux conditions d'un marché marqué par l'absence de maisons d'éditions locales et par l'importance de la presse comme instance de consécration, notamment par le biais des « feuilletons » et des suppléments artistiques hebdomadaires. Dans ce contexte, la rupture ostentatoire de Kraus avec son milieu apparaît parmi toutes les stratégies possibles comme un coup hautement risqué et donc relativement peu probable, mais qui devait se révéler comme d'autant plus rentable. En effet, cette rupture est au fondement de sa renommée et de son crédit moral, et donc d'une crédibilité peu commune, qui fait que l'ostracisme et tous les petits actes de discrimination qui ont pu frapper Kraus se sont toujours transformés, aux yeux de ses admirateurs, en signes du bien-fondé de ses luttes et de ses prises de position.

5Je vais donc partir de cette rupture, en quelque sorte l'acte fondateur de son rôle de juge moral. Il s'agit des pamphlets La Littérature démolie et Une couronne pour Sion. Par la suite, je voudrais montrer que Kraus doit sa réputation moins à un message destiné à influencer l'évolution sociale, qu'à l'effet extraordinaire qu'il a eu dans les conflits entre intellectuels. Vivant les contradictions intellectuelles à un point extrêmement aigu, il s'est principalement consacré à la critique interne de son milieu. Mais, comme le montre si bien son essai sur Johann Nepomuk Nestroy, publié en 1912, il conçoit cette critique d'abord comme un instrument de moralisation de la vie intellectuelle et artistique. Le terme de moralisation utilisé ici se réfère à la purification du style et à l'exigence d'honnêteté absolue érigée en valeur fondamentale du rôle social de l'artiste. Selon Kraus, cette valeur est une des conditions d'un art apte à remplir la fonction qui lui incombe, à savoir celle du gardien des valeurs éternelles de l'humanité.

6Tout dans la jeunesse et au début de la carrière de Karl Kraus le prédéterminait à devenir ce qui plus tard allait être sa cible préférée : un littérateur journaliste des cafés viennois. Dès ses dernières années de lycée, il fréquente avec son ami Hugo von Hofmannsthal les cafés littéraires, surtout le café Griensteidl, et il excelle dans le genre du feuilleton, dans lequel on essaie, à partir d'événements anodins, de communiquer du sens commun enrichi d'images philosophiques « profondes », le tout emballé dans un style brillant. Dès avant l'âge de vingt ans, il disposa d'une colonne régulière dans le magazine mondain Le Rendez-vous. Quand il commence à fréquenter l'association Freie Bühne, Vereinigung für moderne Literatur d'où émergera le groupe plus restreint connu sous le nom Jung Wien, Kraus partage les frustrations et les insatisfactions de presque tous les membres, nées de la contradiction que vivent ceux qui prétendent à une position d'écrivain tout en détestant les contraintes qu'elle implique en termes de dépendances financières, voire de compromissions.

7Dans ce milieu, Kraus occupe une position assez particulière. Issu, comme la quasi-totalité de ses pairs, de la bourgeoisie juive, Kraus reste, à cause de la date tardive d'arrivée de sa famille à Vienne (1877), un peu en marge de la haute société viennoise. Mais malgré cette relative marginalité sociale dans la haute société, il a acquis très jeune une notoriété peu commune de feuilletoniste mondain, et ceci surtout grâce à son humour souvent assez piquant à l'égard de cette haute société. Dans sa première grande satire La Littérature démolie, publiée en 1897, il applique ce même ton agressif et dénonciateur à ses pairs les plus proches. Appliqué aux couches dominantes de la société viennoise, ce ton a pu provoquer adhésion et applaudissements de la part des artistes et écrivains. Il n'en est plus de même quand ils en sont la cible.

8Dans la mesure où l'identité gagne en contours dans la différenciation, on peut essayer de retrouver dans la critique que Kraus fait de ses concurrents les plus proches l'idée qu'il se fait de lui-même et la conception de l'art qu'il propose, et ceci bien qu'il ne parle à aucun moment de ses propres projets. Premièrement, Kraus ne se trompe pas d'adversaire. Certes, il consacre quelques passages à tous les habitués du café Griensteidl, mais ces passages sont d'autant plus développés et incisifs qu'ils s'adressent à ceux que Kraus prend au sérieux en tant que concurrents directs sur le devant de la scène viennoise. Bien avant leur reconnaissance définitive, on trouve ainsi au centre de ses attaques ceux qui forment le noyau dur du groupe Jung Wien et qui connaîtront par la suite le plus de succès : Bahr, Schnitzler, Hofmannsthal, Andrian, Salten, Beer-Hofmann. Deuxièmement, les arguments que Kraus développe dénoncent ses adversaires, mais ils dévoilent aussi ses propres ressentiments issus de cette disparité mentionnée plus haut entre sa relative marginalité sociale dans la haute société viennoise et sa grande notoriété de feuilletoniste prématuré. La violence de sa critique est fonction d'une part de la distance qui le sépare de son concurrent dans la structure de la société viennoise et d'autre part de sa proximité dans le champ littéraire. Il n'est pas exagéré de dire qu'en attaquant violemment ses adversaires les plus directs, Kraus vise à défendre sa position acquise, en même temps qu'à surmonter d'une façon viscérale ses ressentiments de dominé souffrant d'une exclusion sociale relative. Cet acte libératoire lui permettra plus tard de se mettre effectivement à l'écart de son milieu et de revendiquer un rôle qui trouve sa plus forte légitimation en termes moraux.

9Suivons rapidement la façon dont Kraus traite ses adversaires : parlant de Hofmannsthal et de Andrian, avec lesquels il partage l'âge et les ambitions, mais qui appartiennent de plein droit à la bonne société viennoise, Kraus met en avant leur position sociale et en déduit directement le caractère décadent de leur écriture. Notons tout de suite que, contrairement à Kraus, ces deux jeunes, disposant d'importants soutiens familiaux, peuvent se concentrer et se concentrent effectivement sur les genres littéraires les plus nobles (poésie, théâtre, roman) et ne semblent pas ressentir le besoin de passer par le feuilleton et le journalisme au début de leur carrière d'écrivains. Ils sont aussi les seuls Viennois à trouver une certaine reconnaissance aux yeux de Stefan George. A leur adresse, Kraus écrit :

« Il est touchant de voir comment des poètes aristocratiques, dont la noblesse a déjà connu plusieurs dégénérescences, franchissent les différences sociales et communiquent sans fierté avec les parvenus de la décadence ».

10Il met au même niveau de sensiblerie décadente le retour aux origines culturelles juives qu'entreprennent certains poètes tels que Beer-Hofmann en réponse à l'antisémitisme montant. L'argumentation de Kraus change quand il s'adresse aux écrivains engagés dans le même genre littéraire que lui-même, le feuilleton et la critique culturelle et littéraire (Bahr, Salten). La polémique de Kraus vise alors moins ce qu'ils sont socialement (en termes d'origine et d'appartenance sociale), que ce qu'ils font. Il dit par exemple sur Bahr qu'il donne

« à des faits incontrôlables l'apparence du vécu ... Il s'agit d'un fichier qu'il ne maîtrise pas, mais qui le maîtrise ».

11On peut lire de la même manière sa polémique contre Herzl dans Une couronne pour Sion, publiée une année seulement après La Littérature démolie. Tout comme Kraus, Herzl est originaire d'une famille juive d'immigration récente à Vienne. Il partage avec Kraus un sentiment d'exclusion de la haute société qu'il met en scène dans ses pièces de théâtre. Mais contrairement à Kraus, il accepte les compromis et compromissions liés à sa position de premier feuilletoniste de la Neue Freie Presse, un poste que Karl Kraus lui-même avait brigué quelques années auparavant. À partir d'une position sociale très proche de celle de Kraus, marquée par la dissonance que provoque la contradiction entre relative marginalité sociale et grande notoriété journalistique, Herzl fait des choix diamétralement opposés à ceux que préconise Kraus. Herzl opte pour une sorte de double stratégie qui consiste à mener séparément une vie de militant politique et une autre de journaliste conformiste, abandonnant du coup les ambitions de créer une oeuvre littéraire. La violence des propos de Kraus à son égard est alors proportionnelle à son besoin de distanciation. A un moment, il dit sur Herzl ce qu'il pourrait dire sur lui-même :

« Certains hommes ressentent une inquiétude face à la paresse qui règne dans leur environnement social ; ces natures sensibles sont blasées des succès prématurés dont leur talent et la chance les ont abreuvées. Ils ont besoin d'un sens nouveau et plus sérieux pour leur vie ».

12Kraus se permet d'ironiser sur Herzl, mais quel est le sens nouveau et plus sérieux qu'il veut donner à l'époque à sa propre vie ? Quelle est la conception littéraire que Kraus oppose dans ces deux pamphlets à ceux qui « espèrent pouvoir mener une vie artistique toute entière nourrie de quelques impressions viennoises », et « qui détournent des luttes intellectuelles de notre temps » ? Cherchons les passages dans ses deux polémiques qui se réfèrent à la conception littéraire que Kraus défend à la fin du siècle :

« Le mouvement moderne qui est parti du Nord, il y a une dizaine d'années, n'a provoqué ici que quelques transformations purement techniques. Notre jeune art n'a pas subi dans ses contenus les influences d'un nouveau style qui a intégré parmi ses thèmes les problèmes sociaux ».

13à travers la polémique personnelle, Kraus pose donc le problème de la fonction sociale de l'art. à un moment où, après l'échec du libéralisme et de la bourgeoisie, la littérature autrichienne se tourne vers la découverte de l'intérieur, inventant de nouvelles formes (tel le monologue intérieur) et faisant de la condition psychologique de l'artiste son thème privilégié, Kraus reste attaché au naturalisme (celui de Gerhart Hauptmann) et à une littérature socialement engagée. Mais l'analyse de sa rhétorique – en fonction de la distance sociale de ses concurrents d'un côté, de leur proximité dans le champ littéraire de l'autre – nous suggère des conclusions plus précises. Le « faux » dans la littérature viennoise décadente provient, à ses yeux, d'un mélange entre aristocratie et bourgeoisie qui brouille les frontières sociales et, indirectement, les enjeux politiques et intellectuels. Politiquement, l'assimilation de la bourgeoisie à l'aristocratie a mené à l'abandon de réformes démocratiques et sociales, ce qui se traduit dans la production littéraire par la psychologisation et une « fausse sensiblerie ». Ceux que leur position et leur visibilité destineraient plus particulièrement à se saisir des vrais problèmes, les feuilletonistes, manquent à leur devoir parce qu'ils acceptent les contraintes que font peser sur eux les forces économiques qui déterminent les moyens de communication.

14Dans ce contexte, le projet sioniste de Herzl, qu'il mène au début quasi clandestinement à côté de sa vie de grand journaliste, n'est, aux yeux de Kraus, rien d'autre qu'une sorte d'auto-exclusion à laquelle aboutit l'intériorisation de problèmes politiques et sociaux. En prenant partie dans ces deux polémiques contre l'assimilation entre aristocratie et bourgeoisie et pour le naturalisme et, à la fin de Une Couronne pour Sion, pour la social-démocratie, Kraus adhère à une conception qui semble vouloir sauver, à contre-courant, l'héritage politique et culturel du libéralisme. En effet, la social-démocratie autrichienne représente à la fin du siècle cet héritage libéré de ses préjugés et de ses égoïsmes traditionnels. Les premières années de sa revue Die Fackel confirment assez largement cette analyse. Visant un public, certes cultivé mais large, Kraus consacre sa lutte à la corruption dans le monde littéraire et du spectacle, mais aussi dans les domaines politique, judiciaire et économique. Il y perfectionne le genre de la presse satirique qui a une tradition bien établie à Vienne.

15C'est à cause de la relative insensibilité aux questions purement artistiques, mais de manière assez paradoxale tout autant à cause de l'engagement social-démocrate en faveur d'une liberté d'expression et de l'abolition de la censure, revendication que Kraus juge abstraite, qu'il prend, à partir des premières années du nouveau siècle, ses distances par rapport à la social-démocratie et plus généralement par rapport à la politique. Car loin d'attribuer, dans la tradition des lumières et de l'optimisme de progrès propres au XIXe siècle, à la liberté d'expression des effets automatiquement positifs, Kraus s'intéresse très vite aux problèmes que posent les moyens de communication qui orientent la circulation des idées et qui créent l'opinion publique en même temps que les événements. Pour Kraus, la revendication d'une liberté d'expression n'a de sens que si elle est assortie d'une réflexion sur les circuits de diffusion qui orientent subtilement le travail des créateurs, au moyen de l'auto-censure notamment. À cela s'ajoute un autre problème, également développé dans les articles de la Fackel : celui de la réception et indirectement des caractéristiques du public et de sa capacité de compréhension des oeuvres. Ainsi Kraus dit :

« Si le poète est sincère avec son oeuvre ... il ferait parfois mieux de la protéger du public. Il produira alors un tirage limité et privé et attendra plein de confiance le temps où il sera possible qu'une oeuvre spirituelle puisse être reçue spirituellement ».

16Dorénavant les arguments que développe Kraus dans ses critiques sont d'un caractère essentiellement sociologique, dans la mesure où il combine très souvent une critique de l'oeuvre avec celle des conditions de sa production, de sa diffusion et de sa réception. Des réflexions sur les contraintes qui pèsent sur la création et la distribution, et sur la maturité du public guident les polémiques que Kraus dirige contre ses adversaires tout autant que ses efforts qui visent à faire coïncider l'idée qu'il se fait d'un art véritable et véridique, avec son système de distribution et son public.

17À cet égard, son essai sur Nestroy est extrêmement éclairant et marque une étape importante dans sa pensée. Il y prend sa distance par rapport aux traditions libérales optimistes. Il y propose la satire comme mode d'expression particulièrement adapté aux problèmes de l'époque, et il y opère une rupture avec le naturalisme qui avait pris la pertinence sociale du message de l'oeuvre comme un des critères importants de tout jugement esthétique. En même temps, il se rapproche de conceptions élitistes qui voient dans l'art l'incarnation de valeurs absolues et éternelles :

« L'artiste de satires se trouve à la fin d'une évolution qui se refuse à l'art. Il en est le produit et le contraire désespéré. Il organise la fuite de l'esprit devant l'humanité, il se concentre sur le retour. Derrière lui le déluge ».

18Afin d'organiser cette fuite de l'esprit, ou plutôt afin de le défendre et de le protéger, le travail de Kraus prend deux directions. Premièrement, il invente d'innombrables instruments de polémiques, allant de la technique du collage au procès judiciaire, en passant par le lancement de faux manifestes ayant pour objectif de dénoncer les grands signataires de tous les manifestes, et aussi le silence, son arme peut-être la plus efficace. Il se prête à une véritable sociologie en acte des intellectuels. Or l'efficacité de ces actions tient à un lien de fidélité infaillible entre lui-même et son public, qu'il cherche à établir de plus en plus consciemment à partir de 1910, à l'occasion notamment de ses conférences publiques. Il cherche à y créer l'adhésion infaillible d'un public qui a la vocation de comprendre et de transmettre son message. C'est grâce à la fidélité de ce public restreint qu'il peut s'arroger le rôle d'un juge de tous les autres et de l'exercer effectivement avec un haut degré de crédibilité. C'est ainsi que Kraus peut réaliser le plus parfaitement le rêve de l'autonomie de l'artiste qu'il partage avec toute sa génération et qui consiste à vouloir devenir créateur, interprète et seul critique légitime de sa propre création. Comme le suggère Franz Kafka, le mérite de Karl Kraus, le fait d'avoir été « le grand vigile, le grand castigateur » de ses pairs, ne place nullement Kraus hors champ. Expulsé du champ, Kraus est encore à sa manière propulsé par les forces de ce champ. Mais une fois imposée sa position spécifique et unique, il en exercera durant sa vie pleinement les prérogatives.

19Par l'acte fondateur de son rôle spécifique dans la vie intellectuelle viennoise, Kraus a pleinement participé à une transformation profonde du champ littéraire viennois, et ceci malgré toutes les polémiques avec lesquelles il marque sa séparation avec ses pairs. Par une ironie qui tient à l'appartenance à un même champ, Karl Kraus et l'esthétisme décadent ont contribué en commun à la séparation entre le rôle de journaliste et celui d'écrivain. Ils ont contribué à imposer et à rendre possible une plus grande autonomie de la littérature. Cette autonomie se mesure d'abord en termes d'indépendance relative des forces du marché, d'où la lutte permanente de Kraus contre les forces nouvelles qui structurent ce marché, et en premier lieu les medias dépendants des puissances économiques et politiques. Il s'ensuit une position dans laquelle coexistent un certain anti-modernisme élitiste et une relative proximité avec la social-démocratie. On a vu l'épure de ces deux positions dans La littérature démolie et Une couronne pour Sion d'un côté, dans l'essai sur Nestroy de l'autre. Le public le plus fidèle de Kraus, lui aussi, était composé de jeunes étudiants et intellectuels qui, marqués par un humanisme pacifiste et des sympathies social-démocrates, voulaient souvent résister aux implications des possibilités de travail qui leur étaient effectivement offertes. D'ailleurs le ton plus ou moins élitiste de Kraus est étroitement lié à l'accroissement de ce public au-delà de ce cercle de fidèles ou par contre à son rétrécissement au noyau des dévots, mouvements qui sont à la source également de son isolement social.

20Karl Kraus ne pouvait pas ne pas être pris dans la relation qui lie l'intellectuel charismatique à son public et dont il ne pouvait qu'essayer de contrôler, tant bien que mal, les effets. L'opposition forte établie par Kraus entre l'esthétique ou la vérité pure et l'utilité bassement matérielle d'un travail intellectuel mercantile répondait à la demande d'auto-valorisation d'un milieu intellectuel qui refuse, au nom de la pureté, les contacts avec l'extérieur et qui vit son rétrécissement souvent d'une façon tragique comme la fin de la culture, de la civilisation occidentale ou du monde tout court. Kraus lui-même n'a pas échappé à un pessimisme culturel qui tire ses plus grandes satisfactions du fait d'être seul à détenir la vérité.

21Analyser le rôle joué par Kraus comme une sorte de juge suprême de la vie intellectuelle, un rôle étroitement lié aux conjonctures intellectuelles, permet aussi de mieux cerner le caractère souvent progressif-régressif de ses analyses qui portent les traces d'une lutte contre les tendances rationalisantes du travail intellectuel. À la limite, on pourrait qualifier l'écriture de Kraus « d'écologisme littéraire ». C'est ainsi qu'il dénonce souvent les « modernisations » du champ intellectuel et leurs implications compromettantes en les comparant à un état plus pur du passé, mais c'est ainsi également qu'il présente son personnage dans un poème de 1927 :

Ma Contradiction
Là où ils soumettaient la vie au mensonge,
j'étais révolutionnaire.
Là où ils insistaient sur les normes contre la vie,
j'étais révolutionnaire.
Là où ils utilisaient la liberté pour la phrase,
j'étais réactionnaire.
Là où ils souillaient l'art avec leur savoir-faire
j'étais réactionnaire.
Et je revenais aux origines.

Annexes

Karl Kraus, der oberste Richter des geistigen Lebens. Eine Strategie

Die einzigartige Stellung, die Karl Kraus im intellektuellen Leben Österreichs nahezu 40 Jahre lang innegehabt hat, seine Funktion als unfehlbarer Richter, seine mythisch-charismatische Rolle, werden in dieser Studie nicht nach ihren politischen und ästhetischen Inhalten analysiert, sondern unter einem soziologischen Gesichtspunkt. Es geht darum, die Absichten klarzulegen, die Kraus' Strategie zugrundelagen, d.h. seinen Willen, die bestehenden Spielregeln aufzudecken und damit die Beziehungen zwischen den Intellektuellen und der Macht zu stören.

Eine soziologische Interpretation des Phänomens Kraus zeigt, daß seine Botschaft weitgehend innerhalb des intellektuellen Feldes blieb und keineswegs bestimmt war, die politische oder soziale Entwicklung zu beeinflussen. Der Großteil seiner Schriften greift in Konflikte zwischen Intellektuellen ein. Als einer, der die geistigen Widersprüche in zugespitzter Form durchlebte, hat er sich weitgehend der immanenten Kritik seines eigenen Milieus gewidmet. Auf den ersten Blick mag dieses Vorgehen als eine Strategie der Denunziation seiner Standesgenossen erscheinen, aber man kann darin auch eine wirkungsvolle Methode der Selbstkritik und der Moralisierung des intellektuellen Lebens sehen, die unabdingbar war, um die Literatur von den Zwängen des Journalismus, des Marktes und der Politik zu emanzipieren. Trotz der offenen Opposition zwischen Kraus und den Ästheten "Jung Wiens" haben beide ein gemeinsames Ziel : der Kunst ihre Autonomie zurückzugeben und ihr gerade dadurch einen größeren Einfluß auf die gesellschaftliche Wirklichkeit zu verschaffen.

Karl Kraus as the Supreme Judge of Intellectual Life : a strategy.

Kraus's position in the intellectual life of Austria is unique in the history of intellectuals. Nearly alone to write a periodical for nearly forty years, his standpoints in the most varied questions were understood by his most faithful public as truths beyond suspicion. Without exaggeration, Kraus can be said to have been an institution in the intellectual life in Vienna for several decades. That such a charismatic, not to say mythical, character aroused a great amount of commentaries and interpretations is not surprising. Kraus's contradictions in the political field, in that of antisemitism etc... have not failed to be brought forward. But, concerned first with Kraus's social and political influence, these analyses often leave aside the intentions driving Kraus's strategy, namely his will to disclose and upset the game arranged to conceal the relations between the intellectuals and the power.

A sociological interpretation of Kraus's work can show that his message was not so much aimed at the outside of the intellectual world, or intended to influence the social and political evolution. Rather, most of his writings are involved in the conflicts between intellectuals. Acutely living intellectual contradictions, he dedicated himself mainly to an internal criticism of his social circle.

Superficially, this action could appear as a strategy to denunciate his peers, but it can also be seen as a particularly efficient action of self-criticism and moralization of intellectual life, which were the necessary preliminaries to the emancipation of literature from the constraints of journalism, the market and politics. In spite of the declared oppositions between Kraus and the aesthets of"Jung-Wien", they are parts of a single movement aiming at returning art to its autonomy and, indirectly, giving it a greater influence upon social reality.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr