Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Karl Kraus et son temps

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gerald Stieg

2. Dans la mélée

Karl Kraus et la France

Gilles Sosnowski

Texte intégral

  • 1 Voir le livre excellent du musicologue Georg Knepler : Karl Kraus liest Offenbach. Vienne : Löcker (...)
  • 2 C. Kohn : Karl Kraus in Frankreich, p. 525.
  • 3 Caroline Kohn : Karl Kraus. Stuttgart : Metzler 1966 (version allemande de la thèse d’état français (...)

1Les relations entre Karl Kraus et la France ont peu retenu l’attention des spécialistes du satiriste viennois (exception faite de son culte d’Offenbach)1. Caroline Kohn a certes consacré quelques pages à ce sujet, mais elle lui accorde une importance qui ne lui revient pas. Elle ne nous fournit du reste aucune preuve lorsqu’elle affirme que Kraus a connu personnellement Paul Claudel et il ne semble pas non plus suffisant que Kraus cite la traduction assez réussie d’un extrait du Faust de Goethe par le germaniste Henri Lichtenberger pour être en mesure d’affirmer que ce dernier a été l’ami de Kraus2. Elle n’est d’ailleurs pas la seule à surestimer la renommée de Kraus en France. Friedrich Jenaczek parle, lui aussi, de la précoce et haute considération dont Kraus aurait joui dans les milieux intellectuels français3.

2En exagérant l’intensité des relations entre Kraus et la France et l’impact de son oeuvre dans notre pays, Caroline Kohn – comme beaucoup d’apolo­gistes de Kraus – prend pour argent comptant les affirmations du satiriste. Celui-ci disait en effet parfois avoir obtenu en France la reconnaissance qui lui était refusée en Allemagne et en Autriche. Elle méconnaît le caractère outrancier propre à la satire et à la polémique. Ce sont les lois du genre qui conduisent Kraus à des jugements à l’emporte-pièce tels que :

« [...] die Menschheitswürde [ist] in der Hand eines Schuhputzers von Toulon besser bewahrt als in der sämtlicher deutsch-österreichischer Künstler ». (F 820, octobre 1929, p. 110).

3La France, lorsqu’il en parle – et il ne le fait que très rarement, car il a pour principe de ne pas prendre position sur des sujets dépassant le cadre des pays germaniques – joue le rôle inverse d’un repoussoir. Elle sert à rendre plus évidents les maux dont souffrent à ses yeux l’Allemagne et l’Autriche. En la rehaussant, il abaisse d’autant sa patrie.

4En fait, Kraus était peu et mal connu en France et ses relations avec les milieux intellectuels français étaient marqués du sceau de l’ambiguïté. C’est ce que nous allons tenter de montrer par quelques exemples.

Kraus, l’affaire Dreyfus et les socialistes français

5Avant même la naisssance de la Fackel, Kraus évoqua la France à propos de l’affaire Dreyfus. Dans un numéro de la Wage (n°7), paru peu après la publication du J’accuse de Zola dans l’Aurore, Kraus tourne en dérision la vie politique française secouée par différents scandales. Cependant, très vite sa critique se tourne contre l’hypocrisie de la presse autrichienne qui prend fait et cause pour le capitaine français, alors qu’elle garde le silence quand des injustices bien plus graves sont commises en Autriche et il s’attache à montrer comment les journaux déforment la vérité pour influencer le lecteur.

  • 4 F 7, p. 4

6Dans la Fackel, il revient sur le sujet. Il rappelle que la France possède un parlement qui fonctionne, qu’elle dépasse l’Autriche en ce qui concerne les institutions culturelles, qu’elle pourrait être pour cette dernière un « modèle » dans bien des domaines et que c’est seulement en France que le cri d’un condamné a pu se faire entendre sans être étouffé.4

7Kraus paraît avoir pris au sérieux les menaces qui pesaient sur la stabilité politique de la France. Il est à noter cependant que, pour lui, le danger d’un renversement de la République vient plutôt du camp des partisans de Dreyfus; ce sont eux qui

« ont déclenché une agitation qui, pendant trois ans, a troublé la France ». (F 14, p. 4/5).

8Kraus reprend aussi un argument des antidreyfusards lorsqu’il affirme que la raison d’état peut justifier dans certains cas le sacrifice d’un individu :

« Wer sich in dem Lärmen dreister Schmöcke [...] ein wenig Kaltblütigkeit bewahrt hat, wird zugeben müssen, daß selbst in der Nichtachtung des Einzelgeschicks einem höheren Zweck zuliebe noch immer mehr Mensch­liches enthalten wäre als in dem Wahrheitsdrang aufgeregter Börsen­besucher » (F 14, p.5).

  • 5 à ce propos, Kraus confond Joseph Reinach avec Jacques de Rainach. Ce dernier avait en effet trempé (...)

9En sous-estimant le rôle des forces antidémocratiques et antirépublicaines et en présentant les idéaux de justice et de vérité proclamés par les amis de Dreyfus comme un subterfuge pour faire triompher des intérêts de classe, ou en reprochant à Zola d’être lâche et assoiffé de publicité, il est incontestable que Kraus est injuste envers beaucoup de dreyfusards. Tous ne cherchaient pas à faire oublier leurs malversations dans l’affaire de Panama.5

  • 6 Voir en particulier Fackel No 18 (fin septembre 1899) pp. 1-10 ; N° 19 (début octobre 1899) pp 1-12 (...)

10Mais Kraus, à la différence de Wilhelm Liebknecht – qui chargera Dreyfus dans la Fackel6 – ne se prononce pas vraiment sur la culpabilité du capitaine. Il semble d’abord croire à son innocence lorsqu’il évoque l’éprou­vante course d’obstacles que la vérité a dû affronter après l’annulation du premier jugement par la cour de cassation (F 7, juillet 1899, p.3). Il qualifie les cléricaux d’instigateurs de l’affaire, qui avaient tout intérêt à empêcher l’enquête et la révision (ibid.). Mais dès le mois d’août, il récuse la thèse d’un complot entre le « sabre » et le « goupillon », tout en continuant à traiter par le mépris ceux qui veulent faire croire à l’existence d’une internationale juive cherchant à masquer le crime de Dreyfus. Il renvoie dos à dos partisans et adversaires. Dans la Fackel N° 17 de septembre 1899, il met les choses au point : le caractère mensonger des reportages ne lui permet pas de dire si Dreyfus est coupable ou non. Il a déjà fourni un exemple de ces mensonges dans la Fackel N°15 en juxtaposant – c’est la première fois qu’il procède ainsi – un reportage de la Kölnische Zeitung et son « adapta­tion » dans le Wiener Tagblatt. Ce qui intéresse Kraus, ce ne sont plus les rebondissements successifs de cette affaire intérieure française, mais leur traitement dans la presse autrichienne.

  • 7 F 26, p. 9

11En France, les articles de Liebknecht contre Dreyfus publiés par Kraus dans la Fackel, furent récupérés par la presse nationaliste et antisémite. Traduits en français par l’Action Française qui les diffusa, selon Kraus, à 100.000 exemplaires7, ils furent repris par d’autres journaux nationalistes (L’Intransigeant, La Libre Parole, Le Gaulois, entre autres). Kraus est tout fier d’annoncer dans la Fackel N°26 que La Torche (Die Fackel) a été pendant deux semaines le journal le plus cité en France. La plupart des journaux dreyfusards (Le Figaro, Le Temps), n’en soufflèrent mot ; la Petite République, l’organe des partisans de Jaurès, regrettait que ces articles aient apporté de l’eau au moulin des réactionnaires.

12Kraus est conscient du danger. Même s’il ne peut s’opposer à cette manœuvre de récupération, il sait cette fois la reconnaître pour ce qu’elle est. Nous verrons qu’il n’en ira pas toujours ainsi. Il souligne que les buts poursuivis par ces milieux réactionnaires ne sauraient en aucun cas s’iden­tifier à ceux de Liebknecht et aux siens.

13Les socialistes français de toutes tendances ont d’abord refusé de prendre parti dans une affaire qui leur paraissait ne concerner que la bourgeoisie. Ils refusent d’appeler le prolétariat à la rescousse d’un militaire de carrière issu de la bourgeoisie. Mais Jean Jaurès change bientôt d’attitude car pour lui

  • 8 Cité d’après Jean-Jacques Fiechter : Le socialisme français de l’affaire Dreyfus à la Grande Guerre(...)

« si le prolétariat, en intervenant, peut empêcher un crime, il devient complice du bourreau en ne le faisant pas ».8

14Il témoignera en faveur de Dreyfus. Jules Guesde reste sur ses positions, car il considère toujours que

  • 9 Déclaration de Jules Guesde et Paul Lafargue, Au nom du Parti Ouvrier Français, citée d’après : Zev (...)

« les prolétaires n’ont rien à faire dans cette bataille qui n’est pas la leur »9 (24 juillet 1898).

  • 10 Le 3 juin 1899, le jugement du tribunal militaire est annulé par la cour de cassation. Les national (...)

15On retrouve le même antagonisme lors de l’entrée du socialiste Millerand dans le gouvernement formé par Waldeck Rousseau.10 Cette participation socialiste à un ministère bourgeois est condamnée sans appel par Guesde, tandis que Jaurès l’approuve sans réserve. Kraus, comme Liebknecht, se place résolument du côté de Guesde se posant en défenseur du principe de la lutte des classes (F 26, décembre 1899, p. 11) et du « socialisme scienti­fique » (F 27, décembre, p. 23) contre Jaurès, le représentant à ses yeux d’un socialisme prêt aux compromis et aux manœuvres. Pour Kraus, il ne s’agit pas de « s’immiscer dans les affaires de la France » ; il lui importe de prévenir la social-démocratie autrichienne contre une tendance au réfor­misme. Il lui reproche d’avoir passé sous silence les articles de Liebknecht, parce qu’ils étaient contraires à la ligne du parti.

  • 11 F 26, p. 13

16Si, au nom des principes, l’expérience de Millerand fut condamnée au congrès socialiste de 1899, un compromis fut adopté disant que certaines circonstances exceptionnelles pouvaient justifier la participation d’un socia­liste à un gouvernement bourgeois. Liebknecht fut au centre des discussions. Jaurès eut beau jeu de dénoncer son inconséquence, en rappelant qu’il avait d’abord rejeté toute activité parlementaire, pour devenir ensuite membre du Reichsrat et du Landtag saxon après avoir prêté serment de fidélité au roi de Saxe. Au cours des débats eut lieu un incident relaté dans la Fackel 11: un rédacteur de la Petite République, journal favorable à Jean Jaurès, s’écria « à bas Liebknecht ! ».

17C’est dans ce contexte que l’on peut comprendre pourquoi Kraus a publié de la mi-mai 1900 à la mi-octobre 1901 une annonce pour la revue socialiste française L’Humanité Nouvelle. Ce journal, qui avait rendu compte de la grève des tisserands de Brünn dans le même esprit que la Fackel (cf. F 6, mai 1899, p. 512), se rangeait comme Kraus du côté de Guesde. Voici ce qu’on y lit à propos des articles de Liebknecht :

« Ce socialiste allemand a écrit dans Die Fackel trois articles contre la cam­pagne de certains socialistes dans l’affaire, campagne en faveur du militaire professionnel et capitaliste Dreyfus. [...] Le vieux socialiste allemand a par ses lettres de Die Fackel blessé plus qu’il ne supposait nombre de socialistes, car il leur a dit maintes vérités. Ces lettres sont d’une logique serrée, donnent une appréciation des faits. Nous partageons la manière de voir de Liebknecht et nous aurions voulu être l’auteur de ces lettres, n’étaient quelques violences de langage que nous n’aimons » (janvier 1900, p. 94).

La guerre mondiale et ses suites

18En général, Kraus ne traite pas le cas de la France séparément, il considère les Alliés dans leur ensemble. Pendant la guerre, il essaie, autant que la censure le permet, de défendre l’adversaire contre les attaques de la presse autrichienne et allemande. L’aphorisme « Vater, Brot! Kinder, Frankreich verhungert » (F 445, janvier 1917, p. 16) dénonce la manipula­tion de la Neue Freie Presse qui essaie de relativiser la misère en Autriche en prétendant que l’ennemi souffre bien plus. Kraus idéalise l’Entente (et les états-Unis). Il pense que le combat mené par les Alliés se situe au même niveau que le sien : ils lutteraient contre l’immixtion de l’argent, du com­merce dans le domaine de l’esprit.

19Comme Thomas Mann, il considère le conflit comme le choc de deux cultures ; mais pour l’auteur des Considérations d’un apolitique, ce sont les Alliés qui ne savent pas faire le partage entre morale et affaires, humanité et exploitation, vertu et profit. Kraus méconnaît les vraies causes – écono­miques – de la guerre, le rôle de l’Entente dans son déclenchement ; il en rejette l’entière responsabilité sur les puissances centrales. L’article Nachruf paru en janvier 1919 est avant tout un hommage aux vainqueurs, qui ont permis l’effondrement des Habsbourg et des Hohenzollern. Toutefois le satiriste laisse entrevoir la possibilité d’une évolution négative : il craint que ce qu’il a qualifié de « victoire de l’esprit » et de « victoire du droit » (Nachruf, p. 94) ne se transforme en un asservissement des vaincus. L’Entente ayant dû, pour pouvoir résister aux puissances centrales, se servir des mêmes moyens qu’elles, risque de succomber à leur pouvoir néfaste.

20L’article Gespenster, une réponse aux voeux du président Seitz pour le vingtième anniversaire de la Fackel, est en partie un violent réquisitoire contre les vainqueurs, contre la France en particulier. Kraus écrit cet article alors que règnent en Autriche la misère, la disette, la tuberculose, consé­quences de la débâcle économique qu’a provoquée la défaite. Il n’est plus question pour Kraus de justifier la dureté des Alliés ; il emploie pour parler d’eux des termes qu’il avait jusqu’alors réservés à ses compatriotes : les vainqueurs sont des « bourreaux triomphants », des « hypocrites », la France « un brigand », Paris la « capitale de la vieille Allemagne », les traités de paix des « ultimatums » ; il met dans le même sac le comte Berchtold, l’empereur Guillaume II, les dirigeants militaires Ludendorff et Tirpitz et le président du conseil français, l’adversaire acharné de l’Allemagne, Georges Clemenceau,

« der gräßliche Advokat der gloire, der als Zierde vor dem weltgerichtlichen Barreau Millionen Ungeborne der besiegten und der siegenden Reiche in den Tod plaidiert hat, um ungesättigt vom Triumph an den Lebenden und Toten, auf den Leichenberg dieses Krieges noch den Leichenberg dieses Sieges zu türmen [...] » (F. 514, p. 25).

21En 1922, sans doute pour protester contre la dureté des vainqueurs, il introduit dans Les derniers jours de l’humanité une scène se déroulant du côté français ; on y voit évoluer trois généraux français (De Massacré, Meur­trier et Gloirefaisant) tout aussi brutaux et sanguinaires que leurs « collègues » allemands (Metzler et Niedermacher). Dans la pièce, De Massacré fait tuer 180 prisonniers allemands dans l’espoir d’obtenir ainsi la Légion d’honneur. Eckart Früh a montré dans une étude inédite comment cette scène avait été conçue ; la matière en avait été fournie à Kraus par l’Arbeiterzeitung qui reprenait un article d’Henri Barbusse paru dans l’Humanité. Kraus s’était simplement limité à rebaptiser du nom de De Massacré le capitaine Mathis.

22Dans les années 30, Kraus reprendra ses critiques contre l’Entente. Selon lui, son incapacité à châtier les véritables coupables après la guerre lui donne une lourde responsabilité dans l’avènement du nazisme.

23Avec l’arrivée au pouvoir de Briand en France, de Stresemann en Allemagne s’amorce la réconciliation franco-allemande. C’est bientôt le règne de l’esprit de Genève, des discours généreux prononcés à la tribune de la S.D.N., d’un cosmopolitisme favorisé par une nouvelle génération de journalistes. Kraus reste très sceptique vis-à-vis de cette tendance, car à ses yeux on se paie de mots, aux paroles ne correspondent pas les actes. On se berce d’illusions, alors que partout le réarmement est en cours. Kraus n’admet pas que ces tentatives de rapprochement entre les ennemis d’hier soient compromises par le fait que leurs plus fervents partisans aient été pen­dant la guerre les premiers à attiser la haine entre les peuples. Il dirige principalement ses attaques contre le critique théâtral berlinois Alfred Kerr qui s’était fait une spécialité en 14-18 d’écrire des poèmes bellicistes sous le pseudonyme de Gottlieb. Quand, en 1926, Kerr se rend à Paris en même temps que Thomas Mann pour donner des conférences, notamment à la Sorbonne, là où Kraus s’était produit un an plus tôt, il se voit reprocher ses activités pendant la guerre. C’est l’occasion pour Kraus de s’en prendre de nouveau à lui ; il s’ensuit une série de procès. Germaine Goblot, une fervente admiratrice de Kraus, se charge d’informer le public français sur les activités de Kerr pendant la guerre en publiant sur la base d’informations fournies par Kraus un article dans le Mercure de France. On assiste, comme au moment de la publication des articles de Liebknecht sur l’affaire Dreyfus, à des tentatives de récupération de la part de l’extrême-droite française. Une nouvelle fois, l’Action Française est la première à reprendre les accusations de Kraus contre le Juif Kerr, suivie en cela par le non moins antisémite Candide.

24En ce qui concerne les pacifistes français, Kraus n’a pas une haute idée de Romain Rolland ; il lui reproche d’avoir fait preuve de lâcheté en se réfugiant en Suisse. Contre l’écrivain communiste Henri Barbusse, Kraus n’a pas les mêmes griefs, il ne met pas en doute la sincérité des idées pacifistes de celui qui a vécu les horreurs de la guerre sur le front. Il regrette cependant ses contacts avec Hofmannsthal, qui a été employé au bureau de presse du ministère de la guerre. Barbusse a écrit pour le soixantième anni­versaire de Kraus un court article duquel il ressort qu’il l’avait connu pendant la guerre. Selon C. Kohn, Kraus avait prévu de rendre compte de l’édition allemande du Feu, mais il en avait été empêché par la censure. En 1928, Barbusse signe avec Kraus un appel adressé au ministère de la justice autrichien pour empêcher l’extradition d’un réfugié politique yougoslave. En 1932, Barbusse contacte Kraus pour lui demander de participer à l’élabora­tion d’un congrès pacifiste. Kraus répond favorablement et il est le seul Autrichien à appartenir au « comité d’initiative », mais – contrairement à ce qui est souvent dit dans la littérature consacrée à Kraus – il ne prend pas part au congrès lui-même.

25Dans les années 20 et 30, l’Autriche est l’enjeu des grandes puissances. Alors qu’en Allemagne et en Autriche beaucoup aspirent à l’Anschluß, la France tente de la soustraire à l’influence du Reich en la rapprochant des pays de la Petite Entente, qu’elle soutient. Kraus semble opter pour la solution française ; il ne fait en tout cas aucun doute qu’il la préfère à l’Anschluß. Lors de la crise qui suit l’échec du projet d’union douanière austro-allemande, échec dû principalement au veto de la France, Kraus soutient passionnément la France (il continue à considérer le nationalisme français comme étant d’une essence supérieure – si celui-ci se pervertit, c’est précisément sous l’effet de l’agressivité du nationalisme prussien) contre les sociaux-démocrates autrichiens, à qui il reproche violemment leur franco­phobie. Voici ce qu’il dit dans Hüben und Drüben :

« Ich habe [...] nie ein Hehl daraus gemacht, daß ich [...] im Hinblick auf das Sprachgut einem Anschluß an schießende Koofmichs die Aussicht vorzöge, von Frankreich kolonisiert zu werden (von den "französischen Kapitalisten", die wenigstens das sind, was sie scheinen, und trotzdem oder eben deshalb vielleicht menschenähnlicher sind als deutsche Arbeiterführer [...]. Soll es uns nicht mehr gewährt sein, die Unvereinbarkeit von Nationalismus und Menschenwürde zu erkennen ? Und wenn ich es mir gewähre [...], so frage ich : Was hat ein Konsumverein mit Pathos zu schaffen ? Und wäre es nicht der menschlichen Vegetation zuträglicher, daß wir ökonomisch von Frankreich versorgt werden [...] ? S.P.D., K.P.D., D.N.P., N.S.D.A.P., alle diese Verschwörerformeln, die Gut und Blut kosten, all diese W.E.H.E. wollte ich freien Herzens, offenbachschen Sinnes, vom Hohn einer zeitlosen Musik herabgewürdigt sehen auf jenes ABC der Natürlichkeit ! Vaterlands­frei bekennen, daß mir [...] das Lebensklima unter der Formel s.v.p. begehrenswerter erscheint : dem s’il vous plaît [...] der Redensart, die im Gegensatz zu unseren Phrasen eine Lebensart bedeutet [...]. Mein Drüben – wenn’s schon nicht mein Hüben sein kann – ist dort ! » (F 876, p. 12-14)

Le Prix Nobel de littérature

26Kraus fut proposé en 1925 par des professeurs en renom de Paris pour le prix Nobel de littérature de 1926. Cette proposition – renouvelée pour 1928 et 1930 – pourrait passer pour une preuve du succès de Kraus en France, d’un succès d’estime à tout le moins, et c’est ainsi qu’elle est souvent présentée dans la littérature consacrée à Kraus sans qu’en soient malheu­reusement étudiés les tenants et les aboutissants : on s’en tient au peu que Kraus a bien voulu ou pu en dire dans la Fackel, pour se féliciter à sa suite de la perspicacité de la France et, inversement, de l’étroitesse d’esprit des l’Allemands et des Autrichiens. Nous verrons qu’il n’en va pas tout à fait ainsi.

  • 12 Cf F 781, juin 1929 et F 800, février 1929.

27Les premiers efforts en vue d’obtenir pour Kraus le prix Nobel remontent à la fin de l’hiver 1925. Ils ont pour cadre Vienne et non Paris, c’est à souligner. Ce sont des proches de Kraus qui prennent l’initiative : Hélène Kann, celle qui du vivant de l’écrivain s’occupera de l’organisation de ses archives, et Sigismund von Radecki, qui devait l’aider au cours de ses procès avec Alfred Kerr, ainsi que lors de ses démêlés à propos de l’affaire du « poète inconnu ».12 C’est avant tout Radecki qui s’est chargé des démarches ; en aucun cas ce ne fut le professeur Viktor Hammerschlag, comme on aurait pu le croire tout d’abord, à voir son nom apparaître constamment dans la correspondance relative au prix Nobel. Ce médecin, titulaire d’une chaire à l’Université de Vienne, n’est qu’un prête-nom dont le titre de professeur est sans doute censé donner plus de poids au projet et faciliter les contacts avec les personnalités influentes. Ses traductions d’auteurs russes, au programme de certaines conférences de Kraus, n’avaient pas encore permis à Radecki de sortir de l’anonymat. Il est possible que ce soit le don fait par Kraus au Kinderhilfswerk, dirigé par Viktor Hammer­schlag, qui ait conduit ce dernier à se prêter à cette manoeuvre.

28Radecki pensait pouvoir, par le biais du prix Nobel, attirer l’attention du grand public sur Kraus en forçant la presse à abandonner sa tactique du silence devant cet événement « sensationnel ». Il rédigea une lettre invitant diverses personnalités à s’associer au projet par une courte déclaration. On trouvait parmi les destinataires : Heinrich Mann, Theodor Haecker, Edmund Husserl, Karin Michaelis, Upton Sinclair, Thomas Masaryk, Henri Bergson (le seul Français à figurer sur cette liste) et les prix Nobel d’alors : Gerhart Hauptmann, Albert Einstein, Knut Hamsun et Selma Lagerlöf. Les archives de Kraus à la bibliothèque municipale de Vienne ne possèdent que peu de réponses, réponses d’ailleurs jamais franchement négatives. Certaines réponses n’auraient-elles pas été volontairement écartées ?

29Il semble à Radecki que la meilleure tactique consiste à faire porter ses efforts sur la Scandinavie ; il tente de mettre sur pied une véritable opération de relations publiques, mais échoue. Les articles qu’il voulait publier sur Kraus dans la presse scandinave ne paraîtront jamais, non plus qu’auront lieu les conférences qu’il envisageait à Stockholm, Copenhague et Oslo. Pour Radecki, il est également essentiel de prendre contact avec des personnalités scandinaves : par l’entremise du rédacteur en chef de l’Arbeiterzeitung, il veut se mettre en rapport avec un des fondateurs du parti ouvrier social-démocrate de Suède, Hjalmar Branting, détenteur du prix Nobel, pour qu’ensuite celui-ci gagne à la cause de Kraus l’écrivain et dessinateur Albert Engström, membre de l’Académie suédoise ! Il va d’échec en échec. L’écrivain Karin Michaelis, qui, pour avoir séjourné à Vienne avant la guerre, connaissait très bien Kraus et l’appréciait beaucoup, doit reconnaître qu’elle a cessé de le lire depuis longtemps et qu’elle est également dans l’impossibilité de donner des renseignements sur les procédés du jury suédois (vers lequel elle se tournera cependant directement pour soutenir la candidature de Kraus). Robert Barany, viennois émigré à Upsala après s’être vu décerner le prix Nobel de Médecine, ne refuse tout d’abord pas de seconder dans ses efforts son collègue Hammerschlag, en lui envoyant une copie des statuts de la fondation Nobel. Mais lorsqu’il s’agit de prendre personnellement position en faveur de Kraus, des scrupules le saisissent ; après la lecture des oeuvres complètes, qu’il s’est fait envoyer par Radecki, il refuse.

30Radecki ne réussit donc pas à influencer l’opinion publique scandinave, ni les jurés chargés de désigner le lauréat. Mais ce ne sont pas les seuls problèmes auxquels il se trouve confronté. Conformément aux statuts de la fondation Nobel, la personne qui proposera officiellement Kraus devra être membre d’une Académie ou être professeur d’esthétique, de littérature ou d’histoire dans un établissement d’enseignement supérieur. Il n’est pas étonnant que Radecki ait eu tant de peine à trouver une personnalité compé­tente lorsqu’on sait qu’à l’époque les milieux universitaires allemands et autrichiens étaient en majorité nationalistes et conservateurs. L’Université, à cause de son chauvinisme, fut d’ailleurs plusieurs fois la cible de Kraus (cf. « Innsbruck und anderes », F 531-543, avril 1920).

  • 13 Une lettre de Ludwig von Ficker à Marie Franzos du 11 décembre 1925 ainsi qu’une lettre de Carl Grö (...)

31Le seul professeur allemand qui voulût bien proposer Kraus fut Walter Otto, spécialiste de philologie classique et auteur d’ouvrages appréciés sur la mythologie grecque. Enseignant de 1911 à 1913 à Vienne, il participa à l’Enquête sur Karl Kraus organisée par le Brenner et appartint avec Karin Michaelis, S. Lagerlöf, R. Dehmel, A. Loos, A. Schönberg, Kraus, etc. au comité de soutien financier en faveur d’Else Lasker-Schüler. Le 31 mai 1925, il déclare se réjouir de l’intention de Radecki, mais pose certaines conditions à sa participation officielle, qu’il qualifie à la mi-septembre de pilier de toute l’action. Le professeur doit avoir longtemps tardé à envoyer cette proposition, si bien que Radecki a dû penser qu’il ne fallait plus compter sur lui13 et s’est vu dans l’obligation d’appeler les Français à la rescousse.

32Radecki était en contact avec des Français depuis mars. Ayant appris que Kraus ferait des conférences à la Sorbonne sous les auspices de la Société pour la Propagation des Langues étrangères en France (SPLEF), il sollicite l’aide de Charles Schweitzer, le grand-père de Jean-Paul Sartre, un membre dirigeant de cette institution, et lui réserve un rôle tout à fait mineur, celui d’un intermédiaire :

« Pour l’exécution de notre projet, nous avons besoin avant tout de relations avec des personnalités d’envergure internationale qui connaissent Karl Kraus et sont éventuellement en contact avec le comité du prix Nobel ou du moins sont au courant de ses méthodes de travail. Or, nous croyons qu’à Paris il devrait se trouver des personnes capables de nous donner des conseils quant à la façon la plus efficace de mettre en oeuvre cette proposition. Nous vous serions [...] reconnaissants de bien vouloir nous fournir quelques indications à ce sujet » (Lettre du 1er mars 1925).

33Il n’était pas question pour Radecki – qui, à l’époque, ne doutait pas qu’il obtiendrait l’appui nécessaire dans les pays germaniques et n’était pas encore au courant des statuts de la fondation Nobel – de demander à Schweitzer de recommander Kraus pour le prix Nobel. Schweitzer accueille très favorablement le projet. Sans répondre véritablement à l’attente de Radecki, il annonce qu’il est prêt à entrer en contact avec les amis de Kraus pour faire aboutir la proposition (lettre du 22 mars 1925).

34Comme nous l’avons vu, l’entreprise risquait d’échouer, faute d’une personne prête à proposer Kraus. Désespéré, Radecki écrit à Charles Andler professeur de littérature allemande à la Sorbonne, qui avait été le premier à joindre ses efforts à ceux de Schweitzer:

« Il nous restait donc encore une chose à faire, à vrai dire la plus importante : trouver une personne possédant la compétence formelle exigée par les statuts de la fondation Nobel pour proposer Kraus. Pour nous le moment est main­tenant venu de vous demander de proposer de votre propre chef Kraus pour le prix Nobel. Car nous avons fait au cours de notre recherche de malheureuses expériences. Il était naturel que nous nous adressions d’abord à des personna­lités autrichiennes, allemandes ou suisses et cela n’est pas le moins du monde pour des raisons nationalistes. C’est seulement lorsque la dernière possibilité de la sorte s’est évanouie (ce passage se rapporte sans doute à Walter Otto) que nous avons pu nous tourner vers l’étranger – et cette fois-ci de façon autrement justifiée ! Nous sommes témoins de véritables épidémies de lâcheté qui se sont déclenchées parmi les ‘professeurs d’esthétique, de littéra­ture et d’histoire des établissements d’enseignement supérieur’ [...] Après ces malheureuses expériences, le cas hypothétique où un professeur allemand proposerait Karl Kraus ne serait qu’un hasard qui ne reflèterait pas la véritable et terrifiante réalité, vu que tous les autres merles sont noirs. Seule la proposition d’un professeur français ne serait pas entachée d’hypocrisie et serait pleinement justifiée. En outre, ce n’est que de cette manière que la portée pacifiste de toute cette action trouverait sa complète expression. Nous pouvons vous assurer que notre joie et notre satisfaction sont grandes et sincères de voir justement un pacifiste français proposer Karl Kraus pour le prix Nobel. »

35à la suite de cela, Schweitzer et Andler rédigent une lettre dans laquelle – exprimant leur haute estime pour l’homme et l’écrivain – ils invitent leurs collègues à signer la proposition, qui se présente comme un geste de réconciliation entre les anciens ennemis :

« Des voix françaises qui s’élèveraient en faveur d’un écrivain de langue allemande sembleront toujours particulièrement impartiales. Ce serait aussi un signe durable d’apaisement si un jour prochain peut-être des suffrages allemands demandaient que le prix Nobel fût de nouveau désigné parmi des compatriotes d’Anatole France. Cette pensée de concorde a dicté la présente démarche » (reproduit dans F 800).

  • 14 Lévy-Bruhl (1857-1939), célèbre anthropologue et ethnologue, enseigna de 1896 à 1927 à la Sorbonne (...)
  • 15 Ce philosophe qui a travaillé au rapprochement entre les peuples après la guerre en étant notamment (...)
  • 16 Pour pallier leur méconnaissance de Kraus, Schweitzer se propose de leur donner la possibilité de s (...)
  • 17 Lettre reproduite dans la revue Austriaca 22, 1986

36La proposition fut signée en 1925 par : Ferdinand Brunot, Lucien Lévy-Bruhl14, Lucien Brunschwicg15 (orthographié Brunschov dans la Fackel), Charles Andler, Abel Reu (orthographié Ruf), Paul Fauconnet, Léon Robin, André Lalande et Charles Schweitzer. Initialement les deux germanistes croyaient que seuls les professeurs de philosophie étaient habilités par la fondation Nobel à proposer un écrivain pour le prix16. L’erreur de Schweitzer et d’Andler explique peut-être pourquoi sur la proposition pour 1926 ne figuraient, hormis ceux de Schweitzer, Andler et du célèbre linguiste Ferdinand Brunot (l’auteur de l’Histoire de la langue française des origines à nos jours) que des noms de philosophes. Schweitzer et Andler, convaincus par Radecki de leur erreur, n’eurent-ils plus le temps de se tourner vers les professeurs des autres facultés ? La raison profonde n’est sans doute pas à rechercher de ce côté, puisque Andler écrit dans une lettre de 192717 qu’il ne comprend pas pourquoi les germanistes, qui cette fois ont été sollicités, n’ont pas répondu à son attente. À en croire le secrétaire permanent de l’Académie suédoise, Lars Gyllensten, ce n’est en tout cas pas parce qu’une action semblable était en cours en faveur d’un autre écrivain allemand (Thomas Mann, par exemple, qu’auraient soutenu ses amis Henri Lichtenberger et Maurice Boucher).

  • 18 ibidem

37Pour l’année 1927 il n’y eut qu’un seul signataire français : Andler. La proposition envoyée après la date limite ne put d’ailleurs être prise en considération par l’Académie suédoise. Pour 1928, le nombre des Français prêts à soutenir la candidature de Kraus était de trois : Andler toujours, F. Brunot et un nouveau venu, l’angliciste Louis Cazamian. Dans des lettres datées de la Pentecôte 1927 et du 23 mai 192918, Andler expose les raisons de l’insuccès des démarches qu’il a tentées auprès de ses collègues. Nous ne savons pas pourquoi Kraus n’a pas été proposé en 1929. Le fait qu’il l’ait été en 1930 – cette fois également grâce à Andler – alors que Thomas Mann avait reçu le prix en 1929 et que, par conséquent, il n’y avait aucune chance pour qu’un écrivain de langue allemande reçoive la distinction dans un avenir immédiat, vient sans doute de ce que, pour cette année là, la pro­position avait été envoyée au jury avant la proclamation des résultats de 1929. Remarquons enfin que la démarche française fut tenue secrète par ses auteurs et qu’elle passa inaperçue en France.

38Mis à part Andler et Schweitzer, le rôle joué par les autres signataires a été minime, comme il ressort des lettres de Schweitzer à Radecki. Il n’est pas possible de dire dans quelle mesure ces professeurs connaissaient Kraus et son œuvre. Il est vraisemblable qu’ils ne se soient décidés que d’après les dires de leurs collègues Andler et Schweitzer, peut-être ne s’agit-il même que de signatures de complaisance. Il n’en va pas de même pour Andler et Schweitzer au sujet desquels nous possédons des documents qui jettent une lumière nouvelle sur la question et ne manquent pas de déconcerter.

39Une lettre de Schweitzer, adressée vers la mi-mai 1925 à Kraus, nous apprend qu’à cette date Les derniers jours de l’humanité lui sont encore inconnus ou plus précisément qu’il ne les a pas encore lus (il avait eu l’occasion, début mars, d’entendre Kraus lire quelques scènes de cette œuvre). Il semblerait même, à lire une autre lettre, celle du 22 mars à Hammerschlag, que c’était loin d’être le seul ouvrage qui lui fût étranger. Charles Andler reconnaît de son côté encore ignorer en 1929 l’essai Heine et les conséquences, paru dès 1910.

40Est-ce que, comme il était dit dans un journal pragois cité par Kraus (F 806-809, début mai 1929, p. 71), des savants français qui proposent un écrivain viennois ne peuvent vraiment pas être soupçonnés de poursuivre des buts égoïstes et de penser d’abord aux intérêts de leur propre nation ? Radecki ne se trompe-t-il pas lorsqu’il qualifie Andler de pacifiste ? L’impartialité dont se parent les signataires n’est-elle qu’un faux-semblant ? Quels furent leurs motifs profonds ?

41Charles Andler est né en 1866 à Strasbourg, qu’il quitte à 13 ans pour ne pas devoir vivre sous la botte prussienne. Dans sa jeunesse, il est proche des socialistes, ce qui le conduit à faire des Débuts du socialisme d’état en Allemagne le sujet de sa thèse. Lors d’un séjour à Berlin en 1890-91, il rend visite à Friedrich Engels. Il rentre en Allemagne très déçu :

« […] L’Allemagne est pour moi une grande désillusion. Nous connaissions d’elle ce qu’elle a de meilleur. Je crains beaucoup qu’elle ne soit plus le peuple de penseurs que nous croyions : ou peut-être ne l’a-t-elle jamais été, et Kant, Hegel, Goethe étaient-ils les seuls de leur espèce ». (Lettre non datée, citée d’après : Ernest Tonnelat : Charles Andler, sa vie, son oeuvre. Publications de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1937)

  • 19 Collection de l’Action Nationale, Paris, s.d.

42Après 1911, il ne retournera jamais en Allemagne. Jamais une université allemande ne lui demandera de conférences, jamais aucun des services français chargé des relations avec l’étranger ne lui demandera sa collabo­ration. Il s’éloignera peu à peu du marxisme, qu’il considère avant même le début de la guerre comme une doctrine dépassée ; il cherche à montrer sa dégénérescence nationaliste. À ce propos, il sera entraîné dans une polé­mique avec Jaurès pour avoir déformé des paroles de Bebel dans son ouvrage Le socialisme impérialiste dans l’Allemagne contemporaine19 et avoir fait de celui-ci un partisan du réarmement. Lorsque la guerre éclate, Andler se décide à mettre sa plume au service de son pays et rédige une série d’écrits de propagande. Il est notamment responsable d’une étude en quatre volumes sur le pangermanisme (T. 1 : Les origines du pangermanisme (1880-1888), T. 2 : Le pangermanisme continental sous Guillaume II, T. 3 : Le pangermanisme colonial sous Guillaume II, T. 4 : Le pangermanisme philosophique. édition Conard, Paris 1916-1917). Il publie en collaboration avec Ernest Lavisse un livre intitulé Pratique et doctrine allemandes de la guerre.

43C’est un patriote fervent et intransigeant, profondément marqué par la perte de l’Alsace et de la Lorraine après 1870. Une de ses exigences est bien sûr le retour de ces provinces à la France. Il créera d’ailleurs la Ligue Républicaine d’Alsace-Lorraine et la revue L’Alsace Républicaine. Pendant la guerre, il a réclamé une défaite décisive et irrémédiable, les tentatives en vue d’aboutir à une paix de compromis relevant selon lui de la haute trahison.

44D’une certaine manière, Andler semble se rapprocher du point de vue de Kraus, dans la mesure où ce dernier considérait que l’Entente avait d’abord défendu la cause du droit et de la culture contre les puissances centrales.

  • 20 Discours prononcé devant les lycéens de Sceaux, dans lequel Andler les exhorte à faire le sacrifice (...)

« Cette guerre que nous faisons est une guerre entre toutes pure et sacrée, une guerre de principe et qui touche aux dernières croyances.20 »

45Dans un autre domaine aussi leurs idées concordaient : ils se rejoignaient dans l’idéalisation du passé allemand, en particulier de la période classique. Ainsi dans la préface au premier volume de l’étude sur le pangermanisme, Andler s’en prend à un écrivain français qui a dénigré le Faust de Goethe ; il continue en ces termes :

« Il faut répéter sans cesse que parmi les grands Allemands du passé nous avons des alliés, nous Français ; et il faudra les évoquer pour leur demander un jugement sur leur peuple égaré. Je ne sache pas qu’une parole vraiment humaine se soit encore fait entendre dans l’Allemagne contemporaine » (Les origines du pangermanisme, p. VIII)

46L’espoir exprimé par Kraus

« daß das deutsche Wesen von sich selbst genesen werde, zurückfinden von dem seinem Wert und seiner Sprache ungemäßen Wahn zu sich selbst und zu seinen guten Geistern, von dem Export zu dem Platz an der Sonne seiner Naturgaben »,

47rappelle certaines paroles d’Andler:

« Alors, après l’effondrement de la monarchie wilhelminienne, l’entente pourra se renouer avec le peuple allemand revenu à sa vraie nature [...] le lien spirituel entre le peuple régénéré et nous, c’est la tradition allemande d’autrefois [..] » (Les origines du pangermanisme, p. X-XI)

48à vrai dire, la régénération du peuple allemand passe pour lui en premier lieu par un changement d’ordre politique, à savoir l’abolition du régime prussien. L’Allemagne se doit de continuer et d’achever, sur le modèle de la révolution française, sa révolution de 1848 interrompue.

49En ce qui concerne les traités, il ne fait aucun doute que leurs positions sont très divergentes. Alors que Kraus les considère comme

« une revanche barbare sans commune mesure avec la faute commise » (F 608-612, fin décembre 1922, p. 1),

50Andler lui s’en félicite et les approuve. Il nous est possible de savoir le sort qu’il imaginait pour une Allemagne rebelle aux dictats en lisant son livre Ce qui devra changer en Allemagne :

« Il y a donc telles formes de boycottage industriel et agricole qui feraient que le peuple allemand [...] n’aurait plus le moyen de continuer la prospérité orgueilleuse de sa vie d’avant-guerre. Les classes riches seraient ruinées, le peuple n’aurait plus le moyen d’élever ses enfants en surnombre [...] les paysans et les ouvriers de sa population décimée seraient réduits à émigrer » (p. 62)

51Le patriotisme de Charles Schweitzer, lui aussi Alsacien, n’est pas moins ardent que celui d’Andler. L’autobiographie de son petit-fils, Jean-Paul Sartre, nous le montre, même si l’on doit faire la part de la satire. Comme Andler, il n’a pas admis « le viol » de l’Alsace « martyre » (Les mots, Gallimard 1962; p. 58 et 132) :

« Il y a des vrais méchants : les Prussiens, qui nous ont pris l’Alsace-Lorraine [...] Mon grand-père, qui a choisi la France en 71, va de temps en temps à Gunsbach, à Pfaffenhofen, rendre visite à ceux qui sont restés. On m’emmène. Dans les trains, quand le contrôleur allemand lui demande ses billets, dans les cafés, quand le garçon tarde à prendre la commande, Charles Schweitzer s’empourpre de colère patriotique [...] Charles ne peut se permettre qu’une pointe délicate de chauvinisme : [...] il a dû prendre sa retraite et vient de fonder pour nous faire vivre l’Institut des Langues Vivantes : on y enseigne le français aux étrangers de passage [...] en un mot, l’ennemi nous entretient : une guerre franco-allemande nous rendrait l’Alsace et ruinerait l’Institut : Charles est pour le maintien de la paix ». (Les mots, p. 33 et 34)

52Quels ont alors été les motifs de ces patriotes français proposant un écrivain de langue allemande pour le prix Nobel de littérature ? Ce n’était certes pas en un geste de réconciliation avec l’ennemi d’hier, ni pour des raisons purement littéraires. La qualité littéraire de l’œuvre est à peine évoquée et cette proposition ne pouvait avoir de valeur comme contribution à la réconciliation entre les anciens belligérants que si celui auquel on destinait l’honneur pouvait être considéré un tant soit peu comme le représentant de son pays. Kraus, isolé, et se considérant comme un « étranger indésirable » dans son propre pays (F 546-550, juillet 1920, p. 22), ne pouvait jouer ce rôle.

53L’article publié dans l’Europe Nouvelle de janvier 1926 permet de penser que Schweitzer et Andler ont vu en Kraus surtout « l’ennemi public des intellectuels allemands » (F 806-809, p. 72), selon la définition que Kraus donne de lui-même. En effet, malgré le titre de l’article (Karl Kraus et la satire de l’ancienne société austro-hongroise), il y présente les Derniers jours de l’humanité comme une oeuvre exclusivement dirigée contre la Prusse.

*

54Les relations entre Kraus et la France – moins intenses qu’ont bien voulu le dire certains – n’ont donc pas été à l’abri des malentendus. Peu connu et mal connu en France, Kraus s’y trouvait exposé à toutes les formes de récupération. Il a su les percer à jour lors de l’affaire Dreyfus, mais ne les a pas vues lorsqu’elles étaient le fait de nationalistes français agissant selon la devise « l’ennemi de mon ennemi est mon ami »

55Kraus a peu écrit sur la France et le cercle de ses véritables amis français semble s’être limité aux germanistes Germaine Goblot et Marcel Ray. Malgré cela, il était sentimentalement très attaché à la France. Il y passait régulièrement ses vacances et ne tarit pas d’éloges sur la beauté de la Côte d’Azur (cf. lettres à Sidonie Nadherny). Il qualifie la France de seconde patrie (F 876, octobre 1932, p. 14).

56Et comment ne pas rapprocher ces quelques mots adressés de Cavalaire le 16 juillet 1930 à Sidonie Nadherny:

  • 21 Briefe an Sidonie Nadherny, Kösel, Munich, 1974, t. 1, p. 617

« Es ist unbeschreiblich. Wohne in einem kleinen Hause im Pinienwald »21,

57de la déclaration suivante :

  • 22 F 820-826, fin octobre 1929, p. 146

« Heimat ist mir [...] eine Liegestatt unter Pinien, umgeben von den blauen Wundern des Meeres, der Trauben und des Himmels ... »22

Annexes

Karl Kraus und Frankreich

Die Beziehungen Karl Kraus’ zu Frankreich sind punktuell und sein Frank­reichbild beruht auf keiner realen Kenntnis der zeitgenössischen französischen Kul­tur. Aus diesem Grund fehlt es in der Fackel nicht an subjektiven Verfärbungen, die manchmal Kraus geradezu in Gegensatz zu sich selbst bringen. Das läßt sich beispielhaft an den behandelten Beispielen zeigen : Kraus’ Behandlung der Affäre Dreyfus, die er dem deutschen Sozialisten Wilhelm Liebknecht anvertraute, machte aus der Fackel eine objektive Alliierte der antisemitischen extremen Rechten, aber auch der intransigenten Linken um Jules Guesde. Kraus selbst ging es aus­schließlich darum, den Mechanismus der Massenpresse zu entlarven.

Im Ersten Weltkrieg nimmt Kraus eine konsequent anti-österreichische und anti-deutsche Position ein und schreibt der Entente Eigenschaften zu, die sich nach 1918, als Frankreich die Friedensbedingungen diktiert, als Illusionen erweisen. Kraus zögert nicht, seine satirische Verve auch gegen Frankreich, vor allem Clemenceau, zu richten.

Trotzdem geht er unbewußt nochmals in eine französische Falle : er ist des guten Glaubens, daß die französischen Professoren (allen voran Charles Andler und Charles Schweitzer) ihn seines Werkes wegen für den Nobel-Preis vorschlagen. Er kann nicht ahnen, daß beide elsässische Patrioten sind, die im Verfasser der Letzten Tage der Menschheit vor allem einen Feind des wilhelminischen Deutschland sehen. Am Rande ist noch zu vermerken, daß Kraus mit seinem wohlbegründeten Kampf gegen Alfred Kerr in Frankreich, ähnlich wie in der Dreyfus-Affäre, der nationalis­tischen Rechten in die Hände arbeitet, die die deutsch-französische Versöhnung sabotieren will.

Karl Kraus and France

Karl Kraus’s relations with France were limited in scope and his knowledge of French intellectual and political circles remained superficial. In Die Fackel, he often gives a subjective and distorted image and he even happens to take positions that nearly make him seem inconsistent. Some cases presented in this study illustrate the situation : the way Kraus treated the Dreyfus Affaire, especially the articles by the German Socialist leader Wilhelm Liebknecht he published in his magazine, made of the Fackel the objective ally of the extreme right wing and also of the intransigent left wing around Jules Guesde. In fact, Kraus was only interested in revealing the manoeuvres of the Press, especially the Austrian Press.

During World War I, Kraus adopts a resolutely anti-Austrian and anti-German position, and finds in the Entente qualities that will prove to be illusions after 1919, when France dictates the peace conditions. Kraus then does not hesitate to direct his satirical verve against France, particularly against Clemenceau.

Nevertheless, he will fall into another French trap : he believes that the French professors proposing him for the Nobel Prize for Literature (under the leadership of Charles Andler and Charles Schweitzer) are led by their admiration for his work. He cannot suspect that both men are Alsacian patriots who see the author of The Last Days of Mankind above all as a mortal enemy of German imperialism. It is also to be noted that when he rightly denounces Alfred Kerr before French public opinion, once again, as in the Dreyfus Affair, he plays into the hand of the French nationalist right wing who wants to sabotage the Franco-German reconciliation.

Notes

1 Voir le livre excellent du musicologue Georg Knepler : Karl Kraus liest Offenbach. Vienne : Löcker 1984 ; et notons l’admiration que Walter Benjamin portait aux versions krausiennes d’Offenbach.

2 C. Kohn : Karl Kraus in Frankreich, p. 525.

3 Caroline Kohn : Karl Kraus. Stuttgart : Metzler 1966 (version allemande de la thèse d’état française soutenue en 1962).

Caroline Kohn : Karl Kraus in Frankreich. In : Literatur und Kritik (Vienne) 59, 1971, pp. 524-525.

Friedrich Jenaczek : Zeittafeln zur Fackel. Munich : Gans 1965, 44.

4 F 7, p. 4

5 à ce propos, Kraus confond Joseph Reinach avec Jacques de Rainach. Ce dernier avait en effet trempé dans le scandale, mais n’est pas mentionné par Kraus, alors que le premier, qui reçoit les critiques, n’a rien eu à voir avec l’affaire de 1892 (F 7, fin avril 1901, p. 5)

6 Voir en particulier Fackel No 18 (fin septembre 1899) pp. 1-10 ; N° 19 (début octobre 1899) pp 1-12 et N° 21 (fin octobre 1899) pp.1-12.

7 F 26, p. 9

8 Cité d’après Jean-Jacques Fiechter : Le socialisme français de l’affaire Dreyfus à la Grande Guerre, Droz, Genève 1965.

9 Déclaration de Jules Guesde et Paul Lafargue, Au nom du Parti Ouvrier Français, citée d’après : Zevaés, Histoire du Socialisme en France, p. 267.

10 Le 3 juin 1899, le jugement du tribunal militaire est annulé par la cour de cassation. Les nationalistes, qui sont contre cette décision, s’en prennent au président de la république Loubet et le molestent. Les socialistes et les républicains organisent une contre-manifesta­tion, il s’ensuit des heurts avec la police. Alors que les milieux réactionnaires tentent d’utiliser la situation troublée pour organiser un coup d’état, Loubet demande à Waldeck Rousseau de former un gouvernement de coalition, dans lequel entre le socialiste Millerand.

11 F 26, p. 13

12 Cf F 781, juin 1929 et F 800, février 1929.

13 Une lettre de Ludwig von Ficker à Marie Franzos du 11 décembre 1925 ainsi qu’une lettre de Carl Grönblad, secrétaire de l’Académie suédoise à l’époque, lettre en date du 6 avril 1927, montrent qu’il avait finalement répondu au voeu de Radecki.

14 Lévy-Bruhl (1857-1939), célèbre anthropologue et ethnologue, enseigna de 1896 à 1927 à la Sorbonne et s’intéressa à l’Allemagne, en particulier à Henri Heine, aux théories politiques de Frédéric II et à l’influence de Jean-Jacques Rousseau sur l’Allemagne. Avant la guerre, il est proche de Jean Jaurès et collabore à l’Humanité. Lorsque le conflit mondial éclate, il est trop âgé pour servir dans l’armée. « Mais son patriotisme et son intelligence trouvèrent à s’employer efficacement » (Jean Caseneuve). En 1927 il quitte la Sorbonne pour se consacrer pleinement à ses recherches sur la mentalité primitive. Le livre qui lui est consacré (Jean Caseneuve : Lucien Lévy-Bruhl. Sa vie, son oeuvre avec un exposé de sa philosophie), ne mentionne pas sa participation à la démarche en faveur de Kraus pour le prix Nobel.

15 Ce philosophe qui a travaillé au rapprochement entre les peuples après la guerre en étant notamment délégué de la France au Comité International pour la coopération intellectuelle à la SDN, fit à la fin des années vingt et au début des années trente des conférences en Allemagne et en Autriche sans apparemment jamais y rencontrer Kraus.

16 Pour pallier leur méconnaissance de Kraus, Schweitzer se propose de leur donner la possibilité de se forger une opinion en écrivant un article sur l’auteur, intitulé Karl Kraus et la satire de l’ancienne société austro-hongroise. Cet article paraîtra effectivement dans l’Europe Nouvelle du 9 janvier 1926.

17 Lettre reproduite dans la revue Austriaca 22, 1986

18 ibidem

19 Collection de l’Action Nationale, Paris, s.d.

20 Discours prononcé devant les lycéens de Sceaux, dans lequel Andler les exhorte à faire le sacrifice de leur vie pour le salut de la patrie. Paru sous forme de plaquette en 1917 sous le titre : L’Alsace-Lorraine et le devoir présent des Français. (pas d’indication de date, ni de lieu de parution).

21 Briefe an Sidonie Nadherny, Kösel, Munich, 1974, t. 1, p. 617

22 F 820-826, fin octobre 1929, p. 146

Auteur

Abbeville

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr