Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Karl Kraus et son temps

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gerald Stieg

2. Dans la mélée

Karl Kraus et la question de la paix dans la Fackel des années 1917-1918

Sigurd Paul Scheichl

Texte intégral

  • 1 Cf. la documentation des rapports entre les scènes du drame et les passages de la Fackel dans : Kar (...)
  • 2 Cf. Norbert Ruske, Szenische Realität und historische Wirklichkeit. Eine Untersuchung zu Karl Kraus (...)
  • 3 Ibid., p. 282.
  • 4 Cf. Sigurd Paul Scheichl, Karl Kraus und die Politik (1892-1919), thèse dactylographiée, Innsbruck (...)

1Malgré les relations étroites qui existent entre la revue Die Fackel des années de guerre et le drame Les derniers jours de l’humanité1, le problème de la paix est abordé par Kraus uniquement dans la revue – et dans ses lectures publiques – mais non pas dans la pièce2. Cela s’explique par les différences du degré de fictionalité3 : dans la grande tragédie, la satire est plus abstraite, moins assujettie aux débats politiques de l’époque. La revue, par contre, a un caractère plus pragmatique, plus orienté vers des améliorations politiques possibles. Pour des raisons pratiques, nous arrêterons notre analyse avec la fin de la guerre et nous ne discuterons pas les réactions de Kraus aux traités de Versailles et de Saint-Germain4.

  • 5 Cf. la comparaison intéressante dans l’article de Frank Field, "Karl Kraus, Bernard Shaw and Romain (...)
  • 6 Cet article de Lammasch est plus facilement accessible dans : Heinrich Lammasch, Europas elfte Stun (...)

2Dans la Fackel, donc, Kraus, ne laisse jamais le moindre doute quant à son opposition radicale à la guerre, son horreur devant les souffrances qu’elle inflige à tant d’hommes et de femmes, son mépris pour tous ceux qui profitent de cette guerre. Il montre un courage exceptionnel5 en dénonçant la guerre de l’intérieur même de l’Autriche-Hongrie. Mais il parle très peu de la paix : sa satire dénonce ce qui est mauvais, elle ne se lance pas dans les utopies d’un ordre meilleur. Une « glose » d’août 1916 (« Ein deutsches Ärgernis und seine Definition », F 431-36, pp. 89 sq.) laisse paraître de la sympathie pour le pacifiste allemand Friedrich Wilhelm Foerster, mais même ce petit texte est plutôt une attaque contre les universités allemandes. Ce n’est qu’en janvier 1917 que Die Fackel ajoute à ses thèmes la question de la paix. Dans une « glose » – ce genre typiquement krausien – Karl Kraus cite un article que le juriste Heinrich Lammasch, conservateur chrétien, a publié dans le journal social-démocrate Arbeiter-Zeitung qui, lui, était déjà très critique à l’égard de la guerre dès 1916-19176. Par le titre même de cette glose (« Ein besserer Österreicher », cf. F 445-53, janvier 1917, pp. 66 sq.), Kraus exprime son respect pour Lammasch, dont il approuve les prises de position.

  • 7 Cf. Edward Timms, Karl Kraus - Apocalyptic Satirist, New Haven et Londres : Yale University Press, (...)
  • 8 Cf. Leopold Liegler, Karl Kraus und sein Werk, Vienne, Lanyi, 1920, p. 362.

3Il faut attendre mai 19187 pour que tout un numéro de la revue soit essentiellement consacré au problème de la paix (Die Fackel, 474-83). C’est la structure de ce numéro, l’ordre des articles8, plutôt que leur contenu qui permet cette interprétation. Le premier article, « Der begabte Czernin », est une polémique contre un faux prophète de la paix ; cet article est opposé – et mis en parallèle – à la poésie qui clôt ce numéro de la Fackel : « Zum ewigen Frieden », consacrée à Immanuel Kant, le prophète d’une vraie paix. Ce même numéro contient aussi une prise de position pleine d’emphase « Für Lammasch », en parallèle avec la nécrologie « Am Sarg Alexander Girardis », où Kraus exprime une dernière fois son admiration pour cet acteur populaire viennois. Par ce parallèle, Kraus souligne le caractère spécifiquement autrichien du pacifisme de Lammasch, son opposition patriotique à l’allié allemand impérialiste, ainsi que les racines de ce pacifisme dans les valeurs conservatrices.

  • 9 "Rede Czernins vor den Delegationen", in : Neue Freie Presse, Morgenblatt, 5. Dezember 1917, pp. 2- (...)
  • 10 Ladislaus Singer, Ottokar Graf Czernin, Graz, Styria, 1965, p. 71.

4Il y a des raisons pour lesquelles Kraus parle si tard de la paix, malgré son opposition acharnée à la guerre. Le ministre austro-hongrois des Affaires Etrangères, le comte Czernin lui-même dit dans son discours du 5 décembre 1917 que le mot « paix » avait été tabou en Autriche jusqu’en 19169. C’est seulement après la mort de François-Joseph et l’accession au trône de Charles 1er qu’une discussion sur cette question devint possible. Czernin lui-même fut convaincu dès 1916 que l’Allemagne et ses alliés ne pouvaient pas gagner la guerre10 ; le 12 décembre 1916, les Empires centraux firent une proposition de paix ; le 18 décembre, Wilson entreprit une démarche diplomatique pour négocier la paix. Une nouvelle discussion commença, une discussion qui donna un nouvel espoir à beaucoup de ceux qui souffraient de la guerre.

5En Autriche, Charles 1er reconvoqua le Parlement en mai 1917 ; dès lors une discussion démocratique et publique de tous les problèmes de l’état redevint possible.

  • 11 Cf. Scheichl (op. cit.) pp. 697 sq.
  • 12 Bien qu’il ait épousé des convictions démocratiques dès 1917 ; cf. Timms (op. cit. ci-dessus note 7

6Il a fallu cette nouvelle situation pour que Kraus, depuis toujours adversaire de la guerre, devienne un avocat de la paix. Il est certain qu’il a toujours désiré, dès 1914, que la guerre s’arrête, mais il ne semble pas avoir réfléchi beaucoup à la façon dont on aurait pu arriver à ce but. Comme toujours, il ne s’est intéressé à un problème politique qu’à partir du moment où il s’est posé de façon concrète : ainsi il ne s’est pas intéressé au pacifisme avant 191411, ainsi il n’a pas été républicain avant novembre 191812. L’utopie politique lui est toujours restée étrangère. Néanmoins, quand le problème est posé, Kraus réagit rapidement et publiquement.

7Mais même quand il participe à la discussion sur la paix, à partir du début de 1917, Kraus ne s’intéresse guère aux détails d’un nouvel ordre mondial. Il parle plutôt des principes moraux qui doivent être à la base d’un tel ordre. Sa critique du comte Czernin en témoigne.

  • 13 "Die Rede des Grafen Czernin über die Friedensfrage", in : Neue Freie Presse, Morgenblatt, 3 octobr (...)

8Czernin avait parlé de la paix à Budapest le 2 octobre 191713. Dans la première partie de son discours, il proposa précisément un nouvel ordre pour le monde, une nouvelle base juridique pour les relations entre les états :

« Europa muß zweifellos nach diesem Krieg auf eine neue internationale Rechtsbasis gestellt werden, welche Garantien der Dauerhaftigkeit biete »

9Ce nouveau droit international devrait, d’après Czernin, être fondé sur les principes suivants : désarmement et reconnaissance des tribunaux internationaux, liberté des océans, renonciation à toute conquête, renonciation à tout genre de guerre économique. Ce programme fut lié à une offre de paix aux alliés.

10Mais le discours comportait une deuxième partie. À la vision d’un avenir sans guerres, Czernin ajoutait :

« Aber niemand möge sich darüber täuschen, daß dies unser so friedfertig moderiertes Programm nicht für ewige Zeiten gilt und gelten kann. Wenn unsere Feinde uns zwingen, den Krieg fortzusetzen, dann werden wir gezwungen sein, unser Programm zu revidieren /.../ Bei Fortsetzung des Krieges […] behalten wir uns freie Hand vor ».

11Ainsi donc Czernin propose d’un côté une solution durable pour la future paix en Europe et dans le monde ; de l’autre côté, il trahit ses propres idées en les réduisant à un moyen de sa stratégie politique à court terme. Autrement dit : pour Czernin, les principes moraux sont au service de la politique et non pas la politique au service des principes moraux.

  • 14 La numérotation des soirées de lecture est celle de la liste établie par Christian Wagenknecht, Die (...)

12Dès novembre 1917, Kraus a donné sa réponse à Czernin : « Eine prinzipielle Erklärung », qu’il a lue en public à Vienne le 11 et le 18 novembre 1917 et de nouveau le 7 juin 1918 (V 106, 107, 122)14; Kraus ne l’a publiée qu’en octobre 1918 (F 484-98, pp. 232-240), sans doute à cause de la censure. Nous citons d’abord ce que Kraus dit de la première partie du discours de Czernin :

« Es hat vor einigen Monaten einen Augenblick in der Weltgeschichte gegeben, wo die Hoffnung aufleuchtete, daß diese zerschundene Maschine, die Mensch genannt wird, wieder zum Menschen werden könnte, und weil diese Hoffnung in Österreich geboren wurde, war’s auch die Hoffnung, ein Patriot zu sein […] Es war zum erstenmal aus dem Munde eines mitteleuropäischen Staatsmannes die Sehnsucht der Menschen bejaht worden, sich von dem furchtbarsten Erdenfluche […] durch den Aufstand der Menschenwürde zu befreien, […] von dem Alpdruck der militaristischen Lebensanschauung […] – ich muß bekennen, daß ich an den Entschluß zur Einkehr, an den Ernst der Erkenntnis, daß die Zukunft des Geschlechts bei Kant besser als bei Krupp aufgehoben sei, ernsthaft geglaubt habe. /.../ » (F 484-98, pp. 232 sq.)

13Kraus parle d’espoir, de révolte de la dignité de l’homme face au cauchemar du militarisme, de recueillement et de la chance de devenir raisonnable, des idées de Kant, qui sont une meilleure garantie pour l’avenir des hommes que les principes de Krupp. Avec beaucoup de pathétique, Kraus fait siennes les idées exprimées par Czernin dans la première partie de son discours – mais il ne rentre pas du tout dans le détail des arguments du ministre, à une exception près : il mentionne le désarmement (p. 236).

14Cette indifférence de Kraus à l’égard des détails politiques des propositions ministérielles peut s’expliquer en partie par le fait que ces propositions ont été invalidées dans la deuxième partie du même discours ; mais ce désintérêt est également typique du désintérêt général de Kraus pour les discussions politiques théoriques ainsi que de son anti-utopisme.

  • 15 Cf. Neue Freie Presse, 28 octobre 1917, pp. 8 sq. Le discours complet, que Kraus a pu lire (F 474-8 (...)

15La glose Der Zweite Teil (F 474-83, mai 1918, pp. 136-139), qui se réfère au même discours de Czernin, a une tendance semblable. La plus grande partie de ce texte est constituée par une citation d’un discours qu’Heinrich Lammasch a fait devant le Herrenhaus, la Chambre Haute du parlement autrichien, à propos du discours de Czernin, le 22 octobre 191715 ; en effet, les quatre cinquièmes de la glose sont des paroles prononcées par Lammasch. Comme celui-ci, ancien membre de la Cour Internationale de La Haye, a parlé des tribunaux internationaux, il en est question aussi dans la Fackel, mais non pas dans les paroles de Kraus lui-même ; le satiriste s’est contenté de souligner quelques passages de Lammasch par des moyens typographiques.

16Donc l’écho qu’ont trouvé dans la Fackel la première partie du discours de Czernin et les programmes pacifistes est un écho peu clair : Kraus est pour la paix, mais il ne dit pas précisément pour quelle paix ; il parle des principes éthiques de cette paix, mais point du tout de sa forme politique.

  • 16 Ruskin, F 31, 1900, pp. 5-9 ; Cf. Kraus-Hefte 9, 1979, p. 17 ; Kraus-Hefte 12, 1979, p. 11.
  • 17 Cf. F 531-43, 1920, p. 57.
  • 18 Cf. Ingeborg Meckling, Die Außenpolitik des Grafen Czernin, Vienne, Verlag für Geschichte und Polit (...)
  • 19 Stefan Verosta a bien voulu m’informer qu’il ne se trouve pas de lettres de Kraus dans les papiers (...)
  • 20 Cf. aussi "Ein besserer Österreicher", F 445-53, janvier 1917, pp. 66 sq.

17L’attitude de Kraus envers Lammasch est conforme à cette position. Lammasch, professeur de droit international, était le pacifiste autrichien le plus connu ; il devait d’ailleurs devenir le dernier Président du Conseil de l’ancienne Autriche. Kraus avait été en contact avec lui dès ses débuts, et Lammasch avait même publié une contribution anonyme dans la Fackel16. Pendant la guerre, Kraus avait repris les contacts avec le juriste et politicien ; après la guerre, il se souviendra de longues discussions avec Lammasch17. Ces rencontres étaient certainement une source d’information importante pour Kraus : il a pu savoir beaucoup de choses sur les projets de paix et les problèmes juridiques qu’ils posaient, grâce à Lammasch, qui avait même été chargé d’une mission secrète en Suisse où il devait nouer des contacts indirects avec Wilson en janvier 191818. Mais ces informations19 ont laissé peu de traces dans la Fackel; Lammasch n’a pas non plus écrit dans la revue de Kraus, et Kraus ne le cite longuement qu’une seule fois, précisément dans « Der zweite Teil », déjà mentionné.20 Cela peut avoir plusieurs raisons.

18La défense de Lammasch (« Für Lammasch », F 474-83, mai 1918, pp. 46-49) est un autre texte qui insiste lui aussi sur la supériorité éthique de ce personnage, sur son humanisme, mais parle très peu de son programme pour la paix. De plus, c’est une défense et Kraus parle donc beaucoup des adversaires de Lammasch.

19La supériorité de Lammasch, sur laquelle Kraus insiste tant, se situe, tout comme l’infériorité de Czernin, qui fait l’objet de ses attaques, sur le plan éthique. Ce caractère éthique de ses jugements sur les politiciens concernés est aussi typique de ses écrits sur la paix que son désintérêt pour les détails politiques. Nul ne sera surpris de constater que le jugement porté sur Czernin est fondé surtout sur la deuxième partie du discours de Budapest où celui-ci renie ses propres déclarations pacifistes. L’opposition entre les textes où Kraus exprime son accord avec la première partie du discours de Budapest, et ceux où il critique la seconde partie, se reflète dans la différence de style : là le style pathétique des passages cités, ici la langue quotidienne :

« Nun aber haben wir von Kant zu Krupp heimg’funden /.../ » (F 484-98, 1918, p.235)

20C’est surtout la polémique intitulée « Der begabte Czernin » de février 1918 qui formule ce jugement (F 474, pp. 1-22). Nous n’entrerons pas dans les détails de cet article, dans lequel Kraus attaque l’irresponsabilité de Czernin surtout à travers l’analyse de sa langue, entre autres de ses remarques à propos des négociations de paix de Brest-Litowsk.

21Dans son discours parlementaire à ce sujet, Czernin avait déclaré :

  • 21 Caractères espacés par Kraus

« […] Ich glaube, das Wiener Parlament bietet ein Beispiel, daß kräftige Worte möglich sind, ohne daß man daran stirbt […] »21 (ibid. p. 17)

22Le commentaire de Kraus :

« (...) man (muß) doch über die Feinfühligkeit staunen, die die aus der landesüblichen Gemütsschlamperei bezogene Redensart ‘sterben wird niemand dran’ unermüdlich abwandelt und nicht einmal dessen inne wird, daß dieses zur mundfaulen Phrase erstarrte Achselzucken hier ausnahmsweise wirklich in einer Sphäre betätigt wird, in der man an Worten stirbt. » (ibid. p. 18)

[…] - nicht einmal diese anschauliche Konsequenz bringt ihn zu der Besinnung, daß es die vielen Leichen auf anderen Plätzen derzeit schon gibt, und zu dem Gedanken, daß zu deren Vermehrung der Ton auf einer Friedenskonferenz sehr wohl beitragen könnte". (ibid.)

23Sa façon de parler fait de Czernin un journaliste qui ne pense pas aux conséquences de ses paroles.

24De l’autre côté, le contraste entre la première et la deuxième partie de son discours le fait apparaître comme un indécis, sinon un menteur, qui n’a pas le courage de ses idées :

« Aber welch ein Hochverräter war dieser Mann, der des Hochverrats fähig war, ihn nicht zu begehen ! » (F 501-07, janvier 1919, p. 91)

25Ce jugement sur Czernin est donc un jugement moral sur la personne du ministre, beaucoup plus qu’un jugement sur sa politique.

26Il faut ajouter que Kraus ne parle guère des négociations de Brest-Litowsk, ni des détails de ce traité de paix, bien qu’il ne laisse aucun doute sur son refus total des accords avec la nouvelle Russie.

27Le texte opposé à « Der begabte Czernin » dans le numéro F 474-83 de la Fackel est la poésie « Zum ewigen Frieden » que Kraus a souvent récitée dans ces années-là (souvent avec un autre poème : « Der Bauer, der Hund und der Soldat »). Le titre est une allusion au texte de Kant que Kraus cite aussi dans la glose « Ein Kantianer und Kant » (F 474-83, 1918, pp. 155 sq.).

  • 22 Immanuel Kant, Zum ewigen Frieden, Leipzig, Insel-Bücherei 228, 1917, édité par le Viennois Franz K (...)

28Une analyse détaillée de ce poème (ibid. p. 159 sq.) et des allusions à Kant, assez fréquentes dans la Fackel à cette époque, n’est pas possible, mais deux remarques s’imposent. Kraus prétend que la phrase placée en exergue au poème est tirée de « Zum ewigen Frieden » de Kant ; en réalité, il a choisi, sans doute par erreur, une phrase extraite d’un autre texte (« Über den Gemeinspruch : Das mag für die Theorie richtig sein, taugt aber nicht für die Praxis ») qui se trouve dans l’appendice de l’édition que Kraus a utilisée.22 Cela permet de penser que sa lecture de Kant avait été plutôt superficielle, une observation qui est confirmée par le fait que le poème ne contient aucune allusion précise au projet pacifiste du philosophe.

29L’exergue lui-même, qui est commenté par le poème, a un thème éthique très général : l’espoir altruiste pour les générations de l’avenir qui souffriront moins, parce que la génération du présent a semé pour elles.

30On retrouve donc une fois de plus le caractère éthique de l’attitude de Kraus envers la question de la paix et son désintérêt pour les détails des projets pacifistes. L’opposition entre « Der begabte Czernin » et « Zum ewigen Frieden » dans le numéro de la Fackel est typique pour la fonction des références à Kant dans la Fackel des années de guerre : Kraus met en évidence le contraste entre le philosophe de l’impératif catégorique et l’Allemagne peu kantienne des années 1914-1918.

31À Czernin, Lammasch et Kant il faudrait ajouter le nom de Woodrow Wilson, qui, pour Kraus, représente l’espoir d’un nouvel ordre mondial. Mais par le fait que Wilson était loin, son image reste relativement floue dans la Fackel de ces années ; la discussion des traités de paix et du rôle de Wilson après 1918 sort du cadre de cet article.

32Nous tenons à faire remarquer que l’idée de la paix, chez Kraus, est très personnalisée ; il n’en parle pour ainsi dire jamais sans parler en même temps de Czernin, de Lammasch ou d’autres.

  • 23 Cf. aussi F 484-98, 1918, pp. 135 sq.
  • 24 Cf. Meckling, op. cit., (note 18), p. 233.

33Si Kraus a mis sa revue au service de la lutte contre la guerre plutôt qu’au service de la lutte pour la paix, il faut constater néanmoins que son refus de la guerre avait des conséquences bien utiles pour les partisans de la paix. Kraus n’a pas eu de conception globale de la paix, mais il a très bien et très tôt compris que l’alliance entre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie était le plus grand obstacle à la paix. Dans la glose « Ein Irrsinninger auf dem Einspännergaul » (F 418-22, avril 1916, pp. 15 sq.), il cite un article anodin sur un fou qui s’était emparé d’un cheval dont le cocher a tout de suite perdu le contrôle. Ce fait divers devient, dans le contexte de la Fackel, un symbole des relations entre les deux alliés de l’Europe centrale – et Kraus, qui avait beaucoup d’influence par sa revue comme par ses lectures publiques, a su faire comprendre à son public que la fin de cette alliance était la condition préalable à la paix23. Dans les dernières lectures de cette glose pendant la guerre (V 124, 127), Kraus terminait d’ailleurs par la phrase « Ah, voici un policeman » (F 508-13, 1919, p. 28), une allusion aux espoirs qu’il mettait en Wilson. On pourrait citer beaucoup d’articles de la Fackel manifestant cette tendance anti-allemande. L’auteur a certainement été influencé par la conviction de bon nombre d’Autrichiens que leur pays continuait la guerre seulement pour servir les objectifs de l’Allemagne.24

  • 25 Heinrich Benedikt, Die Friedensaktion der Meinlgruppe 1917-18, Graz et Cologne, Böhlau, 1962, p. 18 (...)

34C’est dans ce sens que la Fackel est plus pragmatique, plus orientée vers des buts politiques précis que Les derniers jours de l’humanité, non pas vers tel ou tel contenu d’un traité de paix, mais vers telle ou telle possibilité précise de préparer le chemin de la paix : plus grande indépendance de l’Autriche dans l’alliance, réduction de l’influence des milieux industriels, etc. Et c’est par cette critique de l’alliance, des profiteurs de guerre que Kraus a contribué à faire naître un désir croissant pour la paix en Autriche. Les pacifistes organisés ont d’ailleurs essayé d’utiliser l’influence de Kraus pour arriver à leur but : l’industriel Julius Meinl a transmis son étude sur l’état catastrophique de l’Autriche-Hongrie par l’intermédiaire de Lammasch25 en vue de la lecture publique de Kraus du 18 novembre 1917 (V 107).

  • 26 Cf. John D. Halliday, Karl Kraus, Franz Pfemfert and the First World War, Passau, Haller, 1986, p. (...)

35On a d’ailleurs sans doute compris dans les milieux officiels que Kraus est devenu plus dangereux après 1916, à cause de ces contacts avec un pacifisme organisé. Ceci pourrait en partie expliquer pourquoi Kraus a eu beaucoup plus de difficultés avec la censure après la mort de François-Joseph qu’avant26, malgré l’amélioration générale du climat politique sous le nouvel empereur.

36Kraus n’a donc pas eu de programme de paix, il n’a montré que peu d’intérêt pour les détails politiques, ses jugements sont plutôt de nature morale que politique ; tout cela semble confirmer une fois de plus ce que Alfred Polgar a écrit bien plus tard sur lui :

  • 27 Alfred Polgar dans une lettre de 1945; cité par Ulrich Weinzierl, Alfred Polgar, Vienne, Löcker, 19 (...)

« Und ein sehr konstruktiver Geist war er ja nicht, sondern durchaus ein kritisches Genie. »27

37Néanmoins, l’engagement moral de Kraus et de sa revue contre la guerre était une contribution importante à la paix, à une nouvelle attitude politique. Le rôle de Kraus dans la première république autrichienne, son influence sur les jeunes de ces années en est la preuve.

Annexes

Karl Kraus und der Friede

Karl Kraus war ein absoluter Feind der sinnlosen Schlächterei des Ersten Weltkrieges. Deshalb war er auch ein überzeugter Verfechter eines « bedingungslosen Friedens ». Doch scheint er sich wenig Gedanken über die Bedingungen eines solchen wirklichen Friedens gemacht zu haben. Er schließt sich dem Programm des einzigen konsequent pazifistischen österreichischen Politikers, Heinrich Lammasch, an, der als letzter Ministerpräsident des Habsburger Reiches fungiert hat.

Wenn Kraus vom Frieden spricht, so handelt es sich um Prinzipienerklärungen wie « Für Lammasch » oder « Zum ewigen Frieden » (Kant). Ohne Berücksichtigung politischer Details verkündigt er das pazifistische Ideal Kants. Immerhin assoziiert er das wesentliche politische Ereignis vom Jahresbeginn 1918, die « Vierzehn Punkte » Wilsons, mit Kants Text. Dagegen übergeht er alle anderen Friedensversuche (Vatikan, Sozialistische Internationale, Lenin) mit Schweigen.

Innenpolitisch gesehen, unterstützt Kraus ohne Vorbehalt den Bruch des Bündnisses mit Deutschland, um zu einem gerechten Frieden, und nicht zu einem « Siegfrieden » zu gelangen. Diese klare Haltung erlaubt es ihm auch, mit derselben Vehemenz den Revanchismus der Väter des Vertrags von Versailles zu geisseln. In der Grundfrage von « Krieg und Frieden » kennt Kraus nur die « absolute Moral », die sich als « konstruktiver » erweist als der politische Geist seiner Zeit.

Karl Kraus and Peace.

Kraus was an unconditional opponent of the inane carnage of World War I. He was therefore a convinced supporter for a « peace without preliminary conditions ». On the other hand, he seems to have asked himself few questions as to how a real peace of this nature could occur. He subscribes to the programme of the only resolutely pacifist Austrian politician, Heinrich Lammasch, who was to be the last Prime Minister of the Empire.

When Kraus considers the peace problem, it is with declarations of principles (for example « For Lammasch » or « About everlasting peace » (by Kant). He preaches Kant’s ideal of peace without bothering about political details. However, he links the most important political event of early 1918, Wilson’s Fourteen Points, to Kant’s text. Yet, he ignores all other peace initiatives : from the Vatican, the International Socialist Conference, Lenin.

As far as Austrian internal policy is concerned, Kraus declares himself unreservedly for breaking off the alliance with Germany so as to reach a fair peace and not a peace granted by the winners. This unambiguous position will allow him to condemn the spirit of revenge prompting the authors of the Treaty of Versailles with the same vehemence. In the fundamental question « War and Peace », Kraus only knows « absolute ethics ». In that, his critical faculty was more constructive than the political spirit of his time.

Notes

1 Cf. la documentation des rapports entre les scènes du drame et les passages de la Fackel dans : Karl Kraus, Die letzten Tage der Menschheit, t. 2 : Materialien und Kommentare, édité par Kurt Krolop, Berlin (RDA), Volk und Welt, 1978, pp. 7-232.

2 Cf. Norbert Ruske, Szenische Realität und historische Wirklichkeit. Eine Untersuchung zu Karl Kraus : "Die letzten Tage der Menschheit", Frankfurt : Rita G. Fischer, 1981, pp. 275 sq.

3 Ibid., p. 282.

4 Cf. Sigurd Paul Scheichl, Karl Kraus und die Politik (1892-1919), thèse dactylographiée, Innsbruck 1971, pp. 750 sq.

5 Cf. la comparaison intéressante dans l’article de Frank Field, "Karl Kraus, Bernard Shaw and Romain Rolland as Opponents of the First World War", dans : Sigurd Paul Scheichl et Edward Timms (eds.), Karl Kraus in neuer Sicht, München, Text + Kritik, 1986, pp. 158-173.

6 Cet article de Lammasch est plus facilement accessible dans : Heinrich Lammasch, Europas elfte Stunde, München, Verlag für Kulturpolitik, 1919, pp. 116-119.

7 Cf. Edward Timms, Karl Kraus - Apocalyptic Satirist, New Haven et Londres : Yale University Press, 1986, p. 360. Timms observe un changement définitif du ton politique de la Fackel en octobre 1917, surtout en ce qui concerne la prise de position de Kraus pour la démocratie. Mais le parallèle avec le développement de son pacifisme est évident.

8 Cf. Leopold Liegler, Karl Kraus und sein Werk, Vienne, Lanyi, 1920, p. 362.

9 "Rede Czernins vor den Delegationen", in : Neue Freie Presse, Morgenblatt, 5. Dezember 1917, pp. 2-4.

10 Ladislaus Singer, Ottokar Graf Czernin, Graz, Styria, 1965, p. 71.

11 Cf. Scheichl (op. cit.) pp. 697 sq.

12 Bien qu’il ait épousé des convictions démocratiques dès 1917 ; cf. Timms (op. cit. ci-dessus note 7)

13 "Die Rede des Grafen Czernin über die Friedensfrage", in : Neue Freie Presse, Morgenblatt, 3 octobre 1917, p. 2 sq.

14 La numérotation des soirées de lecture est celle de la liste établie par Christian Wagenknecht, Die Vorlesungen von Karl Kraus. Ein chronologisches Verzeichnis, in : Kraus-Hefte 35-36, 1985, pp. 1-30.

15 Cf. Neue Freie Presse, 28 octobre 1917, pp. 8 sq. Le discours complet, que Kraus a pu lire (F 474-83, 1919, p. 136), est accessible dans : Lammasch, op. cit. (cf. note 6) pp. 148-160.

16 Ruskin, F 31, 1900, pp. 5-9 ; Cf. Kraus-Hefte 9, 1979, p. 17 ; Kraus-Hefte 12, 1979, p. 11.

17 Cf. F 531-43, 1920, p. 57.

18 Cf. Ingeborg Meckling, Die Außenpolitik des Grafen Czernin, Vienne, Verlag für Geschichte und Politik, 1969, pp. 327 sq.

19 Stefan Verosta a bien voulu m’informer qu’il ne se trouve pas de lettres de Kraus dans les papiers laissés après sa mort par Lammasch ; peut-être ont-elles été détruites en 1938.

20 Cf. aussi "Ein besserer Österreicher", F 445-53, janvier 1917, pp. 66 sq.

21 Caractères espacés par Kraus

22 Immanuel Kant, Zum ewigen Frieden, Leipzig, Insel-Bücherei 228, 1917, édité par le Viennois Franz Kobler, que Kraus a sans doute connu.

23 Cf. aussi F 484-98, 1918, pp. 135 sq.

24 Cf. Meckling, op. cit., (note 18), p. 233.

25 Heinrich Benedikt, Die Friedensaktion der Meinlgruppe 1917-18, Graz et Cologne, Böhlau, 1962, p. 187.

26 Cf. John D. Halliday, Karl Kraus, Franz Pfemfert and the First World War, Passau, Haller, 1986, p. 156.

27 Alfred Polgar dans une lettre de 1945; cité par Ulrich Weinzierl, Alfred Polgar, Vienne, Löcker, 1985, p. 227.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr