Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Karl Kraus et son temps

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gerald Stieg

2. Dans la mélée

Sionisme et antisémitisme : le piège des mots ...

De Karl Kraus à Hannah Arendt, avec un détour par Robert Hamerling, Börries von Münchhausen, Werner Sombart et quelques autres ...

Jacques Le Rider

Texte intégral

  • 1 Karl Kraus, Eine Krone für Zion (1899), in : Kraus, Frühe Schriften, éd. par Christian Wagenknecht, (...)

1Dans son pamphlet antisioniste de 1899, Eine Krone für Zion, Karl Kraus reprochait à Theodor Herzl et à ses partisans de donner raison à « l’épicier éméché de Hernals ». Il revendiquait le droit « ... de s’insurger contre le fait que la profondeur de vues qui inspire à l’épicier éméché de Hernals le cri ‘Dehors les Juifs!’ trouve sa répétition pure et simple dans le sionisme, dont la réponse ‘Mais oui, dehors les Juifs!’ n’apporte guère de variation, hormis la plus grande solennité de ton. »1 Durant les années suivantes, Karl Kraus répète fréquemment cet argument dirigé contre la politique de Theodor Herzl. Il souligne que le sionisme, lorsqu’il vante aux puissances internationales (Turquie, Russie, Allemagne, Angleterre, sans oublier la Monarchie habsbourgeoise) l’utilité de l’état juif comme solution du problème international de l’émigration juive et de l’antisémitisme, se place en position de collusion objective avec l’antisémitisme.

  • 2 Cf. infra, note 28.

2C’est la plausibilité de ce paradoxe de Kraus que nous nous proposons d’examiner, à la lumière de son contexte historique. Précisons qu’il ne s’agit pas pour nous de prendre Karl Kraus pour maître à penser : sur les questions qui touchent de près ou de loin à l’identité juive, son avis se révèle trop souvent sujet à caution, nous l’avons souligné ailleurs2. Mais comment dénier à Kraus le génie de mettre le doigt sur quelques plaies de la culture et de la société contemporaines ? En suggérant qu’entre l’antisémitisme et le sionisme circulaient certains « Austauschdiskurse », Kraus a-t-il seulement trahi sa méconnaissance profonde des aspirations juives au retour à Sion ? N’a-t-il pas aussi lancé une controverse dont le dialogue entre Hannah Arendt et Gershom Scholem, un demi-siècle plus tard, allait confirmer la troublante actualité ?

3En 1902, Kraus relève par exemple

« die Aussage, die jüngst kein Geringerer als König Theodor Herzl vor der englischen Fremdeneinwanderungs-Commission abgelegt hat. Herr Herzl erklärte, daß die Einwanderung ‘jüdischer Paupers aus dem Osten’ für England eine ernste Gefahr bedeute und bekämpft werden müsse ».

4Karl Kraus note que plusieurs revues juives allemandes ont réagi avec indignation aux déclarations de Herzl (par exemple Josef Samuel Bloch dans la Österreichische Wochenschrift). Il explique en ces termes l’attitude de Herzl :

  • 3 Die Fackel, n° 112, août 1902, p. 9.

« Es mag richtig sein, daß Herr Herzl die Engländer bloß für den Zionismus gewinnen und zur Überzeugung bringen wollte, der Zionstaat müsse gegründet werden – Gründungen kosten Geld, und Geld ist am leichtesten in England zu finden –, wenn England nicht zugrunde gehen soll »3

5Dès 1896, Herzl écrivait au colonel Goldsmid, un de ses premiers partisans britanniques :

  • 4 Cité dans David Vital, The Origins of Zionism, Oxford : Oxford U.P., 1975, p. 267.

« Here in Vienna, the essay I have published has gained me the greatest of hatreds and the warmest of friendships. The Zionists of Vienna and Berlin have proclaimed their enthusiasm for my plan. The money-men praise and denounce me in the sharpest possible way. The anti-Semites treat me fairly. At all events, the discussion is now open and, it seems, will soon reach the parliaments »4. (C’est nous qui soulignons).

6L’historien du sionisme David Vital explique en ces termes, à propos de la Turquie, la troublante « fairness » dont bénéficiait Herzl de la part de la plupart des antisémites :

  • 5 Ibid., p. 208.

"Herzl’s view of the Jews as a people capable of playing a political role of their own choosing corresponded, ironically, to what anti-jewish forces in Turkey had long claimed. And, of course, it corresponded more markedly still to what European anti-Semites argued. However, this last factor sufficed to make his views immensely disturbing to most of the Western European notables he was trying to win over »5.

7Le pamphlétaire antisémite August Rohling, qui s’était rendu célèbre en 1871 avec la sinistre brochure Der Talmudjude, publiait en 1902 Auf nach Zion, un grinçant hommage au programme sioniste, invitant les Juifs à répondre « Jawohl, hinaus mit uns Juden » aux clameurs de leurs ennemis, faisant preuve envers Herzl d’une « sympathie » qui semblait confirmer les inquiétudes de Karl Kraus. (Il est vrai, pourrait-on objecter à Kraus, que les réactions des antisémites, sympathiques ou hostiles, restent évidemment extérieures au sionisme lui-même, et ne sauraient être érigées en critère de jugement sur son bien-fondé ; sauf à considérer le Juif comme un caractère entièrement déterminé par le regard d’autrui ...). Rohling ne faisait que reprendre un thème déjà classique des antisémites. Dans son épopée satirique Homunculus, de 1887, Robert Hamerling, un représentant de ce qu’il faut bien appeler, malgré l’apparente contradictio in adjecto, le libéralisme antisémite, écrivait au chant VIII, intitulé « Im neuen Israël » (Homunculus conseille aux Juifs d’Europe de quitter cette ingrate contrée et de repartir vers l’Orient) :

  • 6 Cité dans Jens Malte Fischer, « Die Gesinnung der Canaille. Zur Genese des österreichischen Antisem (...)

« Schön geschaart und schön gesondert,
Schier in endlos langen Reihen,
Zogen alle die verschied’nen
Zünfte, Ordnungen und Stände
Israëls mit ihren Zeichen
Und Standarten und Emblemen.
Erstlich die der Schacherjuden,
Schwere Bündel auf den Rücken,
Dann der Schwarm der Wucherjuden ;
Ihr Emblem auf lichtem Banner ;
Shylocks Fleischpfund in der Wagschal.
Dann der Schwarm der Börsejuden ;
Ihr Emblem : Fortunens Kugel
Welche platzt mit einem Krach.
Dann die glanzvoll-stolze Gruppe
Mauschelnder Finanzbarone,
Sich um Rothschilds, des Erlauchten,
Goldene Karosse schaarend ;
[...] Und dann kam der unabsehbar
Lange Schwarm der Zeitungsjuden –
Dann der Schwarm der Kunstsemiten
Und der Lit’raturhebräer,
Krit’schen Lorbeer in den Locken –
Dann ein Nachtrab buntgemischter,
Herrenloser Judenknaben,
Draller, schmucker Judendirnchen,
Schmutz’ger Judenhökerinnen,
Und so weiter, und so weiter »
6.

8Chez Hamerling, l’idée sioniste se voit parodiée et transformée en un programme d’évacuation des Juifs d’Europe, pour le plus grand bonheur des antisémites.

  • 7 Cf. Herbert Lehnert, Vom Jugendstil zum Expressionismus (Geschichte der deutschen Literatur, vol. 5 (...)

9Un des cas les plus spectaculaires de rencontre entre sionisme et antisémitisme fut le livre Juda, publié à Goslar en 1900, un cycle de ballades sur des thèmes bibliques de Börries von Münchhausen, illustré par le peintre et dessinateur Ephraïm Moses Lilien. Dès cette époque, l’orientation réactionnaire et antisémite de B. von Münchhausen (1874-1945) s’était manifestée clairement. En 1897, il avait attiré l’attention en déclarant la guerre au poète Richard Dehmel pour le cycle de poèmes Die Verwandungen der Venus, paru l’année précédente dans le recueil Weib und Welt. Börries von Münchhausen avait, dans la revue Die Kritik, exprimé son dégoût pour cette modernité littéraire qu’il jugeait pornographique et blasphématoire. Il avait attaqué particulièrement le poème Venus consolatrix où Dehmel fondait en une seule figure Vénus, la Vierge Marie et Marie-Madeleine, et le poème Mit heiligem Geist, dans lequel Marie, nue, assistait à un sermon de Jésus conseillant aux femmes malheureuses en ménage de quitter leur mauvais mari. Au passage, Münchhausen suggérait (à tort) que Dehmel était juif. Non content de ce premier assaut, il avait intenté un procès contre Dehmel pour attentat aux moeurs et obtenu la censure de quelques poèmes de Weib und Welt.7.

10Descendant de la famille du légendaire « Lügenbaron » de Bürger et Immermann, Münchhausen entendait remettre au goût du jour le genre de la ballade germanique dans le style de Theodor Fontane et de Moritz von Strachwitz. Ses épopées patriotiques évoquaient des pages blonds, des héros nordiques et des aventures guerrières. Au cours de ses tournées de conférences à travers l’Allemagne, il propageait une idéologie agressivement réactionnaire, nationaliste et anti-moderniste. Le prestige de son nom, et ses allures de grand seigneur « zu Helm und Schild geboren », fascinaient un public d’admirateurs qui reconnaissaient en lui le parfait Herrenmensch.

  • 8 8 E. Volkmann, in : Imprimatur, 1951, n° 10.

11En mai 1933, à l’heure de la Gleichschaltung national-socialiste, il devait être nommé membre du Sénat de la Deutsche Dichterakademie. Durant le Troisième Reich, il se distingua comme membre du Wartburgkreis deutscher Dichter et comme Président de la Gesellschaft der Bibliophilen zu Weimar e.V. (en 1951, la revue Imprimatur lui consacrera un article d’une étonnante mansuétude8. Il eut l’occasion de prendre position dans le débat sur Heinrich Heine, en 1936, écrivant en particulier :

  • 9 9Article paru dans un numéro consacré au dossier Heine par la revue Die Auslese, en 1936.

« Ich habe schon 1923 [...] deutlich und schroff genug geschrieben : ‘Ich bin eben Deutscher, und restlos genießen kann man nur gleichwüchsige Kunst’ – d.h. gleichrassige, nicht jüdische »9.

12Retiré dans son château de Thuringe (Rittergut Windischleuba bei Altenburg), Börries von Münchhausen se donna la mort le 16 mars 1945, au moment de la défaite allemande et à l’approche des troupes soviétiques. On le trouve évoqué pour mémoire dans les histoires de la littérature allemande parmi les restaurateurs du genre moribond de la ballade.

13Ce Herrenmensch réactionnaire (mais on fausserait la perspective si l’on jugeait le Münchhausen d’avant 1914 à la lumière de ses compromissions de 1933-1945) compose en 1900 la ballade biblique Juda, qui passe pour une de ses réussites. Le livre, richement illustré par E.M. Lilien, remporte un succès considérable, fondé sur un malentendu des plus surprenants : Börries von Münchhausen devient le poète de référence de la jungjüdische Bewegung ! Mark H. Gelber analyse l’événement en ces termes :

  • 10 Mark H. Gelber, « The jungjüdische Bewegung. An Unexplored Chapter in German-Jewish Literary and Cu (...)

« This book caused a veritable sensation in Zionist and other Jewish and non-Jewish circles and set in motion a lively debate concerning the very existence and nature of "Jewish art". In an essay critical of Lilien’s contribution to Zionism, Alfred Werner attributed the enthusiasm generated by Juda to the fact that "Zionists of 1900 were overwhelmed upon being confronted with a work that so proudly flaunted Jewishness »10.

  • 11 Cf. George Mosse, « The Image of the Jew in German Popular Cultur : Felix Dahn and Gustav Freytag » (...)

14Dans Die Welt (hebdomadaire du mouvement sioniste, fondé par Theodor Herzl en 1897), le 14 décembre 1900, Martin Buber saluait Juda comme un signe annonciateur de « das Kommen einer jüdischen Kunst ». Le 22 février 1901, Die Welt citait le compte rendu de Felix Dahn, qui s’écriait dans Das Literarische Echo : « Wäre ich ein Jude, würde ich ein begeisterter Zionist sein ». La caution de Felix Dahn (1834-1912), auteur à grand succès populaire de romans patriotiques sur des thèmes historiques (l’histoire des rois germains, la lutte des Ostrogoths contre Rome dans Ein Kampf um Rom de 1876), aurait dû inquiéter les sionistes bubériens ... Felix Dahn n’avait-il pas contribué à la propagation dans le monde allemand d’images plutôt négatives du judaïsme et des Juifs ?11 Il est vrai que dans Ein Kampf um Rom, œuvre où soufflait l’esprit du Kulturkampf, les Juifs apparaissaient comme des Alliés des Germains dans le combat contre le christianisme romain ...

  • 12 Les citations de Martin Buber, Felix Dahn et Robert Jaffe sont empruntées à l'article de Mark H. Ge (...)
  • 13 Cf. analyse de quelques oeuvres de R. Jaffe dans Hanni Mittelmann, « Das Problem der deutsch-jüdisc (...)

15Le 3 avril 1901, Die Welt parlait encore de Juda, au détour d’un article de Robert Jaffe intitulé « Neujüdische Kunst », louant l’œuvre de Münchhausen et Lilien comme « das erste Zeugnis einer neujüdischen modern-romantischen Kunst ». Robert Jaffe s’émerveillait en particulier de l’alliance réussie entre la « Zartheit und unendliche Differenziertheit » de la poésie de tradition européenne et du « dunk(les) Blut » propre à l’identité « völkisch » du peuple juif. Jaffe concluait son article sur ces mots : « Die Parallele der neujüdischen Kunst zum politischen Zionismus ist eine ganz merkwürdig ergiebige »12. C’est pourtant le même Robert Jaffe qui devait, un an plus tard, en 1902, prôner « eine gewaltsame und nachdrückliche Absonderung der jüdischen Literatur von der deutschen Literatur »13.

16L’engouement de ces intellectuels juifs ne résultait-il pas d’une profonde erreur d’appréciation ? Le propos de Börries von Münchhausen n’était-il pas, en réalité, d’entonner sur un ton plus solennel le même chant que celui de Robert Hamerling dans Homunculus ? De montrer aux Juifs allemands la « bonne voie » : celle qui les éloignerait d’Allemagne et les conduirait dans « leur pays », leur Heimat Israël. Dès le premier poème du cycle Juda, Münchhausen se posait en prophète soucieux de ramener les Juifs dans le droit chemin :

« Geächtet Volk, ich zeige dir die Stege
Aus Haß und Hohn zu deiner Jugend Glück,
Verlorner Stamm, ich weise dir die Wege,
Und deiner Wege Losung heißt : Zurück !

Zurück zur Schönheit einst gesungner Psalmen,
Zurück zum heilgen Bach bei Anathot,
Zurück zu deiner Heimat Balsampalmen,
Zurück zu diesem alten großen Gott !

Ich bin des Predigers Stimme in der Wüste,
Stark ist mein Schrei, die Liebe ihn gebar,
Ich bin des Predigers Stimme in der Wüste,
Ein Fremdes ruft aus mir und redet wahr,

  • 14 Börries von Münchhausen, Juda, illustrations d'Ephraïm Moses Lilien, Goslar: F.A. Lattmann, 11900; (...)

Und ruft dir zu : Laß Pflug und Wage stehen,
Sei was du bist, das alte Israël,
Noch lebt dein Gott, und seine Säulen gehen
Noch heute vor dir, höre Israël ! »14

17Tout le vocabulaire de Börries von Münchhausen, dans Juda, appartient au registre de la ballade germanique, comme dans ce passage du poème « Enak vor Gomorrha » :

  • 15 Ibid. p. 35 sq.

« [...] Und der Führerruf klang und das Stierhorn zumal,
Und die Scharen der Reiter durchtobten das Thal.
Doch Gomorrha fuhr auf, aus dem Schlafe geschreckt,
Als der König die Scharen der Streiter geweckt
[...] Fern verklangen die Hörner, das Lärmen erstarb,
Matt graute der Tag, der Gomorrha verdarb.
Doch das reinere Volk ohne Heimat und Haus
Zog stolz in die nächtliche Wüste hinaus »
15

18La majeure partie des poèmes du recueil s’applique à mettre en vers selon des mètres variés et savamment calculés, quelques épisodes de l’Ancien Testament, en s’attachant à rendre une « couleur locale » de terre biblique. Parfois l’éloquence de Münchhausen se met au service d’une cause en apparence sioniste ; ainsi le poème intitulé Mose :

« Zu Fremdlingen waren wir geworden im fremden Land,
Schamröte der Knechtschaft hatte die Stirn uns verbrannt,
Uns hatten Heimwehthränen die Wangen gebleicht,
Uns hatte das Brot des Elends der Hunger gereicht.

  • 16 Ibid. p. 74 sq.

Da ist uns ein König gekommen in Feuer und Geist,
Da ist uns ein Führer geboren, der Mose heißt,
Ein Helfer hat sich erhoben, der hilft uns schnell,
Jehovas Prophet ist erstanden in Israël ! [...] »16

19La réaction enthousiaste des sionistes du groupe de la revue Die Welt était cependant bien naïve. Car Börries von Münchhausen n’était certainement pas un partisan sincère du sionisme, mais tout au plus le sympathisant d’un projet qui lui semblait aller au-devant des souhaits de tout bon antisémite allemand : faire partir les Juifs d’Europe ... Le cynisme de cette bien particulière adhésion de Münchhausen au sionisme éclate dans ce distique adressé par antiphrase à Theodor Herzl :

  • 17 Cité d'après Hans Tietze, Die Juden Wiens. Geschichte, Wirtschaft, Kultur, (11933), reprint Vienne  (...)

« Du Mose unsrer Zeit, da das Heimweh in Israël stieg,
Du Mose unserer Tage, Gott gebe dir den Sieg »
17

20Un siècle plus tôt, Fichte proposait déjà de choisir entre deux solutions pour venir à bout des Juifs :

  • 18 Johann G. Fichte, Sämmtliche Werke, vol. 6, Berlin 1845.

« Leur couper la tête à tous en une nuit, et la remplacer par une autre qui ne contienne aucune idée juive ; sinon, la meilleure solution pour nous défendre serait de leur conquérir la terre promise et de tous les y envoyer »18.

  • 19 Michael Graetz, Les Juifs en France au XIXe siècle. De la Révolution française à l'Alliance israéli (...)

21Un écho de la tradition protestante de « l’attente du retour des Juifs à Jérusalem » expliquait peut-être aussi la singulière apparence de « convergence » entre l’idée sioniste et l’inspiration de ce poète de la tradition germanique. Déjà Jung-Stilling invitait ses disciples à se rendre en Palestine à la rencontre du Christ-Roi. Par là, le mysticisme millénariste rejoignait le souci de l’avenir des Juifs, mais d’une façon bien particulière, puisque le retour des Juifs s’entendait aussi comme retour ... au christianisme. Le « peuple élu », qui n’avait pas perdu son élection, devait se convertir pour hâter la venue du « royaume millénaire ». « Cette conception est un des credo de la doctrine des "amants d’Israël" au sein de l’Alliance évangélique universelle », souligne Michael Graetz dans son histoire des Juifs en France au xixe siècle19.

  • 20 Ibid., p. 367 sq.

« L’engouement de l’Europe pour l’Orient, les convoitises des puissances autour de la Terre Sainte renforçaient la conviction de ceux qui plaçaient un espoir dans la renaissance "terrestre" de Jérusalem et dans un peuple juif politiquement réactivé et souverain (créant) un climat de tension "messianique" et (suscitant) ce surprenant rapprochement entre Pétavel et son groupe de l’Alliance évangélique d’une part, et le groupe des fondateurs de l’Alliance israélite universelle, d’autre part »20.

22C’est la présence manifeste de certaines figures d’Austauschdiskurse qui trouble le plus dans le compte rendu enthousiaste de Martin Buber :

« Stete fruchtbare Wechselwirkung dieser beiden jungen Männer (il s’agit de Münchhausen et de Lilien) von so verschiedener Stammesart und so gleichem Stammesstolze – ich meine das Gefühl der Rassentüchtigkeit und der wohltätigen Vererbungen – haben es geschaffen. "Gleicherweise schufen wir beide, /Was unsere Seelen mit Sehnsucht durchquillt, / Keinem zu Lieb und keinem zu Leide/ Haben wir unsere Sendung erfüllt", erzählt Münchhausen in einem kleinem unveröffentlichten Gedichte "Lilien und ich" »,

  • 21 21 Martin Buber, "Das Buch Juda", in : Die Welt, Vienne, 4e année, n° 49, 7 décembre 1900, (pp. 10- (...)

23écrivait Buber dans Die Welt21. Même s’il insistait, à la fin de son article, sur ce qui séparait les sionistes, tournés vers l’avenir et le renouveau du judaïsme, de Münchhausen, qui considérait le judaïsme biblique comme un beau monument de l’antiquité, Buber concluait en souhaitant que Juda soit présent dans tous les foyers sionistes ...

24Il faut croire que l’erreur d’appréciation de Martin Buber fut contagieuse, puisque Börries von Münchhausen lui-même, dans un article intitulé « Wie das Buch Juda entstand », publié dans Die Welt en avril 1901, tenait à préciser qu’il n’avait pas du tout l’intention de se convertir au judaïsme :

  • 22 22 Börries von Münchhausen, "Wie das Buch Juda entstand", in : Die Welt, 5e année, n° 14, 3 avril 1 (...)

« Wiederholt fragen Leute : "Ist es wahr, daß Sie zum Judenthum übertreten wollen ?" Und das sind nicht fingierte Fragen, es ist eine kleine Auswahl aus meinen Briefen! »22.

25En janvier 1930 encore, un thuriféraire de Münchhausen s’attache à rectifier certaines erreurs de jugement au sujet de Juda qui pourraient entacher le blason du poète :

  • 23 23 Martin Ritscher, "Börries von Münchhausen", in : Die schöne Literatur, janvier 1930, Heft 1, (pp (...)

« Alles ist Rasse an ihm (B. von Münchhausen), und alles, was Rasse heißt, hat seine Liebe. Hieraus erklärt sich auch, daß Münchhausen, der Sänger adeliger Vasallentreue und altgermanischen Heldentums, seine Freude fand an den Kraftgestalten des alttestamentarischen Heldentums [...] Grober Verkennung blieb es vorbehalten, darin einen Mangel an deutschem Empfinden zu sehen »23.

26Il faudrait aussi s’attarder un instant sur le rôle de l’artiste, E.M. Lilien, dans le succès de ce livre qui reste comme un des exemples les plus spectaculaires – et, si l’on s’en tient à sa forme extérieure, les plus réussis – du livre illustré du Jugendstil. Dans le Herzl Year Book de 1959, Alfred Werner portait un jugement sévère, mais peu convaincant, sur le travail de Lilien :

  • 24 24 Alfred Werner, « The Tragedy of Ephraim Moses Lilien », in : Herzl Year Book (Essays in Zionist (...)

« It was Lilien’s tragedy as an artist that he remained enmeshed in this fin-de-siècle art [...] It was aesthetically ruinous for a proletarian Jew from Drohobycz to be caught in the web of a decadent movement, decorative, artificial, and, in the last analysis, sterile. It was bad for Zionism, a healthy, earthly movement [...] »24.

  • 25 25Lothar Brieger, E.M. Lilien. Eine künstlerische Entwicklung um die Jahrhundertwende, Berlin-Vienn (...)

27Pareille condamnation du « sionisme esthétique » se révèle cruellement injuste envers Lilien, – mais aussi envers un Richard Beer-Hofmann, si l’on juge au luxe décoratif de Der Tod Georgs. Lothar Brieger, dans sa monographie de 1922 sur E.M. Lilien25, suggérait que la menace de la misère matérielle avait sans doute forcé l’artiste à accepter de collaborer avec Münchhausen (et, de fait, Juda fut le premier grand succès de Lilien illustrateur). La véritable « tragédie » de Lilien dans Juda, c’est à notre avis la rencontre entre la sensibilité d’un Ostjude et le « philojudaïsme antisémite" de Börries von Münchhausen. Car Lilien, à la différence de son partenaire poète, témoignait bel et bien d’une authentique sensibilité sioniste. La force suggestive de ses illustrations et – quoi qu’en dise Alfred Werner – leur beauté ne contribuèrent pas peu au succès du livre, plusieurs fois réédité. Mais le détestable lyrisme de Münchhausen condamnait le livre à rester sans postérité ...

*

28L’erreur de jugement des « sionistes culturels » à propos du Juda de Münchhausen intervient à un moment décisif. C’est en décembre 1901, lors du Cinquième Congrès Sioniste de Bâle, que Martin Buber, dans un discours enflammé contre la ligne de Theodor Herzl et Max Nordau, avait lancé l’idée d’une Jüdische Renaissance fondée sur l’épanouissement d’un « art juif » (le titre de son allocution au Congrès était Jüdische Kunst), comme indispensable préalable à la réalisation du programme politique du sionisme. Analysant les réticences de Franz Kafka envers Buber, Giuliano Baioni souligne une faiblesse inhérente au sionisme culturel :

  • 26 Giuliano Baioni, Kafka : letteratura ed ebraismo, Turin : Giulo Einaudi, 1984, p. 15 sq.

« Martin Buber concepi in effetti la sua militanza sionista innanzitutto nel segno di un estetismo molto confuso nel quale si riversavano tutti i rigurgiti ideologici de nazionalismo tedesco. Per la cultura del suo periodo giovanile, nelle quale erano presenti accanto a Nietzsche, a Fichte e alla mistica tedesca, anche i piu grossi nomi dell’irrazionalismo nazionalista e antisemita – Paul de Lagarde, Julius Langbehn e Houston Stewart Chamberlain – il problema dell’identità culturale ebreica si poneva infatti, a ben guardare, nei termini propri all’antisemitismo, tedesco ed ebraico, che vedeva i vecchi nazionalisti tedeschi e i nuovi nazionalisti sionisti concordare in un giudizio molto negativo sul carattere dell’ebreo della diaspora »26.

29Cet état d’esprit permet de comprendre que la vision de Börries von Münchhausen, qui présente d’emblée les Juifs d’Europe comme « geächtet Volk » et « verlorener Stamm », subissant « Haß und Hohn », ait semblé toute naturelle à ses lecteurs sionistes d’esprit bubérien. Le projet de régénérer la culture juive contemporaine restait – selon cette conception – tributaire de la Kultur allemande, seule capable, dans l’immédiat, de fournir l’inspiration et les formes qui faisaient encore défaut aux créateurs juifs modernes. Du coup, même un Münchhausen pouvait passer pour un praeceptor Judaeae ...

*

30En réaction à l’appel des sionistes viennois, qui demandait à tous les Juifs de faire don « d’une couronne pour Sion », Karl Kraus s’écriait :

  • 27 op. cit., note 1, p. 298.

« Ich glaubte wirklich im ersten Moment, daß der freundliche Sammler als endlicher Vollstrecker des christlichsocialen Willens – nicht, wie er meint, des alten Testaments – sich das berühmte "Schußgeld auf Juden" abholen komme, wurde aber bald belehrt, daß der Antisemitismus, wie ihn die Zionisten predigen, von so barbarischen Maaßnahmen vorläufig absehe und sich damit begnüge, die für die bloße Austreibung der Juden erforderlichen Geldmittel aufzubringen »27.

  • 28 Cf. Jacques Le Rider, "Karl Kraus ou l'identité juive déchirée", in : Vienne au tournant du siècle, (...)

31En suggérant l’équation sionistes = antisémites, Karl Kraus trahissait l’assimilationnisme à outrance qui, j’ai eu l’occasion de le montrer28, affaiblit tous ses arguments sur la « question juive ». Sur un point cependant, il faisait preuve d’une indéniable lucidité : il soulignait la possibilité d’une inquiétante convergence entre le discours antisémite et le programme sioniste, et il mettait indirectement les sionistes en garde contre certains alliés compromettants qui ne manqueraient pas de se déclarer.

32Seule la naïveté de certains sionistes, de Martin Buber lui-même, pouvait expliquer l’enthousiasme avec lequel ils accueillirent le Juda de Börries von Münchhausen. Un chef de file de l’idéologie pangermaniste et réactionnaire, un auteur de quelque notoriété semblait apporter son soutien à l’idée sioniste. Il exhortait les Juifs à retrouver le sens de leur Heimat et à suivre le Führer qui les éloignerait d’une Europe hostile et les ramènerait en Israël. Il évoquait la matière biblique comme s’il se fût agi des Nibelungen ou du Chant de Hildebrand. Cet hommage empoisonné aurait dû horrifier les sionistes ...

*

33Un malentendu analogue allait se développer autour des thèses de Werner Sombart. Dans Die Juden und das Wirtschaftsleben (Leipzig, 1911), Sombart exprimait son profond scepticisme face à l’assimilation des Juifs en Europe et en Amérique. Sa croyance dans l’existence d’une « race juive » et sa méfiance envers tous les « croisements de races » le conduisaient à comparer le Juif en quête d’assimilation à la figure du Juif errant qui ne parvient pas à mourir. Sombart concluait que le Juif, au lieu de chercher en vain à mourir, devait assumer son identité en recréant une nation juive indépendante. En se séparant de la Kultur allemande, les Juifs parviendraient à se régénérer, tout en accomplissant le plus grand des bienfaits pour le peuple allemand. Dans Die Juden und das Wirtschaftsleben, Sombart se bornait à envisager les modalités d’une cohabitation entre le Volk juif reconstitué et les Allemands.

  • 29 Freddy Raphaël, Judaïsme et capitalisme. Essai sur la controverse entre Max Weber et Werner Sombart (...)

34Dans Die Zukunft der Juden (Leipzig, 1912), il franchissait le pas et se déclarait partisan du sionisme. Ce livre rassemblait des conférences qui avaient attiré un nombreux public, juif en majorité. Si le Centralverein deutscher Staatsbürger jüdischen Glaubens avait officiellement exprimé son désaccord avec Werner Sombart, rappelant les positions antisémites de l’éminent professeur, les sionistes allemands se laissèrent séduire, estimant sans doute que, si les antisémites voulaient précipiter les choses, c’était tant mieux. « Les cercles sionistes étaient quelque peu mal à l’aise devant les conclusions de W. Sombart », écrit Freddy Raphaël, « mais la propagande intensive pour leur cause, qui résultait de ses conférences, fit taire leurs réticences »29. La Jüdische Rundschau, durant l’année 1912, crut bon à plusieurs reprises de prendre la défense de Werner Sombart contre ses détracteurs juifs libéraux. On ne peut que suivre Freddy Raphaël qui commente l’affaire en ces termes :

  • 30 Ibid., p. 343.

« Il est étonnant de voir combien le besoin d’être reconnu par une personnalité non juive a aveuglé les sionistes [...] Ils n’ont pas été choqués, ou ont feint de ne pas l’être, lorsque Sombart prétendit qu’une malédiction pesait sur le mélange de sang juif avec celui d’autres groupes humains. Ils n’ont pas été heurtés par l’assertion selon laquelle les Juifs déployaient des efforts incessants pour étendre leur influence sur le monde entier »30.

35Dans Die Zukunft der Juden, Sombart, comme Münchhausen dans Juda, assimilait le sionisme à un nationalisme völkisch, ne parlant que d’enracinement comme remède à la dégénérescence juive contemporaine. La conjoncture de l’avant-guerre, où l’Allemagne faisait le compte de ses forces économiques et de ses bataillons, incitait néanmoins Sombart à la prudence : il était exclu, précisait-il, de laisser partir les Juifs allemands pour Israël. Le nouvel état juif serait jusqu’à nouvel ordre réservé aux émigrants juifs d’Europe centrale et de Russie ... On peut facilement concevoir l’indignation d’Eugen Fuchs, dirigeant du Centralverein, qui écrivait dans Sombart und die Zukunft der Juden (juin 1912) :

  • 31 Cité ibid., p. 350.

« Je ne puis imaginer que les Sionistes permettent que des individus de l’acabit de Sombart deviennent leur porte-drapeau. Si j’avais été un sioniste, je me serais dit : "Que Dieu me préserve de tels amis" »31.

  • 32 Cf. Karl A. Schleuner, « Un tortueux itinéraire : les politiques nazies envers les Juifs allemands (...)
  • 33 Cf. Francis R. Nicosia, « Revisionist Zionism in Germany (II). Georg Kareski and the Staatszionisti (...)

36Quand, au début du Troisième Reich, les nazis songeaient encore à organiser l’émigration massive des Juifs hors d’Allemagne, certains bureaux de la SS et du SD soulignaient qu’il pourrait être utile d’encourager le sentiment sioniste parmi les Juifs allemands pour les pousser au départ, et de profiter des efforts des organisations sionistes32. Ces plans cyniques étaient tragiquement périmés depuis l’automne 1938, mais il se trouva des militants du mouvement sioniste révisionniste, même après cette date, pour fonder certains espoirs insensés sur une collaboration avec le régime nazi33.

  • 34 Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal, trad. Anne Guérin, Paris : Gal (...)
  • 35 Ibid., p. 72 et 74.

37Dans son livre sur le procès d’Adolf Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt a commenté ce tragique épilogue d’une série de rencontres chargées des pires malentendus et sous-entendus entre antisémitisme et sionisme. Elle rappelle qu’Eichmann, lors de ses premiers pas dans l’appareil national-socialiste, avait été affecté au bureau chargé de réunir la documentation sur le « problème juif ». Eichmann avait lu Theodor Herzl et Adolf Böhm (Geschichte der zionistischen Bewegung), ainsi que la Geschichte der Juden de Joseph Kastein. Il se vantait fort abusivement de connaître l’hébreu et le yiddish, et il lui arrivait de prétendre (pure fabulation !) qu’il était né en Palestine. Ces lectures, écrit Hannah Arendt, convertirent Eichmann « immédiatement et pour toujours au sionisme »34. Elle ajoute, en citant Hans Lamm, « au départ la politique des nationaux-socialistes envers les Juifs était indiscutablement pro-sioniste », puis elle affirme que « les propos tenus par les Juifs de Palestine n’étaient pas tellement différents de ceux d’Eichmann »35.

38Ces commentaires d’Hannah Arendt ont indigné Manès Sperber qui écrit dans Churban oder Die unfaßbare Gewißheit :

  • 36 Manès Sperber, Churban oder Die unfaßbare Gewißheit. Essays, Vienne : Europaverlag, 1979, p. 82.

« Somit wären zum Beispiel die österreichischen Antisemiten, ohne es zu wissen, Zionisten gewesen – und dies lange vor Hitler. Ihre Graffiti bedeckten die Wände der Wiener Pissoirs, sie waren besonders häufig in der Aborten der Universitäten ; alle forderten die Juden dringlichst auf, unverzüglich nach Jerusalem und nach Zion heimzukehren. Das traditionelle Hep-Hep (Hierosolyma est perdita) wurde seltener, dafür hörte man gar häufig das "zionistische" Schlagwort : "Jude zurück nach Palästina ! »36.

39Manès Sperber impute à Hannah Arendt

  • 37 Ibid., p. 84.

« ein von Ressentiment genährter, griesgrämiger Antizionismus »37.

40Dès juin 1963, Gershom Scholem avait fait des objections semblables à Hannah Arendt :

  • 38 38 Gerschom Scholem, lettre à Hannah Arendt (Jérusalem, 23 juin 1963), citée in : Hannah Arendt, Na (...)

« In Ihrem Buch ist in allem Entscheidenden nur von dem Punkt der Schwäche der jüdischen Existenz die Rede, gerade wo es um Akzentuierung geht. Und so sehr es die wahrlich gegeben hat, ist Ihre Akzentsetzung, soweit ich sehe, völlig einseitig und wirkt dadurch bitterböse [...] Ich möchte nur sagen, daß ihre Darstellung Eichmanns als eines Konvertiten des Zionismus nur bei jemand denkbar ist, der ein so tiefes Ressentiment auf alles hat, was mit dem Zionismus zusammenhängt, wie Sie »38.

41Le recueil d’articles d’Hannah Arendt sur « Le problème de l’état juif », dans Penser l’événement, permet de nuancer les jugements de Manès Sperber et de Gershom Sholem. On y trouve un essai sur « Le cinquantenaire de l’État juif de Theodor Herzl », publié dans une revue américaine en mai 1946. Hannah Arendt y précise l’idée qu’elle résumera un peu plus tard, un peu brutalement dans Eichmann à Jérusalem :

  • 39 Hannah Arendt, Penser l'événement, éd. par Claude Habib, trad. Pierre Pachet, Paris : Belin, 1989, (...)

"Quand (Herzl) déclarait : ‘Je crois que je comprends l’antisémitisme’, il voulait dire non seulement qu’il en comprenait les causes historiques et les aspects politiques, mais aussi qu’il comprenait – assez bien – l’homme qui détestait les Juifs. Il est vrai que ses fréquents appels aux ‘antisémites honnêtes’ pour qu’ils ‘contribuent par de petites sommes’ au fonds national pour l’établissement d’un État juif n’étaient pas très réalistes et qu’il était aussi peu réaliste (...) quand il prétendait en toute innocence, comme il le fit souvent, que les antisémites seraient les meilleurs amis des Juifs, et les gouvernements antisémites leurs meilleurs alliés"39.

42De cette analyse, Hannah Arendt tire la conclusion suivante :

  • 40 Ibid., p. 32.

« L’extension par Herzl du concept d’antisémitisme à tous les peuples de la terre empêcha dès le départ les sionistes de se chercher des alliés authentiquement loyaux (...) Tout ce qu’on avait à faire, c’était utiliser ‘la force motrice de l’antisémitisme’ qui, comme ‘la vague de l’avenir’, emporterait les Juifs vers la Terre Promise »40.

43On pourrait sans nul doute opposer quelques arguments solides à l’interprétation pessimiste d’Hannah Arendt. On pourrait en particulier lui objecter que, si même sa présentation de Theodor Herzl était parfaitement juste, elle ne serait pas forcément valable pour tous les sionistes ; car le mouvement sioniste, de toute évidence, ne se réduit point à la ligne Herzl. – Il reste que Karl Kraus, qui avait l’ouïe fine, avait souligné dès 1899 que les sionistes auraient à se méfier des idées trop simples et à peser leurs mots pour ne pas sembler apporter de l’eau au moulin des antisémites, – pour éviter que

« die Gedankenfülle aus der der betrunkene Greisler in Hernals sein ‘Hinaus mit Euch Juden !’ ruft, im Zionismus ihre einfache Wiederholung (erfahre), und daß die Antwort ‘Jawohl, hinaus mit uns Juden !’ bis auf den feierlicheren Ton gar zu wenig Abwechslung (biete) ».

Annexes

Zionismus und Antisemitismus : der Fallstrick der Wörter ...

Ausgehend von Karl Kraus’ antizionistischer Schrift Eine Krone für Zion, in der das Programm des Zionismus auf die paradoxe Formel ‘Hinaus mit uns Juden’ gebracht worden war, wird an einigen Beispielen gezeigt, wie recht Kraus mit seiner kritischen Analyse hatte. Der anti-assimilationistische Elan des Zionismus hatte nämlich eine Reihe merkwürdiger und unerwünschter Nebenerscheinungen. Großdeutsche Antisemiten wie Hamerling und von Münchhausen verfassen Versepen, in denen die Rückkehr der Juden zu den alttestamentarischen Wohnsitzen und Sitten gefeiert wird. Münchhausens Epos Juda wird sogar von einem jüdischen Jugendstilkünstler, E.M. Lilien illustriert. Die zionistische Kritik, z.B. Martin Buber, äußert sich zustimmend zu diesem Typ Literatur. In der Soziologie werden vergleichbare Ansichten von Werner Sombart vertreten. Auch hier wird der großdeutsche Antisemitismus von zionistischen Juden gewissermaßen ‘verinnerlicht’. Hannah Arendt hat in ihrem Buch über den Eichmann-Prozeß auf diese in ihren Augen gefährliche Tradition des Zionismus verwiesen, die im Paradox gipfeln konnte, daß sich Eichmann als Zionist verstand. Karl Kraus hatte also bereits in der Entstehungsphase des Zionismus ein feines Ohr für die Gefahr der ‘Verinnerlichung’ des Antisemitismus durch den jüdischen Nationalismus.

Sionism and Antisemitism : the snare of words

In his antisionist pamphlet A crown for Sion, Karl Kraus sums up the program of Sionism in this paradox : the Jews seem to take up the antisemitist slogan ‘Out with the Jews’ and want to expel themselves. This study, through a few examples, shows how far the critical analysis of Kraus was justified. Indeed the anti-assimilationist impulse of Sionism had a certain number of strange and perverse side-effects. Pangerman antisemites such as Hamerling and von Münchhausen published verse epics in which they glorified the return of the Jews to their origins, to the places and customs of the Old Testament. The epic by Münchhausen Juda is even illustrated by a Jewish Jugendstil artist, E.M. Lilien. Even sionist critics, such as Martin Buber, pass positive judgments on that sort of literary works. In Sociology, similar positions are upheld by Werner Sombart. In a way, Sionist Jews make theirs the views of pangerman antisemitism in that case too. In her book about Eichmann’s trial, Hannah Arendt drew attention to this tradition of Sionism, which she deemed very dangerous, for it led to the paradox of Eichmann calling himself a sionist. From the beginning of the Sionist movement, Kraus had clearly perceived this danger for Jewish nationalism to ‘interiorize’ antisemitism.

Notes

1 Karl Kraus, Eine Krone für Zion (1899), in : Kraus, Frühe Schriften, éd. par Christian Wagenknecht, vol. 2, Munich : Kösel, 1979, p. 312.

2 Cf. infra, note 28.

3 Die Fackel, n° 112, août 1902, p. 9.

4 Cité dans David Vital, The Origins of Zionism, Oxford : Oxford U.P., 1975, p. 267.

5 Ibid., p. 208.

6 Cité dans Jens Malte Fischer, « Die Gesinnung der Canaille. Zur Genese des österreichischen Antisemitismus », in : Merkur, 1988, n° 468, (pp. 110-112) p. 115.

7 Cf. Herbert Lehnert, Vom Jugendstil zum Expressionismus (Geschichte der deutschen Literatur, vol. 5), Stuttgart : Reclam, 1978, p. 46 sq.

8 8 E. Volkmann, in : Imprimatur, 1951, n° 10.

9 9 Article paru dans un numéro consacré au dossier Heine par la revue Die Auslese, en 1936.

10 Mark H. Gelber, « The jungjüdische Bewegung. An Unexplored Chapter in German-Jewish Literary and Cultural History », in : Leo Baeck Institute Year Book, vol. 31, 1986, (pp. 105-109), p. 108.

11 Cf. George Mosse, « The Image of the Jew in German Popular Cultur : Felix Dahn and Gustav Freytag », in : Leo Baeck Institute Year Book, vol. 2, 1957, p. 226 sq.

12 Les citations de Martin Buber, Felix Dahn et Robert Jaffe sont empruntées à l'article de Mark H. Gelber, op. cit., note 7, p. 109.

13 Cf. analyse de quelques oeuvres de R. Jaffe dans Hanni Mittelmann, « Das Problem der deutsch-jüdischen 'Symbiose' im zionistischen Roman », in : Juden in der deutschen Literatur, éd. par Stéphane Moses et Albrecht Schöne, Francfort/Main : Suhrkamp Taschenbuch n° 2063, 1986, pp. 226-236.

14 Börries von Münchhausen, Juda, illustrations d'Ephraïm Moses Lilien, Goslar: F.A. Lattmann, 11900; cité d'après l'édition Berlin : Egon Fleischel 31910, p. 7 sq. (édition sans pagination).

15 Ibid. p. 35 sq.

16 Ibid. p. 74 sq.

17 Cité d'après Hans Tietze, Die Juden Wiens. Geschichte, Wirtschaft, Kultur, (11933), reprint Vienne : édition Atelier, 1987, p. 266.

18 Johann G. Fichte, Sämmtliche Werke, vol. 6, Berlin 1845.

19 Michael Graetz, Les Juifs en France au XIXe siècle. De la Révolution française à l'Alliance israélite universelle, trad. Salomon Malka, Paris : Le Seuil, 1989, p. 364.

20 Ibid., p. 367 sq.

21 21 Martin Buber, "Das Buch Juda", in : Die Welt, Vienne, 4e année, n° 49, 7 décembre 1900, (pp. 10-12), p. 11.

22 22 Börries von Münchhausen, "Wie das Buch Juda entstand", in : Die Welt, 5e année, n° 14, 3 avril 1901, (pp. 21-22), p. 21.

23 23 Martin Ritscher, "Börries von Münchhausen", in : Die schöne Literatur, janvier 1930, Heft 1, (pp. 6-11), p. 7 sq.

24 24 Alfred Werner, « The Tragedy of Ephraim Moses Lilien », in : Herzl Year Book (Essays in Zionist History and Thought), vol. 2, éd. par Raphael Patai, New York : Herzl Press, 1959, p. 108.

25 25Lothar Brieger, E.M. Lilien. Eine künstlerische Entwicklung um die Jahrhundertwende, Berlin-Vienne : Benjamin Harz, 1922, p. 65 ; Cf. Stefan Zweig, introduction à E.M. Lilien, sein Werk, Berlin 1903.

26 Giuliano Baioni, Kafka : letteratura ed ebraismo, Turin : Giulo Einaudi, 1984, p. 15 sq.

27 op. cit., note 1, p. 298.

28 Cf. Jacques Le Rider, "Karl Kraus ou l'identité juive déchirée", in : Vienne au tournant du siècle, éd. par François Latraverse et Walter Moser, Montréal : Hurtubise HMH - Paris : Albin Michel, 1988, pp. 103-105 ; cf. Chapitre sur Karl Kraus dans J. Le Rider, Modernité viennoise et crises de l'identité, thèse de doctorat d'état, Université de Paris IV-Sorbonne, 1989 (à paraître en 1990 aux Presses Universitaires de France).

29 Freddy Raphaël, Judaïsme et capitalisme. Essai sur la controverse entre Max Weber et Werner Sombart. Paris : Presses Universitaires de France, 1982, p. 342.

30 Ibid., p. 343.

31 Cité ibid., p. 350.

32 Cf. Karl A. Schleuner, « Un tortueux itinéraire : les politiques nazies envers les Juifs allemands (1933-1939) », in : L'Allemagne nazie et le génocide juif, Colloque de l'école des Hautes études en Sciences Sociales, Paris : Gallimard/Le Seuil, 1985 (pp. 117-133) p. 126 sqq. ; et Francis R. Nicosia, The Third Reich and the Palestine Question, Austin : University of Texas Press, 1985.

33 Cf. Francis R. Nicosia, « Revisionist Zionism in Germany (II). Georg Kareski and the Staatszionistische Organisation, 1933-1938 », in : Leo Baeck Institute Year Book, vol. 32, 1987, pp. 231-267.

34 Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal, trad. Anne Guérin, Paris : Gallimard, 1966, p. 52.

35 Ibid., p. 72 et 74.

36 Manès Sperber, Churban oder Die unfaßbare Gewißheit. Essays, Vienne : Europaverlag, 1979, p. 82.

37 Ibid., p. 84.

38 38 Gerschom Scholem, lettre à Hannah Arendt (Jérusalem, 23 juin 1963), citée in : Hannah Arendt, Nach Auschwitz. Essays und Kommentare I, Berlin : Edition Tiamat, 1989, p. 64 et p. 69.

39 Hannah Arendt, Penser l'événement, éd. par Claude Habib, trad. Pierre Pachet, Paris : Belin, 1989, p. 122 sq.

40 Ibid., p. 32.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr