Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Karl Kraus et son temps

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gerald Stieg

1. Itinéraires politiques

Karl Kraus et la social-démocratie

Felix Kreissler

Texte intégral

  • 1 Scheichl, Sigurd Paul : Karl Kraus und die Politik (1892-1919). Thèse dactylographiée. Innsbruck 19 (...)

1Dans sa magistrale thèse sur Karl Kraus et la politique,1 Sigurd Scheichl a suivi toutes les pistes de l’itinéraire de Kraus, permettant ainsi de mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ses relations parfois orageuses et conflictuelles, parfois convergentes et souvent distantes avec la social-démocratie. Il en ressort que les rapports de Kraus avec n’importe quelle force politique – avec la classe politique dans sa globalité – ne pouvaient que reposer sur des malentendus, pour la simple raison que Kraus ne voyait pas les choses en homme politique, mais en moraliste et en artiste profondément engagé envers les impératifs du langage et de la langue, et par là de la pensée. Pour un tel homme tout compromis est un péché, alors que pour le politicien il fait partie du pain quotidien. Kraus n’est pas politicien, mais anti-politicien.

2On peut situer les débuts de l’intérêt de Kraus pour le mouvement ouvrier à la fin du xixe siècle : en 1897 on le trouve pour la première fois conférencier dans une association éducative ouvrière. Commence alors une période de rapprochement avec les socialistes qu’il considère comme une force positive dans les bouleversements qui s’annoncent à cette époque. Mais déjà dans la polémique qui se développe autour du sionisme, Kraus préconise à son encontre la solidarité internationale de tous les déshérités, et Scheichl y décèle l’influence de la social-démocratie. Aux yeux de Kraus, les socialistes deviennent les gardiens des valeurs libérales : fidélité à la démocratie, anticléricalisme, hostilité à l’antisémitisme et lutte pour l’abolition des injustices sociales. Ces sympathies ressortent dans les premiers numéros de la Fackel. Premier paradoxe si l’on veut bien se rappeler la haine implacable que Kraus vouera bientôt au libéralisme, corrupteur des moeurs, danseur autour du veau d’or, exploiteur du monde du travail. D’ailleurs il critiquera bientôt l’esprit tacticien qui s’était emparé de la social-démocratie et qui entraîna des alliances de circonstance entre sociaux-démocrates et libéraux, notamment dans leur lutte commune contre les chrétiens-sociaux. Ce fut cependant une critique dirigée contre la tactique, non contre les principes même des sociaux-démocrates. Pourtant l’anticléricalisme forcené des sociaux-démocrates de cette époque l’irrita au plus haut degré puisqu’il les conduisit dans un voisinage – pour Kraus insupportable – trop étroit avec les libéraux, fussent-ils des boursicoteurs ou autres spéculateurs.

3Et déjà, commence la lutte pour la pureté de la presse – du moins ouvrière. Kraus fut particulièrement offusqué du fait que l’Arbeiter-Zeitung, tout en menant campagne contre les méthodes d’exploitation et de répression de la Südbahngesellschaft (Société des chemins de fer du Sud), avait néanmoins accepté une annonce de cette même Südbahngesellschaft, vantant les avantages des obligations à 4% au prix de 500F et invitant les prolétaires à en acheter. Une affaire semblable avec la société de navigation sur le Danube (DDSG) suivit : l’Arbeiter-Zeitung avait attaqué les méthodes de cette société, et qualifié ses bateaux de « vapeurs meurtriers » jusqu’au jour où elle avait reçu des annonces publicitaires que Kraus appela par dérision « annonces meurtrières ». Bref, le divorce sur des questions de morale s’annonça dès cette époque.

  • 2 Fischer, Ernst : Karl Kraus. In : Fischer, Von Grillparzer zu Kafka. Vienne : Globus 1962, p. 209-2 (...)

4Dans un de ses essais littérairement brillants, Ernst Fischer2 nous fait comprendre pourquoi il ne pouvait jamais y avoir mariage complet entre Kraus et aucun parti, fût-il la social-démocratie :

« Que personne ne dise : il était des nôtres. Car il ne l’était pas. Aucun parti ne peut le réclamer pour lui, aucune communauté politique ou nationale. Il fut conservateur et révolté, scrutant l’avenir et tourné vers le passé, sous-estimant trop souvent le combat de la classe ouvrière, le soutenant parfois, parfois le condamnant, il fut en vérité toujours seul ».

5Seul, il le fut en effet lorsqu’il se dressa contre les horreurs de la guerre, bravant la censure impériale et royale, seul, il dénonça les manipulations de l’opinion publique par des reporters du front parmi lesquels la fameuse Alice Schalek qu’il a immortalisée, si l’on peut dire, dans les Derniers jours de l’humanité.

  • 3 Pollak, Michael : « Une sociologie en acte des intellectuels. Les combats de Karl Kraus. » In : Act (...)

6Mais après l’attentat de Friedrich Adler contre le ministre-président comte Stürgkh, en 1916, Kraus recommença à mettre ses espoirs dans la social-démocratie. Dans son article sur Les Combats de Karl Kraus, Michael Pollak3 décrit ce rapprochement à l’issue de la première guerre :

« En 1919, il publia sur le programme d’une de ses conférences publiques un appel électoral en faveur de la social-démocratie. Il reconnut également son erreur d’avoir cru qu’un renouveau était possible à partir de la pensée conservatrice. Lorsqu’il fut clair que l’église interviendrait avec toute sa force pour empêcher la social-démocratie d’exercer le pouvoir, en mettant à la tête du parti chrétien-social un ecclésiastique, Ignaz Seipel, qui sera plus tard Chancelier d’Autriche, Kraus quitta l’église en 1922 ».

7Mais il ne rejoignit pas pour autant la social-démocratie. Caroline Kohn, dans son livre sur Karl Kraus, souligne l’admiration dont il jouissait lors de son 50e anniversaire (1924), lorsque le maire social-démocrate de Vienne, et Président du parti, Karl Seitz, lui écrivit :

« Nous devons vous remercier pour votre lutte infatigable et inflexible contre tout ce qui est mauvais et mensonger dans le monde, lutte que vous avez menée avec les armes de l’esprit, nous vous sommes redevables de ce que vous avez fait pour libérer les cerveaux de maints préjugés, pour libérer les coeurs des vices que cultive la société capitaliste, nous vous sommes redevables de votre chaud et sincère amour envers les tourmentés et les humiliés, amour que vous avez manifesté par vos dons en faveur d’oeuvres charitables ... et nous vous sommes surtout redevables de votre guerre contre la guerre que vous avez menée avec une passion si élevée ... »

8Très judicieusement, Caroline Kohn remarque :

  • 4 Kohn, Caroline : Karl Kraus. Le polémiste et l’écrivain, défenseur des droits de l’individu. Paris  (...)

« Si Kraus avait voulu adhérer au parti social-démocrate, s’il s’était décidé à se soumettre à la discipline du parti, toutes les portes menant aux honneurs et à la gloire lui auraient été ouvertes. Mais une fois de plus, il a choisi la liberté absolue ... Il voyait déjà que les hommes dirigeants renonçaient aux réformes et acceptaient bien des compromissions... »4 (Kohn, p. 47)

Les combats de Karl Kraus

  • 5 Pfabigan, Alfred : Karl Kraus und der Sozialismus. Eine politische Biographie. Vienne : Europa 1976

9En effet, ces compromissions furent à l’origine des divergences qui commençaient d’ailleurs à se faire jour dès 1924. On peut dire que, pendant la décennie de 1924 à 1934 et au-delà, Kraus et la social-démocratie se livrèrent à une véritable partie de bras de fer moral, spirituel et politique, bras de fer qui devait bientôt se jouer dans un silence assourdissant, puisque, à l’instar de la presse bourgeoise – Moritz Benedikt n’avait-il pas édicté depuis longtemps que le nom de Karl Kraus ne devait plus être mentionné dans les colonnes de la Neue Freie Presse – la presse social-démocrate, elle aussi, commença à faire le silence autour du nom de Kraus, naguère encore fêté par le président du parti. Kraus ne parvenait plus à briser le mur du silence qu’à coup de Richtigstellungen – rectifications que les journaux étaient obligés d’insérer – commençant toujours par ces mots : « Il n’est pas vrai que ... » et continuant par ces autres mots : « Par contre il est vrai que ... ». Dans ce combat sans merci, les deux partenaires furent perdants : la social-démocratie perdit Kraus, et Kraus perdra son public à mesure que s’installera le fascisme et que l’Autriche sera à terme la proie d’Hitler. L’explication la plus scientifique et la plus judicieuse et aussi critique à l’égard des rapports de Kraus avec la social-démocratie, nous la devons à Alfred Pfabigan, dans son livre Karl Kraus et le socialisme.5

10Il décrit minutieusement la première attaque qui ne vint pas de Kraus, mais d’Oskar Pollak. Dès 1923, dans un article paru dans le Kampf, celui-ci, tout en rendant hommage à la force créatrice de l’artiste Kraus, l’accuse ensuite d’une fatuité incomparable et inexcusable et critique durement l’hostilité de Kraus au progrès social qui, selon Pollak, le séparerait toujours de l’austromarxisme ; ceci, alors que l’écrivain n’avait jamais réclamé pour lui la qualité de socialiste et encore moins celle d’austromarxiste. Finalement, Pollak prétendait que Kraus était « absolument impopulaire » dans la classe ouvrière, affirmation démentie par des dizaines de milliers d’auditeurs enthousiastes, appartenant au milieu ouvrier, qui se pressaient à ses soirées de lecture.

11À cette époque, Karl Kraus avait encore des défenseurs à l’intérieur du parti social-démocrate, et non des moindres. Citons Friedrich Austerlitz, le rédacteur en chef de l’Arbeiter-Zeitung qui – à côté d’autres – prit la plume pour rendre hommage à Kraus, notamment à l’occasion de son cinquantième anniversaire. Dans son article, Austerlitz qualifia Kraus « d’esprit révolutionnaire qui déteste et méprise toutes les mauvaises herbes que le monde capitaliste fait pousser ». Et Austerlitz garda son estime à Kraus même lorsque l’hostilité entre celui-ci et le parti devint irréversible. Il est vrai par ailleurs que Kraus, dans ses polémiques contre la social-démocratie et contre les sociaux-démocrates n’a jamais fait mention du grand péché d’Austerlitz contre l’esprit socialiste et pacifiste : son article chauvin dans l’Arbeiter-Zeitung du 4 août 1914 intitulé : « La journée de la nation allemande ».

12Lorsqu’en 1931 Pollak devint le successeur d’Austerlitz à la rédaction en chef de l’Arbeiter-Zeitung, Kraus salua l’événement par cette boutade satirique : « L’Arbeiter-Zeitung est tombé d’Austerlitz à Pollak et c’est son Austerlitz », faisant allusion à la défaite historique des Alliés européens contre Napoléon. Du moins, ce mot est-il attribué à Kraus.

13Il va de soi que Kraus ne pouvait manquer de réagir contre les attaques qui allèrent en s’amplifiant au cours des temps, alors que ses défenseurs se faisaient de plus en plus rares à l’intérieur du parti social-démocrate.

14Mais alors que Caroline Kohn et, dans une moindre mesure, Alfred Pfabigan, parlent de malentendus entre Kraus et la social-démocratie, je dirais presque le contraire : c’est parce qu’ils se sont très bien – trop bien – compris qu’il ne pouvait y avoir d’entente durable entre ces deux pôles : l’absolutisme de Kraus et le pragmatisme de la social-démocratie. Si Karl Kraus avait adhéré au parti, il aurait tout simplement cessé d’être Karl Kraus ; bien plus, il ne le serait sans doute jamais devenu. Ce que – à côté des polémiques contre l’embourgeoisement du parti et son oubli des objectifs révolutionnaires – Kraus n’a pas pardonné aux dirigeants sociaux-démocrates, ce fut leur attitude dans deux combats acharnés qu’il a menés et dans lesquels la direction du parti l’a carrément laissé tomber ; du moins voyait-il la chose comme cela.

15Ce fut tout d’abord sa lutte homérique contre Imre Békessy, ce journaliste à scandale venu de Hongrie qui, tout en prétendant défendre les idées de gauche, pratiquait un journalisme boulevardier inconnu jusque là, mais avec lequel il conquit une position dominante dans la presse viennoise, notamment avec la feuille boulevardière, Die Stunde. Pour nourrir ses campagnes de « révélations scandaleuses », Békessy pratiquait le chantage à grande échelle et, qui plus est, ne reculait pas à le reconnaître publiquement, fondant là-dessus un pouvoir devant lequel tremblaient aussi bien les gens en place que les sociaux-démocrates eux-mêmes. Dans ses machinations, Békessy s’allia à un autre requin, le chevalier d’industrie Castiglione, de sorte que l’entreprise de Kraus, c’est-à-dire son combat implacable contre Békessy sembla tout d’abord sans espoir. Kraus ne céda pas, mais il ne supporta pas non plus l’inertie du parti social-démocrate dans l’affaire. Finalement, après une campagne qui lui coûta beaucoup d’argent et surtout de forces, Kraus parvint à mobiliser la justice qui lança un mandat d’arrêt contre Békessy ; celui-ci, informé à l’avance, put s’enfuir. Les Viennois de l’époque se souviennent du fameux appel lancé par Kraus : « Hinaus aus Wien mit dem Schuft ! » (Chassons cette fripouille de Vienne !). C’est seulement au moment où Kraus commença à avoir le dessus dans sa lutte contre ce fieffé coquin, que la presse social-démocrate intervint dans la campagne pour lui administrer une sorte de coup de pied de l’âne. Cette défaillance, Kraus ne pouvait pas la pardonner.

16Et pourtant, deux événements firent justement, à ce moment, de Kraus et de la social-démocratie des alliés objectifs : ce fut tout d’abord la campagne pour sauver deux anarchistes italiens, Sacco et Vanzetti, condamnés aux états-Unis à la chaise électrique, dans un procès cruel ne fournissant pas la preuve de leur culpabilité dans une affaire de meurtre. Suivant sa nature, là encore, l’engagement de Kraus fut total, tandis que celui de la social-démocratie paraissait plutôt tiède. Le deuxième événement fut le sanglant 15 juillet 1927 : l’incendie du Palais de Justice, symbole, aux yeux des travailleurs indignés, d’une justice de classe inique, et puis les 90 morts à la suite de la fusillade ordonnée par Seipel et Schober. Celui-ci fut pour un temps l’ennemi principal aussi bien de Kraus que des sociaux-démocrates, qui, à peine deux ans plus tard, cherchèrent à s’accommoder avec Schober devenu Chancelier, le considérant même comme une sorte de bouclier contre les plans de putsch des Heimwehren qui juraient, au printemps 1930, à Korneuburg de détruire la démocratie parlementaire. Kraus devait également trouver inadmissible l’indignation nationaliste de la social-démocratie après l’échec du projet d’union douanière que ce même Schober avait concocté avec le ministre allemand Curtius.

17Dès 1927, Kraus jugea la social-démocratie avec une telle sévérité qu’il se réfugia aux élections de novembre de 1930 dans un abstentionnisme démonstratif, lui, qui en 1919 avait publié un fervent appel électoral en faveur des sociaux-démocrates.

18Tout a été dit des rapports de Kraus et de la social-démocratie ; cependant un épisode de ces rapports reste à évoquer. Je dois à Eckart Früh de pouvoir présenter une brève analyse d’un Nachrichtenblatt (Feuille d’information), édité par l’éphémère Association Karl Kraus, constituée en 1930 par des sociaux-démocrates – admirateurs impénitents de Kraus malgré les foudres que celui-ci lançait à intervalles réguliers contre la direction de leur parti.

19Cette feuille d’information insiste tout d’abord sur le fait qu’aussi bien l’adhésion à l’Association Karl Kraus que l’abonnement au Bulletin ne sont accessibles qu’aux seuls membres du parti social-démocrate. Mais pour l’essentiel le bulletin était destiné aux rédactions de la presse social-démocrate, ainsi qu’aux instances dirigeantes du parti et devait briser le mur du silence qui entourait déjà en mars 1930 l’activité d’écrivain et d’artiste de Karl Kraus. Les éditeurs préviennent en même temps qu’ils sont en opposition totale avec Oskar Pollak contre les méthodes duquel – faire le silence – il fallait organiser une sérieuse résistance. Il s’agissait donc pour l’association de servir de source d’information sur les conférences, l’activité et la création de Karl Kraus. En effet, le numéro 1 du bulletin remplit cette fonction en donnant un certain nombre de comptes rendus, parus surtout dans des journaux allemands ou tchèques. Le numéro 2 (mai 1930) fait de même, mais l’essentiel de la place est occupé par la « génèse de notre association », présentée par Fritz König, le président. C’est une récapitulation de l’historique des relations de Kraus avec le parti ; König montre, citations à l’appui, combien le parti avait estimé, en son temps, l’activité de Kraus ; il mentionne notamment les articles dans l’Arbeiter-Zeitung, qui avait constaté que « la parole de Kraus frappe jusqu’à la moelle tous les piliers de la société capitaliste ». Mais à la suite de l’article infamant d’Oskar Pollak dans le Kampf, le parti avait pris ses distances vis-à-vis de Karl Kraus. Dans les numéros 3 (juin) et 4 (juillet) du bulletin de l’Association, il s’agit de la défense de Karl Kraus contre une attaque perfide du ministre Schumy qui, dans son discours au parlement, avait mis sur le même plan Karl Kraus et un original mal famé de Vienne, le « roi du stylo », Winkler. Ce discours fut salué par toute la presse bourgeoise, mais resta sans écho dans l’Arbeiter-Zeitung, ce qui indigna profondément les initiateurs de l’association qui convoquèrent un meeting de protestation, qui resta également sans écho. Sans écho également la commémoration par les amis de Karl Kraus des victimes du 15 juillet 1927 où le président König fit la lecture d’extraits des oeuvres de l’écrivain. König continua d’ailleurs la « génèse », mais l’article fit en somme le récit de la querelle autour de la personne et de l’œuvre de Kraus dont les conférences étaient désormais interdites dans les locaux du parti, alors qu’en 1925 encore il avait été l’orateur officiel de la manifestation du 1er mai. La troisième partie de la « génèse », annoncée dans ce numéro 5 (septembre), ne devait jamais paraître. Après avoir observé une trêve dans sa lutte contre Oskar Pollak et publié un numéro spécial, qui appelait à voter social-démocrate le 9 novembre 1930 et qui comportait plusieurs poèmes de Kraus – alors que celui-ci s’était abstenu – la direction s’adressa dans le numéro 6 (décembre) aux adhérents en se réclamant à nouveau de l’esprit de Karl Kraus et notamment de sa lutte contre l’embourgeoisement du parti et de la presse social-démocrate.

20Il est évident qu’une telle diction devait provoquer les foudres de la direction du parti, d’autant plus que, dans le numéro 1 de l’année 1931 (février), un catalogue de revendications fut publié, sommant la direction de « moraliser » enfin la vie du parti. Dans un bref article, le parti social-démocrate fut accusé de n’être plus qu’un parti populiste démocrate-social avec des intentions et des symboles révolutionnaires. Karl Kraus par contre était le combattant révolutionnaire qui démasquait avec une conséquence inflexible tout ce qui est mensonger.

« Nous les sociaux-démocrates qui nous reconnaissons inconditionnellement adeptes de Karl Kraus, observons avec angoisse l’abandon par le parti de ses objectifs révolutionnaires ».

21La direction du parti ne pouvait faire autre chose que de rejeter toutes les « revendications », et dans le numéro 2 (avril) on pouvait lire une réponse encore plus vigoureuse de deux responsables de l’association, exigeant des réformes qui profiteraient au parti et stigmatisant à nouveau l’embourgeoisement de la social-démocratie. L’association sombra dans la querelle, puisque le président König se désolidarisa de ses camarades, déclara nulle la réponse à la direction et annonça une épuration qui ramènerait l’association sur la bonne voie. Après cette « lettre ouverte » de Fritz König, datée du 27 avril 1931, on ne trouve plus trace de l’association Karl Kraus.

22Ces quelques numéros du bulletin d’information offrent un champ de lecture jusqu’ici peu utilisé, qui peut éclairer certains aspects des rapports entre Kraus et la social-démocratie. Ainsi, l’évolution de la situation politique éloignait de plus en plus l’écrivain, non seulement du parti, mais aussi du mouvement ouvrier dans son ensemble. Dans ce processus d’éloignement, Kraus attaqua la social-démocratie tout d’abord sur sa gauche, en lui reprochant son opportunisme et ses compromissions politiques. Finalement, il vira à droite et soutint le chancelier Dollfuß, pensant que celui-ci était le seul à voir dans le national-socialisme et l’expansionnisme allemand l’ennemi principal, et cela, même après la guerre civile de 1934 et l’instauration du régime austro-fasciste. Ce fut peut-être un malentendu de voir en Dollfuß le sauveur de l’Autriche face à l’hitlérisme, alors que celui-ci privait l’Autriche du soutien de ses fils les plus fidèles, les travailleurs, dont le mouvement fut refoulé dans la clandestinité, « l’Underground » Mais était-ce vraiment un malentendu ? Dans son article sur les combats de Karl Kraus, Michael Pollak (non pas Oskar) fait à ce sujet une remarque pertinente, une sorte de résumé de l’antagonisme profond qui sépara finalement Karl Kraus de la social-démocratie :

  • 6 Pollak, Michael : « Une sociologie en acte des intellectuels. Les combats de Karl Kraus. » In : Act (...)

"Dans le dernier numéro de la Fackel, il attaque la social-démocratie pour sa politique de demi-mesures et fait porter à la direction du parti toute la responsabilité de l’échec du renouveau après la première guerre mondiale et lui reproche de s’aveugler en mettant au même niveau la lutte contre Dollfuß et la lutte contre le nazisme. En particulier, il dénonce l’attitude des émigrés de Brno (O. Bauer et ses camarades) qui continuent à prôner une révolution pan-allemande alors que le IIIe Reich s’apprêtait déjà à annexer l’Autriche et à y installer la barbarie atroce dont le monde a fait l’expérience depuis"6.

Annexes

Karl Kraus und die österreichische Sozialdemokratie

Nach Ernst Fischers Urteil durfte sich niemand rühmen, Kraus zu den Seinigen zu zählen. Die politische Widersprüchlichkeit seiner Position macht auch nicht vor der Sozialdemokratie halt, der er zeitweise sehr nahestand, was ihm sogar ein offizielles Glückwunschschreiben des Wiener Bürgermeisters im Jahre 1924 eingebracht hat. Kraus hat nie einer politischen Partei angehört, sein Begriff der Freiheit des Künstlers war mit jeder Form von Parteidisziplin unvereinbar.

Statt die Reihe der Mißvertändnsse (die bei Caroline Kohn und Alfred Pfabigan analysiert sind) aufzuzählen, wird gezeigt, daß prinzipiell zwischen dem verbalradikal verzierten Pragmatismus der SDAPÖ und dem ethischen Absolutismus Kraus’ keine Versöhnung möglich war. Das läßt sich eindringlich demonstrieren an der Kraus-Debatte, die im theoretischen Organ der SDAPÖ Der Kampf stattgefunden hat, vor allem aber an der Geschichte der ephemeren sozialdemokratischen « Vereinigung Karl Kraus » und ihres "Nachrichtenblatts". In beiden Fällen scheitert die « unglückliche Liebe » an der Unvereinbarkeit von politischer Taktik und ethisch literarischem Absolutheitsanspruch.

Karl Kraus and the Austrian Social-Democracy.

Ernst Fischer once wrote that nobody could say :  « He was one of us » about Karl Kraus. The contradictions characteristic of his political positions do not spare the social-democracy, to which, at certain times, he was very close - for which he received an official congratulatory letter from the Mayor of Vienna in 1924. Kraus never belonged to any political party : his conception of an artist’s freedom was incompatible with any form of party discipline.

This study does not re-examine the whole series of "misunderstandings" marking the relations between Kraus and the Austrian social-democrat party (Caroline Kohn’s and Alfred Pfabigan’s books study them in details). On the contrary, it shows that any possibility of agreement between the pragmatism of the SDAPOe - even decked out with verbal radicalism - and Kraus’s ethical extremism was unconceivable from the start. The debate about Kraus in Der Kampf, the SDAPOe theoretical newspaper, and even better, the history of the short-lived social-democrat association « Vereinigung Karl Kraus" and its Nachrichtenblatt, shows it clearly. In both cases, it was an unhappy love-affair that was to end abruptly because it was impossible to reconcile the party political tactics and the writer’s demand for ethical absolute.

Notes

1 Scheichl, Sigurd Paul : Karl Kraus und die Politik (1892-1919). Thèse dactylographiée. Innsbruck 1971.

2 Fischer, Ernst : Karl Kraus. In : Fischer, Von Grillparzer zu Kafka. Vienne : Globus 1962, p. 209-229.

3 Pollak, Michael : « Une sociologie en acte des intellectuels. Les combats de Karl Kraus. » In : Actes de la recherche en sciences sociales, n° 36/37, 1981, p. 87-103.

4 Kohn, Caroline : Karl Kraus. Le polémiste et l’écrivain, défenseur des droits de l’individu. Paris : Didier 1962, p. 47.

5 Pfabigan, Alfred : Karl Kraus und der Sozialismus. Eine politische Biographie. Vienne : Europa 1976.

6 Pollak, Michael : « Une sociologie en acte des intellectuels. Les combats de Karl Kraus. » In : Actes de la recherche en sciences sociales, n° 36/37, 1981, p. 87-103.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr