Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Karl Kraus et son temps

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gerald Stieg

1. Itinéraires politiques

L’Autriche de Karl Kraus

Joseph Rovan

Texte intégral

1L’univers politique dans lequel évolua Karl Kraus est aujourd’hui doublement inimaginable. À cause de l’éloignement dans le temps – cent ans, quatre-vingts ans, soixante ans – en dépit de toute la documentation du monde et même si des souvenirs personnels d’enfance nous relient encore à ce monde, en le reconstruisant par la pensée nous ne cessons de le rater, il n’est jamais là où nous le cherchons, il n’est jamais tel que nous l’imaginons. Et puis, seconde barrière, cet univers a cessé d’exister comme s’il n’avait jamais été présent, quelque part, dans une géographie qui subsiste toujours, mais qui n’est plus la même, qui ne parle plus le même langage.

2Les deux tiers de sa vie, Karl Kraus les a vécus dans la Double Monarchie, dans cet espace matériel et temporel qui a cessé d’être, à tel point qu’on peut se demander s’il fut jamais. La Vienne qu’éclaire la Fackel, c’est d’abord la vaste capitale à la fois provinciale et métropolitaine d’un Empire qui s’étend de Bregenz à Czernowitz et de Teschen à Cattaro. La politique de la Bukovine et celle du Vorarlberg, la politique de la Dalmatie et celle de la Silésie autrichienne, ce sont là des entités autrement plus particulières que les Flandres et le Roussillon. Karl Kraus avait déjà 33 ans quand le suffrage universel fut introduit en Cisleithanie, dans cet état à tel point invraisemblable que son nom officiel était « Les royaumes et les pays représentés au Reichsrat ». Quel admirable définition : longtemps on avait considéré que le lien entre les diverses possessions des Habsburg, c’était précisément la dynastie : tu, felix Austria, nube. À présent, depuis qu’une sorte de stabilisation constitutionnelle a résulté de la défaite de 1866, c’est le fait d’être représenté par des députés dans un Parlement commun qui constitue la communauté autrichienne, et dans quel parlement ! Jusqu’en 1907, avec ses cinq curies, il combine subtilement les divers critères de la puissance, la naissance, la fortune, la culture, la classe sociale avec les particularismes ethniques. Étrange Parlement dont un groupe reste absent délibérément pendant plus de dix ans, où se déroulent des bagarres homériques, qui est incapable d’exprimer une majorité et oblige un monarque qui aimerait s’effacer à assurer la survie de l’état par des gouvernements de fonctionnaires. Cet état qui n’est en fait qu’une moitié d’état, dont la naissance a été imposée comme conséquence de la reconstitution de l’état hongrois en 1867, chaque moitié postulant l’autre et la niant, l’union étant ressentie sans cesse davantage comme insupportable et la séparation devant s’avérer indéfiniment désastreuse. Des étendues infinies et que leur diversité fait apparaître plus lointaines encore – au fur et à mesure que les peuples s’éveillent de leur sommeil immémorial et que des mots, des langues se forment pour dire l’inexprimé de toujours – la cohabitation des Reichshälften, des moitiés d’Empire, mais aussi celle des quartiers et des huitièmes, tient de plus en plus du miracle. Mais les miracles meurent aussi comme les statues d’Alain Resnais. Et encore, s’il n’y avait eu que les peuples en voie de se découvrir nationalités, voire nations ! Aux Stände anciens se superposent les classes nouvelles : petits exploitants et grands bourgeois, prolétaires industriels et artisans prolétarisés des faubourgs. Des partis de masse remplacent les Clubs où se rencontraient des gens bien élevés et instruits. Des passions multipliées par millions font se lever des armées entières de Sociaux-démocrates, de Chrétiens-sociaux et de Nationaux-allemands : Jeunes-Tchèques, Socialistes tchèques, Libéraux italiens, et Cléricaux italiens, Cléricaux slovènes, Ruthènes et Polonais de toutes couleurs, dressés les uns contre les autres et consentant au mieux à se servir de l’État comme d’un instrument ou d’une arme dans celle ou celles des innombrables guerres civiles encore pacifiques auxquelles le peuple ou la classe en question – ou une partie de l’un ou de l’autre – se trouvent à un certain moment participants. Quel étrange état dont en même temps furent sujets, ressortissants et citoyens Thomas Masaryk et Josip Broz Tito, Alcide de Gasperi et Adolf Hitler, Schönerer et Viktor Adler, Julius Maniu et Stefan Tisza, Sigmund Freud et Ignaz Seipel, Karl Lueger et Egon Schiele, Theodor Herzl et Ludwig Wittgenstein. Exaspérante, stupide et protectrice, l’Administration égrenant les mots de son dictionnaire bureaucratique, portait la modernité dans les montagnes musulmanes de Bosnie et l’égalité de la loi dans les Carpathes. Saupoudrons le tout de judéité : banquiers et ministres, usuriers et marchands ambulants, dont les fils seront médecins ou avocats et surtout journalistes. Bien qu’il ne fût plus qu’une façade, l’Empire paraissait à la fois formidable et dérisoire, destiné à durer sans fin d’une durée sans événements, comme le grand projet du Mann ohne Eigenschaften qui finit par perdre tout contenu – s’il en eut jamais – pour n’être plus que du projet à l’état pur. Cette Autriche-là était irremplaçable et elle ne fut pas remplacée. Pas un des peuples qui purent ou durent s’émanciper en 1918, qui n’ait lieu aujourd’hui de regretter ce passé et qui ne constate qu’il vivait mieux avant que la Monarchie exsangue ne s’ouvrît sur son propre néant. François-Joseph avait pu perdre ses guerres antérieures, mais au bout de cinquante ans de contestations et de surenchères, d’exaspérations mutuelles, au terme de sacrifices sanglants d’autant plus inadmissibles qu’on ne croyait moins d’avoir à défendre ce que les fils, frères ou neveux étaient censés sauver, la vaste étendue se déchira en morceaux épars. Tout regard jeté sur l’ancienne Autriche se retourne en son contraire.

3La dérive nationaliste et antisémite des Libéraux, l’aveuglement des magnats hongrois désespérant les nationalités les plus patientes, la stupidité carnassière des pangermanistes, la sénilité finale de l’Empereur, qui ne fut jamais un héros de l’esprit mais à qui l’expérience avait conféré une espèce de sagesse, la furibarde attente inutile de François-Ferdinand, les intuitions impuissantes de Charles premier et dernier, l’irréalisme de Benès, l’utilitarisme des Polonais, Autrichiens à titre précaire ... comment mettre tout cela en balance avec les bienfaits d’un État qui, en son grand âge, était devenu plutôt utile et – au minimum – largement inoffensif. Quelque chose comme la douceur de vivre procurée à quelques-uns, et la vie assurée, l’ordre garanti, un certain degré de justice accordé à la grande majorité. S’il n’avait pas déclenché la guerre – mais pouvait-il échapper autrement à ses contradictions qu’en se jetant dans une suicidaire fuite en avant – peut-être serait-il toujours en vie, cet État qui faisait de moins en moins de mal à de plus en plus de personnes ?

4À la Monarchie qui aurait pu convenir à tout le monde se substitua une République dont personne ne voulait. La Monarchie, avant de sombrer dans la guerre extérieure, avait maintenu depuis 1848 la paix intérieure. La République, au bout de quinze ans, succombe, elle, à une guerre civile endémique.

5Arrêtons-nous un instant sur ce paradoxe d’un pays que l’étranger vainqueur oblige à persister alors qu’il aspire lui-même à son non-être, à se fondre dans une grande communauté allemande. L’Autriche était ce qui restait, mais les Autrichiens ne voulaient pas rester des restes. Sans l’interdiction de l’Anschluß, l’Autriche d’aujourd’hui ne se chaufferait pas, soixante-huit ans plus tard, au pâle soleil de son austriacité, aussi réelle qu’imaginaire. Comment aurait-on pu croire à la survie volontaire d’un État composé des pauvres provinces alpestres et d’une immense agglomération humaine et capitaliste, qui était à la fois un chancre et une promesse ?

6Cette ville de Vienne, naguère, en dépit de toutes les misères qu’elle abritait, avait été la capitale orgueilleuse de la noblesse la plus ancienne, la plus titrée et la plus riche d’Europe, et en même temps un prodigieux emporium où confluaient les créations et les créateurs et aussi, bien sûr, les créatures. Tout s’offrait, tout se vendait, tout s’appréciait et tout se discutait dans les cafés, les ateliers, les auditoires, les salles de théâtre et d’autres jeux, et surtout – cher Kraus ! – dans les salles de rédaction qui furent la scène des exploits, des combats, des guerres acharnées et des victoires de notre héros. La gloire de Vienne et sa splendeur avaient poussé assez vite : au dix-septième siècle encore, lors du Siège qui décida des destins de la Chrétienté et de l’Islam, ce n’était en comparaison avec Paris, Amsterdam et Londres qu’une bourgade de bout du monde. Son véritable essor datait du siècle dernier, il précéda à peine le moment libératoire où fut décidé le démantèlement des bastions qui séparaient encore la ville proprement dite, celle du Siège, des faubourgs où commençaient à s’entasser les foules blafardes de la révolution industrielle. Dans le vaste espace en fer à cheval gagné sur les fortifications, s’édifia dès lors la plus grande entreprise urbanistique du monde, dont le caractère disparate fit rire les contemporains, et dont nous apercevons avec admiration aujourd’hui l’unité fondamentale. Subitement, après l’abdication de l’absolutisme bureaucratique avec ses censures mesquines, l’afflux des capitaux et des talents avait fait de la résidence impériale un haut lieu de toutes les spéculations. Les sciences et les recherches universitaires y fleurirent aussi bien que les arts et les lettres. Des ghettos de Galicie, des masures de haute Hongrie s’élança à la conquête des chaires, des prétoires et des hôpitaux la cohorte des jeunes Israélites aux ardeurs préparées par mille ans d’études détournées du monde. De tous les peuples, bergers, paysans sélectionnés par les Églises et les grands seigneurs, les fils les plus doués montèrent à l’assaut d’une culture qui était en même temps le chemin de l’ascension sociale. À chacun la réussite finissait par apporter, si elle ne se situait pas trop en marge de l’admis – un admis dont le champ s’élargissait d’ailleurs sans cesse – la sanction des titres bourgeois voire de l’anoblissement dont François-Joseph n’était pas avare. Et même les contestataires finissaient par être revêtus d’un habit de respectabilité ; la « Sécession » des peintres trop modernes eut son propre palais dessiné par un architecte du parti. Au milieu des génies et des inventeurs authentiques, les charlatans, les faussaires et les escrocs faisaient leurs affaires, que les autorités, les actionnaires et les naïfs – ce sont là des catégories qui se confondent souvent – sans parler de leurs victimes, ne distinguaient pas toujours des entreprises sérieuses. D’ailleurs la frontière est-elle si facile à tracer, n’y avait-il pas tout un petit peuple de grande ville qui ne cessait de passer d’un côté à l’autre ? Parmi ce menu fretin, Kraus devait identifier et désigner de sa plume accusatrice quelques bandits de grand chemin et de grand chantage.

7Ce carrefour des Europes d’où l’on regardait aussi familièrement vers Saint-Petersbourg et vers Constantinople que vers Rome ou vers Paris, devint à la fin du xixe siècle le terrain des grands combats et des grandes fortunes politiques. À l’heure des mouvements de masse, le Rathaus néo-gothique est une forteresse que se disputent Chrétiens-sociaux et Sociaux-démocrates, et dans cette forteresse aux tours élancées s’organise un véritable gouvernement-bis, un pouvoir politique qui s’oppose à celui de l’État tout en le complétant. Pendant vingt ans, Vienne est le terrain de tournoi où triomphe la somptueuse rhétorique de Karl Lueger, maire quatre fois élu et à qui l’Empereur trois fois refuse sa sanction à cause d’une logorrhée antisémite que le vieux souverain et le jeune Hitler prirent plus au sérieux que les Juifs riches. Après 1918, c’est le pouvoir social-démocrate qui s’établit à l’Hôtel de Ville avec Karl Seitz et le grand réformateur du système scolaire, le Stadtrat Glöckel. À la Vienne des petits commerçants et des petits artisans, à laquelle Lueger, médiateur plus subtil qu’il ne paraît au premier regard, transmettait le message chrétien-social – élaboré par un baron prussien converti au catholicisme – après y avoir introduit, pour faciliter la digestion, une bonne dose d’antisémitisme accompagnée de quelques contrepoisons oratoires, se substituait la ville des ouvriers engagés dans les régiments de la grande armée du prolétariat, frais, résolus, avides du savoir qui ouvrait l’accès à la puissance.

8Victor Adler, médecin bourgeois-libéral et allemand-national comme l’étaient la plupart des intellectuels juifs de son temps, étendait une influence tissée de philanthropie et de sagesse bien au-delà des bataillons bigarrés de ses troupes multinationales, ne ménageant pas ses conseils et ses critiques à une social-démocratie allemande qui risquait l’étouffement dans le carcan de sa discipline prussienne. N’est-ce pas un signe de l’aporie autrichienne que de voir le fils d’un tel homme de paix poussé quelques années plus tard à tuer de ses propres mains le haut fonctionnaire dépassé qui faisait figure de chef du gouvernement cisleithanien et dont la responsabilité pendant la crise de l’été 14 avait été beaucoup plus réduite que celle du comte Berchtold ou du comte Tisza ? Dans la capitale de l’austromarxisme, la période entre la Révolution et l’Anschluß est celle d’une grande intensité créatrice et structurante. Le fédéralisme autrichien fait de Vienne un État où la social-démocratie gouverne seule. Les grands Höfe de la construction sociale, les réformes scolaires, la protection des locataires qui matraque les propriétaires (jusqu’à compromettre l’entretien du parc immobilier) font de la ville impériale une sorte de cité modèle d’un socialisme réformiste qui prend le changement au sérieux.

9Mais que d’abîmes sous les continuités apparentes et les tentatives de renouveau! Immense et exsangue, secouée par les convulsions de la faim, du froid, de la misère physiologique et morale, la splendide capitale que la guerre n’a pas touchée matériellement ressemble maintenant à une cathédrale s’élevant sur la place d’un petit village. Les Länder alpestres où subsiste une paysannerie pauvre, au trop rare voisinage de quelques places industrielles clairsemées, où dans les villes de retraités s’aigrit une population universitaire de Dozenten et d’étudiants retranchés des grands courants intellectuels et créateurs, ont pour la capitale démesurée des sentiments troubles où se mêlent dépit, méfiance et jalousie. Haut lieu de perdition, Vienne leur fait perdre, à eux, à leurs fils et à leurs filles, leur vertu et leurs économies. Les cafés du Ring sont hantés par les innombrables demi-soldes d’une armée et d’une administration dont les états successeurs refusent d’assumer une partie des charges. Les carrières et les orgueils s’effeuillent comme le crépi des murs. Les affaires recommencent vite à prospérer sauvagement sur une odeur fade de corps mal nourris. C’est alors, dans un désastre aux proportions imméritées, que commencent à s’aigrir les passions autrichiennes. L’on savait – si l’on voulait savoir – depuis Nestroy et depuis les basses cruautés de la bureaucratie metternichienne et post-metternichienne, qu’une sorte de méchanceté spécifique se mêlait à la Gemütlichkeit autrichienne. Le Pülcher, robuste, gros-bras, prépotent des faubourgs, avait ses correspondants dans les plus hauts milieux, là où l’on décida en 1849 de faire pendre les chefs de la Révolution hongroise vaincue, en dépit de la parole donnée au Tsar. L’affreux Haynau (qui était d’ailleurs le fils naturel d’un Landgrave de Hesse-Cassel) trouvera des émules de plus bas étage lors de la répression du soulèvement ouvrier de 1934.

10L’Autriche des ligues paysannes et patriotiques qui revêt les tuniques des chasseurs alpins, unités sorties invaincues des guerres de montagne où l’individu pouvait encore, par son courage et son génie inventif, jouer un rôle par ailleurs écrasé sous les bombes et les tanks, cette Autriche-là milite avec le retard d’une révolution pour l’ancienne Monarchie, morte de n’avoir pas trouvé pour sa défense les partis de masse, mobilisant des peuples véritables. Les efforts de sauvetage trop tardifs sont pris dans l’étau formé d’un côté par le nationalisme de plus en plus agressif et de l’autre côté par le traditionalisme clérical de plus en plus autoritaire et rétroverti. L’Autriche de la Première République a raté l’alliance de la démocratie sociale et de la démocratie chrétienne. Mais si l’austromarxisme était plus démocratique qu’il ne voulait se l’avouer à lui-même, le christianisme social en était resté au Syllabus. Son idéologie corporatiste entrait dans la modernité à reculons. Ses grandes réformes intellectuelles et morales, la classe politique autrihienne devait les concevoir enfin à Dachau et à Mauthausen. Elles se sont avérées efficaces pendant quarante ans. Le sont-elles encore aujourd’hui ?

11Comment ne pas s’interroger sur les sources et les progrès de la méchanceté politique, de l’exaspération et de l’exacerbation – si j’ose dire ainsi – qui empoisonnent les affrontements politiques sous la Première République ? Les misères, la dégradation économique, les séquelles de la guerre et de la séparation d’avec les autres états successeurs y sont pour beaucoup, et aussi les appétits, les jalousies et les haines qui naissent et bouillonnent dans de telles situations pour déborder comme du lait non surveillé. L’absence d’un pouvoir respecté, dans un pays sans traditions politiques et sans véritable classe politique éduquée à la cohabitation, explique beaucoup de choses. Pour que la France voie naître une telle classe politique sous la Troisième République (mais ce mouvement ne s’accomplit pleinement que sous la Cinquième), il fallut trois révolutions, plusieurs guerres civiles et une tentative de contre-révolution entée sur une occupation étrangère.

12En Autriche, la disparition de la noblesse avait singulièrement rétréci la classe politique disponible, où les appareils des deux partis de masse et les universitaires souvent aigris ou exaltés prirent des places qu’ils n’avaient pas vraiment conquises ni payées. Malgré toutes les bonnes raisons d’historien qui peuvent ainsi s’égrener, l’on reste perplexe devant la véritable haine qui oppose désormais les deux Reichshälften politiques, les Sozis et les Schwarzen (les « noirs »), alors que les Großdeutsche (Grands-Allemands) s’emploient activement à porter de l’huile sur le feu. Sur un marché devenu terriblement étroit, la jalousie professionnelle ou préprofessionnelle des étudiants et Akademiker aryens contre leurs concurrents juifs, si facilement identifiables, peut se donner libre cours – quelle aubaine que de pouvoir ainsi diminuer de moitié le nombre des aspirants aux mêmes postes et aux mêmes carrières, et de faire triompher ainsi finalement la saine vigueur germanique des fils de paysans styriens (un peu slovènes sur les bords) sur l’habileté maladive des petits-fils de lecteurs du Talmud – s’accompagnant de violences de moins en moins verbales. Rappelons-nous ce recteur de l’Université de Vienne confronté à la défenestration d’un étudiant juif perpétrée par ses Kommilitonen aryens et qui proteste en disant qu’il avait d’abord cru qu’on assistait à un matraquage ordinaire, qu’il semblait ainsi considérer comme admissible. La fureur des aversions politiques ne s’enflait d’ailleurs pas seulement chez les hommes de droite, populistes, ligueurs ou nazis. Elle brouillait aussi la vue des dirigeants socialistes chez qui elle favorisait les analyses erronées du réel, et le repliement anxieux sur des positions mal fortifiées.

13Et pourtant cette République mal née et mal vécue aurait pu sans doute se pacifier peu à peu et s’assainir grâce aux produits d’une modeste prospérité, alors que se reconstituaient des terrains de chasse et de jeu pour les arts martiaux de la culture, si des catastrophes économiques lointaines dont l’épicentre se trouvait outre-Atlantique, n’avaient pas fait s’écrouler à nouveau les fragiles reconstructions des années vingt. En 1914, l’Autriche est encore capable de déclencher une guerre mondiale, elle n’a pas encore tout à fait cessé d’être un sujet agissant de l’histoire. De la crise mondiale, quinze ans plus tard, elle n’est plus qu’une victime pantelante dont les soubresauts accompagnent les dernières années de la vie de Karl Kraus. Du jugement inique qui aboutit à l’incendie du Justizpalast à l’établissement de la petite dictature du petit Dollfuß, dont les exploits rappellent davantage la période de la réaction postschwarzenbergienne qu’ils ne préfigurent les grandeurs abominables de l’Empire hitlérien, à la répression de février 1934, à l’assassinat de juillet et aux capitulations en série de Schuschnigg, dont il ne verra pas l’ultime, Karl Kraus est le témoin de plus en plus muet d’un écroulement importé, voire imposé. Il meurt à la veille d’une nouvelle mort de l’Autriche.

14Il ne nous appartient pas de nous demander ici et aujourd’hui s’il subsiste quelque chose dans l’Autriche politique d’aujourd’hui des grandeurs, fureurs et exaltations, des stupidités criminelles et des échecs honorables qui marquèrent les politiques autrichiennes pendant la vie de Karl Kraus. Les continuités peut-être sont plus tenaces que les ruptures, avant que celles-ci à leur tour ne se constituent en continuités. Pour l’historien qui ne s’interdit pas la passion de son sujet, l’inquiétude et l’espoir demeurent les pôles permanents qui limitent et en même temps aiguisent son regard.

Annexes

Das politische Leben Österreichs zur Zeit von Karl Kraus

Der in Böhmen geborene Karl Kraus ist mit drei Jahren in die kaiserliche Hauptstadt gekommen. Er hat dort fast sein ganzes Leben verbracht. Er ist 44 Jahre alt, als sich die Doppelmonarchie auflöst. Wenn man den aktiven Teil seiner Existenz von der Gründung der Fackel im Jahre 1899 an zählt, so verteilt sich das politische Ambiente seines Werkes auf zwei etwa gleich große Perioden : 19 Jahre unter der Monarchie, 18 Jahre unter der Republik. Die erste endet mit dem Krieg, einer langen alpdruckartigen Agonie, die zweite mit der Errichtung des Ständestaates, der einer neuen Katastrophe entgegenschlittert. Zwei Drittel seines Lebens haben sich im Rahmen eines Großstaats, eines Konglomerats aus heterokliten historischen Realitäten, in ständiger Berührung mit verschiedenen Völkerschaften und äußerst vielfältigen Räumen abgespielt. Karl Kraus, Schriftsteller deutscher Sprache und kämpferischer Intellektueller, gehört einem Universum an, dessen Zugang uns nunmehr versagt ist, dessen Nachfolge in direkter Linie unterbrochen wurde und das wir darum heute nur mehr von außen her zu rekonstruieren vermögen.

Die sterbende Monarchie - aber ist wirklich alles von vornherein verspielt gewesen ? - verband auf eine originelle Weise ungewollt die extremsten Gegensätze : Absolutismus und Unordnung, Ungerechtigkeit und Liberalismus, Zentralismus und laisser-aller. Zorn, Angst und Protest schreiben sich einem derart weiten Rahmen ein, daß er unaufhörlich zum Träumen anregt oder zu pessimistischen Erwartungen, an deren tatsächliche Erfüllung man doch nicht glauben will und kann. Die Politik, die Kraus von Anfang an fesselt, ist dort nicht ernster als der Rest : sie funktioniert nach dem Modus einer unnötigen Dramatisierung.

Der absurde Wahn des Großen Krieges, dieser Abgrund von Schmutz, Korruption und Verfall wird Kraus’ Werk eine neue Intensität und Dimension verleihen. Die Folge ist der Staat, den keiner wollte, die Riesenstadt, die nichts gemein hat mit den provinzlerischen Provinzen, deren übermächtige Hauptstadt sie ist und die langsam mit der Anziehungskraft auf die Geister ihre Vitalität einbüßt. Wer Wien vor 1914 nicht gekannt hat, weiß nicht, was "douceur de vivre" heißt.

Kraus’ sublimer und zugleich lächerlicher Kampf während des Krieges geht weiter in einer geschäftigen Hoffnungslosigkeit, die kaum mehr etwas mit den düsteren und pathetischen Erschütterung der Alltagspolitik zu tun hat. Er stirbt rechtzeitig : er, der größte homo politicus eines Staates, der trotz seiner aufeinander folgenden Existenzen nie wirklich existiert hat.

Political Life in Austria at the Time of Karl Kraus.

Karl Kraus, born in Bohemia, arrived in the imperial capital aged 3. He spent nearly the whole of his life there. He is 44 in 1918 when the Dual Monarchy crumbles down : if the active part of his existence is reckoned from the beginning of Die Fackel in 1899, Kraus’s works, as to their political environment, fall into two periods of almost equal duration : 19 years under the Monarchy, 18 years under the Republic. The first period ends with the War, that long excruciating nightmare, the second period with the institution of the corporatist system that sweeps towards another catastrophy. Kraus can be understood but little if it is forgotten that two thirds of his life were spent within the limits of a vast nation, a conglomerate of checkered histories and realities, in contact with highly diverse men and women, and infinitely varied areas. Karl Kraus, a German-speaking writer and militant intellectual, belongs to a universe we can no longer penetrate, whose direct succession has been interrupted, which we henceforth have to reconstruct from the outside.

Moribund, perhaps (but nothing is ever predictable for certain), the Monarchy, in an original but involuntary manner, associated the most extreme opposites : absolutism and disorder, injustice and liberalism, centralism and laisser-aller. Fury, fears, protests arise within so vast a setting that it keeps inciting to dreams and such pessimistic expectations that one cannot think they will one day come true. Politics, which Kraus is interested in from the start, is no more serious than the rest; it functions in the mode of a futile dramatization. The absurd insanity of the War, this abyss of putrescence, corruption and decay will bring a new intensity, a new dimension into Kraus’s work. What follows is the insanity of a state that nobody wanted, of a city that has nothing in common with the provincial provinces of which it is the overpowering capital, that is dying, slowly losing its attractions and its intellectual life. Whoever has not known Vienna before 1914 does not know what "the sweetness of life" is.

Kraus’s struggle, sublime and derisory during the war, continues in an active hopelessness, more and more often interrupted by the gloomy, pathetic fits and starts of daily politics. He dies at the right moment : the greatest political man of a State which, throughout its successive existences, never existed.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr