Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Karl Kraus et son temps

 | 
Gilbert Krebs
, 
Gerald Stieg

Avant-propos

Gilbert Krebs

Texte intégral

1Personnage clé de l'univers chatoyant et ambigu de cette Vienne du début du xxe siècle, berceau et laboratoire de la modernité, qui n'a pas fini de nous fasciner, Karl Kraus est encore mal connu du public français.

2Né en 1874 à Jicin, petite bourgade de Bohême, venu à Vienne à l'âge de trois ans, il a été pendant plus de quarante ans mêlé de loin ou de près, comme acteur, témoin ou juge, à tous les mouvements artistiques, intellectuels ou politiques qui agitèrent ce carrefour d'idées qu'était la grande métropole danubienne, capitale d'un vaste empire multinational avant de se retrouver chef lieu d'une province qui se disait – sans trop y croire manifestement – République autrichienne.

3De cette Vienne et de cette Autriche, Karl Kraus illustre mieux qu'aucun de ses compatriotes et contemporains les contradictions et les ambiguïtés, la grandeur et la corruption, les audaces et les craintes. Témoin implacable, juge incorruptible, il faisait lui-même intimement partie de ce monde qu'il jugeait et condamnait.

4Pendant plus de trente ans, de 1899 à sa mort en 1936, Kraus, malgré toutes les attaques et les poursuites dont il était l'objet, malgré la conjuration du silence organisée autour de lui par la grande presse viennoise, a fait paraître une revue qu'il finira par rédiger tout seul et dans laquelle il a publié la majeure partie de son oeuvre critique, poétique et dramatique. Il l'appela Die Fackel (le flambeau).

5Ce flambeau, dans l'esprit de Kraus, n'était pas destiné à montrer la voie vers des lendemains radieux, mais seulement à permettre aux hommes de son temps de voir que le chemin sur lequel ils étaient engagés les menait droit à la catastrophe. De l'aveu même de Kraus, le titre « Vers l'abîme » aurait convenu à sa revue aussi bien que « Le Flambeau » (Die Fackel N° 4, mai 1899, p. 2).

6éclairer, mettre en garde, inlassablement, mais sans se faire d'illusions sur l'efficacité de ses efforts, sans espérer pouvoir éviter la catastrophe : c'est le drame de la lucidité. Comme Kierkegaard, qu'il cite, Kraus sait que jamais « un homme seul ne peut venir au secours de son époque, ni la sauver ; il peut seulement dire qu'elle va à sa perte. »( Die Fackel N° 777, janvier 1928, p. 16).

7Pessimiste et lucide, il n'adopte pourtant jamais le ton de la vaticination ni de l'imprécation. Il combat au moyen de la satire, et ses armes préférées sont la citation et la glose. C'est à travers leurs propres discours qu'il démasque ses contemporains, sachant que « ce que l'époque a de plus indicible ne peut être dit que par elle-même » (Die Fackel, N° 381-383, septembre 1913, p. 43). De toutes les corruptions, c'est celle de la langue qui lui paraît la plus impardonnable, car en elle se révèlent et se résument toutes les autres.

8Prompt à démasquer toutes les supercheries, tous les mensonges, toutes les phraséologies, il ne sera jamais d'aucun parti, d'aucune coterie. Il dénoncera tous les scandales, quels qu'en soient les responsables ou les bénéficiaires, mais sa cible préférée sera la presse. Aussi a-t-il été l'homme le plus attaqué, le plus haï de Vienne. Mais en même temps, la constance et la rigueur de son combat lui ont valu de nombreux et fervents admirateurs.

9Kraus n'a pas fini de passionner et de diviser ses biographes et exégètes. Depuis que son oeuvre a été redécouverte, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les études sur sa vie, son oeuvre et sa pensée se sont multipliées et la bibliographie krausienne atteint des dimensions monumentales dès à présent. Pourtant bien des points restent encore à éclaircir.

10Les spécialistes français et étrangers réunis à Paris en mars 1986, à l'occasion de la grande exposition sur Vienne 1880-1938 au Centre Georges Pompidou, avaient choisi de centrer leurs débats sur la question « Karl Kraus et son temps ».

11C'est ainsi qu'une première série d'interventions a été consacrée à la vie politique autrichienne et aux rapports ambigus et apparemment changeants de Kraus avec les partis. Son long compagnonnage avec la social-démocratie autrichienne, émaillé de malentendus, de brouilles et de réconciliations, aboutira à la séparation définitive à la fin des années vingt. Puis ce fut une brève idylle avec le parti communiste, suivie d'une autre, encore plus surprenante, avec le clérico-fascisme du chancelier Dollfuß. Palinodies ou malentendu fondamental sur les rapports de Kraus avec la politique ?

12La manière dont il a réagi devant quelques-unes des questions brûlantes de son temps et en particulier devant le problème du nationalisme, montre à l'évidence qu'il ne faut pas étudier les positions de Kraus en termes d'engagements partisans. Qu'il s'agisse de son attitude à l'égard du sionisme ou de ses positions sur la question des nationalités, de la guerre ou de la paix, il a toujours suivi sa propre voie, au risque parfois de choquer ou de se trouver en mauvaise compagnie. Mais au fond c'est parce qu'il a toujours placé la dignité humaine au-dessus de toute solidarité de groupe, de nation ou de parti.

13Kraus polémiste, ses combats et ses armes, sont au centre du troisième volet de cet ouvrage. On y trouve une analyse extrêmement éclairante de la stratégie utilisée par Kraus pour s'ériger en juge suprême de la vie intellectuelle viennoise, ainsi qu'une étude sur l'utilisation très originale qu'il fit de la photographie, anticipant les célèbres photomontages politiques de John Heartfield. Deux de ses campagnes les plus célèbres sont décrites et analysées en détail : son combat contre le préfet de police Schober après la fusillade sanglante du 15 juillet 1927 et sa polémique contre les intellectuels complices du national-socialisme. Ce devait être son dernier combat. Après cela, il ne restait plus que le silence. Mais un silence assourdissant !

14L'originalité de la pensée de Kraus est également mise en lumière par les études réunies dans la dernière partie du recueil. Elles montrent le moraliste et le penseur face à quelques problèmes de société qui ont occupé son époque : le féminisme, l'éducation, les masses, le déclin. Comparées à celles de Weininger, de Broch ou de Spengler, par exemple, sa pensée apparaît infiniment plus complexe, au point de sembler parfois équivoque. Mais ce qui s'y exprime sans la moindre ambiguïté, c'est, en toutes circonstances, un humanisme d'une intransigeance totale.

15Les combats de Kraus sont du passé, ses cibles vivantes ont disparu, les catastrophes qu'il a annoncées ont déjà dévasté la planète sans qu'on puisse, au demeurant, espérer en avoir vu la fin. Comment peut-on expliquer que l'oeuvre de Kraus, contrairement à celle de la plupart des polémistes, par définition étroitement liés à leur temps, reste actuelle et nous parle toujours ?

16Ce n'est pas seulement dû, semble-t-il, à l'art du polémiste, au plaisir esthétique que nous prenons à suivre ses combats. C'est aussi parce que, au-delà des hommes et des problèmes de son temps, Karl Kraus a attaqué inlassablement, avec fougue et talent, un mal éternel auquel nous sommes exposés plus que jamais : la phraséologie, le mensonge, la manipulation par le discours, la corruption de la langue, signe de la corruption de la pensée et du sentiment. Contre cette agression permanente, Kraus a forgé des armes terriblement efficaces, et il a montré comment s'en servir. Son oeuvre reste, comme le dit Elias Canetti, une « école de résistance. »"

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr